Partagez | .
 

 Comin' on like a hurricane.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
Auteur
Message
Noah A. Thompson
Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 02/12/2015
Messages : 69
Age IRL : 25

MessageSujet: Comin' on like a hurricane.   Jeu 31 Mar 2016 - 19:20


Il n'avait pas fallut longtemps à Noah pour finir par lancer l'idée d'aller fouiller du côté de l'université, et ce pour plusieurs raisons. Quelques mois à peine après la rentrée scolaire, la plupart des étudiants avaient certainement dû retourner chez leurs parents suite aux débuts de l'épidémie, laissant certainement dans leur chambre étudiante des choses à manger qui n'attendaient qu'à être cueillies. Il avait eu l'idée en pleine nuit, avait réveillé Levia et Katarina pour leur annoncer sa super idée du siècle, et finalement, avait pris la route avec la juive. C'était étrange de repasser devant ce quartier, tellement similaire à celui qu'il avait un jour fréquenté avant de partir aux quatres coins du monde. Jetant un regard dans le rétroviseur pour s'assurer qu'aucun rôdeur ne poursuivait la voiture à la manière d'un chien, il demanda à la petite brune.

Katarina à marqué quoi sur la liste des choses à prendre ?

Elle avait toujours le chic pour venir le voir avant qu'il ne parte avec une liste plus grande qu'elle en lui demandant parfois des choses qui le dépassait. Est-ce qu'il avait vraiment une gueule de bonniche ? C'était à se demander. Mais au moins, avec ce quartier, ils auraient peut-être la chance de pouvoir trouver quelques petites merveilles de nourriture ou même de produits d'hygiène. Désinfectant, savon, pansements... Tout était bon à prendre, et sa trousse de secours commençait sérieusement à faire la gueule après plus de six mois sans avoir été renouvelée.
Du coin de l'oeil, il observa Levia, un léger sourire aux lèvres. Pour une fois, il s'était levé de presque bonne humeur, sans doute à l'idée de quitter le quartier ou le corps de sa mère gisait enroulée d'un drap pour seul cercueil.

C'est dans cette université que t'allait pour tes études ?

Elle était bien venue pour ça aux Etats Unis après tout. Et puis, après tous ces mois sur les routes, il pouvait bien se permettre de poser un peu plus de questions sur elle sans qu'elle n'ait à s'inquiéter de quoi que ce soit.
Le parking de l'université était désert, par chance. Aucune voiture laissée à l'abandon, rien du tout. Se garant pile à l'entrée, il laissa Levia récupérer ses affaires tandis qu'il terminait de sangler son sac en bandoulière, rangeant pistolet dans son holster et conservant son pied de biche à la main. Le campus en lui même avait quelque chose de relativement inquiétant en y repensant. Les portes du hall grandes ouvertes semblaient être une invitation à se faire dévorer vif, mais c'était bien la seule entrée qui semblait possible. Ses pas résonnèrent sur le sol marbré, alors qu'un escalier central menait directement aux premières chambres, comme l'indiquait le plan de l'accueil. Un instant, il eut une lueur d'espoir en repérant un distributeur d'eau, avant de constater que ce dernier était complètement vide. Un distributeur de barres de céréales défoncé trônait juste à côté, alors qu'il l'observait, songeur.

Il est encore plein... On pourrait essayer de le forcer, une fois qu'on aura fouillé l'étage, t'en dis quoi ?

Un peu de sucrerie les changeraient de ces foutus plats en conserve qu'ils se contentaient d'ingurgiter sans grand plaisir depuis Octobre tiens.
Tout était silencieux autour d'eux. Pas un râle, pas un frottement de pas maladroit, rien.

Bon... Soit tout le monde s'est barré, soit on risque d'avoir une surprise dans quelques chambres... Souffla t-il à sa coéquipière avant de monter les marches en premier.



Revenir en haut Aller en bas
Levia T. Isaakovitch
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 04/03/2014
Messages : 1181
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Comin' on like a hurricane.   Jeu 31 Mar 2016 - 20:43

La liste. Levia la tenait dans sa main en la regardant de haut en bas, sans trop comprendre l'écriture griffonnée de Katarina. En fait, elle comptait plutôt pour sa mémoire pour se souvenir du principal et du plus important. Et puis de toute façon, ils allaient surtout ramener ce qu'ils pouvaient et ce qu'ils trouvaient, à défaut d'une liste de courses qui ne valait pas vraiment le coup qu'ils s'acharnent à retourner l'université entière pour des trucs pas utiles. Elle leva les yeux vers Noah, comme pour lui dire qu'elle n'en savait rien. « Beaucoup de trucs » fut une réponse assez complète et évasive sur l'instant, alors qu'elle lâcha son voisin du regard pour replier la feuille et la ranger dans sa poche.

Quand ils finirent pas se garer, la brune s'extirpa de la voiture avec un pincement au cœur. Le grand bâtiment en face d'elle, elle le connaissait plutôt bien. Sasha y vivait lorsqu'elle était en étude ici. Elle l'avait visité plusieurs fois en venant rendre visite à sa copine. Des dortoirs, des salles pour les élèves, d'autres maisons plus loin pour les salles d'études,... L'endroit était vaste, sympathique, vivant pendant une époque. Aujourd'hui, tout était laissé à l'abandon, et c'était d'une tristesse sans pareille. Un pincement au cœur, donc, c'était pas grand chose à côté des souvenirs qu'elle avait vécu ici.

Une des maisons plus loin, précisa la brune en désignant de la tête l'une des allées. Mais une de mes copines logeait ici fut un temps. Je pense pas qu'on la croisera, elle est repartie chez ses parents quand ça a commencé à sentir mauvais, et je n'ai plus eu de nouvelles d'elle.

De Sasha, il ne restait qu'une photo en fond d'écran sur un téléphone déchargé depuis des mois, qui ne se rallumerait plus avant des années. Ils avancèrent tous deux jusqu'à l'entrée, pénétrant dans l'enceinte laissée grande ouverte ce qui inquiéta particulièrement la brune. Elle jeta un regard à Noah, à nouveau, sentant son cœur s'emballer alors qu'ils s'avançaient dans le hall et dépassaient un distributeur de barre chocolatés qui fit envie à la juive. Elle hocha la tête à sa remarque et lui demanda :

Tu préfères laisser ouvert en prenant le risque que certains s'invitent, ou être enfermés avec ceux cachés et prendre le risque de pas pouvoir sortir ?

ça sonnait un peu comme « tu préfères la peste ou le choléra ? » se dit-elle après coup, haussant les épaules quand le brun se tourna vers elle pour lui répondre. Elle tenait dans sa main le poignard qu'elle avait toujours eu depuis le début, ayant laissé son autre arme à son ami. Ici, ils n'auraient heureusement pas besoin d'armes à feu. Tout du moins, Levia se disait qu'en utiliser une maintenant, c'était bien la pire des mauvaises idées à part si on voulait attirer tous les morts du quartier.

Y'a uen grande cuisine à l'étage, et les étudiants avaient pour la plupart un garde manger. On y va, hein ?

Disait-elle ça pour se donner du courage ? Un peu. Elle prit de l'avance, s'approchant des escaliers en colimaçon qu'elle gravit quatre à quatre par habitude. Ses jambes se souvenaient du chemin exact à emprunter pour aller jusqu'à la chambre de Sasha. Tout droit, puis à droite, esquiver le nerd qui ferait exprès de lui rentrer dedans pour avoir un contact avec une fille, les gros lourds qui la reluquaient à chaque fois, et le regard des quelques princesses proutprout qui vivaient ici. Aujourd'hui, plus une seule trace de tous ces gens, mais ils espéraient, des souvenirs de leurs passages entre ces murs.




Who, who are you really? And where, where are you going? I've got nothing left to prove cause I've got nothing left to lose. See me bare my teeth for you... Who, who are you?
Revenir en haut Aller en bas
Noah A. Thompson
Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 02/12/2015
Messages : 69
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Comin' on like a hurricane.   Jeu 31 Mar 2016 - 21:14


Ok, ils étaient donc là pour récupérer des tas de trucs, tandis que Levia s'enfonçait un peu plus en lui proposant de choisir entre deux solutions très peu engageante. Fronçant un instant les sourcils, le paléontologue alla tout de même fermer les deux grandes portes, avant de se tourner vers la petite brune.

Y'aura juste à pousser pour se barrer, et si quelqu'un rentre, on l'entendra. Ca t'va?

Ce qui était bien avec Levia, c'est qu'on avait tout de suite le moral quand on partait en expédition. Toujours le mot pour foutre la trouille à tout le monde, ne put-il s'empêcher de penser avec amertume en la suivant dans le couloir silencieux, ou la poussière commençait doucement à s'accumuler.

Tu veux qu'on aille voir la chambre de ton amie avant le garde manger ?

Peut-être que passer par un endroit qu'elle connaissait lui remonterait un minimum le moral après tout ? Et puis, ce serait toujours l'occasion de trouver peut-être certaines choses utiles. Du coin de l'oeil, il observa les posters ou par instant, quelques gouttes de sang séché restaient figés. Donc, le campus avait été vidé, mais pas sans victime, du peu qu'il pouvait remarquer par certaines portes de chambrée grandes ouvertes, des affaires éparses à même le couloir et ces quelques traînées de sang. Mais peut-être que depuis, même les rôdeurs avaient fini par abandonner le lieu, force de constater qu'aucun être humain n'y était resté ? Ca, ce serait un bonus pour eux.
Ils venaient tout juste d'arriver devant la porte de l'amie de Levia, alors qu'un frisson parcourut le dos du jeune homme. Un bruit presque infime, qu'ils entendirent tous les deux en même temps. Comme le bruit de pas que l'on cherche à rendre silencieux pour surprendre quelqu'un. A peine un frottement, qui pourtant fût rapidement noyé par le silence de la grande bâtisse.

T'as entendu ?

Sa voix n'avait été qu'un souffle, alors qu'il sortait son arme juste au cas ou. Pourtant, plus rien d'autre ne survint à leur oreille. Peut-être qu'à force de voir le mal partout, il finissait par devenir parano ? Ca lui ressemblerait bien tiens.
Il ne dit rien de plus, histoire de ne pas faire paniquer la juive à ses côtés, avant de rajouter.

Dans l'doute, je propose qu'on reste quelques instant dans la pièce. Juste pour s'assurer qu'on est bien seuls ici...

Etait-ce de la peur qui s'insinuait le long de son estomac ? Sans doute. Les rôdeurs, il finissait petit à petit par s'y habituer, à force de les croiser tous les jours. Comme tout le monde, il les craignait, mais il pouvait gérer. Mais les hommes... Pour le peu de fois ou il avait pu apercevoir des petits groupes, le peu qu'il en avait vu lui avait suffit à ne pas vouloir s'approcher d'avantage. Alors si en plus des cons avaient trouvé judicieux de squatter l'endroit et qu'ils marchaient sur leurs plates bandes... Non, la journée risquait de pas très bien se terminer.



Revenir en haut Aller en bas
Levia T. Isaakovitch
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 04/03/2014
Messages : 1181
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Comin' on like a hurricane.   Jeu 31 Mar 2016 - 22:04

Ouais ça lui allait. C'était un bon plan, dans l'idée. Puis toute façon, qu'est-ce qu'il y avait à rajouter de plus ? La brune hocha juste la tête, tandis que Noah lui posait une autre question et qu'elle y répondit par la positive encore, sans trop savoir pourquoi sur le coup. Aller voir la chambre de Sasha ne lui rendrait pas son amie. En fait, ça ne les renverrait pas en arrière du tout. Ça ne changerait rien. Sauf que les pas de la petite brune la menèrent exactement là où ils devaient, comme par habitude, alors qu'ils traversaient le couloir jusqu'à ce que Noah l'arrête en lui demandant si elle avait entendu. « Entendu quoi ? » fut sa seule réponse alors que son ami semblait soudainement particulièrement nerveux.

Elle s'inquiéta, évidemment. Elle était trop concentrée sur autre chose, et sa main se resserra alors immédiatement autour de son poignard tandis qu'ils approchaient de la chambre de Sasha. Rester dans la pièce quelques instants ? La brune hocha la tête. Tirant la porte derrière eux en se retrouvant dans la piaule de son amie. L'endroit n'avait pas bougé. Noah était contre la porte, tenant la poignée d'une main, son arme tendu de l'autre. Des pas feutrés se firent entendre le long du couloir, quelques mètres derrière. Bordel ! Il avait raison, y'avait bien quelqu'un, et vu la régularité, c'était pas un rôdeur pour sûr.

La brune sentit son cœur s'emballer. Elle fit tout pour calmer sa respiration difficile, alors qu'elle vit finalement l'ombre dépasser leurs portes, les doublant sans vérifier la porte qu'il dépassait. Noah fondit sur la silhouette sans demander son reste, et tenant toujours son arme, elle le suivit de près pour le couvrir si besoin : « Bouge plus ! » ordonna-t-elle froidement alors que Noah avait le canon de son flingue à quelques centimètres de sa tête, lui intimant de l'écouter.

Il avait failli se retourner. Mais pas complètement, trop surpris par l'offensive. Elle fit le tour de l'homme, le contempla. Il avait un bandana qui recouvrait son visage, un bonnet enfoncé sur sa tête, et un gros polaire lui recouvrant le corps. Plus grand qu'elle, ça n'était pas bien dur dans les faits, elle vit seulement le rafale qu'il tenait fermement et le rictus méprisant qu'il eut derrière son morceau de tissus.

Je récupère ça, fit-elle alors qu'elle décrocha la lanière pour avoir l'arme entre ses mains et l'attacher autour de son cou, sans demander plus l'autorisation. Il n'en avait plus besoin, hein.
Tu sais t'en servir ? qu'il lui demanda d'une voix qui humait bon la provocation machiste.
Tu serais étonné de voir que oui, répondit-elle en arabe en le regardant d'un air furieux.

Maintenant, ils étaient deux à être armés contre un qui leva les mains pour montrer qu'il n'allait pas tenter quoique ce soit de très fou. Tant mieux. N'empêchait que Levia n'était pas tout à fait en confiance, et qu'elle le sentait pas du tout.

ça va, vous m'avez eu, c'est pas-
C'est pas quoi ? T'avais l'intention de nous abattre dans le dos et récupérer ce qu'on avait, c'est ça ?
Juste vous faire peur pour voir ce que vous valiez, avoua-t-il en faisant descendre son bandana pour dévoiler une barbe de plusieurs jours et des lèvres gercées par le froid. J'ai un abri dans le coin, c'est mon terrain ici Jasmine, alors baisse d'un ton.

Elle rêvait. Elle rêvait ! Braquant le rafale sous le nez du type, elle lui rappela par ce geste que celui qui devait baisser d'un ton, c'était certainement pas elle. Surtout qu'appuyer sur la détente était relativement simple quand on y pensait.

Ils vivaient dans un autre monde. Et ce monde-ci la rendait malade.




Who, who are you really? And where, where are you going? I've got nothing left to prove cause I've got nothing left to lose. See me bare my teeth for you... Who, who are you?
Revenir en haut Aller en bas
Noah A. Thompson
Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 02/12/2015
Messages : 69
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Comin' on like a hurricane.   Ven 1 Avr 2016 - 11:10


Au moins, il s'était pas trompé. Le type qui leur faisait face avait pas l'air d'être le genre sympathique, et l'idée qu'il ait tenté de les suivre lui donnait encore moins envie d'avoir pitié de lui alors que Levia commençait avec ses questions. En d'autres circonstances, il se serait foutu de la gueule de son nouveau surnom, mais pour le coup, il préféra retirer la sécurité de revolver et actionner le chien, avant de rajouter.

Pas très intelligent de menacer une femme armée tu sais... T'as une planque ici alors ? Genre la sororité du coin qui s'est dit que ce serait cool de planter la tente en souvenir du bon vieux temps ?
On est suffisamment pour vous buter là tout de suite ouaip. Si tu veux un conseil, barrez vous avant que le reste arrive. Ils sont moins sympa que moi.

Il avait quoi ce mec, 30 ans à tout péter ? P'têt un ancien doctorant, ou un ancien élève tout court ? Si il disait vrai, pourquoi il restait avec des cinglés, au lieu de se barrer de son côté ? C'était franchement con comme mode de vie. Sauf qu'à défaut de le menacer, il pouvait toujours essayer de sauver leur peau à la juive et lui et tentant de rappeler qui étaient les vrais méchants du coin.

On cherche pas les emmerdes, on fouille juste le coin.
On à tout vidé ici, j'peux rien pour vous.

Une demi seconde, il hésita à le laisser se barrer sans armes. Parce qu'il n'avait jamais été un tueur dans l'âme, et qu'avec une discussion, on pouvait parfois se sortir d'un bien mauvais pas. En revanche, quand il entendit des voix appeler un certain Dan, il ne put s'empêcher de se dire qu'il aurait mieux fait de le buter là tout de suite sans autre forme de procès.

Tire toi de suite. Souffla t-il à Levia alors que les pas se rapprochaient.

Si lui allait se retrouver comme un con, elle avait au moins le loisir de redescendre les escaliers et courir jusqu'à la porte. C'était déjà ça. A défaut d'avoir vécu ce genre de situation auparavant, il pouvait toujours y aller à l'improvisation après tout. Passant son bras autour du cou de leur agresseur, il le força à faire demi tour pour pouvoir se retrouver nez à nez avec le bruit des pas qui arrivaient au bout du couloir. S'adressant encore à Levia, il rajouta.

Démarre la voiture. Si j'suis pas là dans 5 minutes, tu te casse.

C'était bien la seule chose qu'il pouvait là tout de suite. Négocier, et se barrer en courant.



Revenir en haut Aller en bas
Levia T. Isaakovitch
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 04/03/2014
Messages : 1181
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Comin' on like a hurricane.   Dim 3 Avr 2016 - 12:05

Pardoooon ?

Levia était dans un état second, là, en regardant Noah lui ordonner de se tirer tout de suite, soit disant parce qu'il jouait les super héros là dans l'histoire. Franchement, elle comprenait à peine ce qu'il se passait à mesure que les pas se rapprochaient d'eux, inexorablement, et qu'ils n'allaient pas y couper. S'enfuir ? Elle en crevait d'envie, plus que ça encore, elle ne rêvait que de ça. Mais elle ne pouvait pas, parce que ses jambes étaient en train de faiblir à mesure que Noah lui ordonnait de mettre les voiles et qu'elle en était incapable. Elle avait peur ; bon sang, ce qu'elle avait peur de ce qu'on pourrait leur faire. Et ce Dan, mi-mesquin, mi-crispé, qui commençait doucement à voir qu'il y avait possiblement une issue pour lui, ça lui foutait les boules à un point extraordinaire.

Ce ne fut que lorsqu'elle n'eut plus le choix que son instinct de survie improvisa une bonne grosse bêtise. Elle colla un énorme coup de crosse dans le visage du brun qu'ils avaient ramassé tantôt, qui tomba comme un pantin désarticulé à même le sol. Elle n'avait absolument pas mesuré sa force sur le moment, mais maintenant que Dan était assommé, en train de gémir, le nez en sang, et que Noah n'était plus occupé à le tenir, elle attrapa simplement le bras de son ami en le tirant en arrière.

Non, tu me suis !

Ils firent volte-face. Sans doute que Noah était en train de se dire que PLUS JAMAIS il emmerderait Levia avec des bêtises au risque de se prendre le même genre de coup dans la tronche à l'avenir. Elle s'en moquait. Tout ce qu'elle voulait, maintenant qu'elle avait réussi à se mettre à courir en dévalant les escaliers, c'était se tirer d'ici. Elle connaissait l'université après tout, elle avait une chance incroyable sur l'instant. Mais maintenant qu'elle y songeait, les autres aussi devaient la connaître. Ceux qui leur étaient tombés dessus, Dan, ils disaient vivre dans le coin, alors ici, c'était chez eux maintenant, plus chez des étudiants qui demandaient rien à personne à part vivre innocemment dans un monde en paix.

Grouille-toi !

Ils arrivèrent dans le hall, mais pour ne pas repasser par l'entrée, Levia poussa Noah dans un couloir qui menait vers l'arrière du bâtiment. Ils dépasseraient les cuisines des étudiants, dans lesquelles la brune avait eu l'habitude de venir préparer quelques spécialités de chez elle à Sasha. Là, il y avait une porte arrière, après une minuscule anti-chambre, qui donnait sur l'arrière cour. Elle s'en souvint parce que Sasha fumait, et qu'elle venait se mettre là pour éviter que l'odeur de la cigarette s'imprègne trop dans l'endroit.

Les deux rentrèrent donc dans la pièce, sprintant au possible pour pouvoir s'enfuir d'ici. Mais malheureusement pour eux, au moment où ils approchèrent de la sortie, près à mettre les voiles comme il était prévu de le faire, la porte s'ouvrit à la volée, dévoilant deux types habillés comme Dan qui rentrèrent à la suite. Deux types, armés eux aussi.

Noah eut le réflexe de balancer Levia au sol, derrière les meubles de cuisine pour qu'elle évite la rafale qu'ils tirèrent. Il la suivit de près, manquant de justesse de se faire trouer à son tour. Le cœur de la brune battait si vite dans sa poitrine qu'elle était au bord de l'implosion. Mais il fallait pas que ces types puissent venir les chercher. Surtout qu'ils seraient bientôt pris en sandwich par les autres abrutis qui les suivaient. Et à chaque balle que ces types tirait, la juive se vit mourir d'une manière aussi atroce et douloureuse systématiquement. Il leur fallait un miracle...




Who, who are you really? And where, where are you going? I've got nothing left to prove cause I've got nothing left to lose. See me bare my teeth for you... Who, who are you?
Revenir en haut Aller en bas
Noah A. Thompson
Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 02/12/2015
Messages : 69
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Comin' on like a hurricane.   Dim 3 Avr 2016 - 16:03


Il y avait quelque chose de bien avec Levia Isaakovitch. On ne s'ennuyait ja-mais. Mais alors, vraiment pas quoi. Encore moins quand elle décidait à la dernière minute de mettre KO le jeune homme qu'il tenait en joue en le laissant s'écrouler au sol, avant de lui ordonner de courir car leur vie en dépendait et que s'ils restaient là trop longtemps, ils allaient finir par se faire trouer la peau.
Alors, il la suivit dans cette université qu'elle avait fréquenté, sentant con coeur cogner contre sa poitrine à l'idée de se retrouver nez à nez avec les potes de Dan qui, du peu qu'il en avait entendu, étaient tout sauf des bonnes personnes. Mais pour une fois au moins, il ne chercha pas à contredire une seule fois la juive alors qu'elle tentait de leur sauver la mise en les emmenant dans l'université, le poussant à la dernière minute pour le faire rentrer dans les cuisines aménagées.
L'espace d'une demi seconde, il eut l'espoir qu'ils auraient juste à continuer de courir, sauf que non. De justesse, il parvint àà pousser sans ménagement Levia dans un coin pour éviter la première rafale alors qu'il plongeait a son tour au sol, sentant une pointe lui tirailler le bras avant de constater qu'une balle perdue avait frôlé sa peau. Si ça, c'était pas de la chance...

Reste planquée. Grogna t-il à la jeune femme avant d'utiliser l'un des plans de travail en guise de protection, ne se relevant que le temps de tirer à son tour pour rendre la pareille à leurs agresseurs, sans grand succès. Un grognement étouffé lui indiqua qu'il avait au moins touché une des deux cibles, alors que de nouveaux pas arrivaient dans leur dos. Sans doute les potes de Dan qui avaient été attirés par les coups de feux... Il ne put s'empêcher d'étouffer un hurlement de frustration, alors qu'ils s'avéraient piégés. Pourquoi Levia ne l'avait pas écouté quand il lui avait ordonné de se barrer, histoire de le laisser faire ? Au moins un d'entre eux aurait pu survivre, merde !
Tout du moins, un nouveau bruit suspect lui fit relever la tête, alors que les 4 agresseurs auraient dû profiter de la situation pour les abbattre, chose qui ne se passa pas.

Merde...

Tirant sur la manche de Levia, il put entendre de nouveaux coups de feux, cette fois hors de la cuisine. Et le premier corps qui s'effondra alors qu'une jeune infectée se jetait sur lui, babines retroussées pour mordre le premier morceau de peau à sa portée, était peut-être leur chance de salut.
Un des tireurs hurla que des rôdeurs se pointaient. Et rapidement, de nouveaux râles confirmèrent qu'ils ne plaisantaient pas, alors qu'ils concentraient leurs efforts sur les nouveaux assaillants.
Attrapant la petite brune par le bras, l'aidant à se relever, il rajouta.

Tu connais un autre endroit par ou passer pour rejoindre la voiture ? Un escalier, une échelle de secours, n'importe. Mais apparemment, y'a plus de potes que prévu à la soirée là.

Elle n'avait qu'à faire un signe pour qu'ils se tirent de là en vitesse. Et pour le coup, chaque seconde était précieuse.




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Comin' on like a hurricane.   Aujourd'hui à 10:03

Revenir en haut Aller en bas
 

Comin' on like a hurricane.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» castiel ▬ HURRICANE.
» Hurricane Nerdy (20/03/12 à 15h12)
» Bulgaria Allocates Relief Aid to Cuba, Haiti for Hurricane Damages
» WWE Cruiserweight Championship : Hurricane Helms vs Kofi Kingston
» MAYHEM #9 - CODY RHODES VS. THE HURRICANE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-