Partagez | .
 

 Toc toc toc, mais qui est là?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Auteur
Message
Ziggy Haring
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 203
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Toc toc toc, mais qui est là?    Jeu 21 Avr 2016 - 1:22


   
   
   

Toc toc toc, mais qui est là ? | Ziggy Haring & Juliane Lyndey

Ce qu’aimait Ziggy, c’était comprendre la personne, sans avoir besoin de lui poser mille questions pour la connaître. Quand il avait rencontré Betty, il avait comprit quelque chose que les gens qui la connaitre semblaient avoir oublier : Elle était enfermée dans le monde de sa maladie, et personne ne la voyait autrement que par son cancer. Il l’avait comprit lors de leur première rencontre, à l’hôpital des enfants dans lequel elle était encore suivit puisque les médecins la suivaient depuis ses treize ans. Elle subissait le spectacle de Ziggy de loin, observant la réaction des plus jeunes comme un reporter animalier. Elle s’était délectée de ces visages parce qu’elle savait qu’elle n’aurait plus le droit à cela à cause de sa maladie. Il l’avait aimé parce qu’elle avait plein de choses à dire, elle avait eu besoin de quelqu’un pour l’écouter. Elle se posait des questions sur le monde auxquelles la plupart des gens ne pensaient pas.

Juliane était un peu comme ça. Elle semblait se battre, comme tous les autres survivants, mais elle avait quelque chose dans les yeux qui brillait, une étincelle bondissante qui semblait tenter de manifester sa présence. Ziggy l’avait remarqué et cela lui plaisait. Il aimait son humour qui se voulait rassurant, elle semblait s’en servir pour se protéger de ce nouveau monde qu’ils subissaient. Elle avait cependant des petits coups d’œil vers le magicien qu’il remarquait et le faisait sourire, le nez sur son assiette. Quand elle affirma qu’ils avaient un objectif commun, il accentua ce sourire en n’osant pas tout de suite relever le regard vers elle. Il reprit une bouchée à la place avant de reposer sa fourchette et d’enfin relever la tête.

Elle disait vrai. Il serait difficile de continuer d’entretenir cet endroit, mais Ziggy n’était pas prêt. Il se voilait la face, faisait croire à tout le monde que tout allait bien, qu’il était impulsif et malin, mais c’était aussi la peur qui lui faisait garder cet endroit le plus longtemps possible. Il ne voulait pas la laisser derrière lui. Il ne le supporterait pas. Perdre la boutique signerait son arrêt de mort, c’est ce qu’il pensait au plus profond de son être. Bien sûr, il gardait tout cela enfouit et n’en avait pas vraiment conscience au moment présent. Mais il avait l’impression que Juliane, dans son regard, comprenait quelque chose sur lui qu’il n’arrivait pas lui-même à formuler.

Son sourire s’évapora tout doucement le long de son visage alors qu’il pensait à la boutique. Il leva la tête en dévisageant son propre intérieur. Il aimait cet endroit parce qu’il sentait quelque chose. Peut-être pas « une présence », mais véritablement quelque chose. Il s’enfonça alors contre son dossier et croisa les bras sur son estomac, qu’il avait très creux, en souriant finalement de nouveau. Juliane avait terminé de manger et semblait épuisée. Ziggy grimaça en même temps qu’elle en la voyant souffrir. « Tu es sûre que ça va ? » Demanda-t-il soudainement sérieux, la voix d’autant plus rauque que d’ordinaire. Nouveau sourire. « J’espère que tu vas pouvoir te refaire une santé. D’ici quelques semaines il fera vraiment beau. Si… Si tu veux bien rester quelques jours. » Il ne voulait pas qu’elle pense qu’il ne lui demande de rester. Mais d’un autre côté, il voulait qu’elle reste.

Mais au moment où il allait lui demander, Juliane fit référence à Selene. Ziggy eu un sourire un peu maladroit et se gratta l’arrière de la tête. « Oh… Disons simplement que… J’en sais rien. » Et c’était vrai, il n’en savait rien. Il n’avait pas prévu la retrouver. Elle, la fille qu’il avait embrassé sur le bas de la porte de chez elle, après avoir eu un rendez-vous, avant que ce monde ne devienne la Post Apocalypsia. « C’est bien, de rester avec quelqu’un juste pour se remémorer le bon vieux temps tu vois. » En disant cela, il mettait de côté son propre rapport avec cet endroit. Mais d’un autre côté, il encourageait les rencontres du nouveau monde, il encourageait sa relation avec elle, Juliane. Il eu un sourire en coin alors qu’elle s’excusait avant de se lever. Il se pencha vers elle, son visage plutôt proche du sien, avant que la fossette de sa joue ne se creuse un peu plus. De son pouce, il chassa une tâche de sauce tomate sur le menton fin de la jeune femme, tout doucement. « Tu n’y es pour rien. Par contre tu as de très jolies cernes. Tu devrais dormir. »

Il se redressa et jeta un œil à la pièce, dans laquelle trônait le canapé qui pouvait se déplier. Ziggy fit la moue. Il haussa les épaules et posa de nouveau son regard vers Juliane. « Je te propose ma chambre. »


"J’aime bien les hyènes. Parce que la hyène c’est un animal dont on parle jamais alors que c’est un animal qui peut être très important ! Parce que moi je trouve qu'être ami avec une hyène souvent c’est plus important qu’être ami avec... avec des vrais amis. C’est... Elle vous protège. Si y’avait du danger et ben « Et ben moi, et... je suis ami avec une hyène » Alors la évidement !"
Revenir en haut Aller en bas
http://fanficamplificatum.blogspot.fr/
Juliane Lyndey
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 610
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: Toc toc toc, mais qui est là?    Jeu 21 Avr 2016 - 11:52




Toc toc toc mais qui est là?




Pour le moment, il était trop tôt pour faire entendre raison à Ziggy. Même si cette expression n'était pas vraiment la bonne. Jill voulait faire comprendre son point de vu au magicien. Sans pour autant lui imposer ses choix. Vivre en ville au jour d'aujourd'hui… C'était tellement risqué… Trop dangereux… Ils devenaient bien trop nombreux… Pour la jeune femme, ce n'était pas bien compliqué de se replier dans les bois, à la campagne. Elle en sortait. C'était son état naturelle. La ville n'avait jamais été son grand amour. Elle l'était encore moins maintenant qu'il était impossible de marcher trois pas sans passer pour un casse dalle sur pattes.

Mais elle avait bien comprit que cette boutique était bien plus que ça pour celui qui était son ami. Il lui avait parlé un peu de Betty. De leur histoire… Et la jeune photographe comprenait. Alors elle lui exposerait son idée, en insistant sur le fait qu'elle voulait le savoir en sûreté. Même si ce mot était lui aussi un peu particulier à employer puisqu'il n'existait aucun endroit pour être en sécurité complète. Pas un son n'était sorti de la gorge de Ziggy… Jill le savait : ce n'était pas le moment. Même s'ils n'avaient passé que peu de temps ensemble, ils pouvaient se vanter l'un l'autre de se comprendre mutuellement plutôt assez bien.

Jill préféra la jouer humour, malgré le fait qu'elle avait mal de partout et que sa cage thoracique la faisait souffrir le martyr. Un petit rire sortie de la gorge de Juliane en entendant l'inquiétude dans la voix de Ziggy. Un sourire en coin alors qu'elle penchait la tête sur le côté pour le regarder, même si la dernière fois il l'avait comparé à un chaton. « -ça va no stress magicman... » Elle lui adressa un clin d'oeil, avant de détourner le regard en se passant une main dans les cheveux. Il voulait qu'elle reste au moins quelques jours… Mais elle détourna la conversation parlant de la fille qui faisait battre le coeur de Ziggy la dernière fois.

Bon visiblement elle venait de mettre les pieds dans le plat. Bien comme il fallait. Mais bon à force ça devenait presque sa marque de fabrique à la miss. La réponse qu'il lui donna voulait tout et rien dire à la fois. D'ailleurs qu'est ce que ça pouvait bien lui faire qu'il veuille ou non retrouver la brunette au regard ténébreux ? Lorsqu'il parla du bon vieux temps, elle détourna le regard. Ça elle ne savait pas ce que c'était. Parce qu'ici, au milieu de Seattle, elle n'était qu'une étrangère. Personne de son passé. Personne qui l'avait connu avant. Vraiment connue. Vraiment vu avant tout ça. Personne pouvait constaté la fêlure qui s'était créer en elle. Le petit assombrissement dans ses yeux. La pente devenait glissante et elle n'avait pas envie de parler de tout ça. Alors elle préféra se lever en s'excusant si jamais elle était à l'origine de quoi que se soit.Même si ce n'était pas poli de s'excuser soi même ! Limite elle entendait la voix de sa mère en pensant à ça.

Son regard accrocha celui de Ziggy lorsqu'il se pencha vers elle, son visage si proche du sien. Mais elle baissa les yeux sur son nez, lorsqu'il caressa son menton, comme si elle voulait voir son geste. Un sourire amusé vint à nouveau étirer ses traits, et elle souffla : « -tu les trouves jolies c'est vrai ? » à nouveau une pointe d'humour un peu décalée, un sourire en coin, un plissement de nez presque mutin. Il lui avait vraiment manqué… Jill se pinça les lèvres en regardant le visage du magicien, alors qu'il détaillait la pièce qu'il connaissait pourtant par coeur. Elle n'était pas la seule à avoir des cernes…

« -je crois que même si tu m'avais dis la baignoire ou la paillasson j'aurais dis oui... » mais il avait dit la chambre… Et même si elle ne laissa rien paraître, Jill n'était pas vraiment désireuse d'avoir droit de dormir dans cette pièce là. La dernière fois qu'elle y avait mit les pieds, Bob était entre la vie et la mort… Tout était parti en live après… Mais comme ce n'était son style de passer pour une petite âme sensible, elle déposa ses lèvres sur la joue de Ziggy, un baiser rapide, avant de s'éloigner pour prendre ses affaires. Son sac sur l'épaule, elle ouvrit la porte de la chambre du magicien, et avant de regarder à l'interieur, elle se tourna en direction du jeune homme et dit : « -bonne nuit alors... » Un sourire avant qu'elle ne face un pas dans la chambre. Mais elle se ravisa et ajouta en passant la tête par l’embrasure : « -et merci pour le repas c'était un délice ! » Un clin d'oeil, un petit rire avant qu'elle ne ferme la porte derrière elle.

Jill cala son dos contre le bois de la porte, fixant le lit deux places. Plus de sourire, plus de rire… Elle laissa glisser son sac à dos sur le parquet, et avala sa salive avec lenteur. Ce n'était qu'une pièce… Qu'un lit… Mais les souvenirs remontaient… Même si elle aurait aimé les laisser bien ranger quelque part dans sa tête. La jeune femme décida de faire face à tout ça, de combattre ce qu'elle ressentait. Parce que c'était du passé parce que ça ne comptait plus. Elle quitta son jeans pour un short court et troqua son haut pour un t-shirt trop large pour elle. Un léger sourire… Première nuit depuis plus d'une semaine qu'elle pouvait dormir correctement… Alors elle se glissa dans les draps, bien décider à dormir…

Chose qui fut impossible…
Jill tourna encore et encore entre les draps… Le sommeil la fuyait… Comme assez souvent… Impossible de savoir combien d'heures ou de minutes s'étaient écoulées… Une peut-être deux...

Elle décida alors de se lever à nouveau. Elle prit un petit carnet dans son sac à dos, ainsi qu'un stylo. Elle avait prit l'habitude de noté les grandes lignes de ses journées. Et aujourd'hui… Elle avait retrouvé Ziggy… La lumière de la lune lui permettait de voir ce qu'elle griffonnait, assise sur le reborde la fenêtre, les jambes remontées pour s'en servir d'appui. Son regard se détourna de la page au bout d'un certain temps, fixant la rue qui grouillait de rodeurs… Le front contre le carreau froid, elle soupira…  

AVENGEDINCHAINS



Il fut un temps où tu étais sauvage
ne les laisse pas te dompter...
Revenir en haut Aller en bas
Ziggy Haring
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 203
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Toc toc toc, mais qui est là?    Ven 22 Avr 2016 - 2:20


   
   
   

Toc toc toc, mais qui est là ? | Ziggy Haring & Juliane Lyndey

Lui proposer de prendre sa chambre était une façon de se laisser un petit moment. Un petit moment pour réfléchir. Parce que son cerveau commençait à se tordre dans tous les sens et qu’il fallait qu’il s’éloigne quelques instants de son visage. Il avait changé les draps depuis le départ de Bob, en espérant que plus jamais personne n’irait souiller son intérieur. Il avait eu une infecté à l’intérieur de cette maison. Il avait placé un tapis à l’endroit où du sang avait été impossible à récupérer. Il aurait préférer éviter y repenser et se contenta de rire à la blague de Juliane, débarrassant la table de leurs bols et leurs assiettes vides.

Jilly se dirigea vers la chambre et referma la porte derrière elle. Ziggy se dirigea alors vers l’évier en posant la vaisselle sale et posa ses deux mains sur le rebord de l’inox. Il poussa un gros soupire et se passa les mains dans les cheveux. Elle était bien là. Il avait pensé à elle. Souvent. Bien sûr, la majorité de ses pensées étaient occupées par ses vieux démons et la nécessité de s’occuper de tout, pour survivre, tout simplement. « C’est bon Zig’, c’est bon. T’es con là. » Il toussota et secoua la tête.

La nuit était définitivement tombée, lorsqu’il avait décidé de ne pas frapper à la porte de la chambre. Il s’était ravisé et avait troqué sa chemise jaune contre un T-shirt noir, un peu trop grand pour lui. Il n’avait qu’un caleçon à rayures fines bleues et tirait sur ses longues chaussettes noires en faisant la moue, déplaçant des tas de paperasses, des journaux qui dataient de plusieurs mois qu’il conservait auparavant sans les lires, les recevant en même temps que les factures. Une grande partie se trouvait sur le fameux canapé, qu’il n’eut pas le courage de déplier. Il s’affala dessus en entendant au même moment son matelas dans l’autre pièce s’affaisser. Elle se couchait aussi. Ziggy eu un sourire en coin pour lui-même avant de se passer un bras derrière la nuque, gigotant pour trouver une position confortable.

« Raaah putain. » Il marmonna et se passa une main sur le visage avant de se relever. « Oh puis merde. » Au même moment, il y eu du mouvement dans la pièce d’à côté. Il se leva aussi et tapota à la porte, pas comme une frappe contre le bois mais plutôt comme un grattement. Il ouvrit tout doucement la porte et resta dans l’encadrement de cette dernière, les bras maladroitement croisés sur le torse, les jambes nues, le duvet en contre-jour à cause de la lumière de la Lune. Les cheveux devant le visage, Ziggy fit un léger mouvement de tête pour en chasser quelques mèches en souriant. « Eh… » Il avait dit ça tout doucement pour lui faire relever la tête de son carnet. Il n’était pas sûr qu’elle l’ait entendu, alors il se rapprocha et s’agenouilla près d’elle, vers la fenêtre.

D’accord, Ziggy s’était senti seul pendant ces jours passés à la boutique. Le souvenir de Betty était ici, mais Ziggy restait tout seul, tous les jours, à marmonner tout seul et à penser à une fille qu’il avait réussit à retrouver. Combien y avait-il de chances pour qu’il ne la retrouve en vie ? Finalement, c’était elle qui l’avait retrouvé. Elle avait traversé toute la ville pour atterrir ici, juste pour savoir si il était toujours vivant. « Je… Je voulais juste... Je croyais que tu dormais. » Il esquissa un sourire, dévoilant ses dents réfléchissant la lumière nocturne. Il se redressa alors doucement de tout son long et tendit une main à Juliane.

Il avait envie de l’avoir dans son champ de vision. Alors il trouvait idiot de s’en priver. Il lui faisait comprendre son envie de rester libre comme l’air, mais ses yeux lui demandait de rester près de lui. Tout près. Un peu plus près. Ziggy lui tenait toujours la main en basculant vers son lit aux draps défaits par la tentative de Juliane de sombrer dans le sommeil. « Tu m’as vraiment manqué. » Dit-il en approchant un peu plus son visage du sien.


"J’aime bien les hyènes. Parce que la hyène c’est un animal dont on parle jamais alors que c’est un animal qui peut être très important ! Parce que moi je trouve qu'être ami avec une hyène souvent c’est plus important qu’être ami avec... avec des vrais amis. C’est... Elle vous protège. Si y’avait du danger et ben « Et ben moi, et... je suis ami avec une hyène » Alors la évidement !"
Revenir en haut Aller en bas
http://fanficamplificatum.blogspot.fr/
Juliane Lyndey
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 610
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: Toc toc toc, mais qui est là?    Sam 23 Avr 2016 - 19:05




Toc toc toc mais qui est là?




Un léger petit mouvement, comme si elle venait d'être prise en flagrant délit. Un pincement de lèvre, tout en tournant la tête en direction de la porte qui venait de s'ouvrir pour laisser apparaître Ziggy. « -hey... » souffla -t-elle d'une voix douce et basse. Même si c'était un peu con puisqu'ils n'étaient que tout les deux ici. Personnes ne pouvaient être gêné pour leurs discussions… Mais c'était surement plus pour ne pas briser cette atmosphère, celle qui s'installe lorsque les gens partent se coucher. Cette sorte de ouate douce et molletonnée qui apaise. Jill referma son carnet, coinçant le crayon entre les pages un peu cornées. A peine le temps de faire ces gestes que Ziggy était venu près d'elle. Pour une fois, c'était elle qui le regardait de plus haut. Elle lui sourit toujours avec autant de douceur en le regardant grâce à a la lumière pâle de la lune.

Dormir ? En vérité, elle aurait adoré en être capable. Malheureusement ce n'était pas le cas. Comme assez souvent, le marchant de sable l'avait boudé, oubliant de déverser sur ses paupières une bonne poignée de cette poussière soporifique. Elle souffla pour seule réponse : « -non… J’entretiens mes jolies cernes… » Elle aurait aussi pu répondre que c'était un poil déstabilisant qu'il ait eu envie de venir la regarder dormir… Mais elle était face à Ziggy. Et rien venait de sa part ne lui faisait ressentir de gêne. Il y avait une certaine compréhension entre eux, quelque chose qu'elle ne définissait pas. Quelque chose qui l'avait poussé à venir voir s'il était encore vivant. Jill pencha légèrement la tête sur le côté, alors qu'il venait de lui tendre la main. Son regard était passé de la main de Ziggy au visage du magicien.

Jill déposa son petit carnet sur le rebord de la fenêtre, avant de poser ses pieds sur le sol. Elle se leva son regard ne quittant pas le visage de Ziggy. Sa main quelque peu froide vint se glisser dans la paume tendue, alors qu'un sourire étirait ses lèvres avec douceur. Ça aussi s'était quelque chose qu'ils avaient en commun. Besoin de se sentir et surtout de rester libre. Tout en ayant besoin de la présence de quelqu'un. Ce quelqu'un ce soir c'était lui. C'était elle. Et ça faisait du bien.

Avec lenteur, elle prit place à côté du magicien, sa main dans la sienne. C'était étrange comme elle aimait entendre ces mots. Qu'elle lui avait manqué. Vraiment manqué… Son sourire s'étira un peu plus, dévoilant ses dents blanches alors que leurs visages s'étaient rapprochées. Jill ne s'était jamais posé de question par rapport à sa relation avec Ziggy. Comme la plus part du temps en fait, lorsqu'elle avait un certain feeling avec un homme. Elle savait qu'elle l'appréciait pour ce qu'il était. Pour son côté décalé, qui la faisait rire et qui rendant ce monde un peu plus facile à vivre. Pour son franc parlé qui était semblable au sien. Mais aussi pour cette sorte d'envie protectrice à son égard, sans être pour autant déplacé et la considérer comme une personne fragile.

Elle n'était pas invincible, même si elle parvenait maintenant à s'adapter bien mieux au monde actuel. Les jours étaient passés, et elle avait apprit bien des leçons. Merci la vie ! Elle n'avait jamais aimé paraître faible. Afficher ses faiblesses, sa fragilité. Et pourtant, elle était bien comme tout le monde. Parfois au bord du gouffre, sombrant dans le désespoir et la peine. Parfois elle se sentait seule. Parfois elle avait besoin d'attention et de tendresse. En présence de Ziggy, elle retrouvait tout ça. Et une nouvelle fois : ça faisait du bien. Toujours à voix basse, elle souffla en venant passer en douce caresse le bout de son index sous les yeux du magicien, là juste sur les cernes qu'il avait lui aussi : « -on va pouvoir faire un concours... » Il appuya doucement son doigt sur le bout du nez du jeune homme avant de poser sa main sur son torse et de les entraîner à s'allonger sur le matelas qui n'attendait que leurs deux corps. Elle laissa sa main où elle était placée, remontant ses jambes pour ne pas avoir froid aux pieds. « -qu'est ce qui t'empêches de dormir ? » demanda-t-elle sur un ton de confidence, son visage tourner vers celui de Ziggy.

AVENGEDINCHAINS



Il fut un temps où tu étais sauvage
ne les laisse pas te dompter...
Revenir en haut Aller en bas
Ziggy Haring
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 203
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Toc toc toc, mais qui est là?    Dim 24 Avr 2016 - 1:44


   
   
   

Toc toc toc, mais qui est là ? | Ziggy Haring & Juliane Lyndey

 La pénombre ne laissait entrevoir les traits du visage de Juliane. Une clarté étonnante grâce aux rayons de la Lune qui rendait le moment d’autant plus calme. Au loin, on pouvait entendre quelques grognements étouffés par brume du printemps. Ziggy eu un sourire quand elle leva les deux pouces pour lui caresser les pommettes, juste au-dessous des yeux. Il arrivait à voir se refléter les traits de son contre-jour dans les dents blanches de sa compagne d’infortune. Elle avait un sourire à vous faire rougir, le genre de sourire irrésistible qui faisait oublier l’Apocalypse.

Elle l’accompagnait avec lui vers le lit, sa main jointe à la sienne, les doigts entrelacés. Ziggy ne savait pas vraiment quoi dire ou quoi faire, parce qu’elle le prenait aux tripes. Il avait réussi à faire sans compagnie depuis toutes ces semaines. Il avait eu de la compagnie, en trouvant ce type, Kerwan et en rendant service aux gens qu’il pouvait croiser sur sa route. Mais ça n’était pas la compagnie de Juliane. Il lui avait saisi la main pour la première fois pour lui sauver la vie malgré le fait qu’elle soit à moitié en pleure, totalement paniqué à l’idée de se séparer de Bobby, qu’elle avait essayé de rejoindre dans ce centre commercial.

Il repensa à ça lorsqu’il l’attira vers lui pour l’embrasser. Ça n’était plus un baiser à la volée comme ils avaient pu déjà s’échanger, un baiser plus intime. Il n’avait rien d’impératif, il avait été doux, comme une caresse. Ziggy ne s’était même pas rendu compte qu’il tenait tout contre lui Juliane, à demi-allongé , appuyé sur un coude. C’était la réponse à sa question. Il n’arrivait pas à dormir parce qu’il pensait à elle qui était dans la pièce d’à côté et qui avait traversé une ville infestée d’infectés juste pour le retrouver lui. Le magicien ridicule qu’il était. Mais pour ce soir, ça lui semblait être assez pour avoir besoin de ses bras. Il avait envie de la tenir tout près, elle et sa tignasse emmêlée.

Après un petit instant, Ziggy s’attendait presque à se prendre une gifle, à se faire repousser par la jeune femme. Mais il rouvrit les yeux d’un coup, comme s’il venait justement de se recevoir quelque chose. Pourtant, rien à l’horizon. Juste son corps chaud contre le sien, leurs jambes presque nues entremêlées les unes aux autres. Il hésita puis sourit. C’était bête, d’un côté, de vouloir simplement la sentir contre lui. Bien sûr, cela lui faisait surmonter des ardeurs auxquelles il n’avait pas franchement pensé tout de suite, mais après tout pourquoi pas. Ce qu’il recherchait avant tout, c’était cette alchimie qu’il ressentait entre eux. Elle bouillonnait en silence.

« Tu peux m’envoyer chier si tu veux je ne t’en voudrais pas. » Dit-il doucement en sachant pertinemment que c’était simplement pour se donner bonne confiance, alors qu’il s’allongeait plus à son aise en la rapprochant d’un geste du bras. Ils étaient blottis l’un contre l’autre, ça avait quelque chose de si simple que ça en était d’autant plus agréable. Quand il disait qu’elle lui avait manqué, ça n’était pas des histoires. C’était vrai parce qu’au fond de lui, Ziggy se sentait seul. Il aurait certainement besoin d’une compagnie, parce qu’il finirait par devenir fou. Il deviendrait fou à coup sûr s’il ne laissait pas cette boutique derrière lui.

Il n’était pas encore près à cela mais il était prêt pour recevoir Juliane à l’intérieur de son esprit. Elle s’y était déjà incrusté. Délicatement, Ziggy glissa ses mains dans le dos de la jeune femme en touchant pour la première fois sa peau à proprement parler, le creux de son dos réchauffé par leur étreinte. Il décrivait des cercles paresseux à l’aide de la pulpe de ses doigts, en lâchant un soupire de contentement dans la nuit.


"J’aime bien les hyènes. Parce que la hyène c’est un animal dont on parle jamais alors que c’est un animal qui peut être très important ! Parce que moi je trouve qu'être ami avec une hyène souvent c’est plus important qu’être ami avec... avec des vrais amis. C’est... Elle vous protège. Si y’avait du danger et ben « Et ben moi, et... je suis ami avec une hyène » Alors la évidement !"
Revenir en haut Aller en bas
http://fanficamplificatum.blogspot.fr/
Juliane Lyndey
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 610
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: Toc toc toc, mais qui est là?    Dim 24 Avr 2016 - 16:07




Toc toc toc mais qui est là?




Un baiser… Jill s'était attendu à une réponse verbale, à quelques mots pour lui expliquer pourquoi il n'y avait pas qu'elle qui ne trouvait pas le sommeil. Mais Ziggy en avait décidé autrement, venait prendre possession de ses lèvres avec douceur. Rien du furtif, rien de rapide. Un baiser plein de tendresse, voilà ce qui venait de se produire. Un baiser auquel, encore une fois, elle n'avait répondu tout de suite, un peu surprise. Décidément, ça devenait presque une habitude entre eux. Et pourtant, elle était comme surprise à chaque fois. A croire qu'elle était incapable de voir venir les choses ou de lire correctement dans les messages cachés que pouvait lui envoyer les gestes ou les regards du magicien. Ses paupières s'étaient fermées, comme pour savourer la douceur qu'apportait ce baiser. Elle les garda fermer durant quelques secondes encore, alors que Ziggy avait détaché ses lèvres des siennes.

Elle sourit à son tour, après avoir pincer ses lèvres entre elle. Un léger froncement de sourcils malgré son sourire amusé. L'envoyer chier ? Pourquoi ? Il ne l'avait pas forcé. « -dis pas n'importe quoi... » chuchota la jeune femme, blottit dans les bras de Ziggy. Ce n'était pas dans ses habitudes de faire ce genre de geste. Et pourtant, alors qu'elle sentait qu'il glissait ses doigts dans son dos, caressant avec toujours autant de douceur sa peau, quelques questions lui venait.

L'homme qui se trouvait juste là, c'était Ziggy. Un homme a qui elle tenait. Quelqu'un qui était devenu, malgré le peu de temps passé ensemble, important à ses yeux. Juliane tenait à lui, et elle ne voulait pas le faire souffrir. Il lui avait parlé de Betty, de leur histoire d'amour. Elle avait pu voir dans ses yeux qu'il avait été, l'était sans doute encore, éperdument amoureux de cette jeune femme. Mourante ou pas, il avait su l'aimer, plongeant dans cette relation sans se poser la moindre question sur les conséquences que ça aurait sur son coeur. Il souffrait de son absence. Jill le savait. Et le problème c'était… Que ce genre de comportement lui foutait la frousse.

Jusqu'à présent, elle n'avait été l'actrice que de quelques histoires, des petites romances. Pas de grande histoire d'amour pleine de sentiment pour elle. Elle ne savait pas être ce genre de femme. Juliane c'était celle qui faisait souffrir. Celle qu'aucun homme à présent n'avait été capable de retenir, de l'embarqué dans ce tourbillon d’émotions. Elle avait toujours mit un terme à ses relations lorsque cela devenait trop sérieux. Pourquoi ? Elle ne le savait pas vraiment. Mais elle était comme cela. Et elle n'avait pas envie de faire souffrir Ziggy. En aucune façon. Alors elle devait savoir… Savoir si ce n'était qu'un soir, qu'un manque de tendresse. Ou une envie réelle de partager quelque chose de plus profond avec elle. Si s'était l'option deux, elle savait, elle ne pouvait pas répondre positivement. Parce qu'elle se connaissait.

Tout en pensant à cela, Jill avait baissé les yeux sur le t-shirt de Ziggy. Un peu perdu dans ses pensées, ayant peur de dire un truc qu'il ne fallait pas. De faire un pas de travers. L'apocalypse ambiant l'avait fait changé. Elle n'était plus la même. Mais elle savait qu'actuellement, elle n'était toujours pas prête à ce genre de relation. Surtout maintenant qu'il était possible de perdre quelqu'un encore plus facilement qu'avant. Par politesse, mais surtout par respect pour lui, elle devait lui parler de tout ça avant que quoi que ce soit de plus fou se passe entre eux. « -écoute... » Jill releva son menton pour regarder le magicien, murmurant toujours, sa voix toujours douce : « -tu va surement me prendre pour une gamine ou je sais pas quoi... » Un léger sourire presque gêné sur les lèvres, elle poussa un petit soupir avant de se jeter à l'eau, se tournant sur le ventre, positionné sur les coudes. « -je veux pas te faire souffrir Ziggy… Alors... »

Pff… Comment parler de ça sans passé pour une nana tordue ? Et s'il se mettait à rire en se foutant de sa gueule, comment reprendre les choses là où elles en étaient… Non mais non, il fallait qu'elle le dise avant… Avant elle ne savait pas quoi… « -juste… » A nouveau elle marqua pourtant une pause. Elle devait passé pour une fille bien étrange… Il allait partir en courant ! « -j'suis pas une fille gentille. » ça, ça sonnait vraiment bizarre non ? La jeune femme se passa une main sur le visage, avant de tout balancer : « -j'suis pas une fille dont on tombe pas in love. Enfin si… Enfin… Le truc c'est que je suis la plus douée du monde pour faire souffrir les mecs… Tous ceux qui ont essayé… » Vachement le moment de parler de ses ex...  « -roh merde… Bref… J'aime notre complicité, ta bienveillance, ta douceur et ta tendresse. Tu m'as aussi beaucoup manqué. Et j'veux pas de faire de mal. Donc… Donc si c'est juste pour un câlin ok… Mais… » Mais si c'était pour lui confier son coeur, hors de question. Elle se connaissait trop bien. Soudainement, alors qu'elle regardait enfin le visage de Ziggy qu'elle avait évité durant tout son blablalba merdique, elle se mit à rire d'elle même. « -j'suis ridicule… dis le va s'y... » Oui, si ça se trouve elle était en train de se taper un gros film.  

AVENGEDINCHAINS



Il fut un temps où tu étais sauvage
ne les laisse pas te dompter...
Revenir en haut Aller en bas
Ziggy Haring
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 203
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Toc toc toc, mais qui est là?    Dim 24 Avr 2016 - 16:40


   
   
   

Toc toc toc, mais qui est là ? | Ziggy Haring & Juliane Lyndey

Il s’attendait vraiment à ce qu’elle lève la main sur lui, sans quoi il se serait défendu par une blague vaseuse et une bonne soirée souhaitée à la va-vite. Mais ça n’avait pas été le cas. Juliane s’était laissée surprendre par son baiser sans pour autant le protester. Dans ce lit, il avait envie d’elle, mais il ne voulait pas faire n’importe quoi. Il traitait bien les jeunes femmes qu’il avait fréquenter après Betty, mais il n’avait jamais réussit à s’attacher.

Est-ce qu’il était encore possible de s’attacher à quelqu’un en Post Apocalypsia ? La preuve que oui ; mais Ziggy avait conscience que ça ne pouvait plus être comme dans l’Ancien Monde. Il y avait le danger permanent qui les empêchaient de faire des plans sur la comète. Actuellement, il ne voulait rien promettre à Juliane, ni rien lui demander de particulier, puisqu’il savait très bien qu’ils ne pourraient pas, l’un comme l’autre, tenir ces promesses.

Alors, quand Juliane roula sur le ventre, couchée juste à côté de lui, tout contre lui, Ziggy haussa les sourcils avant de placer l’oreiller correctement contre sa nuque pour être bien installé, pour pouvoir regarder la jeune femme. Il esquissa un petit sourire en coin en glissant sa main sur le côté de la hanche de Juliane. « Je suis tout ouïe. » Répondit-il lorsqu’elle lui demanda son attention. Une gamine ? Elle ne se rappelait pas que l’amour de sa vie n’avait que dix-neuf ans ? Il se souvenait parfaitement des préoccupations d’une jeune fille, alors il ne pouvait certainement pas la blâmer.

Quand elle lui dit qu’elle ne voulait pas le faire souffrir, le magicien eu un nouveau sourire. « C’est trop gentil de ta part Jill’. » Bien sûr, il la taquinait, mais il comprenait pourquoi elle lui disait ça. Il savait que c’était à cause des conditions, à cause de l’épée de Damoclès qui les surplombaient. C’était assez ironique, mais Ziggy pensait qu’ils auraient fait un couple plutôt équilibré avant que ce pays ne se transforme en Post Apocalypsia. D’un air distrait, il caressa les cheveux de Juliane, les yeux rivés sur elle alors qu’elle évitait de le regardait. Est-ce qu’il l’aimait ? Bien sûr. Est-ce qu’il s’attendait à la grosse love story de sa vie ? Pas du tout. Aucune chance. « J’aime aussi tout ça. Genre, tout, ça. » Il avait séparé ses mots par des haussement de sourcils avec un sourire aux lèvres.

Lorsqu’elle rit, Ziggy ne put s’empêcher de secouer la tête de droite à gauche. Il se redressa sur les coudes et l’attira contre lui. « Nan bon écoute. Je t’aime beaucoup, tu me rends dingue et je n’ai aucune explication pour ça. Je vais pas te promettre de pas foutre le camp, j’ai tendance à faire ça. Je peux pas te promettre de pas crever parce que ben… J’peux crever demain, et toi aussi. J’peux pas te promettre de sauver l’monde parce que j’sais juste faire sortir des lapins et des cartes du cul du pape, mais j’comprends rien à c’qui s’passe ici. » Il rit à sa propre blague et prit le menton de Juliane avec ses deux doigts. « Je peux juste assurer ce que je veux là, maintenant, tout de suite. »

Nouveau haussement de sourcils. Il la voulait elle. Il avait énormément d’affection pour elle et il avait besoin de son corps contre le sien. Malgré Betty, malgré l’Apocalypse, malgré le danger permanent. Ziggy savait ce que c’était que de souffrir, perdre sa petite amie de l’époque avait été l’évènement le plus traumatisant de sa vie, lui qui n’avait pas eu de vie de famille digne de ce nom. L’Apocalypse n’était rien comparé à la douleur qu’il avait pu ressentir. Et en se penchant pour embrasser Juliane en basculant vers elle, il savait à quel point il avait de la chance d’être ici, bien vivant. Quelque chose dont il pouvait se vanter : Tout le monde n’avait pas cette chance. 


"J’aime bien les hyènes. Parce que la hyène c’est un animal dont on parle jamais alors que c’est un animal qui peut être très important ! Parce que moi je trouve qu'être ami avec une hyène souvent c’est plus important qu’être ami avec... avec des vrais amis. C’est... Elle vous protège. Si y’avait du danger et ben « Et ben moi, et... je suis ami avec une hyène » Alors la évidement !"
Revenir en haut Aller en bas
http://fanficamplificatum.blogspot.fr/
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Toc toc toc, mais qui est là?    Aujourd'hui à 1:23

Revenir en haut Aller en bas
 

Toc toc toc, mais qui est là?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

 Sujets similaires

-
» Veut voir Abdel mais tomber sur Nirina (Pv elle)
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »
» Aristide : « Sélection mais pas d’élections ! »
» Haitiinfos: Il n'est pas neutre mais il essaye d'être objectif
» Ah non, mais c'est quoi, ça?!?! (pv Saria J. Drakoya) [Abandonné ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-