Partagez | .
 

 Même si croire n'est qu'un recours

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Auteur
Message
Christina Karlson
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/07/2014
Messages : 904
Age IRL : 50

MessageSujet: Même si croire n'est qu'un recours   Sam 12 Mar 2016 - 15:09

Comme tous les soirs, depuis maintenant plusieurs semaines, les rescapés d’Evergreen Ridge venaient de manger tous ensemble. Le repas n’avait rien eu de vraiment très folichon, mais au moins avait-il le mérite d’exister et les estomacs n’étaient pas vides. Après toutes les épreuves qu’ils avaient traversées et partagées, ils formaient tous un bon groupe soudé. O certes la vie en collectivité n’était pas toujours des plus simples, mais dans l’ensemble ils s’accordaient tous plutôt bien.

Alors que Christina avait relayé Tam et Rebecca à la vaisselle, Giulia qui essuyait cette dernière à ses côtés l’écoutait parler. Le monde extérieur et l’épidémie revenait toujours sur le tapis. Ainsi que James, que l’hôtesse de l’air n’avait pas manqué d’évoquer depuis longtemps auprès de l’italienne qu’elle voyait comme une amie. Aussi parlait-elle de ses doutes en ce soir de mars, sur leur avenir et surtout sur la quête dans laquelle elle pensait se jeter après l’hiver. Sa copine lui répondit très sérieuse.

- Tu devrais en discuter avec Justin. Il a passé plus de 2 mois au dehors, il pourra te renseigner, c’est sûr. Te dire comment c’était. Elle lui jeta un regard appuyé. Est-ce que cela allait la rassurer ? Rien n’était moins sûr… Mais au moins aurait-elle les réponses à ses questions. Christy hocha la tête avant d’attraper une nouvelle assiette à récurer.

Elle avait bien retenu le conseil et observa du coin de l’œil le jeune homme quand elle revint dans la salle principale du chalet, où la plupart trainait auprès du feu. Il causait avec Sven et Kassandra. Il était si jeune. Elle se souvenait avoir été surprise au début de la relation que celui-ci entretenait avec l’italienne. Ils paraissaient si différents. Pourtant ils s’entendaient visiblement à merveille et la femme avait dépassé depuis longtemps le stade du jugement.

Christy fit un temps la conversation avec Giulia et son mari. Puis Justin vint les rejoindre, ainsi que Brooke et son père. Finalement ils furent quelques-uns à s’éclipser pour rejoindre leurs chambres.

- Je te rejoins, fit la femme à Alan en posa une main sur son bras, quand ce dernier annonça qu’il allait se coucher. Il ne restait plus grand monde debout, et seuls Justin et Giulia étaient encore en face de Christina. Son regard suivit la silhouette de son homme puis elle le posa sur l’amant de son amie. Combien de temps tu as passé dehors déjà Justin ? Avant de rejoindre le stade…

Aussi naturellement que possible, elle dirigeait la discussion dans la bonne direction. Giulia fit un léger sourire.

- Tu pourrais me raconter ce que tu as vécu pendant ce temps-là ? A quoi les choses ressemblaient alors ? Comment tu as survécu ?

Car la préoccupation de la mère de famille n’était pas tant de se demander si elle réussirait elle-même à survivre à tout ça. D’un côté, elle comptait beaucoup sur Alan pour ça… Non ce qui la taraudait vraiment, c’était de savoir si son fils, James, 25 ans, avait une chance d’avoir pu s’en tirer.




- There are far worse things than death in this world -

Where worlds collide, blood divides
When darkness falls, fate calls
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Même si croire n'est qu'un recours   Sam 12 Mar 2016 - 22:16

Les relations avec le reste du groupe étaient de plus en plus apaisées. A présent, je n’avais plus vraiment de piques de la part des autres survivants. Chacun participait au mieux à la survie du groupe et cela semblait bien se passer. Le temps semblait moins froid également et il était probable que le printemps se soit déjà installer en plaine. Quand a Giulia, elle s’était liée d’amitié avec la mère de Sven, Christina avec qui elle semblait partager beaucoup de points communs. Souvent, elles discutaient ensemble et l’italienne m’avait confiée que la famille Carlson était toujours sans nouvelles du fils ainé qui vivait en Californie si mes souvenirs étaient bon.

Je discutais un moment avec Sven et Kassandra qui étaient dans ma tranche d’âge. Il y avait peu de jeunes dans le groupe, ce qui fait que je connaissais bien chacun d’entre eux. Beaucoup de personnes partirent ensuite se coucher. Il n’était pas tard mais les gens étaient plutôt matinaux ici, ce qui fait que j’avais parfois du un peu de mal à m’endormir aussi rapidement qu’avant. Il ne restait à présent plus que moi, Giulia et Christina dans la pièce de vie principale. C’est alors que la mère de famille me demanda combien de temps j’étais resté dehors avant de rejoindre le stade.

Je la regardai un instant, lui adressa un petit sourire et répondit : « Je suis resté dehors un petit moment. Je suis arrivé au stade la veille de la catastrophe. Je dirais trois mois environ. » Elle me demanda ensuite comment j’avais survécu à tout cela et ce que j’avais vu. Je n’aimais pas trop me rappeler cette période mais bon pour une fois, je pouvais faire un effort. Je réfléchis un petit moment et répondit calmement : « J’ai vécu beaucoup de choses la bas. Je m’étais réfugié dans la maison de Giulia. Il y a des barrières autour de la maison et donc, les infectés ne pouvaient pas rentrer. Je me ravitaillais dans les magasins du coin en stockant les vivres dans la cave. »

Je pris un moment et repris : « Je sais me défendre et j’ai un sabre. C’est très efficace contre les fondus. J’ai rencontré d’autres survivants. La plupart survivaient comme ils pouvaient. J’ai eu de la chance de ne pas tomber sur des pillards qui auraient pu me tuer. Au début, les gens étaient perdus et pensaient que l’armée viendrait les sauver. Il y avait beaucoup d’espoir je dirais et la plupart se cachaient en attendant qu’on vienne les aider. Niveau vivres, il y avait beaucoup de nourriture dans les supermarchés. Ce n’était pas un problème de se nourrir. Et j’évitais l’affrontement avec les mordeurs. Comme ils sont très lents, bruyants et limités, c’était facile de les tuer avec n’importe quel type d’arme blanche. »

Je la regardai avec un sourire timide avant de lui avouer : « J’ai surtout eu énormément de chance. A plusieurs reprises, j’ai échappé à une mort atroce ! »
Revenir en haut Aller en bas
Christina Karlson
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/07/2014
Messages : 904
Age IRL : 50

MessageSujet: Re: Même si croire n'est qu'un recours   Dim 13 Mar 2016 - 18:48

Christina fronça les sourcils quand Justin lui annonça qu'il était arrivé à Century la veille de la catastrophe. N'avait-elle vraiment jamais entendu cette histoire ? Cela l'étonnait. Elle avait pu oublier l'information, mais elle se surprit cette fois, un instant, à imaginer un lien de cause à effet entre l'arrivée du jeune homme et la chute du stade. Avait-il un lien avec la brèche qu'elle pensait responsable de la catastrophe ? Elle chassa cette idée. Ça n'avait plus d'importance.

Elle l'écouta ainsi lui raconter rapidement ce qui lui était arrivé au cours de ces longues semaines et mois tout seul. Au fil de son discours, elle se sentait de plus en plus confiante. Confortée par les paroles du garçon. Il avait rencontré d'autres survivants. Il y avait facilement moyen de trouver de quoi se nourrir. Les chances de Jimmy pouvaient être bonnes ainsi ! Justin se montrait rassurant. Peut-être avait-il une idée de ce qui tracassait la mère de famille...

- A t'entendre, ça a presque l'air facile... souffla-t-elle, toujours hantée par le cauchemar de cette journée froide de janvier.

C'est alors que le jeune homme confia sa chance. Le sang de Christy lui parut se figer. Elle déglutit et croisa le regard de Giulia. Celle-ci venait de pincer les lèvres. De toute évidence, elle n'aimait pas trop écouter son jeune amant mentionner ses mésaventures. Cela réveillait en elle une certaine angoisse.

- Comment ça ? Demanda Christina qui invitait l'ancien étudiant à expliquer davantage ce qu'il entendait par ces morts éviter de justesse. Avant qu'il n'ait eu le temps de répondre, l'italienne posa une main sur la cuisse du garçon.
- Hum je vous laisse discuter tous les deux, d'accord ?

Elle força un sourire et embrassa son compagnon. Christina et Justin se retrouvèrent alors face à face. L’hôtesse de l'air en profita pour poser une autre question au jeune homme.

- Tu es à l'aise avec ton sabre. Tu savais déjà bien t'en servir et te défendre avant ? Quel profil avaient les gens que tu as rencontrés ? C'était des groupes ? Des familles ? Tu es resté un peu avec eux ? Elle se rendit compte qu'elle le mitraillait un peu de questions. Excuse-moi de te poser toute ces questions. Tu sais j'ai un autre garçon qui a à peu près ton âge. Il n'est pas là et... enfin je... je me demande sans arrêt s'il a pu s'en sortir de son côté. S'il est quelque part dehors aussi, tu vois.

Elle fit une moue qui se voulait être un sourire, mais une certaine détresse s'en échappait. Celle du mère, sans nouvelle, inquiète pour son petit.




- There are far worse things than death in this world -

Where worlds collide, blood divides
When darkness falls, fate calls
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Même si croire n'est qu'un recours   Lun 14 Mar 2016 - 23:26

Le comportement de Christina était étrange. Elle semblait angoissée et en attente de quelque chose. Peut-être qu’elle pensait a son fils qui vivait en Californie. Cela expliquerait pourquoi elle posait toutes ces questions. Très honnêtement, j’avais envie de lui répondre qu’il y avait à peine un pour cent de chances qu’il soit encore vivant. Et encore en étant gentil. Après tout, on était une cinquantaine dans le chalet. Si on imagine qu’il y avait cent groupes comme le nôtre autour de Seattle, cela représentait quelques milliers de personnes. Or, la région de Seattle possédait trois ou quatre millions d’habitants avant l’infection. Je doute que la Californie s’en sorte mieux que nous. Il y avait d’espaces naturels et davantage de densité humaine. Mais je comprenais tout à fait son état d’esprit. Après tout, j’avais bien retrouvé Giulia saine et sauve donc peut être que Christina aurait autant de chance que moi.

Si son fils était sportif et savait se défendre, il y avait peut-être de l’espoir. En tout cas, son père semblait bien se débrouiller. J’espérais qu’un jour, ils puissent le retrouver et je les aiderai si besoin est et si le danger n’est pas trop élevé. Je m’en voulu quand j’évoquai la question de la mort atroce. Décidément, je n’avais pas la langue dans ma poche. Giulia se décida ensuite de monter dans la chambre. C’est alors que la mère de famille me posa d’autres questions et m’avoua qu’elle était inquiète pour son fils. Je m’en doutais. Je lui répondis sérieusement : « Oui, je savais m’en servir avant. Je prenais des cours de kendo et de karaté. Concernant les survivants, il s’agissait surtout d’individus seuls. Souvent jeunes et en bonne santé. Il y avait très peu de familles en revanche. »

Je pris un moment, lui adressa un sourire timide et lui répondis calmement : « Oui, je comprends un peu ce que tu ressens. J’étais un peu pareil quand j’étais hors du stade, j’avais l’impression que j’allais finir seul au monde. C’était horrible ! » Je passa ma main dans mes cheveux puis reprit : « En tout cas, si vous avez besoin d’aide pour le retrouver, je pourrais faire le nécessaire. Même si je ne connais pas très bien la Californie. »

J’ajoutai ensuite en essayant de changer un peu de sujet de conversation : « Moi, je n’ai pas eu vraiment de famille. Du coup, je me refugié dans mes études car je savais qu’en cas de coup dur, personne ne viendrait m’aider. En tout cas, Je vous trouve très soudés. J’aurai aimé avoir une famille comme la vôtre. » Je lui adressai ensuite un sourire amical.
Revenir en haut Aller en bas
Christina Karlson
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/07/2014
Messages : 904
Age IRL : 50

MessageSujet: Re: Même si croire n'est qu'un recours   Ven 18 Mar 2016 - 13:51

Justin lui apprit ainsi qu’il n’était pas un novice. Pour tout dire, il suffisait de le voir porter son sabre – puisque pour tout dire la femme ne l’avait pas souvent vu trancher quoi que ce soit avec, et heureusement ! – pour deviner qu’il savait y faire ! Peut-être aurait-elle du davantage orienter ses garçons vers des sports de combat pendant leur enfance… James avait fait beaucoup de hockey sur glace, ce qui ne devait pas lui avoir servi des masses en cas d’apocalypse sous le soleil californien. Quant à Sven, il n’avait jamais été très sportif.

Christina hocha la tête en entendant le profil des survivants croisés par le jeune homme. Son Jim pouvait entrer dans cette catégorie. Il avait une bonne condition physique, et d’après ce qu’il lui racontait, il avait aussi des tas d’amis. Elle aimait croire que s’il avait survécu, il n’était pas seul pour autant. Elle savait que dans cette position, elle serait capable de se tirer une balle. Rien ne pouvait être pire que ça !

- Oui cette incertitude est terrible ! Tu… hum je ne t’ai jamais demandé, tu sais ce qu’est devenue ta famille ? Dans son sens le plus large, de ses parents à ses cousins. La probabilité qu’il fut déjà sans aucun proche avant était faible, non ?

Centré sur son cas, les pensées de Christy retournèrent vers son garçon. Il lui avait mentionné à la fin de l’été une certaine Johanna. Etait-il aujourd’hui avec elle, dans un refuge comme le leur ? Elle dévisagea Justin, modifiant ses traits pour les remplacer par ceux de James. Le jeune homme lui apprit ainsi qu’il n’avait jamais vraiment eu de famille. La femme pinça les lèvres.

- Je suis désolée. Tu es gentil, c’est vrai qu’on est très proche, c’est une chance. Le fait qu’il soit ensemble aussi. Enfin presque. Oui, on a prévu avec Alan d’essayer de le chercher. On espère qu’il puisse peut-être être arrivé jusqu’ici. On verra. Rebecca aussi s’est proposée, vous êtes adorables. Mais on sait que c’est dangereux, et je crois que Giulia m’en voudrait si tu devais disparaitre avec nous. Elle est tellement heureuse de t’avoir retrouvé.

Finalement, cette expédition était une affaire de famille. Ils ne pouvaient se permettre de mettre la vie de quiconque en danger pour eux. Tous avaient des liens forts à la station. Des liens qu’ils ne pouvaient pas défaire. Puis progresser en petit comité serait indéniablement plus aisé. Simple question de discrétion.

- D’autant qu’on est vraiment bien ici, ajouta-t-elle. Dans quelques semaines, quand le printemps sera revenu, ce sera encore plus douillet…

Christina fit un sourire. Ils attendaient tous avec impatience le retour des beaux jours. Enfin du moins le redoux, la fonte de toute cette neige. Seule l’hôtesse de l’air était partagée. Elle voulait partir et trouver James. Elle ne voulait rien autant que ça ! Pourtant elle sentait son ventre se nouer à chaque fois qu’elle se voyait quitter cet endroit. Oui elle avait peur. Peur de ce qui les attendait sur la route. Peur de ne pas retrouver la moindre trace de son fiston. Peur de ne jamais revenir dans cette montagne et de ne jamais revoir tous ces gens…




- There are far worse things than death in this world -

Where worlds collide, blood divides
When darkness falls, fate calls
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Même si croire n'est qu'un recours   Sam 19 Mar 2016 - 21:15

Christina semblait obséder par ce qu’étais devenu son fils. C’était compréhensible. Tant qu’on était dans le doute, il était impossible de faire le deuil. Il y avait une faible probabilité de le retrouver vivant mais on pouvait toujours ramener son corps sans vie et l’enterrer près du chalet. De cette façon, sa famille pouvait venir se recueillir aussi souvent qu’ils le désiraient. Bien évidemment, j’espérai vivement qu’ils le retrouvent et que tout finisse bien mais avec tout ce que notre groupe avait subi, je ne croyais plus trop aux miracles. Elle m’interrogea sur ma famille. Je n’en avais pas et Giulia était la seule personne dont je m’étais inquiété. Il y avait certes mes grands-parents et mes amis mais je n’avais eu aucune nouvelles de leur part. Parfois, je me demandais s’ils pouvaient être vivants mais j’évitais de trop penser à cela. Je lui répondis calmement : « Oui, j’avais un peu de famille et d’amis à Seattle mais je n’ai retrouvé personne. Peut-être qu’ils étaient au stade ou qu’ils ont quittés la ville. Au moins, j’ai retrouvé Giulia, c’est le principal ! »

Elle évoqua par la suite le faite qu’elle n’était pas trop d’accord pour que je les suive en Californie. C’était compréhensible car après tout, je ne les connaissais pas trop. Et puis, ils se sentiraient coupables s’il m’arrivait quelque chose. Je lui répondis en souriant : « On en reparlera dans ce cas. Je pense que Giulia pourrait venir également. Elle te connait bien et elle sera trop inquiète de rester ici toute seule. Le camp fonctionne bien et l’absence de quelques personnes ne posera pas de soucis. D’autant plus qu’on sera absents une semaine maximum. Ce n’est pas si terrible ! Mais bon, on en reparlera ! » Elle évoqua ensuite le printemps. C’est vrai que cela nous ferait un bien fou mais j’avais peur que les fondus reviennent en masse nous affronter.

L’avantage c’est qu’au moins, personne n’aurait à ramasser du bois pour chauffer le chalet. La pose de clôtures autour du bâtiment serait surement à envisager afin d’éviter les mauvaises surprises. Je répondis a Christina d’une voix enjouée : « Oui, ça fera du bien de plus subir toute cette neige, ce sera plus facile pour se déplacer. Par contre, il faudra s’attendre à plus de danger bien qu’ici, on a l’air vraiment peinards. La pose de clôtures pourrait nous garantir un risque quasi zéro. » Je pris un petit moment et lui demanda, curieux : « Vous viviez à Seattle avant tout ça ? Moi, j’étais à l’université et je logeais à droite et à gauche. Je n’avais pas vraiment de chez moi. »
Revenir en haut Aller en bas
Christina Karlson
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/07/2014
Messages : 904
Age IRL : 50

MessageSujet: Re: Même si croire n'est qu'un recours   Lun 21 Mar 2016 - 20:45

Justin paraissait bien optimiste quant à l’aventure dans laquelle s’engageait les Karlson. Seraient-ils absents une semaine tout au plus ? Dans le meilleur des cas peut-être. Si James jaillissait sur leur route, à l’entrée de Seattle, ou s’il les attendait sagement dans leur ancienne maison. Encore que… Ils avaient mis une semaine entière à arriver ici depuis le stade. Certes la neige les ralentissait alors, mais il ne fallait pas s’attendre à des miracles. Ce ne serait pas un parcours de santé ! Ils seraient probablement partis bien plus longtemps… S’ils revenaient tout court…

La femme ne dit rien et hocha simplement la tête. Pour elle, la question était réglée et comme elle l’avait affirmé plus tôt, elle n’embarquerait personne dans cette entreprise certainement suicidaire ! La conversation dévia d’elle-même sur leur lieu de vie.

- Oui, il ne fera probablement jamais très chaud ici, mais l’idée de sortir sans finir complètement congelés sera forcément un soulagement.

Dans la région, les précipitations ne cessaient jamais complètement et la pluie rafraichissait toujours l’atmosphère. Les températures caniculaires n’arrivaient donc jamais à cette altitude ! Quant à leurs nouveaux prédateurs…

- On est relativement loin des villes, je crois que ça nous protège. Est-ce que cela assurait à 100% leur tranquillité pour le moment ? Rien n’était moins sûr ! Finalement, que savaient-ils de cette maladie et de ces infectés ? Pourquoi allaient-ils ici et pas là-bas ? Qu’est-ce qui les empêchait de rejoindre la montagne ? Oui ils parlaient de construire une barricade l’autre soir, enchaina-t-elle à la remarque de Justin sur le sujet. Peut-être participait-il d’ailleurs à la conversation ce jour-là, Christina ne se rappelait pas. Elle avait entendu Gary et Joey en parler pour sûr. Ça peut être bien d’anticiper ce genre de besoin… encore que si une marée d’infectés nous tombe dessus comme au stade… aucune barricade ne peut nous protéger contre ça !

Son corps fut parcouru d’un rapide frisson. Elle ne réagissait jamais autrement à l’évocation de ce jour de janvier. Cela avait duré quelques heures seulement, pourtant ces souvenirs violents étaient tenaces… Puis au final, ils en revenaient toujours à la même question : quelle était exactement la menace ? Préparer sa défense était une bonne chose, mais comment s’assurer que ce ne serait pas vain ?




- There are far worse things than death in this world -

Where worlds collide, blood divides
When darkness falls, fate calls
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Même si croire n'est qu'un recours   Aujourd'hui à 15:04

Revenir en haut Aller en bas
 

Même si croire n'est qu'un recours

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» [PV] Il ne faut pas croire tout ce qu'on dit... ni tout ce qu'on lit {Leevo}
» « Croire en soi, c'est déjà presque réussir. » Michael Ray Dawson.
» Amanda K. Mayers ☆ Froide est la douleur de croire que la chaleur ne reviendra jamais
» Donnez-moi une bonne raison de vous croire !!! ( Denden )
» Tu ne vas pas me croire... Mais ce n'était pas voulu ! [Rolanda]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-