Partagez | .
 

 Stay with me

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Auteur
Message
Edwin I. Cross
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 02/11/2015
Messages : 136
Age IRL : 22

MessageSujet: Stay with me   Sam 5 Mar 2016 - 0:03

Les journées n'étaient pas de tout repos, au chalet. Du moins, pour Edwin parce qu'il prenait toujours le temps de faire quelque chose. Le repos, il ne voyait sa nécessité que lorsque Lilou l'obligeait à se poser pour respirer. D'ailleurs, Lilou, il passait énormément de temps avec elle. Souvent on les voyait l'un collé à l'autre, pendant les temps libres que s'accordait le fauconnier. Si à leur début, au stade, il n'avait fait que sympathiser, durant le voyage menant jusqu'au chalet, ils avaient vu leur lien se resserrer au point où ils en vinrent à partager la même chambre. Parfois, il arrivait que la laborantine pique un haut au michiganais et se balade avec comme s'il était sien. Le soigneur n'y voyait pas d'inconvénient quelconque. Au contraire, il appréciait suffisamment la jeune femme pour la laisser faire. En gros, ils prenaient soin l'un de l'autre, autant que possible. Il leur était déjà arrivé de se prendre la tête aussi, comme la fois où la jeune femme avait tenu tête à l'ancien boulanger et était quand même allée en mission. En la voyant partir, il avait retenu sa colère puis il s'était peu à peu inquiété. A son retour, il ne put que soupirer de soulagement et la retrouver, d'abord pour lui faire la morale et ensuite pour s'assurer qu'elle n'avait rien. En somme, il était extrêmement protecteur, se contenant tout de même de son mieux pour ne pas l'étouffer.

Une nouvelle fois, en ce jour, la californienne ordonna au brun de se reposer un instant. Sans chercher à aller contre l'autorité de la jeune femme, il lui attrapa la main et l'attira contre lui, d'abord pour la chatouiller en riant puis pour un câlin avant de la libérer. Ses yeux fixèrent un instant l'âtre où brûlait un feu de cheminer qui décroissait à mesure que les bûches se consumaient. Il venait de trouver une astuce pour ne pas rester assis à rien faire. Alors que son amie se servait encore de lui comme siège, Ed la repoussa gentiment pour se lever et passa le bras autour de ses épaules avec un sourire malin aux lèvres.

- Le feu s'éteint, faut récupérer de quoi l'alimenter. Et je vais le faire.

Elle le connaissait assez maintenant pour savoir qu'il ne voulait pas rester assis à rien faire, c'est pourquoi l'homme entraîna la blonde avec lui jusqu'à la dépendance, lieux où le groupe entreposait bois et équipements. Couverts chaudement, le duo se dirigea vers l'entrepôt et l'homme, derrière la jeune femme, ne manqua pas de récupérer de la neige pour faire une farce à son amie guitariste. Alors qu'elle lui tournait le dos, l'employé de zoo s'approcha lentement d'elle, retenant un rire. Il colla d'abord son torse au dos de la belle puis l'enlaça et vint coller la poignée de neige sur le visage de la femme, finissant par se reculer rapidement. Là, il se doutait qu'elle finirait par se venger, c'est pourquoi il se décala pour s'emparer de quelques bûches pour vite rentrer. En riant, il ne rata pas l'occasion de se cogner le genou contre un tas de bois, il grimaça un coup puis se remit à rire, le nez rouge de sa compagne et ses protestations l'amusant totalement.

- Si... Si tu voyais... Si tu voyais ta tête !

Pleurant de rire, Edwin ne parvenait pas à se reprendre, se pliant même en deux tant l'amusement était à la hauteur de ses espérances. S'il avait su, il l'aurait fait bien avant, c'était certain.


Arrivage de Futur Papa
Revenir en haut Aller en bas
Lilou Black
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 234
Age IRL : 27

MessageSujet: Re: Stay with me   Mer 9 Mar 2016 - 0:53

Edwin était passé d'inconnu à familier. D'un simple ami, il est devenu son héro, puis l'élément stable de sa vie. Chaque jour, depuis la chute de Century, Lilou le regarde un peu plus et passer du temps avec lui, lui procure un peu de bonheur, un sentiment de légèreté qui disparaît quand il n'est pas là. Si bien qu'elle en est venu à vouloir dormir dans la même chambre que lui, ne se voyant pas partager avec d'autre, même avec Tam. Passer du temps ensemble, lui paraissait plus que vitale. Mais à trop se fréquenter, il leur arrive parfois de s'engueuler comme un vieux couple. Depuis toujours indépendante et devant veiller sur elle-même, il lui ait parfois difficile de comprendre, la surprotection d'Edwin à son égard, l'impression d'étouffer parfois. Pourtant Lilou était loin d'être faite de sucre. Depuis que sa réserve récréative avait été décimé pendant l'attaque, elle avait du réapprendre à vivre sans ses plaisirs éphémère et la fragilité d'esprit qui l'avait toujours suivi s'était retrancher derrière la force qui l'avait toujours caractérisé. Une femme accompli, qui s'est toujours assumée. La mission était encore un sujet sensible entre eux, et si elle l'avait regretté, aujourd'hui elle était plutôt fière d'avoir tenu ses positions. Mais la prochaine fois, elle souhaiterait certainement qu'Edwin soit à ses côtés.

Là où la chaleur irradiait le plus, Lilou s'était planqué un instant devant le feu, retrouvant presque les températures familière de la Californie. Edwin s'exténuait tous les jours à la tache et le voir tomber à cause de la fièvre l'inquiétait de plus en plus. Elle joua de la voix, bien que le ton imposait était plus supplicateur qu'autre chose, à son goût. Le garçon s'en amusa et de rire, elle passa au frisson, se sentant un peu trop à l'aise dans ces bras qui l'entourait. Elle en fût même déçue qu'il s'écarte et Edwin n'eut la chance de voir le vacillement dans son regard. Silencieusement, ils passent un long moment où Lilou resta contre lui, incapable de s'en séparer. Si au début, elle pensait trahir Ian, qu'elle ne connaissait pas depuis si longtemps que ça avant que l'apocalypse les séparent. Elle se dit, qu'elle ne saura jamais la vérité le concernant et qu'elle devra bien s'y faire. Après la chute du stade, le visage du père de famille avait disparu pour être remplacer par celui d'Edwin et de son sourire réconfortant. Sans parler des rêves qu'elle avait faite à son sujet et qu'elle ne lui avouera jamais. Profiter du moment sans rien faire était trop demander pour le dynamique fauconnier, presque hyperactive. Mais c'est une bonne influence pour Lilou qui se laisserait vivre un peu trop souvent s'il n'était pas là, pour la faire bouger. Quittant la chaleur du feu, la différence de température la crispe passe le nez dehors et se rend dans la dépendance. Elle avait pris un pas en avant, marchant plus vite que lui. Alors qu'elle regardait le bois bêtement, cherchant quels bûches choisir pour les transporter, Edwin se colle contre elle. Elle ne rejetterait pas un énième contact de sa part et en toute confiance, elle le laisse faire. Mais quand elle voit la neige dans sa main, il est déjà trop tard et l'eau solidifier s'écrase contre son visage, dans un cri soudain et strident, les traits déformés par la surprise et le froid aidant, elle s'écarte aussi rapidement qu'Ed. Il était mort de rire cette idiot et elle ne savait pas encore si elle voulait rire ou l'étrangler. Après la mission, ça ne lui ferait pas de mal de penser à autre chose et s'amuser.

-Méfie toi de la vengeance d'une femme, on te la jamais dit ça, perchoir pour piaf !

Rancunière, elle grimaçe, pas vraiment vexé, mais avide de vengeance. Elle ramasse la neige à la sortie de l’entrepôt et le lui balance sans même prendre la peine de faire de boule, juste un déluge de jet de neige, au fur à mesure qu'elle s'approche de lui.

-Je ...Boule de neige... Déteste... Boule de neige … La... Boule de neige … NEIGE...

Cette fois-ci elle essaye de lui faire bouffer ce qui lui reste dans les mains. Mais Edwin est assez agile et bien assez fort pour maîtriser ses poignets sans lui faire de mal. Tout ce qu'elle voit de toute manière, c'est ce sourire éclatant et ce rire qui résonne à ses oreilles. Celui-là même qui lui donne envie de s'y mettre et ce petit jeune lui arrache enfin qu'elle éclat. La voilà maîtriser et drôlement proche du visage d'Edwin.

-Lâche moi, tu risque de drôlement regretter ! L'avertit-elle.

Il ne semble pas en clin à la croire. Elle se rappelle de son enfance et de ce que sa sœur avait l'habitude de lui faire, geste qui la dégoutait et la faisait bondir plus que tout. C'était une bonne vengeance pour la neige qu'il venait de lui coller dans le nez. Elle colla sa langue en plein sur la joue d'Edwin et la lèche sans gêne. Sa réaction ne se fait pas attendre et maintenant c'est Lilou qui est plier en deux, face à sa réaction, il ne s'attendait certainement pas à ça de la part d'une petite Californienne. Mais Lilou n'avait pas grandi dans un château et elle se montrait un peu beauf parfois.


Il est naturel d'avoir peur, de là, né le courage.Kery James
Revenir en haut Aller en bas
Edwin I. Cross
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 02/11/2015
Messages : 136
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Stay with me   Mar 15 Mar 2016 - 23:26

La réaction de Lilou ne se fait pas attendre quand Edwin lui colle en pleine tronche la neige. La poudreuse fait son effet plus que parfaitement, c'est un cri strident qui répond aux rire du fauconnier. Se méfier de la vengeance d'une femme ? Étrangement, un sourire moqueur naquit sur son visage, signalant ainsi qu'il se moquait toujours autant de son amie. Puis la californienne tenta de se venger en balançant à son tour énormément de neige au jeune homme, tout en s'approchant toujours plus. Alors que la laborantine tentait de faire avaler les restes de neige au michiganais, ce dernier explosa à nouveau de rire après avoir manqué de gober l'eau solidifiée, finissant par attraper les poignets de la demoiselle. Les rires s'atténuèrent lentement. Ed avait le visage proche de celui de Lilou, son coeur s'emballait et sa respiration peinait à être régulière. Probablement la résultante de son fou rire et de la bataille avec la jeune femme. Il était plus grand et plus fort qu'elle, alors il avait forcément eu le dessus mais elle avait lutté comme un petit diablotin pour ne pas laisser le brun gagner.

Pourtant la blonde n'en démordit pas, allant jusqu'à de nouveau menacer le fauconnier. Ce dernier ricana un instant avant de murmurer, yeux plissés.

- Bouh, j'ai peur !

Malheureusement pour lui, la belle attaqua alors qu'il ne s'y attendait pas réellement. Alors que l'ancien boulanger pensait avoir vaincu, Californie prouvait qu'elle avait encore de la réserve en léchant la joue du brun sans retenue. L'homme la lâcha alors reculant brusquement alors que la bave lui collait la peau, surpris par une telle action.

- AAAAARGH ! Lilou !

La femme explosa de rire à son tour. Ah ! Elle était belle sa vengeance ! Bien joué, ouais, c'était bien joué, il devait se l'avouer mais hors de question de lui laisser la victoire, ayant déjà sa petite idée en tête.

- Viens là, femme !

Fonçant vers sa compagne, l'homme l'encercla de ses bras puissants et la colla fermement contre son torse pour qu'elle ne s'enfuie pas tandis qu'il frottait sa joue à la sienne, essuyant ainsi le liquide buccale de la guitariste au mieux. Il fit d'abord mine de grogner de dégoût avant de rire à son oreille.

- Reprend ton bien !

Ouais, "reprend ton bien, c'est ta bave ! ", c'est bien ce que voulait dire son geste. Les pieds bien ancrés dans le sol, il resta un instant la joue contre celle de la jeune femme. A nouveau son coeur s'emballait, comme il le faisait depuis quelques temps déjà quand elle se trouvait auprès de lui. Par moment, Edwin s'était demandé pourquoi est-ce qu'il agissait comme ça puis, finalement, il cessait pour se contenter d'offrir le meilleur à son amie. Si le souvenir de Julia restait gravé dans la mémoire du fauconnier, que ce soit son histoire avec elle jusqu'à sa mort, c'était souvent le visage de Travis qui bloquait l'employé de zoo. Son garçon était quelque part dehors avec Jason, son oncle. Les deux étaient accompagnés de quelques civils et militaires qui avaient pu fuir mais qui pouvait prouver que sa seule famille vivait encore ? Miles, un des collègues soigneurs d'Ed avait déjà parlé en demandant s'il y avait quelque chose entre les deux jeunes gens. Ed avait répondu que non, qu'entre la blonde et lui, il n'y avait que de l'amitié. Son ami avait haussé les épaules et s'était contenté de cette simple réponse. Mais aujourd'hui, avec la jeune femme dans les bras, Edwin se demandait si c'était réellement le cas. En décalant légèrement son visage, ses yeux noisettes vinrent croisés le regard azuré de son amie. Un sourire tendre barrait le visage de l'homme. Il était vrai qu'ils passaient souvent leur temps ensemble, qu'ils dormaient dans la même chambre, se disputaient, et parfois agissaient comme s'ils étaient un couple, en y réfléchissant bien.

- Si tu me baves encore dessus, je te préviens que je vais faire pareil.

Il avait parlé d'une voix tendre et chaleureuse, comme quand il était tout simplement bien dans ses bottes. Ce qu'il était lorsqu'elle partageait quelques moments avec lui. Son sourire s'agrandit quand il observa un peu plus longtemps son visage. Une seconde, son sourire se crispa. Et s'il ressentait plus que de l'amitié pour la blonde ? Était-ce une mauvaise chose ? Est-ce que ce serait trahir Travis ou même les années d'amour passées avec Julia, cette femme aux traits asiatiques, femme qu'il avait aimé de tout son être ? Et encore Travis... Si jamais il devait retrouver l'ado, un jour, avec beaucoup de chance, ce petit qui l'appelait "papa" accepterait-il l'idée que Lilou ait prit une place dans le cœur du fauconnier ? Certes, son garçon lui avait déjà demandé s'il était près à se remettre quelqu'un, ce à quoi il avait répondu par un haussement d'épaules, expliquant qu'il ne cherchait pas spécialement l'amour et que si ça devait arriver, eh bien il tenterait sa chance. Fallait-il vraiment que cette chance, si l'on pouvait la nommer ainsi, tombe en pleine fin de l'Humanité ?

Dans l'esprit du fauconnier, c'était le bazar, ses méninges travaillaient et ne lui laissaient aucun répit. Son palpitant aussi bossait dur. Son seul réflexe pour calmer tout cela fût d'embrasser la jeune femme sur la tempe, comme à son habitude. Un geste tendre qu'il effectuait chaque matin et chaque soir. Finalement, il libéra sa belle et ramassa les quelques bûches qu'ils avaient foutus par terre, lui tirant la langue.

- Tu mériterais que je te fasse tout faire pour te punir de m'avoir bavé dessus !


Arrivage de Futur Papa
Revenir en haut Aller en bas
Lilou Black
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 234
Age IRL : 27

MessageSujet: Re: Stay with me   Dim 27 Mar 2016 - 16:28

C'était ce qu'elle aimait chez Edwin, elle pouvait facilement se montrer soi-même avec lui, sans avoir à se dévoiler dans les détails. Elle lui en donnait peu sur les détails de sa vie et sa lui suffisait. Pourtant elle s'en sentait extrêmement proche. Assez pour se conduire comme une gamine avec lui. Comme ici, avoir un Edwin horrifié par l'action qu'elle venait juste de faire, n'avait pas de pris. Encore secouer de rire par son action, elle essaya vainement de fuir puis de se débattre quand il vient l'attraper, l'empêchant ainsi de bouger et de s'envoler. Il vient essuyer sa joue contre la sienne et Lilou hurle en rigolant. Puis les hurlement cesse mais cette joue collé à la sienne reste aussi. Oh pas longtemps, juste quelques secondes. Mais elle ne sentit pas meilleur sensation que ce sentiment de sécurité et de paix qu'il lui offrait. Entouré de ses bras, son visage collé au sien. Trop focalisé sur ses propres battements cœurs pour remarquer celui de Ed, qu'elle aurait de toute manière interpréter à sa manière, il venait de se faire attaquer par une langue et usait de force pour l'empêcher de s'échapper. C'était simplement son cardio. Voilà tout.

- Si tu me baves encore dessus, je te préviens que je vais faire pareil. 

Voilà, il suffit de très très peu à Lilou pour se faire la mauvaise image de ce que voulait dire sa phrase. Si on pouvait imaginer pire. Elle était déjà en train de penser à un autre genre d'échange de salive. Heureusement que le froid mordaient ses joues, assez pour les rendre roses. Son cœur fit un bon. Et Ian alors. Ian, elle ne le connaissait pas tant que ça au final. Vu leur relation naissante, Lilou avait des doutes quand à l'implication qu'il aurait s'il avait survécu. Il l'avait certainement oublier. Parce que c'était Lilou et qu'elle n'avait rien d'extraordinaire. Ses ex ont vite tournés la page, alors Ian avait certainement suivi le mouvement. Un baiser tendre sur la tempe vient rompre cette flagellation mentale, pour sentir une drôle de déception. Entre questionnement et frustration. Et si au final, Lilou se cherchait des excuses pour ne pas chercher à aller plus loin. Il la lâche et Lilou esquisse un léger sourire pour cacher ce ressentiment qu'elle aurait du mal à avouer ou décrire. Il serait plus simple de vivre sans émotion, le cerveau était vraiment mal foutu. Elle imite ses gestes et préfère se distraire en ramassant les autres bûches restante. Mais il avait le sourire, malgré tout. Parce qu'il était là et qu'ils s'amusaient.

-Si tu me laissais tout faire, tu finirais mort de froid sache le. Ma fainéantise n'a pas d'égale. Lui répondit-elle d'un clin d’œil avant de lui passer devant.

Et le pire c'est que c'était à moitié vraie. Si Edwin ne lui avait pas demandé, elle n'aurait jamais penser d'elle-même se charger de la corvée. Si Lilou possédait des qualités, elle avait la fâcheuse tendance à bien laisser les autres se charger du travail. Elle n'aimait pas ranger, ni faire le ménage, couper du bois encore moins et s'occuper de la vaisselle, il fallait même pas y penser. Se faire violence, il fallait bien pour donner bonne image, pour ne pas se faire complètement détester. Mais ce n'était pas vraiment de bon cœur. Chez elle, n'était clean son appart qu'en présence ou arrivée imminente d'invités. Sinon le reste du temps, ça ne l'a dérangeait pas vraiment de vivre entre les assiettes sales et les draps pas changés depuis le mois dernier. Paradoxale quand on allait du côté de sa sœur et qu'on réalisait à quel points elles étaient à l'opposée. Et s'il n'y avait que ça... Avec l'arrivée au chalet et l'obligation de partager sa chambre, il fallait l'admettre, Lilou faisait de grand effort pour ne pas se laisser envahir par le bordel. Sans doute aussi influencer par Edwin et sa présence.

De retour devant le feu. Lilou pose les bûches sur le côté et en jette une sur les flammes. La poussières et les cendres s'envolent sous le choc, et la jeune fille grimace en éloignant le visage. « L'électricité commence vraiment à beaucoup me manquer. » Couverte de la tête au pied, le froid était vraiment désagréable sans chauffage. La Californie était beaucoup plus clémente sur les températures. Ce froid, cet inconfort de plus en plus présent. Lilou réalise que cela fait un moment maintenant qu'elle s’abrite en attendant de... Mais attendant quoi ? La fin de l'épidémie, la fin du monde ? La fin de quoi exactement. Elle survie avec des gens qu'elle ne connaissait pas des mois auparavant et maintenant, elle rêve de retrouver des visages familiers pour les serrer dans ses bras et se dire que tout ça était fini. Son cœur se fend un peu plus quand elle pense à sa mère, quand elle pense au visage en larme de sa sœur quand elle la retrouvera, du soulagement visible sur les traits de son frère. Pour la première fois, sa famille lui manquait terriblement et ses yeux s'assombrit malgré la lueur éclairante du feu de cheminée.

Elle s’assoit par terre, en tailleur comme une enfant, mais pas loin du feu, l'odeur et les poussières ne la dérangent guère. Elle lance un regard suppliant à Edwin pour qu'il vienne la rejoindre. Les fauteuil était certainement plus confortable, il n'empêchait qu'il était trop loin pour qu'elle arrive à se réchauffer physiquement et moralement. « Edwin ? Tu crois que c'est vraiment la fin comme les autres le disent ? Je sais que Century à mal tourné, mais dans les villes importantes, ils ont certainement dû mieux se débrouiller non, les autres pays vont nous aider, c'est obligé... » Tellement de question, de confusion, ce machin qui se transformait en jeu de survie, Lilou se disait qu'ils étaient bien idiot de croire à quelque chose de permanent. Comme toute maladie, celle-ci trouvera sa fin et elle marquera l'histoire de sa croix pour les années à venir.


Il est naturel d'avoir peur, de là, né le courage.Kery James
Revenir en haut Aller en bas
Edwin I. Cross
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 02/11/2015
Messages : 136
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Stay with me   Sam 4 Juin 2016 - 0:04

Les jours passèrent à un rythme plutôt lent. Ed était finalement bel et bien tombé malade et donc contraint de se reposer comme le lui avait ordonné sa blonde d'amie. Il avait dû se résoudre à laisser faire les autres pendant qu'il prenait un peu de repos. Il détestait ça être malade, d'autant qu'il ne pouvait même pas sortir comme bon lui semblait, ne serait-ce que pour voir son rapace voler ou chasser. Pourtant, il y avait eu du bon dans le fait d'être momentanément indisponible. Les liens tissés avec Lilou se resserraient toujours plus. A tel point que les quelques petits gestes d'affections devinrent de plus en plus fréquents pour enfin être quotidien. Puis le fauconnier s'était endormi une fois dans le lit de la belle, puis deux et toujours plus souvent. Par moment, quand il se retrouvait avec certains camarades, ils n'hésitaient pas à le taquiner, s'amusant du fait qu'il ait eu besoin de l'apocalypse pour retrouver l'amour. Alors le jeune homme n'avait eu de cesse de répéter qu'il n'y avait rien de plus qu'une sincère et profonde amitié entre eux. Tout comme ses amis, l'homme n'en fut pas spécialement convaincu. Il connaissait bien ce sentiment de bien-être, ce soulagement d'avoir la demoiselle à ses côtés. Partager avec elle semblait plus que nécessaire à son moral et surtout il en devenait dépendant.

Au détour d'une soirée plutôt douce comparée aux précédentes, l'homme traîna sa jeune amie avec lui en dehors du chalet. Ils n'étaient pas bien loin, mais il avait envie de l'avoir à ses côtés tout en se grillant une clope. De fil en aiguille, ils en vinrent à parler de l'ancienne vie du fauconnier. Celui-ci avoua à la blonde qu'il avait revu pour la dernière fois son ex compagne au stade. Elle et son son fils avaient tenté de le rejoindre. Ils étaient arrivés quelques jours avant l'hécatombe. Julia annonça dans ces derniers instants que Travis, son fils, était avec le Jason, le frère d'Ed et qu'ils se retrouvaient avec les derniers soldats ayant fuit les lieux. Bien que n'étant pas son fils de sang, Edwin considérait Travis comme tel. Aussi, il expliqua à la femme qu'il partirait à sa recherche dès qu'il pourrait. Après quoi, il avait glisser ses doigts entre ceux de la blonde et se laissa aller à d'autres sujets de conversation.

Plus tard encore, le soigneur et la laborantine se retrouvèrent seuls dans leur chambre. Il s'était installé à côté d'elle et ils discutaient de tout et rien à la fois, passant de choses heureuses et drôles à plus sombres et déprimantes. Les heures s'écoulant, ils en vinrent à se rapprocher un peu plus pour finalement échanger leur premier baiser. Les douces lèvres de sa compagne invitaient toujours plus le jeune homme. Pour lui, le contact de cette bouche lui fit étrange après tant d'années à se refuser ce plaisir. Et puis, ils avaient recommencer encore le lendemain, idem le surlendemain pour finir par le faire tous les jours, comme un geste tout à fait normal, le plus normal du monde. Et puis, finalement, il fallait en venir aux faits. Ils formaient un couple. Bien qu'ils n'aient pas eu d'échange sentimentaux, guimauve au possible, les gestes de l'autre confortaient l'idée qu'il y avait plus que de la simple tendresse entre eux.

Après quelques débuts timides, le jeune couple se laissait aller à s'afficher volontairement comme tel. Entre mission et tâches, l'homme adorait se retrouver avec sa belle. Ce matin là, le fauconnier qui devait partir à la chasse avec certains habitants, réveilla sa blonde d'un baiser et lui caressa la joue délicatement et chuchota à son attention.

- Hey, je vais y aller. On se retrouve plus tard, d'accord ?

Dernier petit geste d'affection et il tourna les talons pour s'en aller quelques heures.


Arrivage de Futur Papa
Revenir en haut Aller en bas
Lilou Black
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 234
Age IRL : 27

MessageSujet: Re: Stay with me   Sam 2 Juil 2016 - 2:23

Ce soir là, comme beaucoup d'autre après lui, Lilou se sentait dans le besoin de l'avoir à ses côtés. Des gestes de tendresses qui se répétaient encore et encore, non sans un sentiment mitigé pour la jolie blonde. Au début il y avait un peu de culpabilité à se sentir aussi bien avec lui, puis la culpabilité se changeait en besoin et enfin en geste quotidien pour lui donner le courage de continuer sa route à travers le chalet et le camp. Ces conversations avec Tam à son sujet, à savoir si ils étaient un couple et ces questions qu'elle esquivait parce qu'elle craignait que son imagination soit trop fertile vis à vis de la réalité. Mais son amie tatouée ne manquait pas de lui faire remarquer dès que Lilou se mettait à sourire béatement lorsque son nom était évoqué dans la conversation ou que leurs regards se croisaient. Mais la californienne répondait toujours la même chose, juste que c'était pour elle son antidépresseur.

Les cauchemars mélanger au manque fantômes de ses cachets récréatifs amenèrent les deux jeunes oisillons à dormir une fois ensemble, puis plusieurs fois d'autre après ça. Lilou se blottissait volontiers dans ses bras et y trouvait la paix dont elle avait besoin, le réconfort et la sécurité qui lui avait longtemps manquer. La découvert de son ex et d'un fils présumé, une confession qu'on pouvait faire à sa meilleure amie. Un place qu'elle chérissait et craignait. Car à ce moment, elle savait qu'Edwin représentait bien plus qu'un ami et elle voulait bien plus. L'imaginer partir sans elle lui brisait le cœur mais elle ne pouvait que hocher la tête et compatir sans avoir réellement son mot à dire. D'autre jours plus heureux, des heures plus sombres, les cauchemars de Lilou, ses isolations subtiles et ses sourires chaleureux, les plaisanteries, le partage de leurs affaires, oui il était un couple avant même d'en avoir consommer les avantages. Edwin et Lilou finit par briser la dernière barrière pour échanger un premier baiser qui s'est fait tant désirer. Encore dans la crainte que ce sentiment soit fugace dans la tête d'Edwin, les échanges tendres conforte Lilou, la rassure, elle s'y accroche de plus en plus. Elle ne peut s'empêcher de réaliser qu'il pourrait disparaître comme Ian, sans jamais savoir ce qui lui était arrivé, mais il la rassurait, par sa présence, ses actions au sein du groupe, son implication, son importance grandissante pour elle mais surtout pour les autres aussi.

Ça n'a pas vraiment surpris grand monde de les voir enfin ensemble en publique et ça n'a pas paru décalé pour Lilou de se montrer. Au contraire, elle lui faisait assez confiance et se fichait bien de l'avis générale.

Comme les autres matins, où Lilou n'était d'aucune utilité pour la mission, Edwin partait à la chasse avec quelques autres du camp, dont certain qu'elle connaissait. Le laissait s'en aller d'un léger baiser puis d'un sourire et se laisse porter par le reste de la journée. Elle se sait seule et la tentation est bien trop grande pour la gacher. Alors sous une latte du plancher, bien couvert par leur lit qu'elle pousse, elle découvre un sachet rempli de « ses » friandises. Elle pourrait aller aider, mais elle devra certainement croisé Rose ou l'autre blondinette, c'était souvent ceux qu'elle préférait au camps qui se taillaient à la chasse pendant que bobonne cuisinait. Elle s'échappe alors de toute proposition imprévue d'aider. Bref, elle ferme la chambre à clé sachant que le seul détenteur de l'autre clé était partie pour plusieurs heures. Avec un verre vide, elle écrase dans une assiette les oxycotin enfin ce qu'elle sait être un dérivé. Lilou n'a jamais vraiment apprécier l'idée de snifer, s'éclatant les narines à chaque fois, préférant le diluer dans un peu d'eau et boire cul sec malgré un goût très amer.

Et quelques minutes plus tard...

Son corps se relâche alors elle s'allonge. C'est un sentiment de détente complet qui alourdissent chacun de ses muscles et la moindre petite douleur se fait vite oublier, se demandant même si elle sentait le poids de son corps. Sa vision se trouble et vacille, le moment qu'elle préfère. Les pensées très sombre sont toujours présente mais elles ne paraissent pas si horrible. Elle s'en fou. Voilà, c'est ça, elle s'en fou et ça lui fait un bien fou. Rien n'a d'importance et Kassandra ou Rose pourrait l'humilier devant publique que ça ne la en toucherait même pas. Habituellement, Lilou se serait même fait couler un bain chaud chez elle en s'endormant dans l'eau. Mais vu les circonstances, même un brin de musique lui était hors de portée. Elle agite les doigts au dessus de son visage. Elle soupire. Et s’endort, le sommeil est paradoxale, pas vraiment réparateur et la conscience reste en surface, entendant chaque bruit sans plus y faire attention, sans plus faire attention au temps...

La serrure cliquette, les gonds de la porte grince, Lilou devrait sursauter et son cœur bondir, mais ce n'est pas le cas, elle note juste que le bruit la dérange.


HRP : Voilà comme ça, tu pourras tuer Lilou si tu en as envie ou juste croire qu'elle est malade xD


Il est naturel d'avoir peur, de là, né le courage.Kery James
Revenir en haut Aller en bas
Edwin I. Cross
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 02/11/2015
Messages : 136
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Stay with me   Sam 2 Juil 2016 - 18:16

La journée s'était avérée fructueuse. Debout à l'aube, Edwin était parti avec les chasseurs du groupe et n'était revenu qu'en milieu d'après-midi alors qu'ils étaient plutôt bien chargés. Sur le coup, le fauconnier se doutait qu'il y aurait de quoi faire un moment. Revenant au Chalet, il alla poser son rapace jusqu'à la petite volière construire exprès pour Sora et revint jusqu'à ses amis pour les aider à préparer la viande afin qu'elle soit conservée au mieux. Après quoi, il avait juste ramené le tout dans l'habitacle, direction les réserves. Au passage, il salua les quelques amis qu'il avait et les nombreuses connaissances. Un instant, il s'installa avec les autres autour de la table pour laisser reposer les muscles fatigués et laisser place à la bonne humeur. Après une bonne heure à s'attarder avec les gens, Ed prit la décision de monter, ne voyant aucunement sa moitié. Il la savait du genre renfermée et n'appréciait pas la compagnie de Rose ou de Kassandra qui pourtant étaient deux bonnes amies au fauconnier. Cela faisait toujours grincer des dents le soigneur qui n'arrivait pas à comprendre comment les gens faisaient pour ne pas s'apprécier un minimum mais il savait bien que la nature humaine ne pouvait être toujours pacifique avec autrui, ce qui expliquait forcément qu'elles ne se supportent pas.

En montant pour rejoindre la chambre qu'ils partageaient, l'homme abaissa la poignée sans pour autant que la porte s'ouvre. Verrouillée. Soupirant, Ed glissa sa clé dans la serrure et enclencha le système pour qu'il puisse enfin avoir accès à son nid. Là, dans leur lit, trônait le corps de la blonde plus ou moins endormie. Ne souhaitant pas la déranger, l'homme vint accrocher son sac au porte-manteau près de l'entrée de la chambre et rangea sa veste dans l'un des placard. Enlevant ses chaussures pour rester en chaussettes, il s'approcha de Lilou et se pencha pour l'embrasser avant de stopper net son geste. Elle n'était pas apaisée. Après de nombreuses nuits à veiller sur elle, il savait quand elle se reposait où quand son esprit travaillait un peu trop. Délicatement il caressa ses cheveux blonds, tentant tant bien que mal de l'apaiser. Mais les yeux du fauconnier firent l'analyse complet des réactions de la californienne. Il ne l'avait jamais vu dans cet état. Doucement, Edwin posa le revers de sa main froide contre le cou de sa conjointe pour chercher une quelconque température. Pas de fièvre. En la regardant plus attentivement, il eut l'impression qu'elle était malade. Comment son état avait-il pu se dégrader à ce point alors que le matin-même, elle était en bonne santé. De plus en plus inquiet, il posa son front contre la tempe de la laborantine et chuchota à son oreille.

- Lilou ? Lilou, réveille toi. Hey... Réveille toi. T'es malade ?

Tendrement, il posa sa main sur une de ces joues. Edwin eut l'estomac noué à l'idée que la femme qu'il aimait puisse d'un coup disparaitre. Manquerait plus que ça. Le brun savait que si cela arrivait, il finirait par s'en aller pour ne plus revenir, il n'arriverait clairement pas à surmonter cette épreuve. Mais le temps n'était pas aux pensées négatives. Lentement et prudemment, le fauconnier aida la belle à s'asseoir alors que ses yeux clignaient comme si elle tentait d'immerger, coincée entre deux mondes. Celui dans lequel ils vivaient et le monde des rêves. Les petits yeux de la femme montrait à son compagnon qu'elle n'était clairement pas dans son état normal, du moins, dans l'état qu'il lui connaissait. Que s'était-il passé durant son absence ? Regardant autour de lui, il ne vit rien d'anormal dans leur chambre. A nouveau, il tenta de communiquer avec sa moitié en la maintenant au mieux assise afin qu'elle ne replonge pas dans sa phase de somnolence. Par moment, il claquait des doigts pour refocaliser sur lui, l'attention de la blonde.

- Lilou ? Chérie, c'est moi. Qu'est-ce que tu as ? Qu'est-ce que tu as fait ?


Arrivage de Futur Papa
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Stay with me   Aujourd'hui à 4:11

Revenir en haut Aller en bas
 

Stay with me

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Fiche technique et news de Stay with me
» Fate Stay Night RPG (demande de partenariat)
» BUT I'LL ONLY STAY WITH YOU ONE MORE NIGHT - 9 JUIN, 2H24
» sullivan&sevde ◭ stay out tonight and see through my eyes.
» Oriane Ω stay alive. (finiiiiiiii)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-