Partagez | .
 

 Don’t wanna be rude but I have to

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
Auteur
Message
Megara D. Shepard
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 12/03/2015
Messages : 407
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Don’t wanna be rude but I have to   Dim 28 Aoû 2016 - 0:17


Ne pas s'en faire pour les armes, ils finiraient bien par trouver. Mouais. Là tout de suite, elle était sceptique mais fidèle à sa promesse, Meg se tut sagement alors que son regard indiquait clairement que la suite de la discussion l'intéressait. Elle avait sérieusement la possibilité de partir ? Il plaisantait pas ? En même temps, il avait pas tellement une tête à savoir plaisanter, suffisait de voir comment il l'avait jeté hors de sa propre voiture après même pas 20 minutes de discussion...

Hm. Fût donc son seul commentaire, bien qu'une partie d'elle exécutait la rumba dans un coin de sa tête à l'idée de ne pas être tombée sur un désésquilibré qui allait la condamner à dormir sur une banquette de bateau jusqu'à la fin de ses jours. Wolfgang n'était donc pas dans ce corps, elle était sauvée. Oh, il lui fit bien remarquer qu'il n'était pas sûr d'en trouver une facilement, mais la simple idée de ne pas se sentir prisonnière eut la don de la soulager alors qu'elle se contentait d'un bref sourire en guise de réponse. A trop ouvrir sa grande gueule, il allait finir par la séquestrer. Mais... Si elle la jouait fine, et rentrait dans son jeu de la femme potiche qu'on posait dans un coin pour la récupérer en fin de soirée, peut-être qu'il serait assez satisfait. Peut-être même qu'il allait se montrer sympa ? Nan faut pas déconner non plus.

Boire son verre. Ah oui, la vodka. Récupérant le verre en le levant brièvement en guise de salut, Meg le but d'une traite, appréciant la chaleur de l'alcool le long de sa gorge. La vodka avait beau être tiède et sans glaçons comme elle aimait la boire, c'était tout de même un sacré luxe en comparaison des derniers jours à vadrouiller seule dans l'espoir de trouver ne serait-ce qu'une boîte de raviolis froids.
Un autre verre, déjà ? L'espace d'une seconde, elle lui offrit un regard soupçonneux alors qu'il lui souriait de la manière la plus conne qu'elle n'ait jamais vu de sa vie, avant de hocher la tête et de lui offrir un petit sourire en coin, rassurée de le voir retrouver une tête d'homme "normal".

Allez, j'te suis. Tu m'prends par les sentiments là...

Ca la démangeait, de ne pas pouvoir s'exprimer comme elle voulait. Mais au moins venaient-ils de passer près de 10 minutes sans manquer de s'entre tuer ce qui était, au bas mot, une anecdote digne de figurer dans le livre des records mondiaux de la patience. Le remerciant pour le second verre qu'elle ne but pas tout de suite, elle attendit tout de même qu'il ait l'air assez apaisé avant de tenter de reprendre la parole d'une voix douce et diplomate. Oui, oui. Douce, et diplomate. Tout ça à la fois.

C'est quoi l'endroit auquel tu pense ? T'as eu le temps d'explorer beaucoup de lieux depuis que tu vis ici ?

Et, avant qu'il ne puisse râler/soupirer/rouspéter/gueuler/entrez ici la mention de votre choix, elle estima tout de même judicieux de préciser.

J'ai pas vraiment eu l'occasion de visiter grand chose depuis le début de ce merdier.

Histoire qu'il ne recommence pas à l'envoyer chier tout de suite du moins. Cette fois-ci, elle fit tinter son verre contre le sien en essayant de lui sourire avec gentillesse, venant poser ses lèvres contre le verre pour en boire une petite gorgée.




RADIOACTIVE


I raise my flags, don my clothes
It's a revolution, I suppose
We're painted red to fit right in © imagine dragons.


Revenir en haut Aller en bas
Shane C. Evans
Fondatrice à la retraite
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 04/03/2013
Messages : 2232
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: Don’t wanna be rude but I have to   Lun 5 Sep 2016 - 15:43





La demoiselle était donc prête à boire un nouveau verre. L'idée de la voir complètement bourrée fit sourire l'ancien agent fédéral. Mais ce sourire s'estompa bien rapidement lorsqu'il réalisa qu'une fois saoule, elle serait sûrement encore plus chiante qu'elle avait pu l'être jusque ici. De toute façon, ce deuxième verre serait son dernier. Elle n'allait quand même pas lui descendre sa réserve d'alcool. Surtout si c'était pour se barrer le lendemain. Donc non, il voulait bien se montrer gentil, presque accueillant, mais la survie restait sa priorité. Et survivre sans alcool n'était pas envisageable. Ça ne l'était pas avant, ça ne le serait pas plus maintenant.

« Donne. » Lâcha l'homme en se redressant pour remplir à nouveau son verre. Sans délicatesse, il versa le précieux liquide mais il ne lui apporta pas immédiatement. Le verre plein, destiné à Megara, posé sur le plan de travail, il profita du fait de s'être levé pour terminer son verre d'une traite pour le remplir également. Au moins, ça lui évitait de se relever dans cinq minutes.

Avec son habituelle démarche nonchalante, Shane s'approcha de la brune pour déposer le verre sur la petite table. Mais au lieu de retourner s'allonger, le brun s'installa sur la banquette, assis juste en face d'elle. Distraitement, il fit tourner la vodka dans son verre en l'écoutant demander où il pensait trouver des arme et s'il avait eu le temps de s'aventurer dans plusieurs endroits. En guise de réponse, Shane poussa un long soupire, laissant son dos reposer contre le dossier de la banquette. Oh que oui, il avait eu le temps de visiter les alentours. Il ne faisait même que ça. Mais au lieu de lui répondre, Shane releva les yeux vers elle pour la fixer quelques secondes. Comment ça, elle n'avait pas eu l'occasion de visiter grand chose ? Elle était enfermée quelque part ? Il fronça les sourcils avant de finalement redevenir sérieux en se penchant vers la table.

« Qu'est ce que tu entends par « ne pas avoir eu l'occasion de visiter grand chose ? » Tout à coup, la brune devenait mystérieuse et Shane ressentait une pointe de méfiance s'insinuer en lui. D'où venait-elle. Oui bon, il aurait sûrement du lui poser la question avant de l'embarquer de force. Mais pour lui, quand il l'avait vu dans ce centre commercial à tenter de récupérer à manger sans réellement prendre en compte que le lieu était bourré d'infecté, il ne s'était pas vraiment dit qu'elle pouvait venir d'un endroit suspect. Et pour Shane, les endroits suspects s'avéraient être des groupes de survivants prêts à tout pour vivre. Ceux dont le comportement s'approchait plus de celui des animaux que de celui des humains. Parce que, il en avait vu justement, de ces gens. Principalement lorsqu'il « visitait les lieux » comme disait Meg. Alors, ses yeux bleus braqués sur la jeune femme, Shane ne put s'empêcher de l'imaginer comme une femelle appartenant à l'un de ces groupes. Il avait rarement vu des femmes à l'extérieur. C'était généralement des groupes d'hommes qui s'aventuraient dans les rues et qui s'occupaient du sale boulot.

Et c'était pour toutes ces raisons que Shane ne répondit pas à sa question concernant les armes. Oui il savait où en trouver. Mais non, il ne lui donnerait pas cette information. Pas si c'était pour en profiter et lui planter un couteau dans le dos. D'un coup de menton, l'air extrêmement sérieux et soupçonneux, il s'adressa à elle sans une once de gentillesse dans la voix. « Tu viens d'où au juste. »



Sometimes, I hate, the life, I made
Holding on I'm lost in a haze.Fighting life to the end of my days.Don't wanna be rude but I have to.Nothing's good about the hell you put me through.I just need to look around.See that life that has come unbound.And you're so cynical, Narcissistic Cannibal.©pathos.
Revenir en haut Aller en bas
Megara D. Shepard
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 12/03/2015
Messages : 407
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Don’t wanna be rude but I have to   Sam 10 Sep 2016 - 1:07


Ok, ce type était schyzo. Au moins ça.
Ca partait d'un "on prend l'apéro", pour finir par la regarder de travers en lui demandant des explications avec un air d'agent du FBI qui interroge un dangereux sociopathe suspect de meurtre de 300 femmes, 3 enfants et 4 chiens. Au calme.
Pour le coup, la brune était légèrement étonnée par ce revirement de situation. Ce qu'il commençait sérieusement à la faire flipper à la regarder de travers comme ça là.

Bah... Que j'ai vraiment pas visité grand chose quoi.

Comment pouvait-elle mieux lui expliquer que ça, sérieusement ? Et puis, qu'est-ce que ça pouvait faire ? Il l'avait soulevé du sol pour la traîner de force ici et maintenant il jouait les méfiants, la blague du siècle. N'empêche, qu'il était dangereux, très certainement. On parlait d'un mec qui prenait l'apéro à quelques mètres même pas d'un infecté quoi.
Un instant, Meg vint enrouler une mèche de cheveux entre ses doigts, l'entortillant jusqu'à se couper la circulation sanguine alors qu'il enchaînait son interrogatoire. D'ou venait-elle au juste ? Pour le coup, elle ne put que lui lancer un regard presque blessé de le voir réagir de la sorte.

Ca va Sherlock, calme toi et bois un coup ça va passer. Râla t-elle en levant les yeux au ciel, vexée de passer pour la dingue de service venant de sa part à lui. Elle n'avait peut-être pas forcément un caractère très sain, mais on lui avait fait passer des test bordel, elle n'était pas un danger public !
Quoi que... Si il vivait en extérieur depuis le début, il y avait peu de chance pour qu'il n'ait que de bonne rencontre. Suffisait de voir le massacre à Emerald pour comprendre que même les militaires étaient devenus pour la plupart de bons gros connards, et qu'il avait peut-être au moins une bonne raison de se méfier.

Soufflant à nouveau pour exprimer son mécontentement, elle ne put s'empêcher de faire remarquer à l'agent du FBI en croisant une jambe sur l'autre. C'est une longue histoire hein, donc je vais tenter de faire court...

Au cas ou il lui aurait pris l'envie de lui demander avec sa politesse légendaire d'arrêter de parler par exemple. T'as jamais entendu parler des safe zone au début de tout ça ? Ils en parlaient souvent à la radio. J'en ai fais partie un temps. On étaient gérés par des militaires, qui ressemblaient plus à des nazis qu'à de vrais soldats. On avait pas le droit de faire grand chose, comme par exemple sortir du camp. C'pour ça que j'ai pas eu l'occasion de visiter grand chose, j'y suis restée d'octobre jusqu'à là, quelques jours. J'avais aucune nouvelle de Connor, je pouvais pas me la couler douce dans un camp alors que lui est peut-être encore en vie, quelque part.

Elle voulait bien jouer carte sur table, mais lui le faisait à peine, ne put-elle s'empêcher de penser. Haussant les épaules, elle rajouta encore en venant boire une gorgée de son verre.

Vas pas t'imaginer qu'on étaient un gang bizarre qui attaquaient les gens pour le plaisir, je suis même pas en état de tenir 4 secondes face à toi...

Sans aucune pudeur, elle releva le bas de son pull pour lui montrer ce qu'il restait de l'impact de balle. Si le plus gros de la blessure et des points étaient désormais un souvenir, il n'empêchait pas que parfois, trop d'effort lui rappelaient cette vilaine cicatrice qui avait tendance à tirer douloureusement si elle ne faisait pas attention. Elle avait beau être informée par Emy, il n'empêchait qu'elle commençait à trouver le temps de cicatrisation très long.

Voilà, tu sais tout. J'suis juste une civile qui s'est baladé trop près d'un militaire enragé. Rajouta t-elle en levant les mains, comme pour conclure l'histoire. Rassuré, ou t'as encore des questions ?

Qu'importait qu'il ne lui dise pas ou trouver des armes, elle s'en foutait pas mal. Mais si ils devaient passer un bout de chemin ensemble, autant éviter qu'il ne la regarde mal à chaque fois qu'elle ferait un pas, ce serait d'autant plus agréable...




RADIOACTIVE


I raise my flags, don my clothes
It's a revolution, I suppose
We're painted red to fit right in © imagine dragons.


Revenir en haut Aller en bas
Shane C. Evans
Fondatrice à la retraite
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 04/03/2013
Messages : 2232
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: Don’t wanna be rude but I have to   Dim 11 Sep 2016 - 18:25




En 8 mois de misère, c'était impossible que Megara n'ait pas du s'aventurer à l'extérieur pour, a un moment donné, trouver de la bouffe. C'était tout bonnement impossible. Et elle n'aurait pas pu dire chose plus inquiétante. Directement Shane s'était mis sur la défensive. Ses bonnes vieilles habitudes d'agent du FBI prirent le dessus. D'où venait elle, comment avait-elle fait pour arriver jusqu'ici. Si l'homme disposait encore de toutes les bases de données que pouvait lui offrir le FBI, il aurait sans doute cherché ses antécédents judiciaires et ceux de toute sa famille jusqu'aux arrières, arrières, arrières, arrières, arrières grands parents. C'était peut-être beaucoup mais Shane était comme ça. Depuis déjà bien longtemps il se méfiait des Hommes. Ce qui lui avait donné un coup d'avance comparé à d'autres quand la merde s'était installé sur Seattle et, certainement, le reste du monde.

La tête qu'il fit lorsqu'elle répéta ne pas avoir vraiment visité grand chose suffisait pour que la jeune femme comprenne qu'elle devait cracher le morceau. Oui il devait paraître bizarre. Un coup il soufflait le chaud pour ensuite souffler le froid. Elle devrait s'habituer, ils ne se connaissaient pas encore assez pour lui souffler que le chaud. Même si..l'idée de lui souffler de l'air chaud sur le corps ne lui déplaisait pas..vraiment pas. MAIS il cligna des yeux pour retirer les images qui commençaient à défiler devant ses yeux. Il devait reprendre son sérieux pour écouter Miss pas débrouillarde.

Il la laissa faire, faisant tourner ses doigts pour qu'elle accouche plus rapidement l'histoire. Évidemment qu'il voulait la version courte, ils n'allaient pas faire une soirée pyjama à se raconter leurs vies et leurs problèmes. Surtout que pour lui, son principal problème pour l'instant, c'était elle. Alors il l'écouta. Mademoiselle venait d'une safe zone contrôlée par des militaires un peu rudes. Mais elle venait d'en partir pour chercher son frère. D'accord. Bon, il eut un sourire fier lorsqu'elle lui cracha qu'elle ne tiendrait pas quatre secondes face à lui. Au moins, elle était lucide. Mais il ne s'attendait pas vraiment à ce qu'elle se déshabille. Un sourcil levé, il observa la balafre qu'elle avait sur le ventre quelques secondes avant de relever les yeux dans les siens. A sa dernière question, l'homme ne répondit rien, préférant boire son verre sans pour autant la quitter des yeux.

Lorsqu'il le posa brusquement sur la table et qu'il baissa enfin le regard, il lui lâcha sa réponse. « Ouais, ça m'va. T'peux rester. » D'un coup de menton, il lui désigna l'endroit où se trouvait sa blessure. « Comment tu t'es fait ça ?  'fin..j'veux dire. Pourquoi il a fait ça ? » Il haussa les épaules, levant le regard sur le plafond du bateau. « Il y a bien une raison au fait qu'un enragé de militaire te plante un couteau dans le ventre ou te tire dessus. » Sans lui demander cette fois, Shane se leva et récupéra la bouteille qu'il posa finalement sur la table, entre eux deux. Ils pouvaient bien la finir. Vu le contexte, ils avaient tous les deux une excuse. « Tiens. » Dit il en lui faisant glisser à nouveau son verre plein. Et avant qu'elle n'ouvre la bouche pour lui répondre, il ajouta rapidement. « On ira sur cinquième avenue. Il y un fourgon de la Brinks, encore fermé. J'ai pas réussi à l'ouvrir ce con. » Il haussa les épaules. « Il y a deux cadavres à l'intérieur mais à deux, ça ira vite. » Voilà, elle avait joué le jeu, à son tour de faire pareil.




Sometimes, I hate, the life, I made
Holding on I'm lost in a haze.Fighting life to the end of my days.Don't wanna be rude but I have to.Nothing's good about the hell you put me through.I just need to look around.See that life that has come unbound.And you're so cynical, Narcissistic Cannibal.©pathos.
Revenir en haut Aller en bas
Megara D. Shepard
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 12/03/2015
Messages : 407
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Don’t wanna be rude but I have to   Lun 12 Sep 2016 - 0:55


Amen. Il la croyait enfin. C'était déjà bien, d'autant qu'il venait de foutre son verre sur la table. C'était peut-être un signe de paix dans son langage d'ours ?
Elle s'était attendue à ce qu'il lui demande pourquoi elle se retrouvait avec une blessure de guerre. Un léger sourire s'afficha sur ses lèvres alors qu'elle haussait les épaules.

Tu m'as demandé d'être brève, nan ?

Enfin bon. Buvant une nouvelle gorgée de son verre, elle expliqua rapidement.

Tu sais au début, c'était pas l'ambiance Disneyland ce camp, mais plutôt une sorte de pseudo dictature. Les militaires faisaient leur loi, et nous on subissait. Ca à commencé doucement quand ils ont empêché les autres de fêter noël, et un soir... Une fille à été violée, une gamine qui devait avoir 17 ans à tout casser. C'est là que ça à commencé à dégénérer. Elle ne put s'empêcher de soupirer en s'en rappelant. La réunion secrète, la colère qui grondait doucement alors qu'ils établissaient un plan d'attaque avec leurs maigres moyens... Un groupe de civils et quelques militaires ont décidé de lancer une mutinerie contre les autres, et j'en ai fais partie. Ca à été un massacre, pas mal de civils ont été tués par les militaires en représailles pendant l'affrontement, même ceux qui n'avaient pas pu, ou refusé de participer à l'assaut. Des gosses, des personnes âgées... Ils ont pas hésité à leur tirer dessus. Et j'ai fais partie du lot des blessés graves. La seule chance que j'ai eu, c'est qu'une des nana était infirmière et à pu retirer la balle avant que je me vide de mon sang. Et quand j'ai commencé à me sentir mieux, j'ai eu besoin de retrouver mon frère, même si le nouveau leader avait rien à voir avec l'ancien. C'était un flic lui aussi d'ailleurs. Précisa t-elle sans pour autant indiquer son nom. Elle doutait fortement que Shane en ait quelque chose à foutre de toute manière. Pas de phrases trop longue, elle avait pigé. Du coup voilà, j'me suis pas battue vaillamment ou quoi, me suis faite rétamée par un militaire enragé au bout de 15 minutes, fin de l'histoire...

Il connaissait toute l'histoire comme ça, il serait ravi. Tellement ravi qu'il vint poser le reste de la bouteille sur la table et lui remplir son verre. Et bah dis donc ! Est-ce que c'était vraiment le moment pour lui dire que l'alcool avait tendance à la rendre un peu... Enflammée ? Non non, sans doute pas. Lui ça devait être le genre guindé qui voyait les nana comme elle comme des allumeuses, autant éviter le sujet avant un TRES long moment. Elle eut tout juste le temps d'ouvrir la bouche pour le remercier qu'il lui annonça son plan de fourgon avec deux cadavres à l'intérieur.

Ouais ça me paraît bien. C'quoi qui coince avec ta porte là, un verrou ? On peut toujours essayer de le forcer avec un pied de biche, ça fera toujours moins de bruit qu'une balle dans la serrure. Quand au reste... Y'a quand même de quoi fuir rapidement en cas de problème ? Deux dans le fourgon ça me va bien, mais pour le reste de la rue ça donne quoi ?




RADIOACTIVE


I raise my flags, don my clothes
It's a revolution, I suppose
We're painted red to fit right in © imagine dragons.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Don’t wanna be rude but I have to   Aujourd'hui à 17:33

Revenir en haut Aller en bas
 

Don’t wanna be rude but I have to

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

 Sujets similaires

-
» People who say they sleep like a baby usually don’t have any.
» 01. Girls just wanna have fun !
» ➺ IF I'M GONNA DIE, I WANNA STILL BE ME.
» and we don't wanna go home - le 26/01 à 20h15
» [libre] I wanna be, the very best !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Abandonnés-