Partagez | .
 

 His pain is her pain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Auteur
Message
Norman T. Owens
#Shemale
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 10/12/2015
Messages : 1116
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: His pain is her pain    Lun 7 Mar 2016 - 0:20

Norman regarda son amie perdre pieds, elle frappa le mur plusieurs fois, lui faisant faire de léger sursaut à chaque impacte sur le mur. Si elle continuait, elle allait se casser les phalanges, le poignet ou une autre partie de sa main. Il avait fait un pas pour l'empêcher de taper à nouveau mais elle s'était arrêté pour déposer son front contre le mur. Elle craquait et cela réjouissait un peu l'électricien qui avait réussi à démolir quelque pièce de sa muraille.Un monstre ? Elle n'avait aucun regret ? Le seul regret qu'il avait en ce moment c'était les pertes civiles, les gens qu'il n'avait pas pu sauver. Le fait de s'être pris une balle et ne pas continuer le combat comme tout le monde. Voilà ce qu'il regrettait.

Norman s'approcha d'Eva et déposa sa main sur l'épaule d'Eva, il fit une légère pression et descendit sa main sur son coude pour la faire se retourner. Il plongea son regard dans le sien et dit : "Je ne regrette pas non plus... Nous nous sommes battu pour une bonne cause, la seule chose que je regrette c'est nos alliés morts au combat..." Le garçon attrapa sa main qui venait de frapper plusieurs fois le mur et fit une légère grimace. Sa peau était éraflée, laissant apparaître des copeaux de peinture mélangée avec son sang. Il l'invita à s'asseoir là où elle avait l'habitude de le soigner.

En silence il attrapa la trousse de soin qu'il déposa à coté d'elle et y sortit une gaz et du désinfectant qu'il versa sur le tissu. Il tapota les petites plaies qu'il y avait sur sa main et dit :

"Je t'ai poussé à bout, mais tu as réussi à te contrôler...Tu perçois encore la différence entre le bien et le mal..." Norman souffla sur les plaies à chaque fois qu'il déposait la gaz dessus. "Tu te rends compte qu'il y a quelque chose qui ne va pas et ça, ça te rend humaine, tu ne regrettes pas ton geste et cela te fait peur, alors c'est une bonne chose..."

Elle n'était pas psychopathe, ni sociopathe, elle avait du tuer comme tout le monde dans ce camps, elle n'avait aucun regret pour les fils de pute qui les avaient gouvernés pendant un certain temps, son empathie était là, caché par la peur de devenir un monstre. "T'es pas un monstre, sinon nous le sommes tous ici, tu as tué pour survivre, tué pour une bonne cause, tué pour sauver les tiens, tu t'es perdue au bout de la troisième victimes...ton cerveau a fait barrière, le choque était trop grand, à la fin ce n'était juste qu'un rituel, tuer ou être tuer"

Norman attrapa une petite bande qu'il entoura autour de ses doigts et fit un petit noeud pour maintenir le tout. "J'suis là, devant toi et je te le dis sincèrement, t'es pas un monstre Eva, si tu l'avais été je serais déjà mort avant que tu me décoches ta première droite." D'ailleurs un petit bleu colorait déjà sa mâchoire, preuve qu'elle y avait mis toute sa haine. "N'empêche, tu sors d'où cette force ? Parce que bon, quand je vois l'épaisseur de tes bras" dit il en pinçant les biceps de la demoiselle "j'me demande d'où ta force de frappe est sortie, parce que sans ma mâchoire d'acier, j'pense que tu m'aurais mis k.o" dit-il en montrant toutes ses dents blanches.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: His pain is her pain    Mar 8 Mar 2016 - 18:56

La sensation de sa main sur son épaule, la chaleur de ses doigts sur son bras, sortit Eva de sa transe. Malgré les battements de son cœur accélérés, il se calmait petit à petit. Sa force l'obligea à se retourner, plongeant son regard dans le sien. La jeune femme respirait fort en l'écoutant, sa rage et sa peur n'allait pas partir aussi facilement. Ses paroles étaient sensés mais pas pour elle. Quelque chose, un rien manquait à ses mots. Une particularité que lui n'avait sans doute jamais ressentit. Un sentiment dont elle avait honte en prenant du recul. Mais elle n'osa pas répondre, la mâchoire encore serré de toute sa colère.

Elle se laissa entraîner sans savoir ce qu'il voulait faire. Sa tête se tourna vers l'extérieur, son autre poing refermé et serré à s'en colorer les jointures. La jeune femme ne supportait pas tout ça. Tout le résultat de ce massacre sur elle. Ca l'avait changé et pas en bien. Les belles paroles de l'électricien parvenaient à ses oreilles sans prendre le sens qu'il aurait voulu. Détournant le regard d'au dehors, son regard se posa sur sa main complètement écorchée. Elle y était pas aller de main morte. Mais bon, sa main en avait vu d'autres. Après s'être cassé les doigts plusieurs fois, ce n'était pas quelques coups violents contre un mur qui allait leur faire mal. La douleur ne parvenait même plus à son système nerveux.

Il ne savait pas à quel point sa rage avait prit un niveau tout différent de la sienne ce jour là. Le premier tir avait été décisif. C'était comme si elle avait fait ça toute sa vie. Retirer une vie. En prendre une et ne plus jamais la rendre. Le plaisir ou plutôt la non sensation qu'elle avait éprouvé en pressant la gâchette. Même là, lorsqu'il l'avait poussé à bout, elle aurait pu prendre son couteau et le lui planter sans le moindre état d'âme. Parce qu'il était une vie parmi tant d'autre, sans la moindre importance pour elle. Oui, elle aurait pu.

Sa bouche s'entrouvrit pour répliquer mais il fit un constat sur sa force. Eva leva un sourcil et haussa les épaules alors que son cœur se calmait de plus en plus. D'où elle la tenait ? Sûrement des années à se battre avec plus grands que soit et surtout à batailler avec ses frères. Mais son boulot aussi. Elle le regarda lui pincer les bras et releva les yeux vers lui en haussant de nouveau les épaules, comme si la scène auparavant n'avait jamais existé. Et puis, il sourit. Ce sourire, encore. Mais merde à la fin, pourquoi son cœur se remettait à battre furieusement comme s'il s'était subitement arrêté pour repartir aussitôt. Son sourire ravageur lui fit tourner la tête. Elle aurait pu sourire avec lui si seulement elle se sentais moins coupable de tout ça.

Arrête de sourire, t'vas blesser quelqu'un à force d'éblouir.

He bah, Eva faisait dans le cynique maintenant, c'était nouveau. Elle secoua la tête, complètement désespéré d'elle même et la pencha pour se frapper le front avec sa main blessé murmurant une insulte à son encontre.
Revenir en haut Aller en bas
Norman T. Owens
#Shemale
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 10/12/2015
Messages : 1116
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: His pain is her pain    Dim 13 Mar 2016 - 17:15

Norman eut un mouvement de recule et fit un léger rire en arquant les sourcils. Alors comme ça, son sourire pouvait éblouir, enfin l'éblouir elle ? Alors comme ça son sourire ne la laissait pas de marbre ? C'était une bonne chose, au moins il réussissait petit à petit à la sortir de ses névroses. Il savait que continuer de lui prouver par a+b qu'elle n'était pas un monstre n'arrangerait pas les choses, elle l'avait déjà assez entendu de par ses frères. Luis venait lui rendre visite de temps en temps et lui confiait qu'il n'arrivait pas à faire entendre raison à sa soeur alors l'électricien avait proposé d'essayer, pour l'instant sans grand succès mais il arrivait à percevoir de léger changements.

"Si madame veut que j'arrête de sourire par peur de la rendre aveugle, je ne le ferais plus... Enfin je vais essayer, c'est pas dans ma nature de faire la gueule..." Norman essaya de ne pas sourire à sa phrase et c'était difficile, ses sourcils le trahirent à moitié.
"Bien, je me permets de te faire la morale...et pourtant, je ne sais pas grand-chose de toi..." dit-il en marquant une pause, il était vrai que la seule chose qu'il connaissait d'elle était , qu'elle avait deux frères, son fiancé était décédé et que sans doute ses parents avaient dû l'être depuis quelque temps car elle avait été plus affectée par la mort d'Alec que par un membre de sa famille. Norman était très observateur et logique.

"Si ça ne te dérange pas, j'aimerais qu'on fasse connaissance" le jeune homme pointa la demoiselle du doigt et dit avant qu'elle ne le fasse "Et pas de haussement d'épaule ! Ou de "comme tu veux" ... Dis-moi juste oui ou merde et j'arrêterai d'ouvrir ma bouche"

Norman fit un léger sourire et cacha sa bouche avec sa main en secouant la tête l'air de dire "non non, j'ai pas souris..." le garçon retira sa main et la déposa sur sa cuisse. Si elle ne voulait pas parler, elle était libre de ne pas le faire, il trouverait ça dommage mais il ne pouvait pas la forcer. Tant pis, il essayerait de trouver autre chose pour passer le temps avec elle. OH ! Non, ce n'est pas de ce genre de "chose" dont je parle, bande de pervers !

Soupirant légèrement, Norman reprit la parole et dit : "S'tu veux, j'peux commencer...On va dire qu'entre nous deux, j'connais plus de choses sur toi, que tu t'en connais sur moi" L'électricien, ne savait pas vraiment par où commencer, sa vie n'était pas toute rose non plus, sa mère et son frère décédé à sa naissance, son père suicidé et y a de cela peu de temps, cocufié. Le garçon réfléchissait à quoi dire, devait il mentir un peu pour ne pas passer pour un caliméro ? Ou lui dire seulement la vérité pure et dure qu'il avait enduré pendant toute son enfance ? Soupirant doucement, Norman détourna le regard d'Eva pour le perdre sur le sol.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: His pain is her pain    Lun 14 Mar 2016 - 9:32

La métisse secoua la tête. Les réflexions de son ami lui tirait plus un air découragée de son humour qui ne volait pas plus haut que le sien que l'envie de sourire. Certes elle revenait petit à petit. Mais le mal demeurait. Elle ne se pardonnerait pas de si tôt ce qu'elle avait ressentit. Et surtout, elle ne ferait pas partir ses sentiments. Elle les avait découverts et aimer. Maintenant, elle devait réussir à les contrôler pour les utiliser à bon escient. Sa tête ne se releva pas immédiatement, le regard fixé dans le creux de ses mains et sur le bandage qu'il lui avait fait quelques instants plus tôt. Heureusement qu'il l'avait arrêté. Elle aurait pu continuer et s'acharner sur lui jusqu'à ce que sa colère ait disparu. Ce qu'elle avait pu ressentir à l'encontre de cet homme qu'elle ne connaissait pas tant que ça. C'était vrai ça. Et lui même en fit la remarque.

La métisse secoua la tête à sa proposition mais fut bien vite stoppé par ses mots qui ne manquèrent pas de lui tirer un sourire totalement faux et sarcastique. Merde ?
Eva le regarda, un air souriant dans ses yeux, contredisant le fait qu'il n'allait plus sourire. Au fond, la métisse souriait, mais physiquement, et psychologiquement, le fil était encore trop fragile pour que son corps ne puisse s'exprimer.

Son idée était bonne. Faire connaissance. Pourtant la jeune femme ne pouvait s'empêcher de garder le silence pendant de longues secondes. Heureusement qu'il le brisa, sinon ça aurait pu durer un certain temps et ils seraient tous deux retourné au point de départ. Pourtant, le silence retomba bien vite. Peut être avait il peur de s'ouvrir à la métisse. Après tout, ce n'était pas très étonnant après l'esclandre qu'elle avait faite. Mais Eva devait faire un effort. Il faisait tout pour lui faire remonter la pente, alors fallait bien qu'elle fasse un peu le premier pas de temps en temps. Son regard tomba sur les mains du gaillard puis sur les siennes. Il ne lui semblait pas qu'elle lui avait expliqué d'où venait sa force. Oui, elle avait sûrement pensé ses explications sans les énoncer à haute voix.

T'sais. Ma force. J'la tiens d'mon boulot. J'étais mécano. Puis j'ai grandi qu'avec des hommes. Souvent d'la carrure de Marco. Fallait bien qu'j'sache me défendre. Mais quand j'ai commencé à bosser, on avait pas d's'outils mécanique très perfectionnés. Plus des outils manuels qu'aut'chose.

Eva tendit ses mains devant elle, regardant les muscles de ses paumes et de ses avants bras, certaines marques résultant de mauvaises manipulations qui l'avaient blessé de nombreuses fois. Parfois même gravement. Mais c'était le quotidien des débutants. Eva reprit, cette fois en le regardant dans les yeux alors qu'il avait relevé la tête, sûrement surprit de l'entendre parler.

J'suis pas d'ici. J'connais très peu Seattle. On vient d'L.A.
Eva remonta ses mains sur le pull trop grand qu'elle avait dégoté dans un recoin du lycée. J'préférais le temps d'là bas.
Revenir en haut Aller en bas
Norman T. Owens
#Shemale
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 10/12/2015
Messages : 1116
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: His pain is her pain    Lun 14 Mar 2016 - 20:54

Le garçon avait reçu un bon gros merde sarcastique, alors comme ça, elle ne voulait pas faire connaissance, son regard était encore perdu, à la recherche d'un autre moyen pour l'aider à noyer sa peine. Il n'y avait pas d'alcool ici, de toute façon, il n'était pas dans un bâtiment où il pourrait en trouver. Les bouteilles ne courraient pas les couloirs par ici, à moins qu'il tombe sur un alcoolique qui cache ses flashs à l'intérieur de son parka. Soupirant légèrement, il ne trouvait pas d'autre idées, il était vraiment à cours de toute proposition mais étonnement un autre son sorti de la bouche de la métisse pour lui expliquer d'où venait sa force.

Le garçon releva le regard vers elle et plongea son regard dans le sien puis observa ses bras, il était vrai qu'il y avait de belle cicatrice. Norman attrapa son avant bras et glissa son doigt le long de la cicatrice qui lui couvrait le creux de son bras. "Celle là à dû faire un mal de chien..." le garçon relâcha sa prise et acquiesça avec un sourire "Je comprends mieux alors ! Pourtant, sans vouloir t'offenser, je te voyais plus mannequin ou secrétaire..." Il était vrai qu'avec sa taille et ses formes, il la voyait très mal avec une clé à molette en main et pourtant l'habit ne fait pas le moine et son poing avait bien confirmé son statu de mécanicienne.

Eva changea de sujet pour lui avouer qu'elle ne connaissait pas vraiment Seattle et que la température ici n'était pas convenable par rapport au temps de là-bas. Le cœur de Norman loupa un battement quand elle remonta ses mains sur son pull. En cet instant, il l'avait trouvé fragile et adorable. Le garçon se racla la gorge et fit un léger rire : "C'est vrai que le temps ici n'est pas terrible, mais avec le temps on si fait..." Le garçon était là, toujours torse nu alors qu'elle luttait pour avoir un peu de chaleur avec son pull vingt fois trop grand pour elle. L'avait-elle piqué à un obèse ? Car il pouvait parier que lui aussi, serait ridicule à l'intérieur. "S'tu veux, tu peux prendre mon polaire qui traîne, il sera un peu moins grand que ton chiffon actuel...Ayant eu l'habitude de le porter pendant mes travaux à l'extérieur, je te le conseille vivement..." Dit-il en attrapant le polaire qui traînait dans un coin de la pièce. Il n'avait pas grand chose ici, il n'avait pas vraiment eu le temps de se ramener avec ses valises vu qu'il était déjà sur place, mais heureusement qu'il laissait trainer des fringues dans sa bagnole de fonction. En passant à côté du pull, il enfila son t-shirt pour se reposer à nouveau à côté d'Eva.

"Bien, à mon tour alors... J'suis né à Portland et j'ai déménagé à Seattle à l'âge de mes 11 ans" 11 ans, c'était l'âge où son père s'était donné la mort, trop faible pour sortir de sa dépression chronique, trop faible pour élever son fils dans de bonne condition. La mâchoîre de Norman se contracta et ses sourcils se froncèrent. Il l'avait abandonné et ça même à sa mort, ne lui pardonnerait jamais. Le garçon secoua légèrement la tête et reprit avec un faux sourire pour tromper les apparences. "J'suis électricien et j'ai été promu chef de chantier en 2008, donc pour t'avouer, je connais un peu toutes les ficelles du bâtiment...Donc si t'as besoin de construire une maison ou faire des travaux, j'suis la bonne personne à appeler" Norman se frappa légèrement le front par sa connerie, elle n'allait pas construire une maison de si tôt avec le bordel qu'il y avait dehors et il avait l'intuition que cette épidémie n'allait pas finir de si tôt. "Désolé, c'est un peu con ce que j'viens de dire..."

Soupirant, il ne savait pas sur quel sujet aller, parler de famille ? Des souffrances ? Des morts ? Ou essayer tant bien que mal de trouver quelque chose à dire, sans qu'il n'y ait de sens particulier. Il était perdu, confus, car il savait que s'il partait sur la famille, il la ferait souffrir du récent décès de son fiancé, puis lui devrait parler à son tour.Un silence s'installa, un silence pesant, Norman n'osait plus plonger son regard dans celui de la métisse, car son regard le trahirait, il pensait à sa tante et à l'autre connasse qui lui avait fait un gosse dans le dos et le fait de ne jamais pouvoir fonder une famille. Cela lui manquait et lui trottait chaque jour à l'esprit. Jamais il n'aurait de descendant et la famille Owens disparaîtrait avec lui. Le garçon jouait avec ses mains, ne sachant pas quoi faire d'autre. Tellement ses questions lui rongeait l'esprit
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: His pain is her pain    Mar 15 Mar 2016 - 17:11

Son doigt qui avait glissé sur sa peau. Bon sang, son corps avait réagit instantanément, un long frisson lui parcourant l'échine. Merde alors. Si son corps s'y mettait aussi. Eva soupira et se focalisa sur la cicatrice qu'il avait touché. Elle ne se souvenait plus de comment elle se l'était faite mais certainement dans ses débuts, où sa maladresse prisait encore sur son expérience. Son regard se releva sur son visage avec un haussement de sourcil. Mannequin ou secrétaire ? C'était quoi ces clichés de métier de femme.

J'te pensais pas si macho.

La réflexion était sortie toute seule, la métisse n'avait pas pu contrôler sa bouche, elle qui d'ordinaire évitait de froisser les gens avec de tel mots. Mais tant pis. C'était sorti et puis voilà. La jeune femme l'écoutait parlé. Ses jambes repliés contre elle, elle avait réussi à trouver un bon équilibre, son pull trois fois trop grand cachant ses formes féminines et sa silhouette si fine. Son regard le suivi alors qu'il attrapa son pull laissé plus loin ainsi que son propre haut. Ses yeux se baladèrent sur son dos musclé et sur son torse quand il se retourna. Il était vraiment bel homme. Eva chassa ses pensées et attrapa le pull entre ses doigts. Elle le mettrait plus tard. Pour l'instant, elle découvrait enfin la vie de son ami.  

La métisse aimait l'écouter parler. Il avait quelque chose dans la voix qui la sortait un peu de son état végétatif. Rien de bien intéressant ou de flagrant mais c'était peut être juste parce qu'il prenait le temps de faire connaissance avec elle et qu'au fond, ça la touchait. Elle essayait, de toutes ses forces de ne pas afficher un visage impassible et figé dans sa colère. Il le fallait. Faire l'effort au moins pour lui. Une connerie sortie de sa bouche et la mécano haussa un sourcil. Ca se voyait qu'il n'avait pas encore intégré qu'ils ne pourraient plus vivre comme avant. C'était peut être parce qu'il n'avait pas connu dehors quand la merde c'était installé. Son visage s'assombrit. Elle pressentait qu'il partait dans ses souvenirs et le visage d'Alec revint à la surface, lui donnant un frisson beaucoup moins agréable que le précédent.

C'pas grave t'sais. C'normal qu'tu dises ça. T'as pas encore intégré l'fait qu'on vivra plus jamais comme avant. C'dur de s'dire qu'on a plus d'famille ou qu'elle est p'être comme ses z de merde.

Eva tendit sa main et la posa sur la cuisse de son ami, penchant juste la tête pour accrocher son regard.

T'es en vie. Dit toi qu'c'est d'jà beaucoup.

Un nouveau frisson parcourut son corps, cette fois provoqué par le froid. Eva se leva et fit un pas en avant, le corps tourné vers la fenêtre mais sans pour autant se détourner de son ami. Son pull tomba de ses épaules avant de le poser sur la table derrière elle, laissant apparaître un dessous genre brassière noire. Oui, elle ne portait rien de plus. Son t-shirt était taché de sang et elle avait préféré le jeter que de le garder. Même si elle en avait d'autre, le contact de ce pull lui avait bien plus. M'enfin. Impudique ? Oui, totalement. Vivre avec des hommes et agir un peu comme eux aidait pas mal à se moquer des regards qu'on pouvait poser sur elle. Elle enfila la polaire de son ami, beaucoup plu petite mais tellement plus chaude et soupira un bon coup en passant ses mains sur ses bras. Ca faisait du bien quand même.
Revenir en haut Aller en bas
Norman T. Owens
#Shemale
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 10/12/2015
Messages : 1116
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: His pain is her pain    Mar 15 Mar 2016 - 20:28

Macho ? Norman se mit à rire légèrement, non il ne l'était pas, mais il n'avait trouvé que ça pour qualifier son physique. Il devait l'avouer, elle n'était pas si frêle que ça, surtout après son deuxième coup dans les côtes. Il l'avait regretté un peu celle là, mais bon, il avait réussi à la faire craquer un peu et ça en valait la peine. Très vite, la conversation retomba sur sa bourde monumentale, il n'avait pas réfléchi avant de parler et ça, il s'en mordait les doigts.

Eva l'avait touché pour accompagner sa phrase et Norman hocha la tête machinalement, oué, il était en vie, mais il n'était pas en mesure si sa tante vivait ou déambulait à l'extérieur cherchant à bouffer quelqu'un d'autre et augmenter sa nouvelle et grande famille. Soupirant légèrement, Norman fit un léger sourire et dit : "Tu as sans doute raison...Merci"

Bien sûre qu'elle avait raison, la vie ne s'arrêtait pas à des pertes, l'électricien essayait de se mettre en tête qu'il n'y avait plus d'espoir pour sa tante, elle était vieille et la connaissant elle serait venue en aide à l'une de ses conneries avant de se faire dévorer sans pitié. Penny devait survivre dans un coin, ou avait elle périe avec le bruit de son enfant qui avait averti ces monstres. Serrant les poings, il devait chasser ses pensées et c'est en tournant la tête vers la métisse qu'il y sortie complètement.

Norman eut un mouvement de recule, bordel ? Qu'est ce qu'elle foutait à se mettre à moitié à poile devant lui ? Le garçon trébucha de son lit de fortune pour partir à la renverse et emmener dans sa chute la table qui fit un énorme bruit dans la pièce.Sur le dos, le garçon avait grimacé à son impact sur le sol, sa blessure lui avait fait un mal de chien et il s'était cogné la tête en passant.

Il se sentait ridicule d'avoir réagis ainsi, ce n'était pas la première fois qu'il voyait une demoiselle à moitié nue devant lui, mais en général ce n'était pas dans ce genre de condition et comme ça à l'imprévu alors que la situation ne l'avait pas prévu elle-même. Se redressant, il posa sa main sur sa blessure et l'écarta pour voir s'il avait réouvert la plaie, mais non pas de sang, heureusement. Tournant la tête vers Eva, le garçon se frotta l'arrière de la tête et se releva en attrapant de son autre main la table qu'il remit en place.

"J'crois que j'étais trop partie dans mes pensées..." dit il en toussotant "Comme j'étais au bord de table, tu faisais plus contre poids, alors...La physique...Enfin t'vois quoi ?" Oh, il était sur une pente très glissante à ce moment-là, mais son grand et beau sourire pourrait sans doute le sauver ? Il ne voulait pas passer pour un abruti et lui dire "Bah, t'sais, j'm'y attendais pas de t'voir comme ça, j'ai eu un choque, du coup j'suis tombé comme un pauvre puceau qui n'avait jamais vu de corps de femme avant..."

Norman réaménagea son lit de fortune pour éviter directement le contact du bois quand il dormait, c'était mieux que de dormir par terre à même le sol,dans le cagibi du concierge. Le garçon s'installa plus au centre de la table et regarda son amie porter son pull. Elle faisait de l'effet dans cet accoutrement, s'ils avaient été dans une autre situation, il aurait jouer le grand jeu pour la mettre dans son lit mais là ce n'était ni l'endroit, ni l'époque pour le faire.

Le monde n'était plus le même et ça il allait devoir si faire. La vie allait être de pire en pire, alors il préférait se faire une amie sur qui compter que de s'amuser à avoir un plan cul.

"Pas la peine de m'le rendre, tu peux le garder...Bon il n'est pas très propre, je l'ai beaucoup porté, mais j'pense qu'il va falloir s'habituer à ne plus être propre sur soit, désormais..." Cette idée lui était difficile, mais il devrait faire avec. "J'n'ai pas transpiré comme un rat mort non plus dedans, je te rassure..." dit-il en souriant. Son pull sentait son parfum, s'était le genre d'homme à beaucoup se cocoter et à vider le flacon assez rapidement. Il prenait soin de lui, soin de sa peau, sa barbe, son corps. L'apparence jouait beaucoup pour lui, surtout en tant que chef d'équipe, il devait montrer une bonne image.

Passant sa main sur sa barbe, le garçon soupira légèrement, il devrait trouver de quoi la tailler pour lui elle était de trois ou cinq millimètres trop épaisse. "Alors ça tient plus chaud non ? J'aime beaucoup cette matière, elle est douce sur la peau et retient bien la chaleur..." Quoi ? Il ne savait pas quoi dire ? Oui, il était encore sous le choque de sa chute ridicule à souhait, qu'il avait essayé de couvrir avec une excuse à deux balles et croyant qu'elle allait passer comme une lettre à la poste.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: His pain is her pain    Aujourd'hui à 10:33

Revenir en haut Aller en bas
 

His pain is her pain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» une recette bonne et pas chere...le pain de viande
» LOU PAN GROUMAND (pain gourmand)
» Crise du Pain !!!!
» No pain in your future. [Pv Sip]
» La Cascade de Pain : Illustration

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-