Partagez | .
 

 Doucement, elles apparaissent, sur le bord de tes cils. [Gary]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Auteur
Message
Gary Warren
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/09/2014
Messages : 902
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Doucement, elles apparaissent, sur le bord de tes cils. [Gary]   Mer 30 Mar 2016 - 11:28

T'as déjà eu la gestion d'une équipe ? Demanda-t-il en faisant la moue, impressionné. A ton âge, c'pas commun.

Inutile d'en rajouter sur tout le reste, ça lui donnait plus mal au crâne qu'autre chose. Alors non, vu comme ça, il faisait carrément pas un bon psy, et pour le coup Gary s'en cachait absolument pas. Il était très mauvais à ça. Lui, il voyait le monde avec ses oeillères, il s'avérait juste que maintenant que le monde s'était salement péter la gueule, ça le changeait moins que tous les autres. Fallait dire qu'avant ça, il avait vécu des choses que le commun des mortels expérimentait jamais vraiment. Tuer ou être tuer, par exemple. Maintenant, c'était l'acabit de tout le monde, et ça faisait chier les autres sauf lui, puisqu'il savait déjà.

Y'avait Joey aussi, qui comprenait. Mais qui vivait tout ça encore très différemment, un peu comme si ça pouvait être drôle, ou moins lourd à porter. Gary pigeait pas toujours comment Joey pouvait fonctionner aussi bien dans ce monde. Comme s'il réalisait pas qu'il avait perdu sa dernière sœur ou ses parents, ou comme s'il en avait rien à foutre. P't'être parce qu'il avait pas vu Graam se faire bouffer sous ses yeux, p't'être parce que tout ça, c'était abstrait et ça avait un côté totalement irréel. Joey serait toujours un peu perché. C'était sans doute pour ça qu'il kiffait bien Kassandra et qu'il hésitait jamais trop à le signifier à Gary quand ils étaient tous les deux à discuter de tout et de rien. La blonde, elle lui faisait de l'effet.

Bah t'as qu'à faire ça, tiens, fit-il en terminant son café brulant. T'organiseras les prochaines expéditions, puis faudra que tu prennes la tête de l'une d'elle. S'il te faut la responsabilité de vie humaine pour avoir envie de revenir vivante, fais. Tu verras. C'est un sacré poids mais ça motive bien.

Et ça, il pouvait le certifier. Vu comment gérer une cinquantaine de personnes sans en avoir trop le choix, il l'avait fait. Gary se savait assez ordinaire parfois, pas meilleur qu'un autre. Surtout pas meilleur qu'un autre. Arthur ou Alan auraient mieux fait l'affaire que lui, plus diplomates, plus à l'écoute, plus leader que lui le serait jamais. N'empêchait que c'était à lui que les autres faisaient confiance, parce qu'ils savaient que pour survivre, Gary ferait le nécessaire. Là où Alan, et Arthur, étaient sans doute encore trop humain. Toutes ces choses là, pour lui, étaient logiques et mécaniques, viendrait un temps où elles le seraient pour tous les autres.

Si j'te donne la gestion des ressources, t'en ferais quoi ? Qu'ça soit de la bouffe avec Tam, que d'l'organisation des chambres, ou des armes, ou des véhicules et de l'essence, t'y arriverais ?

P't'être qu'elle pourrait le faire. Lui était pas trop à cheval sur ces détails, mais suffisait de sonder Tam et Christina pour savoir quand retourner à la chasse ou chercher de la flotte pour tout le monde. Il se disait qu'une personne comme Kassandra pour superviser tout ça, c'était peut être une pas si mauvaise idée.

C'est pas une faveur, et crois moi, ça t'prendrait un temps de dingues. Et tu s'ras pas la plus aimée.




Go tell that long tongue liar. Go and tell that midnight rider. Tell the ramblr, the gambler, the back biter. Tell'em that god's gonna cut'em down. You can run on for a long time, sooner or later, God'll cut you down.
Revenir en haut Aller en bas
Kassandra Fletcher
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 414
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: Doucement, elles apparaissent, sur le bord de tes cils. [Gary]   Mar 5 Avr 2016 - 12:18

Lorsque Gary se montra réceptif, sa bouche s'ouvrit sous la surprise. Dans ce genre de situation, Kassandra ne pouvait que sauter sur l'occasion de parler d'elle et de ses exploits.

« J'ai eu des équipes en état d'urgence, il y avait eu des soucis avec des tissus. Et après avoir fait mes preuves ça a été tout seul. Quand j'y pense j'aurai peut être pu passer manager l'année prochaine... »

Gary lui permettait de mettre en lumière ce qu'elle avait pu faire dans son travail. Si travailler dans l'urgence et gérer des situations critiques pouvaient être atout en situation d'entreprise, elle n'était pas certaine que cela puisse réellement s'appliquer à la survie... Mais ce petit rappel lui donna un coup de fouet et la fit redresser l'échine. Impressionner Gary et l'entendre lui proposer de monter l'échelle de la survie, ça ne pouvait que la stimuler.

Aurait-elle dû plutôt avoir peur, craindre d'accepter de tels engagement ? Car ce n'était pas des challenges. Cela n'avait rien à voir. Des vies étaient en jeu, et la responsabilité était bien plus lourde. Mais elle savait prendre les devants, elle savait ne pas rester éternellement figée dans l'urgence. Elle savait, elle n'avait pas le choix.

Le fond de sa tasse lui attira un rictus d’insatisfaction. Le café était terminé, elle n'avait plus rien à touiller. Elle relâcha la tasse dans l'évier, lentement, comme si le bruit aurait pu s’amplifier et rompre cette conversation. Elle buvait ses paroles. Elle attendait que l'homme termine, parce que ce qu'il disait, ces tâches qu'il pourrait lui confier, alourdissait déjà ses épaules. En serait-elle capable ? Des doutes, elle en avait un peu, comme tout le monde. Mais son visage était suffisamment déterminé pour faire croire qu'aucun doute n'avait traversé son esprit.

« Le surmenage, ça ne me dérange pas. Si tu dis que ça m'obligera à ne réfléchir qu'à ça, j'ai envie de le faire. J'ai l'habitude d'être sur un piédestal, et d'entendre les gens chuchoter sur ma manière de diriger les choses... Tant que je sais ce que je vaux, la critique et les regards noirs ne me font pas peur tu sais. Puis... Maintenant, pour survivre, il faut s'adapter. Je n'aurais qu'à transposer mes anciens codes sur ce nouveau travail. L'important c'est le résultat pas vrai. Toi... »

C'est à ce moment qu'elle prends le temps de respirer, comme si elle était à court d'oxygène. Les pensées qui l'accablaient de nouveau la renvoyaient quelques mois plus tôt.

« Toi... Je tenais vraiment... à te remercier en personne. Beaucoup ce jour-là ont vu en toi un leader, même si je vois bien que tu ne prends pas toujours très à cœur ce rôle que beaucoup t'ont attribué. Avec Joey et toi, j'étais vraiment certaine que tout était possible même dans ce chaos. J'ai même cru une seconde qu'on allait récupérer le stade... C'est pas qu'une question d'aura ou de bonne parole, tu donnes vraiment envie aux gens de continuer. »


Revenir en haut Aller en bas
Gary Warren
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/09/2014
Messages : 902
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Doucement, elles apparaissent, sur le bord de tes cils. [Gary]   Jeu 7 Avr 2016 - 10:15

La voir causer de tout ça, prendre des engagements, comme si ça la motivait réellement, Gary était plus ou moins content de le rôle qu'il avait joué dans ce changement de cap. Il avait pourtant fait que lui proposer, plus ou moins, de faire quelque chose de ses dix doigts, quelque chose d'important pour la totalité du groupe, pour le bien commun. Ça lui semblait pas une idée folle, mais il savait au fond que Kassandra était faite pour ce genre de truc.

Et puis, si le fait de se faire détester lui faisait pas peur, alors c'était tout benef. Lui aussi était comme ça, il connaissait l'importance de prendre des décisions que les autres n'appréciaient pas. Qui semblaient pas morales, ou évidentes, ou importantes, mais qui l'étaient. Il avait sa vision du monde, de la vie et de la survie surtout, et tout à son honneur, c'était cette vision là qui désormais était la bonne pour tout le monde. Il s'en vantait pas, parce que pour avoir cet avantage sur l'existence, il en avait sacrifié pas mal de trucs.

Il haussa donc les épaules, reposant la tasse sur la table qu'il squattait avec elle, prêt à partir voir ailleurs s'il y était. Se préparer pour une partie de chasse, faire un truc lui aussi de ses dix doigts qui s'avéraient encore plus utile pour le groupe. Il s'attendait à ce que Kassandra lui glisse déjà un commentaire du genre « faut que tu ramènes 10 lapins pour tout le monde, et c'est pas négociable », et il aurait pu en être content. Mais le « toi » qu'elle glissa était soudainement trop formel, trop... Trop intime pour que ça annonce quelque chose de bien.

L'homme l'écouta, comme il le faisait depuis le début, se confier sur sa vision qu'elle avait de lui. P't'être qu'au fond, c'était elle qui le mettait sur un piédestal. Ou plus généralement, c'était eux, tous les gens de ce groupe qui s'étaient unis autour de lui pour survivre.

Mais en tout cas, elle mit le doigt sur quelque chose de très vrai le concernant : il boudait un peu le rôle qui lui revenait de force, et probablement un peu de droit aussi. Il était pas le leader charismatique typique qu'on on pouvait s'attendre d'en croiser, et ça le gênait. Depuis la mort de Rose et de Norman, c'était une idée obsédante à laquelle il songeait quasiment constamment, celle de partir et de céder sa place à quelqu'un de mieux que lui. Même s'il ne supportait pas cette personne. Il songeait par exemple à Ethan parce que monsieur parfait FBI lorgnait évidemment sur ça, c'était dans ses gênes. Mais une personne comme Alan y avait toute sa place. Sans même parler d'Arthur que tout le monde adorait ici.

Mais sur l'instant, il se rendit compte que c'était pas forcément le fait d'adorer son meneur qui importait, mais plutôt de lui faire confiance sur le fait de survivre. Et Arthur, comme Alan, comme Ethan, avaient bien des qualités, mais c'était dans leur humanité où ils avaient des défauts. Là où Gary, par la force des choses, avait réussi à la mettre entre parenthèse pour se concentrer sur ce qui importait. Ils avaient compris, tous, qu'il était un mal nécessaire, et qu'on le mettrait entre parenthèses lorsque la nécessité serait passée, et qu'on le ressortirait quand il le faudrait.

Tu devrais aller t'préparer à cette journée. Y'a beaucoup d'choses à revoir pour organiser l'camp, et ça va t'prendre du temps. Etait-il gêné ? Il le semblait en tout cas. Il regarda simplement Kassandra avec l'air détaché, alors qu'il se relevait pour poser sa tasse sale dans le lavabo de la cuisine. Elle attendait un truc de lui, il s'en rendait compte. Mais il était si nul en la matière qu'il avait surtout l'impression d'être un con : J'crois que j'dois te dire « merci », mais j'suis pas...

Il se racla la gorge simplement

J'suis pas l'plus doué pour ça.

Et ça, c'était une certitude.




Go tell that long tongue liar. Go and tell that midnight rider. Tell the ramblr, the gambler, the back biter. Tell'em that god's gonna cut'em down. You can run on for a long time, sooner or later, God'll cut you down.
Revenir en haut Aller en bas
Kassandra Fletcher
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 414
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: Doucement, elles apparaissent, sur le bord de tes cils. [Gary]   Lun 11 Avr 2016 - 16:18

Kassandra était dans la retenue avec lui, mais pour ce genre de compliment, elle avait laissé ses émotions être maîtresses. Qu'avait-elle à cacher ? Elle parlait pour la majorité d'une certaine façon. Un silence s'imposa, mais elle commençait à s'y habituer. S'il n'y répondait pas, elle était même capable de comprendre. Elle dévia son regard sur les deux tasses côte à côte dans l'évier. Elle n'avait pas envie de les laver. Les écarts ça arrivaient à tout le monde... Mais elle était d'accord sur le fait que si tout le monde se permettait ce genre d'écart, il y aurait vite de pénurie... Si elle s'en fichait clairement quelques secondes plus tôt, elle s'en voulut de cette écart et se promettait de noter ça dans un carnet et de rembourser ce café... Même celui de Gary s'il le fallait...

Puis les lèvres de l'homme s'animèrent. Elle leva directement les yeux vers lui, pour tâtonner ses réactions, ses émotions qui l'aiderait peut être à mieux le cerner. Jouer sur la corde sensible, celle de l'émotion pure, ne méritait pas toujours du retour. C'était un peu pour ça que s'il restait silencieux, elle ne l'aurait pas soulevé. Un petit sourire amusé perça la barrière de ses lèvres. Un sourire tout à fait confiant qu'elle ne parvint pas à dissimuler.

Il faut bien que tu sois mauvais dans quelque chose, hm.

Gary, elle ne le connaissait pas vraiment. Son passé, ce qui l'avait vu grandir, ses passions, ses accrocs. Avec Rose, Kassandra n'avait jamais vraiment eu de conversation sur ce sujet... Même lorsque la brune était en colère à cause d'une dispute, leurs sujets de conversation se tournaient automatiquement sur les dernières chaussures qu'elles avaient aimé, adulé, approuvé... Enfin, c'était avant ça, quand au stade, tout avait presque l'air de bien se passer.

Allez, je vois bien que ça te démange, que tu veux partir, prendre l'air. J'vais voir si je trouve un bout de papier... J'vais aller dans la cabane à outil pour noter le matos qu'on a, qu'on a pas, ce qu'on doit aller chercher pour les prochaines expéditions. Peut être plutôt un calepin... Dommage que j'ai laissé mon sac derrière moi... j'aurai pu griffonner sur mes cahiers.

Son journal de choses à faire plutôt, qui affichait clairement des pages blanches la dernière fois qu'elle l'avait vu... Oui, les journaux intimes, c'était fini pour elle... Mais elle avait toujours eu besoin d'une petite liste pour ne rien oublier. Elle leva les yeux au ciel, comme porter par une force nouvelle (qui n'allait peut être pas durer si longtemps vu la quantité de travail que Gary lui avait gentiment annoncé).

J'mettrais l'café dans la liste, promis. Il était pas mauvais, quoiqu'un peu corsé.

Un bref salut de la main suffisait avec Gary alors qu'elle se dirigeait vers les placards pour fouiller. Quoiqu'elle aurait pu lui faire la bise au risque de se prendre une remarque pour finir en beauté... Mais elle voulait tout de même terminer cette conversation sur une note à peu près positive. Combien elle avait gagné dans son estime ? Plus cinq ? Plus dix ? Oui, vraiment ça l'intéressait toujours d'augmenter sa popularité même dans un nid de survivants.


Revenir en haut Aller en bas
Gary Warren
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/09/2014
Messages : 902
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Doucement, elles apparaissent, sur le bord de tes cils. [Gary]   Jeu 14 Avr 2016 - 10:01

Il était mauvais dans plein de trucs, mais la remarque de Kassandra lui arracha un pouffement qu'il ne réussit pas à rattraper. Merde. Encore un peu et elle allait croire qu'elle était drôle. Elle l'était, mais c'était pas le propos pour Gary. C'était plutôt de se dire qu'après ça, elle allait vouloir lui faire d'autres blagues pour récidiver. Un peu comme Aaron, mais en féminin quoi. L'angoisse. Du reste, c'était pas très très intéressant. Du blabla de je vais noter des trucs sur un papier et faire la liste pour rajouter le café dessus. Oui, passionnant mais il préférait encore aller faire autre chose.

Il la salua donc d'un signe de la tête et se redressa sur ses jambes. La remerciant du chef pour le café, il fit volte face pour s'éclipser comme il était venu. S'approchant de l'escalier, Clint pointa le bout de son museau pour venir s'étendre et s'ébrouer tout près de lui, alors qu'il chargeait dans son sac de quoi aller se promener et chasser. Partir si tôt, c'était pas la solution, mais après avoir parlé autant et fait claquer la baveuse, fallait au moins ça pour se rattraper.

Puis, c'était pas que c'était nul, ou quoi ; C'était perturbant pour un type comme Gary. Il avait jamais été du genre inspirant ou alors à faire naître des vocations, mais là, c'était autre chose. C'était à croire que la fin du monde était décidée à faire de lui un type bien, à suivre, à écouter, à faire bouger la terre, alors que franchement, ça lui allait bien avant d'être plutôt un sale type. Puis... Comment pouvait-il inspirer qui que ce soit, ou quoique ce soit, quand lui avait perdu sa seule motivation pour vivre ?

Ouvrant la porte du chalet, il s'engouffra dehors, talonné par son chien. Le froid lui mordit la peau, aussi remonta-t-il la fermeture de son manteau jusqu'en haut, et il serra l'écharpe que Lara lui laissait systématiquement pour qu'il n'attrape pas froid. Une écharpe rose, et plutôt moche, qui n'allait qu'à une femme, mais que lui devait se coltiner parce que personne n'était foutu de lui ramener une écharpe pas dégueulasse. Tant pis.

On y va, grogna-t-il au chien qui prit immédiatement les devants.

Au moins, avec Clint, il serait pas obligé de faire la discussion.

FIN




Go tell that long tongue liar. Go and tell that midnight rider. Tell the ramblr, the gambler, the back biter. Tell'em that god's gonna cut'em down. You can run on for a long time, sooner or later, God'll cut you down.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Doucement, elles apparaissent, sur le bord de tes cils. [Gary]   Aujourd'hui à 2:05

Revenir en haut Aller en bas
 

Doucement, elles apparaissent, sur le bord de tes cils. [Gary]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» A bord du Goeland
» Pourquoi les pommes sont-elles rondes ? (PV - Kallo Hone)
» Un certain bord de mer...
» Agréable promenade au bord de la source. [PV : Juxty.]
» Pourquoi les femmes sont elles plus attirantes que les hommes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-