Partagez | .
 

 Aïe, la boulette - Au chalet, peu après leur arrivée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Auteur
Message
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Aïe, la boulette - Au chalet, peu après leur arrivée   Jeu 21 Avr 2016 - 9:57

Sven avait assisté au bonheur qui se mêlait dans les coeurs de ses deux amis sans ne rien pouvoir y faire. Il avait tu ses sentiments pour Nara, jusqu'au bout, n'avait jamais osé faire un pas plus ou moins parlant en sa direction. Et avait vu la jeune femme lui échapper sans intervenir, se laisser lentement glisser dans les bras de Bruce qui n'avait jamais semblé se rendre compte du regard tendre et envieux que cet ami à qui il avait offert sa première cigarette posait sur elle. De toutes façons, s'il avait su, qu'est ce que ça aurait changé ? Rien, très certainement. On ne pouvait pas forcer le destin paraissait-il et si la jeune demoiselle ne l'avait pas choisi lui plutôt que son compagnon plus âgé, c'était sans doute que ce n'était pas écrit. Sven souffla d'un air blasé à ses propres pensées, il n'avait jamais cru à toutes ces conneries de destinée, il tentait simplement de trouver des excuses à sa lâcheté face à Nara, à son inaction et à sa malchance journalière depuis que toute chance d'amour avait été balayée par Buzz. Sven était jaloux mais ne lui en voulait pas, plus audacieux et fonce dans le tas que le trouillard qu'il était, il avait juste saisi sa chance là où le plus jeune homme s'était dérobé. Tant pis pour lui en somme. Les choses avaient été tellement plus simples avec Milla, son premier amour. Pourquoi n'avait-il pas réussi à affronter les sentiments naissants qu'il avait pour Nara alors qu'il avait fait le premier pas autrefois ? Peut-être parce qu'il culpabilisait de trahir Milla finalement...  

Un peu perdu et chagriné il avait fui l'intérieur du chalet après avoir vu quelques embrassades discrètes entre ses deux compères qu'il avait croisés par hasard. Il leur avait souri faiblement, pour faire bonne mesure et masquer sa gêne, puis était parti voler une bouteille à l'un des membres du groupe qui avait eu accès au bar avant qu'il ne soit vidé pour rejoindre le stock de provisions. Il l'avait grillé un soir près de la réserve avec deux bouteilles de vodka à la main. C'était au cas où lui avait simplement dit l'autre avant de lui faire promettre de ne rien dire en échange d'un service qu'il serait en droit de lui demander un jour. Sven n'avait rien quémandé, il avait plutôt préféré se servir. L'homme ne pourrait pas se plaindre, lui qui avait commis une belle erreur le premier et qui ne désirait assurément pas que ça se s'ébruite au sein de leur communauté.

Emmitouflé dans son chaud manteau qu'il avait fermé jusqu'au ras du cou, la bouteille à portée de main à laquelle il manquait plusieurs gorgées et une cigarette entre les doigts, il observait en solitaire le paysage paisible enneigé qui semblait s'étendre à l'infini. Cette ambiance glacée où rare se faisait la mort en marche contrastait énormément avec la fourmilière urbaine du stade qu'ils avaient tous du laisser derrière eux. Sven était partagé entre la difficulté de l'adaptation à l'isolement et le sentiment de sécurité relative qu'ils avaient déniché ici. Suffisamment calme pour dormir plus ou moins sereinement, trop pour l'apprécier totalement lorsqu'on était un rat des villes plutôt qu'un rat des champs. Aujourd'hui, à la recherche de solitude, chagriné par la scène d'amour qui s'était déroulée plus tôt, il se surprenait à apprécier cette sensation d'être seul au monde et profitait de l'instant. Les cendres et la fumée chutaient dans l'atmosphère froide que l'alcool réchauffait à peine pendant qu'il entendait une porte grincer derrière lui. Surpris d'être dérangé là où il ne pensait pas l'être, il se retourna sur la silhouette d'un grand homme à la carrure fine et tatouée qu'il ne connaissait que trop bien. Soulagé que ça ne soit que Buzz qui le surprenne, mais tout aussi irrité que ce soit celui qui causait sa baisse de moral du jour qui débarquait sans prévenir, il se contenta de lui tendre la bouteille sans dire mot, l'invitant ainsi à le rejoindre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Aïe, la boulette - Au chalet, peu après leur arrivée   Jeu 21 Avr 2016 - 23:42

Depuis le temps… Depuis toutes ces années… Toutes ces journées, ces soirées, ces nuits à se répéter qu'il ne devait pas, qu'il n'était pas pour elle, qu'elle méritait un mec bien mieux que lui… Temps perdu… Certainement. Mais c'était elle qui avait choisi. C'était Nara qui l'avait embrassé, qui avait décidé qu'il était temps d'arrêter de se voiler la face, et d'enfin franchir cette ligne imaginaire qu'ils avaient l'un comme l'autre fixer peu à peu.

Cela faisait maintenant quelques semaines que Buzz était passé du rang de meilleur ami à celui de petit ami officiel. Et il avait encore bien du mal à y croire et à se faire à l'idée. Parce que même s'il ne montrait jamais cette facette de sa personnalité, le grand tatoué manquait cruellement de confiance en lui… Et il ne se passait pas une journée sans qu'il ait peur de la décevoir, de ne pas être à la hauteur… Mais avec toutes ces années passées côte à côte, Nara et Buzz se connaissaient par coeur. Et si elle avait prit les choses en mains, c'était qu'elle était certaine de son choix. Qu'elle croyait en eux de cette façon là. Qu'elle voulait vivre ça avec lui et seulement avec lui.

Aujourd'hui, pas de garde en vu. Journée de repos pour ainsi dire. Journée à glander sagement ou non au chalet. Buzz aimait se rendre utile, cela lui évitait de tourner en rond, ou bien que trop de chose tournent dans sa tête. Alors qu'il s'occupait de certains des enfant, jouant avec eux en riant, Nara l'avait rejoint. Il l'avait regarder avec cette petite étincelle dans les pupilles. Ce truc qui prouvait qu'il était complètement love d'elle. Ses bras s'étaient liés autour de la taille fine de la jeune femme, et il l'avait embrasser avant de rire aux éclats en étendant les beurks des gamins. Au milieu de tout ça, il remarqua une fois de plus Sven, non loin… Depuis quelques temps, Buzz avait l'impression que son ami n'allait pas bien.

Le tatoué tenait vraiment à ce petit. Il s'était prit d'affection pour les Karlson, et un lien presque fraternel s'était tisé entre lui et Sven. Buzz appréciait passer du temps avec lui. Ils en avaient passé pas mal ensemble au stade. Même si à l'époque ses parents ne voyaient pas forcement ça d'un bon œil. Aujourd'hui cela l'inquiétait un peu de voir le jeune homme se renfermer sur lui même. Alors après quelques minutes de jeu, il s'était éclipsé. Un paquet de clope plein en poche, il avait enfilé son manteau, remontant le fermeture jusqu'en haut. L'artiste avait ajouté sa touche perso en ajustant à la va vite son bonnet péruvien de couleurs bariolées sur le tête. Puis il était parti en suivant son instinct. Hors de question qu'il laisse Sven ainsi.

Lorsqu'il ouvrit la porte, Bingo ! Il était là. Durant trois secondes Buzz se demanda quelle attitude adopter. Il était un peu tôt peut être pour boire… Même qui était-il pour donner des leçons de ce côté là ? Faire la mariole en sortant une vieille blague ? Pas sur que ça aide… Alors après une moue du bout des lèvres, il prit la bouteille que lui tendait Sven sans dite quoi que se soit, avançant ainsi dans sa direction. Le tatoué prit une gorgée qui ne lui tira aucune grimace. Les habitudes ont la vie dure…

Dans un long soupire, il se posa à côté de son pote, son épaule venant heurter amicalement la sienne. La bouteille changea à nouveau de main, alors que Buzz posait un regard sur son ami, un sourcil froncé, l'autre relevé. Coinçant une cigarette entre ses dents, il souffla en cherchant son briquet dans ses poches, le dos tendu sur le côté opposé à Sven. « -depuis quand tu décides de te les peler en solo ? » Ouais ok, il ne savait pas franchement comment abordé le sujet. Parce qu'entre mecs, et bien c'était pas dans les habitudes de parler de ses soucis. C'était sans doute un truc bien con d'ailleurs… Il ne parla pas de la bouteille, ne voulant même pas savoir comment Sven l'avait eut. C'était pas ses oignons.

Miracle ! Il venait enfin de mettre la mains sur son zippo fétiche. « -héhé ! » claironna-il sa clope toujours entre les dents, ses lèvres s'étirant en un grand sourire. Se penchant légèrement, il fronça les sourcils pour allumé sa cigarette avant de tirer une bouffée acre. Il renifla avant d'étendre ses jambes devant lui, prenant appuis sur la marche derrière lui avec ses coudes. « -quoi de neuf man ?"

Pff la question bateau de base ! Mais par où commencer ? Certainement pas par un : parle moi ! Meilleur moyen pour que Sven se casse en le laissant comme un con planter là. Buzz se mettait trois secondes à la place de son pote, et il n'aurait pas apprécier que la conversation commence ainsi. Alors il jouait son parfait rôle de mec enjoué.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Aïe, la boulette - Au chalet, peu après leur arrivée   Ven 22 Avr 2016 - 10:38

La bouteille de nouveau en main, Sven en profita pour lui arracher une nouvelle gorgée, le visage de marbre, le regard toujours dans le vague zieutant l'horizon sans réellement le voir. La reposant à leurs côtés, là où chacun pourrait se servir à sa guise, lui qui était tantôt assis en tailleur comme un jeune enfant s'installa plus confortablement auprès de Buzz. Il avait l'impression qu'ils ne seraient pas rentrés de si tôt à l'intérieur du chalet, là où la chaleur du feu de cheminée les attendait, mais où la foule fourmillait aussi. Et leur présence se faisait presque dérangeante. Carrément étouffante en fait. Tout lui pesait. Le jeune homme préférait de loin grelotter dehors jusqu'à pas d'heure, être oublié du peuple dont il n'arrivait plus à digérer les semblants de sourires réconfortants. Etrangement, la présence de Bruce qu'il pensait dans un premier temps irritante s'avérait finalement appréciable. Il était la cause de sa présence ici, mais il ne parvenait pas à éprouver trop longtemps de rancoeur pour cet homme sympathique qui était toujours là pour lui, à la manière d'un grand frère qu'il n'avait plus alors. James lui manquait et il avait trouvé en Buzz un semblant de fraternité qui lui faisait beaucoup de bien. Mais aussi un peu de mal. Cette situation toute en nuances le déstabilisait et il ne savait plus vraiment comment réagir face à tout ça, ou même comment l'encaisser.

Il ramena sa cigarette aux lèvres et en inspira une bouffée apaisante. Il releva le menton dans la fraîcheur et laissa fuir lentement la fumée opaque avant d'adresser enfin plus d'intention à son compère. Il lui jeta un bref coup d'oeil avant de s'en retourner au blanc paysage et de se dérider les lippes. D'un ton très calme, presque en proie à la lassitude, teint d'un certain sarcasme, les mots s'échappèrent.

" Ca fait du bien de se geler un peu les couilles, ça me permet de sentir qu'elles sont toujours là... "

Il n'avait pas partagé l'intimité d'une femme depuis que le chaos avait frappé et savoir que d'autres profitaient - ou du moins un autre, et de la femme qu'il avait fait la connerie de convoiter - rendait cette abstinence d'autant plus difficile à supporter. Il ne s'agissait pas de sexe, loin de là - quoi que c'était un bonus non négligeable - mais d'alchimie, de tendresse, de soutien, d'intentions et d'attention. A deux on se sentait toujours plus fort, et c'était cette réalité qui ne faisait plus partie de son quotidien qu'il ne parvenait pas à digérer. Qu'il était compliqué de composer avec sa solitude quand la demoiselle qui lui inspirait tant de bonnes choses offrait à son ami tout ce qu'il avait voulu pour lui. Mais Buzz méritait cette place enviable, lui qui avait ramé durant des années avant qu'elle ne lui offre ce magnifique cadeau qui rendait son sourire si réel et si serein depuis quelques semaines. Sven était partagé entre l'amitié et la jalousie, mais préférait pour l'instant privilégier sa relation avec son acolyte et taire tout ce qu'il ressentait vraiment, se cacher dans les ombres de son silence. Désabusé, il saisit de nouveau la bouteille, se fichait que l'heure n'était pas vraiment permise à la boisson, et s'enfila deux trois bonne gorgées d'affilée. Sans même s'en rendre compte, il n'avait plus lâché le récipient.

" Qu'est ce que tu viens faire là Buzz à te les geler avec moi ? T'avais pourtant l'air d'avoir pas mal de choses biens plus intéressantes à faire... Je prenais simplement l'air "

Un bien vilain mensonge qu'était cette dernière tirade. Mais Sven qui autrefois avait tendance à s'ouvrir sans malaise, à s'extérioriser sans pudeur, s'était métamorphosé depuis la prise du stade qui l'avait profondément marqué. Il s'était renfermé sans vraiment se rendre compte de ses propres changements, s'était peu à peu glissé dans les méandres d'un silence qui n'augurait rien de bon pour son esprit un tantinet fragile que l'Enfer continuait dangereusement d'ébrécher. Il n'avait pas fait le deuil de son ancienne vie, ne se relèverait pas tant qu'il n'aurait pas fait l'effort d'affronter ses démons. Il n'avait parlé à personne du désordre et du mal être qui le rongeait de l'intérieur, tout comme il avait gardé secret ses sentiments pour Nara d'ailleurs. Il avait préféré faire semblant, affirmer que tout allait bien, qu'il était juste un peu fatigué de tout ça et que ce n'était qu'une passade. C'était plus simple comme ça. On ne lui posait pas de question, on le laissait tranquille et ça lui convenait très bien.

La cigarette s'était éteinte pendant que son consommateur l'avait délaissée au profit de la parole. Il la pinça entre ses lèvres, tenta de sortir de sa poche le briquet que lui avait offert son compère en même temps que sa première taffe de ses doigts aux gestes peu assurées, ne lâcha pas la bouteille dans son entreprise. L'objet lui échappa alors et il n'essaya même pas de le rattraper. Il chuta du balcon pour aller se planter dans un monticule de neige dense quelques mètres plus bas. " Et merde ". Il cala donc son rouleau de nicotine entamé derrière son oreille. Il était hors de question de gaspiller ne serait-ce qu'une once d'une denrée si rare, il y reviendrait plus tard quand il aurait récupéré son briquet. Il se contenta donc d'une nouvelle lichée de vodka, ne reposa toujours pas la bouteille après ça.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Aïe, la boulette - Au chalet, peu après leur arrivée   Sam 23 Avr 2016 - 19:50

Oh putain… S'il fallait commencer à comprendre les sous entendus qui pouvaient éventuellement être caché au milieu des phrases de son pote, Buzz était totalement dans la merde. Que devait-il comprendre ? Que son ami se sentait comme une merde ? Ou bien répondait-il juste simplement à ce que le tatoué avait dit ? Parfois ça devait être plus simple d'être une nana, de savoir décrypter ce genre de chose… Bon… Autant rester lui même hein. Il répondit alors avec un petit rire : « -elles sont bien là t'en fais pas. » Comme ça, c'était une réponse et en même temps une sorte de remontage de moral caché.

Aux yeux de Buzz, Sven était quelqu'un qui avait de la force. Même si parfois il ne semblait pas le voir. Il pouvait puiser du réconfort et du soutien dans les regards et les mots de ses parents. Le simple fait d'être une famille devait aider. Enfin c'était ce que se disait celui qui n'était qu'un gamin des service sociaux. Celui qui ne savait pas ce que s'était d'avoir un père pour montrer l'exemple, mettre une baffe quand il fallait, un coup de pieds au cul pour pousser à se remettre sur le droit chemin. Celui qui n'avait pas eut la tendresse et la douceur d'une mère pour le border le soir ou le prendre dans ses bras lorsqu'il était enfant. Même s'il manquait un membre de la famille, les Karlson étaient unis et fort. Buzz n'avait jamais su s'il enviait cela ou non. Il appréciait chaque membre du clan Karlson, et c'était pour cela qu'il était maintenant assis là, à côté de Sven.

Depuis quelques temps, il le sentait s'éloigner. Taciturne, solitaire… L'épreuve qu'ils avaient subit au stade avait laissé ses traces. Ses cicatrices que chacun pensait à sa façon. Sven avait sans doute moins de vécu que le jeune artiste. C'était peut-être pour cela qu'il encaissait moins bien ? Ou du moins qu'en ce moment il avait du mal à sourire. Tirant sur sa clope en plissant les paupières, Buzz jeta un coup d'oeil à ami. Une question lui venait mais il la trouvait tellement conne. Ça va ? La réponse était évidente. Non, il y avait un truc qui clochait. Alors il la garda pour lui, expirant avec lenteur la fumée blanchâtre. Observant Sven se mettre deux trois gorgées dans le gosier, l’équation était là, claire : solitude + alcool = problème. Il la connaissait cette putain d'équation. Et il pouvait comprendre ça. Même s'il était bien loin de savoir que le problème c'était lui.

What ? Mais c'était quoi cette question ? Les lèvres de Buzz s'étirèrent en un sourire ironique. Il coinça alors sa clope entre ses lèvres et tenta d'articuler tout en donnant des petites tapes avec ses poings contre l'épaule de Sven : « -j'suis là parce que t'es mon pote ! » Reprenant sa cigarette entre ses doigts il ajouta : « -et parce que j'aime passé du temps avec des gens qui articules plus de mots que papa, moi, dodo... » Ouais passer du temps avec des gamins, c'était bien, il adorait ça. Mais il n'était pas non plus le babysitter attitré du chalet. Bien entendu, il ne capta pas une seule seconde que Sven parlait en réalité de Nara. Un peu con sur les bords… Il l'avait toujours été… Nara le lui disait assez souvent.

« -d'ailleurs, c'est pas super cool de pas m'avoir invité. » Il attrapa la bouteille et avala une gorgée, avant de reprendre : « -normalement on partage avec son pote quand on a trouvé ça ! » Il brandit la bouteille sous le nez du jeune homme, souriant. Il avait volontairement mit de côté la fin de phrase de Sven qui sonnait comme une vieille excuse bidon. Il la connaissait cette phrase pourrie. Il y avait recours lui aussi lorsqu'il avait besoin d'être au calme, de faire le point, ou lorsque le masque du Buzz enjoué et déluré se fendillait. Hors de question qu'il laisse voir cette partie la de sa personnalité. Seule Nara la connaissait. Grâce aux longues années passé en compagnie de l'un et de l'autre.

Buzz soupira tout en souriant et fouilla à nouveau dans sa poche, sortant son briquet afin de la tendre à Sven. Bon… Il était peut-être temps de mettre les pieds dans le plat non ? Buzz se lança alors : « -qu'est ce qui te préoccupe ? » sa voix n'était plus tout à fait la même. Parfois le grand crétin qu'il était pouvait devenir sérieux. Particulièrement lorsqu'il s'agissait d'une personne qu'il appréciait. Ce qui était le cas pour baby Karlson. Ce n'était plus le mec déconneur qui parlait, mais celui qui considérait le jeune homme à ses côtés comme un ami. « -t'es pas obligé de m'en parler, parce que tu sais... » Buzz tira à nouveau sur sa clope, avant de lever le menton vers le ciel et du cracher sa fumer en ajouta : « -parler parfois c'est chiant tout ça. » A nouveau la pointe d'humour à la Buzz. « -mais tu le sais ça, que tu peux me parler si t'as besoin hein ? » Un froncement de sourcils alors qu'il tournait à nouveau son regard vers Sven.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Aïe, la boulette - Au chalet, peu après leur arrivée   Sam 23 Avr 2016 - 21:55

Sven était complètement paumé. Il avait du mal à concevoir que Buzz n'ait jamais pu se rendre compte ne serait-ce que d’une once minuscule - toute minuscule - de l’affection qu’il ressentait pour Nara. Les sourires, les regards, l’attention un peu particulière qu’il lui avait apportée jusqu’à récemment encore - parce qu’il avait pris quelque peu de distance lorsque ces deux compères avaient décidé d’officialiser leur relation. Il n’aurait jamais pu continuer son manège après cette grande nouvelle qui l’avait perturbé, lui qui n’avait rien d’un traître ou d’un homme qui avait le culot de séduire la femme d’un autre, encore moins quand cet autre était un ami qu’il affectionnait tout particulièrement. Et cette insinuation, qu’il n’avait pas du tout su discerner dans cette pointe de sarcasme pourtant limpide... frôlait juste l'incroyable. Sven se disait que Bruce devait être soit trop crédule, soit... Non, juste trop crédule finalement. Son fidèle ami avait d’énormes oeillères ! Très proche de Nara, censé éprouver à son égard au moins une pointe de jalousie, Buzz aurait dû être le premier à soupçonner la tendresse qu’il avait pour la femme qu’il avait convoitée durant des années. Et même lui demander - plus ou moins poliment - d’avoir la délicatesse de garder ses distances. Mais jamais il n'avait semblé ne serait-ce que frôler l'hypothèse que la proximité de Sven avec Nara pouvait dissimuler quelque chose de plus profond qu'une simple amitié, aussi forte fut-elle. Incroyable et pourtant vrai.

Sven attrapa le briquet et s’empressa de rallumer sa cigarette avant de la porter jusqu’à ses lèvres et d’en tirer une nouvelle dose. Il rendit l'objet à son propriétaire sans même un remerciement, sans une oeillade, puis d’un geste plus brusque qu’il ne l’avait voulu, il reprit la bouteille aux mains de Bruce avant de se réchauffer le gosier d’une lampée de plus. Il sentait déjà l’alcool faire son effet et profita de l’aubaine pour se donner le courage nécéssaire aux temps des révélations. Son acolyte avait voulu mettre les deux pieds dans le plat, soulever le problème qui minait le plus jeune à cet instant précis, et bien il le suivrait finalement dans cette pente glissante, sans être certain d'être capable de la remonter. Ou du moins, à deux. Il avala une dernière bonne gorgée, redonna la bouteille à son compère - lui comprit aux sensations qui le submergeaient qu’il avait eu suffisamment son compte - puis s'accouda contre la marche à son tour tout en croisant nonchalamment ses jambes. Il lança un regard à son voisin, s'intoxiqua d'une autre bouffée de tabac puis souffla exagérément, lassé par les non dits que le tatoué aurait dû pressentir. Rongé soudainement par la culpabilité d'avoir l'impression de jouer double jeu avec une double face, de lui mentir chaque fois qu'il posait ses yeux sur lui, ou sur elle. Il avait peur de perdre cette amitié fraternelle qui lui était plus chère qu'il ne l'avait cru dans une première mesure, mais savait qu'il avait plus de risques de la briser par les mensonges sous jacents que par son honnêteté. Puis, ce n'était pas comme s'il s'était passé quelque chose entre eux, ou qu'il comptait remédier à ce problème. Après tout, qu'avait-il réellement à perdre si ce n'était le peu de fierté qu'il lui restait ?

« Je ne sais pas si je vais rester dans tes bonnes grâces bien longtemps Buzz... ». Il marqua une légère pause, le laissa un peu cogiter avant de reprendre. « Si je t’ai pas invité, c’est parce que j’avais mes raisons, et t’en fais partie mon pote, malgré toi en fait ». Il s’avachit d’avantage et profita de son ultime taffe de nicotine avant de jeter son mégot par dessus la balustrade. « Honnêtement Buzz, tu me laisses complètement sur le cul ! Dis moi comment un mec fou amoureux ne peut-il pas voir quand un autre regarde sa femme ? Moi ça me dépasse ! ». A la place de Bruce, voilà bien longtemps qu'il aurait découvert le pot aux roses et exprimé sa désapprobation.  

Sven n'avait rien ajouté de plus. Il avait dévoilé à demi mots ce qu'il se tramait dans sa tête en désordre, le pourquoi du comment il en était arrivé à venir s'échouer dans la brise glacée une bouteille de Vodka à moitié vidée à la main. Oh hé, réveille toi Buzz, que le cheminement finisse par se faire dans ton esprit d'homme un peu trop naïf mais non moins intelligent ! Le jeune survivant n'avait pas été assez téméraire pour aller jusqu'au fond de son entreprise mais espérait grandement que tous ces sous-entendus seraient démêlés par son compère qui avait toutes les clés de la découverte en mains. Il se contenta simplement de lui affirmer. « Je suis pas certain que t'aies vraiment envie d'entendre tout ça Buzz. Je suis pas non plus vraiment certain de vouloir te le dire. Puis au fond, c'est pas comme si ça pourrait changer quelque chose que tu saches ce qu'il se passe dans ma caboche ». Qu'il soit au courant ou non des sentiments qu'avaient Sven pour Nara, tout demeurerait pareillement. Le cadet devrait s'accommoder de sa solitude et se contenter d'observer chaque jour le bonheur de ses amis qui se prélassaient dans les bras de l'un et de l'autre. Fatalement...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Aïe, la boulette - Au chalet, peu après leur arrivée   Sam 23 Avr 2016 - 22:37

Les sourcils de Buzz venaient de se froncer. Dans ses bonnes grâces ? Mais de qui voulait parlé Sven ? C'était quoi le délire ? Buzz avait beau chercher, il ne comprenait pas ce qui pouvait miner le moral de son ami, et qui pourrait ne pas lui faire plaisir si jamais il le mettait au courant. Son regard et tout son visage parlait pour lui, il ne captait pas ce que Sven voulait lui faire comprendre. Alors il allait falloir qu'il éclaire sa lanterne parce que là… Il ne voyait pas du tout ce que le jeune homme avait pu faire. « -hein ? » lâcha le tatoué à la phrase suivante. Merde ? C'était lui le souci en fait ? Renversement de pensées, qu'est ce qu'il avait fait lui pour que son pote n'ait pas envie de le voir ?

Buzz avait rentré son visage dans son cou, grimaçant légèrement, complètement à la masse. Il ne quittait pas du regard le jeune Karlson, pendu à son lèvre, attendant que le couperait tombe enfin. Qu'il ait les couilles de lui dire en face ce qui le rendait si étrange et de mauvaise humeur. Sven ouvrit à nouveau la bouche, et Buzz ferma les paupières rentant un peu plus encore son menton dans son cou. Encaissant le coup, il tenta de mettre ses idées au clair. S'il mettait bout à bout tout ce que venait de dire le jeune homme, il devait conclure que le mec fou amoureux et complètement aveugle c'était : lui ?!

Il réagit à la Buzz. Un léger rire qui sonnait un peu bête, il se redressa remontant ses jambes, avant que sa main libre ne viennent gratter l'arrière de sa tête, à la base de son bonnet. Son regard s'était détourné, alors que son cerveau se mettait enfin en action. « -ce mec est juste con. » fut la réponse qu'il donna à Sven. Il le savait qu'il était con, trop naïf, un peu lent parfois. Le monde c'était pas le bisounours, ça il le savait et pourtant… Pourtant ce genre de chose, il ne les voyaient jamais venir. Pourquoi n'avait-il pas capté ? C'était une très bonne question…

Plus de sourire sur son visage, un air plutôt grave s'affichait sur ses traits. Il n'avait pas vu venir le coup, et il allait falloir qu'il l'encaisse. Un pote qui en pince pour Nara. Ça c'était pas la première fois que ça arrivait. Parce que Nara c'était un petit bout de femme qui plaisait beaucoup. Même si elle dirait le contraire. Mais c'était avant. Avant que le monde ne bascule. Avant que les deux amis ne décident de se mettre en couple. Avant qu'ils ne s'avouent l'un l'autre qu'en réalité c'était de l'amour qu'ils avaient l'un pour l'autre, quelque chose de plus fort que l'amitié qu'ils prétendaient avoir depuis tant d'années. A l'époque, Buzz avait éconduit ses potes, ils s'étaient ravisés seuls, ou Nara les avaient remballé. Mais aujourd'hui ?

Il fixait le sol enneigé tout en essayant de revoir dans sa tête des moments, des gestes, des paroles qui auraient pu, qui auraient du lui mettre la puce à l'oreille. Lorsqu'ils avaient fait le rencontre de Sven, Buzz et Nara étaient des amis. Alors même s'il avait vu quoi que se soit, le grand couillon qu'il était, s'était sans doute simplement dit que c'était normal. Le charme naturel de Nara opérait. Sven reprit la parole, et Buzz tourna quelque peu la tête vers lui, sans pour autant le regarder. Molo petit, il fallait qu'il l'avale la nouvelle !

« -aïe ! » grogna le tatoué alors que le mégot de sa clope venait de lui brûler les doigts. Il l'avait lâcher sous la surprise de la chaleur, avant d'agiter quelque peu sa main, comme si cela pouvait aider. La voix de Sven était toujours là, et les derniers mots firent enfin réagir Buzz. Il se leva d'un bout en lâchant : « -whoo ! Bien sur que ça change quelque chose man que je sache ce qui se passe dans ta tête ! Pourquoi tu me l'as pas dis avant ? » C'était peut-être pas la réaction qu'attendait le jeune homme assis juste là. Buzz n'était pas d'un tempérament jaloux. Il ne l'avait jamais été parce qu'il n'avait jamais été amoureux de quelqu'un d'autre. Et qu'il s'était persuadé durant des années qu'il n'était pas assez bien pour Nara. Or c'était elle qui l'avait choisi, elle qui avait franchit le pas. Elle qui avait voulu que leur relation prenne un autre tournant. Elle l'aimait tout autant qu'il était dingue d'elle.

Buzz cala son dos contre la rambarde du balcon, dévisageant cette fois-ci celui qui était son ami. « -j'suis trop con… j'aurai du le voir... » Les sourcils haussés, encore interloqué de sa propre débilité. « -j'suis désolé man… Je… J'pensais pas. J'savais pas. » Monde à l'envers. C'était lui qui était en train de s'excuser. Mais en même temps, il avait des raisons de s'en vouloir. C'était Sven qu'il était venu voir comme un con, claironnant qu'il avait passé une putain de nuit de fou ! Que Nara et lui bim ! C'était fait ! C'était à ce mec là qu'il était venu balancer son bonheur en pleine gueule. S'il avait su, il aurait fermé sa grande gueule… Le jeune artiste se passa une main sur le visage, écrasant son nez au passage, avant de reposer son regard sur Sven. C'était parce que le garçon lui était cher qu'il réagissait ainsi. Il avait beau passé pour un mec qui se foutait de tout, ce n'était pas le cas. Il n'aimait pas voir les gens qu'il appréciait souffrir, surtout à cause de lui bordel !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Aïe, la boulette - Au chalet, peu après leur arrivée   Dim 24 Avr 2016 - 18:06

Il en avait fallu un certain laps de temps à Buzz pour que les conclusions cheminent jusqu'à leurs trouvailles. Sven avait même cru l'espace d'un instant qu'il allait devoir braver sa demi teinte et lui écrire une pancarte " oh hé je suis amoureux de ta femme " pour qu'il finisse enfin par voir la réalité en face. Il se passa une main dans sa tignasse brune qui avait déjà commencé à prendre l'humidité de l'air pour se débarrasser de deux trois mèches qui lui barraient le visage. Gêné par l'aveu, il n'osait pas regarder son compère pendant qu'il déballait une réaction bien surprenante. Sven finit par être terriblement mal à l'aise. Il s'était tout imaginé. Des remontrances. Des menaces. Tout, sauf ça. Bruce lui faisait l'offrande de ses excuses, alors même que ça aurait été au cadet de s'excuser. C'était lui qui avait osé éprouver un sentiment d'amour naissant pour la femme qu'un autre convoitait sans se cacher. Lui qui n'avait pas été fichu de faire preuve de suffisamment de témérité et d'honnêteté pour confier ce qu'il ressentait aux principaux concernés. Ces deux personnes qu'ils appréciaient vraiment et qui avaient toujours été en droit de savoir ce qu'il se tramait dans sa petite tête. Ils étaient ses amis, il aurait dû leur faire part de ses sentiments au lieu de se glisser dans ce mutisme qui les avaient tous mis dans une situation bien délicate. Trop délicate même. Il se rappelait les discours enchantés de son acolyte concernant sa relation idyllique avec Nara, ses révélations trop intimes qu'il avait partagées sans même se douter de ce qu'il passait dans la caboche du Karlson junior qui maudissait son ami silencieusement pendant que ce dernier se confiait tout guilleret. Sven avait merdé, pas Bruce. Le monde tournait à l'envers et laissait le plus jeune totalement dérouté par le retournement soudain de situation

Il se redressa contre la marche et se tourna légèrement vers Buzz tout en réfléchissant à la manière dont il allait pouvoir gérer ce revirement, puis leur amitié par la suite si toutefois cette confession n'avait pas trop bousculé tout ce qui les unissait. Bruce ne l'avait pas submergé de sa colère, Sven espérait grandement que ce manque de rage signifiait qu'il ne lui en voulait pas trop d'avoir pu désirer plus avec celle qui partageait maintenant sa vie. Perdre l'attention de ce grand brun serait un réel déchirement, bien que peut-être mérité se disait-il. Sans lâcher son ami du regard, il tenta de s'exprimer. " Tu sais que tu peux être très con parfois ? Trop bon trop con je veux dire. C'est pas à toi de t'excuser, mais à moi. J'ai fermé ma gueule et je t'ai laissé te confier et me faire l'étalage de ton petit bonheur à l'eau de rose, j'ai déconné là. Je savais que tu l'aimais depuis longtemps et pourtant... ". Il n'alla pas au bout de sa tirade, il n'avait pas le courage de lui dire que ça ne l'avait pas empêché d'en pincer pour elle sans passer par les demi mots. Il préféra s'empresser d'ajouter, de peur que Buzz ne finisse par se faire de fausses idées par dessus tout ce trop plein de gentillesse. " Mais je t'assure qu'il s'est rien passé et qu'il se ne passera jamais rien. T'es mon pote Buzz, presque mon frère ici, et je ferai jamais rien qui puisse te nuire. Nara non plus d'ailleurs, qui au passage n'a d'yeux que pour toi ". Il marqua une pause pour reprendre son souffle et laisser le temps à son voisin de digérer ses premières paroles. Il ramena l'une de ses jambes un peu trop promptement contre lui, sentit la tête légèrement lui tourner dans son action. Il avait besoin de se raccrocher à quelque chose, de s'occuper à la fois le corps et l'esprit pour ne pas perdre pieds d'avantage et sortit donc une nouvelle cigarette de sa poche ouverte sur un paquet à moitié vide. Il ne lui restait plus beaucoup de munitions avant de se retrouver à sec. Il se la grilla d'un mouvement machinal, maintenant habitué à ce coup de mains, et reprit de plus belle une bouffée de son poison. Si sa mère le voyait, elle le maudirait. " Sérieux mec t'as à t'excuser de rien. Ca faisait un bail que tu lui courrais après, tu l'as mérite cette récompense. Mais ne dis rien à Nara s'il te plaît. Ca n'a plus d'importance aujourd'hui puis j'ai déjà commencé à prendre mes distances. Tu sais, je suis même pas certain de ce que je ressens pour elle de toutes façons. Il y a Milla au milieu de tout ça... C'est con je sais. Elle est sûrement morte de toutes façons à l'heure qu'il est... "

Evoquer sa chère et tendre disparue lui avait remis un sacré coup au moral déjà trop ravagé et il attrapa derechef la bouteille à proximité. Il n'avait pas eu suffisamment sa dose pour encaisser ces souvenirs finalement. Une autre rasade l'aiderait certainement à s'accommoder de toute cette merde, pour aujourd'hui du moins. Jusqu'à ce que la bouteille se vide... Après ça, il n'aurait plus rien dans quoi se noyer pour soulager sa peine. Puis, à vrai dire, ça n'avait jamais été son genre de se réfugier dans l'alcool. Se détournant de ses pensées les plus noires, il reprit la conversation d'un air fataliste. " J'aurais jamais eu le cran de l'aborder Buzz. Aimer quelqu'un dans ce merdier c'est prendre le risque de souffrir de sa perte. On finira tous par crever, alors autant s'éviter en plus des souffrances inutiles ". Le pessimisme le gagnait de plus en plus pendant que l'alcool se propageait et lui déliait la langue. Ses traits prenaient l'allure de l'indécision pendant qu'il ajoutait. " Je pensais t'envier mais maintenant que je t'ai déballé la vérité, je me dis que j'avais tort. Je t'admire d'avoir le courage de prendre le risque en fait. Je te plains un peu aussi je crois... ". Là clairement il déraillait et allait peut-être trop loin en évoquant la possibilité de voir Nara périr sous les yeux de son amant, mais il avait bien du mal à juger ses paroles et l'atteinte qu'elles pourraient avoir sur son compère. Et la petite rafale glacée passagère qui vint les fouetter subitement n'aida pas à lui remettre les idées en place.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Aïe, la boulette - Au chalet, peu après leur arrivée   Aujourd'hui à 21:07

Revenir en haut Aller en bas
 

Aïe, la boulette - Au chalet, peu après leur arrivée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Après l'arrivé viens le thé (Aladdin, Mizoku)
» Les Américains ne pourront pas changer la donne à Cuba après Castro.
» Perte des points en dextérité après Up
» Le rôle du Canada dans l’Haïti de l’après-Aristide :
» Deux semaines après le séisme, elle est retrouvé vivante sous les décombres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Abandonnés-