Partagez | .
 

 Comin' on like a hurricane.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Auteur
Message
Noah A. Thompson
Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 02/12/2015
Messages : 69
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Comin' on like a hurricane.   Dim 3 Avr 2016 - 21:50


Désolée, qu'elle ne cessait de répéter alors qu'il avait l'impression que cette pression contre son épaule allait lui arracher un membre et le faire mourir dans d'atroces souffrances. Contre son gré, il tenta par instants de se débattre jusqu'à ce que Levia ne l'étouffe à moi en posant son genou contre son torse, le forçant à l'immobilisation jusqu'à ce qu'un bruit écoeurant n'indique que l'os revenait enfin à sa place, et que Noah se retenait tant bien que mal de ne pas hurler à la mort au risque d'attirer d'autres rôdeurs vers leur position.
Haletant, il n'osa même pas essayer de bouger son bras, se contentant de retrouver sa respiration avant de se relever sur son bras valide, tandis qu'elle parlait de lui trouver de quoi immobiliser son bras durant quelques jours.

Merci... Grogna t-il en se relevant péniblement, son bras pendant inutilement le long de son flanc alors qu'il parvenait enfin à se remettre sur pieds, observant le salon plutôt luxueux dans lequel ils avaient élus domiciles. Au moins, ils pourraient avoir un semblant de paix pour le temps qu'ils resteraient là. Même les rôdeurs semblaient ne pas s'être trop baladés dans le coin, pour son plus grand bonheur. Aidant Levia à se relever, il lui fit prendre place sur le canapé avant de se laisser tomber à ses côtés, expirant doucement afin de reprendre son souffle.

On s'en sera pas trop mal tirés finalement. Souffla t-il à l'attention de la brune, lui laissant la possibilité de souffler un peu avant de se relever pour chercher de quoi faire une attelle de fortune. On devrait passer la nuit ici, et repartir au matin. Ca nous laissera le temps de souffler, et Katarina se doutera qu'on à eu un souci de dernière minute.

D'autant que la maison offrait un certain confort. Et que ça éviterait à Levia de frôler une crise cardiaque s'ils croisaient de nouveau rôdeurs sur les routes...

Maintenant que tu m'as remis sur pied, tu vas en profiter pour souffler un peu. Vu ce que tu m'as dis dans la voiture, tu en as besoin. Vu la gueule de la situation, personne ne se s'rait inquiété d'une histoire de pneu.

Il passa sous silence qu'il l'avait vu pleurer, c'était un coup à ce qu'elle se braque encore pour des conneries ça. A la place, il préféra juste tourner son regard vers elle, demandant avec douceur.

Ca va aller ? Ou tu veux parler un peu ?

Le truc qu'il détestait plus que tout au monde, et que Levia adorait. Il pouvait au moins lui accorder ça, après ce qu'elle venait de faire pour lui.



Revenir en haut Aller en bas
Levia T. Isaakovitch
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 04/03/2014
Messages : 1178
Age IRL : 23

MessageSujet: Re: Comin' on like a hurricane.   Dim 3 Avr 2016 - 22:22

Ça va aller, fit-elle simplement avec un sourire, assise à côté de Noah.

Il leur faudrait tirer les rideaux pour la nuit, barricader la porte, fermer certaines pièces pour si jamais ils faisaient de la lumière que ça ne soit pas capter. Trouver de quoi manger aussi, si jamais. Ils avaient du temps pour faire ça évidemment, et là pour l'instant, Levia avait vécu tellement de trucs qu'elle ne savait plus vraiment où était sa gauche de sa droite. Elle se frotta le visage un moment pour tenter de faire passer ce sentiment d'incertitude qui la saisissait. Aurait-elle du en parler à Noah ? Lui dire qu'elle était épuisée, et pas seulement parce que son estomac était creux ? Que ce qu'ils avaient vécu aujourd'hui, ils allaient le vivre tous les jours, et là, il s'était retrouvé blessé alors un jour, pire pourrait lui arriver ?

Non. Non, elle ne voulait pas lui en parler. Alors qu'elle se redressa pour aller fouiller dans les tiroirs des commodes aux alentours, sommant à Noah de ne pas bouger. Elle mit une bonne heure à revenir se poser pour de vrai, après avoir fermé les volets du salon, ramené des draps et des couvertures, sortis une bouteille d'eau de son sac, un paquet de biscuit et deux conserves de légumes, quelques bonbons à la fraise aussi et une bouteille de rhum qui ferait l'affaire pour désinfecter. Elle mit une bonne demi-heure, hissée sur une chaise, à coincée une épaisse couverture dans la tringle à rideau pour éviter que la lumière ne filtre, puis également à pousser l'un des meubles de l'entrée pour verrouiller les accès si jamais il se passait un truc.

Pour finalement revenir vers Noah :

J'ai une aiguille, et là y'a un fil de nylon, ça fera l'affaire pour ton bras, fit-elle en étant presque sûre d'elle sur le moment.

Elle invita l'homme à s'asseoir à même le sol, plus facile pour elle, et trempa le nylon et l'aiguille dans un bol d'alcool, à défaut de pouvoir faire mieux. Elle proposa même à Noah de prendre une gorgée de rhum pour se donner du courage, alors qu'il la regardait et fixait en même temps sa blessure en se demandant si tout ça en une seule journée, c'était bien une bonne idée. Levia aussi se le demandait, alors qu'elle avait déjà du mal à passer le fil dans le trou de l'aiguille, et que ses mains tremblaient encore à cause des émotions et du fait qu'elle allait infliger quelque chose d'horrible à son ami.

Vint forcément le moment où elle se retrouva plantée à côté de lui, l'aiguille dans une main, la blessure de Noah devant lui, et Noah la fixant tour à tour elle et sa plaie en attendant un miracle. « Bon » réussit-elle à articuler une fois, puis une autre, avant de prendre une profonde inspiration. Quand elle croisa le regard de son coéquipier, Levia prit une profonde inspiration, et se sentit comme alors aimanté vers l'avant, poussé dans le dos. Irrémédiablement attirée par les lèvres fines de son partenaire dont elle se saisit des siennes. L'impulsion fut aussi soudaine qu'imprévisible, et pourtant parfaitement évidente pour la brune sur le moment.

Il n'y eut rien d'autres qu'un bref contact entre les deux, tendre, mais court, quand la juive s'écarta pour n'être qu'à quelques centimètres de son visage et que tout semblait parfaitement en harmonie sur l'instant.

C'est pour l'anesthésie, se justifia-t-elle avant de planter l'aiguille dans sa peau sans le ménager avec une mine impassible de celle qui n'avait rien fait d'extraordinaire.

Et pourtant.
Et pourtant...




Who, who are you really? And where, where are you going? I've got nothing left to prove cause I've got nothing left to lose. See me bare my teeth for you... Who, who are you?
Revenir en haut Aller en bas
Noah A. Thompson
Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 02/12/2015
Messages : 69
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Comin' on like a hurricane.   Dim 3 Avr 2016 - 22:43


Ca irait, disait-elle. Il n'en croyait pas un mot, mais respecta sa décision de ne pas en parler, alors qu'elle lançait déjà l'idée de recoudre son éraflure, le faisant grimacer.

Non mais j't'assure pas bes-

Elle ne lui avait même pas laissé le temps de finir sa phrase, qu'elle se retrouvait déjà plantée devant lui avec une dose de rhum pour lui proposer de tenir le coup. Dose qu'il avala cul sec, grimaçant sous la brûlure de l'alcool alors qu'elle s'apprêtait à.
A ne rien faire, puisqu'il se retrouva en moins de temps qu'il n'en fallait pour le dire, avec les lèvres de la brune contre les siennes, sans même qu'il n'ait le temps de savourer réellement le baiser. Est-ce qu'elle se rendait compte, que par deux fois il avait tenté une approche et que maintenant elle prenait les devants, le laissant pantois ? Il ne fût même pas sûr qu'elle remarque le trouble dans son regard, se justifiant en parlant d'anesthésie.

Bah voyons... Pour l'anesthésie. Lâcha t-il avec un léger rire. J'devrais me faire mal plus souvent.Il avait presque commencé à rire, avant de grimacer en sentant l'aiguille s'enfoncer dans sa peau et qu'il serrait le poing en étouffant un juron. Celle là d'anesthésie, tu parles. Ne put-il s'empêcher de penser alors qu'elle recousait scrupuleusement sa peau, et qu'il prenait sur lui pour attendre au moins qu'elle termine les soins qu'elle lui prodiguait. Enfin, ce fût chose faite, sans doute plus rapidement qu'il ne l'avait pensé, alors qu'il ne la quittait pas du regard, s'amusant de la voir jouer les infirmières, jusqu'à ce qu'elle ne pose enfin fil et aiguille, et qu'il se permette enfin de venir poser une main contre sa hanche, l'attirant à lui pour poser à nouveau ses lèvres contre les siennes. Depuis le temps qu'il y pensait, sans réellement oser se l'admettre. Il avait fallût une épaule démise au moins, et une bonne journée de merde, pour qu'il se passe enfin quelque chose entre eux.

C'est pour te remonter le moral. Murmura t-il en guise de justification à l'oreille de la brune après l'avoir embrassé, venant déposer un instant ses lèvres contre son cou, appréciant la douceur de ce dernier.

C'était agréable, pour une fois qu'ils ne se hurlaient pas dessus. Maintenant toujours sa main contre la taille de la petite brune, captant son regard un instant avant de lui sourire avec tendresse en posant son front contre le sien. Est-ce que ces baisers entre eux voulaient dire quelque chose ? Pour lui, assurément. Mais pour elle, qui devenait écarlate à la simple vue d'un dvd interdit aux mineurs, il ne savait pas trop. Peut-être qu'elle allait lui hurler dessus en l'accusant d'être un pervers après tout.
Peut-être qu'ils devraient commencer à s'activer aussi. La nuit ne tarderait pas à tomber, et ils leur faudrait fortifier l'endroit au moins pour la nuit. Mais pour le coup, il ne s'était jamais senti aussi bien qu'assis à même le sol à côté d'elle, alors bon... Exerçant une rapide pression sur la jeune femme, il finit par se relever à contre coeur, allant tirer les rideaux pour éviter d'être vus.

Il faudra que tu m'aide à pousser le canapé contre la porte. Fit-il remarquer en référence à son bras en écharpe, avant de s'assurer que la porte donnant sur la cuisine était bien verrouillée.



Revenir en haut Aller en bas
Levia T. Isaakovitch
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 04/03/2014
Messages : 1178
Age IRL : 23

MessageSujet: Re: Comin' on like a hurricane.   Lun 4 Avr 2016 - 19:33

Est-ce que ça lui avait fait un truc, à lui ? Enfin, comme à elle s'entend. Elle le quitta des yeux pour se concentrer à sa tâche, tout d'un coup presque rassérénée par ce qu'elle avait fait. Etait-ce pour le fait de se prouver qu'elle pouvait y arriver, ou tout autre chose, elle n'en savait rien. Mais en tout cas, l'anesthésie avait été bien plus efficace sur elle que sur lui, et d'une certaine manière, c'était tant mieux. Ses mains ne tremblaient plus, comme si elles étaient libres d'aller et venir, plus coincées par ses émotions, travaillées par elles.

Elle se détacha à moitié de Noah, se concentrant sur ce qu'elle devait faire pour finir de l'aider. Quand elle termina, elle déposa sur la table basse le fil et l'aiguille qu'elle avait à la main jusqu'ici, prête à passer à autre chose sans avoir à y revenir. Mais le paléontologue considéra que le chapitre était loin d'être bouclée, et s'attendre à autre chose aurait été des plus surprenants. Sentant sa paume se refermait sur sa hanche, la brune fut attirée vers lui, alors qu'il revint l'embrasser. L'échange fut court aussi, plus ferme encore que le sien, un baiser duquel on ne pouvait se défaire sans son autorisation.

Levia en fut toute chose, rouvrant les yeux, un peu stupéfaite par le geste de Noah, et par ses mots au creux de son oreille. Le contact de ses lèvres contre son cou lui arracha un frisson et elle en fut d'autant plus troublée. Pour lui remonter le moral, qu'il disait. Elle resta parfaitement silencieuse en le fixant, partagée entre deux sentiments : une envie saisissante de partir en courant, là comme ça, parce que ce qu'elle avait lancé semblait ne pas être moral, et celle pressante au creux de son ventre de recommencer. Pour Noah, tout ça ressemblait à une sorte de jeu, alors que pour Levia qui avait amorcé malgré elle cette évolution, c'était pas vraiment... amusant.

Aussi, elle aurait eu du mal à s'expliquer alors garder le silence fut cent fois plus simple sur l'instant. Ils se redressèrent ensemble quand elle se racla la gorge pour passer sa gêne, tandis qu'il lui demandait de l'aide pour mettre le canapé contre la porte. Elle hocha la tête et en parlant de la dite porte, elle ferma les deux qui donnaient vers la cuisine en attendant que Noah vienne l'aider. Lui n'avait qu'un bras pour ça, aussi, ils s'y mirent de concert pour faire glisser le meuble comme ils le purent. Une fois que ce fut chose faite, la juive fit en sorte de bien placer la ceinture qu'elle avait récupérer, la serrant un maximum autour du bras et des côtes de Noah, puis de faire un nœud serré avec l'écharpe pour y placer le bras.

Tu auras pas mieux ce soir, lâcha-t-elle doucement d'une voix sérieuse.

Il faisait déjà particulièrement sombre ici, ce pourquoi la brune craqua une allumette pour enflammer la mèche de quelques bougies chauffe plat qu'ils avaient déniché. Les disposant sur la table pour faire office de lampe pour la soirée, elle fit le tour de la pièce pour jeter un bref coup d'oeil derrière le rideau. Le ciel était rougeoyant, la voiture n'avait pas bougé d'un pouce depuis qu'ils l'avaient quitté, et il n'y avait personne dans les rues pour l'instant. Peut-être que des rôdeurs viendraient, attirés par le bruit du moteur, mais elle en doutait un peu. S'ils avaient du être là, ils le seraient déjà.

Et puis, c'était peut-être l'expectative d'être coincée une nuit entière en tête à tête avec Noah qui la rendit alors tout de suite beaucoup plus nerveuse. Elle ne s'installa pas sur le canapé, resta debout à côté de la fenêtre en attendant, dans un silence de plomb, un peu comme si, là, elle s'était mise elle-même dans un piège incroyable. Et avec quel mot elle arriverait à l'expliquer au paléontologue ? Elle était à peu près sûre qu'il ne comprendrait pas...

Alors mettre de la distance après ce rapprochement, c'était peut-être un moyen de s'exprimer.




Who, who are you really? And where, where are you going? I've got nothing left to prove cause I've got nothing left to lose. See me bare my teeth for you... Who, who are you?
Revenir en haut Aller en bas
Noah A. Thompson
Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 02/12/2015
Messages : 69
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Comin' on like a hurricane.   Lun 4 Avr 2016 - 23:25


Ils avaient finalement rompu le baiser, alors qu'il captait une certaine gêne de la part de Levia, qui resta relativement silencieuse. Et au vu du peu d'expérience que Levia semblait avoir vécu, du peu qu'il en avait saisi du moins, sans doute que se retrouver assise dans un salon à échanger un baiser avec un homme qu'elle n'avait jamais connu par le passé devait lui foutre un certain malaise. Dans un sens, il comprenait. Lui même n'avait pas eu de petite amie depuis Olivia. En fin de compte, il avait préféré se consacrer à sa carrière qu'à sa relation sentimentale, perdant l'unique personne qui l'avait accepté aveuglément avec sa liste de défauts en tout genre. Dans un sens, remettre ça avec une personne comme Levia était synonyme de première fois à ses yeux.
Néanmoins, il ne fit aucun commentaire, alors qu'ils préparaient leur abri pour la nuit, et que la juive s'occupait de mettre un minimum de lueur dans la pièce tandis qu'il parvenait à dénicher par miracle de quoi se nourrir un minimum. Peut-être que la luxueuse maison n'était qu'un résidence secondaire, au vu du nombre de réserves en boîte qu'il parvint à dénicher, sortant ses trouvailles sur la table jusqu'à ce que Levia ne se ramène en lui ficelant le bras à l'aide d'un bandage de fortune, annonçant qu'il n'aurait rien de mieux pour la soirée.

Se gardant bien de faire remarquer le double sens de sa phrase à la petite brune, il se contenta d'un regard qui en disait long, avant de se tourner vers ce qu'il avait trouvé.

J'peux largement préparer ça tout seul. Profites-en pour souffler un peu.

Ce serait toujours plus agréable pour elle que de rester raide comme un piquet à le fixer comme une biche effrayée en tout cas. Sur toute les femmes du monde, il avait fallu qu'il flashe sur la seule qui semblait incapable d'exprimer ce qu'elle ressentait par des mots, sauf quand il s'agissait de gueuler plus fort que l'autre. Super. Mais à nouveau, il resta sage, lui laissant le loisir de s'installer plus confortablement alors qu'il sortait son matériel de cuisine, le temps de faire réchauffer quelques conserves. Et elle ? Elle ne bougeait toujours pas. Bon. Sans doute qu'il allait devoir lui expliquer que tous les hommes n'étaient pas des animaux sauvages, et qu'il n'allait pas essayer de la violer dans son sommeil après un baiser. Qu'une relation de couple, si tant était que cette relation en soit une, prenait du temps. Sauf que parler, c'était bien une compétence qu'il ne maîtrisait pas forcément.
Une bonne demi heure passa, alors qu'il lui tendit enfin une conserve fumante de son bras valide, s'installant non loin d'elle sur le canapé en tirant la table basse vers eux pour leur permettre d'être plus à l'aise.

Tu peux prendre le lit à l'étage si tu veux, tu sera mieux installée. Me suis habitué à dormir sur les fauteuils depuis un moment déjà.

A défaut de pouvoir lui sortir une tirade telle que "non mais je suis un mec bien, faut pas croire que je suis seulement con et associal", c'était bien tout ce qu'il avait trouvé à lui dire là tout de suite.

Il lui laissa tout de même une bonne heure de silence, ou elle put manger et boire tout son soûl sans qu'il ne place une phrase, se contentant de fouiller dans la bibliothèque en verre qui trônait dans le salon, ravi d'y dénicher un bouquin de paléontologie. Vu l'état, le livre avait dû être là pour faire joli, mais au moins lui promettait-il un peu de lecture pour les soirées à venir.

Enfin, sans prévenir, il revint en direction du canapé dont Levia n'avait pas décollé, avant de lui dire avec tout son tact.

Ecoute. J'vais pas t'en demander plus hein. Alors arrête de stresser comme ça, et d'me voir comme une espèce de pervers parce que j'ai eu envie de t'embrasser; Si tu veux prendre le temps, on le prendra. Si tu veux juste plus que ça recommence, on oublie, voilà tout.

Voilà. Simple, clair, concis. Agir comme un mec quoi, pas la regarder dans le blanc des yeux en évitant le dialogue comme elle faisait depuis le début.
C'était pas si compliqué bordel de merde.



Revenir en haut Aller en bas
Levia T. Isaakovitch
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 04/03/2014
Messages : 1178
Age IRL : 23

MessageSujet: Re: Comin' on like a hurricane.   Mar 5 Avr 2016 - 9:41

Faire tout ça en silence, ça avait eu le mérite de NE PAS DU TOUT LA CALMER. C'était dingue de voir à quel point tout ça lui prenait la tête, et comment elle était incapable de s'expliquer tout à fait calmement sur le pourquoi du comment de son geste. Pourquoi avait-elle fait ça ? Elle ne pouvait pas le dire. Une impulsion. Ce qui la troubla le plus, ce fut que jamais de sa vie elle n'avait été à l'origine d'un tel geste avec un garçon, ou un homme. Jamais elle n'avait fait un premier pas, trop engoncé dans ses principes et sa foi pour pouvoir en sortir. Si elle avait déjà eu un copain ? Oui, évidemment. Mais le stade en était resté au début, une relation totalement platonique, qui découlait sans cesse sur des promesses de mariage à venir.

A vingt quatre ans, Levia ne s'était jamais imaginée une vie comme celle-ci. D'ailleurs, personne sur cette planète n'aurait pu prédire cette fin de monde. Personne. Si bien que maintenant que tout était remis en jeu, et que sa foi en était cruellement affectée, c'était difficile de tout réorganiser pour continuer à vivre. Comme valeur sûre à ses côtés, il n'y avait eu que Noah depuis quelques mois. A partir du moment où ils avaient choisi de voyager ensemble, ils s'étaient faits confiance et n'étaient jamais revenu en arrière. Jamais Levia n'avait accordé sa confiance à une personne aussi vite, mais comme tout était à reconsidérer, absolument tout, et qu'elle s'en rendait compte aujourd'hui parce qu'elle avait failli le perdre, ça lui faisait peur.

Après avoir mangé, bu, et s'être assez ressourcé, Noah reprit enfin la parole pour lui dire qu'il ne lui en demanderait pas plus. Finalement, le silence lui faisait plus de mal qu'elle ne l'imaginait, et c'était un tort de sa part de s'être laissé embarqué là-dedans. Est-ce qu'elle regrettait ? Vu comment elle avait tout bousculé sur un simple coup de tête, un peu oui. Mais elle avait encore des convictions profondément ancrées à l'intérieur, qui n'arrêtaient pas de la tanner et de lui répéter qu'il n'y avait aucun hasard sur terre, seulement des rendez-vous, et que s'ils en étaient là avec lui, c'était probablement parce que ça DEVAIT arriver à un moment. Excepté peut-être maintenant que Noah lui expliquait que si elle le désirait, il suffisait juste... D'oublier.

Je vais aller me coucher.

Elle se leva de son siège et se rendit jusqu'à l'entrée du couloir, ayant lâché ça d'une voix froide et presque assassine à son coéquipier. Mais il fallait s'y attendre. Il avait dix ans de plus qu'elle, une autre expérience de la vie, aux dernières nouvelles, Noah ne croyait en rien ni en personne, et s'il l'appréciait, c'était juste à cause d'un harcèlement quotidien qu'il subissait depuis quelques mois. Mais à quelques pas de la porte qui menait vers les escaliers, elle fit volte face et demanda de but en blanc « Alors quoi, c'est aussi simple, Noah ? » en lui lançant le regard de celle qui ne comprenait pas pourquoi. Pourquoi il avait cet air détaché là, l'air de s'en foutre finalement, alors qu'avant pas du tout. Et pourquoi bordel il arrivait pas à lire dans sa tête à elle pour lui extirper les bonnes pensées ?

Je te prends pas pour un pervers, mais je peux pas m'empêcher de réfléchir, annonça-t-elle dans un murmure assez fort. Pourquoi il a fallu que je fasse ça le jour ou tu te blesses ? Pourquoi pas avant, quand j'étais pas confronté au fait que toi aussi tu pourrais mourir ? Jusqu'ici, je pensais même pas ça possible, tu vois. Je pensais que t'étais un type trop pénible pour que la Mort et Dieu veuillent de toi mais finalement, c'est même plus si évident et je me demande juste si-

Si quoi ? Si tout ça peut valoir la peine d'essayer ? Que ça soit essayer en couple, avec lui, pour de vrai mais différemment de ce qu'elle avait pu connaître avant, ou essayer de vivre encore dans un monde où il n'y avait pas d'avenir ?

Laisse tomber, c'est trop bête, renonça-t-elle.




Who, who are you really? And where, where are you going? I've got nothing left to prove cause I've got nothing left to lose. See me bare my teeth for you... Who, who are you?
Revenir en haut Aller en bas
Noah A. Thompson
Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 02/12/2015
Messages : 69
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Comin' on like a hurricane.   Jeu 7 Avr 2016 - 17:19


Quand elle s'était mise à élever la voix, il n'avait pas pu s'empêcher de la regarder avec de grands yeux, ne comprenant pas ce qui était en train de lui tomber sur la gueule. Elle aurait pas dû être contente, qu'il ne cherche pas à aller plus loin tant qu'elle ne saurait pas ce qu'elle voulait réellement ? Bien sûr que c'était si simple que ça, oui ou non fallait pas lui chier une pendule comme ça bordel de merde. Mais il eut tout de même l'instinct de rester parfaitement silencieux alors qu'elle continuait de débiter sans reprendre sa respiration, et que l'observait là, sans mot dire, cherchant juste comment se sortir de ce pétrin qui allait sans doute lui faire cracher plus que son quota de 30 mots par jour. Certainement beaucoup plus. Mais c'était bien ça le truc avec Levia. Même quand il 'navait pas envie de parler, il fallait qu'elle le force à articuler autre chose que des monosyllabes.

Enfin, ENFIN elle arrêta de crier sans raison, alors qu'il avait enfin la possibilité de tenter de s'expliquer, et de reprendre la parole.
En silence, il se leva jusqu'à se retrouver face à elle, l'attrapant avec douceur par les bras avant de commencer.

Non, c'est tout sauf bête. Dit-il avec lenteur avant de continuer. Tu me plait. Même si tu parles beaucoup, que tu t'offusque pour pas grand chose, et que tu as le rire d'une petite fille. Tu m'a toujours plu, et j'te respecte trop pour te forcer à quoi que ce soit. Alors ouais, la vie est courte, mais c'est justement ce qui me fait pas regretter ce baiser. Parce que si je dois mourir demain ou dans 6 mois, j'ai pas envie de partir avec des regrets. J'ai envie de me dire que j'ai vécu ce que je voulais, sans me poser de questions.


Est-ce qu'elle comprenait son point de vue ? Il exerça une légère pression sur ses bras, posant brièvement son front contre le sien avant de reprendre la parole.

La seule chose que j'te disais, c'était que tu n'avais pas à t'en faire. Que si tu n'étais pas sûre de toi, je comprenait parfaitement, qu'il n'y aurait pas de malaises entre nous, comme tout à l'heure ou tu osais à peine me regarder. Parce que je te comprends, et que je ne te force à rien, tu saisis ? Pourquoi tu t'acharne à te poser autant de questions, alors que si ça se trouve dans 1 an, on sera plus là ?

Vrai qu'elle lui avait plu au premier coup d'oeil, en dehors de son caractère excécrable. Mais il avait finalement appris à la connaître, a force de survivre à ses côtés, et il avait apprécié sa force de caractère, ses histoires de Hannuca, Pessah. Sa manière de l'insulter en arabe quand il la mettait hors d'elle. Il lui adressa un infime sourire, espérant qu'il ne venait pas de la froisser à nouveau, avant de conclure.

J'ai juste envie que les choses aillent bien entre nous, et que tu te sente à l'aise avec moi. Alors arrête de te poser autant de question sur l'enfer, le paradis ou que sais-je encore. Dis toi juste que tu dois vivre sans avoir aucun regrets.




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Comin' on like a hurricane.   Aujourd'hui à 1:26

Revenir en haut Aller en bas
 

Comin' on like a hurricane.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» castiel ▬ HURRICANE.
» Hurricane Nerdy (20/03/12 à 15h12)
» Bulgaria Allocates Relief Aid to Cuba, Haiti for Hurricane Damages
» WWE Cruiserweight Championship : Hurricane Helms vs Kofi Kingston
» MAYHEM #9 - CODY RHODES VS. THE HURRICANE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-