Partagez | .
 

 Over the love

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Auteur
Message
Gary Warren
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/09/2014
Messages : 902
Age IRL : 23

MessageSujet: Re: Over the love    Sam 26 Mar 2016 - 0:12

Sa tête au réveil si elle lui avait annoncé ça ? Bah, qu'aurait-il pu faire ? Il haussa les épaules l'air de dire qu'il s'en moquait, l'essentiel étant qu'elle était restée droite dans ses bottes et qu'il n'y avait pas eu de soucis. Puis, Daryl, il venait tout juste de perdre sa femme, alors peut-être que c'était pas une bonne idée de sauter sur la veuve d'un autre, pas vrai ? Il esquissa un sourire en coin, alors qu'elle disait ne pas rire de ses blagues, que lui trouvait vraiment très drôle. Non vraiment, y'avait des fois où il arrivait à se faire bien marrer avec ses conneries.

Puis finalement, y'avait vraiment pas de quoi s'inquiéter. Il pouvait comprendre que c'était blessant, en soit, qu'elle ait pu y croire. Tenter. Essayer. Salir quelque chose d'unique qu'ils avaient construit, Rose et lui. Mais là, elle avait que tenté, pas réussi, et c'était le plus important selon Gary qui venait de retrouver sa femme.

Bah qu'est-ce que tu veux que j'te dise ? Elle l'fera plus puis c'est tout, c'pas moi qui irais lui courir après, elle a jamais été mon genre.

Depuis le tout début, Gary n'avait eu de cesse de le dire à sa douce qu'il n'avait jamais aimé sa meilleure amie, et ça semblait réciproque. Rose le savait d'ailleurs que les deux pouvaient pas se piffer, encore moins en peinture fallait croire, et que le geste de Lara était aussi surprenant qu'inattendu pour les deux protagonistes de cette scène. Pour son cas, l'homme avait pas compris ce qui avait pris à la jeune femme, mais s'en était pas formalisé parce qu'il en avait clairement rien à battre à un point si formidable que ça en donnait le vertige. Sur le moment, il avait eu beaucoup de choses à penser, des choses importantes selon loin, comme la survie entière d'un groupe d'humains. Mais d'une partie de jambes en l'air avec une nana déjà gourmande avec d'autres.

Elle m'allait bien figure toi. J'vais aller lui réempreinter je pense. Fit-il d'un air moqueur alors qu'elle rigolait de l'écharpe Rose.

Il lui adressa un sourire, lui vola un baiser, tandis qu'elle s'inquiétait de savoir si, si tout ça se reproduisait, il viendrait lui en parlait. Il haussa les épaules avec dédain. Y'avait vraiment pas besoin d'en faire toute une scène, mais Rose avait besoin d'être rassurée, et c'était bien le minimum à quoi il s'était engagé en se mariant avec elle, nan ? Bon, alors il lui annonça la chose sans détour :

Non, j'te le dirais pas.

Il savait par avance que Rose allait s'en offusquer mais bon, tant pis, c'était trop mignon de la voir s'emballer avant de laisser l'autre parler. Et il voyait les « mais pourquoi ? Tu devrais me le dire, on est ensemble vois-tu, c'est important de tout se dire », blah blah blah. Il aurait pas besoin de lui dire, parce que si Lara réapprochait, elle allait avoir un très gros problème sans son chirurgien plastique :

Je lui collerais une droite, et tu le sauras à son coquart.

Et sur le coup, l'homme lui fit un grand sourire, un poil gamin, mais parfaitement sincère. Et le dit sourire trahissait parfaitement sa sincérité. Oh oui, il le ferait. Sans se gêner.




Go tell that long tongue liar. Go and tell that midnight rider. Tell the ramblr, the gambler, the back biter. Tell'em that god's gonna cut'em down. You can run on for a long time, sooner or later, God'll cut you down.
Revenir en haut Aller en bas
Rose A. Warren
Administratrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 28/03/2014
Messages : 1554
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Over the love    Sam 26 Mar 2016 - 0:54


Bah j'espère bien manquerait plus que ça tiens ! Grogna t-elle à sa remarque avec mauvaise foi.

Et ça le faisait rire en plus, cet imbécile. Il était content de ses conneries, quand elle avait faillit mourir net sous ses yeux sans qu'il ne s'en inquiète réellement, trop occupé à se marrer tout seul dans son coin comme un gosse. Et encore, c'était pas cool pour Norman de le comparer à son père là tout de suite.
Et alors si en plus il tentait de lui reprendre cette foutue écharpe...

Je t'étrangle avec. Lâcha t-elle d'un regard noir qui ne plaisantait absolument pas de la situation. Rien que l'idée de le savoir, ça me donne des pulsions meurtrières.

Le baiser volé eut le don de l'adoucir un peu, et le fait d'apprendre qu'il ne lui en parlerait pas, un peu moins.

Pourquoi, t'as peur ? Tu me cache des choses ?

Ah bah non. Il avait juste pas terminé sa phrase, et en plus en était fier. Grognant à demi mot, Rose se contenta de lui balancer son oreiller à la tête en guise de réprimande, croisant les bras contre sa poitrine. Un coquard, c'était mieux que des paroles en y repensant. C'était même encore plus rassurant tiens. Elle releva enfin le regard vers lui, répondant à son sourire avec un air plus attendri qu'elle ne l'aurait voulu, venant poser sa tête contre son épaule quitte à l'écraser un peu. Ca lui apprendrait à lui faire jouer les montagnes russes dès le réveil.

J'admets que ça m'a vraiment fait peur au début. Fit-elle remarquer, jouant à lui étaler ses boucles brunes en plein visage pour l'emmerder un peu. En arrivant ici, me dire que peut-être, tu avais essayé de refaire ta vie, tout ça.

Elle n'avait jamais eu confiance en elle après tout, il le savait. Et dans un sens, c'était logique qu'une personne tente de se remettre en selle après une perte amoureuse. Son père, de son vivant, en avait été la preuve. Et même si Rebecca la belle mère connasse n'était pas l'amour de la vie de son père, elle avait au moins eu le mérite de se marier avec lui. Si elle même en était tout bonnement incapable, elle aurait pu comprendre sans doute. Ou sans doute pas.

Y'a un autre truc dont j'aimerai te parler.

Elle laissa le suspens durer un petit instant, histoire de lui laisser le temps de peut-être se faire un film dans sa tête, avant d'entamer une discussion vraiment sérieuse;

On sait tous les deux que je suis incapable de me défendre avec une arme. Et vu les bleus que j'me suis tapée avec les pillard, avant qu'on se retrouve... J'aimerai que tu m'apprenne tout ça. Me battre, utiliser une arme. Même si l'idée de planter un objet dans le crâne d'un ancien être humain me traumatise encore, je pense que j'ai plus vraiment le choix.

S'adapter, qu'il avait dit. Et avec lui en prof à ses côtés, sans doute qu'elle s'en sortirait largement.

Les gens, en extérieur... On en à pas croisé beaucoup, mais on s'est bien douté qu'une partie avait du sévèrement pété les plombs, et la dernière rencontre l'a confirmée. Y'avait pas que des cadavres de rôdeurs qu'on croisait. Et j'ai pas envie d'être juste utile avec un scalpel si les choses dégénèrent un jour. Tu comprends ?

Et l'idée de rester enfermée ici, tout le temps... Non merci. Un instant, elle tourna son visage vers le sien pour capter son ressenti, effleurant sa joue du bout des doigts avec douceur.



So cold
It's so quiet here
And I feel so cold
This house no longer
Feels like home.

© by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Gary Warren
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/09/2014
Messages : 902
Age IRL : 23

MessageSujet: Re: Over the love    Sam 26 Mar 2016 - 10:16

Tu nous as vu nous haïr avant tout ça, et tu pensais vraiment qu'j'allais soudainement revoir mon avis sur elle ? Bordel, ce qu'une nana, ça pensait mal. A croire qu'elles étaient toutes montées à l'envers parce que sinon, ça avait clairement pas de sens. Et ceci dit, ça expliquait parfaitement le pourquoi les hommes et les femmes avaient tant de mal à se comprendre. Parce qu'elles étaient montées dans le mauvais sens, et eux, ils réfléchissaient dans le bon. Voilà, logique. Mais Gary se retint bien de le dire à Rose parce que sinon elle allait lui péter un autre scandale en le traitant de gros macho, et il avait pas très envie d'essuyer une seconde tempête inutilement de bon matin : A quel moment de ma vie j'irai faire un truc qu'a aussi peu de sens, explique-moi ?

Il la regarda, d'un air interrogateur, pour essayer de piger comment elle pouvait penser tout ça de lui. Bon, ok, elle avait pas si confiance en elle, il le savait depuis toujours. Mais Rose, elle était quand même pleine de paradoxe plus gros les uns que les autres. Parce que d'un côté, elle était la nonne effarouchée qui faisait la prude devant tous les autres, alors que pas du tout hein, puis de l'autre, c'était aussi la chirurgienne du groupe qui sauvait des vies mais qui avait pas du tout confiance en elle sur d'autres sujets.

Et en parlant de sujet, voilà qu'elle en changeait. Valait peut-être mieux arrêter de parler de Lara, même si Gary était persuadé qu'elle pouvait se montrer très imaginative sur la question, surtout en matière de haine et d'insultes gratuites à lui envoyer à la figure.

Hm ? Fit-il en se redressant sur le lit.

Et il l'écouta avec patience. Elle lui disait qu'elle était incapable de se défendre correctement avec une arme, puis surtout qu'après l'attaque des pillards, ça devenait une nécessité d'apprendre. Il ne pouvait qu'être d'accord avec cette déclaration, surtout parce que sa sécurité était en jeu et que Rose était tout particulièrement précieuse désormais. Se battre, utiliser une arme, se défendre, c'était tout plein de choses qui aujourd'hui avaient de l'importance. Gary était pas un grand bagarreur, mais au moins il savait chasser et se défendre. Y'en avait d'autres, comme Ethan particulièrement, qui pouvait mieux lui enseigner ces choses là. Sauf qu'il s'agissait de sa femme, quand même, et qu'il voulait pas la laisser aux mains de ce crétin consanguin :

Ok, première leçon : Ne dis pas « ancien être humain ». Ils l'étaient, mais ils le sont plus du tout, et faut vraiment qu'tu t'effaces. Plus t'y mêles des sentiments, plus c'est dur de les abattre. Donc arrête d'être sentimentale et dis-toi que si tu commences comme ça, tu t'en sortiras jamais. Trouve leur un autre nom. Mordeur. Rôdeur. Griffeur. Mort. Peu importe.

Il était franchement sérieux, et il voulait que Rose apprenne très vite cette leçon tout particulièrement. C'était le premier pas à franchir. Au moins une habituation nécessaire à sa survie. Parce que si elle s'y faisait pas aujourd'hui, elle s'y ferait jamais, et elle mettrait en danger bien des gens qui comptaient sur elle. Un rôdeur, c'était plus un humain, c'était un mort. Point final. Y'avait pas à chipoter ni à philosopher, un rôdeur, c'était un mort qui devait le rester, pour le bien de tous.

Va t'habiller, on va faire ça aujourd'hui, fit-il en lui enlevant la couverture avant de lui taper la cuisse. Fallait pas se gêner.




Go tell that long tongue liar. Go and tell that midnight rider. Tell the ramblr, the gambler, the back biter. Tell'em that god's gonna cut'em down. You can run on for a long time, sooner or later, God'll cut you down.
Revenir en haut Aller en bas
Rose A. Warren
Administratrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 28/03/2014
Messages : 1554
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Over the love    Sam 26 Mar 2016 - 11:00


D'accord, peut-être qu'elle s'était un peu emballée avec cette histoire de Lara, vu comme ne se gênait pas à une époque pour la critiquer ouvertement malgré les regards offusqués que Rose avait pu lancer. Mais vu comme sa propre meilleure amie avait changé au cours d'un seul événement, elle était tout de même en droit de se poser la question, non ?

Bah... Les gens changent, voilà tout.

C'était bien le seul argument qu'elle avait été capable de lui sortir, de manière un peu cohérente. Le monde changeait, les gens aussi. Elle même avait changé après deux mois passés à l'extérieur. Plus froide, plus méfiante. Elle avait été en droit de se poser des questions finalement, même si les réponses qu'elle avait finir par obtenir lui retiraient un sacré poids de l'estomac.
Au moins, la discussion se termina sur une note positive, alors qu'ils entamaient un sujet plus sérieux, celui de la défense. Et commencer par ne plus parler d'humains, quand il s'agissait de personnes malades ou infectées. Il lui lança bien une floppée de surnoms tout aussi subtils les que les autres, tandis qu'elle se contentait de hocher la tête. Sans doute que les choses seraient plus faciles, si elle acceptait cette idée selon laquelle ces personnes n'étaient pas malade, mais justes mortes. Se dire que c'était comme s'occuper des cadavres ou elle avait commencé à pratiquer des opérations la première fois, sauf qu'ils gigotaient encore.

En fait cette idée était particulièrement dégueulasse, mais sans doute qu'elle pourrait d'avantage l'aider oui.
Elle frissonna un instant quand il vira la couverture, en lui exigeant de s'habiller pour qu'ils passent aux choses sérieuses.
Et vu le froid qu'il faisait en dehors d'un restreint comme leur matelas, il ne lui en fallait pas plus pour se laver, et s'habiller rapidement, récupérant sa veste en cuir pour affronter le froid.
Une fois prête, un rapide détour à l'armurerie en esquivant adroitement Norman qui allait encore l'harceler de questions l'amena à se retrouver avec un pistolet dans les mains. Bon. Elle y connaissait rien, mais sans doute que son mari, lui, saurait lui expliquer convenablement comment s'en servir. L'objet en soi n'était franchement impressionnant, mais se retrouver avec ça dans les mains avait le don de la faire se sentir... Bizarre.

Rejoignant finalement Gary devant l'entrée du chalet, elle lui tendit la dite arme pour lui laisser le loisir de l'observer.

Ils m'ont refilé ça, à l'armurerie. C'pas risqué, de tirer à balles réelles, par rapport aux stocks ?

Sans doute que oui. Et même si elle n'était pas rassurée à l'idée que le bruit attire des rôdeurs, comme elle devait désormais les appeler, il lui fallait au moins ça pour finir par apprendre à protéger sa famille.

J'me sens prête. On peut commencer quand tu veux.



So cold
It's so quiet here
And I feel so cold
This house no longer
Feels like home.

© by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Gary Warren
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/09/2014
Messages : 902
Age IRL : 23

MessageSujet: Re: Over the love    Mer 30 Mar 2016 - 10:59

Rose n'avait pas trop tardé à revenir, Gary lui adressa même un sourire. Si elle se pointait avec une arme entre les mains dont elle ne savait pas quoi faire, lui avait un sac à dos sur l'épaule remplit de cannettes usagées et vides dont plus personnes n'avaient l'utilité au campement. Alors qu'elle lui confiait le neuf millimètre entre les mains comme pour lui demander quoi en faire, Gary savait qu'il avait pas mal de boulot avec elle. Et qu'au fond, devoir partir du début, c'était peut être mieux que revoir en cours de route des trucs qu'elle connaissait déjà, hein.

Deux leçons, retiens bien. Il démit le chargeur de l'arme pour le montrer à Rose, lui indiquant on se trouvait le mécanisme : Compte toujours tes balles. Tu en as quinze là-dedans.

Elle devait avoir avec elle un autre chargeur, parce que sinon ça allait être léger pour l'entraînement. Il lui rendit l'arme, fallait qu'elle s'habitue à la tenir, comme à en avoir une sur elle. Bien qu'au camp, ils se contentaient tous d'un poignard pour ceux qui sortaient le moins, c'était quand même une bonne base, un bon début. Puis, il connaissait Rose, il savait qu'elle resterait jamais enfermé à l'infirmerie toute sa vie, viendrait un moment où elle voudrait gagner le dehors et faire quelque chose d'autre de ses dix doigts. Gary savait aussi que chaque bras était utile, que ça soit dedans ou dehors, et ça importait que tous sachent se défendre.

Sécurité, là, fit-il à Rose en lui signifiant que c'était important. Si elle est pas retirée, tu pourras jamais tirer sur quoique ce soit. Faut toujours que tu vérifies, ok ?

Petit à petit, ces choses-là deviendraient un réflexe de survie, il n'en doutait pas. Mais c'était toujours très angoissant pour une première, parce que y'avait beaucoup à apprendre, beaucoup à retenir. Hissant son arbalète sur l'épaule, l'homme désigna la forêt du coin et ajouta d'une voix rauque :

On va s'éloigner du camp, va falloir marcher un peu.

Ils avaient de l'espace, pas question de rester planté près des gens qui y bossaient et qui pouvaient se prendre une balle perdue. Cet espace était à exploité, autant pour la chasse que pour tout le reste. Puis, en se trouvant au milieu de nul part, y'avait des chances pour que le bruit qu'ils allaient faire fasse écho et qu'ils n'aient aucun problème avec les rôdeurs. De toute façon, si rôdeur il y avait, Gary serait à même de s'en occuper rapidement, surtout avec son arbalète.

Il prit la direction de l'est, contournant le chalet et le chantier en cours avec Rose sur ses talons. Il comptait se rendre vers la rivière, où il y avait quelques constructions comme des murés en pierre ou des trucs de ce genre. Plus pratique pour poser les cannettes et se faire à la visée. De même, l'homme avait mis une longue corde dans son sac, pour ensuite à prendre à Rose à tirer sur des cibles en mouvement. C'était pas grand chose, il se doutait qu'elle serait pas la meilleure dans l'immédiat, mais fallait bien qu'elle se fasse à tout.

Puis, c'était aussi un bon entraînement pour lui. S'il arrivait à former Rose, à lui apprendre à se défendre, alors il y arriverait avec bien d'autres qui avaient besoin de son savoir. Son fils en premier, évidemment, mais même des gens comme Kassandra, Tamara, et les autres, qui y touchaient sans forcément être les meilleurs, hésitants parfois à appuyer sur la détente, où à justement ne pas le faire pour prendre un couteau à la place et rester silencieux quand ça s'avère nécessaire. Toujours plus facile de garder ses distances avec la mort, moins d'y aller volontairement.




Go tell that long tongue liar. Go and tell that midnight rider. Tell the ramblr, the gambler, the back biter. Tell'em that god's gonna cut'em down. You can run on for a long time, sooner or later, God'll cut you down.
Revenir en haut Aller en bas
Rose A. Warren
Administratrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 28/03/2014
Messages : 1554
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Over the love    Jeu 14 Avr 2016 - 18:08


Elle se revoyait à ses débuts à l'hopital de Seattle, alors que Carter leur sortait tout un tas de mots clés à retenir, et qu'elle se devait de ne pas en rater une seule seconde au risque de se retrouver larguée dès la première soirée passée aux urgences. Sauf que cette fois-ci, les termes munitions, sécurité et barillets avaient remplacés les mots tels que bipers, scalpel et bloc opératoire. Néanmoins, elle se complaisait dans ce rôle d'élève modèle, enregistrant chaque information que pouvait lui donner Gary sur ce pistolet qui lui semblait peser des tonnes entre ses doigts encore abîmés par le froid.

Ok, souffla t-elle à son mari en hochant la tête, le suivant en dehors du chalet pour se retrouver en plein extérieur. En direction de la rivère, nota t-elle alors qu'ils s'éloignaient toujours un peu plus de cet abri tellement sûr dans lequel elle avait finit par se plaire, jusqu'à arriver au point de rendez-vous alors qu'elle observait Gary déposer des canettes en métal le long d'un muret. C'était donc ça, ses premières cibles ? Dans un sens, elle ne put s'empêcher de se sentir soulagée de ne pas avoir à se jeter tout de suite dans une mêlée avec des rôdeurs, et se contenter dans un premier de n'avoir comme victime, un ensemble de canettes de soda usagés.
En revanche, si désormais elle savait retirer la sécurité d'une arme et connaître le nombre de munitions dont elle disposait, la posture pour viser et faire mouche... Ca lui semblait aussi limpide qu'un parchemin écrit en sumérien ancien. Soit, le néant total.

Donc, je résume. Munitions, sécurité, canettes. Hm... Un conseil, sur comment bien viser ?

Dans une tentative vaine, elle avait levé son arme en direction des canettes, ses mains crispées contre la crosse, en ayant l'impression d'être parfaitement ridicule. Elle était plus Cristina Yang que Lara Croft pour le coup, alors bon... Et aussi loin qu'elle puisse chercher dans sa mémoire, jamais son père ne lui avait expliqué comment tenir correctement une arme. Identifier un psychopathe, oui. Mais la posture pour tirer... Jamais. Rose grimaca un instant, se sermonnant intérieurement d'être aussi peu calée sur le sujet malgré tous les efforts qu'elle pouvait tenter de faire pour ne pas paraître ridicule aux yeux de son mari.

Au pire, j'peux toujours faire ça à l'arme blanche si je suis pas douée en tir ? Se risqua t-elle. Je connais par coeur toutes les zones fines du crâne. Un coup de lame et hop, tu atteins le cerveau sans effort, comme si du coupait du beurre.

Sauf que le beurre n'avait jamais essayé de la bouffer vivante jusque la. Mais ça, c'était un menu détail.



So cold
It's so quiet here
And I feel so cold
This house no longer
Feels like home.

© by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Gary Warren
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/09/2014
Messages : 902
Age IRL : 23

MessageSujet: Re: Over the love    Ven 15 Avr 2016 - 16:19

Ils étaient arrivés, Gary avait placé les canettes bien en évidence, et avait attendu une sorte de miracle. Rose s'était mise à quelques mètres de là, prête à envoyer la dose, avant de revenir vers lui pour lui poser une question. L'homme poussa un long soupir en l'écoutant, avant de hocher la tête. Ils n'étaient pas là pour ça, dans les faits. Ils étaient là pour lui apprendre à se servir d'un flingue, pas pour refaire un cour d'anatomie qu'elle connaissait déjà par cœur. Mais il n'était pas question, pour Gary, qu'elle renonce à un autre moyen de survis sous prétexte qu'elle était peut être pas si douée avec un flingue. Il secoua la tête et avala la distance auprès d'elle.

Tiens toi droite, les épaules droites, jambes écartées en position de force. Tu dois être sûre sur tes appuies.

Alors qu'il était à son niveau, il la mit en position. Un coup dans ses chaussures pour lui faire bouger le pied, il lui redressa les bras et les mit bien droit pour s'assurer qu'elle verrouille bien ses coudes. Il tapa dans le creux de son dos pour l'obliger à rentrer légèrement la colonne, et s'assurait que là, elle était vraiment dans la bonne position. Ainsi, c'était simple. Mais elle n'aurait pas toujours l'occasion d'évoluer comme ça, alors il fallait que les bases soient compris dès qu'il les donnait. Se posant à ses côtés, il ajouta :

Ton doigt ne doit être sur la gâchette que lorsque tu es sûre de tirer.

Pour se faire, il plaça correctement la main de Rose sur l'arme qu'elle tenait. Une main légèrement en dessous pour soutenir le poids de l'arme, l'autre tenant la dite arme en plaçant correctement l'index,... Il la regarda quelques secondes en lui demandant de mémoriser par cœur cette position, parce qu'elle allait en avoir besoin dans les mois à venir. C'était ainsi qu'elle serait mieux pour tirer, ainsi qu'on débutait. Pas question d'expérimenter des folies pour l'instant tant que la base n'était pas acquise :

Vise le centre de la canette.

L'ordre tonna alors qu'il s'approcha de la dite canette en la désignant à sa compagne. Le centre. L'objet était plié sensiblement, mais Rose savait ce que Gary voulait dire. Il sentit les gravats sous sa chaussure craquaient à son passage, alors qu'il revenait vers Rose pour lui donner les dernières indications importantes. Il n'était plus son amant ou son mari, il était son professeur en survis, et ça se sentait dans sa manière de faire. Et il était aussi très content de voir que Rose n'était pas en train de lui faire un sketch pour lui dire qu'elle allait se casser un ongle si elle s'y prenait comme ça.

Elle devait écouter, être une élève exemplaire, tout enregistrer scrupuleusement, parce qu'il n'y avait pas de deuxième chance en la matière.

Respire, bloque ta respiration, et expire lorsque tu tires.

Revenant à son niveau, il se cala à côté d'elle et lui souffla ça avec fermeté. C'était ce qu'il avait dit à Kassandra, au stade. C'était ce que lui faisait avant de tirer. On avait pas toujours le temps de respirer dans l'urgence, mais c'était et de loin le plus important dans tout ça...

Respirer, bloquer, tirer, expirer.
Lentement.




Go tell that long tongue liar. Go and tell that midnight rider. Tell the ramblr, the gambler, the back biter. Tell'em that god's gonna cut'em down. You can run on for a long time, sooner or later, God'll cut you down.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Over the love    Aujourd'hui à 11:36

Revenir en haut Aller en bas
 

Over the love

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» 02. all you need is love... (or courage).
» Mangas-Love RPG ♥

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-