Partagez | .
 

 The Chase Is Better Than The Catch

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Auteur
Message
Juliane Lyndey
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 610
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: The Chase Is Better Than The Catch   Dim 15 Mai 2016 - 11:36

Lorsque la petite fille s'était approchée de Juliane, pour lui expliquer de sa petite voix enfantine qu'au départ son père ne voulait pas qu'elle ait une arme, Jill lui sourit complètement attendrit par cette gamine. Elle avait toujours adoré les enfants, et ce fut avec en souriant encore un peu plus qu'elle confia : « -ça nous fait un point commun comme ça ! Parce que j'adore l'état aussi ! J'suis née là-bas ! » Elle adressa un clin d'oeil à la gamine avant que Nans ne lui donne ses consignes au sujet des balles. A nouveau la jeune femme resta quelques secondes à regarder cette complicité père fille, pensant forcement à son propre père à cet instant… Il lui manquait beaucoup… Elle regrettait beaucoup de choses… Mais bon…

Une fois les présentations faites, Jill pencha la tête sur le côté, en hochant la tête vers l'avant : « -ba écoute si tu proposes pourquoi pas… Même si ouais, j'aime pas trop ces trucs… » Elle marqua une petite pause de quelques secondes avant de froncer les sourcils et d'ajouter interrogative : « -ça se voit tant que ça que je suis une quiche en arme à feu ?! » Mais elle émit un petit rire, parce qu'elle se doutait bien que les gens expérimenté examinait en un coup d’œil les armes que portaient les étranger qui croisait leur route. Elle le faisait, mais voir une arme ne l'aidait pas forcement à connaître les dégâts quelle pouvait faire. Alors ouais, si Nans pouvait lui donner quelques conseils, ou l'aider un trouver un truc qui ne la traumatiserait pas en l'utilisant… Elle était partante.

Mais ils en parleraient plus tard, parce que pour le moment, une quête venait de leur tomber dessus. Une fois la trappe soulevée par les soins de big daby, Jill fut soulagé que rien ne leur ait sauter à la figure. Il y avait une échelle, dont seuls les premiers barreaux étaient visibles. Le reste s'effaçait dans la pénombre du sous-sol. Lorsqu'il déclara descendre en premier, Jill regarda Nans le regard neutre, avant de lui adresser un sourire en coin. C'était pas une question d'être gentleman, c'était juste que l'aventure aussi petite soit-elle lui donner une pousser d'adrénaline. « -ça marche, mais t'appelle même si ça va pas. Histoire que j'vienne te chercher. » De toute façon y'avait pas à discuter, si elle entendait que ça chauffait, elle viendrait à son aide.

Tout en restant postée devant la trappe ouverte, sa lampe braquer en bas pour donner un Nans un peu plus de lumière, Jill jeta un rapide coup d'oeil à Texas. Ce mec avait vraiment confiance en lui pour risquer sa peau en laissant sa gamine derrière… Enfin, il semblait bien gérer les morts-vivants, mais tout de même… Jill cligna des yeux, revenant à la réalité en écoutant la voix du père en bas. De toute façon, ce n'était pas ses affaires, ce mec éduquait sa fille comme il voulait. Juliane n'avait pas d'enfant, alors elle ne pouvait pas se prétendre juge. « -magnifique ! » lança-t-elle avec ironie en posant son sac à dos sur le sol. « -tu gardes la boutique Texas ? » La petite adressa un grand sourire à Juliane, hochant la tête positivement, presque fière d'avoir cette responsabilité. « -parfait ! On fait ça vite ! » Enfin…

Jill coinça sa lampe entre ses dents, et descendit l'échelle en se laissant glisser le long des côtés, comme elle le faisait à la ferme de ses parents dans la grange. Une fois arriver, du coup assez rapidement, en bas, Jill s'approcha de Nans, évitant de lui braquer sa lampe en pleine tête. Le couloir était vraiment étroit… Alors elle évita de se mettre trop prêt tout de même. Des grognements se faisaient entendre de l'autre côté de la porte, la voix forte de Nans les avaient sans doute stimuler. « -c'est quoi ton plan ? On ouvre et on déglingue tout ce qui passe ? » Elle disait cela avec un petit sourire. Aller savoir pourquoi, elle sentait un bon feeling avec ce type. Jill sortie son couteau, histoire d'être prête. « - espérons qu'il y a des trucs utiles la dedans... » souffla-t-elle en prenant une grande inspiration prête à l'assaut.


Il fut un temps où tu étais sauvage
ne les laisse pas te dompter...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: The Chase Is Better Than The Catch   Lun 16 Mai 2016 - 11:29

Je regardais la porte devant moi. J’essayais de comprendre dans quoi nous venions de mettre les pieds. Il ne me fallut pas très longtemps pour enfin comprendre. Ici il y a un tas de mecs qui croient dur comme fer à l’apocalypse à cause de la destruction nucléaire et ce mec-là devait faire partie d’eux. J’écoutais attentivement les grognements, ils devaient être au moins deux à l’intérieur de l’abri anti atomique. Peut-être qu’il avait une femme dans sa vie. On va lui laisser le bénéfice du doute encore quelques minutes. J’attendais impatiemment que Juliane me rejoigne, j’éclairais le bas de l’escalier pour l’aider et non pas pour mater ses fesses comme certains petits abrutis diraient. Elle a l’âge d’être ma fille voyons.

- Fait attention à ne pas glisser surtout, y a certain des barreaux qui sont un peu traîtres. Au pire, j’essayerais de te rattraper.

Il éclatait de rire après sa remarque débile. Le son était en train de raisonner dans la petite pièce, ce qui amplifiait également l’énervement des narvalos dans la pièce à côté. Heureusement, la brune ne tarda pas à pointer le bout de son nez à mes côtés, nous ne serions pas trop de deux pour gérer cette situation alambiquée. Ils se retrouvaient un peu serrés dans cette toute petite pièce, mais cela ne devrait pas tarder. Je préférais taire toutes les remarques qui me venaient en tête en cet instant présent pour ne pas vexer Jill. Je ne la connaissais pas encore assez pour comprendre son caractère. Je reportais alors mon attention sur ce qui était réellement important.

La porte était fermée à l’aide d’une poignée similaire à celle d’une vanne. J’avais l’intention de l’ouvrir et de maintenir la porte le plus longtemps possible. Ce ne serait pas facile, s’ils étaient nombreux derrière la porte, mais ce devait être jouable. J’avais l’espoir que Juliane ne soit pas sur la défensive à l’idée de manier du couteau dans le lard des narvalos.

- Le plan est simple, de toute façon, n’y a pas trop le choix… J’ouvre la porte, je maintiens la porte et toi tu plantes les machins qui en sortent. Est-ce que ça te convient ? Enfaite je doute qu’on est vraiment d’autre choix ! Donc je dirais que oui.

J’attrapais la poignée à demain et commençais à la faire tourner, les premiers mouvements ont était compliqué à enclencher, mais ensuite c’était plutôt facile. Je commençais à sentir la pression des narvalos sur la porte. Je me tenais en position attendant le feu vert de Jill avant d’ouvrir progressivement la porte. Je ne m’étais pas trompé, il y en avait bien plusieurs à l’intérieur. J’observais la brune planter son couteau dans la tête des monstres, ça avait presque l’air d’être sexy. Je secouai la tête un instant me demandant bien à quoi je pouvais penser, c’était assez surprenant, mais pas vraiment dérangeant. Je rigolais doucement à ma bêtise, mais également regardant les cadavres s’écrouler au sol. J’aurais bien aimé le faire lui-même, mais j’avais déjà un rôle, m’occuper de la porte.

- J’espère bien qu’il y a quelques choses d’intéressantes là-dedans, sinon tu as transpiré pour rien.


Je finit par ouvrir la porte en grand maintenant que le danger et écarté. Je doutais croisé un autre narval en liberté vue le bruit que j’avais fait en rigolant. La pièce était plutôt grande. La première chose que je remarquais, c’était un générateur dans un coin de la pièce. Je m’en approchais sans hésiter. Tout en me rappelant les histoires sur le monoxyde de carbone. Je sors alors mon briquet l’allume et le descend doucement, il s’éteint alors à 10 centimètres du sol. Plus d’oxygène…

- Surtout, ne t’allonge pas par terre, et s’il y a des escaliers quelques parts ne les empruntent pas. Enfin sauf si tu veux mourir asphyxié. Si ça se trouve, c’est ça qui les a tués ses abrutis.

C’était quand même un comble, il ne devait pas avoir survécu longtemps. Vu les conneries qu’ils avaient faites. Mauvais système d’évacuation, ce n’est pas compliqué de respecter les normes pourtant. Je posais ma lampe torche en hauteur de façon à éclairer toute la pièce. Je pouvais alors observer les alentours comme je le souhaitais, je trouvais de bonnes armes et de la nourriture et même de l’eau dans des bouteilles en verre. Le mec savait ce qu’il faisait, c’est une bonne chose pour nous.

- Pour répondre à ta question, c’est simplement parce que tu avais une arme à feu, tu l’aurais certainement à la ceinture ou dans les mains quand je t’ai rencontré, ensuite ta remarque à Texas, n’a fait que le confirmer.

Il accompagnait d’un clin d’œil sa remarque avant de balayer d’un geste du bras toutes les choses inutiles disposées sur la table. Il était temps de fouiller l’endroit maintenant…
Revenir en haut Aller en bas
Juliane Lyndey
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 610
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: The Chase Is Better Than The Catch   Lun 16 Mai 2016 - 20:35

Au pire ! Mais quel gentleman ! La réflexion de Nans eut le mérite de faire sourire Juliane alors qu'elle optait pour la descente rapide en évitant les barreaux. La jeune femme espérait que ça valait le coup… Parce que prendre des risques pour trouver une veille couverture pleine de puces et du pain moisi, merci bien. Enfin la porte laissait penser à un genre d'abri anti-atomique… Alors ils y trouveraient peut-être le jackpot de boites conserves ! Le tempe de la bouffe ! Espérons qu'il n'y aurait pas que des haricots rouges…

Une fois à côté de Nans, Jill ne put s'empêcher une petite phrase amusée : « -ou lala c'est intime tout ça ! » Un haussement de sourcils amusée. Depuis quelques mois, elle redevenait peu à peu la véritable Juliane, retrouvant son humour parfois décalé, sa façon simple et directe de dire ce qu'elle pensait. Peu à peu le traumatisme du début de l'apocalypse s’estompait en elle. De toute façon, il fallait faire avec. Et comme elle avait décidé de continuer à vivre, elle n'avait pas le choix que de faire face. Avec une pointe de légèreté c'était tout de même plus sympa.

Jill écouta le plan de Nans en le fixant du regard dans cette atmosphère à la limite entre le romantique et le film d'horreur. « -ah ba ouais, comme ça c'est moi qui me dégueulasse ! » C'était de l'ironie, et les yeux qu'elle venait de lever au plafond en témoignait. « - aller go ! J'suis prête ! » Elle empoigna fermement son couteau juste après avoir éteint sa lampe torche, et de l'avoir coincé dans l'arrière de son pantalon.

Bon, ce n'était plus le moment de faire la con, c'était sur ses petites épaules que leurs survit reposait. Si elle en loupait un seul, ça pouvait être la cata… Et elle n'avait pas envie de devoir annoncer un truc bien moche la petite fille de 7 ans qui se trouvait encore en haut. Jill se concentra alors afin de ne pas foirer la mission que Nans venait de lui coller sur les bras. Elle prit une grande inspiration avant que la porte ne s'entre ouvre et que la première face de moche n'apparaisse. La lame du couteau se planta rapidement au niveau de la tempe, puis dans le second crâne… Ainsi de suite. Peu à peu les corps s'accumulaient sur le sol, et Jill lança un rapide coup d'oeil à Nans qui semblait la fixer ou rire. Elle voulait lui lancer un « -quoi ?! » mais elle préféra en terminer au plus vite.

Jill recula de deux pas lorsque Nans ouvrit enfin la porte. Good Job ! Elle se passa l'avant bras sur le front et stoppa son geste lorsqu'il fit une réflexion sur sa transpiration. « -ça va je sus pas comme un phoque non plus ! Mais fait chaud ici avoue ! » Il faisait chaud, et ils étaient presque collé l'un à l'autre depuis plusieurs minutes, le temps de faire le ménage. Lorsque Nans entra, Jill profita qu'il ait le dos tourné pour sentir sa propre odeur. Une petite mimique du visage, ça allait, elle puait pas… Enfin pas trop… Du moins à comparé de l'odeur qui régnait dans la pièce c'était rien.

« -oh ba non moi qui voulait faire une sieste avec nos nouveaux potes ! » lança Jill en levant les deux bras après avoir enjambée tant bien que mal le mont de corps sa lampe à nouveau en main et allumée. La jeune femme rangea sa lame après l'avoir essuyée sur un lambeau de vêtement d'un cadavre. Jill balaya l'autre côté de la pièce. Sa lampe entre ses dents, elle écouta Nans, tout en virant ses cheveux de ses épaules, parce qu'elle mourrait de chaud dans cette cave. Ces mecs avaient scellé leurs propres tombeau… Ce tombeau sera votre tombeau… Si c'était pas moche quand même…

Jill tourna la tête en direction de Nans, braquant la lumière en plein de sa tronche, avant de récupéré vite fait sa lampe d'une main de dire : « -pardon... » Elle émit un petit rire en écoutant les explications qu'il lui donnait au sujet de sa quichitude. Tout en avançant dans la pièce, elle dit : « -j'aime pas le bruit que ça fait, ni l'odeur… Sachant que ça les attirent en plus de ça… Mais c'est certain qu'il va bien falloir que je m'y mets un... » Mais elle ne termina pas sa phrase car une hurlement sur aiguë retentit. Deux syllabes : PAPA ! Le regard de Juliane se fixa sur Nans. Texas ! Sans attendre quoi que se soit de Nans, l’instinct de Jill parla le premier et elle se précipita vers la porte, sautant au dessus des corps avec agilité. Elle était plus rapide, plus souple et sans doute plus agile que Nans. De plus grâce à l'escalade, elle grimpa l'échelle en un temps record, afin de bondir hors de la trappe. La lumière lui brûla quelque peu les yeux, mais elle repéra bien vite trois rodeurs agglutinés près d'une étagère ou était perché une petite fille qui tentait du mieux qu'elle pouvait de résister à leurs forces. A nouveau, Jill ne réfléchit pas, elle se précipita pour planter son couteau dans le premier des crânes ramollit, lutta un peu plus contre le second, mais elle parvint à le liquidé également. Elle éloigna le troisième en lançant : « -aller viens là toi ! Viens me voir ! » Fort heureusement il la suivit, et elle put lui réglé son compte en quelques secondes… Ils n'étaient pas très rapide. C'était tant mieux… Le souffle court, elle posa son regard sur l'enfant… Pas de bobo ?


Il fut un temps où tu étais sauvage
ne les laisse pas te dompter...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: The Chase Is Better Than The Catch   Mer 18 Mai 2016 - 21:55

Tout se passait bien en bas pour nous, mais nous étions loin de nous douter que c’était le bordel là-haut. J’avais commencé à faire le tri des choses utiles, trouvant même des boites de conserve qui pourrait être vraiment très précieuse. J’avais souri aux remarques plutôt rigolotes de Juliane. Moi qui avais arrêté d’affiches une mine joyeuse depuis si longtemps. Je n’avais pas perdu mon humour, c’est plutôt que plus rien n’était réellement comme avant. Je faisais toujours les mêmes vannes pourries, j’étais toujours fière des exploits de ma Texas, mais je n’arrivais plus à sourire. J’étais toujours une de ses putains de raciste, mais ça, il ne faut pas vraiment en parler.

Je continuais mon petit train-train dans le bunker quand le cri de Texas retentit dans mes oreilles, mon sang ne fit qu’un tour. Je fis rapidement volt face. Juliane était déjà partie à la rescousse de Texas puisqu’elle était plus proche de la porte que moi. Je sautais par-dessus le tas de narvalos au sol et attrapa l’échelle d’une main. Je montais les échelons deux par deux pour gagner le maximum de temps et rattraper l’avance que la brune avait sur moi. Lorsque j’émergeais enfin de ce tunnel. J’étais désorienté pendant une fraction de seconde à cause de la douce lumière du soleil.

Je maudissais en argot Texan sans vraiment m’en rendre compte. Texas était grimpé en haut d’une étagère et des narvalos essayaient de s’en prendre à elle. Je savais que son cri en avait certainement alerté d’autres. Je devais donc faire vite. Juliane était déjà sur les monstres en train de les planter avec son couteau, ou était mon pied de biche ? Je l’avais laissé en bas misère. Ce n’est pas ça qui aller m’arrêter pour autant. L’odeur de décomposition des narvalos était en train de faire monter mon adrénaline, il était temps d’agir et d’agir vite alors que la bestiole se rapprochait d’un agnel mort de la brune.

Je ne réfléchissais pas beaucoup plus longtemps je me jetais dessus de tout mon poids. Un magnifique plaquage absolument pas dans les règles. Le rôdeur la tête du rodeur avait heurté contre le mur, mais je l’entendais toujours grogner, il n’était pas mort. Je m’appuyais sur lui pour me relever sans qu’il ait l’occasion de le faire et je lui assenais des coups de pied dans le crâne jusqu’à ce que ce dernier explose. Je remerciais mes chaussures coquées à cet instant précis. Enfin la menace était écartée, je pouvais me tourner vers Texas.

- Il t’est arrivé quelques choses ?

- Non, heureusement Jill est arrivée à temps.


Je poussais alors un soupir de soulagement, le plus grave était évité. Ma petite fille resterait avec moi pendant les prochains jours qui suivraient cette aventure. J’aidais ma petite à descendre de son perchoir. Il faudrait redescendre pour remonter la nourriture et les munitions, mais je n’étais pas prêt pour ça. Je ne voulais pas risquer de perdre ma fille à nouveau. Mon cerveau n’arrivait pas à trouver de solution. J’avais bien trop de mal à réfléchir pour cela. Heureusement pour moi, un nouveau narvalo fit son apparition dans mon champ de vision. J’avais encore besoin de me défouler. J’attrapais à pleine main un morceau de verre au sol. Il s’enfonçait un peu dans la paume de ma main, mais il s’enfonçait encore plus dans le crâne du monstre qu’il venait de faire son apparition.

Je me sentais bien mieux d’un coup. La pression était en train de s’échapper tout comme le sang de ma paume endolorie. Je léchais distraitement le sang qui s’écoulait de ma main avant de prendre un tissu dans mon sac pour m’en servir de pansement. J’avais l’habitude de faire les choses à la dure et ce n’est pas aujourd’hui que ça changerait.

- Y a vraiment des trucs utiles en bas, il faut redescendre, mais le secteur et pas encore sécurisé alors je ne sais pas vraiment comment agir, tu n’aurais pas une brillante idée ? Parce que là franchement je sèche.

Je comptais sur une fille que je connaissais à peine, mais en même temps ma force se limitait au mot taper. Tant que c’était aussi simple tout, allez bien, mais dès que ça commençait à être un peu plus compliqué, j’étais totalement perdu. Mon regard passait de celui de ma fille à celui de Juliane. J’étais totalement perdu. J’avais besoin d’aide. J’avais l’impression d’entendre des grognements encore partout autour de nous. Est-ce que j’étais en train de perdre la tête ? Je n’en savais rien, je sentais encore le sang battre au niveau de mes tempes. Je les massais un instant en essayant de reprendre le contrôle de mon esprit.

Je me sentais divaguer, trop de sang partout, trop d’adrénaline. Il fallait que je me calme. Je regardais fixement Texas qui c’était approché de moi et qui me chantonnait l’hymne américain. Cette méthode avait fait ses preuves à plusieurs reprises alors elle recommençait à chaque fois.
Revenir en haut Aller en bas
Juliane Lyndey
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 610
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: The Chase Is Better Than The Catch   Mer 18 Mai 2016 - 22:51

Instinct maternel ? Ou simplement reflex de survivant… Jill ne pouvait pas expliquer ce qui l'avait sortir si vite de la pièce du sous sol pour remonter à une vitesse folle. Plus de conscience en vrac au sujet de tuer des infectés, c'était la petite qui comptait. Plus que tout à ce moment là. Hors de question qu'elle merde. Elle serait sans doute incapable de regarde Nans dans les yeux si il était arrivé quelque chose à Texas. La voir ouvrir les yeux à nouveau pour pousser à son tour ces grognements… Non c'était impossible et l'histoire ne s'écrirait pas ainsi. C'était poussé par tout cela que la photographe avait enfoncé la lame de son couteau avec une certaine violence, qu'elle ne se connaissait pas, dans le crâne des rodeurs qui s'étaient à nouveau pressé dans la boutique.

A peine eut-elle regarder la petite en haut de son perchoir que Nans venait de se jeter au sol, non loin de Jill pour plaquer un infecté qu'elle n'avait pas vu. Sous la surprise du plaquage, elle avait fait un bon de côté, le souffle court à cause de tous ces efforts… Même si elle avait toujours été très sportif, il fallait bien avouer que le rationnement de nourriture n'aidait pas vraiment à garder la forme. Lorsque le crâne du rodeur fut réduit en bouillie, Jill eut envie de souffle à Nans que c'était bon. Qu'il pouvait arrêter… Mais elle se contenta de caler son dos contre les étagères derrières elle, la bouche ouverte, cherchant de l'air, tentant de redonner à son coeur un rythme moins rapide. La petite n'avait rien… Elle venait de la confirmer à son père…

Jill ferma les yeux quelques secondes, soulagée d'entendre ces mots. Elle était arrivée à temps… Rangeant son couteau, sa main libre vint ébouriffer un peu plus ses cheveux, geste qui était une habitude, une sorte de tic… Elle se pinça les lèvres entre elle, regardant le père et la fille. Nans semblait dans tout ses états… Et un nouveau rodeur en fit les frais… Jill n'osa rien dire. Elle pouvait comprendre… La peur… C'était sa fille… Elle le suivit quelques secondes du regard alors qu'il faisait un bandage de fortune autour de main. Puis elle baissa à nouveau les yeux, son regard croisant les corps des rodeurs qu'elle venait de tuer. De libérer…

Fronçant les sourcils pour se concentrer sur la voix de Nans, elle releva le menton dans sa direction. Il semblait désorienter. Étrange fêlure que Jill pouvait voir de cet homme à la carrure forte, et au caractère bien trempé. Sa fille était son talon d'Achille… Comme quoi s'attacher, avoir des liens avec les autres, cela vous rendaient faible… Mais c'était aussi ce qui rendait les gens encore humains… « -on va... » commença la jeune femme en avançant d'un pas, clignant des paupières pour réfléchir. « -non tu va redescendre. T'es plus costaud que moi, donc il te faudra moins d'aller retour. » Jill regarda la petite fille qui chantonnait doucement pour son père. Scène attendrissante au milieu d'un champs de bataille…

« -emmènes Texas en bas si tu veux la garder près de toi. Je peux monter la garde toute seule... » déclara la jeune femme en ouvrant quelque peu les bras. « -mais ça urge pas la minute… Prends un peu de temps… » Elle ne voulait pas qu'il prenne mal ce qu'elle venait de dire. « -Enfin c'est toi qui vois... » finit-elle par dire, avant de s'approcher de la devanture par laquelle était entré les rodeurs. Redevenant silencieuse, elle pencha la tête pour voir ce qui se passait dehors. Avec le bordel qu'ils venaient de faire, il y avait de bonnes chances pour que d'autres moches décident de s'inviter. A cet instant, Jill se rendit clairement compte qu'elle avait changé… Elle n'était plus du tout la même depuis le début de cette foutue épidémie… Changée, évoluée…

« -pour le moment c'est plutôt calme dehors... » ça leur permettait de souffler un peu. La jeune femme recula alors, avec prudence, avant de revenir près du père et de la fille. « -ça va aller ? » demanda-t-elle tout de même. « -j'peux descendre si tu préfères rester là avec elle. Aucun souci pour moi. » Etrange comme il y avait déjà une certaine forme de confiance entre eux, alors qu'ils ne se connaissaient pas plus que ça. Jill posa son regard sur la petite fille et demanda : « -et toi ça va ? Pas de griffures ? » Elle lui sourit et ajouta d'une voix plus douce que lorsqu'elle s'adressait à Nans : « -en tout cas bravo pour l'escalade, et tu as une très belle voix. » Jill donna une petite tape sur l'épaule du père, comme s'ils étaient de vieux potes, avant de retourner près de la devanture.


Il fut un temps où tu étais sauvage
ne les laisse pas te dompter...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: The Chase Is Better Than The Catch   Ven 20 Mai 2016 - 13:20

J’avais bien remarqué que la brune ne me regardait pas de la même façon. Elle venait de comprendre à quel point je tenais à ma fille. C’était mon univers, ce qui me maintenait encore du bon côté de la balance. J’avais fait des horreurs, elle le savait, mais elle continuait de m’aimer parce que j’étais son père. Sans jamais me demander si je faisais les bons choix. J’avais besoin de la protéger pour me sentir encore humain et ne pas me transformer en bête sanguinaire qui fait tout son possible pour survivre.

Il lui serait arrivé quelques choses, j’aurais été capable de tuer Juliane de sang-froid. Non pas que je l’aurais jugé responsable, mais que j’aurais eu besoin de me passer les nerfs. Je levais les yeux vers elle un instant. Je faisais certainement un peu peur. Puis je regardais à nouveau ma main, je devais certainement avoir mal, mais avec l’adrénaline je ne ressentais rien. Je devais avoir ce regard de fou à cet instant précis. Je n’avais pas l’impression qu’elle soit effrayée, ce qui était plutôt une bonne chose pour moi. Si je pouvais me fier à elle ça m’ôté une grosse épine du pied. Je voyais bien qu’elle me cherchait une solution et je ne pouvais que l’en remercier.

Elle avait raison, je serais le plus rapide et j’aurais moins d’aller-retour à faire. Cependant, je ne voulais pas prendre le risque de faire descendre Texas avec moi. Oui nous avions dégagé la zone, mais si elle glissait de l’échelle, c’était la fracture assurée et je ne voulais pas prendre ce risque. Je regardais ma petite fille avant de m’accroupir à sa hauteur. Elle devait comprendre que je ne l’abandonnerais pas, mais que c’était mieux pour elle. Surtout que le risque monoxyde était encore présent en bas.

- Texas, tu sais que je t’aime… Mais je ne peux pas te faire descendre, c’est trop dangereux…
- Et je te ralentirais, je m’en rends compte. Pendant que vous étiez en bas, j’ai trouvé un grand sac à dos de militaire, il te sera utile pour remonter des trucs.
- Merci, je ne sais pas ce que je ferais sans toi.
- Tu serais comme les narvalos dehors.
- Ne les appelle pas comme ça !
- Mais tu le fais tout le temps !
- Oui, mais moi j’ai le droit.

Un dernier sourire à ma fille avant d’aller chercher le sac qu’elle m’avait indiqué. Il était bien plus grand que mon sac à dos. En deux allers-retours, j’aurais certainement réussi à vider le bunker de tous les trucs utiles qu’il contenait. J’avais encore de la place dans mon sac, Texas aussi, Juliane certainement, on pourrait tout emmener sans trop de problèmes. La question était de savoir si nous aurions le temps de faire la distribution ici ou si nous devrions aller plus loin. Je jetais une nouvelle fois un regard vers Juliane, avant de m’approcher d’elle et de lui poser ma main gauche sur l’épaule.

- Je te confie Texas, elle te sera d’une précieuse aide. Je vais faire de mon mieux pour aller au plus vite. Prenais mutuellement soin de l’autre.

J’avais fait tout ce que je pouvais, il était temps de repartir en bas pour remplir une première fois ce sac. Je devais aussi retrouver mon pied de biche. J’en aurais certainement besoin plus tard. Surtout si les narvalos se faisaient bien plus présents dans les parages comparés à maintenant. Pendant ce temps j’entendais vaguement les voix de Juliane et Texas au-dessus de moi.

- Avec les habits de moto, on est protégé parce qu’ils sont plus résistants. Les méchant ils ne peuvent pas nous mordre, c’est pour ça qu’on garde nos casques.


Je connaissais bien ma petite Texas et j’avais vu à son regard qu’elle aimait beaucoup la brune. Il était rare qu’elle s’attache aussi facilement à quelqu’un, mais peut être que la façon dont elles se regardaient mutuellement avait aidé. Je n’avais pas d’explication à fournir, je la comprenais à peine par moment. Ma fille n’était plus celle que j’avais élevée depuis quelque moi. Enfin, je ne devais pas m’intéresser à ce qui se passait là-haut, mais plus tôt à remplir mon sac. Je retrouvais mon arme dans un coin et commençait à enfourner les conserves ainsi que les paquets de riz. Alors que mon sac commençait à peser un certain point, il était temps que je remonte pour la première fois. La prochaine fois, je remonterai principalement des munitions et des armes. Il restait encore deux ou trois paquets de gâteaux aussi. Alors que je grimpais à l'échelle, j’entendais la petite voix de Texas.

- Merci, c’est mon papa qui m’a tout appris. Et toi, ton papa, il t’a appris des choses bien aussi ?

L’innocence des enfants était vraiment quelque chose de magique. J’aurais bien réagi, mais je n’avais rien à dire. Je me contentais de vider mon sac sur le comptoir. Avant de redescendre, je n’ajoutais rien de plus. J’étais content que Texas discute avec quelqu’un d’autre que moi.
Revenir en haut Aller en bas
Juliane Lyndey
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 610
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: The Chase Is Better Than The Catch   Sam 21 Mai 2016 - 15:20

Depuis que les morts s'étaient relevés, Jill avait déjà vu pas mal de choses horribles. L'humain avait changé… On aurait pu croire à évolution, une capacité d'adaptation… En réalité l'épidémie faisait ressortir ce que les gens avaient de cacher en eux. Leurs peurs, leurs rages, leurs folies, leurs capacité à la violence, la haine… Il n'y avait pas que ça, cela faisait aussi remonter la force de l'amitié, la confiance qu'on pouvait s'accorder, l'amour puissant des liens du sang… Et Nans, à cet instant précis était le parfait exemple de toute cette complexité. Jill avait pu voir la peur dans ses prunelles, cette peur de perdre la chair de sa chair, sa fille unique. Son trésor, certainement son unique raison de vivre. La photographe avait pu également voir la rage et la violence dont était capable ce père, l'animal cacher en lui. Et c'était un peu flippant…

Il semblait avoir besoin d'elle pour prendre une décision, alors elle lui avait donné des options, afin qu'il parvienne à faire un choix. A avancer à nouveau. Elle écouta d'une oreille l'échange entre le père et la fille, ces paroles débordantes d'amour… Et à nouveau elle pensa à son propre père… Petite douleur, petit pincement au coeur… La jeune femme tourna son regard vers Nans, lorsqu'il posa sa main sur son épaule. Épaule sur laquelle il venait de mettre malgré lui une belle pression. Mais elle hocha la tête, acceptant de protéger cette petite fille qui savait pourtant si bien se défendre seule malgré son âge. « -pas de souci... » Un sourire entendu, avant qu'elle ne revienne vers la petite et qu'il ne s'engouffre à nouveau au sous sol.

« -c'est vrai que ça doit être plus résistant qu'un pull classique... » répondit Jill en ressortant son couteau de son étui, ne voulant pas être prise au dépourvu si jamais ils avaient à nouveau de la visite. La photographe sourit à l'enfant. Elle la trouvait tellement attachante avec ses cheveux blond et sa frimousse d'ange. Mais ça lui procurait tout de même un sensation étrange de voir cette petite fille au milieu des corps sans vie qui étaient allongés ça et là sur le sol.

« -en tout cas tu es une bonne combattante. » ajouta Jill en reprenant son poste près de la devanture du magasin, en première ligne. La question qui suivit fit un peu plus mal encore à Juliane. Elle n'aimait pas penser à sa famille. Non pas parce qu'elle ne les aimait pas, bien au contraire justement. Simplement parce qu'elle ne savait pas ce qui s'était passé là-bas. Elle était dans l'incertitude la plus totale. Est ce qu'ils étaient tous encore en vie ? Que trouverait-elle si elle prenait la route en direction du Texas ? La petite s'approcha un peu plus de la jeune femme, et Jill baissa les yeux sur elle. Une réponse… Jill recula de quelques pas, ne voulant exposer l'enfant au danger. Puis elle répondit enfin après avoir déglutit avec quelques difficultés : « -mon papa à moi, il m'a appris un tas de trucs bien… Comme faire du feu… Monter à cheval… M'orienter dans les bois sans l'aide d'une boussole… Reconnaître le chant des oiseaux, et les étoiles dans le ciel aussi. » En disant cela elle n'avait pas quitté Texas du regard. « -c'était un super papa, comme le tien... » Ajouta-t-elle alors que son regard effleurait le dos de Nans qui redescendait pour un second aller retour.

Jill se racla la gorge, comme si elle était gênée de quelque chose. C'était simplement l’émotion. Elle avait toujours été très proche de son père, alors en parler à nouveau, ça remuait pas mal de chose en elle. Jill sourit et reprit : « -il m'a aussi appris à jouer de l’harmonica ! Et pas mal de chansons. » Elle allait poursuivre en voyant le sourire de Texas, mais des grognements se firent entendre un peu plus fort dans la rue. Jill mit son doigt devant ses lèvres pour faire comprendre à Texas de ne pas faire de bruit. Peut-être qu'ainsi les infectés passeraient sans venir leur faire un coucou. Il fallait trouver un moyen pour sécuriser un peu plus l'endroit, boucher le trou dans la vitrine… Le souci était que si elle déplaçait les étagères, ça allait faire du bruit… Et donc attirer des rodeurs… Jill ne savait pas vraiment quoi faire… Il fallait que Nans se presse, et qu'ils filent d'ici au plus vite.

« -pssstt… Big daby t'en ai où ? » souffla Jill par la trappe. Ça serait bien qu'on déguerpisse assez vite… » Texas était près d'elle, et c'était très bien ainsi. Elle était très courageuse, mais l'aventure en haut des étagères l'avait peut-être un peu intimidé tout de même. Jill ne savait même pas si sa voiture était encore accessible…


Il fut un temps où tu étais sauvage
ne les laisse pas te dompter...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: The Chase Is Better Than The Catch   Aujourd'hui à 21:35

Revenir en haut Aller en bas
 

The Chase Is Better Than The Catch

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

 Sujets similaires

-
» [TERMINE] Retrouvailles inattendues [Chase]
» [SUJET TERMINE] 4 but 2 - La soirée de l'improbable |Chase/Apollo/May/Ange|
» Topic Catch
» Catch WWE
» 01. Run from me and I'll chase after you, chase after me and I'll run from you

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-