Partagez | .
 

 See you again..

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Auteur
Message
Carmen L. Mendoza
leader | Sanctuary Hills
Administratrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 14/06/2015
Messages : 733
Age IRL : 25

MessageSujet: See you again..   Ven 25 Mar 2016 - 9:31

509 St - 09.01.16


Les secours n'étaient finalement jamais arrivés, et la vie avait continué son bout de chemin. Le motel, bien que délabré, faisait désormais office de refuge pour eux 4, et malgré certaines tensions, la vie n'était pas si mal. Parfois, aux heures de repas, l'ex gérante ne pouvait s'empêcher de sourire en voyant Ana Lucia tenter de dérider Jasper, avant de lancer une gentille moquerie à Axel. Ils n'étaient pas des survivants, ils n'étaient pas immortels. Mais, ils avaient su s'en tirer. Au final, comme à chaque fois, en y repensant bien. Il n'y avait pas eu besoin de l'apocalypse pour que Carmen n'apprenne à survivre. Le monde restait le même dans un sens, Axel n'avait pas entièrement tort. Mais quitte à choisir, la Navajo référait l'ancien au nouveau.
Il avait fait froid en cette nuit de Janvier, alors que chacun étaient allé se coucher tandis qu'Ana prenait prenait son premier quart. Par sécurité, et comme à chaque fois que sa petite soeur était de corvée, l'aînée s'était contentée de dormir dans le canapé du salon, juste au cas ou.

En tout cas, elle n'était pas vraiment préparée à se faire réveillée en sursaut par le regard paniqué de sa petite soeur lui murmurant "Ils sont partout."

Qui ?

Il lui fallût une bonne seconde d'adaptation, avant de comprendre de quoi sa soeur parlait. Rapidement, son regard changea alors qu'elle se levait en trombe, attrapant sa veste qu'elle enfila pour venir jeter un coup d'oeil à la fenêtre obstruée par des rideaux. Ana n'avait pas menti, ils étaient partout. Des wendigos de tout âge à quelques mètres de la maison. Une bonne dizaine au moins. Peut-être le groupe qu'ils avaient évité du côté de l'autoroute ? Elle n'en savait rien, et ce n'était probablement pas le moment d'y penser. Il fallait réfléchir en vitesse, et surtout se tirer de là sans qu'ils ne remarquent rien. L'idée de rester silencieux dans le motel lui traversa bien l'esprit, mais la sensation d'être piégée ici pour une durée indéterminée ne l'enchanta pas plus.

D'accord... On reste calme. Verrouille la porte, on réveille les autres, et on se tire d'ici en vitesse.

Ana hocha la tête, parvenant à bloquer le loquet avant de la suivre à l'étage, chacune récupérant leur semblant d'arme avant d'éveiller Axel et Jasper en silence.
Au moins ici, elles pouvaient toujours mieux parler qu'en bas, sans risquer de se faire repérée par les monstres... Ce fût Ana qui prit la parole, alors qu'elle terminait de zipper le sac de voyage ou avaient été balancée le peu de conserve qu'ils leur restaient et leurs vêtements respectifs.

Y'en à partout. Des wendigo, ou des malades, comme vous voulez... Faut qu'on trouve un moyen de s'enfuir d'ici en vitesse et -

Un infime bruit au rez de chaussée les fit taire une minute. Sans doute le cadre de l'entrée qui semblait toujours à deux doigts de tomber au sol. Ce foutu cadre qui allait les faire repérer. L'atmosphère sembla s'immobiliser un instant, avant qu'un premier coup maladroit ne cogne à la porte, rapidement suivi d'un second, et d'une multitude. Ana Lucia perdit de ses couleurs, alors qu'elle même ne se sentait plus très bien. Pas besoin d'être Einstein pour comprendre que la porte n'allait pas tenir très longtemps, et ce fût presque avec désespoir qu'elle observa la fenêtre de la chambre ou ils étaient. C'était toujours une idée. Et puis, foutus pour foutus... Se relevant d'un bond, elle força le cadre de bois à se relever pour observer la hauteur. 3 mètres. Dangereux, mais faisable.

On passe par là. C'est l'seul moyen de les éviter au moins quelques mètres avant qu'ils ne nous remarque. Et ensuite, on fonce.

Il y avait toujours cette vieille Jeep qu'ils avaient récupéré peu de temps après l'arrivée d'Axel qui pourrait faire l'affaire. Elle n'avait pas de portière, mais au moins saurait-elle distancer les wendigo. Et puis, ce n'était pas comme si ils avaient le choix après tout.
Ana passa la première, alors que la porte du rez de chaussée se brisait, laissant les montres entrer dans le motel. Rapidement, la gérante laissa Jasper et Axel faire de même avant d'enjamber la rambarde, alors que les premiers morts vivants avisaient sa présence dans la pièce. La réception au sol fût compliquée, et il lui sembla bien entendre sa cheville rater un mouvement, mais qu'importait. Ils devaient se tirer de là en urgence avant de penser au reste. Elle sentit quelqu'un l'aider à se relever, alors qu'elle s'agrippait à sa batte de base ball et entendait les premiers morts dans son dos. Par pure réflexe, elle parvint à faire volte face et donner un violent coup de batte dans le torse du premier qui s'effondra au sol, déséquilibré, alors qu'Ana tirait un coup de feu vers un rôdeur trop proche d'eux. Tout allait bien se passer, ils allaient s'en tirer. Ce n'était pas comme si les wendigo semblaient les encercler de trop près, les forçant à en abattre quelques uns pour continuer leur route. Ou comme si il venait de voir les machoire de l'un d'entre eux surgir dans le dos de sa petite soeur, pour venir se planter à l'angle de son cou et de sa clavicule, alors que cette dernière hurlait de douleur.

Ana !

Elle avait hurlé son nom sans même s'en rendre compte, abandonnant tout ce qu'ils se passait autour d'eux. Uniquement concentrée sur sa petite soeur qui n'arrivait même pas à se débattre alors qu'un seconde monstre tentait de lui mordre le bras. Le sang qui éclaboussait son visage n'était pas le sien, et elle s'en moquait bien. Eclater rageusement le crâne des deux wendigo lui parut presque libérateur, alors qu'elle réceptionnait sa soeur au passage, le sang de la jeune femme imbibant rapidement sa veste et son haut, alors qu'elle la portait à moitié encore un peu, juste le temps d'esquiver les quelques monstres qu'ils n'étaient pas parvenus à tuer.
La jeep. La jeep, enfin. Sonnée, elle fût même incapable de savoir qui la força à entrer dedans en compagnie d'Ana, ou qui conduisait.

Ana... Hé, reste avec moi...


D'une main tremblante, elle était venue poser ses doigts contre la plaie, alors que la peau de sa soeur restait livide et que ses yeux prenaient une teinte vitreuse.

Tu peux pas me faire ça... On s'est toujours battue, toutes les deux hein, tu te souviens ?

Tout ce sang... Ana hoqueta, alors que Carmen passait une main dans ses cheveux en lui suppliant de se calmer, que tout allait s'arranger. Il le fallait, c'était obligatoire. Ce n'était qu'une banale petite morsure, et pas une condamnation à mort, c'est ce qu'il fallait se dire...

Il faut qu'on s'arrête quelque part. Lança t-elle sans regarder Jasper et Axel, les yeux rivés sur l'état vital de sa soeur. Il faut... Il faut que je stoppe l'hémorragie, par n'importe quel moyen.

Elle divaguait. Sans doute qu'elle divaguait, mais ça lui était bien égal. Ana ne pouvait pas mourir, c'était impossible.



HELP, I'M ALIVE
My heart keeps beating like a hammer,
Hard to be soft, Tough to be tender. If we're still alive, My regrets are few If my life is mine, What shouldn't I do? Come take my pulse the pace is on a runaway train (⚡) june.
Revenir en haut Aller en bas
Axel J. Kennedy
Bras droit | Sanctuary Hills
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 719
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: See you again..   Ven 25 Mar 2016 - 14:00


    Voilà deux jours maintenant que j'avais retrouvé Carmen et Ana et que j'avais rejoins le motel où elles logeaient avec Jasper. L'endroit n'était pas trop mal et contrairement au centre de la ville auquel j'étais habitué, il n'y avait pas un nombre important de macchabées ; bien que nous faisions notre possible pour rester vigilant et faire des tours de garde. Après la soirée de notre arrivée au motel les tensions semblaient s'être un peu apaisées concernant Jasper même si je ne le considérait pas encore comme quelqu'un de fiable à 100%, mais j'avais foi en le jugement de Carmen, je savais qu'elle n'était pas naïve au point de croire n'importe qui et même si j'avais du mal à être aussi sûr qu'elle du bien fondé de la présence de l'homme, je prenais sur moi pour le laisser faire ses preuves.

    Ce soir là, Ana montait la garde en premier et j'avais rejoint ma chambre assez tôt. C'était assez étrange d'être ici, je me souviens avoir mit un petit temps à me remettre de ma rupture avec elle et j'imagine que la situation était assez bizarre ; vivre ensemble comme ça comme si de rien n'était, je ne pensais pas que ça se reproduirait un jour, mais nous n'avions pas le choix et le soulagement de la savoir en vie avait dépassé cette colère et cette peine passées. J'avais mis un peu de temps à m'endormir, ou du moins à somnoler, mais le bruit de la porte de ma chambre s'ouvrant rapidement m'ôta cette perspective de repos. Ana s'était précipitée vers moi et avait tiré mon bras d'un air paniqué.

« Axel ! Viens, vite ! »

    J'avais rejoint le couloir d'un air un peu endormi ; Jasper et Carmen étaient déjà là. Je n'eus même pas le temps d'en demander d'avantage qu'Ana se mit à parler, rapidement. C'était du sérieux alors ? Moi qui me demandais si elle n'était pas simplement entrain de dramatiser, je compris que ça n'avait rien d'un blague quand j'entendis les premiers coups à la porte.

« Ok, faut qu'on se tire ! »

    A peine dis cela que je me précipitais dans ma chambre, enfilant rapidement ma veste, chaussures, guitare et sac jamais défait sur le dos ; question de ''sécurité'', je préférais le garder fait au maximum, justement pour ce genre de situation. J'étais un peu encombré mais c'était hors de question de laisser quoi que ce soit ici, tout était important ; surtout la machette et le fusil accrochés aux sangles du sac en fait, mais ce matériel ne serait peut-être pas d'une grande utilité dans la situation qui nous attendait. Les premiers cadavres commençaient à entrer dans le hall et ne mettraient pas longtemps à arriver jusqu'à nous, la seule issue possible était par la fenêtre et je ne rechignais pas devant cette idée, ce n'est pas comme si c'était la première fois. Anna passa la première, je m'apprêtais à faire passer Carmen quand elle nous intima de descendre d'abord. Fronçant les sourcils, je m'apprêtais à protester mais les râles de plus en plus proches me signifiaient de ne pas traîner et que nous n'avions pas le temps de débattre sur le sujet.

« Fais attention. »

    Ces mots étaient sortis en un souffle et déjà je passais par la fenêtre pour me retrouver en bas quelques secondes plus tard. Mes affaires étaient encombrantes mais je n'avais pas l'intention de mettre en danger qui que ce soit ; prenant ma machette dans la main, je mettais fin à la vie d'un mort qui s'approcha un peu trop près. Tournant la tête, je remarquais que Carmen était descendue, Jasper était à ses côté et Ana...

« Ana ?! »

    Un cri déchirant fendit l'air, reportant notre attention sur sa source mais aussi celle des macchabées alentours. Le hurlement de Carmen s'éleva également et je restais un instant interdit en voyant les deux femmes entourées ainsi de ces monstres. La plus jeune en avait tué ceux qui s'en étaient pris à sa sœur et, m'approchant d'elles, je n'eus d'autre choix que d'en faire de même ; moi qui avait jusqu'ici préféré les laisser dans leur enveloppe telle une prison, je n'hésitais pas une seconde pour sauver celles qui étaient comme une famille pour moi. Tirant Carmen par le bras pour lui faire comprendre qu'il ne fallait pas traîner, je me mettais à son opposé pour l'aider à soutenir Ana et me mit en route vers la voiture.

« Jasper ! Tu peux prendre le volant ? »

    Là c'était évident, ma voix bien que ferme avait des airs tremblotants, et mon regard était plus suppliant qu'autoritaire ; pour ça au moins j'avais confiance en lui, il nous avait ramené saint et sauf de cette autoroute alors il serait tout à fait capable de le refaire. Poussant les deux sœurs à l'arrière du véhicule, je jetais mes affaires dans le coffre ou mon deux-roues avait sa place et m'apprêtais à aller m'asseoir à l'avant quand d'autre macchabées arrivaient. Ça devenait dangereux, vraiment trop dangereux ; mon arme toujours bien en main je mettais fin à la course ralentie du cadavre qui se présentait sur ma route. Tout se passait si vite que je ne pris pas encore le temps de me demander réellement ce que tout ça impliquait, ce qu'il s'était passé, et m'assurer que tout le monde allait bien... J'aurai tout le temps d'y penser quand nous seront sortis d'ici ; si toutefois nous nous en sortions. Avant d'entrer, je criais une nouvelle fois au psychologue :

« Par là ! Ça a l'air un peu plus dégagé par derrière, faut passer par l'herbe ! »





« Tout le monde dit que la ''survie'' n'est pas facile,
que ce n'est qu'un état second clôturé soit par une renaissance, soit par la mort.
J'ai eu ma renaissance.
»

Revenir en haut Aller en bas
Jasper McCarthy
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 1914
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: See you again..   Dim 3 Avr 2016 - 22:03

L'alerte avait été sonné. On l'avait violemment tiré de son sommeil. Et c'est à moitié comateux qu'il réalisa l'urgence de la situation. Des marcheurs, ici, dans leur nid ? Impossible. Il avait passé tellement de mois à crécher ici... Sans voir l'ombre d'une horde passer par ici. Les seuls problèmes ici résidaient dans les trop nombreuses ouvertures, comme l'avait bien préciser la mexicaine au tout début. Et là, il se retrouvait à devoir trouver une sortie in extremis. Il se sentait fait comme un rat, le dos contre le mur et la boule au ventre. Ce n'est que les voix de ses congénères qui le ramena assez rapidement à la réalité.

La fenêtre. Au bord, il eut une hésitation, pendant une infime seconde il fut tenter de repartir en arrière. Se casser une jambe n'était pas dans les projets de Jasper, et il n'était jamais pour prendre des risques. Mais des coups d'oeil rapide en arrière et le regard affolé des deux soeurs le tira vers la raison. C'était pas une question de choix, c'était une question de survie. Il fallait agir vite et laisser les réflexions de coté. C'était pas le moment. Pas du tout. Et le psychologue fut l'un des premiers à sauter. Facile, rapide. Enfin pas vraiment, puisque le choc sous la force de l'attraction terrestre lui coupa le souffle momentanément. Il dut pousser sur ses jambes et s'aider de ses mains, alors qu'il était à moitié debout, à moitié à quatre pattes.

La voiture. L'objectif numéro deux.
Il avait juste eu le temps de bourrer trois affaires dans son sac, il avait laissé la majorité dedans. On s'en foutait de ce qu'il avait pu y mettre. Il n'était pas matériel. S'il s'en sortait en vie, il ferait vraiment attention à ce que son sac renfermerait. Mais un cri qui lui vrilla les tympans fit trembler tout son corps. Impossible. Qui avait été attrapé ? Le dos à la scène, il mit un quart de seconde avant de réagir, la bouche ouverte et de voir une tâche sombre s'élargir sur le haut d'Ana. À peine eut-il eu le temps de prendre conscience, qu'on le précipita à l'avant du véhicule. Les clefs en main, il s'efforçait à ne pas regarder dans le rétroviseur alors qu'il se jetait du coté conducteur. Le moteur hurlait, il avait démarrer. Il écrasa quelques rôdeurs en marche arrière. Les corps en mouvement tracèrent des trainés de sang sur la carrosserie déjà disgracieuse.

Évaluer la situation, alors que sa vue se noircissait de rôdeur, c'était pas la tâche la plus facile qu'il lui avait été incombé. Axel lui proposait l'herbe. Un petit détour, puis il reprendrait sur la route. Route sur laquelle il ferait d'autres rencontres... Mais là, il leur fallait un médecin. Il fallait aider la soeur de Carmen. Et il avait beau se concentrer sur les multiples possibilités qui s'offraient à lui pour fuir avec eux, il pouvait pas s'empêcher de jeter des regards inquiets dans ce rétroviseur.  

« J'prendrais pas le risque qu'on s'embourbe. »

Mais en même temps, les corps pouvaient très bien leur faire barrage et empêcher le véhicule d'avancer. Il fit ronronner une nouvelle fois le moteur et la voiture qui partit d'un coup. Comme si elle aussi avait eu un sursaut de survie, qu'elle n'avait pas eu envie de rester là plus longtemps. En partant sur la route, il percuta plusieurs cadavres qui s'écrasa contre la paroie en métal. Un corps noircie un instant son champ de vision avant de rouler sur le coté de la voiture. Cinquante kilomètres à l'heure. La jointure de ses doigts était blanche. Ses doigts prenaient la forme du volant. Ses dents le faisaient souffrir tellement sa mâchoire était crispée.

Où aller ? Partout et nulle part ailleurs. Loin. Ils auraient suffisamment d'essence pour mettre de la distance.

Le métal claqua, alors qu'il continuait à croiser des visages défigurés. Sans réellement s'en rendre compte il avait pris beaucoup de vitesse. Le pied figé sur l'accélérateur, filant, arrachant un bras tendu vers eux au passage. Très vite, il atteignit les cent vingt kilomètres heures. Mettre de la distance, c'était tout ce qui comptait.

Et là, alors que les visages des marcheurs s'effaçaient peu à peu avec la vitesse, le souffle étouffé d'Ana s'imposa au silence. Le rappel à l'ordre des choses, le rappel de la réalité. Comment ? Pourquoi ? Ils avaient baissé trop les bras, ils n'avaient pas suffisamment surveiller ? Évidemment, les tournées se faisaient rares, et personne n'aurait réellement pu venir les pécher dans leur quiétude.

« Il faut qu'on trouve un médecin... » C'était bien le truc le plus insensé qu'il n'avait jamais dit. Il n'y en aurait pas. Il n'y en avait plus. Ils avaient été les premiers à mourir. Mais c'était sortit comme ça, sans qu'il ne puisse vraiment contrôler ces paroles. Comme si une habitude de son ancienne vie avait ressurgi. Ça ne dura que deux secondes, alors que ses lèvres se refermaient sur un nouveau supplice.
« Faire quelque chose... » Cette pression, il la ressentait. Il s'y était attaché à Ana, mine de rien. Elle avait été la seule à l'écouter vraiment, même s'il n'avait jamais réellement compris cette positivité chez elle.
Une morsure était fatale. Hein ? Il aurait peut être mieux fallu que cela se passe comme avec Mary... Hm ? Son esprit était en train de dérailler, et le moteur à sa façon aussi.


“L’endroit le plus sombre est juste sous la bougie.” p. korean
Le silence qui suit un grand désastre est le son le plus paisible qu'on peut entendre à la surface de cette terre. Elif Shafak.

Revenir en haut Aller en bas
Carmen L. Mendoza
leader | Sanctuary Hills
Administratrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 14/06/2015
Messages : 733
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: See you again..   Lun 4 Avr 2016 - 12:21


Trouver un médecin, faire quelque chose. Passer par la pelouse, éviter de s'embourber. Les voix de Jasper et Axel résonnaient à peine à ses oreilles, alors qu'elle essayait tant bien que mal de maintenir sa petite soeur éveillée, se moquant du sang qui imbibait son jean et ses mains. Elle ne remarqua même pas la vitesse qu'avait pris la voiture, alors que le souffle de sa soeur se faisait plus rare, son pouls plus faible. Elle ne pouvait pas mourir, c'était impossible. Elle lui interdisait, alors qu'elle essayant sans grand succès de stopper l'hémorragie, et que sa soeur essayait vainement de repousser ses mains de son corps déchiré, à bout de force.

C'est fini. Murmura t-elle en fixant sans réellement le voir le plafond de la voiture, cherchant la main de Carmen pour la serrer à peine entre ses doigts tremblants.
Dis pas ça.
On sait ce qu'il se passe avec une morsure, et j'veux pas finir comme ça.
Ana, écoute moi. On s'en toujours tiré toutes les deux, et l'une ne vit pas sans l'autre, on se disait ça quand tu était petite, tu te rappelle ?
Ouais... J'me rappelle aussi de c'que je t'ai demandé y'a pas si longtemps que ça...
J'ai pas oublié.

Il lui sembla apercevoir un fin sourire sur les lèvres pâles de sa soeur, avant qu'elle ne parte dans une quinte de toux en réclamant de l'air. De l'air. Ce n'était pas dans la voiture qu'elle en aurait. Avisant l'extérieur du véhicule, elle remarqua au même moment que Jasper et Axel une vieille église, en bordure de route, visiblement inhabitée.

Arrête la voiture.

Sa voix n'avait été qu'un souffle, alors qu'elle prit sa soeur dans ses bras pour l'aider à sortir du véhicule, et que la chance leur souriait enfin en pénétrant dans une église vide, presque épargnée de la folie dans laquelle ils vivaient depuis déjà 3 longs mois.
Pas de médecins, pas d'aide médicale. Et une trousse de soins qui ne leur serait d'aucun recours là tout de suite, au vu de la perte de sang monumental d'Ana qui désormais restait allongée sur le banc ou elle fût déposée, alors que l'ex gérante lui suppliait de rester éveillée, alors que ses yeux prenaient une teinte de plus en plus vitreuse.

Je sais plus quoi faire... Murmura t-elle autant pour elle même que Jasper et Axel à ses côtés, qui ne devaient pas se sentir mieux lotti au vu de la situation.

Pourquoi avait-elle cette désagréable sensation d'être dans un cauchemar éveillé ? Sa soeur ne s'en sortirait pas, et malgré toute la volonté qu'elle pouvait avoir à la sortir de cet enfer, le sang imbibant son jean et ses mains lui confirmait que c'était déjà bien trop tard. Que toute forme d'espoir finirait par mourir, et qu'elle devrait se résoudre à l'inévitable. L'empêcher de devenir un wendigo.
Accroupie devant Ana, guettant le moindre de ses souffles alors qu'elle semblait déjà bien loin d'elle, Carmen ferma un instant les yeux, sentant la présence de Jasper et Axel à ses côtés. Et même si elle ne leur dit rien, leur présence apaisa un minimum son coeur déchiré en deux, alors que la main d'Ana dans la sienne se faisait moins présente, malgré toute ses tentatives pour la garder en vie. Du massage cardiaque au point de compression, alors qu'elle la suppliait de rester à ses côtés. Elle ne sut combien de temps elle resta là, à s'acharner sur le cadavre de sa soeur, jusqu'à ce qu'une pression exercée sur ses épaules ne la force à cesser de s'épuiser pour rien.

Ana était morte, et désormais, elle se retrouvait toute seule pour l'assumer. En silence, elle sentit les larmes brûler ses yeux sans parvenir à couler, venant fermer les yeux de sa soeur d'une main tremblante. Elle avait été mordue, elle allait se transformer. Ils en étaient tous conscients. Au bout d'un long moment ou elle se contenta de rester aux côtés du corps sans vie d'Ana, elle parvint enfin à articuler aux deux hommes non loin d'elle.

Je n'arriverai pas à la tuer, tant qu'elle ne sera pas revenue. Et c'est à moi de le faire.

Enfoncer une lame dans la tête de sa soeur morte, était tout bonnement impossible. Mais une fois que le wendigo aurait pris son corps, elle pourrait se faire à l'idée. Ce ne serait qu'une question de seconde après tout. Puis ensuite, viendrait les derniers mots. Ne pas l'enterrer, comme leur mère. La brûler le visage vers le ciel, comme l'avait fait les trois quarts de leurs ancêtres avant eux. Cette simple idée lui donna l'impression qu'une partie de son âme venait de mourir en même temps qu'Ana, alors que son corps peinait encore à encaisser la nouvelle.

Si vous voulez reprendre la route, et ne pas courir le risque de rester là, je comprendrais. Dit-elle sans fixer Axel et Jasper du regard, les yeux dans le vague.

Pour ce qu'il lui restait après tout. Elle aurait tout aussi bien pu attendre qu'Ana revienne pour la dévorer, et terminer ce cauchemar une bonne fois pour toutes.


HELP, I'M ALIVE
My heart keeps beating like a hammer,
Hard to be soft, Tough to be tender. If we're still alive, My regrets are few If my life is mine, What shouldn't I do? Come take my pulse the pace is on a runaway train (⚡) june.
Revenir en haut Aller en bas
Axel J. Kennedy
Bras droit | Sanctuary Hills
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 719
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: See you again..   Mar 5 Avr 2016 - 16:25


    Une fois que Jasper eut démarré la voiture je me laissais entrer dans un état presque second, n'entendant qu'à moitié les bruits de ce qu'il se passait autour de moi. Les étouffements sourds des corps sur la carrosserie étaient le dernier de mes soucis, je ne repensais qu'aux mots de Jasper. Il a parlé de médecin, il fallait en trouver un, mais... sérieusement ? Je m'étais retenu de lui balancer à la figure que jamais nous n'en trouveront dans tout ce bordel ; quoi qu'un des cadavres pouvait bien avoir une blouse mais celui-ci ne serait pas vraiment utile. Le médecin ici c'était Ana, et... J'ouvris de grands yeux en serrant les dents et respirant peut-être un peu trop fort. Quelques mots me venaient de derrière et d'un coup, comme si mon esprit avait essayé de mettre de côté ce que j'avais vu, mais ce n'était pas que mon imagination : le haut d'Ana était plein de sang, tout comme les mains de Carmen. C'était pas possible... comment ça a pu arriver ? Comment on a fait pour pas voir venir les choses ? Je savais que cet endroit était pas sûr, je le savais...

    Sans que je m'en rende vraiment compte, nous avions porté Ana jusqu'au banc d'une église. Malgré le côté lugubre de l'endroit, j'avais toujours trouvé que ça pouvait avoir un côté apaisant, et même si je n'étais pas particulièrement croyant, il n'y avait pas de meilleur endroit pour laisser partir quelqu'un. Parce-que c'était bien de ça dont il s'agissait, laisser partir Ana, nous ne pouvions plus rien faire pour elle et il ne servait à rien de s'acharner. Posant une main sur l'épaule de ma meilleure amie, je jetais un regard impuissant à Jasper. Que pouvions nous bien faire ? Je n'étais pas sûr d'être préparé à ça, même si nous nous étions séparé, Ana avait toujours eut une place particulière dans mon cœur et imaginer qu'elle ne serait plus... Voir la peine dans les yeux de Carmen, à quel point ça serait dur ; tout ça, c'était trop.

    Et elle s'en alla, laissant devant nous un corps vide de toute vie. C'était finit. Quand Carmen repris la parole, je ne pu m'empêcher de poser sur elle un regard à la fois choqué et terrifié. Elle voulait attendre... qu'Ana se réanime ? Pour moi qui ne tuais justement pas les macchabées pour ''punir'' le potentiel esprit humain qui était encore quelque part au fond, l'idée d'infliger à Ana un retour à la vie aussi horrible m'était insupportable. Me penchant vers elle, je passais une main sur sa joue, ôtant au passage une mèche de cheveux qui s'y était collée. Peinant à desserrer ma mâchoire, je répondis sans quitter des yeux celle que j'avais autrefois réellement aimé, même si je n'avais pas voulu me l'admettre à ce moment là.

« Elle ne mérite pas de tourner en cette chose affreuse. Tu peux pas la laisser tourner... »

    C'en était trop. Je ne pouvais supporter cette idée. Évidemment, je savais que Carmen ne se pardonnerait pas de ne pas le faire elle-même, elle lui devait cela, mais si elle voulait attendre que sa sœur se réveille, il me fallait du temps. Je posais mes yeux sur mon amie, tentant de ne pas montrer dans mon regard l'inquiétude et la peine que je ressentais, et me dirigeais vers la sortie. Il fallait que je prenne l'air, même si au final ça ne me m'aiderait en rien. Une fois dehors, je n'eus d'autre choix que de laisser sortir la douleur, hurler, pleurer ; tout serait bon pour l'apaiser un peu. Agir ainsi devant Carmen aurait été égoïste de ma part, elle souffrait bien plus et je me devais d'être là ; juste un moment, un foutu moment et je pourrais y retourner...

« PUTAIN DE MERDE ! C'est pas POSSIBLE ! C'est juste pas possible... Ça peu pas arriver comme ça, y a encore des milliers de survivants sur Terre alors pourquoi... »

    Je ne pu poursuivre, la boule dans ma gorge devenait trop oppressante. Cognant des deux poings sur le mur de la bâtisse, j'y déposais mon front et ne pu retenir mes larmes plus longtemps. C'était ça, quand on s'attachait, on finissait toujours par en souffrir. J'aurai aimé pouvoir faire comme si de rien n'était, rester fort, mais personne n'avait cette capacité pas vrai ? C'était foutrement humain, et il fallait bien que je rende à l'évidence que pour le coup, nous avions ça en commun.





« Tout le monde dit que la ''survie'' n'est pas facile,
que ce n'est qu'un état second clôturé soit par une renaissance, soit par la mort.
J'ai eu ma renaissance.
»

Revenir en haut Aller en bas
Jasper McCarthy
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 1914
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: See you again..   Ven 15 Avr 2016 - 21:58

Pourquoi... Oui, pourquoi le groupe devait-il encore subir une perte ? Sentir un nouveau poids pousser leur corps toujours plus bas. Toujours plus près de la mort. À chaque cassure, il sentait son âme en prendre un coup. Que resterait-il de l'humanité quand la fièvre serait passée ? Sous condition qu'elle passe son chemin un jour...

Jasper essayait de faire abstraction, de se couper de ce qui était en train de se produire. D'être loin pour préserver la voiture et le contenu, pour ne pas sentir la voiture dévier sur la route. Du moment où il avait enfoncé la pédale d'accélérateur et fait crisser les cailloux sous la roue, jusqu'au moment où la voix étouffée de la mexicaine lui avait demandé d'arrêter ce véhicule, le temps lui avait filé entre les doigts. L'ordre intimé l'obligea à forcer l'arrêt dans le silence alors qu'il n'osait même pas regarder cette réalité en face. Le sang noircissait les vêtements des deux jeunes femmes et la peau d'Ana avait ce teint trop clair d'une personne qui avait perdu trop de sang... Elle était peut être déjà morte quand Carmen l'avait déposé au sol à l'implorer. Aucune idée... Il s'en mordait l'intérieur des joues de ne pas savoir quoi faire. Il n'y avait rien à faire. Et impossible de demander de l'aide... C'était évident, il était trop tard...

Jasper inspira un grand coup, tentant de chasser toutes les pensées noirs qui lui obscurcissaient l'esprit... Les yeux exorbités de Mary figés, qui le regardait par exemple... Nerveusement il glissa sa main devant sa bouche avant de se rendre compte que sa main tremblait. Il la rangea mécaniquement dans les poches de son blouson, comme pour les dissimuler, et se convaincre qu'il ne craquerait pas. À ça, il allait vraiment devoir s'y habituer. Pfff, et il se disait sans attache. Lamentable. Mais il ne pleurait pas... Pas comme eux... Le barrage n'avait pas céder. Il se prendrait peut être des remarques... Peut être l'accuserait-on plus tard de ne pas avoir pleurer pour la jeune femme qui leur avait tant donné...

Il avait aidé à déposer le corps lourd de la jeune femme... Mais s'était empressé très vite de retourner dans l'entrée de la porte. Il savait qu'elle aurait besoin d'être tranquille, d'être seul. Mais il trouvait surtout l'air de l'église étouffant. Il n'aimait pas les églises. Il avait toujours trouver ces endroits sinistres. Il s'était décalé pour laisser passer un Axel à fleur de peau.

« J'attendrai le temps qu'il faudra. »

Finit-il par dire au bout de quelques secondes, et c'était comme si ça voix avait été comme un écho douloureux à ses oreilles. Pourtant il n'avait pas parlé très fort... Même s'il faudrait des heures à Carmen, il laisserait le temps à la jeune femme de faire ce qu'elle avait à faire... Il pourrait pas s'empêcher d'aller regarder à travers un carreau. Il était sorti et avait entendu Axel pester, martelant le mur avec son poing. Il ne le connaissait pas suffisamment, mais il n'aurait jamais cru le voir craquer.

Le silence était le meilleur des remèdes et il n'était pas fort en accolade. Il se posta juste à quelques pas d'Axel pour avoir une parfaite vision sur le carreau jaune de l'église. Il voyait plus ou moins distinctement les formes des deux corps. Aurait-elle le cranc de mettre fin au jour de l'infirmière ? D'éviter une morsure stupide ? Ou avait-elle décidé d'abandonner ce combat ? Ça l'inquiétait de ne pas avoir pu décelé quoique ce soit de ce genre, et il avait appris que Carmen était dans le genre... Imprévisible.

« On devrait... Surveiller... On sait jamais... »

Si les deux étaient hors circuit, il était mal. Il n'aurait certainement pas la bonne réaction si Carmen faisait quelque chose de stupide ou qu'elle n'arrivait simplement pas à détruire le cerveau de sa soeur mort-vivante... Jasper finit par se déplacer autour du bâtiment pour trouver une meilleure fenêtre. Deux ombres flous ne lui permettraient pas de juger la situation... Mais plus ils étaient loin de la porte... Ça l'énervait. Il valait mieux rester là... À coté de la porte. Quitte à passer la tête plusieurs par celle-ci... Plutôt que d'aller se mettre à l'autre bout de l'église à une meilleure fenêtre... Il jetait des coups d'oeil furtif à Axel sans vouloir répondre à sa question sans réponse.


“L’endroit le plus sombre est juste sous la bougie.” p. korean
Le silence qui suit un grand désastre est le son le plus paisible qu'on peut entendre à la surface de cette terre. Elif Shafak.

Revenir en haut Aller en bas
Carmen L. Mendoza
leader | Sanctuary Hills
Administratrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 14/06/2015
Messages : 733
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: See you again..   Lun 25 Avr 2016 - 21:57


C'est ma soeur.

Elle avait coupé Axel si froidement, le regard braqué sur lui. Jasper avait dit attendre le temps qu'il faudrait, et les deux avaient fini par quitter l'église, sans doute pour lui laisser un peu d'intimité, alors qu'elle retournait s'asseoir auprès du corps d'Ana. Immobile, le regard dans le vide, effleurant du bout des doigts sa peau devenue froide en ne pouvant s'empêcher de ressasser leurs souvenirs d'enfance. Elle avait cette sensation étrange, de la voir sans la reconnaître. Son corps était là, quasi intact malgré le sang et la morsure, et pourtant... Quelque chose avait changé. Elle avait beau détailler les traits apaisés de la jeune femme, un sentiment de se retrouver face à une inconnu lui serrait parfois le coeur, alors qu'elle arrangeait une mèche de cheveux, ou redessinait le contour de sa machoire du bout de l'index. Il y avait tellement de choses qu'elle n'avait jamais eu l'occasion de lui dire, tellement de moments qu'elles auraient pu partager si seulement elle n'avait pas été coincée à son travail, ou devait raccrocher en catastrophe. Et Lex ? Se doutait-elle seulement, si elle était encore en vie, qu'une de ses aînées avait quitté ce monde ? Qu'elle n'avait pas été assez douée pour la protéger du pire ?
Le temps sembla se changer en éternité, alors qu'elle restait à genoux, jusqu'à ce que la main d'Ana ne bouge légèrement entre ses doigts. Un infime frémissement, qui lui fit relever le regard, alors que ses paupières tremblaient à peine.

Ana ?

Peut-être qu'elle allait se relever, être faible, et que tout s'arrangerait. Qu'une morsure n'amenait pas forcément à une mort certaine, et que sa soeur ouvrirait ses grands yeux noirs en lui demandant pourquoi elle la regardait de la sorte. Mais le regard d'un bleu froid qui la fixa un instant lui donna juste la sensation que son coeur venait d'être arraché de sa poitrine, alors qu'elle étouffait un sanglot. Ana n'était plus, et désormais, il était temps de lui dire adieu, alors qu'elle n'était pas prête.

Si tu savais, comme je suis désolée. avait-elle murmuré en fixant le regard vide d'Ana, et que la main de cette dernière se refermait doucement autour de son bras en tentant de se relever. De ne pas avoir été là quand tu en avais besoin, de ne pas avoir profité de chaque minute. De ne pas avoir été une soeur idéale...

Ses yeux la brûlaient, alors qu'elle observait sans lutter le corps sans vie d'Ana se relever, et qu'un râle bien caractéristique s'échappait de ses lèvres pâles en tentant de s'approcher un peu trop dangereusement de son cou. Mais les mots ne cessaient de s'échapper de ses lèvres sans discontinuer, bloquant doucement les mouvements de sa jeune soeur pour empêcher le pire, tout en se demandant si ce ne serait pas mieux. Une morsure, et après ? Axel et Jasper sauraient s'occuper d'elle, et elle n'aurait plus à subir tout ça. La mort, la douleur. Cette plaie béante dans sa poitrine qui semblait lui promettre de ne jamais se refermer. Ce serait enfin fini. elle y pensa longuement, alors qu'elle observait à nouveau sans la reconnaître cette petite soeur qu'elle avait fini par élever comme une fille, à défaut d'avoir un père pour s'occuper d'elles. Le couteau dans une main, elle tenta par deux fois d'enfoncer la lame, sans y arriver. Les souvenirs la submergeaient, alors qu'elle sentait les larmes brûler ses joues, refusant de s'y résoudre. Peut-être que la mort était une délivrance finalement, pas un chatiment. Au final, c'était elle qui souffrait, pas Ana.

Pardonne moi. Je t'aimerai toujours...

Le couteau avait fini par transpercer la base du crâne, alors que les yeux de sa soeur se fermaient définitivement, et qu'elle empêchait le corps sans vie de s'écrouler au sol, la tenant entre ses bras dans une dernière étreinte. Un sanglot déchira sa gorge, rapidement suivi d'un second jusqu'à ce qu'elle ait l'impression de ne plus réussir à respirer. Ana n'était plus de ce monde, et elle y était désormais seule. Elle devrait continuer ce chemin, et encaisser les coups, sans sa soeur pour l'épauler. Et cette simple pensée lui fit regretter une seconde de ne pas s'être laissée mordre.
Rallongeant avec douceur le corps de sa soeur sur le sol froid de l'église, elle vint déposer brièvement ses lèvres contre le front d'Ana, faisant disparaître les larmes de ses joues d'un revers de main. Sans doute qu'Axel et Jasper devaient commencer à se poser des questions. Elle les observa en silence un long moment quand elle les rejoignit enfin, sans mot dire. Le sang sur sa main signifiait clairement quelle issue avait prit le tête à tête, et le simple fait d'en parler relevait de l'effort surhumain. Elle n'avait pas besoin de dire que c'était terminé, ils la comprendraient.

Elle voulait être incinérée visage vers le ciel, comme le veut la tradition de son... Enfin, notre peuple.

Grand mère Ama avait bien fait son boulot, ne put-elle s'empêcher de penser amèrement en se rappelant à quel point la vieille femme avait tenu à leur inculquer la fierté et les traditions Navajo. Sauf que le concept d'accepter la mort, et de voir cette dernière comme un jour de fête plutôt que de deuil, ce n'était pas pour elle. C'était injuste, tout simplement. Elle laissa couler les larmes sur ses joues en silence, sans tenter de les retenir, baissant le regard vers le sol.

Une fois que ce sera fait, on pourra reprendre la route.

Prendre des coups, se relever. Elle avait fait ça toute sa vie. Mais est-ce qu'elle était vraiment en mesure de continuer ? Ca, elle commençait sérieusement à en douter.


HELP, I'M ALIVE
My heart keeps beating like a hammer,
Hard to be soft, Tough to be tender. If we're still alive, My regrets are few If my life is mine, What shouldn't I do? Come take my pulse the pace is on a runaway train (⚡) june.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: See you again..   Aujourd'hui à 5:19

Revenir en haut Aller en bas
 

See you again..

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-