Partagez | .
 

 I hate everything about you.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Auteur
Message
Noah A. Thompson
Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 02/12/2015
Messages : 69
Age IRL : 25

MessageSujet: I hate everything about you.    Mar 8 Mar 2016 - 16:40


En y repensant, quelle immonde connasse que cette nana qui lui avait piqué ses affaires. Se retrouver comme un con avec pour seule arme vêtements et couteaux de cuisine, il s'en serait bien passé. Alors, il avait passé la nuit chez sa soeur, avant de se préparer à l'aube à fouiller les autres appartements.
Et pour une fois, la chance fût de son côté.
Quelques conserves, des bouteilles d'eau, et surtout, un petit revolver de poing, servant certainement à une jeune femme vivant seule, mais qui avait au moins le mérite de pouvoir lui sauver la mise pour quelques jours. Avec sa dizaine de balles, le pistolet avait des airs de véritable ami, quand il croisait des malades déambulant dans la rue. Suivi d'une petite hache, récupérée sur un camion de pompier abandonné au coin de la rue, renversée sur le côté et sans trace de survivants.

Dès l'après midi, il avait repris la route, n'emportant qu'une photo de Serena dans ses affaires refaites à neuf, siphonnant l'essence de réservoirs abandonnés quand ces derniers étaient encore fonctionnels. En silence toujours, testant parfois la radio pour n'entendre que des grésillements inaudibles.

Northgate, enfin.

C'était en s'accordant une pause de quelques minutes sur le rebord de la route qu'il avait observé le panneau vantant le centre commercial. Avec un peu de chance, il pourrait trouver de nouvelles vivres par là, même si tous les habitants de Seattle avaient dû avoir la même idée. Mais dans la précipitation, le paléontologue doutait fortement qu'ils aient pensés à emporter tout ce qui pouvait s'avérer nécessaire à la survie.
Il avait fait le trajet dans le calme, cherchant même une place de libre par réflexe, avant de sortir prudemment de la voiture, resserrant sa prise sur sa hache. Pas de traces d'un quelconque infecté pour l'instant, c'était déjà bien.
Tout du moins, jusqu'à ce qu'une silhouette enfouie dans un siège de voiture n'attire son attention. D'épais cheveux bruns en batailles, et une respiration lente et régulière.

Pour le coup, il ne put s'empêcher de sourire. La chance lui souriait tant que ça, sérieusement ? En silence, il s'était approché du véhicule sans se faire repérer, finissant par taper violemment contre la vitre pour la réveiller, son pistolet pointée sur le verre. Un grand sourire aux lèvres alors qu'il reconnaissait sa voleuse, se disant que la roue tournait ENFIN.

J'espère que la route a été agréable jeune fille ? Maintenant tu peux me rendre mon sac bordel de merde ?

Et voilà, tout en finesse et diplomatie. Avec un revolver braqué sur son visage, il espérait bien qu'elle ne tenterait rien d'autre que lui rendre ses bagages, avant qu'il ne la laisse planter là et puisse reprendre la route en espérant trouver un coin tranquille.

Tu as une mine affreuse. J'vois que les temps sont durs...

A sa grande différence. En dehors de sa barbe de trois jours, il respirait l'hygiène de vie et le confort, à la différence de la dernière fois qu'il s'étaient croisés.

Le karma on vous dit. Le karma.
Revenir en haut Aller en bas
Levia T. Isaakovitch
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 04/03/2014
Messages : 1181
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: I hate everything about you.    Mer 9 Mar 2016 - 11:32

Le réveil fut dur, vraiment.

Levia bondit des sièges arrières sans s'attendre à se faire surprendre de la sorte. Sa main se porta immédiatement sur son poignard, et ses yeux brouillés par le sommeil eurent beaucoup de mal à lui expliquer ce qui était en train de lui arriver. Elle vit surtout le canon de l'arme braqué sur elle à la vitre, ce qui la fit frissonner d'horreur. Son cœur s'emballa. Et elle avait beau revenir en arrière dans sa tête et chercher dans ses souvenirs, jamais elle n'avait un cours de self défense intitulé « vous êtes allongé sur le siège arrière de votre voiture en plein apocalypse et un gros abruti fini à la pisse vous braque avec son flingue, que faire ? ».

Avant de réaliser de quel gros abruti il pouvait s'agir, la brune s'était dit que c'était probablement comme ça maintenant, l'ordre des choses. Qu'on pouvait croiser des personnes sympas, comme Kerwan, ou James, et qu'à côté de ça, y'avait aussi et surtout la possibilité que ça soit contrebalancé. Donc que rencontrer des raclures de chiotte soit devenu monnaie courante. Enfin dans tous les cas, si elle devait rédiger ce chapitre de self défense, Levia était sûre d'y ajouter un passage sur le « garder son calme et montrer son assurance pour impressionner votre vis-à-vis », c'était toujours comme ça que ça commençait ces histoires de toute façon.

Sauf qu'en relativisant et en entendant qui parlait, Levia eut comme un électrochoc. Elle se figea, se concentrant très fort pour se réveiller et fixer le propriétaire de l'arme. Et elle eut comme un sourire ironique en le voyant, lui, Noah Gros Abruti premier du nom, faire son gros abruti très sur de lui avec son flingue en réclamant ses affaires. La petite brune leva les mains, comme pour lui dire qu'elle était innocente, sans se gêner pour lui montrer au passage ses deux majeurs bien dressés devant elle pour qu'il sache aussi qu'elle l'emmerdait très fort. Question de fierté sans doute.

Je vais sortir, fit-elle comme l'annoncer très probablement la deuxième étape du chapitre. Prévenir que guérir, il fallait toujours dire à l'autre ce qu'il se passait pour ne pas qu'il soit pris de court.

Mais une chose était sûre, alors qu'elle avait la main posée sur la poignée de la portière, l'autre sur son sac à dos bien rangé, la troisième étape ne disait pas « faites un truc incroyablement stupide, comme lui envoyer la portière de la voiture dans les jambes pour lui faire bien mal, et réitérez la chose dans son nez si vous le pouvez ». Non. Mais par contre, ce fut exactement ce que Levia fit pour tenter de prendre la tangente. Elle avait déjà un pied posé à terre pendant que Noah venait de se prendre le haut de la portière en plein dans sa tête, avant qu'une détonation sourde ne vienne la tirer de son plan génial et diaboliquement stupide.

Noah venait de tirer en l'air. Comme le gros abruti qu'il était. Sous la surprise, il s'était aussi rétamé au sol, il était probablement un peu sonné de voir qu'elle même pouvait être particulièrement stupide lorsqu'elle s'y mettait, mais maintenant, plus aucun doute : ils étaient captés. Et bien captés. Levia se releva, mais resta immobile, comme paralysée. Elle se tourna vers l'homme, le visage livide, avant de dire :

*introduire ici des insultes en hébreu et des très vilaines*, t'es vraiment un gros *autres insultes ici* !

Elle, responsable de quoique ce soit là-dedans ? Franchement, non. N'empêche qu'il fallait faire vite avant que les zombies ne viennent squatter. Ils étaient au milieu d'un grand axe, plein de voiture et c'était à peu près tout, et les cachettes étaient pas fifolles. La brune était prête à replonger dans sa voiture pour se couvrir d'une couverture en attendant que l'enfer se déchaîne, son premier réflexe. Et alors qu'elle s'apprêtait à le faire, elle constata que Noah était pas bien frais (un peu par sa faute fallait le dire)...

Et qu'elle allait pas le laisser dehors. Garce, mais elle avait encore une âme.

Lève toi, fit-elle en l'attrapant par le bras pour le tirer avec ses petites forces. Rentre là-dedans et cache toi là-dessous, Elle lui donna une large couverture qui grattait, qu'elle avait récupéré.

Pour sa part, elle se défit de son manteau pour aller faire le tour de la voiture. Reculant le siège siège passager, elle s'y glissa, petite comme elle était. En refermant la portière, roulée en boule, elle vit déjà les zombies débouler au bout de la rue. Parfait. Quelle bonne journée.

Le karma, donc ?




Who, who are you really? And where, where are you going? I've got nothing left to prove cause I've got nothing left to lose. See me bare my teeth for you... Who, who are you?
Revenir en haut Aller en bas
Noah A. Thompson
Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 02/12/2015
Messages : 69
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: I hate everything about you.    Ven 11 Mar 2016 - 14:27


Le karma.

Ce gros con de karma faisait-il toujours en sorte qu'il se retrouve à se manger quelque chose dans la gueule qui le laissait groggy ou quoi ? A peine le coup éclata t-il son nez qu'il sentit son doigt appuyer sur la gâchette, la déflagration semblant résonner dans l'air durant quelques secondes...

Ok, là, ils étaient vraiment très mal.

Tout ça pour quelques affaires. Pourquoi ne s'était-il pas contenté de continuer sa route l'air de rien ? Il aurait du se douter dès le départ que ses rencontres avec cette fille étaient TOUT, sauf signe de bonne augure non ? Et bah visiblement, non.
Et elle avait beau l'insulter, ce n'était pas ça qui allait le réveiller sans déconner. Encore sonné, il se sentit tiré par elle alors qu'elle lui demandait de se dépêcher, l'aidant à se relever comme elle pouvait alors qu'il effleurait le sang frais coulant le long de son manteau suite à l'impact avec la portière de voiture.

T'es vraiment... Une connasse. Parvint-il à faire remarquer en guise de merci, alors qu'il commençait à comprendre la raison de son engouement.

Le coup de feu avait sans doute dû attirer bon nombre de malades dans le coin. Et à peine eut-il récupérer ladite couverture qu'il passa aautour de lui alors que la petite brune se cachait à son tour, qu'il put les voir dans le rétroviseur. Déambulant, attirés par le bruit, pile dans la ruelle ou ils étaient.
Là, les choses ne risquaient pas de s'arranger, à sa plus grande joie. A la base, il était juste venu récupérer ses affaires bordel de merde ! Pourquoi tous les dieux de la création s'acharnaient à vouloir lui coller une casse couille dans les pattes, encore plus dans ce genre de situation ?

Y'a pas d'essence dans ta caisse ? Parvint-il à murmurer suffisamment bas pour qu'elle parvienne à l'entendre.

Rester dans le coin, encerclé par ces foutues bestioles, très peu pour lui. Au moins, si la voiture tenait la route, un coup d'accélérateur leur permettrait de les distancer, quitte à venir récupérer sa propre voiture plus tard. Au vu de la population, le paléontologue doutait fortement que quelqu'un ne vienne se balader dans la rue pour lui voler sa voiture...


Revenir en haut Aller en bas
Levia T. Isaakovitch
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 04/03/2014
Messages : 1181
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: I hate everything about you.    Ven 11 Mar 2016 - 16:03

Oui d'accord. Elle était une connasse, évidemment. Une bonne grosse connasse en train de lui sauver la vie pour pas qu'il se fasse bouffer par le premier mort venu. Une grosse connasse avec une bonne grosse âme d'idiote. Levia poussa un long soupir, un grognement furieux, comme pour lui dire de se taire, qu'il était sans doute bien pire. Parce qu'après tout, s'il avait été aimable dans un premier temps, ils en seraient pas là tous les deux. Non, jamais. Alors tout était de sa faute, absolument tout, et elle n'entendait pas partager les torts avec ce gros crétin.

Elle était à l'étroit dans son espace ridicule. Elle avait envie de s'ouvrir les veines tellement la situation était en train de l'angoisser. Elle les voyait venir, dans le rétroviseur de la voiture. Eux. Ils étaient une dizaine. Puis une vingtaine. Puis une trentaine, à traîner le pas dans la rue où ils se trouvaient encore, cachés dans la voiture comme deux gros crétins. Elle, blottie, dans un espace minuscule, sous une veste qui était en train de l'étouffer. Elle détourna finalement les yeux, pour les baisser. Ce qu'elle voyait été insupportable pour elle, mais ça... Elle ne l'admettrait pas devant lui :

Tu crois que si y'avait de l'essence, je serais plantée ici ?

Levia grogna un bon coup. Ils étaient piégés et lui il pensait qu'elle faisait quoi ? Du camping en jungle urbaine pour le plaisir ? Qu'elle avait pas tenté de partir peut-être ? Il la prenait vraiment pour une abrutie finie, c'était dingue aussi peu d'estime. Tout ça parce qu'elle lui avait fait la leçon quoi... Et qu'il la méritait largement, si ce n'est cent fois pire !

Tais-toi, juste, tais-toi...

Elle lâcha ça en entendant le premier rôdeur se cogner contre la voiture. Cette dernière eut comme un mouvement, les amortisseurs encaissant le choc. La brune se blottit un peu plus dans sa couverture, étouffant comme elle le put un gémissement terrifié. Elle avait vraiment envie de pleurer, de terreur surtout, pour ce qu'elle était en train de vivre. C'était pire qu'être dans un cauchemar, pire que ça. Parce que d'un cauchemar, on pouvait s'en réveiller. Que de ce monde, non. Il n'y avait aucun moyen d'en sortir. Quand on était debout, on le vivait, quand on dormait, on en rêvait.

Ses poings se crispèrent autour de son poignard. Si l'un d'eux venait à la voir- non. Elle resserra un peu plus sa veste autour d'elle, étouffant sous la chaleur. Il faisait froid dehors, et là, elle n'allait pas tarder à dégouliner et à s'asphyxier. Mais c'était toujours moins pire que de se faire bouffer par un zombie. Elle était prête à endurer ça juste pour s'éviter le reste.

Crispée, elle articula péniblement quelques phrases de la Torah qu'elle connaissait par cœur. Une prière adressée, en hébreu, à Dieu pour les aider tous les deux dans cette mauvaise passe. Les yeux ouverts, elle releva à peine la tête en soulevant son manteau. Elle les voyait passer, à côté de la voiture, sans les voir. S'enfoncer puis disparaître. Parfois, leur sang perlait sur les vitres. Leurs peaux décomposées salissaient les glaces, la carrosserie. Elle ne devait pas bouger. Pas d'un pouce. Elle admirait ce que Dieu n'avait pas pu créer. Pas lui...

Comment ça a pu arriver, murmura-t-elle dans l'habitacle sans attendre vraiment de réponse.

Il ne restait plus qu'à compter les heures.




Who, who are you really? And where, where are you going? I've got nothing left to prove cause I've got nothing left to lose. See me bare my teeth for you... Who, who are you?
Revenir en haut Aller en bas
Noah A. Thompson
Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 02/12/2015
Messages : 69
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: I hate everything about you.    Mer 16 Mar 2016 - 11:05


Comment ça à pu arriver ? Sérieusement ?! Mais elle s foutait de la gueule du monde, il allait la jeter à bras le corps en dehors de cette voiture putain !
Effleurant son nez cassé en grimaçant, il s'installa un peu plus profondément sous la couverture en grognant.

La théorie du chaos, le karma, appelle ça comme tu veux j'm'en fous. Mais si t'avais pas pris mon sac, je t'aurais pas suivi, et tu m'aurais pas collé cette putain de portière dans la gueule, et j'aurais pas tiré accidentellement en l'air. L'effet papillon quoi.

Et il avait débité tout ça sans s'énerver, juste fataliste sur la chose. A cause de cette casse couille, il avait fallut qu'ils se retrouvent dans cette situation pour le moins... Compliquée.

Pourquoi, sur les six milliards de personne vivant sur cette planète, il à fallut que j'tombe sur toi sans déconner...

Il en aurait presque ri, tant la situation était désespérée. Sauf qu'il s'en abstint histoire de ne pas attirer plus de malades, et qu'ils les observa furtivement, toujours caché, jusqu'à ce que le dernier ne dépasse enfin leur bagnole, et qu'il laissait échapper un soupir de soulagement.

Voilà, fin du spectacle.

Il était grands temps de se barrer de là, et en vitesse. Attendant tout de même encore un peu, au cas ou il y aurait des retardataires, il se contenta d'éponger le sang qui coulait de son visage, avant de lancer encore.

Bon. J'sais pas c'que tu compte faire, mais j'aimerai bien récupérer mon sac, et reprendre la route. J'vais pas m'amuser à te courir derrière éternellement, donc je récupère ce qui m'appartient et je disparais de ta vie. Franchement, c'est un bon deal.

La sympathie selon Noah Thompson. Tout en finesse, et en restant clair. Et puis, il ne s'inquiétait pas pour elle. Elle avait de la ressource, pour avoir survécu jusque là. Mais ce n'était pas pour autant qu'il allait jouer la charité en lui laissant une partie de SES affaires, fallait pas déconner non plus oh.
Revenir en haut Aller en bas
Levia T. Isaakovitch
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 04/03/2014
Messages : 1181
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: I hate everything about you.    Ven 18 Mar 2016 - 11:45

Je te parle pas de ça, tête de... courgette. Bon sang, qu'est-ce qu'elle avait envie de l'étrangler ! Et parfois, elle se montrait si imaginative sur les insultes. Elle poussa un long soupir rageur avant de reprendre : Je parle d'eux ! Ils viennent d'où ? Pourquoi ils sont là ? L'épidémie elle vient d'où ? Ils en parlaient pas à la radio quand y'avait encore la radio ou la télé alors, voilà, c'est tout, je m'interrogeai, j'ai le droit quand même ?

Le dernier rôdeur vint frôler la voiture, et l'un comme l'autre attendit qu'ils s'éloignent assez pour sortir de là. Levia bondit à l'extérieur en ouvrant la portière, manquant de tomber sur le bitume. Il y avait une forte odeur de décomposition dehors, mais elle s'en moquait. Tout ce qu'elle voulait c'était étendre ses jambes et se mettre debout. Ce qu'elle fit, évidemment, se redressant de toute sa petite taille contre la voiture, s'y accrochant pour ne pas tomber.

Voilà que Noah reprenait la parole, et que Levia se tourna vers lui pour mieux l'écouter. Elle le regarda, de haut en bas, essayant de savoir s'il était sincère et très sérieux ou s'il blaguait. Sauf qu'apparemment, le grand brun ne rigolait pas, c'était pas trop son genre et comme elle le savait déjà, Noah n'avait pas les muscles du visage existant pour sourire ou même rire, ce qui en disait assez long sur lui et ses manières...

Alors, vraiment...

Un bon deal ? Retorqua-t-elle froidement, faisant déjà un pas en arrière.

Elle n'en croyait pas ses oreilles. N'avait-il tiré aucune leçon de tout ça ? Du genre « si j'arrêtais d'être un gros con, peut-être que les gens seraient gentils avec moi et on me donnerait sûrement des trucs à manger au lieu de m'en voler ». Mais nan, nan, Noah était étroit d'esprit, et peut-être pas seulement. A se demander comment il avait réussi à y glisser le balai énorme qui se trouvait dans son rectum !

T'es sérieux là ? Demanda-t-elle un peu choquée : Non, comme tu te comportes toujours comme un débile, on a pas de deal !

Difficile de savoir ce qu'il lui prenait, à Levia. Pourquoi insister ? Peut-être parce qu'après l'enfer, avoir ces rendez-vous ponctuels, ce quelqu'un qui la cherchait, c'était pas plus mal. Mais ça, elle ne l'admettrait pas, jamais, hors de question, surtout parce que Noah était une enflure et qu'à ce niveau, elle était pas forcément bien tombé. Elle le bouscula donc, récupérant son sac à dos :

Tu sais quoi ? J'y ai même pas touché à tes machins, j'ai pas pioché dedans. Donc quand tu t'excuseras d'agir comme le dernier des abrutis, là, on pourra avoir un deal.

Et elle tourna les talons, prête à s'en aller très loin, jusqu'à la prochaine fois :

Salut !




Who, who are you really? And where, where are you going? I've got nothing left to prove cause I've got nothing left to lose. See me bare my teeth for you... Who, who are you?
Revenir en haut Aller en bas
Noah A. Thompson
Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 02/12/2015
Messages : 69
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: I hate everything about you.    Mer 23 Mar 2016 - 16:57


Qu'est-ce qu'elle était chiante avec ses questions. Mais ça, Noah se garda bien de le dire, préférant éviter que son nez ne se prenne un nouveau coup gratuitement.

C'est comme ça, c'est tout. Grommela t-il. Les dinosaures ont eut leur météorite il y à 65 millions d'années, et nous, on subit ça. C'est l'évolution il faut juste... Accepter, et s'adapter.

Que pouvaient-ils faire d'autre après tout ? Taper du poing sur la table et râler n'allait pas arranger les choses, ou faire revenir ceux qui avaient disparus. Enfin si, mais pas de la bonne manière pour le coup...
Mais il n'eut pas le loisir d'y réfléchir d'avantage, puisque la jeune femme remontait encore sur ses grands chevaux en disant qu'il n'était pas assez POLI pour récupérer ses affaires, alors qu'il l'observait avec un air interdit. Elle était sérieuse là ? Elle pensait sérieusement que là tout de suite il en avait quelque chose à foutre des bonnes manières ? Et puis elle s'attendait à quoi, lors de leur première rencontre ? A ce qu'il lui propose un petit thé et des gateaux dans l'appartement de sa soeur, appartement vide alors qu'il avait espéré la retrouver ?
Non mais c'était vraiment un foutage de gueule hors norme là...

L'espace d'une seconde, il se vit sérieusement l'attraper par les cheveux pour la traîner sur une dizaine de mètre, juste pour le plaisir de calmer ses nerfs torturés, avant de se reprendre. Non, à la place il se contenta d'un sourire moqueur alors qu'elle assurait ne pas avoir touché à ses affaires et bla et bla et bla.

Tu sais quoi ? On va faire encore plus simple. Tu vas garder ce putain de sac et t'auras même le droit d'y toucher, je vais me démerder sans. Je vais pas m'excuser, d'avoir été dans un état de détresse considérable quand je t'ai trouvé dans l'appartement de ma soeur que je cherchais depuis des mois en espérant la retrouver saine et sauve, sachant que la dernière conversation que j'ai eu avec elle remonte à Octobre, et que la ligne à coupé sans que je sache si elle à entendu mes derniers mots. Elle devait m'attendre à l'appartement, et on devait rejoindre un camp de survivant, si tu veux tout savoir. Sauf que je l'ai jamais retrouver et qu'à l'heure actuelle, elle est probablement morte, ou dans un lieu dont j'ignore la localisation ce qui à le don de me rendre fou. Alors j'ai peut-être pas eu l'idée de t'offrir le café et de la gentillesse à un moment ou tu en avais certainement besoin, mais je ne vais pas non plus m'excuser d'être humain, et de m'inquiéter pour ma famille. Ou du moins, ce qu'il peut en rester, si ils ont eu la chance de survivre. Alors maintenant tu fais ta vie, t'as pour t'en tirer, et je serai même plus derrière toi à essayer de reprendre mes affaires. C'est tout benef' pour toi.

Etrangement pour une fois, il n'avait pas crié, pas hurler, ni même tenter de la bousculer. Non, il s'était contenté de la regarder froidement en lâchant son petit texte, avant de se détourner d'elle pour rejoindre sa propre voiture, ouvrant la portière rageusement pour venir s'asseoir sur le siège conducteur sans pour autant démarrer. Non avant toute chose, il fallait penser à éponger tout ce sang qui maculait son visage, alors qu'il parvenait à mettre la main sur un paquet de mouchoir qu'il humidifia à l'aide d'une bouteille d'eau, tentant de rendre son visage un minimum présentable. Il voyait déjà un hématome naître sous son oeil, ce qui eut le don de le faire grimacer. Elle avait du coffre la gamine, mais bordel, elle savait surtout très bien cogner.  


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: I hate everything about you.    Aujourd'hui à 0:09

Revenir en haut Aller en bas
 

I hate everything about you.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Love me now or hate me forever!
» Sometimes I hate you so much [pv Lysandre]
» 01. « I hate school but my father is a teacher... Ironical isn't it ? »
» [Terminé] You hate me, I know ... [Nathan]
» i hate shonda rhimes, i hate everything. - sweva

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-