Partagez | .
 

 Montre-moi le monde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Auteur
Message
Rosaleen A. Glanmor
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/12/2015
Messages : 507
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Montre-moi le monde   Mer 25 Mai 2016 - 14:29


''Montre-moi le monde''
ft. Ian




Peut-être que si Rosaleen avait été élevée différemment, elle n'aurait pas accepté l'investissement de Ian dans son travail, ou difficilement du moins. Mais heureusement pour lui, elle avait été élevée dans une famille ou l'aide aux autres était un point central, sa mère étant infirmière elle avait rapidement dû accepter l'idée que cette dernière ne serait pas toujours présente, mais elle avait toujours su l'être quand sa fille en avait besoin. Et c'était bien ça le plus important, ce n'était pas d'être ensemble sans arrêt, c'était simplement d'être là les uns pour les autres quand il le fallait. Elle s'était contenté de sourire à Ian en posant sa main sur la sienne ; oui, elle comprenait et acceptait son métier, parce-qu'elle connaissait l'importance d'une vie et les piliers sur lesquels devait être fondé un couple, une famille.

Son sourire s'agrandit quand Ian affirma qu'ils pouvaient aller aider la personne au loin et elle accepta d'un hochement de tête tout en se levant. Peut-être que cette personne avait tout perdu, et qu'ils pourraient l'aider ; lui donner la chance d'avoir à nouveau un toit, un endroit où se sentir en sécurité... si toutefois rester cloîtrer ici pouvait ressembler à une chance. Elle senti la main se Ian glisser dans la sienne et elle la serra un peu, contente que leurs mots précédents n'aient pas ébréché leur relation.

Ils s'approchaient lentement, Rosaleen faisait de son mieux pour ne pas se laisser prendre par l'enthousiasme et marcher trop vite. Elle ne quittait pas des yeux la personne en face, ressentant un pincement au cœur en voyant son état alarmant ; avec ses vêtements déchirés, il avait dû batailler pour arriver jusqu'ici. Elle leva une main et s'apprêta à l'appeler quand Ian plaqua une main sur sa bouche, étouffant ainsi le cri de la jeune femme. Ses yeux étaient grand ouverts et alors qu'il la tirait derrière une voiture elle évita de justesse de cogner dans une bouteille en verre qui traînait là. Elle le regardait d'un air un peu consterné, ne comprenant pas ce revirement de situation ; il avait changé d'avis et préférait ne pas y aller ? Mes ses mots la rassurèrent et elle hocha la tête.

« Oui, daccord. Tu... tu veux qu'on se prépare comment ? »

A dire vrai elle ne savait absolument pas quelle manière d'agir était la plus adéquat. La jeune femme ne pouvait se servir de ses expériences passées face aux malades puisqu'elle n'en avait vu que très peu. Elle ne voulait pas que Ian se mette en danger pour elle et ferait de son mieux pour être ''prête''. Mais par où commencer ? Est-ce qu'ils devaient s'approcher comme si de rien n'était et voir ensuite ? Elle fronça un peu les sourcils et se mit à réfléchir, jetant de temps en temps des coups d’œil à la silhouette là-bas qui ne les avait toujours pas remarqué.

« Tu crois qu'on devrait plutôt le faire venir à nous ? »

Peut-être que ç'aurait été plus judicieux pour éviter d'en attirer d'autres et se faire surprendre par un trop grand nombre ; ceux qui montaient la garde pouvaient certes les protéger mais il y avait des limites tout de même. En pensant à cela, elle ouvrit à nouveau grand les yeux en tirant un peu sur la manche de Ian.

« Mais si il vient jusqu'ici et que Daniel... enfin, qu'on ait même pas le temps de lui parler.. »

Elle avait cet air contrarié qu'elle adoptait parfois quand elle ne trouvait pas de solution à un problème et que les circonstances ne semblaient pas jouer en sa faveur. Si ça n'avait tenu qu'à elle elle serait déjà près de l'homme qui se dandinait là-bas, et tant pis si elle ne serait plus en vue des gardes. Mais elle n'était pas seule, et ça ne tenait plus à elle maintenant qu'elle avait emmené Ian dans son affaire. Elle le regardait d'un air un peu perdu, attendant qu'il prenne la meilleur décision pour eux, et pour le malade.

copyright acidbrain


Revenir en haut Aller en bas
Ian F. Lennon
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 21/11/2015
Messages : 850
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Montre-moi le monde   Jeu 26 Mai 2016 - 11:22

Il regardait la rousse de ses yeux ronds. Son réflexe avait été instinctif, mais il ne savait absolument pas quoi faire par la suite. Il n’avait jamais affronté de malade, il n’avait jamais participé aux sessions entrainement de Jaden. Il avait accepté de suivre Rosie uniquement parce qu’il pensait ne pas tomber sur ça. Mais il était là, en chair et en os en train de vagabonder. Il était partiellement défait et c’en était tout simplement écœurant. Évidemment, il avait vu bien pire et n’était pas vraiment atteint par ce qu’il voyait. Son vrai problème, c’est qu’il ne comprenait pas. Comment c’était possible qu’il se déplace, qu’il soit debout ? Il devait arrêter de se poser des questions sur le pourquoi du comment, il devait se concentrer sur le faite que ce soit le cas et puis c’est tout. Maintenant, il fallait vivre avec et apprendre à le combattre.

- Il suffit de se tenir dans l’angle de tire. S’il a trop peur de nous, touchez-nous et bien il ne tira pas.

Par nous, il voulait surtout dire lui. Il savait que rien ne serait tenté si cela pouvait le tuer. Comme quoi être médecin avait tout de même un minimum davantage. Maintenant la vraie question était de savoir quoi faire. Il n’avait rien avec lui pour tenter de l’immobiliser. Surtout qu’il avait très peur des conséquences s’il touchait cette chose. Il espérait avoir raison. En tout cas il tenterait de le faire, ils n’avaient pas vraiment d’autre choix. Il regardait atour de lui et remarqua une pierre ce devrait être suffisant pour lui attirer l’attention.

- Je t’avoue que je n’en sais pas plus. Il faudrait qu’on l’immobilise pour pouvoir lui parler, mais je n’ai pas pris de corde avec moi. Ni rien d’autre qui pourrait avoir un effet similaire. Tu as quelques choses toi ?

Certainement qu’elle non plus. Il devait se rendre à l’évidence, ils n’étaient pas prêts pour vivre ce genre d’expérience. Ils auraient dû en discuter bien plus longtemps. Avoir l’aide des autres concernant la démarche à adopter. Pouvoir être éclairé sur tout un tas de trucs dont il n’avait même pas conscience. Il soupirait, mais maintenant il était là et il avait besoin de trouver une idée lumineuse et au plus vite tant qu’à faire, s’il ne voulait pas qu’il arrive quelque chose à Rosaleen. L’attirer à eux c’était une bonne idée en effet parce qu’il y en avait peut-être d’autre dans le coin. Mais pour l’emmener où ?

- Tu as raison, ce sera sans doute mieux si on l’attire. Il y a des cailloux par terre, on pourrait en lancer dans sa direction pour qu’il vienne nous voir. On devrait peut-être l’emmener en direction du banc. Si je lui saute dessus, il devait tomber à la renverse et être immobilisé.

Ian espérait juste qu’aucun morceau du malade ne tombe. Il avait remarqué que son bras droit ne tenait pas beaucoup et qu’il ne restait qu’un ou deux ligaments qui le fixaient à son épaule. Il redoutait déjà l’attitude de Rosaleen s’il lui faisait du mal par inadvertance. Est-ce que l’homme pouvait encore bouger son bras malgré cela ? C’était peu probable, mais comment faisait-il pour supporter la douleur ? Il devait rester concentré et ne pas penser au malade qu’il avait dit ! Plus facile à dire qu’à faire… Il avait une deuxième solution peut-être moins risquée, mais qui nécessiterait de faire demi-tour et d’aller chercher du matériel à l’intérieur du lycée.

- Sinon, on peut essayer de trouver une corde dans le lycée pour l’attacher fermement. J’avoue que je n’ai pas d’autre idée. Alors maintenant, c’est simple Rosie. Je te laisse les choix puisque c’est pour toi qu’on est ici et je t’épaulerais du mieux que je pouvais.


Ian n’était certainement pas dans les meilleurs des dispositions pour l’aider bien trop perdu par le monde qui l’entourait et qu’il ne comprenait guère. Cependant la rousse voulait discuter avec le malade, essayer de le comprendre. La personne qu’ils avaient tous deux devant les yeux l’était donc en toute logique il pourrait réussir à atteindre ce but ensemble. L’un avec l’autre est-ce que c’était une sorte de rendez-vous apocalyptique ? Il espérait que non et qu’un jour il pourrait inviter Rosie a un magnifique diner aux chandelles avec des pétales de rose tout autour d’eux, bref le grand art. En attendant, ils étaient là avec ce malade devant eux et ils devaient prendre une décision au plus vite avant qu'il ne la prenne pour eux.



☩ Walking Down On The Road So Far ☩

Mes AnnexesIan écrit en #990000

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Rosaleen A. Glanmor
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/12/2015
Messages : 507
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Montre-moi le monde   Mar 7 Juin 2016 - 20:54


''Montre-moi le monde''
ft. Ian




L'urgentiste semblait à la fois un peu perdu et complètement stressé par la situation, la rousse avait l'impression que plus les secondes s'égrenaient et plus la tension montait ; tension que la galloise ressentait de plus en plus. Elle s'en voulu un peu de l'avoir traîné dans cette sortie et lui lança un regard désolé, mais maintenant qu'ils étaient là... Elle ne pouvait se résigner à faire demi-tour. Quelque-chose l'attirait chez ces malades, quelque chose d'indéniablement malsain mais contre quoi elle ne pouvait pas lutter ; ou ne voulait pas. Cet appel à l'aide silencieux qui la réveillait parfois la nuit et qui provoquait en elle une impuissance difficilement acceptable. Elle écouta sans broncher les dires de son homme, jetant tour des regards sur lui, sur le malade un peu plus loin, et sur le lycée derrière eux. Croisant une nouvelle fois les yeux du brun, sa décision fut prise ; elle refusait de rentrer alors qu'ils étaient si près du but, mais elle savait que plus vite ils auraient fait ce pour quoi ils étaient là, et plus vite ils pourraient rentrer. Rosaleen posa la main sur son bras pour attirer son attention et parla à voix basse.

« Jeter un caillou c'est une bonne idée, on aura plus qu'à faire des signes et il viendra sûrement. Mais j'aimerai qu'on évite de l'attacher... Je sais que c'est beaucoup te demander et beaucoup de risques mais il est plus lent que nous, on pourra toujours aller plus vite vers le lycée... »

Bien consciente que Ian n'était pas au mieux de sa forme et qu'il valait mieux qu'il évite de courir, elle soupira légèrement ; pas d'un air blasé ni exaspéré, simplement résigné. Elle devait se rendre à l'évidence que cette sortie pouvait leur être fatale et qu'ils n'étaient pas encore prêts. Relevant vers le brun ses yeux verts, elle repris.

« Si tu veux faire demi-tour je comprendrais... »

Elle comprendrait oui, mais son envie d'en savoir plus, de trouver une solution et d'aider les malades ne la quitterait pas ; elle ne cesserait jamais d'espérer, c'était du moins ce qu'elle s'était promis. Parce-que tant que quelqu'un continuerait à croire, l'espoir était permis.


Quelques instants après, elle s'était remise au milieu de la route et tenait fermement dans sa main un des cailloux qu'ils avaient aperçu au sol à côté d'eux. Le malade ne les avaient toujours vu et semblait attendre dans un état second que quelque chose se passe, dos à eux. La galloise posa à nouveau les yeux sur Ian, un léger sourire se voulant confiant aux lèvres, avant de lancer la petite pierre en direction de la silhouette. Bien que l'objet n'atteint pas sa cible, le bruit qu'il émit suffit à attirer son attention, et il se tourna lentement, apercevant Rosaleen qui avait levé les bras pour les agiter. Sans le quitter des yeux, elle reprit.

« Regardes ! Il nous a vu ! Un coup d’œil vers Ian. Fais attention d'accord ? Ne fais rien d'idiot qui te mettrait en danger. »

Non pas qu'elle le prenait pour un idiot, loin de là, mais elle n'avait aucunement l'envie qu'il lui saute dessus pour l'immobiliser comme il l'avait dit plus tôt. Bien qu'elle se persuadait qu'ils pouvaient tous être sauvés, elle préférait éviter que son homme soit blessé par sa faute, ou pire, qu'il contracte à son tour la maladie. Le malade s'était mit en marche vers eux, d'un pas lent mais déterminé, et la rousse restait bien plantée où elle était, croisant néanmoins les mains un peu nerveusement ; et si tout ceci n'était qu'une grosse erreur ? Elle n'avait plus le temps d'y réfléchir, il n'était plus qu'à quelques mètres désormais. La jeune femme s'attardait sur les membres de l'homme, sur ce bras qui semblait prêt à tomber à tout moment... Elle prit une profonde inspiration, un pas vers l'arrière, avant de se perdre dans les yeux laiteux de l'infecté. Elle n'y voyait pas la mort, ni ce que les autres en disait, tout ce qu'elle voyait c'était la douleur, cette âme emprisonnée au fond d'un corps qui n'était plus sien, sans aucun échappatoire. C'était ça le pire, affronter ces yeux qui appelaient à l'aide et rester impuissant face à eux. Elle tendit une main tremblotante vers l'homme qui s'approchait toujours un peu plus.

copyright acidbrain


Revenir en haut Aller en bas
Ian F. Lennon
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 21/11/2015
Messages : 850
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Montre-moi le monde   Mer 8 Juin 2016 - 18:12

Il se redressa tant bien que mal, ils avaient discuté des différentes possibilités et c’était tout ce qu’il lui demandait. Il ne voulait pas la voir foncer tête baissée comme si de rien été. Il savait que Jaden lui avait enseigné tout ce qu’il pouvait. Elle savait à quoi elle s’exposait. Les malades n’étaient pas des jouer et il était dangereux. Il ne la retiendrait pas plus longtemps, ils avaient déjà tout ce chemin, il était temps de concrétiser le pourquoi il était là. Il attrapa les deux mains de la rousse alors qu’il plantait son regard dans le sien.

- On est venu ici pour ça, on ne va pas repartir maintenant. Faisons ça et surtout fait attention à toi. Je m’en voudrais s’il t’arrivait quelque chose.

Son but n’était pas d’inquiéter la rousse, mais simplement de la mettre en garde. Il comprenait bien que ce n’était pas facile d’appréhender ce qu’ils ne comprenaient pas, mais il voulait faire tout ce qu’il pouvait pour ça. L’urgentiste avait bien compris que derrière l’hésitation de ça la rousse était cachée sa jambe à peine remise. Que pouvait-il dire de plus ? Il inspira profondément avant de lâcher les mains de la rousse et de lui répondre.

- Je ne ferais pas demi-tour. Je suis peut-être lent, mais je forcerais sur ma jambe. Si je n’arrive pas à marcher correctement dans les prochains jours, ce n’est pas grave.

S’il devait remettre son atèle ou même ressortir les béquilles et bien il le faisait. Il était prêt à tout pour elle. Faire un tel sacrifice ne lui faisait pas peur, même s’il était condamné à boiter pour le reste de ses jours, il ne ferait pas demi-tour pour autant. Il voulait comprendre ce qui se cachait derrière les malades au moins autant qu’elle. Il avait cependant l’impression qu’elle prenait cette situation bien trop à la légère. Il ne savait pas vraiment quoi faire, laissant la rousse attirer le malade.

- C’était prévisible, mais bravo. Il est tout seul et tant qu’on ne fait pas trop de bruit on ne devrait pas en attirer d’autres.

Il regardait l’homme marcher dans sa direction. Il avait le regard vide de toute expression et la démarche lente. Ian se rassurait, il n’aurait peut-être pas besoin de courir après tout. Comme il n’avait pas bougé, il était encore caché par la voiture le malade ne se rendit pas compte de sa présence et continuait sa course en direction de sa rousse qui ne semblait pas vraiment bouger. Ian avait envie de lui crier de s’éloigner parce qu’il se rapprochait un peu trop d’elle, mais il savait que ça n’aurait d’effet que d’en attirer d’autre. Il devait agir, cependant il n’avait jamais vraiment été un homme d’action, son regard se ferma d’un coup alors qu’il décida d’emboiter le pas du malade. Il marchait vite sans faire beaucoup de bruit.

Sans vraiment réfléchir alors qu’il était sur le point de sauter sur Rosaleen bouche ouverte, Ian l’enserrait de ses bras et le tira vers lui. Il avait fait sa prise au niveau des coudes et avait réussi à attraper les deux bras. Il était plutôt fier de lui, bien qu’il craignait un retour de flamme de la rousse. Il tourna la tête sur le côté alors qu’il sentait l’odeur putréfier du dos du malade dans ses narines. Il n’avait pas prévu ça quand il avait choisi d’intervenir. Le malade qu’il avait entre les mains était tout simplement squelettique, mais bien plus grand que lui. Il savait qu’il ne pourrait pas le mordre tant qu’il le tiendrait bien fermement. Cela demandait un certain effort de le maintenir, mais il pourrait le tenir encore un petit moment. Il avait surtout peur de lui arracher un bras par inadvertance et d’entendre les hurlements de Rosaleen.

- Je suis désolé, ne m’en veux pas. J’ai eu peur pour toi. Il s’approchait trop, je ne savais pas quoi faire. Je ne pouvais pas le tuer, puisqu’on n’est pas là pour ça et que tu m’en aurais voulu, alors je me suis contenté de l’attraper. Si tu veux, je peux le relâcher, mais je t’avoue que je serais rassuré tant que je l’aurais dans les bras.

La voix de Ian était un peu tremblotante, parce qu’il était perdu. Il ne savait pas du tout comment évaluer la situation. Il espérait du fond du cœur que la rousse ne lui demande pas de relâcher le malade qu’il avait entre les mains.



☩ Walking Down On The Road So Far ☩

Mes AnnexesIan écrit en #990000

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Rosaleen A. Glanmor
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/12/2015
Messages : 507
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Montre-moi le monde   Dim 12 Juin 2016 - 14:08


''Montre-moi le monde''
ft. Ian




Le temps avait semblé comme en suspend. Les secondes s'étaient égrenées lentement depuis qu'ils étaient sortis du lycée et la rousse avait eut l'impression que son âme prenait une bouffée d'air frais malgré la désolation évidente du décor qui les entourait. Elle sentait une reconnaissance profonde envers Ian qui avait accepté de l'accompagner malgré sa jambe encore douloureuse et tous les dangers présents à l'extérieur. Leurs vies pouvaient basculer en une fraction de secondes et l'urgentiste devait parfaitement le savoir contrairement à la rousse qui se trouvait souvent bien vite distraite. Cet instant ne dérogeait pas à la règle et alors que le malade s'était avancé vers elle, le temps s'était comme arrêté. Elle en avait oublié le danger et tout ce qu'ils risquaient tous les deux à être sortis sans plus de préparation, tout ce qu'elle ressentait désormais était l'oppression de cette douleur qu'elle percevait au fond des yeux de ce pauvre homme. Rosaleen ne parvenait pas à détourner son regard du sien tant il était profond, elle était persuadée de la voir, cette âme bloquée au fond d'un corps qu'elle ne régissait plus. Qu'avaient-ils tous fait pour mériter cela ? Ils étaient tous porteur de la maladie comme l'avait affirmé Jaden, alors il semblait que le karma de chaque personne n'avait rien à voir avec ce sort. Peut-être était-ce pour les énergies supérieures une manière de limiter l'évolution de l'humanité ? De ne laisser que des ''élus'' comme dans ce genre de film apocalyptiques ? Mais à quoi bon ? Que pouvait-il leur être reproché qui méritait une horreur aussi extrême ? Il devait forcément y avoir une solution, c'était indéniable... Peut-être que chaque âme se devait de survivre dans un corps décharné pour pouvoir en sortir encore plus forte ? Peut-être que dans quelques mois tous retrouveraient la raison et que ce fléau ne serait qu'un mauvais souvenir... La galloise voulait comprendre, elle en avait besoin si elle voulait avancer.La main toujours tendue vers l'homme qui approchait, elle pouvait maintenant presque sentir son souffle putride sur ses doigts. Et si c'était ça la solution, l'acceptation ? L'attention ? Peut-être était-ce tout ce dont ils avaient besoin...

Et l'homme sembla s'éloigner d'elle. Le lien qu'elle avait tenté de tisser s'était brisé et elle ne pu retenir un sursaut d'étonnement en posant sur son aimé des yeux un peu perdu. Que venait-il de se passer ? La rousse pensait être prête à prendre du recul, garder ses distances, et voilà qu'elle les avait mit tous les deux en danger. Elle recula d'un pas et posa une main tremblotante sur sa bouche alors que Ian prenait la paroles, lui aussi prit par l'émotion difficilement contrôlable que cette situation avait provoquée. La galloise secoua la tête en fermant un instant les yeux.

« C'est moi qui suis désolée, je... j'ai fait n'importe quoi. Tu aurais pu être mordu et... »

Elle se tue, ne pouvant en dire plus alors qu'elle retenait un sanglot. Rosaleen s'en voulait, elle était parfaitement consciente que son attitude avait été les plus irresponsable qui soit et qu'elle les mettait tous les deux en dangers. Que se serait-il passé si elle était sortie seule ? Certainement qu'elle ne serait jamais rentrée. Elle rouvrit les yeux et posa un regard à la fois horrifié et plein de culpabilité sur les deux homme devant elle. Ian tenait fermement le malade, il était dans son dos et l'homme se débattait afin d'atteindre la rousse ou n'importe quelle matière vivant à proximité, son bras ballant risquait de ne pas tenir longtemps. Elle reprit la parole d'une petite voix étouffée par l'émotion.

« Ne le lâche pas d'accord ? Mais fais attention surtout... pardonne-moi. »

Adressant à son homme un regard lourd de sens, elle prit une profonde inspiration et se mit à jeter des regards aux alentours en veillant bien qu'aucun autre malade n'avait fait irruption dans la rue. Elle hésita un instant à aller chercher de quoi le maintenir attaché sur le banc, mais elle se refusait à traiter de la sorte un être vivant. Consciente cependant que Ian ne pourrait probablement pas le maintenir indéfiniment de la sorte, elle tenta de retrouver au mieux ses esprits et reprit la parole en posant une main douce sur le bras ballant de malade.

« Tu... tu crois qu'il souffre ? Puis, au vu du visage plein d'inquiétude de l'urgentiste, elle poursuivis d'un air résigné en baissant la tête. Si tu sens que c'est trop difficile de le maintenir, on peut trouver une autre solution d'accord ? »

Le brun avait fait des efforts indéniables pour elle, et elle, qu'avait-elle fait à part les mettre en danger ? S'il fallait en venir à attacher le malade pour que Ian soit plus à l'aise ou plus tranquille, elle mettrait de côté la colère que cet acte provoquait en elle. Les efforts se devaient de marcher dans les deux sens.

copyright acidbrain


Revenir en haut Aller en bas
Ian F. Lennon
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 21/11/2015
Messages : 850
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Montre-moi le monde   Lun 13 Juin 2016 - 17:04

Le malade qu’il tenait dans ses bras se débattait un peu, mais il tiendrait longtemps encore pour protéger la femme qu’il aime. Il ferait ça jusqu’à ce que la moindre parcelle de force de son corps s’épuise si le fallait. Il préférait ne rien dire quand la rousse s’excusait. Si elle pouvait se rendre compte du danger, c’était sans doute une bonne chose. Au fond de lui il était terrorisé, mais tant qu’il restait ainsi personne n’était en danger à condition qu’aucun autre malade ne pointe le bout de son nez derrière eux. Il ne pourrait pas l’apercevoir et il n’aurait sans doute pas le temps de réagir puisqu’il était déjà occupé avec ce qu’il avait entre les mains.

- Ne t’en fais pas, ce n’est rien. Nous allons tous les deux bien, c’est le principal. Concentrons-nous sur lui tu veux ?

Il aurait pu s’énerver dans une telle situation, mais son seul objectif était de rassurer Rosaleen. Elle devait se montrer forte et affronter sa peur. Il avait bien remarqué que sa voix c’était légèrement étouffé et qu’elle frôler les larmes. Ian aurait voulu faire quelques choses pour la soutenir, mais dans la situation présente, il ne pouvait rien faire sans lâcher le malade et ce n’était pas vraiment prévu au programme. Elle présentait ses excuses, mais pourquoi donc ? Oui elle n’avait pas réagi à temps, mais il l’avait fait. Elle ne devait pas pour autant se décomposer.

- Tu n’as pas à t’excuser, je le tiens ne t’inquiété pas. Je te préviendrais au plus vite si je vois que je ne tiens plus.

L’homme ne pouvait pas trop voir ce que faisait la rousse. Il lui faisait confiance pour ne pas faire de bêtise. Son regard semblait triste et perdu ce que l’urgentiste pouvait parfaitement comprendre. Il tenait fermement ses deux poignets avec les mains opposées pour ne lâcher. L’homme se débattait, mais Ian gardait son courage et sa force. Il n’arrivait pas à savoir comment il arrivait à trouver cette force vue dans l’état dans lequel il se trouvait actuellement. Normalement aucun de ses membres ne devait être capable de bouger. Il semblait ne plus avoir de sang, les muscles ne pouvaient donc pas être alimentés en oxygène et il s’agissait là uniquement de la première chose à laquelle il pensait. Il fut chassé de ses pensées par Rosaleen qui posait une question des plus sensées.

- Je t’avoue que je ne sais pas. Dans le doute, je dirais non. Il n’a plus l’air d’être capable de faire grand-chose, son cerveau ne doit pas fonctionner correctement.

Ian lui aurait bien proposé de répondre à sa question avec une simple expérience, par exemple une entaille dans le bras et observer la réaction de leur cobaye, mais il savait parfaitement que ça ne lui plairait pas et puis qu’est-ce que ça pourrait bien leurs apporter ? Certainement pas grand-chose. La réponse n’était peut-être pas celle attendue par Rosie. Il restait immobile attendant simplement que Rosaleen observe le malade entre ses bras.

- Rosie ai confiance en moi comme j’ai confiance en toi. Ne t’en fais pas. Fait ce que tu as faire. Je tiendrais bon. Si tu veux que je le déplace, ça peut être possible aussi, mais je ne peux pas t’aider si tu ne me dis pas quoi faire. Pour une fois c’est à toi de prendre les décisions. Je ne peux rien faire ni même voir ainsi.

Les paroles d’Ian se voulaient rassurantes. Il fallait que la rousse retrouve ses moyens au plus vite. Il se sentait tellement vulnérable. Il regardait Rosie droit dans les yeux, se voulant le plus sûr de lui possible sans pour autant devenir le docteur Lennon. Il voulait lui faire comprendre qu’elle était capable de tout gérer et que c’était une grande fille.



☩ Walking Down On The Road So Far ☩

Mes AnnexesIan écrit en #990000

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Rosaleen A. Glanmor
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/12/2015
Messages : 507
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Montre-moi le monde   Jeu 16 Juin 2016 - 16:00


''Montre-moi le monde''
ft. Ian




Elle devait faire des efforts, il le fallait, ne serait-ce que pour Ian, pour la patience dont il faisait preuve. Prendre sur elle et regarder la réalité en face. Mais la seule réalité à laquelle elle acceptait de croire était l'espoir. Cet espoir imbrisable qu'un jour quelqu'un trouverait une solution à cette maladie et qu'ils pourraient tous reprendre une vie normale. Alors oui, l'homme devant elle ne pourrait peut-être pas être sauvé, rien qu'à voir son bras ballant et son visage dont la décomposition semblait bien avancée, il était probablement déjà trop tard pour lui. Mais il y en avait tellement d'autres qui méritaient que l'on garde espoir... C'était ça qui avaient toujours fait avancer les gens pas vrai ? L'espérance. Sans quitter des yeux l'homme, Rosaleen entendait la voix qui se voulait calme de Ian ; il faisait de son mieux pour lui laisser le temps dont elle avait besoin et rester patient, elle en était consciente et se doutait bien que cette situation devait être loin d'être confortable pour l'urgentiste. Il répondit à sa question sur la douleur et la rousse hocha la tête d'un air grave.

« Je comprends. »

Oh que oui elle comprenait. Elle comprenait parfaitement qu'au vu de son état, le mort ne devait plus sentir à quel point son bras à moitié arraché aurait pu lui faire mal, il ne devait même pas comprendre d'où venait cette entrave qui l’empêchait d'avancer. Ce n'était cependant pas de cette souffrance là dont parlait la rousse, le corps n'était qu'une enveloppe qu'ils seraient tous amenés à quitter lorsque leur heure serait venue. Mais au fond de chaque pantin articulé, il y avait une âme qui ressentait et vivait, une âme bloqué dans un corps qui ne lui appartenait plus et qui devait ressentir tous les maux que ce qui faisait avant partie d'elle devait encaisser... La galloise ne souleva cependant pas ce point ; il n'avait en premier lieu pas le temps de s'y attarder, et en deuxième point, il fallait bien se rendre à l'évidence que Ian et elle avaient des avis très différents sur ce genre de cas, sur la vie et ce qui la constituait, et le moment était vraiment mal choisi pour entrer en conflit.

Hochant la tête aux mots de son homme, elle lui adresse un petit sourire quand son regard croise le sien. Bien sûr qu'elle lui faisait confiance, mais devait-elle se faire confiance aussi ? Et si un des gardes du jour tuait le malade avant qu'ils n'aient terminés ? Elle serra le poing, réfutant violemment cette possibilité dans son esprit, et glissa sa main gauche dans la poche de son jean. Avant de partir, elle avait emporté avec elle une de ses nombreuses pierres, une agate mousse. Elle avait bien prit soin d'en prendre en double afin de garder pour elle celles qui lui étaient bénéfiques et d'aider les autres avec celles qui restaient. L'agate mousse faisaient parties de celles qu'elle pouvait se permettre de donner. Les yeux posés sur la gemme verte aux teintes sombre, elle s'approcha de l'homme toujours fermement tenu par Ian ; il tendait le cou pour la croquer sans y parvenir. Avançant son bras droit qui était légèrement tremblant, elle ouvrit la tirette de la poche située au niveau du cœur sur le tee-shirt que l'homme portait, et de sa main gauche elle y déposa la pierre. Ce n'était pas pour le corps qu'elle faisait ça, mais bel et bien pour l'âme qui y était rattaché, l'aider à se sentir en liberté, jusqu'à ce qu'elle puisse enfin rejoindre ses semblables, dignement.

Alors qu'elle refermait la tirette, le mort parvint à agripper la manche de son pull et enroula ses doigts autour du tissu beige. Elle fixa d'un regard un peu absent ces longs doigts osseux qui s'entortillaient, cherchant à l'agripper bien plus vivement. La jeune femme avança sa propre main pour la poser sur celle de l'homme d'un geste calme, presque maternel, et avec cette même lenteur, elle libéra son pull se son entrave. La peau grisée du malade était froide et mole, le touché en aurait certainement écœuré plus d'un, mais la rousse n'était pas dégoûtée, pendant un instant elle n'avait plus craint ni pour sa vie ni pour celle de son aimé. Elle avait seulement ressenti une peine immense de voir ce que cet homme était devenu, comme beaucoup d'autre ; avait-il des enfants qui l'attendaient quelque part ? Un frère ou des parents ? Certainement. Comme la plupart d'entre eux. Elle espérait de tout cœur que cette pierre qu'elle lui avait légué l'aiderait à moins souffrir au fond ; chacun d'eux le méritait. Enserrant à son tour légèrement les doigts du mort, elle ne pu retenir une larme qui roulait désormais sur sa joue.

« Ça va aller maintenant... »

C'était bien à cet être qu'elle s'adressait, à cette âme qui appelait silencieusement pour de l'aide. Ses mots avaient sonnés comme une promesse que dorénavant il n'y avait plus de soucis à se faire, le temps viendrait où elle pourrait reposer en paix. Approchant sa main libre de son visage, Rosaleen essuya du revers de la manche sa joue mouillée.

copyright acidbrain


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Montre-moi le monde   Aujourd'hui à 16:55

Revenir en haut Aller en bas
 

Montre-moi le monde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» Le monde du jeu 2010, 10-11-12 septembre
» Inauguration de la plus puissante turbine à gaz au monde
» Canada, le Pays le Plus Accueillant au Monde pour les Expatriés
» Décès d'Éval Manigat, père de la musique du monde québécoise
» La place d'Haïti dans le monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-