Partagez | .
 

 Chaleur glutéal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Auteur
Message
Charlie Bushbury
bras Droit | Lost Angels
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 189
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Chaleur glutéal   Lun 27 Juin 2016 - 15:36

C’était agaçant de ne pas avoir un peu de chance dans sa vie. Il me fallait seulement entrer dans Seattle pour trouver ce refuge à la noix et trouver, peut-être, une information qui me serait précieuse. Je suivis toutefois Reese vers une autre voiture – puisque sur celle où nous étions, nous ne pourrions rien en tirer. Celle-ci, comme à son habitude, grimpa sur une voiture, mais à peine avait-elle posé ses fesses sur le coffre que de la voiture résonna une alarme, accompagnée des phares. Reese et moi nous regardâmes, surprises, mais ce n’était pas cette réaction qui était attendue. Heureusement pour nous, Jon fut plus rapide à la détente et il brisa, d’un coup puissant, la vitre de la voiture. Bientôt, le silence se fit.

Je regardais de tous côté, pour voir si le bruit n’avait pas rameuté de mordeurs. Pour le moment, aucuns monstres ne pointaient leur tête, mais cela n’allait pas tarder. Jon s’énerva contre Reese, avec une grande violence, ce que je pouvais comprendre, mais elle n’était pas entièrement fautive. Il fallait bien vérifier qu’il y avait de l’essence dans les voitures.

- On n’a pas fait exprès, on voulait juste vérifier, m’excusais-je également.

Je ne souhaitais pas que Reese prenne tout pour elle alors que je l’accompagnais. Bientôt, le couple allait se dire qu’ils n’avaient que des soucis depuis qu’ils m’avaient sauvée des griffes des mordeurs. J’avais apporté avec moi une bonne dose de malchance. Toutefois, les deux personnes ne prirent pas le temps de réfléchir et Jon alla chercher les affaires. Je suivis l’homme à pas de course et prit mon sac, léger et vide, mais il pouvait contenir un certain nombre de choses. Jon fit sortir mon chien et Gary nous suivit, les oreilles à l’affut.

- Que fait-on ? On se cherche un abri pour la nuit ou on continue vers la ville ? Demandais-je, curieuse de voir ce que mon périple allait devenir.

J’avalais ma salive, heureuse de ne pas encore être morte, mais paniquée à l’idée de la horde qui allait venir vers nous. Il ne fallait pas, toutefois, me laisser envahir par la panique, celle-ci ne me ferait pas avancer, bien au contraire. Celle-ci aurait plus tendance à me paralyser et ce n’était pas ce qui m’aiderait le plus, en ces temps de « crise ». Tous mes sens étaient à l’affut, à la recherche du moindre bruit provenant des abords de la route, provenant probablement de mordeurs se dirigeant vers nous.
Revenir en haut Aller en bas
Reese B. Maddox
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/04/2016
Messages : 350
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Chaleur glutéal   Lun 27 Juin 2016 - 16:04

Reese lança un regard reconnaissant à Charlie pour prendre sa défense. C'était pas grand chose mais ça lui fit chaud au cœur de voir que la jeune femme tenait à rétablir la vérité, quand bien même Jon s'en moquait. Ce n'était même pas important, le mal était fait, il n'avait plus très longtemps désormais pour prendre le large et éviter de se faire bouffer. Reese regarda autour d'elle pour essayer de voir d'où pourrait venir les morts. Il y avait tellement d'endroit qu'elle en eut le tournis. Il fallait vraiment partir, et pas question de revenir en arrière. A croire que Seattle leur portait la poisse.

Faut qu'on se tire du quartier, grogna Jon. Sinon on va devoir s'éterniser pendant des jours à cause du bruit et des rôdeurs !

Ouais. Rester enfermer dans un appartement ou une piaule quelconque sans pouvoir sortir, c'était carrément l'angoisse, surtout si c'était pour admirer les macchabées dehors et ne rien pouvoir y faire. Ils avaient tendance à se rassembler là où il y avait de la vie, du bruit, du passage. Comme s'ils savaient que des vivants s'éternisaient non loin. Reese n'y connaissait rien à ce qu'était un rôdeur, la vie d'un rôdeur, les pensées d'un rôdeur (excepté « MANGER, NOMNOM, MIAMIAM »). La dernière arrivante s'inquiéta de savoir ce qu'ils devaient faire, et l'avocate lui répondit :

Tu as dit que tu courrais vite, il est temps de nous le prouver Charlie ! Elle esquissa un sourire qui se voulait rassurant, alors que Jon lui confiait la hache et qu'elle l'attrapait à deux mains. L'homme s'inquiéta de savoir ce qu'ils devaient faire, vu que Charlie avait posé une très bonne question. On s'éloigne et on trouve un endroit où se poser, ok ?

Elle n'hésita pas à se tourner vers la petite brune, pour lui demander confirmation :

Ça te convient ?

De toute façon, il était temps de partir. Et au pas de course. Jon courut jusqu'à la première avenue qui tournait à droite pour voir si elle était vide. Pas un chat pour l'instant, mais ils pouvaient à tout instant tomber sur une horde. Chose qu'ils ne voulaient pas. Il siffla les filles pour qu'elles viennent, et Reese y alla au pas de course également. Il fallait vraiment mettre de la distance avec sa connerie monumentale et sa malchance habituelle. Prêtant l'oreille, elle eut l'impression que les grognements venaient de n'importe où.

Reese ! La hache ! Exigea Jonathan en se tournant vers elle, tendant la main.
M'en occupe !

Un rôdeur venait de débouler d'une ruelle non loin, et d'autres se pointaient vers eux. Ils devaient être une dizaine, avançant d'un pas affreusement lent. Avec son élan, l'avocate envoya le tranchant de son arme droit dans le crâne du mort, lui arrachant plus qu'elle ne lui coupa, le sommet de la tête. Un sang marron gicla, le cadavre tomba à terre, et il était encore temps de poursuivre leur route. Une dizaine au cul, c'était toujours moins qu'une centaine. Moins pire.

C'était bizarre de se dire ça, songea Reese. A croire que choisir entre la peste et le choléra était devenu un passe-temps comme un autre.



Don't let me down
I think I'm losing my mind now. It's in my head, darling I hope that you'll be here, when I need you the most, so don't let me down ©alas.
Revenir en haut Aller en bas
Charlie Bushbury
bras Droit | Lost Angels
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 189
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Chaleur glutéal   Mar 28 Juin 2016 - 5:25

Je fis un mince sourire à la jeune femme, quand celle-ci m’adressa son regard reconnaissant. En la voyant s’agiter toutefois, je me rappelais la  réalité. Ce n’était pas le moment de réagir bêtement, bien au contraire. D’un moment à l’autre, nous allions probablement devoir faire affaire à une troupe de mordeurs et à trois, nous y passerions même peut-être. Je gardais le mince espoir que mon chien échappe à tout cela. Limite, j’avais envie de me cacher dans une voiture en attendant que les mordeurs passent, mais ils resteraient peut-être sur la voiture pendant un très long moment et sans nourriture et sans eau, je ne tiendrais pas très longtemps. Ce qui serait complètement bête. Je n’avais pas fait tout ce chemin pour mourir maintenant.

Jon semblait avoir eu la même idée, mais pour une maison, ce qui aurait été un peu plus intelligent. Mais le même souci se posait. La maison pouvait ne pas avoir de ressources et être coincée sans eau ni nourriture n’était vraiment pas une bonne idée. J’étais de leur avis : nous devions partir et ce, au plus vite. Reese, souriante (je l’admirais, au vu de la situation) exprima l’idée que je pouvais prouver le fait que je courais vite. Jon, quant à lui, proposa de s’éloigner pour trouver un endroit où se poser. J’hochais la tête lorsque la jeune femme me demanda si cela me convenait. Tout me convenait si c’était pour nous mettre en sécurité.

- Je suis des vôtres, dis-je.

Jon partit en premier et nous siffla pour que nous le rejoignions, signe manifeste que la rue était libre. Au côté de Reese, je courais sans me plaindre. Mes jambes commençaient à avoir l’habitude, à présent, des courses. Toutefois, alors que nous venions d’arriver, une dizaine de mordeurs nous assaillit. C’était bien moins que ce que je pensais, mais toujours plus pour nous. Armée de mon couteau, je laissais un mordeur venir à moi et lui plantais mon couteau dans le crane avant qu’il n’ait le temps de planter ses crocs dans ma peau. Jon et Reese étaient de bons combattants, nous l’étions tous à ce stade. Pour survivre, il n’y avait pas d’autres alternatives. Les corps commençaient à tomber, les uns par rapport aux autres, ils s’entassaient. Leur odeur était affreuse et j’avais peine à croire que je pensais à cela en pareil moment.
Revenir en haut Aller en bas
Reese B. Maddox
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/04/2016
Messages : 350
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Chaleur glutéal   Mar 28 Juin 2016 - 18:28

Plus ils perdaient du temps à en abattre un, plus les autres se rapprochaient. Ils en avaient, certes, l'habitude, ça n'empêchait pas Jon et Reese de se sentir fébrile à l'idée de devoir continuer dans cet état. Ils n'avaient qu'une seule envie, décamper, prendre le large, se planquer, très loin, trètrèstrès loin de cette horde approchante et informe. Alors Reese envoya son arme dans les mains de Jonathan, qui à son tour la balança dans le crâne d'un mort pendant que son amie s'armait de son poignard. Quatre de moins. Bientôt cinq, quand Jon enchaîna sur un second mort à sa portée.

Le sang gicla et tâcha le bitume, un sang marron, tourné depuis des semaines visiblement. Qui allait avec les gueules décharnées qui faisaient face, à la peau fripée, tournée, celle qui pèle au moindre passage et jaunie, verdie même. Une abomination pour des yeux chastes, comme pour un nom qui n'aimait profiter que de ce que la nature faisait de mieux sur terre. Et la mort n'était absolument pas en tête de liste, au contraire. La putréfaction n'avait rien de ragoûtant, et les tarés qui récupéraient des cadavres pour les regarder se décomposer étaient juste totalement dérangés.

Mais ça, Reese le garda pour elle. Tous les trois reprirent leur course pour s'échapper, distançant la partie du groupe qui restait, pour atteindre une seconde avenue en un temps record. Reese n'avait jamais été une grande sportive, mais elle s'était découvert des habilités de sportives absolument extraordinaires depuis le début de l'apocalypse. De l'endurance, de la vitesse. Elle se rappela un vieux libre de science, qui disait que l'endurance était probablement le super pouvoir des humains. Sur l'instant, la brune était bien contente de le posséder, ce pouvoir...

Le problème étant cependant que les rôdeurs en avaient autant, de l'endurance, voire même plus. Ils ne respiraient plus, ils ne vivaient plus. Tous les détails de la vie quotidienne d'un humain normal n'avait plus aucune importance pour eux. Il n'y avait que manger qui les intéressait, manger de l'humain vivant et les dévorer jusqu'à ce qu'il ne reste plus rien sur les os. La brune osa se demander si un jour, le virus finirait par les tuer. Jusqu'à quel point ils pourraient se décomposer et marcher, être en vie, si on pouvait appeler ça comme ça ?

Pas par là ! Hurla Jon en pilant comme un dingue.

L'avocate manqua de lui rentrer dedans, son ami la retint comme il le put, lui attrapant la main pour la traîner à sa suite tout droit. Le carrefour qu'ils avaient essayé d'emprunter était bondé en son centre, et les rôdeurs approchaient de leurs directions. Trop nombreux pour être géré, ils allaient au départ vers la provenance des bruits, de l'alarme. Maintenant, certains les avaient vu, et personne dans le petit groupe n'avait envie qu'une moitié de horde continue avec eux.

Le brun vint se planter près d'un portail fermé, et ordonna à Reese et Charlie de passer par-dessus. Ils voulaient passer par les cours et jardins arrières pour se faire oublier. Au moins, ça ralentirait les rôdeurs des rues, ils auraient une chance de se planquer, et quelques morts ci et là seraient toujours moins compliqués à gérer qu'une bande mal habile mais en totale surnombre.



Don't let me down
I think I'm losing my mind now. It's in my head, darling I hope that you'll be here, when I need you the most, so don't let me down ©alas.
Revenir en haut Aller en bas
Charlie Bushbury
bras Droit | Lost Angels
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 189
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Chaleur glutéal   Mer 29 Juin 2016 - 16:14

Après avoir tué un bon nombre de monstres, une course s’enchaina. J’étais fatiguée, mentalement et physiquement, mais il n’était pas l’heure de flancher. Et même si je le voulais, je ne pourrais pas, sauf si je souhaitais mourir. Ce que je ne voulais pas, pas avant d’avoir retrouvé William (et mourir à ce moment-là serait bien affreux, je voulais quand même profiter des retrouvailles avec mon petit ami et ma famille sans pour autant mourir). J’avais envie de me poser, quelque part, dans une maison, tranquille. Je voulais revenir à ce temps béni où ma vie n’était pas en danger à chaque pas que je faisais.

Je suivais Reese et Jon de près, ne voulant ni me laisser distancer, ni les quitter des yeux. J’avais peur que si je me laissais distancer, je me retrouverais à nouveau seule. Ce qui était largement possible. Le couple ne me connaissait ni d’Eve ni d’Adam, ils n’avaient pas à me protéger et je ne leur demanderais jamais cela. Enfin, arrivés à un portail vert, fermé, Jon nous désigna de grimper dessus. L’escalade n’était pas mon fort, mais nous n’avions pas le choix. La promesse d’un peu de repos et de tranquillité sonnait comme une musique douce dans mes oreilles, ainsi que l’espoir de passer une nuit sans être inquiète par la mort – ces nuits-là étaient toutefois bien rares. Heureusement – ou malheureusement – le portail n’était pas très haut et il était relativement facile à escalader. Sans l’aide de personnes, je me retrouvais finalement à l’intérieur de la propriété.

Une fois de l’autre côté et après avoir vérifié que le couple n’avait pas besoin d’aide, je m’accordais une minute pour retrouver mon souffle. Pourquoi ne pouvais-je pas être aussi endurante que ces stupides mordeurs qui pouvaient courir sans relâche pour pouvoir manger de la chair humaine ? J’espérais que Reese et Jon étaient suffisamment fatigués pour que nous puissions prendre un peu de repos. La nuit tombait déjà et nous avions eu une longue journée, nous avions mérité un peu de sommeil.

- C’est une belle maison, énonçais-je.

Elle était classique, mais comme toutes les maisons, signe d’une tranquillité à venir, peut-être. S’il n’y avait pas de monstres à l’intérieur. Quoi qu’il en soit, nous ne serions pas tranquilles de suite, même si nous restions à l’intérieur, puisque nous devrons tout d’abord nous débarrasser des occupants probables.
Revenir en haut Aller en bas
Reese B. Maddox
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/04/2016
Messages : 350
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Chaleur glutéal   Mer 29 Juin 2016 - 18:02

Magnifique.

Jon releva finalement le nez vers elle. Il avait lancé ça sans même l'avoir vu. Faut dire que pour lui, comme pour Reese, les choses étaient un peu compliquées. Articuler quelque chose avec le souffle court pour commencer, ça n'avait rien de simple, DU TOUT. Reese ne prit même pas la peine d'essayer, elle avait plutôt envie de s'effondrer dans l'allée

Elle fera l'affaire pour cette nuit. Tout du moins, la brune ne se sentait pas de taper un autre sprint, et même s'ils n'étaient pas très loin de la zone passante pleine de zombies, au moins auraient-ils des murs pour les protéger. La jeune femme se redressa, poussant un long soupir en avançant jusqu'à la dite bâtisse. Elle était grande oui, et une belle maison comme l'avait dit juste avant Charlie. Ils y seraient bien, pour peu qu'ils soient discrets, n'est-ce pas...

Ils s'avancèrent jusqu'à la porte, et Jon se dépêcha de la forcer pour pouvoir y rentrer. Il mit un certain temps à forcer la serrure, mais quand cette dernière céda, il demanda avec hâte aux filles de rentrer à l'intérieur. Reese ne se fit pas prier pour sa part, elle prit la hache entre ses mains et pénétra dans la maison sans regarder en arrière. Et même si l'endroit était sombre et poussiéreux, la brune était aux aguets du moindre problème pouvant survenir. Un zombie affamé par exemple !

Mais rien. Juste un silence pesant. Crispant même. Jon ne manqua pas de réagir lui aussi. « On fait le tour et on tire les rideaux. » Il fallait à l'évidence se faire oublier, Reese était d'accord. La nuit allait tomber. Alors avec les rideaux, elle voulait aussi tirer les volets de la maison et se poser pour de vrai.

Elle s'y attela, grimpant à l'étage pour vérifier qu'il n'y avait personne, de mort comme de vivants. Elle y trouva des chambres d'enfants, une pour les parents sans doute, un placard ainsi qu'une salle de bain. Personne. Vraiment personne. Des vêtements à même le sol, signe que le départ avait été pour le moins expéditif. Des jouets en désordre. Des draps défaits. Elle espéra l'espace d'un instant que cette famille s'en soit sortie, car après tout, elle ne pouvait rien espérer d'autres pour eux.

C'est bon en haut.

L'avocate revint dans le salon avant de tomber en soupirant sur le canapé. Elle regarda son meilleur ami qui en fit autant, glissant à même le sol pour se poser pour de vrai.

Je pensais pas que Seattle serait si... Mort, fit-elle d'une voix blanche.
On aurait s'y attendre, vu le bordel que c'était quand on est parti...
Ils sont partout, absolument partout, Jon.

ça avait sonné comme un reproche, et Reese s'en voulut immédiatement.

Je sais, lança son ami dans un murmure.
Si Moxley a réussi à s'en sortir, c'est un miracle.
Il a réussi, coupa Jon. Même la mort veut pas d'lui, rappelle-toi ça.

C'était bien vrai.



Don't let me down
I think I'm losing my mind now. It's in my head, darling I hope that you'll be here, when I need you the most, so don't let me down ©alas.
Revenir en haut Aller en bas
Charlie Bushbury
bras Droit | Lost Angels
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 189
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Chaleur glutéal   Mar 5 Juil 2016 - 8:55

Je reprenais ma respiration doucement, en me demandant ce qui allait bien advenir de moi dans la nuit. J’espérais seulement que mes nouveaux compagnons éphémères voudraient bien se poser un peu, pour que nous puissions tous récupéré. Nous étions tous dans un état abominable et nous avions besoin de dormir, de nous reposer un peu, voire de manger un peu s’il y avait de la nourriture à l’intérieur. Avec un peu de chance, il y aurait quelques réserves.

Le « couple » semblait être du même avis que moi et Jon se dirigea vers la porte pour pouvoir forcer l’entrée et pénétrer dans la demeure. J’allais souffler un peu et c’était déjà un réconfort que de penser cela. A l’intérieur, il ne semblait pas y avoir de mordeurs. Quoi qu’il en soit, nous n’étions pas à l’abri d’un incident et j’acquiesçais lorsque Jon décida de faire le tour et tirer les rideaux. Je trouvais que son idée était bonne, cela aurait été un comble si on avait été aperçu par un mordeur. Après, nous aurions été obligé de chercher un autre endroit où loger pour la nuit et vu l’état dans lequel nous sommes, une bonne nuit de sommeil nous attendait. Cela n’aurait pas été très reposant de battre encore la campagne, à la recherche d’un coin où dormir.

Pendant que Reese rejoignait l’étage, je me réfugiais dans la cuisine, où je fermais les rideaux. La maison était coquète et c’était un peu dans ce genre de demeure où je me voyais bien vivre, quand j’étais plus petite. Alors que je regardais dans les placards et trouvais avec bonheur quelques barres de céréales, j’allais me rediriger vers le salon, où Reese et Jon se trouvaient ensemble. Je les entendais discuter, je n’avais pas envie de les déranger en pareil instant. Ils étaient en train de reparler de leur ami, Moxley. Discrètement, je retournais dans la cuisine, farfouillant dans les placards, recherchant un autre produit à nous mettre sous la dent. Actionnant le robinet (j’avais un peu trop d’espoir !), l’eau ne tomba pas. Pensant leur discussion terminée, je m’approchais et m’appuyais à la porte du salon.

- Il n’y a pas d’eau dans le robinet, mais j’ai trouvé des barres de céréales, dis-je en leur lançant adroitement une barre chacun.

Ce n’était pas grand-chose, mais c’était mieux que rien. Je ne savais pas trop quoi faire, j’avais l’impression que Reese et Jon avaient envie d’être seuls et si je restais là, je les gênerais plus qu’autre chose.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Chaleur glutéal   Aujourd'hui à 19:05

Revenir en haut Aller en bas
 

Chaleur glutéal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

 Sujets similaires

-
» vendredi 7 août 2009 SALAIRE MINIMUM, CHALEUR MAXIMUM
» Soleil, Chaleur & Cocotier 8D
» Une consultation par jour de grande chaleur
» Chaleur estivale | Pv Nuage de Lune | - The End -
» Chaleur torride...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-