Partagez | .
 

 Chien perdu sans collier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Auteur
Message
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Chien perdu sans collier   Lun 2 Mai 2016 - 15:40

Je regardais une nouvelle fois à travers mon casque l’homme devant moi, il avait l’air un peu ridicule avec son manteau. Il s’appelait donc Tony, un prénom qui semblait tout aussi vieillot que lui. Je devais donc me présenter, je suppose, après tout nous allions être dans le même camp très bientôt pour mon plus grand malheur.

- Je suis Nans, mais ici tout le monde me connaît sous le nom de Jo’ alors appelait moi comme vous voulez, je m’en fous.

C’est sans rechigner que je remettais mon AK47 sur mon dos, je n’avais pas vraiment grand-chose à crainte d’un vieux et d’une gamine. Surtout que pour le moment nous étions en supériorité numérique. Ma fille était certainement mieux entrainée que cette sauvageonne. Il fallait que je joue franc jeu et que je retire mon masque, l’idée ne m’enchantait pas vraiment, mais je n’avais guère le choix. Je levais la tête vers le haut et je détachais mon casque. Avant de le retirer doucement de ma tête. Je secouais un peu la tête remettant en place mes cheveux bruns. Il était bien trop long pour un homme, mais j’avais fini par m’y habituer, et bon il était impossible de les attacher avec un casque sans avoir mal par la suite.

Je laissais les autres se débrouiller alors que j’attachais mon casque à la bretelle de mon sac à dos pour pouvoir le récupérer au besoin. Texas m’avait regardé pour vérifier qu’elle pouvait en faire de même. Elle remit le cran de sureté de son arme avant de la ranger à sa ceinture et retirer à son tour son casque. Tout comme moi, elle l’attacha à la bretelle de son sac. On était plutôt bien assorti et nous savions parfaitement comment s’équiper pour que tout soit à portée de main.

La gamine reprenait doucement ses esprits, pendant que je regardais autour de moi, comme si je sentais une présence extérieure dans le coin. Enfin je reposais mon regard sur ma Texas qui était au chevet de cette fille et qui même comme ça semblait l’inquiéter. Elle n’était pas méchante, c’est la vie qui l’a rendu comme ça. Moi je le savais, mais qu’en était-il de la fille allongée sur le sol ? Forcément alors qu’elle se réveillait, elle était sur la défensive prête à agresser la moindre personne qui s’approchait un peu trop prêt de son sac à dos. Je la regardais alors avec du désespoir dans les yeux, les gens sont tous aussi prévisibles.

- Est-ce que tu crois vraiment que j’ai quelques choses à faire du sac d’une gamine qui se défend avec un rouleau à pâtisserie ? J’en conclus donc que tu n’as pas d’arme à feu et donc pas de munition. Vu comment tu es habillé tu n’as rien de plus pour te tenir chaud et vu comment tu es épaisse, tu n’as pas non plus cinq kilos de nourriture. Donc non, ton sac ne m’intéresse pas.

Je conclus ma phrase par un léger soupire, et comme pour complété mon attitude blasée, je posai mes fesses sur une chaise dans un coin de la pièce. J’entendais alors tout un tas de connerie comme quoi on l’avait suivie et si on avait vu son frère. Si le vieux n’était pas là. Je l’aurais certainement déjà tué pour éviter de perdre du temps bien trop précieux en ce moment. Texas était toujours près d’elle comme si elle aimerait en faire sa grande sœur. Elle semblait lui parler, mais je n’arrivais pas à entendre ses mots d’ici.

- Moi, je m’appelle Texas et j’ai sept ans. C’est mon papa, il n’est pas toujours méchant, mais souvent énervé contre les autres survivants. Nous, on s’en fiche de toi, on parcourt les zones industrielles à la recherche de son ami. Lui, c’est Tyler son nom. J’ai croisé des survivants, mais pas de garçon tout seul alors je suis désolé pour ton frère.

Un sourire se dessinait alors sur ton visage, j’avais l’impression de revoir l’ange qui avait disparu pendant si longtemps pour laisser la place au petit soldat. C’est vraiment étrange de ne pas reconnaitre son propre enfant à cause du monde qui nous entoure. J’attendais distraitement que Texas finisse de baser pour reprendre mes recherches.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Chien perdu sans collier   Mer 4 Mai 2016 - 14:01

L’adolescente revint donc à elle et réussit à se calmer, malgré une peur évidente. Nul ne pouvait deviner ce qu’elle avait vécu. La plupart d’entre eux avaient d’ailleurs toutes les raisons du monde d’être devenus paranoïaques et grandement stressés. Ce n’était pourtant pas le cas de Warrington. Ni visiblement de Nans et sa progéniture ! L’ancien professeur laissa un peu d’espace à Malorie, qui se leva vivement, toujours sur ses gardes. Il en fit de même, non sans afficher une légère grimace, à cause de ses articulations douloureuses aux genoux.

Nans venait d’ôter son casque de moto et Tony apprécia de voir apparaitre un copain chevelu. Si la jeune fille ne le trouvait pas cliché, le cryptologue trouvait au contraire que le bonhomme avait exactement une tête de texan. Enfin ceux des campagnes tout du moins ! Il devait porter magnifiquement le chapeau de cowboys et chevaucher le destrier !

Alors que le type répondait sèchement aux craintes de Malou, Tony pensa à son compagnon resté dehors. Il se déplaça près d’une fenêtre, mais ne l’aperçut pas. Hum… Puis la fillette se présenta et le barbu haussa un sourcil. Ce type avait vraiment appelé sa fille Texas ? Le comble de la ringardise… quoique cette pensée pouvait être sujet à controverse quand on se nommait soi-même Warrington. Yep no comment. Notre homme se garda de répondre aux questions. Inutile de préciser qu’il n’espionnait pas la jeune fille, mais bel et bien les deux autres !

- Quand est-ce que tu as quitté ton refuge dans le sud de la ville ? Demanda-t-il. De toute évidence, ça ne datait pas d’hier ! En tout cas, ce que je peux te dire, c’est que personne n’a trainé dans les parages ces sept derniers jours ! Ce qui apprenait aux autres qu’il résidait dans le coin. Il jeta un regard en coin vers Nans. Ça valait aussi pour son ami, Tyler.

Chercher des gens au hasard – car franchement, qui aurait idée de tout miser sur une usine de cagettes ?! – échappait quelque peu à notre professeur. Il pouvait comprendre le sentiment de manque qu’éprouvaient les autres, mais l’inutilité d’une telle entreprise lui sautait aussi au visage.

- Ça fait combien de temps que vous avez perdu vos… amis ou frères ? Peut-être allait-il devoir prendre la responsabilité d’expliquer à ces pauvres survivants que leur quête était veine ? Non, ce n’était pas son rôle. Il était des mieux placés pour savoir que croire en n’importe quoi donnait une raison de vivre. Et cela valait bien tout le reste.

Il y eut alors comme un bruit de métal dans le hangar principal. Warrington fronça les sourcils une seconde, avant de se détendre.

- Hum deux secondes, dit-il en passant sa tête dans le couloir. Il se glissa alors dans un bureau dont la vitre donnait sur la grande salle des machines. Il fit quelques signes – agitation de la main et pouce en l’air – avant de rejoindre les trois étrangers.

C’est alors que la grande silhouette de Mani apparut à ces derniers.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Chien perdu sans collier   Jeu 5 Mai 2016 - 0:01

Alors peut-être que c'est moi qui en veux au tien, bouffon !!!
lâcha vertement Malou à l'égard de Nans, en parlant de son sac à dos à lui.
Sa façon de répondre l'avait énervée, il fallait qu'elle le provoque; de quel droit lui parlait-il sur ce ton supérieur et suffisant ?
Après l'avoir fixé froidement droit dans les yeux, elle le laissa s'assoir en croisant les bras d'un air méprisant.
« En plus d'être con comme un manche, ce bâtard se la joue perso; méfiance, c'est un sournois qui n'hésitera pas à nous entuber; sérieux ! » songea t-elle avant de se tourner vers la fillette qui se présentait.
« Texas ?! » pensa t-elle à nouveau sans oser rien dire à la gamine qui était gentille « un nom pareil, c'est vraiment pas de bol ! Comme si je m'appelais Connecticut ou Nouveau Mexique...! ».

Elle laissa dire; la petite môme n'avait pas vu son frère et semblait sincèrement désolée.
Ne t'inquiète pas, ça va aller, je le retrouverai , lui répondit-elle doucement avant de se tourner à nouveau vers le Texan: elle avait encore un compte à régler.
Il est vénère après les survivants la chochotte ? Pourquoi ?
D'abord, je ne suis pas une « survivante », je suis vivante !
Ensuite tu veux quoi ? Tous nous fritter ? Et il va rester quoi sur terre ? Toi, ta môme et les cadavres ambulants, point barre ? C'est ça que tu veux ? T'es dans quel camp ?


Droite comme un i, elle attendait qu'il réponde mais c'est l'homme âgé qui prit la parole pour poser des questions.
Toujours sur le qui-vive, elle répondit rapidement en éludant:
j'étais pas dans un refuge, j'étais chez moi... Mon frère est parti au moment où on mangeait des rats bouillis, il n'y avait plus que ça, vu qu'on avait déjà bouffé tous les chats du quartier.

Voilà ! Il se satisferait de ça.
Et puis cela annonçait un peu la couleur au gros, avachi sur sa chaise. C'est pas parce qu'elle n'avait qu'un rouleau à pâtisserie qu'il fallait la prendre pour une poupée Barbie.
Et au moment où le professeur dont elle ne connaissait toujours pas le nom demanda d'attendre deux secondes, elle annonça:
je vais me laver à côté.
Elle prit son sac et se dirigea vers une petite pièce où se trouvait un lavabo.
Après avoir repoussé tant bien que mal ce qui restait de porte, elle alla vérifier si l'eau coulait encore au robinet.
En voyant le mince filet de liquide glacé elle esquissa un sourire, elle avait de la chance !
Elle sortit sa trousse de toilette et se savonna copieusement de la tête aux pieds tout en jetant un coup d'oeil par dessus son épaule afin de vérifier si personne n'entrait; Malou faisait partie des adolescentes pudiques qui ne montraient même pas un doigt de pied.
Une fois rafraîchie, elle enfila des vêtements propres et s'attela au vague nettoyage des habits sales tout en réfléchissant.
« Ils sont bizarre ces mecs tout de même... Qu'est-ce qu'ils sont venus faire dans cette usine ? il n'y a rien...
En plus, ils voient que je ne suis pas bien et ils ne me proposent même pas un petit truc à manger; pourtant ils ne sont pas si maigres, ils doivent avoir de quoi...
Okay, j'ai un paquet de gâteau et des chips mais c'est pour un grand jour et aujourd'hui n'est pas un grand jour, merde ! »


TEXAS !!! cria t-elle à travers le battant de guingois tout en pliant ses vêtements essorés, j'ai des gâteaux, tu en veux ? J'ai la dalle, pas toi ?
« On va leur apprendre la vie à ces deux nains.» Se dit-elle tout en se dirigeant vers la pièce où elle les avait tous laissés.
Quelle ne fut pas sa surprise de se retrouver face à face avec... un Améridien !
L'homme était beau, il avait de la carrure et de la prestance; il semblait discret également, ce qui était un bon point pour lui aux yeux de l'adolescente mais, figée elle resta perplexe, les regardant tous tour à tour avec des yeux en point d'interrogation.
« Cette usine est un point de rendez-vous spécial ou j'hallucine ? » songea t-elle tout en imaginant des réunions secrètes pour lesquelles arriveraient encore d'autres individus tous plus atypiques les uns que les autres.

Salut.

Lança t-elle seulement vers le nouveau venu.
C'était trop.
Personne ne donnait vraiment d'explication, tous y allaient de leur langue de bois en se regardant en chien de faïence; les adultes étaient véritablement des êtres incompréhensibles; elle décrocha.
« Qu'ils fassent leurs petits mic-mac sans moi, je n'ai pas besoin d'eux; je vais manger et trouver un coin où dormir ».
Sur ce, elle fit à nouveau un signe vers la petite fille, lui montrant le paquet de biscuit, s'assit en tailleur dans un coin, l'ouvrit et le tendit à Texas en annonçant suffisamment fort pour que les autres entendent:
on partage !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Chien perdu sans collier   Jeu 5 Mai 2016 - 11:27

Je restais muet regardant autour de moi. Qu’est-ce que je pouvais ajouter, Tex’ avait tout raconté sur notre périple. Retrouver un homme ce n’était pas simple, surtout quand on l’avait perdu de vue depuis bien trop longtemps. J’étais un peu blasé de me rappeler ça surtout qu’à chaque rencontre avec de nouveaux survivants, j’avais l’impression que le clou s’enfonçait encore un peu plus. Je rencontrais des gens de façon tout à fait aléatoire. Comme une gamine sans défense pourrait être en vie si Tyler était mort ? Je préférais chasser cette information de ma tête, c’était tout simplement inimaginable. J’avais envie de me barrer, mais je voyais Texas contente d’avoir rencontré une fille, elle semblait si heureuse d’avoir une amie. C’était la seule raison pour laquelle j’étais posé dans mon coin à attendre.

Alors que Tony parlait à Malou, je réalisais qu’il était dans le coin ces derniers temps. Le fait qu’il n’y ai vu personne était inquiétant. J’avais fait tous les repères que je connaissais de Tyler et ne le voir nulle part commençait réellement à m’inquiéter. Sans vraiment me rendre compte, je lâchais un juron alors que mon cerveau était en train d’assimiler les informations. Il fallait que je le note sur notre carte que l’endroit était vide, il fallait également que je trouve un endroit stratégique ou laisser un mot à Tyler au cas où il reviendrait ici. J’étais obligé de croire qu’il était encore de ce monde, penser le contraire était impensable.

- Simplement parce que tu me fais perdre mon temps et que tu le veuilles ou non tu es une survivante comme moi et comme tous ceux qui ont survécu à l’apocalypse. Enfin si pour toi, traqué de la nourriture et essayer d’échapper aux narvalos c’est une vie tant mieux pour toi, mais pour moi c’est juste un enfer sur terre. Si vraiment je voulais vous fritter comme tu dis, je l’aurais déjà fait, et on ne serait pas là à discuter de la pluie et du beau temps. Je veux bien choisir un camp, mais vis-à-vis de quoi ? La vie ou la mort ? Les narvalos ou la survie ? Je suis dans le camp des gagnants et c’est tout.

Voilà, je passais certainement encore plus pour un con à ses yeux. Cependant, c’était ainsi, elle me cherchait, elle me trouvait. Il n’y avait rien de plus à ajouter, j’ai le sang chaud et je ne sais pas me taire. Je laissais un blanc de quelques secondes avant que Tony décide d’agir et d’essayer de rouvrir le dialogue. Il avait l’espoir de détendre un peu l’atmosphère après les remarques peu enthousiastes de Malou et moi. J’avais qu’une envie s’est de lui sautée à la gorge. Le minimum si vraiment on a faim et qu’on demande l’aumône c’est de le faire bien. Là, j’ai qu’une envie c’est de refaire son éducation et de lui coller des baffes en fille indigne qu’elle est. Bref, je respire un bon coup tente de faire un petit sourire amical à Tony. L’envie n’y est qu’à moitié, mais on va faire l’effort de ne pas trop ressembler à un sauvage.

- Tyler, je le cherche depuis longtemps maintenant, mais il est bien plus entouré que moi et surtout bien plus armé. Je pense qu’il se cache quelque part et malheureusement c’était la dernière de ses planques que je connaissais. Il doit certainement être caché avec un de ses nombreux contacts, mais je n’ai aucune idée de l’endroit où il peut être vu le nombre de personnes qu’il côtoyait.

Le résumé semblait plutôt fidèle à la réalité. Je n’avais rien d’autre à ajouter. Tony partit de son côté pour faire un truc chelou pendant que Malou partit de l’autre pour se nettoyer. J’étais donc seul avec ma fille. Elle revint en ma direction et je pus donc aisément me saisir de la carte et du crayon qu’elle avait dans son sac. Je sortis contre ma volonté mes lunettes de vues avant de commencer à annoter la carte. C’était bien malheureux de voir tous les endroits que nous avions déjà fouiller sans résultat à ce jour.  Je retirais vite mes lunettes une fois le travail fini et laissait à Texas le loisir de tout ranger. Malou appela Texas qui s’approchait doucement, elle voulait manger. Enfin, elle voulait certainement qu’on lui donne de la nourriture surtout. Elle n’irait pas loin avec un paquet de gâteau.

- Mange pas ça, ce n’est pas assez nourrissant. Essaye plutôt ça et rend moi le tout quand tu auras fini. Ne me remercie pas, mais plutôt ma fille, c’est grâce à elle si tu as à manger.

Je fouillais dans mon sac pour sortir un petit Tupperware de riz froid accompagné de haricot sec et de viande sèche. Le tout accompagné de quelques épices pour donner un peu de couleur et de gout. Je me levais pour lui apporter le tout avec une fourchette. Je ne voulais pas passer pour le bon saint Maritain, mais plutôt faire en sorte que ma fille arrête de me regarder avec sa tête de chien battu et visiblement c’était efficace.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Chien perdu sans collier   Jeu 19 Mai 2016 - 19:09

Tony était parti chercher son ami, et laissa Nans se prendre le chou avec la gamine. C’était qu’elle était hargneuse la petite ! Elle ne se laissait pas faire, et comme les manières et propos du texan laissait effectivement à désirer, le ton était monté irrémédiablement ! Tout semblait s’être néanmoins apaisé quand le barbu refit son apparition, et Malorie envisageait de casser la croute ! Cette situation était en effet des plus… insolites !

- Voici mon compagnon, Mani, présenta Warrington, sans imaginer un instant l’éventuel quiproquo qu’une telle présentation pouvait entrainer. Surtout si on s’attardait sur sa tenue un brin Queer à lui ! Aucune importance.

Les autres étaient de toute façon bien trop concentrés sur la partie casse-croute de la rencontre. L’indien fit un hochement de tête et observa les trois étrangers les uns après les autres. Ses yeux sombres s’attardèrent notamment sur Malou, dont il n’avait pu anticiper la présence.

- Elle était déjà dans l’usine, précisa l’ancien professeur, en lisant dans les pensées de son accolyte. Elle cherche son frère. Ils cherchent un ami, ajouta-t-il en parlant de Nans et sa fille. Puisque c’était une question qu’ils se posaient tous deux, en les pistant. Il fit également un rapide hochement de tête pour lui signifier qu’il n’y avait a priori pas de danger.
- Quel est ton nom ? Redemanda Mani à la gamine.

L’homme approuva alors le geste de l’autre chevelu. Le mec se baladait avec des Tupperware, comme à la belle époque ! Ses conditions de survie avaient l’air plutôt correctes et Tony ne put s’empêcher de demander :

- Votre abri est loin d’ici ? Il y a d’autres gens ?

C’était en croisant la route d’un plus gros groupe, au cours de l’hiver, que le duo avait pu apprécier la facilité d’une vie en plus grande communauté. Mais le partage des ressources pouvaient alors être compliqué. Le cryptologue était plutôt partagé sur la question. Il avait pourtant fait le choix de partir… Mais l’adolescente avait de toute évidence besoin de se reposer. De se nourrir aussi. Au calme, pendant quelques temps. Il jeta un regard dans sa direction. Elle dévorait littéralement le riz que lui avait donné Nans.

- Il te faudra reprendre des forces. Quelques jours au moins, lui dit-il. Il sentait qu’elle avait le caractère pour persévérer dans la recherche sans espoir de son frère… mais peut-être pouvait-elle néanmoins comprendre que ce n’était pas de cette façon qu’elle y parviendrait. Tu peux rester avec nous. Nous logeons tout près. C’est sommaire, mais nous avons de la nourriture. Tu seras en sécurité. Ou aller avec eux…

Malou avait l’air d’apprécier Texas. Mais la fillette faisait partie d’un package, qui incluait aussi son paternel. Avec lequel le courant ne semblait pas passer des masses ! C’était elle qui voyait ! Peut-être n’était-elle d’ailleurs pas invitée à rejoindre le père et sa fille ! Dans tous les cas, ils n’avaient pas terminé leur discussion, et Tony mourrait d’en savoir plus sur la petite famille notamment !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Chien perdu sans collier   Ven 20 Mai 2016 - 23:24

La réponse de Nans laissa Malou sans voix.
Elle lui faisait « perdre son temps » ? Que faisait-il à rester là alors ? il n'avait qu'à s'en aller, elle ne lui avait rien demandé !
Quand enfin il conclut en annonçant qu'il faisait partie du camps des gagnants, elle le regarda avec des yeux ronds comme des soucoupes comme s'il était un extra-terrestre. Gagner quoi ? Ou sur quoi, dans de telles conditions ?
Elle haussa les épaules en levant les yeux aux ciel histoire de ne pas se sentir vaincue par l'argument mais elle était loin d'avoir tout compris.

Qu'importe, quand elle appela Texas afin de partager les gâteaux secs à bas prix, Nans eut un geste auquel elle ne s'attendait vraiment pas de sa part. Fouillant dans son grand sac, il lui tendit un tupperware accompagné d'une fourchette annonciatrice d'un hypothétique « vrai repas ».
D'un oeil soupçonneux elle fixa l'homme tout en prenant la boîte, pensant: « méfiance, ça pue l'embrouille son truc ».
Doucement elle souleva le couvercle et regarda... Ou plutôt contempla.
Jamais, même dans sa famille elle n'avait eu l'occasion de pouvoir tremper son couvert dans un tel délice.
Remuant vaguement le contenu avec sa fourchette, elle détaillait mentalement ce qu'elle découvrait: de la viande... des haricots et du riz parsemé de poudre fine jaune et rouge sombre... des épices ? Elle n'en avait jamais goûté...
Avant d'ouvrir la bouche, elle accueillit la dernière phrase de Nans avec un sourire goguenard mais discret cependant: il le faisait pour Texas ? Ben voyons; Il disait plutôt cela juste histoire de garder la tête haute comme un ado ! en fait et cela tombait bien, Malou n'avait aucune intention de le remercier. A la place, elle envoya un sourire entendu à l'enfant en lançant d'une voix claire et sonore: merci Texas !
Et tandis que Tony présentait Mani, elle avala le tout comme un chien sa gamelle, en deux secondes et trois lampées tant elle était affamée.

Je m'appelle Malou, réussit-elle a articuler en direction de l'Indien tout en ingurgitant sa dernière bouchée.
L'adolescente referma la boîte en plastique qui émit un claquement sec dans le silence qui s'était fait tout à coup.
Surprise, elle releva enfin la tête pour constater que Tony avait l'air très intéressé par ce qu'elle avait mangé; apparemment ces genres d'ingrédients n'avaient pas l'air d'être monnaie courante partout !
Écoutant son intuition, elle se raidit par crainte de la réaction de Nans quand le vieil homme demanda où et avec qui ils logeaient; elle était peut-être parano mais elle craignait que cela sente le roussi dans les prochaines secondes.
Méfiante, elle abandonna ses biscuits à l'enfant et se glissa discrètement vers Mani qui affichait un calme olympien.

L'homme était beau. Le regard sombre était profond; une sorte de sagesse et de force intérieure semblait émaner de sa personne.
Persuadée d'être tombée au beau milieu d'un rendez-vous obscur elle n'avait pas prêté attention à son arrivée; d'ailleurs, l'avait-elle entendu venir ? Elle était loin d'en être sûre; seul Toni avait annoncé sa présence...
L'Indien, pourtant bien baraqué semblait n'être que discrétion et silence. Cette attitude la fascinait à un point qu'elle était incapable de détourner le regard de cette silhouette peu commune.

Absorbée par ses pensées, elle sursauta quand le professeur lui adressa la parole.
Soudainement intimidée, elle rendit rapidement le conteneur en plastique et le couvert à son propriétaire et bafouilla: oui, euh... Je veux bien venir avec vous mais... Pas longtemps alors car je dois reprendre la route...
Et quand Toni suggéra d'aller chez Texas, elle regarda l'enfant puis le père d'un air interrogateur.
« Non. » se dit-elle après coup, « on va se bouffer le nez, c'est mort ».
Par contre, une idée lui vint.
Se tournant discrètement vers la fillette elle murmura: viens avec nous toi ! T'as qu'à convaincre ton père. Dis-lui que là où habite Toni il y aura peut-être des gens qui auront entendu parlé de son ami; il ne pourra pas refuser, hein ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Chien perdu sans collier   Sam 21 Mai 2016 - 12:35

J’étais rapidement retourné me poser dans mon coin en attendant que la situation évolue. J’attendais le feu vert de Texas pour pouvoir enfin me sauver de là et laisser tout le monde derrière nous. Je n’en avais complètement rien à faire de savoir s’ils seraient encore en train de papoter pendant une heure ou deux. Tony était revenu depuis peu accompagné d’un mec louche qui s’appelait Mani. J’avais l’impression qu’il sortait du film un indien dans la ville avec sa tête de natif amérindien. J’aurais bien joué au cow-boy et aux Indiens avec lui. Enfin, il avait certainement une meilleure forme que moi, alors je doute que ce soit réellement une si bonne idée.

Je récupérais rapidement le plastique et la fourchette que j’avais donnée à Malou avant de ranger le tout dans mon sac. Je me serais bien passé de faire ça, mais Texas m’y avait forcé, d’un regard sans que les autres ne s’en aperçoivent. Je marmonnais une fois de plus des choses incompréhensibles dans ma barbe. J’observais ma petite toujours en train de sourire avec Malou. Il ne lui fallait vraiment pas grand-chose. La différence d’âge ne semblait même pas la déranger plus que ça.

J’acquiesçais de la tête alors que Tony indiquait que nous cherchions un ami. Tyler pour être exacte, un mec pas franchement fréquentable, mais c’était mon ami et je ferais tout pour le retrouver. En quoi c’était important de répéter à son compagnon ce que nous faisions ici ? Je n’en savais rien, mais j’étais qui pour le juger un putain de Texan réfractaire. J’assume ce que je suis, ce que je fais et emmerde quiconque me cherchant des noises. Visiblement, le vieux voulait que je lui parle un peu de chez nous. Après tout ça ne me coutait pas grand-chose d’en parler un peu tout en restant vague.

- On crèche du côté de Georgetown dans notre ancienne maison, c’est un peu loin d’ici, mais nous sommes que tous les deux. On arrive à survivre en se servant partout où l’on peut.

Je n’avais pas besoin de leur parler des réserves qu’on avait d’avance grâce au bar et qu’on avait tuées des gens pour leur prendre leurs bouffes. Aujourd’hui j’étais en train de gaspiller mes ressources pour nourrir une bouche que je considérais plus qu’inutile. Tony voulait d’ailleurs que Malou se repose. Il proposa même l’idée qu’on l’embarque avec Texas. Je fis une grimace à cette idée. J’ai été sympa en lui donnant de la bouffe, mais je n’irai pas plus loin.

- Tout d’abord, non et ensuite, on est venu en moto et y a que deux places dessus alors se sera fortes compliqué d’embarqué une personne de plus avec nous et puis elle n’a pas vraiment envie de venir du coup je vous la laisse avec plaisir.

Je fis un petit sourire carnassier en direction de Tony et Mani. Il n’allait quand même pas me refiler le boulet.  Je regardais Texas l’instant d’après elle était en train de discuter à voix basse avec Malou. Je n’arrivais pas à entendre ce qu’il se passait entre les deux, mais bon je savais que ma blonde me dirait bien assez tôt de quoi il était question. Alors que je me levais et que je commençais à remballer mes affaires pour partir d’ici au plus vite. Texas ajouta quelques mots à Malou : « Je vais faire de mon mieux, mais je doute qu’il accepte. » Avant de venir me rejoindre.

- Daddy attend.
- Quoi ?
- On pourrait rester avec eux un peu. Je pourrais apprendre des trucs utiles à Malou et inversement.
- On ne va pas gaspiller leurs ressources et laisser notre maison sans protection aussi longtemps. Je refuse catégoriquement, ce soir on sera chez nous.
- Mais…
- J’ai dit non, prend tes affaires, on rentre.

Je regardais un instant devant moi alors que j’attrapais mon casque de moto. J’allais le remettre sur ma tête, je regardais autour de moi. S’il y avait quelques choses à dire, c’était maintenant avant que je disparaisse pour de bon.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Chien perdu sans collier   Aujourd'hui à 11:21

Revenir en haut Aller en bas
 

Chien perdu sans collier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

 Sujets similaires

-
» Chien sans collier
» SOS :Hugo coton de Tulear 5a battu et séquestré ADOPTE
» on recherche un foyer pour Pepito
» TITI chiot croisé 3/4 mois SCP Garéoult (83) ADOPTE
» THAI 12 ANS CH ADOPTANTS OU FA URGENT ASL SANDRINE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-