anipassion.com
Partagez | .
 

 Lead sails (and a paper anchor)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Auteur
Message
Levia T. Isaakovitch
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 04/03/2014
Messages : 1181
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Lead sails (and a paper anchor)   Mer 30 Mar 2016 - 21:43

Peur de dormir ? Ça faisait des mois que Levia avait peur de dormir, elle, de son côté. Mais que pouvait-elle dire à Noah ? Elle n'y arrivait pas si bien, se remémorant à chaque fois l'effet que ça faisait de tomber dans une flaque de sang d'une personne qu'on connaissait, de l'odeur qui régnait dans la synagogue et dont elle n'arrivait pas à se défaire, ou de l'enfermement pendant des jours dans une pièce sombre et étroite, avec aucune sortie, seulement celle donnant sur l'enfer. De derrière cette porte, elle avait entendu l'horreur, les hurlements, les cris de douleurs se taisant progressivement. Qui disait que ça faisait du bien quand ça s'arrêtait ? Elle n'était plus sûre de ça. Quand tout avait cessé, ça avait voulu dire que la totalité de ses amis étaient morts. Il n'y avait rien à rajouter après ça. Et elle avait été la seule à survivre.

Ça avait un côté infernal de dormir. Vraiment, s'entendait. Levia n'en était plus vraiment capable, elle s'arrangeait avec quelques petites siestes. Même depuis qu'elle restait avec Noah, et maintenant Katarina, dormir était toujours un sujet relativement sensible pour elle. Elle se contentait du minimum, du moment où son corps n'avait besoin que de ça, et où elle n'aurait pas besoin de rêver parce que rien ne viendrait la réveiller. C'était ça le but du rêve. Faire en sorte que le dormeur continue à dormir. Mais aujourd'hui, c'était plus vraiment possible.

Je suis désolée.

C'était tout ce qu'elle avait à dire, en gros. Et c'était bien maigre comme compensation. Son bras collé à celui de Noah, elle regarda aussi le plafond un temps avant que ses yeux retombent sur le plancher. Que pouvait-elle ajouter ? Elle se sentit si nulle. Et c'était Dieu qui l'amenait à se confronter à tout ça, jusqu'à voir jusqu'où elle pourrait aller, et jusqu'où elle pourrait encore supporter. Les râles en bas étaient entêtant, ils ne cessaient jamais vraiment, il y en avait toujours un pour prendre le relaie, un autre pour se heurter à une voiture, un dernier pour se casser la figure. Quand Noah lui proposa de dormir, elle secoua la tête :

Non, je pourrais jamais avec eux en bas, souffla-t-elle en désignant la fenêtre du nez.

Il passa une de ses mèches derrière son oreille. Une boucle folle qu'elle ne domptait pas, mais Noah prit soin d'éloigner de son visage. Levia écarquilla les yeux, les plantant dans ceux du brun à côté qui disait que ça ne le dérangeait pas. Oula ? Est-ce que ça devenait bizarre ? Elle était persuadée, d'après les récits de ses copines d'antan, que c'était exactement le genre de moment où quelque chose devenait forcément étrange entre deux personnes. Et qu'il fallait tout faire pour rester parfaitement naturelle... Avait-elle l'air naturelle, là, à fixer son voisin avec les yeux ronds et les lèvres pincées ?

Hm, fit-elle dans un soupir.

Mais Hm, ça voulait rien dire. Aussi, pour se passer la gêne, elle se laissa tomber en arrière sur le matelas. Ça faisait comme si elle acceptait la proposition alors qu'elle n'en avait pas envie, mais au moins était-elle sûre d'échapper à un moment étrange qu'elle était pas sûre de soutenir de ses petites forces ridicules et de son inexpérience dans le domaine.




Who, who are you really? And where, where are you going? I've got nothing left to prove cause I've got nothing left to lose. See me bare my teeth for you... Who, who are you?
Revenir en haut Aller en bas
Noah A. Thompson
Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 02/12/2015
Messages : 69
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Lead sails (and a paper anchor)   Mer 30 Mar 2016 - 22:04


Elle était désolée, disait-elle. Le paléontologue se contenta d'hausser les épaules. Elle n'avait pas à l'être, il finirait par se remettre, un jour. On se remettait de tout, comme avait dit un auteur d'un livre qu'il avait lu un jour. Les blessures finiraient par s'effacer. Un jour, quand il aurait trouvé la force d'accepter l'ordre des choses.
Elle ne pourrait jamais dormir avec tous ces râles. Dans un sens, il comprenait. Lui même avait fini par s'y faire, mais pas immédiatement. les premiers jours seuls sur les routes avaient été ... Difficiles. Il n'avait que peu dormi, jusqu'à retrouver l'appartement de Serena, ayant l'impression de devenir fou par instant, quand ses seules conversations étaient imaginaires, et que les seules réponses étaient celles des infectés après tout. Même si il se contentait de garder ça pour lui.
Un instant, il lui sembla que l'atmosphère changea, alors que Levia pinçait les lèvres et se laissait tomber sur le lit sans un mot. Enfin, sans un mot, c'était vite dit. Un "hm" qu'il ne sut pas vraiment interprété, alors qu'il était pourtant persuadé d'avoir été sympathique pour une fois. Il l'observa un instant en fronçant les sourcils, avant de faire de même, prenant appui en passant les contre sous son crâne, fixant à nouveau le plafond.

J'ai dis un truc qu'il fallait pas ?

Il ne l'avait pas regardé en posant la question, se contentant de continuer de fixer le plafond. Pour une fois qu'il essayait d'être aimable en plus... Il sentit comme une petite pointe de déception lui piquer le torse sans raison valables.
Les râles semblaient ne jamais vouloir s'arrêter, alors qu'il en prenait conscience depuis que Levia en avait parlé.

Il faudrait pas tarder à reprendre la route. Dit-il à voix haute, autant pour lui qu'elle, avant de se tourner pour récupérer la carte de la table de nuit, la dépliant pour l'observer en tentant de trouver un petit coin possiblement épargné des charognes ambulantes qui se traînaient sous l'immeuble.

Qu'est-ce qu'il pouvait bien dire dans ces moments ? Avec une Levia qui se mettait à faire la gueule sans raison valable, ce qui avait un peu le don de le rendre fou sur l'instant. Il avait pas tenté de la violer merde, il avait juste remis une mèche de cheveux en place ! C'était quand même pas ça le problème ? Non bah non, c'aurait été complètement stupide. Ca devait être autre chose.

Tu t'es vexée parce que je t'ai proposée de te remplacer ? Parce que c'était vraiment pour te laisser te reposer hein, pas pour sous entendre que t'en était pas capable... Tenta t-il de justifier en ayant la désagréable impression de s'enfoncer d'avantage.





Revenir en haut Aller en bas
Levia T. Isaakovitch
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 04/03/2014
Messages : 1181
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Lead sails (and a paper anchor)   Mer 30 Mar 2016 - 22:22

Non non, rien du tout, t'inquiète pas, rétorqua-t-elle en fixant le plafond comme si de rien n'était alors que son malaise était palpable et dans le genre « désamorce la gêne », elle était vraiment la dernière.

Noah n'avait d'ailleurs vu que ça. Elle avait pas du tout les talents de ses copines pour gérer les situations avec le sexe opposé. Ravit lui en avait déjà vaguement parlé, mais Ravit se comportait comme sa mère alors du coup, c'était pas toujours un exemple à suivre. Sur le coup, Levia eut une pensée pour sa propre maman, un vague sourire triste et les yeux dans le vague sur le visage. Sa mère lui manquait, avec sa douceur et son caractère tout aussi tendre. C'était dur de faire sans elle et sans ses nouvelles, autant de faire sans sa famille entière. Mais par moment, c'était surtout une personne qui lui manquait, plus que les autres. Par période sûrement...

Son voisin attrapa la carte sur la table de chevet, la dépliant à côté d'elle. Il lui signifia qu'il faudrait bientôt changer d'endroit, et Levia hocha la tête. Ça faisait du bien de changer de sujet comme ça. De pas s'attarder plus longtemps sur des souvenirs ou sur un malaise qu'elle avait amené toute seule dans sa petite tête. Noah ne pourrait pas la comprendre, et elle ne pourrait pas lui expliquer, mais voilà, ça faisait du bien d'en changer.

Tu attends que la carte se mette à clignoter vers un endroit totalement à l'abri, c'est ça ? Demanda-t-elle pour plaisanter.

Elle eut un sourire complice qui disparut juste après au profil d'un froncement de sourcil quand Noah enchaîna sur autre chose. Voilà qu'il reprenait le sujet de tantôt qu'elle voulait absolument évité. Elle aurait pu s'écarter à nouveau mais resta à nouveau figée à côté de lui en le regardant. Devait-elle réagir ou ne rien dire ? Est-ce qu'elle s'était vexée pour ça ? Non, pas vraiment, mais il comprenait rien à rien alors quoi ? Elle devait lui sortir quoi pour qu'il arrête ? Heureusement que la pièce était sombre, sinon il aurait pu la voir rougir malgré son teint naturellement halé. Puis vu comment il semblait un peu bizarre là, elle était pas sûre de ce qu'il sous-entendait vraiment :

Parce que tu penses que j'en suis incapable, c'est ça que ça veut dire ? Demanda-t-elle en ayant un mouvement de recul, les sourcils toujours affreusement froncés qui allaient probablement se croiser si elle continuait à les froncer de la sorte. C'est ça que tu penses de moi en fait ? Tu dis ça parce que toi tu es un bonhomme et tu peux ne pas dormir trente six heures de suite mais que moi je suis une pauvre demoiselle chétive qui risque de se casser un ongle dès que je ne suis pas dans ton champ de vision ?

Etait-elle partie très loin ? Oui. Trèèèès trèèès loin. Si loin que Noah n'était même plus capable de la voir actuellement. Et qu'il n'allait pas la suivre non plus. Sans doute qu'il allait pas comprendre d'où ça venait, mais au moins pour sûr que ça allait lui changer drastiquement les idées, et si avec ça il se tournait pas de son côté pour se mettre à ronfler, alors elle avait rien compris du tout à ce que lui avait expliqué ses copines de fac à propos des hommes :

J'étais pas vexée, mais je pourrais l'être en fin de compte.

Carte de la dispute de la nana vexée mise à plat, suffisait d'attendre que ça gonfle très fort le voisin maintenant.




Who, who are you really? And where, where are you going? I've got nothing left to prove cause I've got nothing left to lose. See me bare my teeth for you... Who, who are you?
Revenir en haut Aller en bas
Noah A. Thompson
Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 02/12/2015
Messages : 69
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Lead sails (and a paper anchor)   Mer 30 Mar 2016 - 22:39


MAIS.

C'était quoi son problème, à d'abord plaisanter sur la carte magique, pour ensuite lui hurler à moitié dessus son côté féministe ? Pour le coup, il en resta tellement con qu'il se contenta de l'observer avec de grands yeux, hébété par ce qui sortait de sa bouche. Des conneries plus grosses qu'elles, et sans doute trois fois plus lourde.
Et puis c'était quoi ces conneries d'abord ? Il avait jamais fais un sous entendu pareil sur sa fragilité physique ou quoi que ce soit bordel de merde, il avait juste cherché à comprendre d'ou venait ce putain de malaise.

Mais -

A nouveau, il fût coupé par la verve de la jeune femme, qui put enfin se taire et afficher son air vexé qui lui allait si bien, et avait aussi le don de lui briser les parties.
Ah ouais, elle voulait vraiment entrer sur ce terrain miné avec lui ? Donc il n'avait pas eu tort finalement, en pensant que la mèche de cheveux avait joué un rôle dans cette histoire de gêne.

Ca t'va bien quand tu t'énerves tu sais ?. Lança t-il avec désinvolture, haussant un sourcil alors qu'un infime sourire naissait sur ses lèvres, avant de secouer la tête. Mais bordel, c'que tu peux être chiante à t'imaginer tout et n'importe quoi. j'ai jamais dis que t'étais chétive, j'ai proposé de filer un coup de main. La prochaine fois je ferme ma gueule et si t'es crevée, faudra pas te plaindre hein.

Putain. Plus jamais il ne tenterait d'être sympathique ou agréable avec Levia. Sérieux, si c'était pour se prendre une soufflante comme ça dans la gueule pour une banale histoire de mèches de cheveux là.... Non. Plus jamais.

Du coup vas-y hein, vas faire ta ronde. J'vais rester ici sagement à fixer le plafond, et au moins tu pensera pas que j'suis un connard de macho. Tu préfère ?

En d'autres circonstances, nul doute qu'il auraiit hurlé et tempêté. Mais là, entre la mort de sa mère, et Katarina dans le salon, très peu pour lui? Il se sentait juste terriblement las, et se rendre compte de comment Levia pouvait avoir le don de péter une durite sans raisons valable, avait le don de le fatiguer d'avantage qu'une semaine entière sans dormir tiens.
Et pour appuyer ses derniers propos, il s'installa un peu plus confortablement sur le matelas, un petit sourire moqueur aux lèvres.



Revenir en haut Aller en bas
Levia T. Isaakovitch
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 04/03/2014
Messages : 1181
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Lead sails (and a paper anchor)   Mer 30 Mar 2016 - 22:55

Quoi ?! Fit-elle d'une petite voix aiguë, comme un glapissement offusqué qu'elle retint de justesse de faire passer en hébreu sous le choc.

Elle allait le bouffer, non mais vraiment. Ça t'va bien quand tu t'énerves tu sais ?! Elle allait vraiment en faire du petit bois à ce train-là ! Et ça l'amusait en plus ! Elle était sûre qu'il faisait ça juste pour l'emmerdait très fort, et que Dieu la mettait au défi de supporter ça ! Et bien non ! Jamais de la vie ! Elle n'allait pas se laisser faire par  un petit paléontologue qui allait jouer dans la boue pour trouver des cailloux de la préhistoire, hors de question !

Tu es vraiment... !

Non, elle n'avait pas les mots. A la place, elle lui assena un petit tape sur l'épaule avant de lui envoyer le coussin qu'elle saisit en plein dans la tête. Si avec ça, il comprenait pas le message qu'elle tentait vraiment de faire passer de toutes ses petites forces, il était crétin complet et elle pourrait plus rien pour lui ! Mais bon, comme il se révoltait encore (IL OSAIT VOYEZ VOUS MESDAMES, IL OSAIT), elle le fixa encore plus rouge que tout à l'heure, et peut-être qu'il s'en rendrait compte là mais elle s'en moquait tout compte fait. Un second coup suivi le premier, parce qu'elle était chiante, et que ça serait de sa faute à elle si elle se plaignait, blablabla.

Elle se redressa du lit et alla rageusement jusqu'à la fenêtre pour faire ce qu'elle devait faire, à savoir son tour de garde. Croisant les bras sur sa poitrine en se plantant près de la vitre, elle lança une grimace à Noah en ajoutant simplement un : « Ouais je préfère ouais ! » de mauvaise humeur qui en disait long sur ce qu'elle pensait au fond, tandis que lui avait très probablement gagné la bataille.

Le paléontologue se réinstalla bien plus confortablement sur le lit. Prêt probablement à la frustrer jusqu'au bout. Genre, en s'endormant juste à côté d'elle, comme un gros sale. Et au fond, là, elle aurait gagner. Parce que c'était ce qu'elle cherchait de lui, qu'il se repose pour de vrai, qu'il dorme. Et s'il fallait qu'elle l'énerve ou qu'elle fasse en sorte de le contrarier pour qu'il devienne encore plus contrariant avec elle, Levia était prête à l'être vraiment très très fort, c'était un peu un don chez elle.

Alors que les rôdeurs allaient et venaient dans l'obscurité du bas de la rue, la brune ne les quitta pas du regard. C'était triste comme image, ça restait triste même après tous ces mois. Elle croisa les bras sur sa poitrine en posant sa joue contre la glace fraîche qui la séparait du dehors. Il faisait encore froid, à l'extérieur. Mais pour l'instant, ça lui fit de bien de coller ses joues rougies par la honte contre quelque chose de justement froid. Derrière elle, Noah devait essayer de dormir pour la narguer, et elle s'en moquait très fort.

Elle était plutôt inquiète sur le fait de trouver un autre abri. Ils devraient faire leurs valises d'ici peu et chercher un endroit qui vaudrait le coup de s'y installer. Penseraient-ils un jour à habiter durablement quelque part, à avoir envie de le défendre au lieu de s'en aller ? Être chez des gens, des inconnus, ça avait un aspect toujours aussi étrange pour la juive, elle n'était pas sûre de pouvoir vivre ainsi encore très longtemps. Mais aurait-elle finalement le choix ?

Ça faisait depuis la fin qu'ils ne l'avaient plus du tout.




Who, who are you really? And where, where are you going? I've got nothing left to prove cause I've got nothing left to lose. See me bare my teeth for you... Who, who are you?
Revenir en haut Aller en bas
Noah A. Thompson
Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 02/12/2015
Messages : 69
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Lead sails (and a paper anchor)   Mer 30 Mar 2016 - 23:14


C'est qu'il allait y prendre goût, à la voir rougir de la sorte comme une nonne tombée dans un club de strip tease. Il ne put s'empêcher de sourire d'un air mutin en la voyant perdre ses mots sans réussir à l'insulter, alors qu'il éclatait d'un rire franc face à sa décontenance. Alors c'était ça son point sensible ? Et bah dis donc. Elle était mal barrée pour les prochains jours à venir... Et si la mort de sa mère était toujours présente dans son esprit, cette brève incartade lui fit plus de bien qu'il ne l'admit en se laissant retomber sur le matelas alors que Levia fulminait de son côté, plaquée contre la fenêtre. Par instant, il se surprit à l'observer de dos, tentant de lire dans ses pensées sans grand succès.

T'as fini de rougir pour rien ? Ne put-il s'empêcher de lancer dans un léger rire, le regard toujours fixé vers le plafond alors que son dos se reposait de ces journées à crapahuter un peu partout, sans que son cerveau ne parvienne à s'apaiser pour lui laisser un peu de répit.

A un instant, il lui sembla s'assoupir quelques minutes avant de se réveiller en sursaut, surpris par un cauchemar. Sa respiration s'était accélérée, et il sentit ses doigts crispés contre la gourmette qu'il n'avait pas lâché.  Relevant la tête, il constata que Levia n'avait pas bougé d'un pouce, aussi se releva t-il en silence, s'approchant d'elle avec douceur dans l'espoir de ne pas la faire hurler de terreur.

Café ?

C'était bien le seul mot qu'il trouva à sortir alors que le silence de l'appartement lui confirmait que Katarina devait encore dormir comme une bienheureuse dans son coin, et que lui se sentait presque en forme après 10 minutes de pur coma. Sauf qu'à ce rythme et dans ce silence, c'était Levia qui allait finir par s'endormir, quoi qu'elle puisse assurer sur sa capacité à rester 4 jours d'affilé debout et en pleine forme. Et quitte à ruminer allongé, il pouvait bien se lever pour aller lui chauffer une tasse d'eau et y foutre du café soluble. C'était immonde, mais ça avait au moins le mérite de les maintenir éveillé cette connerie.
Un instant, il se surprit à observer à son tour les infectés déambulant sur le trottoir, se cognant parfois entre eux sans réactions. Cette scène eut le don de le faire frissonner un instant, avant de se détourner de la petite brune pour enfiler un gilet par dessus son t-shirt, venant récupérer la couverture du lit pour la mettre sur les épaules de la jeune femme sans lui dire un mot. Au moins, elle ne souffrirait pas du froid, et sans doute qu'elle serait un peu plus à l'aise.

Rangeant la gourmette de sa mère dans la poche de son jean, la paléontologue passa une main dans ses cheveux courts, les ébouriffant d'avantage malgré lui. Si Levia faisait sa prude tout le restant de la journée, ça allait vite le gonfler ne put-il s'empêcher de penser, aussi revint-il à la charge.

Est-ce que t'as fini de faire la gueule au fait ?

Tout en finesse, comme il savait si bien faire.



Revenir en haut Aller en bas
Levia T. Isaakovitch
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 04/03/2014
Messages : 1181
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Lead sails (and a paper anchor)   Jeu 31 Mar 2016 - 11:29

Il l'avait vu ?! Non, c'était pas possible ! Il faisait trop sombre pour ça... Ou alors, elle était rouge comme une tomate, ce qui expliquait pourquoi il lui faisait la remarque ! Et bien évidemment, c'était le genre de remarque qui la faisait encore plus rougir, par réflexe, alors qu'elle se détournait définitivement de lui. Elle n'allait pas lui donner ça, non. Il n'allait pas continuer à se moquer d'elle comme ça, comme si ça n'était rien, et à partir de maintenant, elle resterait aussi impassible qu'un mur devant ses remarques de gros macho. Voilà. Bien décidé à rester campé sur ses positions, elle remarqua que Noah avait petit à petit lâché prise, jusqu'à ce que sa respiration devienne encore moins perceptible que le râle des rôdeurs en bas.

Esquissant un petit sourire en coin, la brune laissa le temps passer comme il le devait, s'effaçant progressivement. Ses yeux la piquaient, mais il n'était pas question de sombrer pour l'instant. C'était à croire que contempler la misère du monde faisait passer les nuits très lentement, se dit-elle en passant la mèche folle que Noah avait tenté de dompter quelques minutes plus tôt. Elle avait encore du mal à s'y faire, et s'en détourna définitivement quand l'homme revint vers elle en lui posant une couverture sur les épaules.

Non merci, répondit-elle pour le café. Ils devaient faire des économies, n'est-ce pas ? De toute façon, elle n'aimait pas beaucoup ça, le café. Elle préférait largement le thé, et ils n'en avaient pas trouvé lors de leur dernière sortie. Dommage, elle n'allait pas s'en plaindre pour autant.

Le jour ne tarderait pas à pointer le bout de son nez. Les nuits devenaient progressivement plus courtes, retour à la belle saison, ce qui avait le don de rassurer la petite brune qui ne se détourna pas du spectacle en bas de chez eux. Même lorsque Noah vint lui demander si elle avait finalement fini de faire la tête, avec la subtilité d'un buffle comme à son habitude. La juive fronça les sourcils en se tournant vers lui, le fixant droit dans les yeux avant de secouer la tête :

Ça dépend, tu as réussi à dormir un peu ? Avait-il une tête à avoir dormi plus de dix minutes ? Pas du tout. Et elle n'eut même pas besoin qu'il lui réponde pour le savoir : Alors je continue.

Ils n'avaient pas prévu de sortir aujourd'hui, mais s'il fallait changer d'abri en urgence, ça n'allait pas être simple. Les heures passaient progressivement, sans que la rue en bas désemplisse pour l'instant de rôdeurs. Tirant sur le rideau pour refermer, Levia regarda Noah.

On tentera de partir demain, ou après demain. Pour l'instant, c'est trop tendu en bas.

Elle le savait par avance, jamais ils n'arriveraient en vie jusqu'à la voiture avec tout ce monde. Et l'idée d'essayer quand même ne lui frôla même pas l'esprit, parce que c'était un coup à se retirer coincer dans l'habitacle, à attendre que ses grands amis terminent par défoncer les vitres ou un miracle quelconque qui ne viendrait malheureusement jamais. Dieu en faisait beaucoup moins, des miracles, ces derniers temps. Et elle commençait progressivement à perdre espoir à ce propos, d'ailleurs, sans forcément en avoir parlé à quiconque. Est-ce que perdre la foi faisait mal ? Un peu comme on perdait un membre. Croisant les bras sur sa poitrine, elle esquissa un maigre sourire avant de revenir sur le lit et se laisser tomber dessus. Ok, elle était fatiguée. La couverture s'étala à moitié sur elle, à moitié à côté, tandis que son visage épousait le coussin sous elle et que ses cheveux s'éparpillaient ça et là dans un désordre complet.

Mieux valait ne pas penser à Dieu pour l'instant, c'était déprimant.




Who, who are you really? And where, where are you going? I've got nothing left to prove cause I've got nothing left to lose. See me bare my teeth for you... Who, who are you?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Lead sails (and a paper anchor)   Aujourd'hui à 10:02

Revenir en haut Aller en bas
 

Lead sails (and a paper anchor)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» Let Love Lead The Way [PV]
» Waterslide Clear Decal Paper
» Un bon suicide lead ?
» Meneur / Lead
» ▲ BLACK SAILS RPG

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-