Partagez | .
 

 Que nous réserve l'avenir ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Auteur
Message
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Que nous réserve l'avenir ?   Lun 25 Avr 2016 - 15:51

Le monde lui semblait presque irréel pendant qu'il ne parvenait pas à sortir de sa transe. Il avait presque l'impression de ne plus en faire partie, n'entendait plus les voix de ses parents qui s'élevaient dans ce souffle de panique causé par la soudaine apparition menaçante. Figé, le regard fixé sur les silhouettes déambulant sans pour autant les voir, il était comme aveugle et sourd à toute l'agitation qui l'entourait et qui se rapprochait, carnassière, redoutable, impitoyable. Ce fut le geste de sa mère qui le ramena jusqu'à leur monde et lui permit de reprendre ses esprits. L'adrénaline s'élevait alors jusqu'à lui redonner suffisamment de bon sens pour s'armer enfin de son instinct de survie. Entraîné par ses parents qui avaient eu le temps et la jugeote de saisir leurs affaires dans le coffre de leur épave, ses jambes délivrés de son état de choc s'étaient emballées avec force et le portèrent jusque dans les bois. Abri de fortune où ils pensaient dégoter une sécurité relative, le petit groupe, avec une folle échappée, cessa enfin sa course. Sven s'était arrête à la suite de son père qui profita de l'aubaine pour l'assaillir de remontrances, sans même lui laisser le temps de souffler. Dans un premier temps, le fils préféra garder ses lippes closes, prendre le temps de réfléchir aux reproches qu'il venait d'encaisser. Il laissa son père faire le point sur la situation sans ciller et proposer ses options. Appuyé contre un arbre l'instant pour son coeur qui avait battu trop fort de se calmer, il finit par se redresser, fusiller son paternel du regard et répliquer, d'un air un peu trop mauvais et exaspéré.

" Si tu comptais me sermonner à chaque petit pas de trop dans une direction qui te convient pas, dans un monde où le danger se trouve partout je te rappelle, t'aurais dû me laisser au chalet ! "

Sven avait été un peu dur avec son père qui finalement n'avait fait que s'inquiéter pour la chair de sa chair, le sang de son sang, l'un des membres les plus précieux qui lui restaient sur cette fichue Terre. Et pourtant, dans le fond, le cadet pensait avoir raison. Son père ne pouvait pas s'inquiéter constamment pour lui, en plus de s'angoisser pour sa mère et de devoir surveiller ses propres arrières. Le jeune homme était peut-être encore trop faiblard pour affronter ce monde avec la certitude d'en ressortir vainqueur, mais il n'était plus un enfant qu'il fallait constamment surveiller et qu'on pouvait se donner le droit de rouspéter chaque fois qu'il sortait du périmètre de sécurité décrété par ses aînés. Se rendant compte qu'il avait été un peu trop sec et brutal avec son paternel, il ajouta plus posément, accompagné de son regard légèrement coupable.

" Désolé papa, je voulais pas te parler si brusquement mais je suis plus un môme tu sais. Tu peux pas t'en faire constamment pour moi "

A peine avait-il prononcé ses paroles qu'il percuta qu'il n'avait plus sa bague au doigt. Ses yeux s'écarquillèrent à la recherche du bijou dans un élan de panique. Il jurait tout en balayant les environs de son regard alarmé. Cet objet était tout ce qui lui restait de Milla et il tenait peut-être plus encore qu'à sa propre vie. C'était le cadeau le plus cher qu'on ne lui avait jamais offert, sentimentalement parlant. Le seul lien qui le raccrochait à l'amour et au bonheur, à son ancienne vie dont il ne parvenait pas à se défaire. L'unique souvenir de promesses qu'il n'avait ni l'envie ni le droit d'oublier, quand bien même sa petite amie n'était plus là depuis longtemps.

" Putain ! J'ai perdu ma bague ! J'ai dû la paumer quand j'ai foutu les mains sous le capot  ! "

Puis, sans un mot de plus, oubliant le danger qui le guettait, se délestant de toute notion de survie ou même de lucidité, submergé par la seule idée de retrouver cet anneau qu'il n'avait pas le droit d'égarer - ne serait-ce que par respect pour Milla en omettant tous les sentiments plus profonds qu'il lui inspirait - il s'élança comme une flèche dans la direction opposée, laissant ses parents dans son sillage. Reprit le chemin de la voie routière où ils avaient abandonné la voiture en slalomant entre les arbres avec une rapidité et une agilité plus que louables.

Revenir en haut Aller en bas
Christina Karlson
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/07/2014
Messages : 907
Age IRL : 50

MessageSujet: Re: Que nous réserve l'avenir ?   Mar 26 Avr 2016 - 19:58

Christina courut un certain temps, sans se rendre compte de la fatigue et de l’effort, tant son corps était poussé par l’adrénaline. Lorsqu’il leur sembla qu’ils avaient semé ces individus, et qu’ils stoppèrent leur course folle, sa piteuse condition physique lui éclata néanmoins au visage. Elle avait les poumons en feu. Tout comme les muscles de ses jambes ! Et ses épaules qui portaient le sac à dos, la tiraient méchamment. Conclusion : elle était exténuée ! Mais il n’était hélas pas question de faire une réelle pause. Elle planta le bâton de marche dans le sol et appuya son corps dessus, essoufflée, pour se reposer. Le temps qu’Alan moralise leur fiston.

Christy sentit ce dernier se contracter devant les reproches, et son court silence n’annonçait rien de bon. Alors qu’il rétorquait justement, elle s’approcha du jeune homme, pour poser une main maternelle sur son bras. Celle-ci tremblait toujours légèrement.

- On a tous eu peur, dit-elle simplement, pour lui demander d’être indulgent avec son père. Oui il avait probablement raison, mais la question n’était pas là. Ils devaient rester soudés, et surtout éviter de s’engueuler ! Elle le força à la regarder, et passa sa main dans les cheveux longs de son fils dans une caresse. Ça va ? Lui demanda-t-elle, plongeant ses yeux dans les siens, pour s’assurer du « bien-être » - tout relatif ! – de son petit.

Sven la rassura d’un regard, avant de s’excuser brièvement auprès d’Alan. Tout allait rentrer dans l’ordre. Ils allaient poursuivre leur chemin ainsi dans les bois. Ils éviteraient la route, et rejoindrait d’une façon ou d’une autre Olympia. Là-bas, ils trouveraient un véhicule ou un abri, comme l’avait suggéré le scandinave. Christina fit une moue encourageante à son mari. Elle s’apprêtait à faire deux pas, pour poser une main sur lui, simplement le toucher dans un geste rassurant, mais ce fut alors que le comportement de Sven changea. La mère fronça les sourcils.

- Qu’est-ce qu’il y a ?

Elle sentit l’inquiétude lui compresser l’intérieur, face à la soudaine panique de son fils. Quoi, quoi quoi ? Son regarda balaya aussi le sol, sans savoir ce qu’elle cherchait. Sven répondit à sa question, en même temps qu’il s’élançait vers… vers la voiture ?! Mais il était fou !

- SVEN !! Machinalement ses parents se mirent à courir derrière lui. Mais Christina était bien consciente qu’elle n’irait pas loin. RATTRAPE-LE ALAN ! Je… je ne pourrais pas… Elle n’acheva pas sa phrase en se faisant distancer.

Sa demande était comme un appel au secours. Mais qu’est-ce qu’il faisait ? Il voulait être considérer comme un adulte et le voilà qui faisait n’importe quoi ! Même pas une demi-journée qu’ils étaient partis et les voilà qui se… séparaient ?!! En effet, Alan était parti à grandes enjambées suivre les traces de son fils, et Christy, incapable physiquement de les suivre venaient de s’arrêter. A bout de souffle, après ce sprint inutile. Elle regarda les silhouettes de ses hommes disparaitre dans la végétation avec une grimace. Non non non… Ils faisaient tout l’inverse de ce qu’ils s’étaient dit et répété avant de prendre la route : on évalue le danger, on reste ensemble. Coûte que coûte.

Une vague de peur la submergea alors, soudainement. Pour Sven et ses élans intrépides, mais aussi pour elle… Réalisant soudain sa vulnérabilité, maintenant seule dans cette nature hostile, où elle venait de crier, comme pour attirer ce qui pouvait rôder aux alentours jusqu’à elle. Comme au ralenti, elle fit un tour sur elle-même. Guettant le moindre bruit suspect autour, transie par la peur. Elle ferma une seconde les yeux, priant mentalement pour qu’Alan et Sven réapparaissent rapidement. Non, là, maintenant ! Tout de suite !




- There are far worse things than death in this world -

Where worlds collide, blood divides
When darkness falls, fate calls
Revenir en haut Aller en bas
Alan S. Karlson
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 1641
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Que nous réserve l'avenir ?   Mer 27 Avr 2016 - 20:51



❝Que nous réserve l'avenir ?❞
Christy & Sven & Alan

    La tension était montée d'un cran à la vue des Coyotes, et maintenant que tout étions tous essoufflés, que je m'étais laissé emporté un instant par cette inquiétude à laquelle je ne parvenais pas à m'habituer, la pression redescendait, un peu, déliant avec elle les langues. Et Sven n'attendit qu'un court instant pour me ficher à la tête qu'il n'était plus en gamin et qu'il n'en pouvait plus d'être materné de la sorte ; je m'étais contenté de serrer les dents, encaissant silencieusement ses réflexions pour ne pas envenimer la situation. Christy tenta de calmer le jeu et il se calma à son tour, s'excusant avec cet air sincère qui avait toujours fait qu'on laissait passer beaucoup de choses.

« T'en fais pas, nous sommes tous sur les nerfs je crois. »

    Je lui avais adressé un sourire qui s'était voulu à la fois rassurant et désolé de m'être emporté de la sorte, mais que pouvions-nous faire d'autre ? Il était évident que nous ne pouvions nous permettre de nous séparer ainsi comme si de rien n'était, mais nous devions tous prendre nos marques et se refaire à ces nouvelles habitudes en extérieur. Je m'apprêtais à poursuivre ma réflexion quand Sven repris d'une voix affolée et que la seule chose que j'eus le temps d'apercevoir fut sa silhouette passer entre les arbres.

« Qu'est-ce que... »

    Je m'étais mit sur les talons de Christina qui était déjà plus en avant et hochais la tête quand elle s'arrêta, lui intimant en un souffle de faire attention aux affaires ; puis je me remis en route. Délesté de nos sacs je pouvais aller plus vite, mais je n'avais pas la forme de Sven et je n'arrivais pas à l'avoir dans mon champ de vision ; il était retourné vers la voiture, c'était évident, mais s'il était arrivé quelque chose ? Si j'arrivais trop tard ? L'adrénaline monta d'un coup et j'accélérais la cadence. Nous avions quitté le chalet il n'y a que quelques heures et voilà que nous étions déjà séparés, chacun dans un coin ; je me rendis un instant compte qu'à m'être précipité comme ça en direction de mon fils, j'avais laissé ma femme seule derrière. Quelques secondes après j'avais rattrapé Sven alors qu'il était arrivé en haut du talus qui menait au véhicule ; sans même jeter un œil en bas, je l'attrapais par le bras, le fusillant du regard. Je respirais bruyamment, faisant mon possible pour reprendre mon souffle avant de parler.

« Sven... Je comprend parfaitement que c'est important pour toi, mais tu as vraiment l'intention de risquer ta vie et la notre pour cette bague ? »

    Mon ton était resté calme bien que légèrement tremblant à cause de l'émotion, mais mon regard laissait parfaitement entrevoir tout ce que je ressentais à ce moment précis. J'avais l'impression d'être un père horrible, empêchant son fils de chercher la seule chose qui me rattachait encore à celle avec qui il avait tant de projets d'avenir et qui désormais n'était peut-être plus. J'avais l'impression que quelque chose se brisait petit à petit en moi, que jamais nous sortirions indemne de ce qui nous attendait, mais je n'avais pas le choix, nous ne pouvions pas nous permettre de nous rattacher au matériel.

« Tu t'en rends compte qu'en fuyant comme ça tu... ta mère est seule en plein milieu de ces bois, Sven, et avec le raffut qu'on a fait les Coyotes ne devraient pas tarder à rappliquer, il faut qu'on parte. Maintenant. »

    J'avais planté dans les siens mes yeux empreint à la fois d'une profonde colère mais aussi d'une crainte que trop connue depuis ces derniers mois. J'hésitais un instant à le tirer de force en direction de Christy, mais je jugeais plus judicieux de faire semblant de lui laisser le choix, le responsabiliser quant à la situation et lui faire comprendre que nos vies étaient en jeu ; ce n'étaient pas des vacances qui nous attendaient, mais bien la mort si nous continuions à agir ainsi.

© Pando



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Que nous réserve l'avenir ?   Jeu 28 Avr 2016 - 17:55

Sven avait cessé sa course folle en haut de la colline qu'ils avaient gravie plus tôt et qui surplombait la route et leur épave. Il s'était statufié à la vue de tous ces cadavres qui erraient sur la voie et qui lui barraient le passage qui le séparait de son précieux objet. Son visage s'était totalement fermé à la vue de cet affligeant spectacle qui le contraignait à renoncer à ce qu'il avait sauvé de plus cher de son passé. Profondément attristé, presque comme si Milla venait de disparaître pour la seconde fois, il avait baissé les yeux au sol, affecté par l'impuissance et la soumission que lui infligeaient cette mort en marche qu'il savait ne pas pouvoir affronter. Ce fut à cet instant qu'il sentit une force se saisir de son bras sans même avoir entendu le moindre bruit, lui qui était bien trop plongé dans cette désolation pour demeurer sensible au monde qui l'entourait.  Il se retourna avec la frayeur dans le regard dans un mouvement brusque qui devint léthargique lorsqu'il se rendit compte qu'il ne s'agissait que de son père et non pas d'un rôdeur qu'il n'aurait pas vu venir. Il chercha sa mère des yeux mais ne la trouva pas, se dit qu'il avait vraiment déconné et que dans sa folie il avait séparé sa famille qu'il avait laissée sans réfléchir dans son sillage. Le patriarche ne tarda pas à le sermonner sur le sujet, décuplant son émotion de culpabilité. Il était le premier surpris de ce moment de démence, parce qu'il n'avait jamais été sujet à de tels débordements. D'ordinaire très calme et réfléchi, il ne s'était encore jamais lancé tête baissée au devant du danger comme il l'avait fait plus tôt et s'inquiétait de ce dérapage qui ne lui ressemblait pas, qui aurait pu le mettre lui et ses proches en péril. Ce n'était pas lui ça. Encore secoué par ce qu'il venait de se produire il plaqua son regard dans celui de son père et lui répondit, lassé, blessé, un peu irrité.

" Non, tu ne peux pas comprendre ". Tout comme James.

Sa mère était encore en vie, tout près d'eux. Son père profitait chaque jour de ses bras rassurants et de son soutient indéfectible, des caresses qu'elle lui apportait avec tout l'amour d'une femme pour son homme, de sa présence indispensable à son équilibre qui lui permettait de se lever le matin avec la détermination et l'envie de survivre à ce monde qui n'avait pourtant plus rien à leur offrir. Il n'avait pas perdu celle qu'il aimait lui, et ne pouvait assurément pas comprendre la douleur que ressentait le cadet qui avait l'impression d'être seul face à cette peine dont il ne parlait jamais mais qui le rongeait gravement dans le silence. Certes, James avait disparu, mais Sven doutait que ce soit comparable, parce qu'alors qu'il savait Milla morte au fond de son coeur, eux étaient persuadés de la survie de leur aîné. L'espoir et le désespoir, deux opposés qui pouvaient tout changer. Se détournant du paternel, il jeta un dernier coup d'oeil en contrebas avant de retourner sur ses pas, là où ils avaient laissé sa mère.

" On s'en fout de cette fichue bague, Milla est morte de toutes façons "

Il ne laissa pas le temps à son père de répondre à ces mots qui n'exprimaient pas franchement la vérité. Bien sûr que cette bague était très importante, mais à quoi beau montrer ses larmes au père Karlson face à cette perte terrible ? Sven n'avait pas envie de s'étendre sur le sujet et préféra se glisser dans les bras d'une indifférence factice plutôt que de se livrer d'avantage. Aussi, pour fuir cette conversation, il obéit à son paternel en accélérant le pas en direction de la délaissée, avec un goût très amer en bouche. Il redoutait déjà l'oeillade accusatrice de cette dernière et la leçon de moral. Le pire étant qu'elles seraient toutes deux méritées. Lui qui s'était échauffé pour qu'on le traite enfin comme un homme s'était laissé l'instant d'après submerger par une stupidité enfantine totalement grotesque. Il se sentait vraiment stupide.

Ils la retrouvèrent plus loin qu'il ne se l'était imaginé, ne s'était pas rendu compte qu'ils avaient parcouru tant de chemin en si peu de temps et qu'il était parvenu à le refaire en sens inverse tout aussi promptement. Ni que son père ait pu trouver la ressource nécessaire pour le rattraper. Porté par une sorte de démence, désemparé, il n'avait pas eu conscience de la distance et de l'énergie pourtant précieuse qu'il avait dérobé égoïstement à ses aînés. Cette vigueur, ils en avaient besoin pour des choses bien plus importantes qu'une perte du temps à courir après l'imbécilité de leur fils.

Rassuré de voir sa maman en un seul morceau au milieu de leurs affaires, il ne prit pas la peine de s'enquérir de l'état dans lequel il l'avait mise et s'empressa de la prendre dans ses bras. Elle avait besoin de le sentir en vie tout contre elle, il avait besoin de réconfort sans oser le quémander. Excuse silencieuse qu'il espérait suffisante, comme une promesse de ne plus recommencer pareille folie. Il sentit les larmes lui monter en se remémorant la perte de son bijou et les conséquences émotionnelles qu'elle engendrait et la serra plus fort, juste l'instant de respirer un bon coup et de ravaler cette tristesse qu'il voulait leur dissimuler. Juste le temps que son père qu'il avait légèrement distancé sans toutefois sortir de son champs de vision ne termine de combler les quelques mètres qui le séparait du reste de sa famille.
Revenir en haut Aller en bas
Christina Karlson
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/07/2014
Messages : 907
Age IRL : 50

MessageSujet: Re: Que nous réserve l'avenir ?   Dim 1 Mai 2016 - 12:07

Sans surprise, ses garçons n’apparurent pas dans l’instant, et cette absence angoissa davantage Christina. Elle oublia ainsi rapidement sa propre personne, projetant ses inquiétudes vers ceux qui comptaient vraiment. Et s’ils leur arrivaient quelque chose ? S’ils se faisaient attraper et contaminer par ces choses ? Quelques courtes minutes s’écoulèrent encore, et d’autres pensées l’envahissaient. Ils avaient couru complètement au hasard à l’aller, allaient-ils retrouver leur chemin jusqu’à elle ? Elle aurait pu psychoter encore un moment de la sorte, quand un bruit se fit entendre derrière elle. Un mouvement de feuilles, ainsi qu’une sorte de plainte…
 
La couleur abandonna d’un seul coup son visage, qui blêmit. Son cœur se mit à battre la chamade. Dans son champ de vision, là, à seulement quelques mètres, un infecté se dirigeait vers elle. Christy jeta un rapide regard désespéré là où avait disparu Alan quelques minutes plus tôt. « Reviens… » Mais ce ne fut pas le cas. Elle recula d’un pas, puis deux, devant la créature. La raison était de fuir, elle le savait. Mais elle ne pouvait pas laisser les sacs ici. Puis elle ne pouvait pas s’enfuir au risque de ne jamais retrouver son mari et son fils. Elle contourna un arbre, se mit à reculer en cercle et le rôdeur la suivit ainsi pendant quelques secondes interminables.
 
- Va t’en, pria-t-elle en serrant les dents, en poursuivant ce manège. S’il te plaît… va t’en… Elle tenait en main le bâton à l’extrémité pointue, qui ressemblait ainsi à une lance. Ses phalanges étaient blanchies par la pression qu’elle exerçait dessus. - Je t'en supplie, va t’en… 
 
Dix bonnes minutes s’écoulèrent avant que Sven n'arrive pour se jeter dans les bras de sa mère. Il avait foncé sur elle, sans faire attention aux alentours. Cette dernière avait alors le cerveau vide. Elle avait le souffle court, et était adossée, immobile et tremblante, contre un arbre au tronc large. Quand elle aperçut son garçon, elle parut revenir à elle, et se contenta d'ouvrir les bras pour l'accueillir. Elle n'avait pas le cœur de lui faire des remontrances. Pas maintenant.

Par dessus l'épaule du jeune homme, les yeux de la femme se posèrent sur son époux, qui affichait une mine grave. Elle vit les yeux de celui-ci se poser à quelques mètres de là, sur le bâton de sa femme dressé à la verticale. Enfoncé dans le visage d'un rôdeur. Christina n'était même pas sûre de se souvenir comment ce dernier s'était retrouvé planté là. Tout était flou. Mais les faits étaient là : elle venait d'achever un homme.




- There are far worse things than death in this world -

Where worlds collide, blood divides
When darkness falls, fate calls
Revenir en haut Aller en bas
Alan S. Karlson
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 1641
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Que nous réserve l'avenir ?   Lun 2 Mai 2016 - 11:58



❝Que nous réserve l'avenir ?❞
Christy & Sven & Alan

    Je m'étais attendu à ce que Sven réplique plus, qu'il n'en ait rien à faire de mes remontrances et plonge dans cette marre de Coyotes qui n'avaient par je ne sais quel miracle pas encore remarqué notre présence en haut de la bute. Je faisais mon maximum pour ne pas laisser transparaître l'angoisse que je ressentais au fond de moi même si je doutais pouvoir l'ôter de mon regard. Cette situation n'était qu'une preuve de plus que nos vies ne tenaient qu'à un fil, que tout ce que nous avions bâti et essayé de garder, toutes ces promesses que nous nous étions faites, plus rien ne semblait avoir de sens désormais. Les mots de mon fils me firent comme un électrochoc et je me contentait de lâcher son bras, un peu désarmé. Nous parlions beaucoup auparavant, des choses joyeuses comme des choses qui fâchent ou qui étaient lourdes à porter, mais maintenant... c'est comme s'il avait grandit bien trop vite, comme si notre propre peine était tellement lourde à porter que nous ne pouvions supporter celle des autres. Je ne pouvais en effet pas comprendre ce que c'était de perdre la femme pour qui on donnerait tout, mais j'avais perdu un enfant, et même si nous le cherchions je n'avais que très peu d'espoir quant à le fin positive de nos recherches ; n'était-ce pas pire ? Secouant la tête, je le regardais s'éloigner avant qu'il n'affirme que sa petite amie était certainement morte ; ce qui donnait à cette bague perdue bien plus d'importance que ce qu'il laissait entendre.

    J'avais choisi de ne rien répondre à cela, d'un parce-que qu'aucun mot ne pourrait apaiser la douleur que ressentait son fils, et de deux parce-qu'il était désormais trop loin pour que je puisse me faire entendre de lui suffisamment discrètement. Je me mis en route d'un pas assez rapide, commençant à être prit par la panique. Combien de temps nous étions nous éloignés de Christina ? Et si tout un groupe de Coyotes nous avait entendu ? J'accélérais un peu la cadence, pris cette fois d'une peur profonde quant à ce qui avait pu arriver à ma femme. Je la vis quelques minutes plus tard et une vague de soulagement balaya cette boule d'angoisse qui menaçait de m'étouffer ; Sven était avec elle et semblait avoir compris la dangerosité de ses actes. Mais ce tableau ne pouvait pas s'annoncer d'une si belle manière et mes yeux se posèrent rapidement sur le cadavre près de l'arbre, mort pour de bon. Mon cœur se serra une nouvelle fois, amenant avec lui de nouvelles émotions : la peine de n'avoir pas pu être là pour faire cela à sa place, la culpabilité de ne pouvoir ôter ce poids qu'elle avait désormais à porter sur ses épaules, et enfin cette colère sourde envers mon fils. Que se serait-il passé si elle n'avait pas pu le tuer ? Si on était revenus trop tard... Serrant les dents je me dirigeais vers elle d'un pas rapide et la pris dans mes bras.

« On est là, tout va bien. »

    J'avais dit cela plus pour me rassurer, pour m'en persuader, parce-que tout n'allait pas bien, et les quelques tremblements que je peinais à retenir en étaient une preuve non négligeable. Nous n'avions plus de voiture, étions dans une foutue forêt certainement entourés de Coyotes, et nous n'avions aucun moyen de rejoindre la ville rapidement. Prenant une profonde inspiration, je m'éloignais un peu pour passer une main à la fois rassurante et soulagée sur sa joue avant de déposer un baiser rapide sur son front. Je pris la direction du mort et y ôta le bâton, l'essuyant rapidement dans les buissons avant de le tendre à ma femme, remettant au passage mon sac sur le dos.

« On doit continuer, et cette fois-ci on ne se sépare plus, c'est bien compris ? »

    Mes paroles n'avaient pas été sèches, même si je n'avais pu retenir un rapide regard à la fois plein de colère et d'inquiétude vers mon fils. Il nous était impossible de rester ici, et bien que le jour n'en était qu'à sa moitié je n'avais aucunement envie de me faire surprendre par la nuit en étant encore dehors. Il nous suffirait simplement de longer la route de loin, tout en restant sur nos gardes. Et peut-être que nous parviendront à trouver un véhicule qui fonctionnait encore et nous permettrait d'atteindre notre but.


© Pando



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Que nous réserve l'avenir ?   Sam 14 Mai 2016 - 15:03

Sven avait tardé à se rendre compte du trouble de sa mère et n'avait compris la situation que lorsque son père un peu en retrait avait tourné son attention vers ce rôdeur qui ne se relèverait plus jamais. Il s'était approché à son tour de l'ignoble chose et l'avait observée dans tous ses détails sans ressentir la moindre pitié pour ce corps pourri sans plus aucune âme que sa mère avait eu la chance d'anéantir. Oui, la chance, parce que c'était elle ou lui, eux ou ces monstres avides. Il ne comprenait pas ce pacte qu'ils avaient fait tous les trois, ni comment on pouvait s'apitoyer sur l'ultime trépas d'un être qui avait pourtant déjà trépassé et dont il ne restait rien, omis une enveloppe de chair qui se dégradait sans cesse. Un être qui n'avait qu'une idée en tête : vous bouffer jusqu'à la moelle encore en vie sans remord ni hésitation, par pur instinct primitif. De vous arracher tous ceux que vous aimiez sans une pensée pour les esprits qui en ressortiraient brisés. Un être qui n'en était plus un. Mais il avait promis de suivre le sillage des Karlson, par principe. Parce qu'il était leur fils et qu'accepter leurs directives, malgré son âge d'adulte, était un devoir auquel il avait désiré se soumettre. Non pas par envie, encore moins par pitié pour ces créatures qu'ils appelaient autrefois des hommes, mais par respect pour ses aînés qu'il chérissait et qu'il se refusait de trahir.

Son regard fut attiré par un petit morceau cartonné qui dépassait de la poche du mort vivant. Sans s'offusquer, ni même s'écoeurer ou s'effrayer maintenant qu'il savait le monstre définitivement raide, il s'accroupit près du défunt et saisit l'objet de sa convoitise. Il découvrit une photo de ce que le zombie avait été du temps de son vivant. Un homme d'une trentaine d'années, aux traits plutôt communs mais souriants, qui posait aux côtés d'un jeune enfant plein de vie. Ils avaient tous eu une vie d'Homme, avaient tous représenté l'humanité dans son plus imparfaite mais agréable condition avant que leurs natures ne leur soient dérobées. De ces hommes, de ces femmes et de ces enfants, ils ne restaient que des coquilles vides, des corps hostiles submergés par le néant. Ils n'étaient plus ces personnes immortalisée sur les photos. Cela, Sven l'avait bien compris. Mais cette acceptation semblait plus difficile pour d'autres, notamment pour sa mère qui voyait encore en ces ignominies les vivants qui avaient autrefois forgé leur monde. La frontière était dure à franchir, cruelle. Et alors que le jeune homme était un personnage d'une grande sensibilité, il avait pourtant outrepassé cette barrière sans trop de difficultés après le drame du stade. Tuer ou être tué. Il n'y avait plus que cette loi qui comptait désormais. Sa maman n'avait fait que s'y assujettir et avait eu raison de le faire. N'avait de toutes façons pas eu d'autre choix. Son père s'approcha durant cette réflexion et débarrassa le visage du rôdeur du bâton qui l'avait achevé. Sven attendit que l'action répugnante se termine avant de replacer le cliché là où il l'avait déniché, puis de se relever pour faire face au regard accusateur de son paternel.

Le survivant ne trouva rien à redire aux remontrances silencieuses du père Karlson qui l'avait foudroyé de ses yeux glacés. Il avait mérité cette colère sourde et ne pouvait se rebeller contre cette angoisse qui s'y mêlait et qui le touchait en plein coeur. Il avait terrifié ses parents, délaissé sa mère dans la foulée qui avait failli perdre la vie et qui pour avoir choisi de se préserver s'était retrouvée toute chamboulée. Tout ça pour la conservation d'un souvenir qui finirait de toutes manières dans l'oubli, comme cette photographie que le temps rongerait jusqu'à la faire totalement disparaître. Il détourna donc le regard de cette figure d'autorité qui dictait une nouvelle fois la marche à suivre et saisit son paquet de cigarettes duquel il délogea un rouleau de nicotine en piteux état, ainsi que son briquet offert par son ami Buzz auquel il tenait beaucoup. Il alluma son tabac, rangea le tout au fond de sa poche et prit une grande taffe pour soulager son énervement et son chagrin pendant que le trop plein d'émotions dégringolait. Il s'arma également de sa lame sur laquelle il ferma ses doigts avec force. L'image du rôdeur tout proche le rendait nerveux et bien qu'il se savait nullissime avec un couteau en mains, faible dans la survie, la présence de son arme épousant sa paume le rassurait et lui donnait l'impression de se tenir en alerte, d'être un tantinet protégé d'une autre apparition soudaine. Dire que cette inquiétude ne l'avait même pas effleuré quelques instants plus tôt et qu'il s'était élancé tête baissée dans des bois mortels.. Ca lui donnait presque la nausée tellement cette prise de conscience le retournait.

Pour chasser ce flot d'émotions, il pinça sa cigarette entre ses lippes et délesta sa mère de sa main libre. Il lui prit le sac qu'elle avait porté jusque là et l'enfila dans la hâte avant de glisser derechef son rouleau de tabac entre ses doigts puis d'annoncer. " Message reçu cinq sur cinq. Et maintenant, c'est quoi le plan ? ". Continuer mais... pour aller où sans autre moyen de déplacement que leurs propres jambes qui faibliraient sous peu et qui ne leur offraient ni quiétude, ni sécurité ? Au milieu des arbres... Avec la menace d'une nuit qui ne tomberait que trop vite... Il jeta un rapide coup d'oeil à sa mère, parce qui allait s'ensuivre n'allait pas franchement lui plaire. Puis fixa de son regard grave le patriarche à qui il exposa cette idée qui les ferait bondir. " On a aucune chance si on quitte la route. Pas de vue dégagée, on sait pas où on va...". Il souffla, blasé par leur situation plus que désespérée. " On peut attendre que les monstres se barrent un peu plus loin et retenter notre chance sur la route ? Et s'il en reste qui nous barrent le chemin... Tu sais viser papa.... Cette affirmation était lourde de sous-entendus. " Ici on va errer sans savoir quelle direction prendre et si celle qu'on va choisir va nous amener quelque part... Sur la route on trouvera forcément une voiture qu'on pourra démarrer. On sera à découvert mais ces pourritures aussi, au moins on les verra venir... ". Cette perspective ne l'enchantait pas mais celle d'errer dans les bois avec encore moins de certitude le terrorisait totalement.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Que nous réserve l'avenir ?   Aujourd'hui à 5:18

Revenir en haut Aller en bas
 

Que nous réserve l'avenir ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Ce que l'avenir nous réserve
» [A.C] On ne sais jamais ce que la vie nous réserve [Adriam]
» Dans la vie Chaque chose a son temps , La vie nous réserve plein de surprise !
» La vie nous réserve des surprises
» /!\ La vie nous réserve parfois bien des surprises ... ∞ Willow

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-