Partagez | .
 

 This is War.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Auteur
Message
Rose A. Warren
Administratrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 28/03/2014
Messages : 1554
Age IRL : 25

MessageSujet: This is War.    Sam 5 Mar 2016 - 21:11


Reste dans la voiture. Ne sors pas. C'était bien la dernière chose qu'elle avait réussi à dire à Norman avant que les choses ne dégénèrent, et vu la situation, sans doute était-ce la meilleure solution.
Rapidement, le chaos s'était installée dans l'immensité neigeuse, alors que ces fous dangereux leurs étaient tombés dessus, et qu'ils avaient tenté de sauver leur peau sans grand succès. Elyse à ses côtés, elle avait tout juste eu le temps de voir un des pillards s'embraser alors que dans son dos, Daryl avait tiré avec le premier objet qui lui était tombé sous la main; Un pistolet fusée, récupéré à CenturyLink avant que le camp ne s'écroule.
Au moins, l'effet de surprise avait eu lieu. Entre la torche humaine, les cris de surprises et la panique, Rose avait tout juste eut le temps d'attraper la main d'Elyse dans la sienne pour rejoindre la voiture alors que Daryl leur hurlait de s'enfuir sans lui.

Arrêtes d'être con et bouge toi avant que d'autres n'arrivent !

Avec toute cette lumière, sans nul doute que les rares infectés du coin allaient leur tomber sur le coin du nez et que cette bataille se transformerait en remake de Century...
Hope Joshua Kate et Emily avaient disparu. Daryl avait hurlé leur nom jusqu'à ce que Rose ne l'attrape par le bras de force pour l'amener jusqu'à la voiture sans jamais réussir à y parvenir. Un coup de crosse bien placé contre son arcade la fit chuter au sol, alors qu'elle perdait prise sur la main de l'autre survivante. Il lui sembla vaguement entendre au loin Daryl insulter un des pillard avant qu'un coup sourd ne le fasse taire, qu'Elyse ne se mette à hurler, et qu'elle sente une poigne un peu trop brute la tirer par les cheveux pour la forcer à se relever alors qu'elle refermait doucement ses doigts contre le petit poignard qui n'avait pas quitté sa main depuis leur rencontre surprise avec ces types.

Il fallait juste attendre le bon moment, stopper sa respiration, et frapper fort. Interdire à ses doigts de trembler de froid ou de peur. Vu la situation, sans doute un peu des deux.

Deja me, hijo de perra !
Miles, empêche les autres de s'barrer !

Hope et Joshua. Avaient-ils seulement réussi à s'en tirer, sans voiture ni vivres ? Avec un peu de chance, ils s'en tiraient un peu mieux qu'eux. Avec un peu de chances, ils survivraient.
Voilà, le sale type n'était plus qu'à quelques centimètres de son visage alors qu'il demandait à ses potes de fouiller Daryl et Elyse mis à terre de force, arrachant au brun les fusées de détresse alors qu'il continuait de l'injurier de tous les noms en essayant de se débattre.

On vous avait pourtant dit qu'on cherchait pas la guerre, nan ?

La chirurgienne soutint son regard un instant sans mot dire, alors qu'il la forçait à retirer sa veste pour la "fouiller". C'était le moment, et tant pis pour la suite. Tant pis si Norman, caché sous le siège entendrait sa mère commettre l'irréparable, tant pis si les autres sauraient la maîtriser en un rien de temps. Au moins, ils se seraient battus jusqu'au bout.
Il n'avait fallût qu'une demi seconde d’inattention de la part du barbu pour que son poing vienne s'abattre contre le flanc de ce dernier, enfonçant la lame entre les côtes flottantes avant de plonger ses mains sur lui, cherchant frénétiquement son arme. Arme qui ne resta dans ses mains qu'une demi seconde, alors qu'un des types qui maîtrisait Daryl se jetait sur elle,  arrachant le revolver de ses mains ensanglantées pour lui asséner un nouveau coup de crosse qui la sonna un instant. Il lui sembla bien que la sensation glacée contre son crâne n'était autre que le canon de l'arme, mais qu'importait. Entre les insultes, les souffles d'agonie de son agresseur et le coup de botte qui vint percuter ses côtes, elle ne comprit qu'une seule chose;

Butez les putain, et qu'on arrête de traîner ici ! Leurs fusées vont finir par attirer les malades !

C'était donc ça la survie ? Crever ici à même la neige, comme un chien battu ? Son regard croisa un instant celui d'Elyse et Daryl alors que le dit Miles venait prendre le relais sur son corps roué de coups, la maintenant immobile d'une clé au bras alors que le canon de l'arme braqué sur sa tempe disparaissait pour s'approcher doucement du visage de Daryl.

Quoi que- Attends. Les filles, elles peuvent toujours servir. Mets les de côté.


So cold
It's so quiet here
And I feel so cold
This house no longer
Feels like home.

© by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Gary Warren
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/09/2014
Messages : 902
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: This is War.    Dim 6 Mar 2016 - 11:13

On retrouv'ra pas la route avec ce temps. La neige va recouvrir nos traces et on va être encore plus paumé. On monte un camp pour c'soir et on r'part tôt demain matin. Deux heures de garde chacun, ça d'vrait le faire.

Ça faisait des heures qu'ils crapahutaient tous dans la neige à la recherche d'un gibier. Ils en avaient, du pas trop mal. Des lapins, des lièvres, quelques écureuils un peu trop audacieux, mais ça ferait pas le tour pour deux trois repas dans le campement. Nan, fallait penser à long terme et pour l'instant, tous avaient du mal à s'y mettre. Serrant un peu plus l'écharpe que Lara lui avait filé contre son cou, il poussa un long soupir en hissant son arbalète sur son épaule et en la faisant passer de l'autre côté. Là, il la porterait pas à bout de bras. Là, elle le gênerait pas. Il appela Dante pour venir l'aide à tirer un long tronc de bois et à le faire rouler jusqu'à l'endroit où ils allaient monter le camp. Un espace pas trop dégagé entre les arbres, mais assez pour qu'ils puissent s'installer pour la nuit.

Le plus dur serait évidemment de trouver de quoi faire un petit feu, voire des braises, pour passer le temps sans mourir geler. Ils avaient des vêtements chauds, qui tarderaient pas à être humides avec la neige qui tombait toujours. Beaucoup des habitants du chalet attendaient le printemps avec une certaine impatience. Si Gary était pas un type foncièrement pressé, il devait admettre qu'un peu de chaleur ferait de mal à personne, et avec la fonte des neiges, s’avérerait bien pratique pour retourner à la chasse. Depuis qu'ils étaient là-bas, c'était bien la seule chose qu'il pratiquait assidûment et qui le rendait à peu près fréquentable aux yeux des autres.

Bref. Gary tomba à même le sol, la tête vide, s'adossant comme il le put au tronc qu'ils avaient amené à deux. Des pierres entourés le foyer prêt à naître mais pas encore préparé, et sous peu, ils seraient parés à se cuir un petit quelque chose pour passer le temps. Entre hommes. Seulement entre hommes. Le géant passa de l'un à l'autre. Alan. Dante. Edwin. Arthur. Qui avaient tous décidé de l'accompagner pour cette expédition, avec Clint devenu son meilleur ami depuis qu'ils vivaient là-haut et qu'il se refusait à fréquenter d'autres gens, en tout cas, pas plus que nécessaire. Pas qu'il les aimait pas, puisqu'au fond la solitude le grisait pas vraiment, mais pour l'instant, après ces semaines de vide complet, il était toujours pas prêt à se lier avec d'autres, parce que ça signifiait les mettre en jeu pour potentiellement les perdre un jour. Et pour l'instant, il encaissait encore mal le fait d'avoir perdu trop sans avoir rien pu faire contre ça.

Libérant sa main de son gant, il se passa la paume dans sa barbe de plusieurs jours, se rappant contre elle. Pris dans la brume de ses pensées alors que ses compagnons continuaient de parler de de bouger autour, jusqu'à ce que son ami à quatre pattes ne commence à s'agiter et à japper farouchement contre ses jambes :

Qu'est-ce qu'il y a, Clint ? demanda-t-il doucement en regardant son chien, allongé à côté de lui, qui dressait les oreilles en se détournant comme un diable pour chercher quelque chose dans son dos. T'as vu un truc ?

L'animal aboya, grogna, se relevant alors dans la précipitation pour se barrer en courant. Son maitre fit la même chose, manquant de se rétamer dans un mélange de terre et de neige alors qu'il passait par-dessus le tronc. Il ne fit que quelques mètres avant de se figer. Là, à travers les bois, il vit distinctement un éclair de lumière, suivi par un départ de feu assez fulgurant. Ce n'était qu'un point sur l'horizon, mais un point distinct qu'il avait perçu. Clint disparut dans la pénombre, Gary prit la peine de se retourner vers ses compères, faisant glisser son arbalète sur son bras, avant de lancer clairement :

Il y a de l'agitation là-bas !

Et ils étaient trop proche d'elle pour la laisser passer.




Go tell that long tongue liar. Go and tell that midnight rider. Tell the ramblr, the gambler, the back biter. Tell'em that god's gonna cut'em down. You can run on for a long time, sooner or later, God'll cut you down.
Revenir en haut Aller en bas
Arthur E. McLeod
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 570
Age IRL : 31

MessageSujet: Re: This is War.    Lun 7 Mar 2016 - 0:34

" Ouais, je prends le premier tour. "

Une journée de plus qui s'achève, ici dans le froid. Une journée de chasse. Fructueuse ? Pas vraiment si on compte le nombre de bouches à nourrir. J'espérais tomber sur quelque chose de plus consistant et plus conséquent de ces quelques rongeurs, qui pourraient à peine servir d'apéritif si on écoutait nos appétits. Là.. Je rêve d'un ours. Un ours à la bière.. Haha. Je mangerai n'importe quoi.. Mais l'heure n'est pas encore au dîner. Nous avons un camp à monter. Gary a raison, vaut mieux rester à l'abri pour la nuit. Demain sera un autre jour.

Nous sommes donc cinq, six en comptant Clint. Comme souvent quand il y a quelque chose à faire pour le chalet, je me suis porté volontaire. Je sais que Gary n'en attendait pas moins. Je suis venu plutôt bien armé, après tout, c'est un peu mon rôle. Le couteau, le flingue, le fusil. On ne sait jamais sur quoi on va tomber en fouillant dans les bois, et on ne tue pas un ours avec des pierres. Pour abattre une grosse bête, il faut savoir tirer.. et tirer avec du gros calibre. Ca c'est mon job. J'suis p'tête pas chasseur, mais quand on t'apprend à traquer et a tuer un homme, tu le deviens rapidement s'il le faut.

Bon, pour le gros gibier, on reviendra.. A moins d'un coup de chance demain au matin. Pour l'heure, je m'occupe simplement de ce qu'il y a à faire pour monter le camp, aidé par les autres. Y en a du boulot, surtout quand on le fait en gardant l'oeil ouvert. Les prédateurs sont nombreux. Qu'ils soient vivants.. ou moins. Je cherche ce qui peut servir à faire un feu. J'ai toujours mon zippo avec moi, ça aidera.. Mais avec le bois froid et humide, c'est pas gagné. Il faut d'ailleurs tomber dessus, avec les kilomètres de neige qui s'étendent à perte de vue, à travers les arbres.

J'arrête tout quand j'entends Clint aboyer comme ça. Une véritable alarme vivante.. On sait directement quand il se passe quelque chose. Je reprend instinctivement mon arme quand je la vois, moi aussi. Cette lumière. J'entends ces bruits au loin.. pas si loin que ça d'ailleurs. Je fixe Gary. De l'agitation.. c'est le moins qu'on puisse dire. On ne peut pas rester là sans rien faire. C'est pas mon genre d'ignorer ça, et d'me coucher tranquillement.. Des vivants sont dans la merde et avec le spectacle qu'ils offrent, ils vont l'être encore plus d'ici peu..


" Putain.. Ca a l'air de péter.. Faut qu'on y aille ! "

Et dire que je n'ai jamais voulu être un héros.. Je ne sais pas dans quelle merde on va encore aller se fourrer et je m'en passerai bien. Mais quelque chose me saisit les entrailles. J'ignore ce que c'est.. J'ignore pourquoi. Je sais juste que ma place est là bas. Je dois aider..



Revenir en haut Aller en bas
Alan S. Karlson
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 1640
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: This is War.    Lun 7 Mar 2016 - 13:18


    La journée de chasse n'avait pas été très fructueuse, à part de petits gibier qui ne ferait qu'un maigre repas pour nous tous, il semblait que la saison n'était pas adéquat ; relativement froide dans le coin, et toute cette neige, ça n'aidait pas et la plupart des animaux avaient sûrement dû aller ailleurs pour trouver eux aussi des vivres. Nous ne pouvions cependant plus rentrer au vu du jour déjà bien avancé et de toute cette masse blanche qui ne faisait que nous ralentir. Après avoir trouvé un petit coin relativement correct, je regardais Dante et Gary pousser un gros rondin pour aménagé un peu l'endroit au milieu duquel se trouvait déjà la place pour accueillir un feu. Il nous en fallait évidemment, mais comment trouver du bois assez sec ? Je m'apprêtais à proposer à Edwin d'aller en chercher avec moi alors qu'Arthur s'était proposé pour monter ce premier tour de garde.

    Mais tout ne semblait pas se passer comme prévu, rien ne se passait comme prévu depuis le début de ce bordel. Je m'étais pourtant préparé à passer une journée normale, une partie de chasse banale comme on aurait pu en faire à l'époque, avec ces quelques personnes qui étaient devenus des amis dans cette apocalypse, mais les dieux n'en faisaient toujours qu'à leur tête et il semblait que nous devions sans cesse faire nos preuve pour être digne de ce monde ; ou du moins de ce qu'il en reste.

    C'est au moment où je prend ma hache pour aller trouver des branches que le chien de Gary s'agite, signalant un danger apparemment proche. Serrant machinalement ma main autour de mon arme, je m'avance prestement en direction d'où se dirige le regard de l'animal qui finit par s'élancer vers la source de ce qui semble être un coup de feu. Croisant rapidement le regard de Gary et Arthur, je hoche la tête d'un air grave, suivant d'un pas rapide la direction donnée par Clint. Sur le chemin j'hésite un instant à prendre mon fusil que je porte toujours en bandoulière, mais j'estime que ma hache est plus appropriée ; mieux vaut rester prudent et un minimum discret. Quoi que niveau discrétion, nous aurions pu nous passer des aboiements. Jetant un œil en arrière, je lance d'une voix basse, m'adressant à la silhouette qui me suit :

« Faut qu'on fasse attention, si c'est pas des Coyotes, vaut mieux pas qu'on se jette bêtement dans le tas... »

    Mais certaines choses sont souvent plus faciles à dire qu'à faire, et qui sait ce qu'il y a là-bas ? Peut-être que nous n'aurons pas d'autres choix que de sauter dans la gueule du loup ; que nous devrons tuer, encore et encore. Tuer ou être tué, ça semblait être la seule chose qui avait encore du sens parfois.



Revenir en haut Aller en bas
Edwin I. Cross
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 02/11/2015
Messages : 136
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: This is War.    Lun 7 Mar 2016 - 23:26

De la neige, encore de la neige, toujours de la neige et le froid qui va de paire. Non pas qu'Ed se voulait râleur mais il fallait avouer qu'être incapable de rentrer à cause de la poudreuse, ça ne faisait pas forcément plaisir. Après, il n'était pas en mauvaise compagnie. Entre Gary, Arthur, Alan, Dante, et même Clint, on ne pouvait pas dire qu'il s'agissait d'une équipe de bras cassés. Bien au contraire. Malgré cela, le triste constat était que les chasseurs n'avaient pas énormément de choses à becqueter. Les petites proies étaient insuffisantes pour nourrir tout le groupe. Vivement le retour du beau temps, que la chasse soit plus concluante. Qu'importe, le fauconnier se rapprocha de ses collègues pour aider à dresser le camp. Alors que Dante et Gary s'occupaient de bouger un tronc, Arthur se chargeait du premier tour, ce qui faisait que le Viking et le soigneur animalier étaient de corvée de feu. Le challenge serait de taille, trouver du bois suffisamment sec relèverait du miracle mais c'est avec un sourire aux lèvres que le michiganais s'éloigna de quelques pas à la recherche du trésor inestimable.

Ayant eut un peu de chance, il pu tout de même trouver deux premiers morceaux de bois mais il savait très bien que ce serait insuffisant, c'est pourquoi il ne perdit pas espoir et poursuivit ses recherches. La tâche lui plaisait. Bien qu'ardue, elle était suffisamment apaisante pour que le jeune homme se permette de réfléchir. Malheureusement, ce court tête à tête avec lui-même s'arrêta net quand la boule de poils du groupe se mit à aboyer, à grogner, faisant ainsi comprendre à ses coéquipiers qu'une merde se passait non loin d'eux. Hun... Non loin d'eux... Sans réel étonnement, tous les hommes regardèrent dans la direction qu'indiquait Clint de ses aboiements. Edwin aperçu alors la petite explosion rouge quelques secondes avant sa disparition. Une fusée de détresse... De mémoire, la seule fois où il en avait vu, c'était lors de l'assaut de CenturyLink. Fronçant les sourcils, il posa instinctivement les mains sur ses hanches ornées d'armes. Un couteau de combat et le Beretta acquis pendant ledit assaut. Si ses doigts se refermèrent d'une part sur le manche de sa lame, son autre main ne fit qu'effleurer la crosse de l'arme à feu. Deux possibilités après tout. L'une d'elle, un groupe de survivants affrontait un grand nombre de contaminés et dans ce cas, il valait mieux ne pas gaspiller de balle, sachant que la neige les ralentissaient bien plus qu'à l'accoutumée et donc qu'il était plus facile de les éliminer. Soit... Un groupe de survivants résistants à un autre groupe de survivants et là...

Pendant sa réflexion, le brun avait suivit ses amis, acquiesçant d'un hochement de tête le fait qu'ils se devaient d'intervenir. C'est la remarque d'Alan qui fit serrer les dents au fauconnier. En effet, s'il s'agissait d'autres choses que les malades, il leur faudrait être prudent. Cette fois, Ed n'hésita pas à poser la main sur la crosse de son flingue et ralentit son allure, se postant deux pas à gauche du père Karlson, légèrement en retrait. Puisqu'il était armé de sa hache, l'ancien boulanger assurerait ses arrières si besoin était. D'un regard vers ses camarades, l'homme sourit en coin et laissa sa voix porter tout en s'assurant de n'être entendu que par ses camarades.

- S'il y a des vivants bien vivants par ici, on pourra conclure qu'on est pas les seuls fous à s'être perdus en montagne.

Blague moyenne mais réaliste, tout compte fait. Fallait être un tantinet fêlé ou au bout du rouleau pour venir se perdre, comme eux, dans ces contrées légèrement inhospitalières. A mesure que le groupe du chalet avançait, l'employé de zoo priait, tendu. Il espérait deux choses. Ne pas tomber dans un traquenard pour commencer et ensuite, qu'ils n'aient pas à se battre contre une bande de brigands. Ils avaient déjà suffisamment tué. Oh, certes, Edwin se doutait que vivre en paix ne serait plus possible, maintenant que l'Apocalypse avait affirmé sa domination mais l'éviter serait bien mieux pour chacun. Du moins, c'est ce qu'il tentait de croire. Inspirant profondément et soupirant ensuite, il observa sa buée une poignée de millisecondes avant de se reprendre. Prudence et concentration, Cross. Une erreur d'inattention et tout pouvait basculer.


Arrivage de Futur Papa
Revenir en haut Aller en bas
Dante Lassiter
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 2641
Age IRL : 29

MessageSujet: Re: This is War.    Mer 9 Mar 2016 - 2:41

Vivre dans ce chalet avait radicalement changé la vie de chacun ici, ils étaient passés d'un lieu en ville contrôlé par des militaires pouvant leur assurer une protection, toute relative vu les événements, à un endroit en pleine nature, livrés à eux-même avec tout autour un paysage où le temps pouvait sembler s'être arrêté. Le paysage était vraiment agréable à contempler, même libérateur. Il suffisait de regarder par la fenêtre pour laisser son esprit vagabonder et oublier un instant leur situation, sauf que la vue avait beau être magnifique, ce n'était pas ce qui allait les nourrir. Dante avait beau adorer la neige et partir régulièrement skier avant tout ça, là c'était autre chose. Il s'agissait d'un véritable handicape pour leur survie car il fallait non seulement alimenter les cheminées, mais surtout marcher de longues heures pour trouver de quoi manger et trouver finalement un faible butin, comme ce jour-là.

Le canadien avait l'impression qu'ils étaient obligés de partir toujours plus loin pour trouver du gibier et chaque pas était un effort à produire étant donné la neige constante les entourant. Jusqu'à présent, ils avaient trouvé de quoi finalement se nourrir eux, uniquement, alors que ce type de sortie était faite pour pouvoir ramener de quoi à manger pour un maximum de personnes et si possible tout le monde. Gary décida qu'il était temps de faire un camp pour la nuit, ce qui était justifié vu la fatigue de chacun et le jour se couchant, c'était préférable pour tout le monde.

La nuit ne s'annonçait pas des plus plaisantes, mais tout repos était bon à prendre, même maigre. Avant de penser à cela, il fallait surtout se dépêcher de trouver du bois avant que ça soit tout noir. En regardant autour, il n'était pas difficile d'en voir, mais le problème était d'en trouver du sec ou en tout cas un minimum sec, ce qui n'était pas la chose la plus facile vu la météo et cette foutue neige omniprésente. Le petit groupe se dispersait pour tenter d'en trouver.

Regardant le sol, Dante n'avait pas remarqué qu'il se dirigeait vers Arthur, il changea de direction car il était inutile d'être à deux au même endroit pour chercher de quoi allumer et alimenter un feu. Il ramassa sur son passage des brindilles qui seraient utiles pour la première étape et des petites branches déjà bien humides, mais quelques minutes plus tard il lâcha ce qu'il avait en mains. Clint, le chien de Gary, se mit à aboyer, et il ne semblait pas être le type de chien à s'agiter pour rien. Le brun se rapprocha rapidement du camp où ils avaient pu voir cette lumière lointaine.

Cela signifiait une chose ; d'autres survivants étaient dans le coin. Par contre, impossible d'évaluer à cette distance combien ils pouvaient être et si des rôdeurs étaient à proximité d'eux. Le plus grand danger au final n'était-il pas de savoir quel genre de personnes ils pouvaient être ? Il fallait toujours se méfier, rien ne garantissait au groupe que les autres étaient plus ou moins pacifiques et en même temps, qui pouvait se juger comme tel à l'heure actuel. C'était d'ailleurs le point plus ou moins soulevé par Alan. Pourtant, tous s'y précipitèrent, ils devaient y aller. Dante se saisit de son Beretta et se mit à suivre les silhouettes parties à l'avant en espérant que tout le monde était bien présent.

Il ne put s'empêcher de sourire en entendant la remarque d'Edwin qui était tout à fait juste et Dante se mit alors à se dire qu'il psychotait possiblement trop, mais il fallait envisager toutes les possibilités, même les pires. Le monde n'était plus ce qu'il était, pour survivre chaque Homme était capable de repousser ses limites à un point jusqu'alors inimaginable pour lui, quitte à faire des choses ignobles et allant contre sa morale. Le canadien se retourna à deux reprises et ne vit personne d'autre à l'arrière. Se défendre ou attaquer des rôdeurs étaient une chose, mais s'ils devaient tirer sur des êtres bien vivants, la tâche semblait au premier abord bien plus complexe. Dans tous les cas, quel que soit le danger, ils devront agir et certainement de façon rapide. Il restait à espérer que ceux vers qui ils se dirigeaient n'allaient pas faire feu en pensant que le petit groupe était composé de rôdeurs, mais Clint allait peut-être se montrer une nouvelle fois d'une précieuse aide.




#306B57
Revenir en haut Aller en bas
Rose A. Warren
Administratrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 28/03/2014
Messages : 1554
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: This is War.    Mer 9 Mar 2016 - 9:57


Merde ! Les gars, Infectés !

Alors qu'elle s'attendait au pire, l'hispanique releva les yeux sur la scène pour voir Miles cesser de mettre en joue Daryl, son arme se pointant dans la direction de trois silhouettes déambulant dans leur direction, leur râle résonnant rapidement à leurs oreille. Mais pour une fois, ce râle mortuaire avait plus des airs de salut que de promesse de mort, alors qu'elle sentait la poigne de Mile contre son dos se relâcher alors qu'il visait la femme aux yeux laiteux d'une petite vingtaine d'année.

Le coup de feu sembla résonner dans toute la montagne, alors que la malade s'écroulait au sol dans un bruit mat.

Pas au flingue bandes de cons ! Vous allez en attirer d'autres !

C'était le moment. L'espace d'une seconde, les cinq pillard oublièrent tout bonnement l'existence de leur proie pour sortir leurs armes blanche, prêts à maîtriser les deux derniers malades. D'ou ils sortaient et pourquoi, Rose s'en foutait pas mal. Pour le coup, ils étaient leur diversion inespérée pour se tirer de cet enfer alors qu'un des pillards hurlait de douleur, sans doute mordu par une de ces choses. Lançant les clés à Daryl alors qu'elle poussait Elyse devant elle pour rejoindre la voiture plus rapidement, la diversion fût de trop courte durée pour le trio. Ce fût un peu trop rapidement qu'elle entendit Miles hurler l'alerte alors qu'un nouveau coup de feu fusait dans leur direction, éraflant l'épaule de Daryl alors qu'ils étaient tous les trois installés, mains sur la clé, prêts à démarrer.

Retour à la case départ, et même pas avec douceur. Elyse fût tirée par les cheveux à l'extérieur, revolver sur la tempe pour l'empêcher de bouger alors que Daryl fût obligé de sortir lentement, mains sur la tête. Sans doute qu'il était le plus dangereux des trois. Le seul soulagement de la chirurgienne fût de constater que Norman était resté immobile sous le amas de couverture, alors qu'elle avait entraperçu son regard paniqué avant d'être à son tour forcée de quitter le véhicule, ne pouvant s'empêcher de se débattre comme elle pût en sentant la poigne de Miles broyer son épaule, usant de sa main libre pour griffer sa joue jusqu'au sang. Adieu ongles parfaitement manucurés et vernis, ne put-elle s'empêcher de penser alors que son dos claquait violemment contre le capot de la voiture, maîtrisée par un pillard en furie et à la joue défigurée.

A nouveau, elle entendit Elyse hurler dans son dos, ordonnant a ses agresseurs de la lâcher. C'est qu'elle avait du coffre mine de rien, mais elle n'était pas sûre que hurler puisse leur rendre service à nouveau. Mais elle comprit mieux en voyant le pillard maintenant Elyse afficher une déchirure profonde au bras. C'était donc lui qui n'allait pas tarder à se transformer ?

On à voulu jouer au plus malin encore une fois ? Y'a quoi dans cette voiture pour que vous ayez tant envie d'la conserver ? Mon avis c'est qu'il n'y a pas que de la bouffe la dedans...
T'as pas l'impression qu'on est en plein hiver connard ?
Fais taire la grande gueule, c'est l'espagnole que je parle.
Daryl !

A nouveau, Miles tourna son regard elle, attendant une réponse de sa part alors qu'elle lui crachait littéralement au visage en guise de réponse. Oeil pour oeil, dent pour dents. Un revers de la main vint à nouveau cogner contre sa mâchoire, alors qu'elle sentait un gout métallique dans sa bouche, devinant que sa lèvre avait dû être éraflée.

Mec, on perd notre temps là. La tempête va pas tarder à nous piéger dans ce bled si on s'active pas ...
Et ton pote va crever à cause d'une morsure... Ne put-elle s'empêcher de lâcher dans un rictus alors que Miles continuait de la tenir à la gorge, resserrant légèrement sa prise pour l'inciter à se taire.

En fin de compte, ce qu'il aurait vraiment fallu pour les sortir de cette situation, ce serait un miracle. Mais elle doutait fortement de pouvoir en trouver un dans la poudreuse. Restait plus qu'à prier, ou espérer que les appels au secours incessant d'Elyse malgré les coups portés pour la faire taire leur amène du monde.


So cold
It's so quiet here
And I feel so cold
This house no longer
Feels like home.

© by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: This is War.    Aujourd'hui à 6:45

Revenir en haut Aller en bas
 

This is War.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-