Partagez | .
 

 You shouldn't be alone [Zack]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Auteur
Message
Cody Harrison
Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 99
Age IRL : 27

MessageSujet: You shouldn't be alone [Zack]   Lun 18 Avr 2016 - 22:22

Dans les alentours bordant la frontière de Seattle, Cody s'était aventuré avec la voiture familiale, beaucoup trop grande pour un homme seul. Et il aurait été d'usage d'emmener un coéquipier avec lui. Mais depuis des semaines maintenant, le comptable n'était plus en mesure de penser à sa sécurité. Cela faisait des jours qu'il se flagellait mentalement, se rendant responsable de la mort de Feather par son manque d'initiative et sa peur primale de la mort. Tout l'hiver à s'être terrer dans la maison de vacance des Momsens, à deux, ils n'ont pas pu ramener les provisions nécessaires avec un monde aussi important. C'était tout juste s'ils avaient eu de quoi manger et le manque de bras à l'extérieur, n'avait pas inquiété les jumeaux plus que de raison. Après la sortie avec Nathaniel, Cody avait réalisait combien ses lacunes étaient immenses et son manque de courage un frein pour la survie de sa famille. Ann maigrit de jour en jour et sa propre fille avait définitivement perdue le sourire. Il devait être l'homme qu'on avait besoin qu'il soit, un homme sur qui compter, qui inspire la sécurité et qui redonnera espoirs aux filles. Cody aussi maigrissait encore, les repas sont maigres, et l'appétit est rare. Il avale les quelques bouchés qu'on lui offre que pour rassurer Dean sur son état. Mais ce dernier n'est pas dupe, un fossé commence à se creuser entre eux, il le ressent plus que jamais. Mais il ne pouvait plus se complaire dans sa lâcheté et Dean n'était que le reflet de ce problème. C'était vitale, il devait sortir de cette baraque et faire quelque chose par lui-même, pour sa famille. Si non, il mourrait sous la culpabilité qui l'accable.

Dans la voiture, il avait emporté l'arme à feu de Dwight et une machette qui servait à couper les bois souple du jardin. A sa ceinture, quelque chose de devenue si ordinaire aujourd'hui, qui pèse si lourd sur ses hanches, un couteau de chasse dans sa gaine. Sous les conseils de Nathaniel, il s'était entraîné encore et encore, contre des rondins de bois, parfois ils bougeait, parfois non. Le but n'était pas de se défendre mais transpercé le crane des rôdeurs. L'après midi était nuageux et bénéficiait de quelques éclaircit, assez pour illuminer les nuages si blanc et inonder de lumière le petit quartier qu'il venait d'atteindre. Il voulait éviter par dessus tout les grands espaces et savait très bien que c'était les banlieues, les premières désertés, un peu comme celle où il habitait avant avec sa famille. Lors d'un de ses voyages à Chicago, Cody et Dean était passé par là pour trouver une pharmacie. Jace, le fils de Cody s'était plein de maux de ventre à peine ils avaient pris la route et il avait espéré que les médicaments l'aide à se calmer. Il se souvient de l'agacement et de la colère qu'il avait eu contre Jace quand il eut compris que son gamin se foutait de sa gueule et qu'il ne voulait tout simplement pas prendre la route. Le cœur serrer, il réalise combien ça lui manquait les caprices de ses enfants. Margaux n'en faisait plus depuis la mort de sa mère, elle se vidait toujours un peu plus de sa bonne énergie.

Il gare la voiture devant l'entrée du petit complexe commerciale qui regroupait une petite épicerie, un bureau de poste et la pharmacie. Pour Cody, c'était l'endroit idéale, peu fréquenté et rassemblait l'essentiel. Nourriture, santé et communication. Bien qu'il ferait l'impasse sur le dernier. L'entrée principale était barré de chaînes, comme si les propriétaire avaient encore espoir de sauver leurs biens. Mais les fenêtres donnant sur la rue étaient toutes brisées, des produits jonchaient le sol. Ce n'était pas vraiment subtile, ici aussi, ça avait éclaté, à moindre mesure, mais les gens s'étaient certainement insurgés devant les marchands terrorisés par les pillages. Il sort le fusil du coffre de la voiture, passe la sangle par dessus son épaule et passe l'arme dans son dos. Il déboutonne la gaine de son couteau pour le sortir avec plus de souplesse. Il garde d'ailleurs la main sur le manche, pour ne plus se faire surprendre.

Devant la porte, il tire sur les maillons, vague espoir que le cadenas ait lâché. Mais rien, il fait légèrement trembler l'entrée. Dans le bruit d'un quartier fréquenter, il ne l'aurait même pas remarqué, mais ici, tout n'était que pur silence, pas de voitures, ni d'avions, pas un rire, pas une usine à la ronde qui est en fonctionnement, c'était comme se retrouver à camper au beau milieu de la nature et se rendre compte que les lumières de la ville n'étaient plus là pour vous offrir sa protection. Il préfère éviter d'attirer l'attention et contourne le bâtiment sur sa gauche. La vitre donne sur l'épicerie et son entrée au fond est ouverte, laissant le passage libre jusqu'à la pharmacie. Il se défait de sa veste et la pose sur le verre ébranlé de la vitre pour passer par dessus. Le sac sur le dos, il cherche dans sa poche de quoi s'éclairer. Il fait sombre dans certaine partie de la pièce, en particulier celles éloignées des fenêtres cassés. Dès l'instant qu'il avait pénétré dans l'épicerie, son cœur s'était mis à s'accélérer et sa respiration se raccourcir. Même si il faisait preuve de plus de courage qu'auparavant, il ressentait toujours cette peur panique, celle qui l'a paralysé depuis si longtemps.

Malgré la tension et la sensation désagréable d'être observé, Cody traverse l'épicerie sans mal. Il préfère ne pas s'attarder et s'occuper des médicaments au plus vite. Quand il pénètre la pièce, la lumière manque et il est obligé d'utilisé une lampe. Le faisceau lumineux traverse le lieu. Il avance et se jette dans le fond, derrière le guichet, il sait que c'est là qu'il trouvera antibotiques et antidouleurs. Ils ouvrent tout les tiroires frénétiquement et ne fait plus attention aux bruits extérieurs. Le vent s'engouffre dans le petit complexe et couvre les pas lent d'un corps étranger. Il avance cet homme au visage fendu, à la blouse pleine de sang sécher, les chairs en décomposition. Et il s'avance vers ce bruit qui la réveillé depuis l'autre bout du bureau de poste. Il ne désire qu'une chose, c'est se nourrir et il sent qu'il a flairer une proie. Il se cogne contre le guichet, le bruit alerte enfin Cody, qui l'éclaire de plein fouet. « Merde ! »

Il sursaute, se recule si vite qu'il heurte un des tiroirs qu'il a ouvert et c'est toute l'étagère qui lui tombe dessus...



Eventually, everything goes away
Allegiant ⊹Depuis tout petit, je sais une chose: que la vie nous abîme tous. On n'y échappe pas. Mais je suis en train d'en découvrir une autre : qu'on peut se réparer. On se répare les uns les autres. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Zack M. Atkins
leader | American Dream
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 22/03/2016
Messages : 1293
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: You shouldn't be alone [Zack]   Jeu 21 Avr 2016 - 18:34


Cela faisait maintenant un peu plus de deux semaines que Zack avait quitté son petit chalet dans la forêt du North Cascades National Park pour poursuivre sa route avec Jonah. Il avait finit par accepter son offre d'évoluer ensemble, parce-que c'était forcément plus simple que seul, mais les deux hommes étaient méfiants et la confiance n'était pas encore vraiment au rendez-vous ce qui valait à Zack de nombreuses nuits où il dormait à peine. Alors le blond était épuisé, il regrettait parfois son petit confort personnel, seul, à ne craindre rien d'autre que les quelques râles apportés par le vent, mais il était hors de question de faire marche arrière et ils avaient passé la nuit dans une vieille bicoque qui tenait à peine debout, à mi chemin entre le chalet et Seattle. Les deux hommes avaient désormais parcourus la moitié du chemin, et c'est d'un accord commun qu'ils s'étaient séparés ce matin là afin de voir ce qu'ils pourraient trouver aux alentours ; maintenant qu'ils étaient deux il fallait penser à trouver d'autres vivres et l'homme d'affaire avait bien l'intention de se rendre dans la petite épicerie qu'il avait repéré la veille.

Son sac pratiquement vidé des maigres affaires qu'il avait encore passé sur une épaule, il s'était mis en route vers le petit magasin ; Zack ne craignait pas à cet instant que Jonah s'en aille et poursuive la route seul, il avait pour habitude d'emporter ses affaires avec lui par conséquent l'homme n'aurait pas grand chose à lui voler. Le temps avait été relativement pluvieux la veille et ses docs avaient finit par être tâchées de boue au bout de quelques minutes. C'était ça aussi, les villages, il y avait toujours ce coin d'herbe par lequel on passait pour prendre un ''raccourci'', mais qui finalement se révélait être bien plus salissant qu'en poursuivant sagement sur le chemin bétonné. Le blond n'avait jamais été du style de ses compères en affaire, à se la jouer petit précieux ou à s'affoler à la vue d'une tâche, mais il ne pouvait nier qu'il avait hâte de trouver un bon coin où poser ses affaires, un endroit où il pourrait s'établir et reprendre ses marques. Mais il n'y avait rien ici, pas assez d'endroits, pas assez de groupes vulnérables.

Les putréfiés étaient moins nombreux par ici, en tous cas à rôder dehors, parce-que les maisons sembler regorger de surprises dont il valait mieux se méfier. Le blond se dis qu'au retour il s'arrêterait sûrement dans l'une d'entre elle, peut-être aurait-il la chance de trouver quelque chose. Les mains dans les poches, il crut voir une silhouette passer au coin de la rue mais elle avait disparût l'instant d'après ; humain ou macchabée ? Alors que l'homme d'affaire se posait la question, ayant prit soin de se munir de son couteau de chasse, son attention fut attiré par un bruit tonitruant venant de l'épicerie où il se rendait. Il s'en approcha, passant à moitié son corps par la fenêtre brisée en zieutant chaque recoin pour s'assurer que ce n'était pas un piège, puis il le vit. Ce pourri s'approcher de... de quoi d'ailleurs ? Y a un mec là en dessous ou quoi? Plissant les yeux pour essayer de mieux voir, il vit en effet un corps coincé sous une étagère ; ce pouvait tout aussi bien être un autre mort mais pourquoi le premier s'en approcherait-il avec ce râle d'intérêt ? Et s'il sauvait cette personne, peut-être qu'il l'occasion d'avoir quelque chose en retour.

Ni une ni deux, le blond s'engagea dans la pièce, rejoignant rapidement le corps chancelant du mort qui n'était plus qu'à quelques centimètre de l'étagère renversée. Sa lame entra sans trop de mal dans le crâne du putréfié qu'il repoussa un peu plus loin une fois que toute vie potentielle l'ait quitté. Rangeant son arme après avoir rapidement passer un coup de ce chiffon qu'il avait accroché à sa ceinture, il la rangea et s’attela à soulever l'étagère, tendant sa main libre à l'homme jusqu'alors coincé en dessous. « Eh bien, heureusement que je passais par là. » Il accompagnait sa phrase d'un étrange sourire un peu niais qui se voulait rassurant, espérant au fond de lui qu'il n'allait pas finir avec un flingue sur la tempe d'ici quelques minutes.



Revenir en haut Aller en bas
Cody Harrison
Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 99
Age IRL : 27

MessageSujet: Re: You shouldn't be alone [Zack]   Lun 25 Avr 2016 - 4:30

Panique ! Cody est d'abord légèrement assommé par le recoins de l'étagère, le faisant tombé puis s'écroule sur elle comme si elle lui en voulait. Voulait de lui voler ses précieux objets. Cody ouvre les yeux après une brève seconde d'inconscience, le laissant un peu gazeux. Il essaye de bouger, tire sur sa jambe puis la pression ardente sur sa hanche lui hurle d'arrêter. Il comprend vite qu'il se retrouve coincé sous un tas de truc métallique qu'il ne croyait possible que dans les films. Les râles eux, n'avaient rien à voir avec l'étagère. Et ça y est, il se souvient. Le cadavre qui marche ! PANIQUE, la grosse panique. Cody pousse sur l'étagère et la fait à peine trembler. Il gesticule et voit les pas hasardeux du mort s'avancer. Il grogne, il geint. Non pas le mort, Cody, essayant de s'en sortir, comme une sourie dans son piège à fromage. A sa tête on peut y voir tout le désespoir et la peur de cette situation. La morsure, il a vu à quoi ça ressemblait, il ne voulait pas de ça pour lui, il voulait pas mourir comme ça, tout seul, mon dieu que va faire Dean sans lui si il mourrait, qui s'occuperait de Margaux après lui. Il tourne la tête, le mort avance et putain, un deuxième arrive, plus rapide en plus. Ses bras s'énervent sur l'étagère et d'un coup elle se soulève comme si elle ne pesait plus que dix grammes.

Il est complètement perdue le petit comptable à ce moment là. Il cherche des yeux le mort, qu'il retrouve couché au loin. Le contre jour cependant, l'empêche d'être soulager quand la deuxième silhouette s'approche de lui. "AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAh" S'égosille-t-il en reculant, le visage horrifié. « Eh bien, heureusement que je passais par là. » Clignement d'yeux frénétique de la part de Cody. "Hein ?" Son coeur bat à une vitesse folle. Il a du mal à se calmer et il ne sait pas si il peut être rassuré ou pas encore. Il plisse les yeux, se souvient de pourquoi il n'y voyait pas si bien. Il avait laissé ses lunettes à son frère. Le visage bien vivant d'un grand blond lui arrive enfin au cerveau. Foutu nordique, on dirait qu'il n'y avait qu'eux qui survivait à cette vie dorénavant. Il était quoi celui-là ? Norvégien aussi ou juste géant avec une tête de jeune premier chez les vikings ?

S'aidant de cette main tendu, il se redresse sur ses deux jambes. La douleur qu'il ressent au niveau de la hanche lui laisse savoir qu'il allait la sentir pour un petit bout de temps. Il hésitait encore dans sa tête si il allait le dire à Dean ou pas. Ce dernier allait mourir d'inquiétude dorénavant. Cody savait qu'il allait prendre une chasse de la part de toute la maison en rentrant.

"Merci..."

Cody n'a jamais rencontrer de lui-même d'autre survivant, donc il ne se sentait pas plus méfiant que ça. Le sourire que le grand blond lui offre, le rassure même. Il lui renvoi le même sourire maladroit, aussi sincère qu'il pouvait faire sachant la profonde dépression qui rongeait son coeur depuis la mort de Feather. "Vraiment merci ! Sans vous je..." Serais mort... Les derniers mots font échos dans son crâne et le sourire s'efface très très vite. La mort, le sang, il voudrait que tout ça s'arrête, qu'on le réveille et qu'on lui dise qu'il était dans le coma depuis 6 mois. Ca au moins, ça lui remonterait le moral... La perspective d'être tétraplégique était plus belle à ce futur pourri.

-Je m'appelle Cody Harrison. Est-ce que je peux faire quelque chose pour vous payer cette dette ?

Il se tourne, derrière lui, des boites par centaines, au milieu d'un sacrée bordel de papier, de pierre, de débris, sans doute laisser après le pillage de l'endroit. "J'étais venu pour chercher des médicaments, mais il y a d'autre denrées utiles qui peuvent nous être tout les deux utiles."

Il ne sait pas pourquoi, mais Cody se souvient des mots de Nathaniel, ne jamais dire ou l'ont s'abrite. Pas si on fait totalement confiance. Cela paraissait étrangement paranoïaque pour un homme aussi débrouillard que lui, mais c'était comme invité un inconnu près de sa fille, sans la possibilité d'appeler la police en cas de problème...

"Mon frère était médecin, il m'a donné une liste très utile des médicaments à prendre en priorité. On peut peut-être se partager ce qu'il y a non ?"



Eventually, everything goes away
Allegiant ⊹Depuis tout petit, je sais une chose: que la vie nous abîme tous. On n'y échappe pas. Mais je suis en train d'en découvrir une autre : qu'on peut se réparer. On se répare les uns les autres. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Zack M. Atkins
leader | American Dream
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 22/03/2016
Messages : 1293
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: You shouldn't be alone [Zack]   Mar 26 Avr 2016 - 20:51


L'étagère avait été plus lourde que prévu, et le temps que le blond prenne la parole, le gars coincé en dessous s'était déjà mit à hurler au point d'alerter tout le quartier. Sérieusement ? Zack avait haussé un sourcil, la main toujours tendue vers l'inconnu à attendre que celui-ci se calme, il faisait de son maximum pour rester rassurant, ne souhaitant pas se retrouver coincer ici pour si peu. Lorsqu'il fut dégagé de l'étagère et remis sur ses pieds, l'homme d'affaire laissa cette dernière au sol, centrant son attention sur cet inconnu qu'il venait de tirer d'un sacré bordel. La peur semble avoir laissé place à une certaine sérénité bien qu'au fond de ses yeux on peut voir que le sourire crispé qu'il affiche n'est pas aussi facile à sortir que ça ; Zack se perd un instant dans son regard, se demandant ce qu'il peut bien y avoir de si sombre. Il balaye les remerciement de l'homme d'un geste de la main en souriant toujours. « C'est normal, il faut bien se serrer les coudes entre survivants, pas vrai ? » Le mettre en confiance, c'était ça le but, pour essayer de lui soutirer des informations sur sa planque, ou récupérer quelques vivres. Et entre nous, quand il ne criait pas à la mort, il n'était pas si mal. Le blond secoua la tête, se sermonnant intérieurement de se laisser si facilement distraire alors que ça n'avait aucunement été le but de sa sortie.

Le brun reprend vite la parole, se présentant sous le nom de Cody et lui demandant immédiatement ce qu'il pouvait faire pour lui payer cette ''dette''. Zack haussa une nouvelle fois un sourcil, étonné que l'inconnu se fasse si amical ; tout le monde n'était pas censé être devenu méfiant ? « Zack Atkins, je suis heureux de croiser quelqu'un de bien vivant ! Ça change de ces putréfiés. » Foutaises. Rencontrer les putrides n'avait rien de chouette, certes, mais souvent les vivants n'auguraient rien de bon non plus, c'était donc avec une enthousiasme feint que le blond avait parlé, faisant de son mieux pour établir une certaine confiance naïve. Il ne releva pas immédiatement l'histoire de ce qu'il attendait de Cody, c'était pas pure volonté et comme pour signifier que tout cela n'avait pas d'importance, ils étaient tous les deux en vie et c'était tout ce qui comptait, pas vrai ? Faux.

L'individu vint alors sur la raison qui l'avait amené ici, et proposa de se partager ce qu'ils allaient trouver. Ce serait moins de réserves que de toute lui prendre mais de toute façon Jonah et lui n'avaient pas de voiture pour tout transporter en ville alors autant éviter de trop s'encombrer. « Bonne idée ! Il devrait y en avoir assez pour deux. » C'était l'avantage avec les villages, peu d'entre eux avaient été totalement pillés même après tous ces mois, et il espérait grandement que celui-ci ait également été préservé. Jetant un œil rapide au reste de la pièce pour s'assurer qu'il n'y avait pas d'autre putréfié dans le coin, Zack s'attela à la fouille des étagère ; il y avait encore quelques conserves, de haricots, de sardines, de pêches. « Vous avez une liste précise de médicaments, quelqu'un de votre groupe est malade ? » Continuer à garder un certain respect en le vouvoyant, tout en s'inquiétant du bien-être de ceux qui constituaient un potentiel groupe ; ça n'avait rien de louche pas vrai ? Il y avait de ces gens profondément bienveillants qui s'inquiétaient de l'état de chaque petite cellule de l'humanité.

Tout en continuant ses recherches, ayant au passage prit un panier qui traînait dans une rangée pour pouvoir porter plus de vivres d'un coup, l'homme d'affaire repris la parole. « Nous ne sommes plus en sécurité nulle part hein... C'est difficile de se sentir rassuré. » Il repensa au soi-disant frère de l'homme, c'était un plus non négligeable dans ce foutu monde, et peut-être que ça pouvait être un avantage pour lui et son acolyte aussi, qui sait ? Si toutefois il parvenait à savoir où Cody était établi, ne serait-ce qu'un simple détail... Les médecins ne courraient plus les routes à présent alors tout était bon à prendre. Au pire, il essayerait de jeter un œil à la liste du brun histoire d'être fixé sur les ''médicaments à prendre en priorité''. Le tout pour l'instant était de faire la discussion, comme si de rien n'était, comme les gens faisaient avant. De toute façon, ils n'avaient plus d'impératifs désormais, pas vrai ?



Revenir en haut Aller en bas
Cody Harrison
Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 99
Age IRL : 27

MessageSujet: Re: You shouldn't be alone [Zack]   Sam 14 Mai 2016 - 23:09

Encore très innocent et parfois naïf, Cody est bien trop content de voir quelqu'un de vivant et prêt à l'aider à survivre. De ses souvenirs, les hommes ainsi qu'il a rencontrer depuis le début de la contamination se résume aux Momsens, Fawn et Nathaniel. Il a vu les émeutes à la télé, les pillages, vu le résultats des casseurs, mais n'a jamais croisé leurs routes. Donc le grand blond (décidément, les géants aux allures de dieu nordiques finissaient toujours pas lui sauver son cul), était plus que bienvenue. Il affiche un sourire presque timide, ayant pour réflexe de redresser des lunettes absentes. Peut-être emportera-t-il une paires de loupes avec lui pour compenser le manque.  

"Oui moi aussi je suis bien content ! C'est la première fois que je croise un non contaminé depuis que je suis partie de..." Il réfléchit une seconde, une partie de lui voudrait dire chez lui, mais sa conscience lui hurle une alarme qu'il ne saurait reconnaître. Alors sa voix s'enraille un peu et il ressent le besoin d'éclaircir sa gorge avant de terminer sa phrase. "de la ville d'à côté."

Ça l'embête. D'un côté, il ne voit chez cet homme aucune menace, il est souriant, avenant et semble assez propre contre tenu des circonstances, il n'a pas l'air de mourir de faim, ni désespérer. Il a un visage engageant et peut-être que le côté, grand blond et sourire blanc jouait trop en sa faveur, mais Cody avait l'impression de le tromper par égoïsme et lâcheté, plus que par méfiance. Voulait-il vraiment d'un nouveau venu dans la maison, avec les maigres ressources dont ils faisaient preuves ? Cet hiver à été meurtrier, en grande partie à cause du manque de vivres... Bref au moins, il se consolait en se disant qu'ils sortiraient de cette pharmacie tout les deux les mains pleines. Cody ramassa son sac tomber avec lui, pour chercher de quoi l'éclairer. Il voulait économiser les batteries, mais sans lunettes et sans grande lumière à cause d'un temps plus que moyen, nuageux et humides. Le genre de temps que sa femme détestaient uniquement parce qu'elle lui donnait des boucles disgracieuses au réveil. Ce souvenir avait quelque chose de réconfortant. Il lui rappelait ce à quoi ressemblait le bonheur, se plaindre de chose qui n'était ni vital, ni dangereux.
"Eh bien, les virus à ce que je me souviens des cours de fac sont intraitables, nous ne pouvons que soulager les symptômes, donc les souches bactériennes sont le plus grands danger ici." Il se gratte la tête, ce n'était que ses vagues cours de biologies qu'il ressasse, il fait donc appelle à sa mémoire concernant la discussion avec Dean. Pas évidente d'ailleurs, ce dernier était aussi buté que Cody et ne voulait rien lui lâcher en espérant que ça le décourage de sortir seul. Mais le jumeau sait comment gérer son frère et le convaincre. Quitte à le prendre par les sentiments.

"Les plus fréquentes sont les staphylocoques, ou les bactéries nosocomiales" Il se frotte la tempes, en réalité, il réfléchissait plus à voix haute et de manières frénétiques. Il ne faisait attention qu'au sol et ce qui pouvait attirer son attention. "La plupart des antibiotiques sont des souches ou des dérivés de la pénicilline donc tout ce qui se termine par -ine est un sujet potentiel. Je me souviens de certains nom comme Clindamycin, Oritavancin, Ceftobiprole,..." Il semble bloqué, sa mémoire commence à lui faire défaut. La liste était trop grande et la liste, il le savait, il l'avait laissé dans la voiture, comme un débutant. "En fait c'est très peu de noms comparé à la liste énorme qui existe. Surtout que les antidouleurs et les anesthésiants ne sont pas à négliger." Feather, avait-elle souffert avant de mourir ? Il aimerait penser qu'elle s'était éteint dans son sommeil, mais il se voilait la face. Ses poumons étaient en feu, elle toussait comme une cancéreuse et sa respiration était audible depuis le potager. Même ça, il n'a pas pu l'aider à être soulagé. "Etait malade..." Précise-t-il acceptant enfin de répondre à sa question. Le regard fuyant, il passe du visage de Zack au bordel ambiant. "Elle est morte il y a un mois..."

Écoutant ses propres conseils Cody se mets à chercher. Trouvant d'abord les médicaments les plus commerciales. Ibuprofènes, aspirines, des boites entières mélanger à des remèdes pour les maux de gorges et les produits d'hygiène pour bébé. Il se mets à ouvrir des tiroirs métalliques, là où était ranger les prescriptions préparer à l'avance. Il devient un peu plus chanceux. Insulines, qu'il prend parce qu'après tout, on sait jamais. Oxycodones, très utile et que Dwight n'aurait pas refuser plusieurs semaines plus tôt, enfin il trouve plusieurs antibiotiques. Sous forme de cachet mais aussi de fiole. La pénicilline en particulier. "Zack... Par ici, tu devrais jeter un oeil dans les tiroirs." De toute manière, son sac à dos n'aurait jamais suffit à tout emporter donc autant en faire profiter quelqu'un qui le mérite. La remarque du blond laisse un goût amer à Cody. Il  ne s'était pas senti en sécurité une seule fois depuis la mort de fils et sa femme. "Quand les écoles et les espaces publiques ont commencés à fermer, mon frère et nos familles, nous sommes enfermés à la maison, avec assez de vivre pour attendre les secours..." Il souriait, mais ce n'était pas vraiment parce qu'il avait de bon souvenir, sa lèvre avait plus l'air déformé. De la colère ? "On était rassuré à la maison, rien ne pouvait nous arriver... Enfin, c'est ce qu'on pensait..." Son coeur s’alourdit. Sa mâchoire se serre. "Mon seul fils et sa mère sont mort le même jour parce que je nous croyais en sécurité... Parce que je me sentais rassuré..." Voilà, c'était dit, pour Cody, tout était entièrement de sa faute et de sa lâcheté, de sa confiance en un système qui est mort le jour où la loi martiale à été décrété...



Eventually, everything goes away
Allegiant ⊹Depuis tout petit, je sais une chose: que la vie nous abîme tous. On n'y échappe pas. Mais je suis en train d'en découvrir une autre : qu'on peut se réparer. On se répare les uns les autres. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Zack M. Atkins
leader | American Dream
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 22/03/2016
Messages : 1293
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: You shouldn't be alone [Zack]   Mer 18 Mai 2016 - 15:39


Le brun avait vraiment l'air soulagé d'être tombé sur quelqu'un -enfin, dans le cas contraire il serait probablement mort, c'était donc tout légitime- et Zack semblait jouer parfaitement son rôle de sauveur soucieux de ses semblables ; c'était fou la vitesse à laquelle un être humain pouvait s'adapter à une nouvelle situation, prendre ses acquis pour devenir une personne meilleure... pour lui en tous cas, parce-qu'il ne fallait pas se leurrer, l'homme d'affaire n'avait pas acquit cela du jour au lendemain et n'avait pas toujours été ce rapace avec sans arrêt quelque chose derrière la tête. Mais pouvait-il seulement se reprocher quoi que ce soit ? Pas une once de remord n'avait fait son apparition, jamais, parce-qu'il savait pertinemment que s'il avait agit autrement, au profit des autres uniquement, il ne serait qu'une vermine de la société pauvre ; voire même mort. Malgré tout, Cody semblait rester sur ses gardes quand il répondit, ne précisant pas d'où il venait et se contentant de parler de la ville d'à côté. L'homme d'affaire sourit. « J'ai vécu plusieurs mois dans un chalet en plein forêt, autant dire que je n'ai pas vu beaucoup d'âme qui vive non plus ! » Il avait rit légèrement pour détendre un peu l'atmosphère ; faire comme si on avait rien à cacher, c'était une des clés.

Zack commençait à regarder sur des étagères, il y avait encore quelques compresses et sparadraps qui traînaient ; haussant les épaules, il les prit. Ce n'était pas grand chose mais c'était toujours mieux que rien. Puis Cody se lança dans une explication bien trop biologique aux yeux du trentenaire ; lui il connaissait les chiffres, et certes la composition de quelques drogues et de ses comprimés au lactase, mais ça s'arrêtait là. Lâchant un sifflement admiratif, il reporta son attention sur le brun. « Vous en connaissez en rayon ! Je touche du bois jusqu'à présent, je n'ai encore rien eut d'autre qu'un rhume, mais mieux vaut être prudent. » Ce n'était que la pure vérité, malgré son intolérance, Zack faisait parti de ces gens qui n'étaient que rarement malade ; à croire qu'il avait été atteint par suffisamment de bactéries étant jeune que maintenant il était immunisé. Si seulement il pouvait l'être aussi au virus que portent les putrides...

Le regard de Cody se fit soudain plus fuyant, comme si la question posée par Zack avait mit le doigt sur un point bien trop sensible. Il n'en n'avait pas demandé d'avantage, comprenant qu'il était pas aisé de parler de tout à un inconnu, mais le brun finit par prendre la parole, répondant à son interrogation. Morte. A l'entente de ces mots, le blond ouvrit grand les yeux comme il savait si bien le fait et afficha sur son visage une mine à la fois troublée et désolée. « Je... je suis sincèrement désolé. » Oh il le pensait évidemment, même s'il jouait un peu de la situation, mais qu'y avait-il à dire d'autre ? Lui aussi avait perdu ses parents, et sa sœur... Dieu seul savait si sa sœur était encore en vie. Alors oui, il n'en n'avait peut-être pas grand chose à faire de la perte du brun, mais il comprenait parfaitement la difficulté que représentait le deuil et l'acceptation ; encore plus pressante quand un être cher vous était arraché de la sorte.

L'esprit un peu ailleurs, repensant à tout cela, le blond regardait bêtement les étagères en fronçant les sourcils, jusqu'à ce que la vois de Cody ne s'élève à nouveau dans la pièce, lui intimant à regarder dans les tiroirs. L'homme d'affaire s'approche alors du brun, le surplombant de son mètre quatre-vingt-dix, et il jette un œil à l'endroit indiqué. Plusieurs antibiotique, à croire que les potentiels survivants qui étaient déjà venus fouiller cet endroit en avait laissé volontairement pour les autres. « Eh bien, on a de la chance on dirait ! » Il sourit, satisfait de ne pas rentrer les mains vides ; oh, il aurait bien pu menacer son compagnon du jour pour qu'il lui laisse le tout, mais autant essayer d'en savoir plus sur son groupe et où ils crèchent. L'emploi du ''on'' n'était d'ailleurs pas anodine ; se mettre du même côté, à armes égales, était un avantage non négligeable.

Il sembla alors que l'affirmation posée par Zack fit ressurgir de mauvais souvenirs au brun qui laissa passer un voilà de colère et d'amertume dans ses yeux qui croisèrent rapidement ceux du blond. Qu'est-ce que j'ai dit encore ? Il se fit une nouvelle fois patient, jugeant plus prudent de ne pas forcer le passage dans l'esprit de l'homme qui lui faisait face. Et les mots fusèrent à nouveau, révélant une histoire lourde de souvenirs qui pesaient bien trop lourd sur l'épaule d'un seul homme. L'homme d'affaire n'avait pas eut d'enfant, il ne lui était même jamais venu à l'esprit d'adopter ; être père c'était vraiment la dernière de ses préoccupations et si c'était pour avoir un gosse aussi chiant que lui... Surtout pas. Il ne pouvait donc pas ressentir au même point la douleur de Cody qui a vu son enfant mourir, se doutant seulement que ce devait être difficile ; insurmontable. Il vit soudain le brun non plus comme quelqu'un de gai et naïf, mais plutôt comme un homme bien trop fatigué par le temps et les épreuves qu'il ne prenait plus garde aux dangers qui l'entouraient. Les dents serrés, Zack posa une main qui se voulait rassurante sur l'épaule du plus petit. Il n'y avait rien à dire ; aucune compassion ne les ramènerait, aucun remord. Tout ce que pouvait faire le brun à présent était vivre avec cette culpabilité qui ne le quitterait probablement jamais. Laissant retomber sa main, le blond fourra quelques boîtes d'antibiotiques dans le panier de l'entrée, ne quittant toujours pas son air grave. « Ma sœur est dans un camp de réfugiés, à Salem, mais même là-bas... je ne suis pas certain que ce soit suffisant à nous protéger de ça. Elle a perdu un enfant avant cela. » Bon certes ce n'était pas pareil, Molly avait fait une fausse couche, la peine devait forcément être moins grande, mais à quelques semaines du terme, perde un enfant était toujours quelque chose de difficile par vrai ? Ils auraient beau s'entraider, se serrer les coudes, rien n'arrangerait cette situation ; chacun ne pouvait désormais que se fier à lui-même et espérer s'en sortir indemne. Physiquement du moins.



Revenir en haut Aller en bas
Cody Harrison
Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 99
Age IRL : 27

MessageSujet: Re: You shouldn't be alone [Zack]   Mer 22 Juin 2016 - 0:25

Encore naïf, Cody était tombé sur Dwight et feu Feather dans leur recherche d'abri. Des gens biens qui lui ont sauvé la vie à lui et sa famille. Ensuite il y a eu Julianne qu'il n'a pas vraiment croisé mais qui a sauvé leur bienfaiteur d'un triste sort, Nathaniel était un bon qui s'est vite fait indispensable au reste du groupe. Aujourd'hui c'était Zack. Un entraide mutuel après le sauvetage d'un pauvre comptable trop peureux. Oui, on pouvait le dire, Cody avait espoir en l'humanité quand il voyait ça. Au moins tout n'était pas perdu et c'était loin des dernières images qu'il avait vu de l'humanité à la télé ou les traces sanglantes qui avait accompagné sa route avant Weeping Willow. Zack se confond en excuse lorsqu'il évoque la norvégienne. Il hoche la tête et ne lui en veut pas pour un sous. C'était juste encore trop dur, trop frais pour l'énoncer sans vaciller.

Au moins la recherche est fructueuse et les sacs se remplissent sans mal. Plus ils auraient mis du temps à venir ici, moins de chance ils avaient de faire de bonnes trouvailles. Zack avait presque raison, la chance n'était pas le seul facteur. Mais parler de statistiques et de chiffre lui paraissait bien loin désormais. Sa vie d'avant devait s'enterrer et pas resurgir. Il l'avait promis sur la tombe de la jeune femme. La main qui se pose sur son épaule le surprend mais il ne se raidit presque pas. Cody poussa un soupire et ce silence était trop parlant. Cody venait de casser l'ambiance. Il fallait qu'il se ressaisissent. Feather l'avait tirer de tout ça, s'en sortir sans son sourire s'annonçait plus difficile que prévu. « Je suis désolé pour elle. Nous avons penser aux camps mon frère et moi, mais la route était bien trop dangereuse pour atteindre Seattle en son centre, c'était déjà trop tard. »

Ils finissent de remplir les sacs, non sans que Cody s'arrête sur les lunettes qui servait de loupes pour les personnes âgés. Toujours utile si jamais Dean brise la dernière paires qu'ils leur restent. « On ferait mieux d'y aller, au pire on fera le tri dans un endroit plus sûre. J'ai l'impression d'étouffer dans cette obscurité pas toi ? »

Il le toise un instant, pas de sourire, ni d'expression d'abattement. Mais il avait intégré Zack comme le compagnon de sa route pour le moment. Ils avaient parlés de partager et Cody n'avait qu'une parole.

Quand le duo rejoint la sortie, le ciel nuageux était très lumineux, ses yeux bleus avaient du mal à faire l'équilibre avec le contraste de la pharmacie. Il grimaça et passa un pied en dehors puis le reste du corps. L'odeur de mort s'en allait avec le vent, un point positif qui permettait à Cody de se détendre un instant. A croire qu'il se sentait claustrophobe à l'intérieur. D'instinct il se dirige vers sa voiture. Mais une question lui vient donc à l'esprit et se retourne sur le blond, d'un air surpris. « Mais j'y pense, je ne t'ai pas entendu venir quand j'étais piégé sous l'étagère. Tu es à pieds ?! » S’exclama-t-il si surpris. Pour lui, c'était plus que suicidaire, même après ce qu'il venait de faire. « Non bien sur que non, j'imagine que tu as du te garer beaucoup plus loin en faite ? » Bafouille-t-il d'un rire plutôt angoissé.

Il rehausse le sac à dos sur son épaule, alors que la sangle bien alourdit dénonce la différence de poids avec tout à l'heure. Il leur fallait un coin calme et isolé des rôdeurs pour ne pas se faire surprendre ou piéger. Mais le temps qu'il se retourne sur sa voiture, déjà 4 ou 5 morts s'approchaient d'eux, alerté par les bruits précédents, emporté par le vent. Avec un monde aussi silencieux, n'importe quel battement d'aile était une trahison sonore. Aussi bien, le moteur que l'étagère s'écroulant à l'intérieur auraient pu les attirer jusque ici. Et franchement, Cody s'était entraîner sur des simples bouts de bois, il ne se sentait pas du tout près à passer à l'acte. Jace avait été tué dans l'adrénaline du moment, il n'avait même pas eu la force d'achever sa femme, quand à Joy, elle ne s'était même pas encore transformer... Voilà son palmarès. Il se retourne sur Zack, l'air paniqué. Juste assez de temps pour voir ce qui se dévoilait derrière le petit complexe commerciale. Trois autres cadavres ambulant. Il se saisit de sa machette, mais sa main tremble.

« On a du les attirer ici. Faut qu'on se sauve ! »



Eventually, everything goes away
Allegiant ⊹Depuis tout petit, je sais une chose: que la vie nous abîme tous. On n'y échappe pas. Mais je suis en train d'en découvrir une autre : qu'on peut se réparer. On se répare les uns les autres. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: You shouldn't be alone [Zack]   Aujourd'hui à 3:03

Revenir en haut Aller en bas
 

You shouldn't be alone [Zack]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Zack Fair.
» Kit pour Zack Sykes.
» Number Two Contender For US Champion : Zack Ryder vs Bryan Evans
» Dolph Ziggler & Rey Mysterio Vs Alex Shelley & Zack Ryder
» United States Championship : Triple H Vs Zack Ryder

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-