Partagez | .
 

 Chaleur glutéal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Auteur
Message
Charlie Bushbury
bras Droit | Lost Angels
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 189
Age IRL : 22

MessageSujet: Chaleur glutéal   Jeu 28 Avr 2016 - 15:16


   
Chaleur glutéal
Avec Reese B. Maddox

Robert venait de reprendre la route, me laissant seul. Je ne pouvais lui demander de rester avec moi indéfiniment. Durant ces quelques jours, je m’étais sentie bien. il était temps de reprendre mon « indépendance » et de continuer à être forte. J’approchais de Seattle, de plus en plus. Je voyais déjà au loin la silhouette de la ville, inquiétante. Je ne savais pas trop ce que j’allais trouver là-bas. Julianne avait pu me décrire un peu la dure vie des villes. Robert m’avait appris quelques petites choses qui me seraient très utile pour essayer de survivre au maximum. J’allais faire du mieux que je pouvais, comme toujours. Pour me rassurer comme je pouvais, je cherchais à me dire que plus je m’approchais de la ville, plus je m’approchais de Gabriel et de ma famille. Ma mère, ma sœur, mon compagnon, tous se trouvaient proche. Je pourrais bientôt dormir avec eux, dans les bras douillets de mon copain, la tête de ma sœur sur mon ventre, comme au bon vieux temps. Oui, ce soir je pourrais dormir avec eux. Ma mère me demanderait comment j’avais survécu et me rassurerait. Elle me dirait que partir à Seattle n’avait pas été une très bonne idée et qu’elle n’aurait pas dû faire cette crise d’hystérie.

Tout en pensant à tout cela, mon regard surveillait, protecteur, pour moi les alentours. Un monstre pouvait se tapir n’importe où. Mon couteau à la main, je marchais rapidement. Mon sac à dos pesait un peu sur mes épaules, mais ce poids était rassurant. Robert avait voulu me donner beaucoup de choses pour être sûre que je n’allais pas mourir de faim. Je lui avais dit que c’était inutile, mais il m’avait quand même donné de belles provisions. Il fut étrange de constater, encore une fois, que l’homme me manquait déjà. Durant ces quelques jours, il avait été d’une grande aide, sans lui, je n’en serais pas là aujourd’hui. Il avait su faire de moi une combattante, à peu près. Il avait réussi comme il avait pu, mais c’était déjà ça. Je savais tirer au fusil, mais je préférais ne pas utiliser mon arme. Les munitions étaient rares et attireraient plus de gens, mais, le fusil pendant sur mon épaule, ce contact était également rassurant pour moi. En pensant qu’avant tout cela, j’avais pris en sainte horreur toutes les armes de chasse, c’est celle-ci qui avait emporté mon père.

Mon esprit s’égarait encore, en pensant à Gabriel et à nos prochaines retrouvailles. Il s’excuserait d’être parti sans moi et de ne pas m’avoir réveillée et de ne pas m’avoir prise avec lui. Il me dirait qu’il pensait avoir bien fait sur le coup pour assurer ma sécurité. Il ne m’en voudrait pas, bien sûr, d’être venu le chercher. Il aurait fait la même chose et il avait fait la même chose lui aussi de son côté. J’étais persuadée que, où qu’il soit, il me cherchait et tout comme moi, il ne me trouvait pas encore. Pourtant, l’espoir était aussi fort et présent que le premier jour, je n’avais pas le droit de baisser les bras pour lui, bien au contraire. Pour lui, je devais continuer à me battre, pour réussir à le retrouver. Il me manquait tellement que c’en était douloureux. Mon cœur se serrait douloureusement et je ne savais quelle stratégie mettre en place pour qu’il tienne bon jusqu’au retour de Gabriel.

La ville se dessinait devant moi, la seule chose que je savais, c’est que je venais de l’est. Doucement, mais sûrement, j’entrais alors dans la ville. Le panneau se dessina et je me retrouvais dans les rues. Pour l’instant, chance ou non, personne ne se trouvait là. Aucun mordeur à l’horizon, je ne savais pas si c’était très bon signe. je me faisais la plus silencieuse possible. Soudain, des râles se firent entendre. MERDE, pensais-je. Une rue adjacente amenait un flot de mordeurs. Merde, merde, merde. Je l’étais vraiment. Comme une débile, j’allais probablement mourir là. Il fallait que je me cache. Je ne savais où. Les mordeurs s’approchaient, je fis alors la seule chose que j’étais capable de faire : je fuyais.
   


Fiche de rp par Mellister
Revenir en haut Aller en bas
Reese B. Maddox
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/04/2016
Messages : 349
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Chaleur glutéal   Sam 30 Avr 2016 - 13:38

Ils ne savaient pas où ils se rendaient. C'était sans doute ça le pire. Ils n'avaient aucun but, aucun abri, aucune destination. Et ils devaient survivre, avec ça. Reese jeta un regard sur Jonathan, qui conduisait le petit monospace qu'ils avaient réussi à faire marcher. Le miracle du siphonnage de dieu savait combien de voiture à la suite. A force, la brune avait eu l'impression que ses joues étaient en feu à force d'aspirer et tirer. Jonathan, lui, avait été occupé a essayer de faire marcher cette caisse laissée à l'abandon depuis plusieurs mois. Et il avait réussi, sans doute un peu par miracle.

Tu entends ?
Ouais...

Il faisait froid, mais les fenêtres de la voiture étaient ouvertes pour pouvoir entendre ce qu'il se passait. Jonathan ralentit par réflexe, essayant de faire taire le bruit du moteur qui prenait beaucoup trop de places à l'instant. Le cœur de Reese s'accéléra alors qu'elle savait que ça n'était pas le moment. Pas comme ça, pas maintenant. Elle eut comme l'impression que son palpitant tambourinait à ses oreilles, directement à côté de ses tympans, couvrant le bruit des grognements qu'ils avaient perçu tous les deux sans réussir à savoir d'où ça venait.

Merde, c'est quoi ça...

Jonathan pila, les yeux rivés sur le pare-brise et la route. Devant eux, une horde entière de rôdeurs déboulait dans leurs directions, bien décidé à attraper... Une petite nana qui courrait aussi vers eux. Pourquoi est-ce qu'ils avaient décidé de venir jusqu'à Seattle ? Pourquoi ne pas être restés en dehors, dans la campagne, comme au début ? Tout ça parce qu'ils espéraient retrouver Moxley, peut-être, qu'au cours d'une discussion ils s'étaient dit que lui saurait quoi faire, où aller, comment survivre. Ça n'avait pas été de guetté de cœur. Puis, à côté de ça, Seattle était encore plein de ressources, plus facilement accessible qu'ailleurs alors...

Alors c'était juste une mauvaise idée.

On fait demi-tour ! Hurla Reese dans l'habitacle alors que Jonathan enclenchait la marche arrière en appuyant sur l'accélérateur sans se faire prier.

Lui aussi était soudainement très nerveux. Lui aussi avait envie de repartir se planquer dans une maison de campagne pour l'hiver, et ne pas en sortir. S'il avait eu la capacité d'hiberner, ils seraient sans doute pas là à tenter de trouver du sens à toutes ces conneries. Reese s'accrocha comme elle le put à son siège, à sa ceinture, à la poignée de la porte. Mais il y avait un autre problème qui se posait maintenant...
Ils ne pouvaient pas la laisser toute seule en proie à une horde. Si elle se plantait, ils auraient sa mort sur la conscience. Et pour l'un comme pour l'autre, ils n'en étaient pas là :

Attend ! Elle va grimper ! Ordonna Reese quand Jonathan pila violemment sur la route en déverouillant les portières. Bizarrement, les vitres de la voiture remontèrent très rapidement, tandis que Reese ouvrit la porte arrière dans la foulée en se contorsionnant, hurlant à plein poumon : DEPECHE-TOI !

Parce que maintenant que la horde n'était plus qu'à quelques mètres, l'idée d'éventuellement abandonner une illustre inconnue lui frôla l'esprit. Elle la connaissait même pas, pourquoi se donnait tout se mal ? Conscience nous disions. C'était vraiment de la connerie.



Don't let me down
I think I'm losing my mind now. It's in my head, darling I hope that you'll be here, when I need you the most, so don't let me down ©alas.
Revenir en haut Aller en bas
Charlie Bushbury
bras Droit | Lost Angels
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 189
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Chaleur glutéal   Mer 4 Mai 2016 - 12:12

Juste fuir, pour le moment, je ne connaissais pas d’autres verbes. Je devais fuir pour essayer de sauver ma peau. Les mordeurs étaient à mes trousses. Heureusement, ils n’étaient pas très rapides, mais ils ne s’essoufflaient pas alors que moi… dans quelques instants, je serais bien obligée de reprendre mon souffle et si je faisais cela, c’était la mort assurée. Alors que j’obligeais mes jambes à s’allonger, j’aperçus une voiture. Mon cœur qui tambourinait déjà bruyamment se fit plus fort encore. Un espoir naquit brièvement. La voiture était plus rapide que moi et j’étais en une très mauvaise position. Rapidement toutefois, la voiture commença à faire demi-tour. Paniquée, je courrai encore plus vite pour essayer de rattraper la voiture.

- S’il vous plait… Attendez-moi ! Hurlais-je à l’encontre de la voiture, le souffle saccadée par l’effort que j’étais en train de fournir.

J’entendais les râles des monstres derrière moi, j’allais y passer, c’était sûr. La voiture toutefois finit par s’arrêter et la voix d’une jeune femme s’éleva pour me crier de me dépêcher. Les mordeurs ne se trouvaient plus loin de moi. Je fonçais vers la voiture. A quelques mètres, je cru que je n’allais jamais l’atteindre, mais je finis par y arriver. J’ouvris la porte rapidement et m’exilais tout aussi rapidement à l’intérieur de la voiture. Ne prenant pas le temps de m’attacher, je refermais la portière. Puis, le souffle court, je repris ma respiration.

- Merci, j’ai eu… chaud… aux fesses, dis-je avec la respiration heurtée.

Je ne croyais pas encore en ma chance, j’avais décidé de faire confiance à la voiture, tout simplement parce que si je ne l’avais pas fait, je serais morte à l’heure actuelle et rien ne m’importait plus que survivre. Ma respiration se fit de plus en plus lente au fur et à mesure de ma récupération. Devant se trouvait une jeune femme de mon âge sûrement et un homme, peut-être un couple.

Je n’étais sûrement pas prête à oublier ma première arrivée à Seattle. Une boule se formait déjà dans ma gorge quand je pensais qu’il fallait que j’y retourne encore. Il fallait que je trouve William et si pour cela je devais fouiller toutes les rues de Seattle, j’étais prête à le faire. Mais je devais être plus préparée que cela. Je ne pouvais prendre encore la peine de me retrouver face à une horde de mordeurs, cela m’était impossible et c’était bien trop dangereux. Il n’y aurait pas toujours quelqu’un pour me sortir d’un mauvais pas. M’installant plus confortablement dans la voiture, je bouclais ma ceinture.

Je ne savais pas bien encore pourquoi les deux jeunes gens s’étaient arrêtés pour que je puisse grimper dans leur voiture, mais ils venaient de me sauver la vie alors que j’étais une parfaite inconnue pour eux.

- Merci encore, je ne sais pas ce que j’aurais fait sans vous… Ajoutais-je en guise de remerciement.

Je leur devais la vie maintenant. Or, je ne savais pas comment payer ma dette dans ce nouveau monde.
Revenir en haut Aller en bas
Reese B. Maddox
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/04/2016
Messages : 349
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Chaleur glutéal   Dim 8 Mai 2016 - 11:56

Ouais, de rien, articula-t-elle alors que Jonathan mettait de la distance avec la horde.

Elle ne priait que pour une chose, que la voiture ne tombe pas soudainement et définitivement en panne alors qu'ils faisaient tout ce qu'ils pouvaient pour s'enfuir. Une petite brune était montée avec eux, de justesse dans l'habitacle, avant de se faire croquer les fesses comme elle le dit si bien entre deux respirations saccadées. Reese eut un petit sourire amusé, bien que la situation en elle-même n'avait rien de très amusant. Et bien sûr qu'elle avait la trouille de tout ça. Jon le sentait bien. Bien que pour sa part, il était plutôt furieux de devoir faire demi-tour et de ne pas avoir le choix de faire ce qui lui chantait.

La brune derrière prit la parole, et Jon n'hésita pas à rétorquer sans cacher sa rancoeur :

Oh bah sans nous tu te serais faite bouffer. Sans toi, nous par contre, on serait déjà arrivés chez nous.
Jon...
Quoi ? Lança-t-il furieusement en se tournant vers Reese.

Elle lui offrit un regard courroucé. La dernière arrivée devait déjà se sentir suffisamment bête d'avoir failli mourir et d'être sauvé de justesse, ça n'était pas une raison pour l'enfoncer un peu plus. Elle poussa donc un long soupir désapprobateur, avant de se tourner sur son siège. Sa ceinture n 'était pas attachée, donc elle était plutôt libre de ses mouvements. Même si Jon, à côté, lui rappela de s'installer normalement et d'arrêter ses bêtises, tapant nerveusement contre le volant du véhicule. Reese prit la peine de mieux observer la jeune femme qui avait pris place à bord avec eux. La tête posée sur le repose-tête, elle lui fit un sourire complice et lui expliqua calmement :

Désolée, il est de mauvaise humeur parce qu'il a eu la fabuleuse idée de partir à la recherche de son con de frère dans Seattle.
Oh ça va...

Elle eut un petit rire, comme pour se moquer de lui. L'homme détourna le regard, se contentant de se concentrer sur la route. Le chemin qu'ils avaient avalé en venant jusqu'à Seattle, ils le faisaient en sens inverse pour mettre de la distance avec cette ville de l'enfer. La concentration de zombies dès la première rue était trop importante pour espérer y passer peinard. Et c'était déjà suffisamment frustrant. Ils y étaient allés avec trop de confiance, aveuglés par l'objectif qu'ils s'étaient fixés. Finalement, sans l'intervention de la brune qui en avait fait autant, tout deux auraient fini comme carpaccio de rôdeurs, rien de très folichon.

Reese.

Cette dernière tendit la main vers la jeune femme en face d'elle qu'elle regardait depuis tantôt. Pour officialiser les présentations et avoir l'air bien plus poli que celui qui lui servait d'ami et de compagnon de route.

Le gars grognon qui conduit, c'est Jonathan, ajouta-t-elle en se moquant à nouveau, tandis qu'il secouait la tête en se défendant d'être grognon.



Don't let me down
I think I'm losing my mind now. It's in my head, darling I hope that you'll be here, when I need you the most, so don't let me down ©alas.
Revenir en haut Aller en bas
Charlie Bushbury
bras Droit | Lost Angels
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 189
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Chaleur glutéal   Jeu 12 Mai 2016 - 16:43

L’homme ne semblait pas tellement ravi de m’avoir portée secours, ce que je pouvais comprendre. Je les avais mis en danger, involontairement, je ne leur avais pas non plus demandé de s’arrêter. Bon peut-être que si, mais je ne leur y avais pas obligé. La jeune femme semblait toutefois un peu plus commode. Tant mieux, je ne souhaitais pas passer beaucoup de temps avec le couple. J’avais beaucoup d’autres choses à faire, comme retrouver William. Ma respiration était plus calme maintenant tandis que le paysage défilait à travers la vitre.

Alors que l’homme expliquait d’un ton rageur qu’ils seraient déjà chez eux sans moi, je ne sus trop que répondre. Malgré tout, ils m’avaient sauvé la mise et je me devais d’être reconnaissante à leur égard. C’est alors que la femme se tourna vers moi pour m’expliquer la situation. Ils étaient à la recherche du frère de l’homme, sans le trouver néanmoins.

- Je suis aussi à la recherche d’une personne. Vous avez une idée d’où peut être votre frère ? Osais-je demander au couple.

Bien que la femme soit relativement accueillante, le ton et les phrases de l’homme me faisaient me sentir illégitime. Je n’aurais jamais dû me retrouver dans cette voiture, je n’étais pas à ma place ici. L’inconvénient, c’est que j’avais l’impression qu’ils quittaient la ville… Et le truc, c’est que je devrais absolument y retourner. Elle devrait toutefois, se donner peut-être un peu plus de temps pour se préparer mentalement et physiquement à l’incursion dans la ville. La jeune femme se présenta comme étant Reese et son compagnon était Jonathan. Je souriais à la jeune femme. Tout comme moi, elle portait un prénom d’origine masculine.

- Charlie, dis-je à mi-voix, mais néanmoins avec un sourire à l’encontre du couple. J’espère que vous retrouverez votre famille, ajoutais-je.

Ces personnes avaient quand même pris la peine de me sauver et même si j’aurais voulu partir aussitôt, je ne le pouvais guère. Ils m’avaient sauvées la vie, à mon tour d’essayer de leur redonner la pareille. Ils allaient peut-être avoir besoin de moi là où ils allaient. Mais je pensais que s’ils retournaient chez eux, il était hors de question que je m’incruste. Je ne réclamais pas la pitié non plus, c’était une chose que j’avais horreur.
Revenir en haut Aller en bas
Reese B. Maddox
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/04/2016
Messages : 349
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Chaleur glutéal   Ven 13 Mai 2016 - 12:50

Jonathan poussa un soupir, et Reese esquissa un petit sourire gêné. Non, ils n'avaient ni l'un ni l'autre une idée d'où se trouvait Moxley. Mais ça, c'était un peu de la faute de Moxley finalement. Vu toutes les conneries qu'il avait pu faire dans sa vie, les échecs qu'il avait essuyé, les sales coups qu'il avait fomenté, inutile de dire que ni Jon, ni Reese, n'avaient eu envie de garder contact avec lui. Sauf que désormais qu'il y avait l'apocalypse chez eux, Moxley manquait à l'appel. Savoir s'il était en vie aurait pu faire du bien, au moral au moins. Sauf que pour le savoir, il fallait chercher. Et chercher, c'était pas la tache la plus simple à présent.

On a perdu contact y'a un moment avec son frère, mais vu son caractère, il a pu que s'en sortir, déclara simplement Reese avec un sourire. La personne que tu cherches toi, tu sais où elle se trouve ?

A nouveau, Reese s'était retournée alors que Jon râlait juste à côté. A s'agiter comme ça sur le siège passager, le cadet des Good en avait des sueurs froides. Mais bon, il devrait s'y faire, vu qu'ils avaient désormais une invitée dans leurs habitacles et que faire la conversation et sociabiliser un peu, c'était aussi très important pour son amie. Cette dernière lui jeta d'ailleurs un petit regard en coin, très appuyé, qui disait « Eh Jon, et si tu faisais un effort pour être un peu agréable pour changer, tu verras ça te fera pas de mal » qu'il reçut en soupirant à nouveau.

A croire qu'il s'était levé du pied gauche cet idiot, alors que dans les faits, il n'avait juste pas vraiment dormi de la nuit et ça expliquait facilement son irritabilité. Mais que dire de plus si ce n'est qu'il comprit où elle voulait en venir, et qu'il tenta de détourner le sujet très vite :

On va trouver une autre entrée pour retourner en ville, souffla Jon en tapotant sur le volant de la voiture. Bah voyons. Reese roula des yeux avant de lâcher un petit soupir exaspéré. Court. Très parlant. Elle fronça les sourcils en regarda Charlie, l'air de lui dire « non mais tu as vu avec qui je reste ? Un homme de cromagnon ! » Il était temps de faire un petit effort de rien du tout. Il y a un endroit où tu voudrais qu'on te dépose, Charlie ? Demanda poliment Jon pour se rattraper de son mauvais comportement de tantôt. T'as quoi pour te défendre contre les mordeurs, d'ailleurs ?

Le sourire satisfait de l'avocate suffit à la faire se rasseoir convenablement sur son siège. Elle planta son coude dans les côtes de son ami, comme pour lui signifier que finalement, ça n'était pas si compliqué d'être sympa, même avec une illustre inconnue qui avait manqué de les faire tuer. Puis fallait voir le bon côté des choses dans tout ça : ils avaient fait une bonne action aujourd'hui. Ils avaient sauvé une vie. Et comme chaque vie était précieuse, c'était une chose très importante, qui comptait dans leur balance karmique.
Les yeux de la brune se portèrent finalement sur le tableau de bord, et aussi remarqua-t-elle une petite lumière qui s'agitait sous son nez :

On a bientôt plus d'essence, remarqua Reese d'une voix gênée.

Jon haussa les épaules. Ouais, c'était un fait. Bientôt la voiture allait rendre l'âme, mis à part si leur balance karmique leur envoyait un plein d'essence gratuit. Ils allaient devoir s'arrêter, siphonner des réservoirs, pour s'assurer de continuer encore quelques kilomètres en espérant retrouver Moxley.



Don't let me down
I think I'm losing my mind now. It's in my head, darling I hope that you'll be here, when I need you the most, so don't let me down ©alas.
Revenir en haut Aller en bas
Charlie Bushbury
bras Droit | Lost Angels
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 189
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Chaleur glutéal   Mar 17 Mai 2016 - 22:44

La jeune femme m’expliqua qu’ils avaient perdu contact il y avait un petit moment avec son frère, mais elle pensait qu’il s’en était sorti. J’étais quand même rassurée qu’il y avait aussi des personnes capables d’empathie pour partir à la recherche d’un membre de la famille. Il n’y avait pas que des gens fous. La femme me demanda si je savais où se trouvait la personne que je recherchais. Je faisais souvent allusion à William, mais je n’oubliais qu’il se trouvait en compagnie de ma sœur et de ma mère.

- En fait, je cherche trois personnes, mon petit ami était accompagné de ma mère et de ma petite sœur. Je ne sais pas du tout où ils sont. Je sais juste qu’ils étaient censés se diriger vers un centre de secours, mais je dois vous avouer que je ne sais pas du tout où il se situe dans Seattle.

Les deux jeunes gens allaient sans doute me prendre pour une idiote. J’avais l’impression de m’être rendue à Seattle sans aucune préparation ni physique ni mentale. J’avais bien une carte, donnée par Robert, mais je n’avais pas entouré par une croix le lieu où je devais me rendre. C’était la première chose que Will aurait fait. L’homme raconta alors qu’ils allaient chercher une autre entrée pour pouvoir retourner en ville. Mes lèvres se pincèrent légèrement. Je ne savais pas à quoi m’attendre et je ne me sentais plus du tout préparée pour affronter le monde cruel de la ville. Je n’aurais toutefois pas le choix. Reese et son ami Jon n’étaient pas mes amis. Ils m’avaient secouru, je leur devais ma vie, mais je ne pouvais pas me permettre d’être un poids pour eux. L’homme me demanda s’il y avait un endroit où je voulais qu’il me dépose.

- N’importe quel endroit sur votre route fera l’affaire, je compte me réfugier dans un immeuble dans les hauteurs. Je devrais m’en sortir, dis-je en faisant un mince sourire.

En réalité, l’angoisse et l’adrénaline semblaient avoir remplacé le sang dans mes veines, mais je ne pouvais pas faire autrement. Alors, une question qu’il me posa tiqua dans mon esprit. Il me demandait quelles armes étaient en ma possession contre les rodeurs. Il devait avoir vu mon fusil que j’avais posé sur mes genoux. Etait-ce toutefois un moyen pour savoir en quoi je pourrais leur être utile. Peut-être avaient-ils besoin d’un fusil et de quelques munitions ? Paniquée, je ne sus que répondre. Mon pouls s’accéléra légèrement. J’avais appris à me méfier des mordeurs, je n’avais pas encore appris à me méfier vraiment des humains. Pourtant, c’était peut-être eux les plus dangereux de l’histoire, pensais-je. Le visage de Robert me vint au visage. Lui avait beaucoup souffert de la cruauté humaine. Toutefois, le regard de Reese me rassura légèrement. Une femme comme elle devait avoir bon fond, son regard semblait indiquer une certaine dose de gentillesse.

- Mon couteau et mon fusil. Et mes jambes, je cours vite, précisais-je avec un mince sourire.

Mes armes étaient loin d’être nombreuses, mais je n’étais pas une grande combattante. Je n’utilisais mon fusil que de rares fois, je n’avais pas non plus envie de vider mes ressources. Le fusil pourrait m’être utile en cas de réelles urgences. En attendant, mon couteau m’était quand même bien utile, seulement si les mordeurs n’étaient pas trop nombreux. Reese énonça alors qu’il n’y aurait bientôt plus d’essence. De toute façon, je m’attendais à ce que le voyage prenne fin bientôt. Continuer à pied ou en voiture revenait pratiquement au même, ce ne serait tout simplement pas aussi rapide.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Chaleur glutéal   Aujourd'hui à 6:46

Revenir en haut Aller en bas
 

Chaleur glutéal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

 Sujets similaires

-
» vendredi 7 août 2009 SALAIRE MINIMUM, CHALEUR MAXIMUM
» Soleil, Chaleur & Cocotier 8D
» Une consultation par jour de grande chaleur
» Chaleur estivale | Pv Nuage de Lune | - The End -
» Chaleur torride...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-