Partagez | .
 

 Are you kidding me, fool ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Auteur
Message
Rosaleen A. Glanmor
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/12/2015
Messages : 507
Age IRL : 24

MessageSujet: Are you kidding me, fool ?   Sam 19 Mar 2016 - 15:56


''Are you kidding me, fool ?''
ft. Trey




Plusieurs semaine avaient passé depuis que les civils s'étaient élevés contre le groupe de militaire bien plus nombreux qu'eux qui étaient censés les protéger des malades dehors ; en réalité, Rosaleen ne savait toujours pas réellement ce qu'il fuyaient, elle avait les récits relativement similaires des personnes qui avaient passé du temps dehors, mais n'avait jusqu'à présent pas eut l'occasion de voir l'un de ces malades de ses propres yeux. Quoi qu'il en soit, ce n'était pas le soucis premier de la jeune femme qui peinait pour l'instant à reprendre ses marques au lycée. Elle avait cette impression de ne plus reconnaître personne, que l'aura de chacun avait changé, portant le poids de toutes ces vies volées. La rousse ne discutait avec les gens l'entourant que pour des banalités, survolant souvent le fond du problème, la seule personne avec qui elle avait jusqu'à présent renoué un vrai contact, sincère, était Ian. Elle était cependant consciente qu'elle ne pouvais s'isoler du reste du groupe plus longtemps, elle avait besoin de contact et était tout sauf une âme solitaire, il fallait qu'elle se reprenne en main.

C'est dans cette optique que Rosaleen quitta la salle de classe dans laquelle elle dormait ce matin là. Ian avait déjà rejoint l'infirmerie peu avant que le jour ne se lève ; lui aussi semblait mieux dormir, ou au moins gérer un peu mieux cette situation, mais la rousse avait encore du chemin à faire pour retrouver la positivité qui était la sienne auparavant et permettre à son esprit de s'apaiser un peu. Le printemps approchait mais les températures dans le lycée n'étaient jamais très loin du zéro et la jeune femme arborait aujourd'hui un des pulls en laine qu'elle avait emporté avec elle ainsi qu'un simple jean. Sur ses vieilles baskets, on pouvait voir une tache de sang incrusté dans un des lacets ; elle n'avait pas pu la faire partir et n'avait pas prit la peine de chercher d'autres lacets depuis, trop préoccupée par ce qui était arrivé.

La galloise prit le chemin du réfectoire, désireuse d'apporter un peu de son aide. Elle salua les différentes personnes qu'elle croisait sur son chemin, un peu nerveuse quant à sa décision de passer une journée complète entourée de tant de monde, mais cette décision était prise et Rosaleen avait bien l'intention de faire des efforts. En passant devant la porte donnant sur la cours, elle vit la dernière personne qu'elle avait envie de voir ; Trey. Il était là dehors à faire Dieu sait quoi, et la rousse aurait tout aussi bien pu continuer son chemin, mais les efforts ne se feraient pas seuls, et elle se dit un court instant que commencer par le noir lui donnerait peut-être le courage nécessaire pour la suite. C'est vrai non ? Si on affronte le pire en premier, le reste serait forcément plus simple... Et quand la jeune femme avait une idée en tête, elle était difficile de la lui ôter.

Elle sortit donc du bâtiment, appréciant le faible soleil qui inondait son visage. En approchant de Trey, elle se demanda un instant si l'idée n'était pas la plus mauvaise qu'elle ait jamais eut, mais il tourna son regard vers elle et elle su qu'il était trop tard pour faire marche arrière. Glissant ses mains dans les poches de son jean -stress ou simplement pour anticiper la claque qu'elle aurait envie de lui mettre?-, elle se planta à quelques centimètres de l'homme, faisant un signe du menton vers cette main qui avait mit fin à la vie de Vaughn d'un air d'enfant insolente.

« Alors, ils ont pas eu à te l'amputer finalement ? »

Elle avait arqué un sourcil, faignant une certaine curiosité. Parce-que si la main de Trey allait mieux, c'était probablement grâce à la crème qu'elle y avait appliqué, sa ''crème de sorcière''. Rosaleen ne s'attendait pas à ce qu'il la remercie de quoi que ce soit, connaissant son caractère tout aussi buté qu'elle. Mais peut-être qu'au fond, elle avait juste envie de s'assurer qu'il allait bien, et que malgré le fait qu'elle ne digère pas ce qu'il avait fait, elle ne pouvait se résigner à lui souhaiter une vie de torture psychologique pleine de culpabilité.

copyright acidbrain


Revenir en haut Aller en bas
Trey Cassidy
#Connard
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 19/03/2014
Messages : 473

MessageSujet: Re: Are you kidding me, fool ?   Dim 20 Mar 2016 - 13:30

C'était vraiment mieux depuis que les soldats n'étaient plus là. On pouvait respirer librement, et j'avais vraiment l'impression de respirer un air propre. On pouvait se déplacer comme on voulait sans se faire arrêter, parler de ce qu'on voulait sans se faire écouter, c'était mieux ouais. Et le point que moi je préférais, outre le fait de plus voir les sales gueules des militaires mater le cul de ma  sœur, c'était de pouvoir accéder aux terrains de sport et à l'herbe du stade ! Ca m'avait manqué de courir avec ou sans ballon. Même si j'avoue que courir avec une main bandée c'était pas le top confort, ça se faisait quand même. Je m'étais levé plus tôt que d'habitude pour aller courir autour des bâtiments du lycée, mais putain ce qu'il faisait froid ! Même avec le legging long camo, le haut compressif fait pour et le sweat... Enfin, t'avais froid le temps de l'échauffement quoi, une fois que t'étais chaud, t'étais bien. J'avais oublié mon putain de bonnet et j'avais une flemme du cosmos d'aller le chercher, je préférais me geler les oreilles, un vrai débile. Au bout de quelques tours, je retirais le sweat que je laissais devant l'entrée du bâtiment, sur une table et repris la course. Le petit rayon de soleil qui me réchauffait le visage était agréable, franchement, c'était dans ces moments là que j'oubliais facilement ce qui nous entourait, les morts, les vivants, les vivants morts, les morts vivants.

Mais c'était presque ces moments là les plus difficiles, oublier la vérité, s'évader dans un nuage d'illusions le temps d'une course pour revenir à une réalité que personne ne voulait, que personne n'aurait pu imaginer... Un dernier passage devant le réfectoire et je m'arrêtais, continuant de trottiner lentement autour de la table dehors, puis je m'arrêtais, immobile face au pull que j'avais posé sur cette table, je m'étais presque refusé d'y penser jusqu'à maintenant, mais c'était elle qui m'avait acheter ce vêtement... Sofia. Comment ça se passait pour elle ? J'avais l'intime conviction qu'elle était encore en vie, qu'elle était en train d'en faire baver quelques uns avec son caractère de merde ! J'avais déjà oublié l'idée que c'était peut être la merde qu'à Seattle, mais si c'était le cas, on aurait déjà eut des renforts de l'armée. Ce qu'il se passait ici se passait partout, c'était une évidence. Mais comment savoir si elle s'en sortait bien ? Boston n'était pas à côté et j'étais pas trop pigeon voyageur.

La porte de derrière s'ouvrit et le bruit me ramena à Seattle, serrant mon poing valide, je tournais la tête, ouvrant un œil, pour voir qui me dérangeait... Rosaleen hm, qui d'autre. On ne se parlait jamais et la dernière fois devait remonter à Vaughn... Qu'est-ce qu'elle voulait ? Remarque, la porte ne s'ouvrait pas que sur moi, elle avait beaucoup d'autres choses à faire dehors que de me parler. Elle n'était pas sortie pour moi, je remis donc mon visage face au soleil et fermai les yeux en inspirant profondément, sentant quelques gouttes de transpirations perler sur mon front. Mais le fait est qu'elle se posa à côté de moi, pourquoi voulait-elle me parler ? On ne partageait aucune affinité, elle voulait quoi ? Me forcer à admettre que sa crème magique avait certainement aidé à soigner ma main ? Que je la remercie, encore ? Elle ouvrit les hostilités et je jetais un coup d’œil à ma main bandée, la ramenant dans le creux de la main valide. Je ne savais pas quoi répondre, je ne trouvais pas forcément sa drôle, alors je me contentais de me taire. Prenant mon sweat que j'enfilais pour éviter de choper la mort, je tournais mon visage vers elle et regardais la rouquine au fond de ses yeux bleus.

Qu'est-ce que tu veux Dee-Dub ? T'sens pas obligé de venir me parler hein.

Tournant ma main bandée sous mes yeux, je bougeais les doigts lentement en grimaçant un peu moins qu'hier, un peu plus que demain. Malgré tout, je sentais que ça poudre de perlimpinpin qu'elle avait badigeonner sur les plaies avaient été efficace, mais impossible d'en être sûr. J'avais encore Sofia en tête et je n'étais pas vraiment d'humeur à parler avec Rosaleen, même si en soit, elle ne m'avait rien fait et que sa présence ne me dérangeait pas. Je coupais court à la discussion.

Ouais ça va mieux, ouais il fait beau et c'est agréable, ouais je viens de courir et je transpire. Non j'ai pas envie de parler, oui je suis désagréable. Non c'est pas de ta faute, oui j'ai autre chose en tête.

Les jambes un peu lourdes après la course, je m'asseyais sur le banc de la table devant nous en soupirant. J'étais un connard fini, au final, elle venait peut être juste pour savoir si ça allait mieux et prendre des nouvelles, alors dans un énième soupire, je me surpris à lâché quelques lettres, presque en chuchotement.  

Désolé...

Mais... Ce désolé n'était pas forcément destiné à Rosaleen, mais celle qui devait l'entendre était à quelques milliers de kilomètres de l'autre côté du pays...





Lequel d'entre vous
Prétend éteindre le Soleil ?
Tu m'parles de qui ? Est-ce qu'on se connait ? Est-ce que t'es trop petit ou est-ce que je te regarde du sommet ?
Revenir en haut Aller en bas
Rosaleen A. Glanmor
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/12/2015
Messages : 507
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Are you kidding me, fool ?   Ven 25 Mar 2016 - 13:58


''Are you kidding me, fool ?''
ft. Trey




La jeune femme s'était attendue aux remarques exécrables du noir, après tout ils avaient été en mauvais terme dès le début et ils n'avaient rien fait pour arranger cela. La rousse s'était demandée plusieurs fois pourquoi Trey l'horripilait tant mais elle n'avait pas trouvé de réponse à sa question, et elle avait finit par s'habituer à cette situation et à avoir le moins de contact possible avec lui. Elle ne releva pas sa demande, attendant la suite en le regardant d'un air qui se voulait indifférent mais un sourire étira un peu son visage quand il lui affirma qu'il ne voulait pas parler etc, comme répondant par avance à tout ce qu'elle pourrait demander. Là, elle reconnaissait bien la personne qu'il était et l'image de ses yeux perdus quand elle l'avait soigné s'estompait peu à peu.

« Merci pour toutes ces informations, tu m'évites les questions inutiles. »

Son petit sourire ne l'avait pas quitté et elle s'étonnait presque à apprécier la situation, au moins le footballer ne prenait pas de pincettes avec elle et ne cherchait pas à s'assurer qu'elle allait bien comme la plupart des gens qu'elle croisait. Elle se sentait un peu mieux de ne pas avoir à justifier quoi que ce soit et même si cela signifiait que Trey n'en avait rien à faire d'elle ça n'avait pas d'importance, elle n'attendait rien de lui. Quand il s'assit sur le banc en s'excusant elle fronça les sourcils ; c'était vraiment à elle qu'il s'adressait ou y avait-il autre chose ? Elle jugea plus judicieux de ne pas en demander plus, faire comme lui, comme si de rien n'était et qu'elle ne voyait rien. De toute façon ça ne servait à rien d'enfoncer le couteau dans la plaie, beaucoup de gens allaient mieux en pensant à autre chose et elle n'avait pas l'intention de lui tirer les vers du nez. Elle se hissa sur la table et pencha un peu sa tête en arrière pour profiter du soleil.

« Ça doit te faire du bien de pouvoir profiter enfin de tout ce terrain. »

Certes, ça ferait plus de bien à tout le monde de pouvoir simplement quitter cet endroit et reprendre une vie normale, mais ce n'était malheureusement pas possible dans l'immédiat et la jeune femme avait le sentiment que l'accès à toute l'enceinte était déjà un avancée relativement bénéfique. Ils devaient tous se reconstruire et ce détail n'était pas négligeable. Une légère brise vint caresser un peu son visage et elle ne pu s'empêcher de soupirer d'aise. Oui, c'était vraiment agréable de pouvoir enfin profiter à nouveau de l'air extérieur. La jeune femme avait cependant plus de mal à ne pas prêter attention aux malades qui traînaient dans les rues alentours, leurs râles se faisaient parfois entendre et la galloise n'avait qu'une idée : sortir d'ici et aller les voir de plus près pour la première fois, essayer de les aider... Mais elle se doutait qu'elle ne pourrait pas y aller seule et qu'ils ne la laisseraient pas sortir. Secouant la tête, elle se tourna vers Trey et se mit en tailleur sur la table en cherchant ses mots ; elle avait bien comprit qu'il n'avait pas envie de parler mais n'avait pas non plus envie de rentrer comme si de rien n'était.

« Comment se porte ta famille ? Ils ont trouvé leurs marques ? »

Elle le regardait d'un air sincère, s'inquiétant vraiment de la réponse à sa question. Le noir ne voulait peut-être pas parler de lui alors elle faisait son possible pour éviter le sujet malgré son envie d'en savoir plus ; il ne fallait cependant pas se leurrer, comment pouvait-il aller bien ? Il avait dit lui même qu'il était tracassé, mais ce n'était pas les affaires de la rousses et elle savait pertinemment qu'il lui ferait remarquer si elle s'aventurait sur ce terrain là.

copyright acidbrain


Revenir en haut Aller en bas
Trey Cassidy
#Connard
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 19/03/2014
Messages : 473

MessageSujet: Re: Are you kidding me, fool ?   Sam 26 Mar 2016 - 17:23

Je préférais regarder dans le vide que de tourner mes yeux vers elle. Qu'est ce qu'elle ne comprenait pas dans le fait que je n'avais pas envie de lui parler ? Elle ou quelqu'un d'autres d'ailleurs... Il n'y a que deux personnes à qui j'avais envie de parler, l'une aurait très vite compris qu'elle ne changerait pas grand chose en me parlant mais serait resté à côté de moi quand même. L'autre n'aurait même pas eut besoin de me parler, si elle était là, je n'aurais pas ce problème en tête. Rosaleen avait décidé de faire un peu comme ma sœur, resté à côté de moi, faire sentir sa présence sans vraiment essayé de parler... Du moins un court instant, j'y croyais pourtant, je pensais vraiment qu'elle aurait gardé le silence. Mais j'imagine que le petit mot que j'avais lâché par mégarde à la fin l'avait dissuadé de se taire. Pourquoi j'avais dit ça ? Sofia ne pouvait pas m'entendre d'ici, alors à quoi bon ? Les mains devant la bouche, je fermais les yeux et me laissais bercer par le vent frais et la chaleur du soleil, c'était relaxant, je n'étais pas sûr, mais la petite odeur de plante qui émanait certainement de la rouquine m'apaisait... Cette fille était un vraie mystère, le calme qu'elle dégageait juste en restant à côté de moi me calmait. J'avais presque l'impression de ressentir la présence de ma sœur, c'était troublant...

Alors finalement, quand elle rompit le silence que l'on avait instauré avec sa voix, je ne bronchais pas, en tant normal et dans ces conditions, je l'aurais certainement renvoyé chier en lui disant que je voulais être seul et qu'elle me briser les couilles, mais là non, là j'étais presque soulagé par sa voix... C'était vraiment une sorcière. Ouvrant les yeux et les dirigeant vers l'étendue d'herbe derrière moi, je me frottais le nez après avoir soupiré. Je ne répondais pas pour autant à ça pseudo question sur les biens faits de pouvoir profiter des terrains de sports, c'était évident que ça me faisait du bien de courir, c'était ma vie avant que tout ce bordel arrive, ma vie. Je n'étais pas payé à tuer des gens à mains nues, j'étais payé à courir pour attraper un ballon qu'on m'envoyer! Comment on en est arrivé là ? Comment j'en suis arrivé à pouvoir tuer un homme de mes propres mains ? Question sans réponse.

Frottant très délicatement le bandage sur les articulations, je me demandais si ça crème avait vraiment jouer un rôle dans la guérison de la blessure, encore une question où je n'aurais sans doute jamais de réponse, comment savoir ? Il aurait fallu avoir la même blessure sur les deux bras et soigner un bras avec sa poudre magique et l'autre sans. Truc impossible à moins d'être débile quoi. Remarque qu'on pourrait bien trouver un débile pour faire le cobaye dans la population du camp... Hm. Rosaleen s'engouffra dans une question assez délicate, parler de la famille, c'était risqué de sa part, si je n'avais pas envie de parler de moi, pourquoi aurais-je envie de parler d'eux ? C'était une ligne à ne pas franchir, on ne touche pas à la famille... Mais elle s’inquiétait pour eux, réellement ou simplement pour essayer de faire la discussion. Sa voix, toutefois, avait l'air honnête et j'avais le sentiment que ce n'était pas ce genre de fille, à poser des questions de ce type sans se préoccuper de la réponse qui en découle.

Courir le plus vite possible pour attraper un ballon sur un terrain, c'est c'que j'sais faire de mieux dans la vie... Et ça m'avait manqué, oublié tout le reste et juste courir, ouais...

Oui j'avais éludé la question de la famille et je m'étais un peu ouvert à la discussion, un temps de retard, il fallait qu'elle s'y fasse, c'était ça ou rien. Le regard posé sur la gourmette de Sofia, je la faisais tourner autour de mon poignet sans la quitter des yeux. J'avais son visage qui apparaissait dans ma tête, ses traits fins, ses lèvres que j'aimais, Sofia quoi... J'aurais dû la ramener ici, avec moi... Ou pas, elle était peut être mieux là bas, elle était peut être plus en sécurité dans ma villa... Sans moi...

Ils vont bien.

Je ne l'aidais pas vraiment à faire la discussion, il fallait qu'elle se débrouille toute seule, mais au moins je lui répondais, elle pouvait s'estimer heureuse.




Lequel d'entre vous
Prétend éteindre le Soleil ?
Tu m'parles de qui ? Est-ce qu'on se connait ? Est-ce que t'es trop petit ou est-ce que je te regarde du sommet ?
Revenir en haut Aller en bas
Rosaleen A. Glanmor
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/12/2015
Messages : 507
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Are you kidding me, fool ?   Mar 29 Mar 2016 - 14:25


''Are you kidding me, fool ?''
ft. Trey




C'était une sensation étrange d'être là dehors, sentir le vent sur sa peau et profiter des quelques rayons du soleil sans avoir à rester derrière une fenêtre. C'était bizarre mais ça faisait un bien fou et la jeune femme attendait les beaux jours avec impatience ; le froid ne l'avait jamais dérangé mais ici à Seattle la saison hivernale était bien plus triste et bien moins lourde de sens qu'au Pays de Galles, ici c'est comme s'il faisait froid pour rien. Là-bas... là-bas le vent déchaînait les vagues, la neige recouvrait les branches des arbres qui restaient fort malgré la nature mourante autour d'eau. A Holyhead tout était signe de renouveau, alors qu'ici ce n'était qu'étouffant. C'est l'une des raisons qui faisaient qu'elle pouvait parfaitement comprendre Trey, même s'ils n'avaient certainement pas le même rapport avec la nature, ils avaient tous deux ce besoin d'être à l'extérieur et simplement d'avoir l'espace nécessaire pour évoluer comme chacun le souhaitait. La jeune femme avait hoché la tête à la réponse du noir, souriant légèrement.

« Je pense que ça va apaiser les esprits de beaucoup de gens. »

Ou peut-être pas. Peut-être qu'ils entendraient constamment les bruits des malades au dehors, et que la plupart craindrait de sortir de peur de faire trop de bruit. Qui pouvait savoir ce qui les attendaient ? La rousse n'avait pas l'intention de se priver de ces nouveaux espaces et si elle omettait un instant la façon dont ils avaient fait pour les avoir, elle pouvait presque se sentir bien ici. Mais malgré cela, la rousse se sentait partagée entre deux atmosphères. La première était tendue, comme toujours entre eux ; il ne pouvait pas la voir et elle ne supportait pas son arrogance, ç'avait été ainsi depuis le premier mots qui était sorti de sa bouche. Le second ressenti était étrange, comme si derrière cette tension il y a quelque chose d'autre, peut-être étaient-ils prêts à crever l'abcès ? Ou peut-être étaient-ils simplement trop fatigués pour poursuivre cette guéguerre sans queue ni tête à ce moment précis. Qu'importe, Trey se montrait toujours aussi sympathique et bavard que d'habitude, elle avait d'ailleurs été étonnée qu'il prenne la peine de lui adresser plus d'un mot. Mais le sujet n'était apparemment pas le meilleur choix et Rosaleen, en replaçant une mèche de cheveux derrière son oreille, détourna le regard en remontant ses genoux contre son buste pour y appuyer le menton.

« Bien. »

Elle affichait une mine pensive qu'il ne pouvait voir, regardant les branches des quelques arbres par delà la clôture. Et sa famille à elle, qu'en était-il ? Est-ce qu'ils allaient bien eux aussi ? La galloise aurait donné cher pour les avoir à ses côté ou au moins être sûre qu'ils soient en vie et pas menacés, si seulement elle pouvait avoir la chance qu'avec le footballer... Mais elle n'était pas du genre à se plaindre et préférait chasser ces images de son esprit ; il ne servait à rien de se laisser couler si elle n'avait pas la certitude que ses craintes étaient légitimes, l'espoir faisait vivre et elle avait bien l'intention de croire en de jours meilleurs où elle les retrouverait sains et saufs. Soupirant légèrement, elle se demandait pour quelle raison elle se bornait à rester assise là alors que le noir n'avait visiblement aucune envie qu'elle le soit ; pour le contrarier ou peut-être avait-elle réellement envie de discuter et de faire des efforts ? Peut-être un peu de tout cela. Elle hésité à lui demander s'il avait déjà vu ce qu'il y avait, là dehors, puis finalement, lui jetant un regard en coin, elle lança d'un air un peu plus léger qu'auparavant.

« Heureusement que tu n'étais pas un pro au basket ou baseball, ta main serait devenue plus qu'un problème. »

Et voilà qu'elle le relançait sur ça, comme si de rien n'était. La jeune femme n'avait pourtant pas pour habitude de chercher des noises aux autres, mais lui c'était différent, elle pourrait presque finit par en rire et c'est ce qui faillit arriver quand elle imagina la situation et le noir se plaindre à longueur de journée, ne pouvant s'adonner à sa passion. Posant un doigt sur son propre nez, elle reprit.

« Je me porte mieux moi aussi. »

Elle se doutait bien que ça lui passerait totalement au dessus de la tête et qu'il s'en faisait pour bien d'autres gens qu'elle, mais elle n'en tenait pas rigueur. Et ses paroles n'étaient qu'une demie vérité, qu'une apparence. Parce-que oui, physiquement elle allait mieux, son corps s'était bien remit des coups qu'elle avait eut. Mais psychologiquement l'histoire était différente ; n'était-ce pas également le cas de Trey ?

copyright acidbrain


Revenir en haut Aller en bas
Trey Cassidy
#Connard
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 19/03/2014
Messages : 473

MessageSujet: Re: Are you kidding me, fool ?   Sam 9 Avr 2016 - 18:38


Elle n'avait pas tort, le fait de pouvoir sortir prendre l'air sans craindre de se faire repérer par les gardes, pouvoir se promener dans l'ensemble du complexe de l'école sans avoir à se faire interpeller par des militaires aigris... C'était agréable de pouvoir faire ce qu'on voulait. Même si dans un monde meilleur, on pourrait sortir de l'enceinte. Oui, au moins on était en vie, on avait de la chance par rapports aux autres morts dehors... Peut être oui, et si c'était l'inverse ? Si c'était eux les chanceux ? Eux qui n'ont plus rien à se soucier, plus de nourriture à trouver, plus de douleurs, plus de pensées négatives, plus rien... Je n'avais aucune idée sur la question d'une vie après la mort, j'espérais très fort qu'il y en avait une, mais contrairement à maman, j'avais tendance à ne pas croire en un Dieu et en un paradis... Et finalement, la question de la réincarnation avait prit un penchant terrible, se réincarner en quoi ? En arbre ? En oiseau ? La réincarnation en homme était un peu limité à l'heure actuelle. Aujourd'hui, ce en quoi je croyais ne servait plus à rien... L'argent n'avait plus aucun impact, ma villa non plus et l'amour que j'avais donné à Sofia n'était plus que l'ombre de lui même sans elle à côté de moi. Me frottant le visage, je commençais à m'agacer des légers grognements qu'on entendait venir de la rue... Qu'est-ce qu'on allait faire ? S'habituer à eux comme on s'habitue aux cigales ? C'était ça notre futur ?
Impossible !

Je soupirais pendant le silence qu'elle laissait enfin... Elle avait peut être compris que je n'avais pas envie de parler, c'était pourtant évident. Je m'en foutais de la voir à côté de moi, elle pouvait rester si elle voulait, mais je n'étais pas d'humeur à lui tailler le bout de gras ou à épiloguer sur le bien être de ma famille, c'était évident ça aussi, personne n'allait bien ici. Comment pouvait-on aller bien ? On vivait dans une salle de cours, dans un lycée encerclé par des putains de morts vivants qui sont là pour nous bouffer la jugulaire. Et elle ose demander comment ils vont... Oh bah génial, mon père s'est inscrit à l'atelier bricolage et ma mère à l'aquagym, je crois que ma sœur à décider de s'inscrire au cours de psychologie... C'est sur un ton léger, presque joueur, qu'elle arracha le silence qu'elle avait laissé pousser... Et rebelote, elle revenait sur le cas de la main. Pourquoi ? Elle voulait en venir à quoi ? Elle attendait un merci de ma part ou quoi ?! Elle voulait que je m'excuse d'avoir buter Vaughn à main nu ? Que je lui dise que sa crème miracle était super utile ?! Je me levais rapidement en la regardant, haussant le ton en frappant mon poing sur la table. Puis je la pointais du doigt, sentant le bandage s'imbiber lentement du sang qui perlait de la plaie que j'avais certainement ouverte...

Qu'est-ce tu veux ?! T'as quelque chose à m'dire ?! Tu crois qu'j'suis fier d'avoir exploser la gueule de Vaughn ?! Tu crois qu'j'voulais le tuer à main nue ?! Que c'était prévu, que j'suis un monstre ?!

Serrant les poings, je les posais tout les deux sur la table et plantais mes yeux dans les siens, les sourcils froncer et le regard noir. Mon cœur battait la chamade et le son de ma voix commençait à rameuter les moches derrière la grilles en face de nous, mais je continuais, énervé.

Si c'était à refaire, j'referais exactement pareil. EXACTEMENT PAREIL. Cent fois s'il le faut ! J'pourrais me cacher derrière ma sœur, dire que c'était elle ou lui, mais c'est des conneries ! J'aurais pu arrêter de frapper, j'aurais pu ! Mais j'ai choisi de pas l'faire, j'ai choisi de le tuer ! Juge moi si tu veux me juger, j'm'en bas les couilles, ok ?! J't'ai rien demandé, j'me rappel pas t'avoir demander de me soigner, j'te dois rien, tu me dois rien, c'est clair ?!

J'avais atteint le sommet de la montagne Colère et la chute allait faire mal... Je tremblais, j'étais énervé. J'avais besoin que ça sorte et elle était là, j'aurais pu faire ça sur un punching ball au gymnase, mais j'avais choisi de le faire ici, sur elle. Au fond je sais pas si je gueulais sur elle ou sur moi, mais le fait d'en parler, de le gueuler, j'avais l'impression d'avoir débloqué quelque chose.... D'avoir lâché un poids, libéré, peut être.





Lequel d'entre vous
Prétend éteindre le Soleil ?
Tu m'parles de qui ? Est-ce qu'on se connait ? Est-ce que t'es trop petit ou est-ce que je te regarde du sommet ?
Revenir en haut Aller en bas
Rosaleen A. Glanmor
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/12/2015
Messages : 507
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Are you kidding me, fool ?   Ven 15 Avr 2016 - 7:03


''Are you kidding me, fool ?''
ft. Trey




L'ambiance était jusqu'à présent étrange, ils n'avaient rien à se dire mais la jeune femme essayait pourtant d'engager une conversation, de trouver un sujet de discussion qui les mettrait tous deux d'accords, ou au moins qui n'éveillerait pas toutes ces peines profondes avec lesquelles ils s'efforçaient tant bien que mal de vivre. Rosaleen faisait des efforts pour ne pas penser à ce qu'il s'était passer, à ce qu'ils avaient fait, elle essayant de retrouver un semblant de sérénité et souhaitait pour cela s'assurer que son entourage puisse y arriver également. Cependant, elle avait dû se rendre à l'évidence que ''son entourage'' incluait également Trey, et que son attrait à toujours faire passer les autres avant sa propre personne devait être plus important que son agacement constant envers le noir.

Prise dans ses réflexions, la rousse ne fit pas réellement attention à l'air de plus en plus renfrogné et agacé du footballeur, elle avait un petit sourire béat sur les lèvres et quand Trey se leva brusquement, tapant du point sur la table où elle était assise, elle comprit. Les yeux ouverts grands comme des billes, elle était prestement descendue de la table et faisait maintenant face à l'homme, les poings serrés en écoutant ce qu'il avait à dire. Elle restait pantoise devant un tel énervement, allant la plupart du temps dans le sens des gens la galloise n'avait que rarement eut à encaisser une telle colère. Son corps avait commencé à trembler et ses yeux s'étaient embués de larmes, tout ce qu'elle avait gardé jusqu'à présent était sur le point de ressortir, et les râles des malades de l'autre côté de la grille n'arrangeaient rien à sa volonté de rester calme. Quand son vis-à-vis eut terminé de lui cracher sa colère à la figure, elle ne pu s'empêcher de sortir de ses gonds et fit un pas en avant avant de tendre la main pour le gifler mais elle se ravisa au dernier moment et se contenta de serrer à nouveau le poing et le ramener à elle.

« Je n'attends RIEN de toi, Cassidy, foutrement rien. La seule personne à qui tu dois rendre des compte c'est TOI-MÊME, et  la manière dont de simples mots t'affectent encore prouve bien que tu n'es qu'un LÂCHE même pas foutu d'assumer ce que TU as fais ! »

Ses yeux pourtant d'habitude d'un vert aussi profond que l'émeraude arboraient à présent la couleur d'un jade assombrit par le temps. Des larmes de colère s'étaient mise à couler sur ses joues rosies par l'énervement tant contenu mais elle n'y prêta aucunement attention, ses yeux parlaient pour elle.

« Pourquoi tu ressens le besoin de te justifier hein ?! Si tu ne regrettes en rien ce que tu as fait alors où est le problème ? Ce qui est fait est fait, tu dois vivre avec et arrêter de faire comme si le monde entier en avait après toi ! Arrête ça... »

Elle avait ponctué sa phrase en tirant légèrement sur le col de son tee-shirt, encore plus tremblante ; ces derniers mots avaient été plus calmes, presque comme une plainte. Elle n'en pouvait plus de tout ça, cette tension, tout ce qui s'était passé, la galloise avait beau faire son possible pour garder les épaules droites, elle n'arrivait pas à passer dessus aussi simplement que les autres. Et malgré tous les sentiments négatifs qu'elle avait pour Trey depuis qu'elle l'avait vu, elle ne pouvait s'empêcher de ressentir de la peine face à ce qu'il avait à affronter. Oui, il n'attendait rien d'elle et vice versa, il n'avait aucunement besoin que quelqu'un en rajoute sur ce qu'il avait fait, mais c'était trop tard à présent, il avait poussé la rousse à bout, comme elle venait de le faire pour lui.

D'un geste mal assuré, elle lâcha le tissu qu'il portait et porta une main tremblante à sa joue pour en essuyer la larme qui s'y attardait. La rousse devait avoir l'air pathétique comme ça, ridicule, comme une enfant qui ne parvenait pas à accepter sur ses épaules le poids du monde, mais ça lui était complètement égal, elle avait dit ce qu'elle avait à dire, et même si elle regretterait plus tard de s'être emportée de la sorte, c'était pour le moment secondaire. Et ces râles derrières les grilles, ceux qu'elle n'avait encore jamais vu de près et dont elle était persuadée de pouvoir les sortir de cette impasse, ils faisaient à ce moment précis parfaitement échos à ce qu'il se déroulait en elle, comme un lendemain de séisme où on craignait encore l'arrivée des répliques.

copyright acidbrain


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Are you kidding me, fool ?   Aujourd'hui à 19:05

Revenir en haut Aller en bas
 

Are you kidding me, fool ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» fool them [PV]
» Every whisper of every waking hour, I'm choosing my confessions, trying to keep an eye on you, like a hurt, lost and blinded fool. ₪ 22 mars, 18h22
» see her come down through the clouds, I feel like a fool ✈ 16 MAI, 18H21, SASHA.
» [Ultra Ouvert, ramenez vos potes!!!] Un matin...
» played the fool (sydney)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-