Partagez | .
 

 Chaleur glutéal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Auteur
Message
Reese B. Maddox
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/04/2016
Messages : 348
Age IRL : 23

MessageSujet: Re: Chaleur glutéal   Dim 19 Juin 2016 - 13:03

Donc laisse-moi récapituler.

Reese avait regardé Charlie, se décomposant progressivement quand la brune derrière elle se mit à lui expliquer le pourquoi du comment de son expédition. Elle cherchait trois personnes : sa petite sœur, sa mère et son fiancé. Sans savoir où ils étaient, s'ils étaient toujours en vie, ni rien en fait. Dans une ville comme Seattle. En gros, autant cherchant une aiguille dans quinze tas de foins de cinq tonnes chacun. Elle se gratta la joue, un peu suspicieuse il fallait l'avouer, sur les capacités mentales de celle qu'ils avaient récupéré. Jon lui jeta un regard en coin, l'air de se moquer d'elle, sachant très bien qu'elle était en train de préparer une réplique acerbe dont elle avait le secret pour plaider sa cause :

Tu te rends dans Seattle avec ta bite et ton couteau sans savoir où tu vas précisément en espérant courir plus vite que ceux qui voudront te bouffer, sans grand chose pour survivre et, ah ! Aussi en cherchant ta famille qui peut être absolument n'importe ou dans une ville aussi énorme que celle-ci ?

Elle fixa Charlie pendant un long moment. Très long, histoire de bien lui faire passer le fond de sa pensée à ce sujet. Elle n'était peut-être pas la fille la plus douée en survie, mais elle avait Jon avec elle, et tous les deux étaient très réaliste à ce propos. Mais elle, là, c'était du grand n'importe quoi. Impossible de ne pas réagir simplement. Et comme la réponse ne vint pas, Reese retomba sur le siège passager en grognant, levant les mains et les yeux au ciel :

Super Jon, on a sauvé une suicidaire ! C'était bien se donner de la peine !

Jon éclata de rire à côté, posant sa main sur le bras de son ami. « Mais non, t'inquiète pas, c'était pas pour rien » prononça-t-il en la rassurant. Reese secoua simplement la tête, l'air de lui dire qu'elle s'en moquait finalement, que c'était pas son problème, que les gens faisaient bien ce qu'ils voulaient avec leurs vies, car celle ci n'avait apparemment plus tant de valeurs que ça aujourd'hui à leurs yeux. C'était bien le plus gros paradoxe ces derniers temps : Reese avait l'impression que c'était incroyablement précieux, et également incroyablement dispensable. Elle se tourna vers Jon, le regardant un temps.
Elle s'imagina le perdre, et devoir se retrouver toute seule. Ce qui ne fit que appuyer le fait que non, aucune vie n'était dispensable. Aucune vie n'avait aucune valeur. Même celle de Moxley valait cent fois plus que tout l'or du monde. Alors, elle persista :

Et tu es sûre que tu n'as pas envie d'un peu plus t'organiser ? Tu sais combien il y a de centre de secours dans Seattle ? Et tu sais qu'aucun d'entre eux ne tient encore la route aujourd'hui ? Ils ont du tomber, où être ramener vers le CenturyLinks depuis le temps.

C'était là où était aller son patron, là où il lui avait sommé d'aller également. Mais elle avait du mal à imaginer qu'un endroit comme celui-ci survive aussi longtemps. Qu'il passe simplement l'hiver. Sa gorge se serra en y pensant, mais elle se reprit :

Tu n'as pas plus de précision ? On pourrait te déposer vers une zone plus restreinte. Tu vivais ici avant ? Tes proches aussi ? Ils ont du se tourner vers une zone de confort ou de sécurité pour aller y survivre, enchaîna-t-elle en regardant Charlie.
Tu feras attention, tes réflexes d'avocate pénale prennent le dessus là.
Ta gueule.
Je préfère ça.

[Désolée du retard, je n'avais pas vu ta réponse ! ^^']



Don't let me down
I think I'm losing my mind now. It's in my head, darling I hope that you'll be here, when I need you the most, so don't let me down ©alas.
Revenir en haut Aller en bas
Charlie Bushbury
bras Droit | Lost Angels
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 189
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Chaleur glutéal   Mar 21 Juin 2016 - 9:50

J’avais l’impression que l’homme était devenu plus agréable que la fille et que Reese avait pris le comportement de son homme, comme si les deux personnalités s’étaient échangées face à mon aveu. Sans prendre de pincette, la jeune femme récapitula mon périple.

- Je ne suis pas suicidaire, sifflais-je entre mes dents.

Je savais que mon périple paraissait dangereux, mais les monstres n’étaient pas des plus rapides et s’ils n’étaient pas bien nombreux, je pouvais les distancer. Je trouvais sa façon de parler hypocrite. Reese n’était pas seule et n’avait pas à se démerder pour retrouver son homme puisqu’il était déjà là. Ne pouvait-elle pas se mettre à ma place ? Mon dos se plaqua un peu plus sur le siège.

- Je ne sais pas trop ce que tu voulais que je fasse d’autres. Je ne peux pas ne pas les chercher. Si Moxley était parti, tu ne serais pas parti à sa recherche ? Lui demandais-je.

Reese me demanda également si je n’avais pas envie de plus m’organiser et si je savais certaines informations essentielles : combien de centre de secours il y a à Seattle et que tous ne tenait plus la route aujourd’hui. Je réfléchissais. Si les centres de secours n’étaient plus des centres de secours, alors William et ma famille avaient dû fuir sur les routes pour aller ailleurs. Je refusais de croire que William pouvait être mort ou changé en monstre. cela était tout simplement impensable et impossible.

- Je pense qu’ils ont dû aller au premier centre de secours qu’ils ont croisé, j’ai essayé de refaire la route qu’ils avaient fait. Si, comme tu le dis, les centres de secours n’ont pas tenu le coup, ils ont dû fuir sur la route, dis-je à voix haute, tout en réfléchissant.

En effet, je ne pouvais pas ne pas partir à leur recherche. William, ma sœur et ma mère se devaient d’être encore vivants, je ne pouvais vivre qu’avec ce mince espoir, même si tout ce que pouvait dire Reese et son homme me convaincrait du contraire.

[Ce n’est pas grave, de toute façon, je n’étais pas là ! ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Reese B. Maddox
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/04/2016
Messages : 348
Age IRL : 23

MessageSujet: Re: Chaleur glutéal   Mar 21 Juin 2016 - 11:53

Evidemment que Charlie n'était pas d'accord avec ses propos. Evidemment qu'elle la trouvait gonfler de parler comme ça. Mais la franchise de Reese n'était plus à prouver. Elle disait les choses comme elle les voyait, avec une honnêteté radicale comme aimait le dire Jon. Même lorsqu'elle exerçait encore son métier et plaidait des causes diverses et variées, son bagout ainsi que sa manière brute de décoffrage n'étaient plus à démontrer aux yeux des autres. Les médias avaient couvert plusieurs de ses affaires, elle avait vécu des moments particuliers, on venait la voir parce que justement, elle ne s'attardait pas sur des fioritures. C'était une réputation à tenir, une réputation à laquelle elle tenait, aussi.

Moxley est parti, et on est à sa recherche, mais on va aller d'abord aux endroits qu'il fréquentait le plus avant de nous rendre compte qu'il a tracé sa route, comme a peu près quatre vingt dix pour cent des survivants encore censés !

Ce pourcentage de survivant avaient été considérablement amaigri ces derniers temps. Reese avait du mal à se dire qu'elle faisait partie d'un club très restreint, pour ne pas dire limité. Croiser d'autres survivants comme elle, ça relevait les trois quarts du temps du miracle. Charlie était, de ce fait, un miracle parmi bien d'autres. Mais un miracle qui se faisait rare.
Loin de chercher la compagnie des gens, loin d'être altruiste également, Reese se faisait un devoir de ne pas laisser le monde sombrer totalement dans ce chaos. Et ça passait par le sauvetage inextrémiste de suicidaires en puissance qui pensent pouvoir retrouver leurs familles dans une ville ravagée comme Seattle. Il n'y avait que des morts, ici. Reese s'en rendait compte.

Je ne te dis pas de ne rien faire, je te dis de faire attention. On vient de te sauver, si c'est pour t'envoyer à la mort dès qu'on te laisse toute seule... J'aime pas faire des trucs pour rien, alors fais juste gaffe. Elle poussa un soupir, avant de reprendre : Vous n'êtes... Jamais parti en vacances dans un endroit spécial ? Ou vous aviez pas une maison de campagne dans ta famille ? S'ils s'en sont sortis, ils ont du faire comme tous les autres : partir vers des endroits bien moins peuplés.

Au fond, elle aussi était suicidaire. Jon aussi. Ils y allaient pour Moxley, qui ne devait probablement plus du tout être là. Elle le sentait, au fond de ses tripes. Les choses avaient changé. Moxley était, lui, toujours le même. Il survivait probablement, mais il était trop malin pour rester sur la zone dangereuse... Ou au contraire, trop malin pour y rester à porter de crocs ? Reese ne savait plus.

Merde, grogna Jon, la sortant de ses pensées.

La jauge était presque vide. L'homme ralentit tout simplement, au milieu d'une route déserte. Il regarda les panneaux indiquant le centre-ville de Seattle avec un petit air envieux. Ils y étaient presque, mais plus d'essence pour poursuivre.

J'vais chercher le jerrican dans le coffre, déclara-t-il.
Viens m'aider, il faut trouver quelques réservoirs à syphonner. Généralement c'est simple. Suffit de secouer la voiture et si ça fait un bruit de flotte, y'a de chance pour que y'ait un truc intéressant dedans, fit-elle à l'adresse de Charlie avec un petit sourire en coin.



Don't let me down
I think I'm losing my mind now. It's in my head, darling I hope that you'll be here, when I need you the most, so don't let me down ©alas.
Revenir en haut Aller en bas
Charlie Bushbury
bras Droit | Lost Angels
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 189
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Chaleur glutéal   Ven 24 Juin 2016 - 16:00

J’adore ton avatar et pour le prénom, désolée, je me suis embrouillée entre Jon et Moxley. :’)

La jeune femme avait dû sentir que je trouvais ses manières quelque peu déplacées. Elle m’expliqua alors que Moxley était parti et qu’ils étaient à sa recherche. En parlant, elle me signifia clairement qu’elle avait une meilleure stratégie que moi, puisqu’elle avait pensé aux endroits où ils allaient avant pour le chercher. Ma bouche se pinça légèrement quand elle sous-entendait que je n’étais qu’une idiote. C’était sûrement le cas, mais se le faire entendre dire par une inconnue n’était pas des plus agréables. Se rendant probablement compte de l’insulte sous-jacente, la jeune femme continua en me disant qu’elle n’estimait pas que je ne devais rien faire, mais seulement de faire attention.

C’était assez logique. Comme elle le disait, le monde actuel ne connaissait plus autant de survivants et pour ne pas connaître une baisse dans le quota, cela aurait été bête de mourir comme cela, avant même d’avoir revu William. Elle essaya de m’aider en me demandant s’il y avait des endroits où on allait souvent en vacances. Nous en avions bien une, mais elle était de l’autre côté de Seattle.

- Si, nous avons une maison de vacances près des plages de Seattle, mais c’est complètement de l’autre côté de la ville.

En réfléchissant, aller à la maison de vacances était une mauvaise idée et ce n’était tellement pas logique. Pourquoi se serait-il rendu à notre maison de vacances alors que notre maison à Ravensdale était sans doute beaucoup plus proche ? Tout cela était étrange et je ne pouvais émettre que des hypothèses. Peut-être la route pour aller à Ravensdale n’était pas très pratique ou peut-être n’avait-il pas trouvé de refuge entre Ravensdale et la maison de vacances à Seattle ouest. Je ne pouvais que me poser des questions, qui resteraient je-ne-sais combien de temps sans réponses.

Alors que j’étais perdue dans mes pensées en réfléchissant à toutes les solutions possibles, Jon jura. Suite à sa phrase, j’en conclus que le réservoir de la voiture était vide. Ce n’était pas étonnant, je ne savais pas depuis combien de temps ils roulaient, mais l’essence n’était pas illimité. Reese me demander de l’aider à aller siphonner quelques réservoirs de voiture et m’expliqua comment faire. N’ayant pas pris de voiture, je n’avais jamais connu ce souci. Heureusement pour nous, quelques voitures étaient présentes sur les lieux. M’extirpant de la voiture, le couteau dans la main, je me dirigeais vers une voiture, au côté de Reese. Comme elle me l’avait expliqué, je bougeais la voiture de toutes mes forces (et connaissant le poids d’une voiture, l’effort était rude), rien ne s’y trouvait.

- Nous aurons plus de chances à la prochaine, marmonnais-je.

Il fallait essayer de rester positive.
Revenir en haut Aller en bas
Reese B. Maddox
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/04/2016
Messages : 348
Age IRL : 23

MessageSujet: Re: Chaleur glutéal   Ven 24 Juin 2016 - 18:36

Faut espérer.

Reese eut une petite mine. Il y avait une petite dizaine de voitures sous leurs nez, rien de fou. Il y avait d'ailleurs très peu de chances qu'elles tombent sur un plein acceptable pour continuer à rouler. Elle entendit la porte du coffre claquer, et elle se tourna pour voir que Jon avait le jerrican à la main, et qu'il voulait s'occuper de l'autre moitié des voitures stationnées ou abandonnées. Même si la rue était vide, la brune resta vigilante. Elle n'avait aucune envie de tomber sur un nid à rôdeurs dans sa gueule maintenant. Surtout que pour le coup, ils devraient forcément fuir à pied...

Elles s'approchèrent d'un autre véhicule, regardant à l'intérieur. L'habitacle était apparemment vide, et Reese en fit le tour pour grimper sur le coffre. Là-dessus, elle se servit de son poids pour faire bouger le véhicule. Il y eut comme un bruit de liquide, lui arrachant un petit sourire en coin. Mais pas que. La brune sursauta et s'extirpa les fesses de la carrosserie quand elle entendit un grognement et des coups venir de... sous elle. Elle leva le regard vers Charlie, et annonça :

Y'a quelque chose dans le coffre.

Et par quelque chose, vu les bruits que ça faisait, c'était très probablement un rôdeur. La brune esquissa une grimace de dégoût mélangée à de la pitié. Comment on pouvait se laisser mourir dans un coffre ? La curiosité la prit évidemment, elle tenta d'ouvrir la porte, sans y parvenir. Le véhicule était fermé. Ce qui voulait probablement dur que cette personne avait été enfermé à l'intérieur sans autre forme de procès. Soit on lui avait voulu du mal (et on avait réussi à lui en faire), soit elle avait été mordu et on avait pensé à se débarrasser d'elle ainsi pour lui éviter de nuire. Dans les deux cas, c'était salement triste.

Faut ouvrir, fit-elle en faisant le tour pour arriver au niveau de la pompe.

Elle sortit son poignard pour se planter devant l'ouverture, et essaya de se souvenir des conseils très avisés d'un de ses clients accusés de vol pour ouvrir une voiture. Fallait trouver le verrou, le faire sauter en glissant quelque chose de fin. C'était comme ça qu'il procédait pour ouvrir toutes les portes qui lui passaient sous le nez. Seulement, ce crétin avait trouvé judicieux de faire ça sur une voiture de police, et c'était fait chopper. Reese en avait bavé pour défendre ce type, et s'en était tiré de justesse en lui évitant une peine de prison trop lourde.

J'ai pas plus fin, ça va être chiant, râla-t-elle en s'énervant à moitié sur le manche de son poignard.

Jusqu'à ce qu'un clac retentisse finalement, et qu'elle retire son arme en pensant avoir réussi. Mais non. Tout ce qu'elle put faire, ce fut d'admirer d'une part l'ouverture toujours pas du tout ouverte, la peinture rayée, et la lame de son arme cassée. La brune pouffa d'un rire ironique. C'était probablement le karma ça.

Ca se voit que j'ai pas été Catwoman dans une autre vie.



Don't let me down
I think I'm losing my mind now. It's in my head, darling I hope that you'll be here, when I need you the most, so don't let me down ©alas.
Revenir en haut Aller en bas
Charlie Bushbury
bras Droit | Lost Angels
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 189
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Chaleur glutéal   Sam 25 Juin 2016 - 11:26

[Mince, je crois avoir oublié mon chien depuis le début de l’histoire ah ah, je le réintègre ici…]

Mon regard se posait sur tout ce qu’il pouvait accrocher, je ne voulais pas me faire attaquer par un mordeur par derrière. Je ne voulais pas mourir tout de suite. Mon couteau dans la main, Gary était sagement dans la voiture. Je l’appellerais si on devrait partir rapidement d’ici. Je suivis Reese qui se dirigeait déjà vers une autre voiture. Elle grimpa sur le coffre pour secouer la voiture. Vu son gabarit, c’était une bonne idée, j’aurais dû faire comme elle, cela aurait peut-être plus simple. On entendit distinctement le bruit d’un liquide dans la voiture, il n’y en avait peut-être pas tellement, mais c’était déjà ça.

Toutefois, des coups se firent entendre de l’intérieur de la voiture. Reese l’entendit également et soumit l’idée qu’il y avait quelque chose à l’intérieur. En entendant le râlement, ce devait être un de ces monstres. Aussitôt, je me demandais qui avait bien pu laisser la personne pourrir ici et se transformer en monstre, à moins que la personne fût déjà un monstre quand elle avait été enfermée ici. Quoi qu’il en soit, c’était dégoutant.

Lorsque Reese redescendit, elle expliqua qu’il fallait ouvrir. Pendant un instant, je pensais qu’elle parlait du coffre. Je trouvais cette idée un peu risquée et chevaleresque, mais dans ce tombeau de malheur, le monstre ne pouvait rien nous faire de mal. Finalement, il s’avéra qu’elle ne parlait pas du coffre, mais elle parlait de la petite porte qui maintenant le réservoir fermé. Je la regardais s’acharner sur l’ouverture avec son couteau. Elle s’y connaissait peut-être mieux que moi. Finalement, après qu’elle n’eut pas réussi, je fis le tour de la voiture et regardait si une clé n’avait pas été laissé sur le démarreur.

- Pas de chance ! Râlais-je en constatant qu’il n’y avait rien. C’était bien trop rêvé.

Je revins jusqu’à Reese en haussant les épaules.

- On ne peut pas faire comme dans les films ? Avec deux épingles à cheveux ? Pestais-je.

Je ne m’y connaissais pas du tout en ouverture de porte, mais il nous fallait l’ouvrir pour récupérer l’essence qui était dans la voiture.
Revenir en haut Aller en bas
Reese B. Maddox
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/04/2016
Messages : 348
Age IRL : 23

MessageSujet: Re: Chaleur glutéal   Sam 25 Juin 2016 - 19:35

Reese gonfla les joues, passablement agacée par tout ça. Décidément, l'apocalypse et la chance ne lui souriaient jamais vraiment. Elle remit son couteau dans son rangement avant de se tourner vers Charlie qui avait cherché à son tour une solution de secours. Y'en avait pas. Envoyant un coup de pied rageur dans le pneu du véhicule, Reese esquissa un grimace en se faisant mal au passage, boitant à côté en prononçant quelques insultes bien senties. C'était sûrement un mauvais tour du karma, ça, encore. Sans doute parce qu'elle avait mal parlé à Charlie. Levant les yeux au ciel, elle se promit sur le moment de faire plus attention à ses paroles, en espérant que ça change vraiment quelque chose.

Tournant les yeux vers Jon, ce dernier semblait bien mieux se débrouiller qu'elles deux. Elles passèrent à une troisième voiture, laissant le rôdeur dans son coffre, s'approchant d'un espace laissé à l'abandon. Essuyant les vitres à l'aide de la manche de son blouson, la petite brune ne vit rien de très intéressant à l'intérieur, et regretta de ne pas trouver les clefs sur le contact du véhicule. Ça aurait été si pratique. Grimpant sur l'avant de la voiture, elle voulut refaire ce qu'elle avait fait, mais à peine posa-t-elle ses fesses sur la carrosserie qu'une alarme stridente retentit :

Merde ! Et les phares clignotaient à lui en déclencher une crise d'épilepsie. Jetant un regard surpris et appeuré à sa voisine, les deux se regardèrent un long moment avant de réaliser dans quel bordel elles s'étaient mises sans vraiment le vouloir : Merde, merde, merde !

Evidemment, Jon avala la distance en courant jusqu'à elles deux, balançant un grand coup de hache dans la vitre du véhicule pour l'ouvrir à la volée et pénétrer à l'intérieur. Il arracha les fils sous le volant, en hurlant des insultes à la suite, tandis que Reese resta figée. Elle avait pourtant juré de faire un effort, et c'était comme ça qu'on la récompensait ?! Le karma, le hasard ou dieu, avaient tous vraisemblablement un drôle de sens de l'humour, qui ne la faisait pas rire du tout !

Qu'est-ce que tu as foutu ?! Grogna Jon une fois que les hurlements stridents du véhicule cessèrent.
J'ai à peine effleuré la voiture, je te jure !

Elle se défendit comme elle le put. De toute façon, qu'avait-elle fait de plus ? Elle avait bondit comme une grosse sur le moteur, mais c'était certainement pas parce qu'elle était vraiment grosse après tout. Si elle dépassait les soixante kilos, c'était tout le bout du monde. Puis ne disait-on pas que les muscles pesaient plus que la graisse ? Donc si elle pesait tant dans la balance, c'était probablement parce qu'elle était une véritable bodybuildeuse, le corps sculpté dans la roche. Evidemment...

On peut pas rester ici, on se casse à pied !

Jon avala la distance jusqu'à leur voiture, attrapant leurs bagages pour balancer à sac à Reese. Elle l'enfila sur ses épaules, et l'homme prit le temps de faire sortir le chien. Restait plus qu'à déterminer par où les rôdeurs allaient débarquer en masse pour venir les bouffer... Chouette aventure !



Don't let me down
I think I'm losing my mind now. It's in my head, darling I hope that you'll be here, when I need you the most, so don't let me down ©alas.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Chaleur glutéal   Aujourd'hui à 23:08

Revenir en haut Aller en bas
 

Chaleur glutéal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

 Sujets similaires

-
» vendredi 7 août 2009 SALAIRE MINIMUM, CHALEUR MAXIMUM
» Soleil, Chaleur & Cocotier 8D
» Une consultation par jour de grande chaleur
» Chaleur estivale | Pv Nuage de Lune | - The End -
» Chaleur torride...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-