Partagez | .
 

 Are you kidding me, fool ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Auteur
Message
Trey Cassidy
#Connard
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 19/03/2014
Messages : 473

MessageSujet: Re: Are you kidding me, fool ?   Mar 10 Mai 2016 - 20:27

Qu'est ce qu'elle attendait ?! Pourquoi elle s'était arrêtée en plein milieu de son geste ? Une bonne gifle dans ma gueule, ça m'aurait remis les idées en place et ça m'aurait peut être fait réaliser à quel point c'était stupide. Elle n'y était pour rien dans cette histoire, j'étais le seul fautif et tout ce que je me reprochais ne pouvait être reproché à quelqu'un d'autre... Et pourtant, pourtant ça faisait du bien de gueuler et de cracher du venin sur une personne, même innocente. C'était peut-être son regard ou son silence, mais quelque chose en elle avait foutu le feu aux poudres et avait embrasé toute la haine que j'avais envers ce jour et cet acte.

Ses mots, ou peut-être ses larmes, ou peut-être bien les deux, m'avaient arrêté. En temps  normal, face à quelqu'un d'autre, j'aurais très certainement utilisé encore mes poings une fois à court de mots, mais avec elle c'était différent. Elle avait raison, j'étais le seul à blâmer dans cette histoire, et même si je ne blâmais personne  d'autre, je me servais quand même de Rosaleen comme d'un punching ball verbal, en quelque sorte. Même si là, après son intervention, j'étais resté muet, sans réponse... Je revivais la scène dans ma tête et me rappelais que j'aurais pu arrêter de frapper avant le coup fatal, que les derniers coups de trop auraient pu être évités si j'avais écouté la voix de ma sœur...

La rouquine savait comment s'y prendre apparemment. Son intonation changea au fur et à mesure terminant presque calmement... M'empoignant le col pour je ne sais quelle raison. Par réflexe, ma main blessée vint saisir la sienne, sans pour autant exercer de pression ou chercher à la retirer. Dans un soupire, presque soulageant, je lui répondis, sans l'énervement dont j'avais fait preuve plus tôt. Elle avait réussi à me calmer... A vrai dire, je n'avais pas vraiment l'habitude qu'on me réponde comme elle l'avait fait. En fait, je n'avais même pas l'habitude de m'énerver de la sorte.

Ton regard quand tu m'as soigné ? Le regard des gens qui m'ont vu faire ? Les gens s'en souviennent. On oublie pas ce genre de choses.

Et alors ? Qu'est ce que j'en avais à foutre du regard des gens ? Absolument rien putain ! Ils devraient être content d'être avec quelqu'un prêt à tuer à mains nues pour survivre ! Celui qui en est incapable ne mérite même pas de rester en vie.
Constatant qu'elle tremblait lorsqu'elle essuya ses larmes, j'eus un petit sentiment de regret vis à vis d'elle. Même si les mots que j'avais dit avaient cet objectif à la base, je me rendais compte que je n'aurais pas dû... Mais ça m'avait fait du bien, j'avais l'impression d'avoir perdu un poids.

Qui n'aurait pas fait ça pour sa sœur ? Le monde a changé... Les gens doivent comprendre que ça nous pend au nez à tous, un jour ou l'autre... Moi j'suis précoce, j'ai toujours été précoce... Enfin tu vois ce que je veux dire, pas précoce partout hein.

J'aurais pu m'excuser par rapport à tout ça, mais ce n'était pas le genre de la maison de s'excuser... À la place, une petite blague et un clin d’œil feront l'affaire.




Lequel d'entre vous
Prétend éteindre le Soleil ?
Tu m'parles de qui ? Est-ce qu'on se connait ? Est-ce que t'es trop petit ou est-ce que je te regarde du sommet ?
Revenir en haut Aller en bas
Rosaleen A. Glanmor
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/12/2015
Messages : 507
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Are you kidding me, fool ?   Lun 16 Mai 2016 - 15:16


''Are you kidding me, fool ?''
ft. Trey




La rousse s'était attendue à ce que Trey s’énerve encore plus, qu'il la secoue comme un prunier et qu'il balance violemment ce bras qui l'avait agrippé. Mais étonnement, il n'en fit rien et laissa même planer un moment de silence ; ce n'était pas un silence lourd ou étouffant, simplement une sorte de silence réparateur, nécessaire à une prise de conscience, ou peut-être le calme avant la tempête ? Elle n'en savait rien et était de toute façon bien trop têtue pour lâcher l'affaire, malgré son esprit qui lui criait depuis le départ à tourner tourner le dos au noir et le laisser dans son bordel.

Quand il avait agrippé sa main elle avait fermé les yeux un peu plus fort, pensant qu'il allait lui faire une sorte de clé comme dans les sports de self défense, mais une fois encore, il n'avait rien fait et elle était presque étonnée de s'en être sortie indemne. Pour être honnête, elle ne pouvait nier qu'elle avait craint qu'il lui arrive la même chose qu'à Vaughn ; à pousser l'homme à bout de la sorte, en sachant déjà qu'ils ne se portaient mutuellement pas dans leurs cœurs, elle avait été persuadée qu'il n'hésiterait pas à lever la main sur elle. Et finalement c'était elle qui avait hésité pendant une seconde à le gifler, c'était elle qui était partie dans un tel accès de colère. Peut-être qu'elle s'était trompée sur son compte ? Qu'il n'était pas le monstre qu'elle avait vu ce jour là ? Certes, il était foutrement arrogant et ça agaçait la galloise au plus haut point, mais elle avait l'impression qu'il y avait tout de même un homme au fond de ces yeux.

Elle ne répondit pas quand il reprit la paroles. A quoi bon lui répéter que oui, personne n'oubliait, mais qu'apprendre à vivre avec était bien plus important et judicieux que d'oublier ? Que cela forgeait l'âme et l'aidait à supporter le karma potentiellement négatif qui en découlerait ? Oublier n'avait jamais été une solution, parce-que le subconscient n'oubliait pas, et cela laissait des traces bien trop lourdes à porter pour une âme réincarnée. Le revers de la médaille n'était jamais simple à encaisser, alors mieux valait faire son possible pour gérer la situation dès le départ. La colère de Rosaleen s'était légèrement estompée, elle aussi avait eut besoin de lui dire clairement ce qu'elle avait sur le cœur et n'étant tous les deux pas du genre à mâcher leurs mots, il était évident que la colère allait fuser.

Trey reprit la parole, expliquant son acte cette fois-ci plus calmement, il n'y avait pas de justification ni quoi que ce soit d'autre d'utile, le tout était d'en parler en évaluant chaque situation. Ses derniers mots firent d'abord froncer les sourcils de la rousse avant qu'elle ne secoue la tête, un air légèrement rieur dans le regard. Sa colère avait de nouveau baissé d'un cran et elle ne pu que se mettre à la place de l'homme ; quand il s'agissait de sa famille, qui ne ferait pas tout son possible pour la protéger ?

« La famille c'est important... Ta sœur a de la chance de t'avoir à ses côté, et toi aussi. »

Elle avait tenté un petit sourire compréhensif. Certes, il n'aurait pas dû aller jusqu'à tuer le militaire de ses mains, mais pouvait-elle le lui reprocher ? La famille était l'une des choses les plus précieuses dans la vie de chaque Homme, et elle devait être préservée ; à n'importe quel prix. Reposant ses yeux sur l'homme, elle se senti soudain coupable de s'être emportée de la sorte, elle qui voulait faire des efforts pour discuter et se réintégrer au groupe. Tirant nerveusement sur le bas de son pull, elle reprit.

« Je ne voulais pas m'emporter comme ça... C'est juste que tout ça là... J'ai du mal à m'y faire. »

Pourquoi elle lui racontait ça ? Il devait certainement n'en avoir strictement rien à cirer, et pourtant elle avait parlé comme si elle parlait à n'importe qui. Mais Trey n'était pas n'importe qui, il était précisément la dernière personne avec qui elle devrait parler de tout ça. Secouant la tête une nouvelle fois, elle balaya ses paroles d'un geste vague de la main.

« Enfin bon, je ne sais pas pourquoi je te racontes ça, on a tous nos problèmes pas vrai ? »

copyright acidbrain


Revenir en haut Aller en bas
Trey Cassidy
#Connard
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 19/03/2014
Messages : 473

MessageSujet: Re: Are you kidding me, fool ?   Jeu 11 Aoû 2016 - 15:25

J'avais réussi à détendre un peu l'atmosphère avec mes deux trois conneries que j'avais balancé sur ma précocité. J'avais observé chez elle un léger sourire, un soupçon de rire noyer au milieu d'une tête secouer. A l'évidence, elle avait décidé d'arrêter de laisser tomber ses larmes. Puis ses mots sur la famille, c'était important oui, la chose la plus importante même. Je ne m'imaginais pas sans, c'était le pilier qui me tenait sain dans ce monde débile. J'avais tout perdu, de toutes les choses qui m'animaient à l'époque, le football, les femmes qui hurlaient mon nom, l'argent, les bagnoles, les potes... Il n'y avait plus que la famille et il était hors de question que je la perde d'une quelconque manière, tuer un homme à main nue n'était pas exagérée finalement, cette homme menaçait l'intégrité d'une partie de ma famille, je devais éliminer la menace... D'un point de vue de survie, c'était tout à fait logique. Elle retira ses mains de mon col et les posa contre son pull, geste nerveux, elle tirait son habit vers le sol... Pourquoi était-elle nerveuse ? Pourquoi maintenant ? On avait crevé l’abcès, je n'avais plus vraiment de méchanceté à lui balancer dans la gueule, elle non plus apparemment. On avait fait table rase de nos différents et j'avoue que je commençais à apprécier son coté calme et apaisant. Mais peut être que le silence la gênait, qu'elle attendait une réponse à sa petite tirade sur la famille... Hélas pour elle, cette réponse ne viendrait jamais, aussi longtemps qu'elle attende.

Alors elle reparlait d'elle même, formulant une sorte d'excuse fondue dans un aveux parfaitement naturel. Je ne savais pas si elle parlait de nous deux ou de tout ce qu'il se passait autour de nous. Mais clairement, il fallait être dérangé pour aimer vivre à l'heure actuelle, pour s'y habituer et trouver ça normale. Peut être que je rirais de cette pensée dans six mois, quand rien de tout ça n'aura changé, quand tout aura empirer même... Ou je me rassurerais en me disant que cette période sombre et enfin terminé et que les morts vivants sont de l'histoire ancienne. Enfin bon... Je voyais que Rosaleen n'était pas à l'aise, elle avait beau être une des personne les plus optimistes du camp, je voyais bien que là, elle ne l'était pas vraiment. Tentant de la réconforter avec un sourire, je ne savais pas trop quoi faire. Aussitôt, ou presque, elle balaya l'air entre elle et moi, poussant certainement ses mots loin de nous. Pourquoi elle me racontait ça ? Sans doute parce que moi, j'avais décidé de m'ouvrir à elle, qu'on avait instauré une espère de confiance entre nous et que c'était sortie tout seul ?

Par réflexe, je tendis mes bras vers elle, l'attrapa dans le dos et la ramena contre moi. Je n'avais pas la moindre idée de si elle en avait envie ou pas, mais pauvre d'elle, elle n'avait pas vraiment le choix. La serrant légèrement contre moi, je frottais son dos lentement et lui parlais d'une voix calme et faible.

C'est moi qui suis désolé, j'aurais jamais dû te gueuler dessus comme un gros con alors que tu venais juste pour discuter... Je suis un con, tu dois le savoir à force.

Inspirant profondément, je souriais légèrement en sentant son odeur, elle sentait bon... Genre les plantes ou un truc du genre. Faisant exprès de la renifler fort pour qu'elle entende, je refis une petite remarque pour la faire sourire, au moins un peu... Vu qu'à la base, ses larmes sont venus par ma faute, je lui devais bien ça.

Tu sens bon... Cette odeur... C'est encore un de tes tours de magie ou quoi ?!




Lequel d'entre vous
Prétend éteindre le Soleil ?
Tu m'parles de qui ? Est-ce qu'on se connait ? Est-ce que t'es trop petit ou est-ce que je te regarde du sommet ?
Revenir en haut Aller en bas
Rosaleen A. Glanmor
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/12/2015
Messages : 507
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Are you kidding me, fool ?   Ven 12 Aoû 2016 - 13:11


''Are you kidding me, fool ?''
ft. Trey




L'atmosphère entre les deux habitants du lycée s'était peu à peu calmée, la tension et la colère ne laissant place qu'à un silence dénué de toute amertume. Rosaleen culpabilisait de s'en être ainsi prise à Trey, comme il l'avait dit, il ne lui avait rien demandé alors elle n'avait qu'à se mêler de ce qui la regardait. Mais peut-être qu'au fond elle avait eu besoin d'une telle altercation, probablement que déverser sa colère sur lui lui avait permis de mettre un peu de côté cette peur qui l'animait depuis le soulèvement envers les militaires. Et malheureusement pour le noir, il avait été la cible que la rousse avait choisi pour extérioriser ses angoisses.

Maintenant que le ton était redescendu et qu'elle se rendait compte qu'elle n'aurait pas dû s'en prendre à lui de la sorte, elle avait finit par s'excuser. La galloise se sentait plus légère, elle avait pu dire ce qu'elle avait sur le cœur sans se soucier de ce que l'homme en face d'elle allait ressentir ; elle savait Trey susceptible mais également assez fort pour surmonter tout ça, il n'allait pas s'encombrer bien longtemps des reproches de la jeune femme.

Alors qu'elle s'était décidée à s'en retourner dans le lycée, poursuivre le cours de sa journée comme si de rien n'était et laisser le footballeur à ses activités, elle fut étonnée de le voir tendre les bras vers elle. Rosaleen resta un instant figée, s'étant plutôt attendue à une nouvelle pique plutôt qu'à une étreinte. Elle l'écouta lui parler aussi calmement qu'elle ne l'en croyait pas capable jusque là avant de lui rendre son étreinte en guise de réconfort.

« Tu es un con oui, mais au moins tu l'admet c'est déjà un bon début. »

Le ton de sa voix était empreint d'un amusement non dissimulé. La rousse ne voulait pas qu'il reparte dans un nouvel accès de colère mais elle n'avait pu s'empêcher de le charrier une nouvelle fois. Souriant de plus belle quand Trey lui parla de son odeur, elle pouffa légèrement.

« Je suis une sorcière, tu as oublié ? »

On l'avait qualifié maintes fois de cet attribut qu'elle jugeait déplacé, le trouvait toujours trop négatif ; les sorcières étaient trop sombres, pratiquaient la magie noire. Ce n'était pas son cas. Mais là, en cet instant précis, l’appellation la fit juste rire et de toute façon, elle savait qu'au fond c'était ce que l'homme pensait alors autant en jouer plutôt que de s'en offusquer. Se reculant un peu, elle posa ses deux mains les épaules du noir, plantant dans le sien son regard redevenu sincère, presque émue.

« Merci, Trey. »

Elle ne jugea pas utile de justifier ce mot, il pourrait bien en faire ce qu'il voulait. Merci de lui avoir permit de dégager un peu sa colère, de ne pas lui avoir mit une gifle, de lui accorder un moment d'insouciance, de dire qu'elle sentait bon ? Peut-être tout ça en même temps. Elle lui avait sourit d'un air presque bienveillant en rompant le contact. Aucun d'eux ne pouvait savoir pendant combien de temps ils allaient se tolérer ainsi, peut-être des jours, des semaines, ou plus, mais la jeune femme était ravie qu'ils aient pu mettre pendant un instant leurs différents de côté.







------------------------------------------------------------




Lundi, 25 Juillet 2016




De nombreux mois s'étaient écoulés depuis le jour où le footballeur et la wiccan avaient tous deux baissés les armes. Ils avaient appris avec le temps à mieux se connaître et ne plus juger les manières de faire de l'autre, bien qu'il fallait bien qu'elle se l'avoue, Rosaleen adorait charrier le noir sur toute sorte de broutille, chercher la petite bête et jouer à ''qui s’énervera le premier ?''. C'était d'une idiotie sans nom, mais ça avait le don de faire oublier à la galloise tout ce qui se jouait dehors. Au fond, elle appréciait beaucoup Trey, avec sa connerie et sa susceptibilité, il avait toujours le don sans même s'en rendre compte de provoquer chez elle l'amusement plutôt que la colère qu'elle lui destinait au départ.

La jeune femme ne l'avait pas encore revu depuis qu'Alex, Ayden, Kendale et Seth l'avaient retrouvée là-dehors, complètement détruite après les quatre jours passés au repère de Hernando et Mike. Elle avait cru mourir là-bas, et elle avait toujours le sentiment qu'au fond, c'était certainement arrivé ; son corps se déplaçait toujours, une part d'elle était toujours là, quelque part, mais l'essence de sa personne n'était plus. Elle n'avait plus retouché à ses pierres, ni à quoi que ce soit qui la qualifiait de wiccan ; à quoi bon ? Ça ne l'avait pas sauvé. Ça ne la sauverait pas. Ainsi, depuis son retour, la rousse ne parlait plus, se contentant de signer ou d'écrire ; seuls quelques mots simples parvenaient encore à franchir la barrière de ses lèvres. Elle ne tolérait que difficilement les contacts, se crispant au moindre frôlement comme si elle en écoperait une brûlure atroce. Même ses yeux étaient devenus vides, seul le néant y était visible ; tout de ce qu'elle était auparavant semblait avoir disparut. Elle avait tué un malade là dehors, elle avait été souillée, abusée. Et elle ne se reconnaissait plus.

La journée était passée comme les autres, Ayden était venu lui apporter de quoi manger et s'était remis à peindre sur le plus grand mur un paysage du Pays de Galles. Elle lui avait parlé de ce qui était arrivé, à lui seul, et n'était pas certaine d'être prête de le faire avec qui que ce soit d'autre ; à quoi bon ? Les regards de pitié l'horripilaient au plus haut point alors autant s'éviter de tels désagréments. Et surtout, elle ne supportait pas de se montrer ainsi faible aux yeux des autres, faisant de son mieux pour ne pas fondre en sanglots en la présence de quelqu'un.

Le soleil était déjà entrain de décliner quand on toqua à la porte de sa pièce. Relevant vivement son visage cerclé de quelques mèches de cheveux qui avaient échappé à la queue de cheval qui maintenait tous les autres, elle regardait d'un air absent la porte, ne prenant pas la peine de répondre. Déposant à côté d'elle le magazine sur son pays qu'elle avait dû feuilleté une centaine de fois depuis son retour, elle releva ses genoux contre elle, assise sur son matelas à même le sol. La rousse s'était attendue à tout le monde sauf à Trey, bien qu'ils se soient rapprochés depuis le temps, elle ne s'était pas attendue à ce qu'il prenne la peine de venir la voir. Que lui avait-on dit ? Que savait-il ?

copyright acidbrain


Revenir en haut Aller en bas
Trey Cassidy
#Connard
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 19/03/2014
Messages : 473

MessageSujet: Re: Are you kidding me, fool ?   Ven 19 Aoû 2016 - 12:33

Putain de garde de merde ! J'avais horreur de ça, passer une journée à rien branler, à patrouiller autour du lycée pour vérifier la gueule des murs, des grillages, des portes. Surveiller si personne ne s'était infiltré dans le camp. Faire le petit soldat de merde. Putain mais sérieux, on le faisait tous non ? Quand je cours autour du lycée, je vois bien si jamais y'a un trou béant dans le mur quoi ! Pis j'sais pas, y'a des gens volontaires pour ça, pourquoi ils me prennent moi ? Pour me faire chier ! Les enculés, ils savent que ça me fait chier alors ils m'y collent aujourd'hui ! En plus il faisait carrément beau dehors, j'aurais pu faire une séance de sport folle dans l'herbe dehors, mais non, je devais me coltiner une arme d'épaule dans les bras et ils m'avaient foutu avec l'autre con de Patrick. Le mec parlait touuuuuuuuuuut le temps ! Genre j'savais même pas comment il respirer t'sais, il devait avoir quatorze poumons et un trou juste pour respirer pendant qu'il parlait. Enfin en soit, ça occupait quoi, mais le soucis c'est que j'en avais absolument rien à foutre de sa collection de répliques de voitures ou de ses armes d'airsoft qu'il avait avant. Et fait moi confiance, je l'avais informé, très cordialement et à plusieurs reprises, que j'en avais rien à foutre... mais non, et patati et patata... Coupable, j'avoue que je l'avais menacé une paire de fois et que je lui avais mis ma main dans la gueule deux trois fois, mais le gars était persistant, je pouvais pas lui enlever ça. Le seul intérêt de Patrick, c'est quand il parle de sa sœur... parce que putain, elle était sacrément bien gaulée la petite ! Elle avait 25 ans je crois, et pouuff ! Elle s'occupait des réserves de bouffes ou j'sais plus trop quoi, des gamins peut être, enfin elle s'occupait de quelque chose dans le camp, baaah Patoche, viens me la présenter mon con, sois utile un peu.

Enfin bref, la relève arrivait et je pouvais me barrer et me laver les oreilles des paroles de Patrick. Ramenant mon arme, parce que oui, c'était la mienne, jusqu'à ma chambre, je passais devant celle de la p'tite galloise, à qui je n'avais pas parlé depuis quelques jours... Surtout depuis son séjour dehors... J'avais entendu parler des merdes qu'il lui était arrivé et j'avais pas trouvé la motivation pour aller la voir. Je m'étais toujours demandé ce que j'aurais pu lui dire, elle devait en avoir assez des yeux des gens qui la prenaient en pitié, des mains sur les épaules en signe de compréhension... Quel compréhension connard ?! Tu comprends toi ? T'as déjà été ravagé par des mecs sans pouvoir te défendre ?! Tu t'es même jamais fait volé ton portefeuille, de quel compréhension tu parles ?! Reste chez toi et garde ta pitié pour toi, personne a besoin de ta pitié pour aller mieux. Je dépassais sa porte d'un pas et m'arrêtais, inspirant profondément. J'envoyais l'arme dans mon dos et secouais la tête, soupirant. Quelques gestes avec mes mains, c'était marrant, mais je faisais mon rituel d'avant match d'époque. J'étais stressé mais j'allais rentré dans sa chambre. Sûrement la fatigue de la garde ou de Patrick, mais j'avais décidé de franchir sa porte aujourd'hui. Et d'adopter un comportement que j'aurais eu avant ça, comme si rien ne s'était passé. Trois tocs contre la porte. Pas de réponse, je savais qu'elle était là, alors je poussais la porte malgré tout. Je la trouvais assise au bord de son lit, en boule, les cheveux attaché à l'arrache et un livre sur le pays de Galles, je refermais derrière moi et avec un grand sourire en façade, je lui adressais la parole.

Bonjour madame !

Avec mon plus bel accent français, je sortais les deux mots que je connaissais le plus... Avec « voulez vous coucher avec moi ce soir ? », eheh.
Je me rapprochais d'elle, toujours le sourire au lèvre et lui fis un petit bisou sur le front, comme j'avais l'habitude de faire pour l'agacer. Puis lui tournais le dos pour fouiller dans ses affaires de sorcières, à la recherche de plantes pour un thé. Elle m'en avait déjà fait plusieurs de ses thés, et à chaque fois, putain de magie, ils étaient trop bons et carrément revigorant. Je foutais un petit bordel derrière moi mais je voulais un thé, parce que l'autre con m'avait moitié foutu mal de crâne et parce que c'était bon. Tournant ma tête vers elle, je grognais.

Raaah me dis pas que t'as plus de plantes pour faire un thé hein ! Ca y est, tu pars quelques jours, tu reviens y'a plus rien ! Ah... Ah j'ai ! Là ! Eheh les p'tits sachets de magies. Biiiieeeeeeeeeen.

Je posais les deux sachets sur le bureau, laissant le tout en bordel et fis chauffer de l'eau j'sais pas trop comment. Boom boom, chaque sachet dans chaque tasse, un demi sucre que je sortais de ma poche dans le miens, elle n'en prenait pas. Je n'attendis pas que le truc infuse que je pris déjà une gorgée, pour rien, à part me brûler.

Aaaaah putain la pute de sa mère! C'est chaud cette connerie !

Je touchais le bout de ma langue avec mon doigt et fronçais les sourcils. Puis apporter son thé à la dame. Je m'assis à côté d'elle, dans la même position sauf pour les genoux, et je tenais les deux thés dans mes mains.

Y'a une nana un jour qui m'a dit que les plantes pouvaient tout soigner, je me suis foutue de sa gueule, puis elle a accéléré la cicatrisation de ma main avec une crème à la con, et elle m'a régalé avec plein de thés différents... Tu devrais essayer.

Finissant ma phrase avec ma main tendue vers elle, tenant le thé au dessus de ses genoux.




Lequel d'entre vous
Prétend éteindre le Soleil ?
Tu m'parles de qui ? Est-ce qu'on se connait ? Est-ce que t'es trop petit ou est-ce que je te regarde du sommet ?
Revenir en haut Aller en bas
Rosaleen A. Glanmor
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/12/2015
Messages : 507
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Are you kidding me, fool ?   Mer 24 Aoû 2016 - 18:33


''Are you kidding me, fool ?''
ft. Trey




La galloise ne s'était vraiment pas attendue à ce que Trey ne vienne la voir, parce-qu'au final, peu de monde le faisait, ne sachant pas réellement comment l'aborder, et elle jugeait que c'était mieux ainsi. Elle n'avait pas envie de voir constamment la pitié dans les yeux de chacun et l'impuissance qu'ils ressentaient face à son état. Alors elle préférait être seule et ne sortait que rarement de sa pièce qui était devenu son antre. Différente de l'ancienne cependant, il n'y avait plus de pierres éparpillées ci et là, ni de bibelots qu'elle affectionnait, seul le mur qu'avait peint Ayden donnait un semblant de vie à la pièce ; ce mur qui représentait désormais le château de Caerphilly et ses plaines alentours. La jeune tentait de s'y raccrocher pour ne pas oublier d'où elle venait, et qui elle était avant cela, mais c'était encore trop difficile pour elle de reprendre le cours de sa vie, elle devait prendre le temps d'accepter et de se retrouver ; sortir la tête de l'eau.

Quand l'homme s'approcha, déposant cet habituel baiser sur son front, elle ne pu s'empêcher de se crisper en fermant fort les yeux, comme à chaque contact depuis qu'ils l'avaient retrouvés là-dehors. D'habitude, elle ne se privait pas de rouspéter, le regardait du haut de son mètre soixante en fronçant les sourcils les poings sur les hanches ; au fond, ça l'amusait plus qu'autre chose mais elle n'avait pas envie de donner raison au footballeur. Là, dans ce cas précis, elle n'avait rien dit, se contentant de poser lui ce regard un peu perdu qu'était devenu le sien. Est-ce qu'il avait besoin de quelque chose en particulier ?

Il s'était éloigné pour fouiner dans les affaire de la galloise, cherchant apparemment du thé, et elle avait recroisé son regard. C'était pratiquement le même qu'à l'accoutumée et elle fut soulagée de ne pas y voir cette pitié à laquelle elle avait souvent droit. L'ambiance de la pièce d'habitude calme même en la présence du français était d'un coup bien plus agitée en celle de Trey mais, étrangement, la rousse se sentait presque soulagée qu'il soit là, lui faisant oublier un court instant les raisons de son mutisme et de ce néant qui l'enveloppait. Quand il se brûla elle secoua la tête en levant légèrement les yeux au ciel et se surpris même à entendre un petit rire bref sortir de sa bouche ; toujours aussi impatient.

Puis il s'installa à côté d'elle, une tasse de thé dans chaque main. Rosaleen écouta attentivement ce qu'il lui disait, restant une nouvelle fois interdite. Il essayait de l'aider ? Elle repensa un instant à la manière dont ils se méfiaient l'un de l'autre auparavant, avant de se connaître mieux, et ne pu s'empêcher de sourire légèrement. Elle avait bien fait au final d'insister, d'attaquer le gars arrogant qu'il était et de lui mettre cette ''crème à la con'' ; voilà où ils en étaient aujourd'hui. Tendant les mains pour en récupérer la tasse brûlante, elle apprécia la chaleur qui s'en dégageait, adressant au noir un sourire un peu plus franc.

« Merci. »

Entendre sa propre voix était toujours bizarre, comme si ça ne venait pas d'elle. Soufflant sur le thé, elle ferma un instant les yeux pour se laisser envahir par le doux parfum qui en émanait. Les rouvrant finalement, la rousse posa son regard sur celui qu'elle considérait désormais comme un ami. Tentant de lui adresser un nouveau sourire, un voile de contrariété passa dans ses yeux, elle n'était pas certaine que Trey comprenne le langage des signes... Bon, elle allait prendre sur elle, essayer de parler un peu, et quand ça deviendrait trop compliqué, elle écrirait.

« Comment tu vas ? »

Le footballeur avait l'air fatigué, ses traits étaient tirés et un léger stress semblait émaner de lui. Avait-il eu un soucis ? Elle avait penché la tête sur le côté, le regardant d'un air qui se voulait bienveillant ; à dire vrai, la galloise préférait poser cette question aux gens plutôt que d'y répondre, savoir ce que faisaient les autres lui permettait de ne pas se focaliser sur son propre monde qui s'était brutalement arrêté. D'un coup, elle posa la tasse devant elle et récupéra son calepin et le crayon, et se mit à griffonner rapidement.


Je suis contente que tu sois venu.


Un nouveau sourire, il était sincère malgré la peine constante qui se lisait au fond de son regard et la fatigue qui cernait ses yeux. Le fait que le footballeur ne fasse pas parti de ceux qui la plaignaient sans cesse et lui faisaient bien ressentir l'aidait à se sentir un peu mieux et sa présence avait à ce moment un effet apaisant sur la jeune femme.

copyright acidbrain


Revenir en haut Aller en bas
Trey Cassidy
#Connard
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 19/03/2014
Messages : 473

MessageSujet: Re: Are you kidding me, fool ?   Mar 6 Sep 2016 - 19:28


La vache, j'avais quand même foutu un sacré bordel dans sa piaule à la rouquine ! Tout ça pour boire un thé quoi ! Mais en même temps, il était tellement bon... Et il faisait tellement du bien après cette garde de merde avec l'autre con... Ca me détendait presque, tu vois. En plus, faut dire que la tranquillité de la chambre de Rosy, c'était plutôt agréable de temps en temps, pour se poser, souffler et se détendre. C'est marrant quand même, il y a quelques mois j'arrivais pas à la pifrer, et maintenant sa présence à côté de moi me calmait, comme quoi, juger un livre par sa couverture, c'est un principe complètement débile. J'observais son petit ricanement lorsque j'insultais la tasse qui venait de me brûler, enfin le liquide plutôt, la tasse avait pas fait grand chose elle, enfin t'as compris quoi ! J'eus le droit à un petit remerciement parlé, ce qui, je dois l'admettre, m'a complètement surpris. J'avais entendu dire par tout le monde qu'elle ne parlait plus, qu'elle s'était enfermé sur elle même et tout, et là boom, elle me parle direct, joie ! M'appuyant sur le sol à une main, je posais mes fesses à côté des siennes et posais l'arme par terre, plus loin.  Me brulant encore un peu plus en buvant une gorgée, je fis un bruit de fou en buvant, comme un gamin qui finit son verre de coca au macdo, tu vois le genre ? T'sais le gros bruit de la paille qui avale les dernières gouttes du soda ! Bah pareil mais en pire ! Ouais, du coup pas pareil hm. Je la regarde, elle sourit à moitié et je n'ai pas l'impression qu'elle fait semblant, même si j'aperçois un début de larmichette dans ses yeux, non hein ! Tu pleures pas rouquine ! C'est chiant une nana qui pleure... D'autres mots, boom, trois d'un coup, jackpot ma gueule ! Posant la tasse sur a braguette de mon cargo, je me grattais la barbe avant de lui répondre.

J'en peux plus ! J'suis au bout du rouleau... J'viens de monter une garde avec l'autre con de Patrick, tu vois ? Tu sais, sa sœur bosse à la bouffe. Putain c'qu'il est caaaaaaaaasse couilles ! Il arrête pas de parler pour dire de la merde, me raconter sa vie alors qu'il sait que j'en ai rien à battre, putain j'ai envie de le niquer toutes les cinq minutes quoi ! Enfin bref... La merde quoi. Je t'aurais bien demander comment tu allais, mais à ce que je vois, t'es super occupé depuis que t'es debout là, regarder une peinture de chez toi, ça doit te prendre toute la journée ça !

Je repris quelques gorgées du thé, rigolant à ma connerie. Elle avait l'air de vraiment s'inquiéter de moi, comme si ma réponse à sa question allait vraiment changer le cours de sa vie. Brusquement, trop brusquement pour moi, elle se jeta comme une lionne enragé sur un calepin et commenças à gribouiller je sais pas quoi. Nom de dieu ! Elle avait reprit vie, hallelujah mes frères, Rosaleen est ressuscitée ! Elle me le tendit, lisant les mots, je souriais, c'était un peu niais comme phrase, mais ça me faisait plaisir que de la rendre contente. Ca se dit ça, rendre contente ? Hmm. Enfin tu vois l'idée quoi. Levant ma tasse de thé en direction de la peinture murale, je la charriais comme je savais si bien faire.

En plus, c'est moche comme paysage ça. C'est chez toi ? Regarde moi ça, j'espère que c'est plus beau en vrai, sinon je veux jamais foutre les pieds dans ton pays. Tu m'étonnes qu'ils savent pas jouer au foot, y'a que des creux et des bosses chez toi, mate moi ça ! Tu te fais une cheville en courant cent mètres là bas, d'la merde ! Non en vrai, tu restes toute la journée ici à regarder cette bouse ? Tu ferais mieux de te secouer le cul et de venir courir avec moi !

Riant à ma propre connerie, je repris une gorgée et manquais de m'étouffer. Boire ou rire, il faut choisir. Je toussais mes poumons un instant puis inspirais grandement.

Wooh ! C'est passé par le mauvais trou, t'as lancé un sort à mon thé parce que j'ai critiqué ton pays ?! Putain d'sorcière, tu fais chier ! Bon, ok... Si les filles sont comme toi, j'veux bien aller y faire un tour au pays de machin là.

Souriant à pleine dents à ce compliment à peine caché, je peignai ma barbe avec mes doigts et redevins sérieux l'espace d'un instant.

D'ailleurs en parlant de nana, toi et l'autre nœud d'Ian, ça biche en ce moment ?

J'avoue que j'étais crevé et que je partais peut être sur un terrain glissant dont je n'arriverais pas à me dépêtrer, et pourtant, elle ne changea pas vraiment de comportement. L'odeur ambiante de son thé me fit bailler et je m'endormis là, à côté d'elle, la tête tombant lentement jusqu'à reposer sur son épaule. Désolé Red, mais c'est plus fort que moi, le sommeil gagne.




Lequel d'entre vous
Prétend éteindre le Soleil ?
Tu m'parles de qui ? Est-ce qu'on se connait ? Est-ce que t'es trop petit ou est-ce que je te regarde du sommet ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Are you kidding me, fool ?   Aujourd'hui à 16:57

Revenir en haut Aller en bas
 

Are you kidding me, fool ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» fool them [PV]
» Every whisper of every waking hour, I'm choosing my confessions, trying to keep an eye on you, like a hurt, lost and blinded fool. ₪ 22 mars, 18h22
» see her come down through the clouds, I feel like a fool ✈ 16 MAI, 18H21, SASHA.
» [Ultra Ouvert, ramenez vos potes!!!] Un matin...
» played the fool (sydney)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-