Partagez | .
 

 Culpabilité | ft. Jonah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Auteur
Message
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Culpabilité | ft. Jonah   Sam 23 Avr 2016 - 0:34

J’en avais vaguement aperçu quelques uns en arrivant à la supérettes. Ces voraces, même s’ils se rapprochaient doucement, étaient assez éloignés pour me laisser le temps de faire mes courses rapidement et de repartir… Mais évidemment, rien ne se passe comme prévu puisque MADAME vient me trouver dans ma supérette. Bordel, Seattle est pas assez grande pour nous deux ou quoi ?! Bref, mine de rien, cette petite discussion un peu trop bruyante - oui, c’est ma faute - avait pu laisser le temps aux rôdeurs de se rapprocher encore un peu, mais surtout en avait rameuté une bonne vingtaine de plus que la dizaine de départ. Ils sont encore à une distance raisonnable, il me suffit de marcher vite. Je courrai dans le pire des cas… Mais… MAIS. QU’EST CE QU’ELLE FOUT PUTAIN DE MERDE ?! « Lâche moi bordel ! » Ah mais non elle veut pas hein. Y a deux minutes elle me mettait un pain dans la gueule et maintenant elle me tire par la manche pour me sauver la vie. Vas y comprendre quelque chose. Quoique, elle veut peut être simplement me balancer dans la horde de vorace pour me voir crever lentement ? Ce serait pas con de sa part. Perso, je l’aurais fait.

Mais non. Elle me ramène dans la boutique. Chiotte, je vis pas comme ça moi. Je reste pas enfermé. Tant que je peux courir, je cours. TOUJOURS rester en mouvement.

Je soupirai d’agacement quand elle me demanda de me la fermer. « Navré, chérie, c’est pas dans mes compétences. » répondis-je en chuchotant sarcastiquement. J’étais cependant beaucoup plus énervé que j’en avais l’air : si avec cette idée de rester cloîtré dans une boutique à la con sans autre issues que la vitrine je ne finissais pas en steak haché par sa faute, ce serait un miracle. Je chuchotais toujours, énervé. « Qu’est ce que tu fous, bordel ?! Tu veux qu’on crèves tout les deux ?! Tu peux me dire comment on fait s’ils nous repèrent ?! » Entendant les râles des voraces, à l'extérieur, se rapprocher, je finis par me taire en regardant le rideau de fer avec attention, immobile. Je tournai à nouveau la tête vers Jenna et constatai qu’elle était en train de trifouiller une porte verrouillée… Qu’est ce qu’elle branle encore ? Si elle cherche le bureau, il est à côté et la porte est grande ouverte, putain. Clic. La porte est ouverte. Un petit air énervé et trahi se dessina alors sur mon visage, alors que je tentais toujours de rester discret. « “Consultante en criminologie au commissariat central.” Mon cul. » Je jettai un coup d’oeil à ce qui se trouvait derrière la porte… Erk. C’est des chiottes, bien jouée Catwoman. Enfin, je vous cache pas que ce ne sont pas les chiottes qui me dégoûtent… C’est plus le cadavre qu’il y a dedans. A son badge, j’en jugerais que c’était un employé du magasin qui s’est retrouvé coincé dans les chiottes avec un flingue et des voraces à l’extérieur. Ce con a rien trouvé de mieux que les chiottes pour ce planquer, putain de merde. Et bah il s’est flingué, bien fait pour lui. Mort d’une balle dans la bouche, assit sur la cuvette des chiottes : on se croirait dans Full Metal Jacket, en moins classe et en plus puant. Mettant ma main sur mon nez pour bloquer l’odeur atroce que dégageait le corps, je m’adressai à nouveau à la rouquine. « Bravo, belle planque. Si t’avais un peu mieux regardé, t’aurais vu que je suis sorti du bureau du gérant avant de te trouver, et que la porte est grande ouverte. Enfin après, fais comme tu veux, mais c’est pas trop mon kiffe de me cacher dans des chiottes avec un cadavre. » Silencieusement, je me dirigeai vers le fameux bureau et me retournai vers Jenna une fois arriver à l’intérieur pour lui faire tout de même signe de me suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Jenna Heartfield
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 181
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Culpabilité | ft. Jonah   Dim 24 Avr 2016 - 11:58

    Franchement, elle était partagée entre la fierté de l'avoir marqué assez pour qu'il se rappelle le métier qu'elle lui avait donné y'a des années de ça, et être excedée par son air trahi. Sérieusement, si il voulait faire un concours de trahison, c'était pas elle qui remporterait le gros lot hein. Elle leva les yeux au ciel alors que la porte cédait, et qu'elle se retrouvait face à face avec un mec mort. Mort pour de vrai, celui là.

    Ouais bon, fallait avouer que c'était pas la meilleure surprise, ni le meilleur endroit. Et en plus il lui faisait remarquer que lui était sorti du bureau, dont la porte était ouverte. Encore une fois, il s'amusait à la faire passer pour une conne. Soupirant fortement, elle se pencha vers le cadavre pour récuperer l'arme avec laquelle il s'était suicidé et vérifia le chargeur. Il n'avait utilisé qu'une balle, et ça, c'était tant mieux pour eux. Une arme de plus en cas d'extrême urgence n'était pas de trop.

    Elle rejoint Jonah dans le bureau, en faisant bien attention de se tenir à distance de lui. Sa proximité la répugne, et elle est bien dégoutée d'être coincée là ici, en attendant que le petit groupe passe dehors. Elle espèrait ne jamais avoir à le revoir, et pourtant elle se retrouvait dans la même pièce que lui. Comment on pouvait appeler ça ? Le destin ? Le karma ? Une étrange coïncidence ?

    - J'sais bien qu't'es pas ravi de me revoir hein.

    Elle croisa les bras sur sa poitrine. Elle savait bien qu'elle tendait là le baton pour se faire battre, et qu'il allait être surement encore mauvais, condescendant, acerbe. Et particulièrement macho et dégueulasse, mais y'avait des choses qu'elle avait envie et besoin de dire, d'entendre.

    - J'imagine que tu faisais ça à chaque fois, pas vrai ? Faire espérer, comme ça… J'imaginais bien être « une de plus », mais je pensais pas que je serai que ça…. C'est con hein ? D'imaginer que tu pouvais être différent. Enfin, j'avais que dix-neuf piges, j'croyais encore que j'pourrais m'en sortir dans la vie, alors pourquoi pas croire à l'existence d'un mec bien...






Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Culpabilité | ft. Jonah   Ven 29 Avr 2016 - 22:17

Bizarrement, le calme du petit bureau était encore plus pesant que l’ambiance macabre qui régnait à l’extérieur. On aurait dit que l’un aller sauter sur l’autre pour l’égorger, ou l’inverse, mais non. Faut croire que dans le fond, on s’apprécie quand même peut être un peu. Faut dire qu’on a passé un bon moment, il y a six mois, on va pas le renier non plus… Sa première remarque, lorsque nous fûmes enfermés dans le bureau, m’arracha une expression faciale étrange, hésitante entre un sourire sarcastique et une grimace agacée. A la fois, c’est vrai que je n’étais jamais ravi de revoir mes conquêtes d’un soir par hasard comme ça, mais en même temps, sans déconner, qu’elle vienne pas me dire qu’elle est contente de me revoir, elle non plus. « Comme tu dis. » Quoi ? Oui, c’est bref. Normalement, j’ai l’habitude de répondre par une vanne ou un pique, mais non, là j’ai juste pas envie. Un rire lui aussi perdu entre énervement et sarcasme s’échappa de mes lèvres en un souffle. « Bordel, il fallait vraiment que ça arrive... » Désespéré, je me frappai faiblement le front avant de laisser retomber ma main contre ma cuisse en un claquement discret. « A la base, j’ai un code, putain de merde : les filles avec qui je sors un soir doivent repartir contente de leur petit séjour. Crois moi, peu de dragueurs compulsifs comme moi se donnent le mal de faire ça ! » C’est vrai quoi ! Je suis un connard mais je fais des efforts, prenez les en compte bordel de merde !

Et la revoilà qui me tente à nouveau de me rabaisser à l’état de coureur de jupons de base… Non mais eh, elle pige pas ou quoi ?! Elle avait qu’à pas venir me revoir ! Bon, c’est vrai que ça elle a pas fait exprès. Et puis c’est vrai que le gosse, ça doit faire souffrir aussi… Ah putain, ça me fout mal à l’aise cette histoire de gamin. Je me suis jamais senti mal de cette façon… Et elle me demande si son comportement était con ! Bah tiens ! « C’est pas moi qui vais te dire le contraire. » Bah oui. Soyons honnêtes, maintenant qu’il faut l’être. Je lâchai à nouveau un petit rire. « “Que je puisse être différent” ! Non mais sérieux. Si le monde qui m’entoure est aussi naïf, je suis bien content d’être un tel enculé, parce qu’il me mérite... » Le sourire qui marquait mon visage en parlant disparu alors que je continuai à m’expliquer. « Avant, les gens croyaient constamment vivre dans un monde qui deviendrait, tôt ou tard, une putain d’utopie… VOUS, bande de naïfs, vous avez cru que la vie irait dans votre sens personnel… Mais attends, c’est VOUS qui allez dans le sens de la vie. Dieu, dans son infinie bonté et sa resplendissante connerie a créé l’homme comme ça : un animal plus intelligent que les autres, mais aussi, paradoxalement, beaucoup plus con et odieux. Notre histoire suffit à nous apprendre tout ce que le vice de l’homme a pu créer… C’est son vice qui a forgé notre Histoire ! Tu vois, Jenna, l’homme est un enfoiré depuis toujours. Un putain de trou du cul. Mais voilà, c’est comme ça qu’il survit. En bref, voilà où je veux en venir… Je ne fais que suivre le chemin de l’Homme conscient de ce qu’il est. Ce monde ne laisse pas leur place aux naïfs. » Avec ma petite explication, j’avais subtilement esquivé le sujet du lardon, même s’il y était inclus, très indirectement.
Puisqu’il est maintenant temps de balancer nos quatre vérités, j’avais décidé d’être clair et net avec Jenna, qu’elle comprenne pour de bon à qui elle avait affaire.

Son regard avait cependant quelque chose qui me fit réagir. Il était bien moins vif que lors de cette soirée à New York, mais avait gardé ce petit quelque chose, cette petite lueur, qui te chamboule la tête. C’est sans doute à cause de ce genre de regard que je ne sais trop quoi penser de la gente féminine… Un soupir hésitant se fit entendre alors qu’un silence régnait. « Alors si ce que je viens de te dire peut te faire réagir sur la naïveté dont tu avais fais preuve en me prenant pour un type super, pendant cette semaine là, je suis prêt à te présenter mes excuses pour ce que tu as vécu... » POUAAAH LA TAPEEEETTE ! Putain, j’ai honte d’être aussi gentil avec autrui. Il faut que je me rattrape un minimum, quand même. « Au moins t’auras compris quel monde t’entoure. »
Revenir en haut Aller en bas
Jenna Heartfield
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 181
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Culpabilité | ft. Jonah   Lun 2 Mai 2016 - 17:45

    Elle l’écoutait avec attention, même si elle ne savait pas trop quoi penser de ce qu’il racontait. Et pourtant, elle avait le sentiment profond qu’il se fourvoyait à son sujet. Elle était bien placée pour savoir qu’il n’y avait pas d’espoir, meme dans le monde d’avance, et que quand on partait mal dans la vie, on avait pas de grandes chances de s’en sortir en maître du Monde. Et pourtant, il continuait de marteler qu’il était un enfoiré, et qu’il l’assumait parfaitement. Mais ça, elle n’en doutait pas, elle ne pouvait pas lui reprocher de ne pas être honnête, pour le coup. Elle avait compris son véritable visage lorsqu’il ne s’était pas pointé pour venir la voir, de toute façon.

    Et pourtant, au grand étonnement de la rouquine, il soupira, avant de s’excuser. Oui oui, de s’excuser, et sans doute que les yeux ecarquillés de Jenna trahissaient sa surprise. C’était un peu compliqué à gérer subitement. Elle lui en voulait, affreusement. Elle avait nourri contre lui une rancoeur tenace, prete à le tuer le jour où elle le rencontrerai à nouveau. Et pourtant là, face à lui, elle se rendait compte qu’elle craquait encore. Complètement. Et elle le detestait encore plus pour ça. Bizarre cette association de sentiments.

    - Naïve, c’est le cas de le dire. Enfin, heureusement le monde à changé.

    Sous-entendu « Et moi avec ». Parce que c’était vrai. Si elle avait encore la fougue et le pétillant de celle qu’il avait connu à New-York, elle avait perdu, au fil des mois depuis le début, une part d’ell-même, une part de l’humanité qui avait autrefois existé. Mais elle n’était pas encore parvenu au point de ne plus prendre en considération la vie humaine. Qu’en était-il de lui, qui avant tout ça, ne faisait pas très attention aux sentiments qui habitaient ses conquêtes ?

    Elle glissa un regard à l’extérieur du bureau, pour essayer de voir où en étaient les rôdeurs. Au bruit, ils se rapprochaient de la grille de leur planque. Mais est qu’ils avaient été repérés, elle n’en avait aucune idée. Elle soupira, et fit un tour du bureau, les bras croisés sur sa poitrine.

    - J’voulais te tuer, tu sais ? J’avais pas d’attache, pas de famille, j’ai même pas d’adresse définie. J’aurai pu me planquer, continuer à vivre comme je le pensais, comme je le voulait. J’ai réfléchi à comment prendre la fuite, dans un autre pays, si ça tournait mal. Et puis j’me suis dit que ça valait pas la peine. J’avais raison, pas vrai ? Ca n’en valait pas la peine. J’avais mal, mais on s’en fout.

    Pourquoi elle lui racontait ça ? Il n’avait pas besoin de le savoir, et elle n’avait pas à lui expliquer. Elle soupira à nouveau et le détaillait du regard. Elle haissait son regard, ses lèvres pleines de mensonges, ses mains, sa carrure parfaite… Elle le detestait plus que tout, et pourtant, s’il l’avait cherchée, elle aurait à nouveau plongé dans ses bras.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Culpabilité | ft. Jonah   Lun 4 Juil 2016 - 20:02

Je sentais que mes excuses lui avaient fait un petit truc, au fond d’elle, et ce sentiment me procura tout de même une certaine fierté : visiblement j’étais bien imprévisible. Un petit rire s’échappa à nouveau de mes lèvres en un souffle bref, accompagné d’un sourire en coin lorsqu’elle évoqua le changement du monde. J’appuyais alors ses propos, d’un air très légèrement ironique. « Heureusement. » C’est vrai, finalement, est ce qu’elle est plus heureuse en se rendant compte de toutes ces choses ou l’est-elle plus en rêvant ? Ca, on ne saura jamais trop, mais d’une manière personnelle, je pense qu’il faut simplement voir le monde comme il est, et le prendre à la légère, comme je le fais. C’est grâce à ça que je suis encore en vie : ce monde est insensé, il est une grosse blague, mais je l’ai accepté. Je ris à cette blague.

Jenna se mit à m’expliquer qu’elle avait voulu me tuer. Soit, ça je m’en doutais un peu, toute celles à qui j’avais pu faire des trucs comme ça ont déjà dû vouloir me tuer, c’est normal. Après tout, celui qui ne veut pas me tuer est soit un vrai pote, soit un abruti fini, soit un hypocrite qui me lèche les burnes, soyons honnêtes.
Je me demandais bien ce qu’elle entendait par “tourner mal”... Elle parlait du gosse ? De l’épidémie ? “Partir dans un autre pays” ? Putain, mais j’ai vraiment dû la faire nager en plein délire en fait !

Et puis elle insista. “J’avais mal, mais on s’en fout”. Un soupir à moitié agacé sorti brusquement de mes lèvres alors que je me décidai à reprendre la parole. « Le monde est comme ça Jen’. Il l’était, il l’est, et il le restera. Tout le monde s’en fout du malheur de l’autre, et sans vouloir te viser particulièrement, oui on s’en fout de ton malheur. » Je m’arrêtai un instant pour la regarder droit dans les yeux. Ses beaux yeux bleus. Au moins les siens je m’en souvenais parfaitement. « Toutes ces… associations caritatives, ces dons que faisaient les gens “biens”, toute ces petites entraides en tout genre… C’était superflu. Je suis sûr que le dernier père de famille exemplaire ayant légué la moitié de sa fortune à la construction d’une école en Afrique n’a même pas dénié apercevoir le clodo qui traînait dans la rue en bas de chez lui. En réalité, personne n’en avait rien à foutre d’autrui. Tout est dans l’image qu’on veut donner de soi même. » Mon regard était à la fois dur et étrangement réconfortant, pour une fois. J’avais envie qu’elle comprenne tout ça, qu’elle sache ce que je pensais, mais je n’avais pas non plus envie de lui faire plus de mal. Pourtant, elle a quoi de spécial hein ? Je fais du mal à tout le monde d’habitude, et j’adore ça ! Eh bien là non. Je ne sais pas ce qu’il y a, mais c’est non. Je dois avoir déjà fait mon taff, disons les choses comme ça. « Enfin bref, tout ça pour te dire que non, en toute honnêteté, j’en avais rien à péter. »

Je me tus un instant, le regard fixé dans le sien, l’air assez grave. J’avais un sentiment étrange, une sorte de frisson, comme un mal, comme si… je ne me complaisais pas dans mes propos. Un truc me gênait… Ces mots. Mes mots. Balancés dans ce visage. Son visage. Son si beau visage. C’est ça qui me gênait, je sentais, pour la première fois, que quelqu’un méritait peut être mieux que tout ce que je pouvais lui lancer à la gueule. NAN fermez là, je vous vois venir avec vos “ça y est il est amoureux”, parce que je le suis pas. Je suis un enfoiré. Un enfoiré de première. Donc vos gueules, retournez devant les feux de l’amour. Bon ça suffit, j’aime pas ce gros blanc, faut que je brise le silence. « Mais… te faire plus de mal, ça je… j’sais pas, je veux pas, voilà. S’il y a moyen que je me rattrape un minimum je le ferais. » Oooh non, il n’y avait pas de tendresse dans mon ton, plutôt de l’énervement, parce que je déteste dire des trucs pareils. Je dois avoir une sacré gueule de gosse qui boude maintenant, bravo.
Revenir en haut Aller en bas
Jenna Heartfield
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 181
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Culpabilité | ft. Jonah   Lun 4 Juil 2016 - 22:57

    Se tenir là, face à Jonah, après toutes ces années, il fallait le reconnaître, c’était une des épreuves les plus difficiles de sa vie. Parce que si elle avait changé, si elle s’était endurcie avec ces épreuves là, la naissance et l’abandon de leur fils, la vie du squat avec les filles, et puis plus tard l’Apocalypse, la fuite, la vie avec Luke et Leroy, et était obligée de constater que lui n’avait pas changé. Qu’il était resté le même connard égocentrique et aigri de la vie. Et elle avait de la peine pour lui, d’être resté aussi con. Lui qui parlait d’évolution et d’adaptation au final, il en était resté au même point, et c’était désolant pour lui.

    Mais elle lui souriait. Elle gardait la face, les yeux rivés dans les siens. Elle le sentait vaciller. Lui et sa belle assurance, elle les sentait se déliter, et elle prenait son pied à assister à ça. Il ne quittait pas son visage des yeux, si bien qu’elle en venait à croire qu’elle avait quelque chose en travers de la gueule qui le dérangeait. Le silence était là, entre eux, comme s’il traduisait tout le temps durant lequel il n’avait pas donné signe de vie. Et puis, d’un seul coup, il s’exprima.

    Il ne voulait pas lui faire plus de mal. Alors d’abord, pourquoi il avait l’air énervé de dire ça, et pourquoi il tirait la tronche, c’était un véritable mystère pour la rouquine qui décidemment ne comprenait rien aux hommes et à leur psychologie tordue. Elle tendit l’oreille, pour vérifier qu’ils étaient toujours en sureté pour le moment. Il ne manquerait plus que ça. Que leur échange un peu tendu les détourne du vrai danger qui se trouvait dehors.

    - J’crois que t’as pas compris, Jonah.

    Elle avanca de quelque pas vers lui, assez pour rester à distance, mais quand même. Il la surplombait d’une tête, et du coup elle était obligée de lever le visage pour le regarder. Son regard était un peu plus dur et sa bouche pincée trahissait la colère qu’elle ravalait. Et pourtant, elle sourit. Un sourire en coin, presque malsain. Oui, elle était bien différente de la gamine naïve qu’il avait rencontré à New York des années auparavant.

    - J’en ai rien à carrer de ce que tu pourrais faire pour te rattraper. J’ai vécu sans toi. J’ai surmonté les trucs sans toi. Crois moi que c’est pas maintenant que j’vais avoir besoin du premier connard qui réapparait dans ma vie. Tu veux te la jouer détaché du monde ? Fais le, et grand bien te fasse. J’marche pas avec toi, j’marche pas pour toi. Si tu voulais te rattraper, bah tu l’aurais fait quand c’était le moment.

    De l’index, elle tapota son torse, les yeux rivés dans les siens.

    - Jonah Parks, t’es un connard, et j’regrette d’être tombée un jour amoureuse de toi.

    Saisissant le col de son tee shirt à pleines mains, elle vint sceller ses lèvres aux siennes, un baiser à la fois plein de rage, de hargne, et de passion. Sa main glissa de son col à sa joue, puis à ses cheveux. L’étreinte n’avait duré que quelques secondes, et lorsqu’elle se recula, ses yeux retrouvèrent les siens tandis qu’elle passait le bout de sa langue sur sa bouche.

    - Ca, c’est parce que j’ai jamais eu ce baiser que j’attendais, quand tu serais revenu à Seattle pour me voir.

    Sa voix tremblait légèrement, et elle espérait qu’il en distingue l’émotion.

    Parce que ça détournait son attention quelques secondes. Pile le temps que son poing se ferme et aille s’écraser sur sa machoire du publicitaire. Et que son sourire s’étire à nouveau, encore plus malsain.

    - Et ça c’est parce que j’en rêve depuis des années.




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Culpabilité | ft. Jonah   Sam 9 Juil 2016 - 0:50

Ma maigre tentative de faire preuve de compassion sembla lamentablement échouer lorsqu'elle continua de faire la gueule en commençant à me dire que je ne comprenais pas… Elle croyait quoi en disant ça, qu'elle allait me blesser ? La bonne blague. Moi j'en ai rien à foutre de comprendre ou pas après tout.
D'une voix basse d'une sensualité sarcastique, je fis alors mine de faire l'interrogé. « Vraiment ? Alors je t'en prie explique moi. » Je voyais bien qu'elle faisait encore plus la gueule et qu'elle me détestait, mais je voyais aussi son petit sourire malsain, comme une provocation, lorsqu'elle s'était rapprochée de moi… Attendez, elle veut jouer à ça ? Le coup du “je m'en fous de toi et je me fous de ta gueule” ? Ooh génial j'adore ce jeu ! Jouons, ma belle, jouons, mais je te préviens tout de suite, je suis impitoyable à ce jeu là, et tu as gâché bêtement ta carte joker.

Je me mis à rire de plus en plus franchement au fil de son petit speach, comme une provocation. C'était vraiment drôle à entendre fallait dire… elle pensait peut être pouvoir me détruire avec ça ? HAHA ! Il va te falloir un peu mieux ma grande, si tu veux te montrer plus odieuse que moi.
Elle n'avait pas tort en ce qui concerne le fait que j'aurais dû m'y prendre plus tôt si je voulais me faire pardonner, mais finalement j'ai un peu envie de dire… « Au moins j'aurais essayé ! Finalement j'avais pas tort, être gentil c'est franchement pas fait pour moi. » Je me remis à rire de manière fort détendue et provocatrice, tandis que Jenna commençait à me tapoter le torse avec son index en tentant encore de me traiter de connard. Je ne retins d'ailleurs pas un frisson de plaisir à l'entendre m'insulter de la sorte. A chaque fois que quelqu'un me traitait de connard, je sentais que j'avais gagné. Beau boulot, Parks, t'as encore réussi à faire chier ! T'es génial ! « Oooh oui putain j'adore t'entendre dire ça ! » répondis-je toujours avec sarcasme d'une voix exagérément érotique. Elle ne voulait pas que je me rattrape ? Tant pis, rien à foutre après tout ! J'ai épuisé mon budget gentillesse pour les trois prochaines années, alors s'il faut même que je la pousse à bout, je le ferai. Je…

Wow. Putain ça fait… une demi année ? Ouais, plus même. Ça fait plus d'une demi année que j'ai pas pu toucher à une gonzesse et là… c'est ELLE qui vient me rouler une pelle. Les souvenirs reviennent en rafales : le bar, le whisky, la robe noire, la chevrolet, le pont de Brooklyn… peu de filles que j'ai fréquenté peuvent se venter de me faire revivre des choses pareils par un simple baiser, mais Jenna, elle visiblement, en faisait bel et bien partie. Le goût de ses lèvres était toujours le même, si doux et agréable, après tout ce temps… J'ai quand même loupé un truc, c'est dommage. En tout cas maintenant, je sais que je lui fais toujours de l'effet, à la Jennouille ! Haha !

OH. C'ÉTAIT QUOI ÇA. Sans déconner, j'ai à peine le temps de savourer la fin du baiser que je me prend un pain en pleine gueule ! Y a un problème, elle est bipolaire ou quoi ?! Et puis je revois son sourire malsain, et je l'entend me parler de “son rêve depuis des années”. Je me masse légèrement la mâchoire, un peu endolori par le coup que Jenna m'avait asséné, puis part dans un fou rire aussi malsain que le sien, mais bel et bien franc. « Quoi ?? Haha ! Attends, me dis pas que c'était ÇA, ton rêve depuis des année ? Hahaha ! » Elle souriait. Elle se la jouait malsaine, sadique. Pathétique. Hilarant. « T'aurais pu rêver de me tuer, de me trucider… mais non. Un coup de poing. Holalaa mais c'est vrai que t'as changée dis donc, t'es devenue ULTRA VIOLENTE en fait ! » déclarai-je ironiquement en me foutant ouvertement d'elle. Je continuai à rire et me remis à parler par la suite. « Tu sais… ça... » j'avais ressorti ma batte de baseball et l'agitais sous son nez en riant de manière relativement inquiétante. « Tu veux savoir à quoi elle m'a servi ? A exploser le crâne d'un mec encore parfaitement vivant. Juste parce qu'il m'avait emmerdé un peu trop. J'ai… adoré. Or… moi, depuis “la fin du monde”... j'ai pas changé. Voilà le mec avec qui tu as eu un gosse Jenna. » L'air oppressant et dangereux, je posai doucement le bout de ma batte sur la joue de rousse en lui souriant de manière encore plus inquiétante et odieuse. « Un connard comme tu dis. Mais un connard parfaitement fier de ce qu'il est. Si tu crois me faire le moindre mal, me donner le moindre malaise avec ton petit sourire narquois, tes petites insultes… dis toi bien que tu me feras au contraire encore plus plaisir. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Culpabilité | ft. Jonah   Aujourd'hui à 10:01

Revenir en haut Aller en bas
 

Culpabilité | ft. Jonah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» WILLIAM ▲ La culpabilité est la pire des tortures
» La Culpabilité par la Peur [PV Milady ♥]
» « On est tous coupables, ne prends rien de plus que ta part de culpabilité. » * Philippe d'Artagnan
» culpabilité ▬ liam.
» Henley - La culpabilité, c'est pour les faibles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-