Partagez | .
 

 Evergreen Ridge - Mission #2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
Auteur
Message
Maitre du Jeu
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 06/05/2013
Messages : 2943

MessageSujet: Evergreen Ridge - Mission #2   Mar 1 Mar 2016 - 19:26




Mission #2
Lilou Black, Gary Warren, Arthur McLeod, Ethan Walker

Ça fait longtemps que vous réfléchissez à cette expédition. Un mois auparavant, juste après votre arrivée à Evergreen Ridge, vous avez fait un grand inventaire de tout ce qui vous possédiez : en nourriture, en vêtements, en couvertures, mais aussi et surtout en armes. Les réserves militaires de Century vous avaient offert sur l’instant une sympathique marge de manœuvre. Mais les coups de feu avaient plu ce jour-là, et les munitions s’étaient envolées tout autant ! Ainsi le bilan était maigre. Vous avez le matériel, mais peu de recharge. Vous le savez depuis lors, vous devez dénicher d’autres armes. C’est essentiel pour pouvoir vous défendre !

Quelques semaines se sont écoulées cependant, avant que vous ne partiez en mission en ce sens. Il faut dire que ce n’était jusqu’ici pas une priorité. Il y avait déjà tant à faire au sein de la station de ski. Mais depuis peu, les choses se sont calmées et on peut le dire : vous êtes relativement bien installés. Vous avez ainsi décidé de quitter votre flanc de montagne, pour rejoindre la bourgade de Maple Grove, qui devait sans nul doute posséder un commissariat équipé !

C’est dans un 4x4 trouvé dans un parking couvert, pourvu de chaines, que votre petite équipe – savamment constituée par Gary - parcourt donc le trajet jusqu’à la ville la plus proche. La route se fait sans embûche, si ce n’est une conduite ralentie par la neige. Vous avez du vous-même déblayer une partie de cette dernière au cours des jours précédents, là où la couche de poudreuse était trop épaisse et où aucun véhicule ne pouvait passer. Arrivés à Maple Grove, vous n’avez pas tardé alors à apercevoir l’insigne Police au-devant d’un cube large et triste en ciment. Vous y êtes : au commissariat.  

Celui-ci est situé dans une zone aérée, en dépit des arbres qui l'entourent. Les bâtiments à proximité sont relativement espacés et il possède son propre terrain. Vous laissez la voiture le long de la rue, bien qu’il semble que l’endroit dispose d’un parking à l’arrière. Aucune importance. Non loin de là se trouvent trois rôdeurs, qui ont été alerté par le bruit de votre moteur. Ils s’approchent tout doucement. En dehors de ça, tout parait tranquille. Les portes du commissariat sont closes et ce dernier parait intact. C’est peut-être votre chance, personne n’aurait pensé à venir piller l’endroit avant vous ?...


Informations

♦  Il est 13h et une neige éparse tombe du ciel. La faible altitude faisant, le thermomètre frôle les 0°C. Olé, ça donnerait presque envie de tomber la chemise !

♦ Quelques rôdeurs se promènent en ville, mais vous en apercevez relativement peu, comme la dernière fois que vous êtes passés là. La plupart sont d’ailleurs embourbés dans la neige ou fortement ralentis par le froid. La menace ne vous parait pas immense, mais vous restez sur vos gardes.

♦ Ce premier tour sert à introduire la mission. Vous pouvez régler le compte des trois vilains qui s’approchent. Profitez-en aussi pour décrire votre équipement, car il va sans dire que vous être partis d’Evergreen avec une partie de vos dernières réserves de munitions ! Au cas où. Signalez ici lorsque vous avez terminé.

Pour rappel, vous avez 7 jours pour répondre à la mission lorsque c’est à votre tour. En cas de retard, votre tour sera sauté et après récidives, vous risquez l’expulsion, alors attention…
Revenir en haut Aller en bas
Gary Warren
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/09/2014
Messages : 902
Age IRL : 23

MessageSujet: Re: Evergreen Ridge - Mission #2   Mar 1 Mar 2016 - 22:07

Ils descendaient à peine de la voiture qu'ils avaient pris pour descendre en ville. Ça faisait toujours une trotte depuis leur camp. Et Gary avait observé la route du début jusqu'à la fin, les yeux rivés dessus en la regardant défiler sous leurs roues. Ça faisait passer le temps autrement. Et dans ces moments-là, il se forçait a rester concentré sur ce qui était important : le ravitaillement présent. Ça faisait des semaines maintenant qu'ils étaient rendu à la station, des semaines que le sommeil se faisait rare pour sa part, mais qu'il commençait doucement mais sûrement à se faire à la vie en communauté.

Tendant la corde de son arbalète, l'homme fit ça mécaniquement, sans y jeter un coup d'oeil. Il avait aussi un poignard à sa ceinture dont il ne savait même pas s'il serait amené à s'en servir durant l'expédition. Espérait-il ? Pas vraiment. Tout ce qui comprenait les expéditions en question, là où il y avait de la vie et une civilisation avant, était confus pour sa part. Il ne savait pas à quoi s'attendre, excepté peut-être un retour en arrière de plusieurs mois, vers une existence qu'il avait voulu mettre de côté.
Une existence où il n'y avait pas Rose.

Alors que ses bottes s'enfonçaient dans la neige, il chassa ce fait de ces pensées, préférant largement rester focaliser sur l'instant présent. Ses collègues, qu'il avait trié sur le tas, allaient avoir besoin de lui, de son tout lui.

Utilisez pas vos armes, on gaspille pas les munitions, fit-il en avisant les trois rôdeurs qui déambulaient dans leur direction.

Justement. Les munitions et les armes, c'était ce qu'ils étaient venus chercher. Alors les gaspiller immédiatement, c'était stupide. Du contre productif. Surtout que les détonations allaient forcément en attirer d'autres et c'était bien un truc qu'il fallait éviter. Lorsqu'il sortait avec Joey et Max, ils se servaient surtout des poignards et de son arbalète, pour le silence. Le contact avec les rôdeurs était obligatoire, certes, mais au moins ils restaient discrets.

Si on peut les abattre à l'arme blanche, on le fait.

Il remonta son arme et tira une première flèche qui vint se planter directement dans l'oeil du plus proche d'eux. La créature s'effondra sur le sol dans un silence paisible. Un grognement en moins. Un qui n'attirerait pas tous les autres macchabées du coin. Il arma à nouveau une flèche, fixant les deux autres avant de baisser son bien. Lui était habitué maintenant à ça. Les autres, ceux qui l'accompagnaient, devaient s'y faire aussi. Donc il passait la main pour le coup, avant qu'ils décident ensemble de la marche à suivre.

Sinon, je m'en charge à l'arbalète.

Rentrer tout de suite ? Frapper à la porte ? Être discret dans tous les cas. C'était ça, sa ligne de conduite.




Go tell that long tongue liar. Go and tell that midnight rider. Tell the ramblr, the gambler, the back biter. Tell'em that god's gonna cut'em down. You can run on for a long time, sooner or later, God'll cut you down.
Revenir en haut Aller en bas
Arthur E. McLeod
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 570
Age IRL : 31

MessageSujet: Re: Evergreen Ridge - Mission #2   Mer 2 Mar 2016 - 6:33

Dix balles. Voilà tout ce qu'il reste dans mon chargeur. Dix munitions de calibre 7.62.. Un calibre que je ne suis même pas sûr de trouver. Aujourd'hui, le Scar est avec moi. Cette arme emblématique de notre fuite, de notre survie.. Celle avec laquelle Ethan et moi avons percé quelques crânes de rôdeurs. Parfois en gaspillant quelques coups dans le vide..  en laissant la gâchette enfoncée trop longtemps, laissant partir cinq coups dans la panique, au lieu d'un seul largement suffisant. C'est ce qu'on nous a appris, à l'école militaire. L'art de tuer. Une balle, c'est un mort, point. En temps de guerre, l'économie de munitions devient primordiale. Et nous sommes en temps de guerre. Une guerre contre la nature, contre nous même.. Waouh, ça, ça me fout un putain de frisson.

La route fût longue, mais sans encombres, autres que les quelques petits caprices de nos pneus sur la neige, de temps en temps. Nous sommes maintenant arrivés à notre destination, je coupe le moteur, et je descend. Je replace la lanière de mon fusil sur l'épaule, laissant celui ci pendre dans mon dos, crosse repliée, contre le sac que j'ai emporté aussi. Dedans, simplement quelques vivres et un peu d'eau dans une gourde, la lampe torche que j'utilise lors de mes rondes, le paquet d'clopes et du feu, et un foulard.

Je remarque immédiatement ces rôdeurs, sûrement alerté par le bruit de notre moteur, se diriger vers nous, affamés et bien aise avec l'idée de nous croquer. Je secoue la tête pour confirmer l'ordre de Gary : Il n'est pas question de gaspiller nos précieuses munitions sur ces fumiers. C'est une évidence pour moi. Je me saisis de mon couteau, de la main gauche, lame inversée. Alors que le carreau d'arbalète de Gary perce l'oeil du premier de nos ennemis, je m'approche du second, me jouant de sa lenteur pour m'assurer de rester à bonne distance, tout en gardant une vision acceptable de ce qui se passe autours de moi. J'allonge simplement mon bras armé pour percer le crâne de ma cible, et replie le coude pour ôter la lame. J'ai percé la tempe, et il s'effondre lamentablement.

Essuyant la lame contre le jeans que je porte, je fixe le dernier ennemi encore debout. Mes yeux expriment le dédain. Je le méprise. Mais sa non-vie ne m'appartient pas. Je laisse le loisir à un autre de s'occuper de lui, prêt à intervenir en cas de connerie. Méthodique. Ne laisser aucune place à la malchance. Toujours être alerte, et prêt à agir. C'est comme ça que j'ai réussi à survivre pendant autant de temps, à Kaboul, et que j'ai aidé la majorité des miens à s'en sortir.
Pour le coup, la situation est sous contrôle. Peu d'autres rôdeurs. Et visiblement aucune trace de sniper embusqué, ou autres joyeuseté de ce genre.. En suis je certain ? Non. Mais les recoins, les vitres et les toits que j'ai rapidement inspecté du regard semblent vide de toute menace humaine.

Quand le dernier monstre tombe, je porte le regard sur Gary, puis les deux autres. Nous sommes aux portes de ce que nous sommes venus chercher. Ne reste plus qu'à décider de la stratégie à suivre.


" J'imagine qu'on fait dans le feutré, n'est ce pas ? "

Je me permets de leur adresser un léger sourire amusée, les sourcils arqués. C'est, ça aussi, une belle évidence non ?



Revenir en haut Aller en bas
Lilou Black
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 234
Age IRL : 27

MessageSujet: Re: Evergreen Ridge - Mission #2   Dim 6 Mar 2016 - 20:19

Ce matin encore, elle n'avait pas pensé qu'elle partirait du chalet, le cœur lourd, entre rancune, mauvaise foi et inquiétude. Et pourtant, ce n'était pas comme si elle ignorait qu'il s'inquiétait pour elle. Mais c'était plus fort qu'elle, le contre dire, lui prouver qu'elle était capable de chose, tout autant que lui. Encore coupable de son inutilité lors de la chute de Century, elle n'avait qu'une idée en tête, changer la donne. Sortant du 4x4, sa peau se tire sous le froid, sa respiration se dessine dans les airs tandis que ses yeux bleus sondent les alentours. Ayant grandi loin des hivers rigoureux de Seattle, ce n'est que le deuxième qu'elle passe dans la région, le tremblement de ses lèvres trahi son manque d'acclimatation, mais elle masque sa gêne en mordant sa lèvre inférieur régulièrement. Elle reste en retrait et serre dans ses mains l'arme qu'on lui avait confier exceptionnellement pour la mission. Même si elle en avait déjà tenue une, Lilou était toujours surpris par son poids. Ses doigts paraissaient minuscule, presque trop enfantin pour cette enfin de guerre. Elle était contente de n'avoir qu'un semi automatique en 9 mm, plutôt que ces fusils d'assauts que les militaires portaient en permanence au camp de Century.

Son regard bleu coule de Gary aux cadavres qui s'approchaient d'eux à une lenteur ridicule. Encore sensible à cette vision, elle ressent une peur incompréhensible pour ces choses. Plusieurs sentiments différents, pitié, peur, mépris, dégoût... C'était comme se retrouver face à une araignée. Comme la laisser en paix sans avoir peur de se faire attaquer, mais comment la tuer sans être dégoûter du bruit que cela fait quand on l'écrase. Elle réprime un sursaut quand la flèche traverse le crâne du premier mort, et la bile remontait déjà dans sa gorge. Elle commence à se demander si elle n'aurait pas dû écouter Edwin et faire taire sa fierté à deux balles. Mais Lilou à tellement du mal à se laisser dompter, surtout par les hommes. Pas d'arme à feu pour l'instant. Elle réfléchit, le couteau à sa ceinture ne lui paraît pas si rassurant. Elle ne voulait pas s'en rapprocher autant, alors pourquoi avait-elle accepter de le prendre ? Une batte de baseball l'aurait plus beaucoup plus, mais dans les montagnes, fallait croire que c'était pas le jeu en vogue. Même l'arbalète de Gary n'était pas très répandu et elle le jalousait un peu sur son équipement.

C'est avec une certaine facilité, que Lilou laisse donc les autres cadavres ambulants à ses comparses. Reculant même derrière Ethan quand le troisième et dernier continuer d'avancer veux eux. Elle espère qu'ils ne lui en tiendront pas trop rigueur. L'angoisse d'être critiqué sur sa décision de venir avec eux. Parce qu'ils auraient certainement raison et qu'elle détestait plus que tout, avoir tord. Par réflexe, elle fait écho au sourire d'Arthur mais ne sait pas trop pourquoi elle le fait. Elle était d'un naturel souriant c'est vrai, mais la boule qui se formait dans son estomac l'empêchait d'être sereine. Ses grands yeux bleus faisaient office de sentinelles et elle n'arrêtait pas de tourner la tête à droite à gauche pour prévenir de prochaine attaque. Elle se tourne enfin sur Gary.

-J'ai une question. Désolé si elle est idiote.. Elle sent les regards se tourner sur elle. On fait quoi si on se retrouve séparer ? On sait pas combien ils peuvent être à l'intérieur.


En réalité, elle voyait bien la belle catastrophe arrivé, séparée du groupe, n'arrivant plus à les rejoindre et les voir contraint à partir sans elle et la laisser à son propre sort. A cette horrible pensée, elle regretta immédiatement sa dispute avec Edwin et regretta terriblement qu'il ne soit pas là pour veiller sur elle. Elle avait la certitude qu'il était le seul qui ne l'abandonnerait pas dans la nature, même si elle était mordue.


Il est naturel d'avoir peur, de là, né le courage.Kery James
Revenir en haut Aller en bas
Ethan J. Walker
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/12/2013
Messages : 744
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Evergreen Ridge - Mission #2   Mar 8 Mar 2016 - 20:38

Se rendre utile à la communauté était toujours une sensation agréable. Ethan n'avait pas hésité un instant à accepter quand on lui avait demandé de faire partie de l'équipe qui irait explorer une commissariat dans l'espoir de dénicher armes et munitions. Ce n'était pas de gaieté de cœur qu'il avait quitté sa famille, certes... mais le léger pincement au cœur habituel était contrebalancé par cette sorte d'excitation qui précédait l'action. Avant de partir, il avait pris soin de s'équiper de son Glock de service et de le glisser dans le holster à sa ceinture. Il avait également emporté des munitions, et son couteau de combat. Laissant tout le monde derrière lui après un rapide au revoir, il alla s'installer avec les autres dans le véhicule, qui avait fini par s'ébranler pour prendre le chemin de la vallée.
L'équipe était réduite. Quatre personnes seulement, ce qui n'était pas plus mal compte tenu de l'endroit où ils se rendaient. Tout en regardant le paysage neigeux défiler, l'agent fédéral réfléchissait à ce qui les attendait. Du temps où le stade était toujours debout, il avait accompagné les militaires au cours de quelques sorties, et il avait eu un aperçu de ce que le monde devenait. Les ravages occasionnés par les pillages ne lui étaient pas inconnus. Les armureries avaient été prises d'assaut, avec plus ou moins de succès. Qu'en serait-il de ce commissariat ? Ils le sauraient tôt ou tard.

Leur arrivée à destination se fit dans le calme, sans troubles quelconques. Mis à part trois créatures qui rôdaient près du commissariat et qui furent attirées par le bruit du moteur, il ne semblait y avoir personne dans les parages. En descendant du véhicule, les choses furent rapidement prises en main. Gary abattit un rôdeur d'une flèche dans l'oeil, suivi d'Arthur qui frappa le second à la temps à l'aide de son couteau. Lilou ne semblait guère pressée de les imiter, préférant s'abriter derrière Ethan alors que le dernier monstre s'approchait. Avec un calme mesuré et totalement appris, le jeune homme tira son couteau de combat avant de s'avancer à la rencontre de l'ennemi. Il frappa d'un coup aux jambes pour déséquilibrer la chose, avant de frapper à la temps tout en accompagnant le corps glacé dans sa chute. Il le déposa presque délicatement dans la neige, avant de se redresser. Son regard croisa celui du militaire.


« On ne sait pas ce qui nous attend à l'intérieur. Mieux vaut jouer la prudence.

Ethan observa le bâtiment silencieux, se demandant ce qu'ils allaient trouver. Il avait côtoyé quelques fois des commissariats locaux, dans le style de celui-ci. Il y avait un arsenal qu'il serait intéressant de piller, c'était pour cela qu'ils étaient là. Toutefois, bien des civils avaient dû se tourner vers là quand tout était parti de travers... En général, en cas de grosse crise, les gens se tournaient vers plusieurs lieux : les églises, les hôpitaux, et les commissariats. Mais alors, pourquoi tout était si... calme ? Ca avait quelque chose de dérangeant, qui tira un frisson au jeune homme. Ils n'allaient pas tarder à être fixés, après tout...
Il n'était de toute évidence pas le seul à se poser des questions, puisque Lilou demanda ce qui se passerait dans le cas où ils se retrouveraient séparés. L'agent fédéral consulta les autres du regard, avant de se prononcer d'un air songeur et mesuré.


- L'endroit n'est pas tellement grand... Je suppose qu'on devrait faire attention à rester groupés. »

Il était un habitué des missions en compagnie d'une équipe, dans laquelle chacun partait de son côté. Cela avait été son quotidien, dans sa profession. Mais là... il avait le sentiment qu'ils seraient mieux tous ensemble. Dans certains cas, l'union faisait la force. Et vu que l'endroit n'était pas trop étendu, ils ne mettraient pas énormément de temps à en faire le tour.


Welcome Hell
Il en a toujours été ainsi. Pour atteindre le Paradis, il faut connaître l'Enfer.  by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Maitre du Jeu
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 06/05/2013
Messages : 2943

MessageSujet: Re: Evergreen Ridge - Mission #2   Lun 14 Mar 2016 - 18:27




Mission #2
Lilou Black, Gary Warren, Arthur McLeod, Ethan Walker

Vous l’avez compris, la discrétion est de mise. Après avoir réglé le compte des trois putrides, vous pouvez enfin vous attaquer à votre cible. C’est l’occasion de jeter un coup d’œil à l’intérieur depuis une des fenêtres. Ce qui ne manque pas de vous arracher un sursaut, quand un nouveau macchabée s’écrase de l’autre côté de la vitre, dévoilant sa mâchoire claquante et ses mains décharnées. Vous espériez que ce serait tranquille ?

Vous devinez néanmoins que toutes les ouvertures de la rue – à savoir la porte d’entrée et les deux larges fenêtres qui l’encadrent – donnent sur un même hall. Dans le fond de la pièce, malgré la pénombre, il vous semble deviner un comptoir. Là où les policiers recevaient jadis les dépositions. Et sur la gauche, encore plus au fond, un couloir… Vous pouvez faire le tour du bâtiment, mais vous ne trouverez pas de meilleure issue. Vous avez ainsi deux possibilités pour entrer : trouver un moyen de forcer l’épaisse porte en bois, qui semble bloquée de l’intérieur, ou alors vous glisser par une des deux larges fenêtres, situées autour de cette dernière. En tenant compte bien entendu du compagnon qui vous attend à l’intérieur !

Cette affaire réglée, faites le tour du hall. Sans surprise, vous n’y trouvez pas grand-chose, il vous faut alors poursuivre la visite. Pour cela, vous prenez la direction du couloir, duquel quelques bruits sourds vous laissent penser qu’il y a peut-être d’autres infectés… Celui-ci est vaguement éclairé par une porte entrebâillée, qui donne sur un bureau. Quelques tables, des chaises en partie retournées, et de la paperasse, littéralement partout ! Il vous reste ainsi dans le couloir quatre portes closes. Un filet de jour se glisse sous deux d’entre elles. Plus loin, vous apercevez aussi un escalier qui descend au sous-sol.

La suite du plan ? A vous de le définir !


Informations

♦  Un seul rôdeur est présent dans le hall du commissariat. En relativement bon état, il porte un uniforme de policier, vaguement déchiré au niveau de la cheville. Il n’est pourtant apparemment pas seul dans le bâtiment. Difficile de définir pour l’instant combien il peut y en avoir d’autres et où ils sont.

♦ Lors de ce tour, définissez ensemble la manière d’entrer dans le commissariat, puis comment vous voulez procéder par la suite (quelles pièces vous voulez essayer d’ouvrir en premier, comment vous comptez évaluer le danger, etc). Pour cela n’hésitez pas à vous concerter dans votre sujet de mission. Lorsque le tour est terminé, signalez-le ici.

Lilou, puisque tu n’as pas dézingué de rôdeur au tour précédent, voilà un petit lancé de dé rien que pour toi ! En fouillant le hall, tu vas faire une découverte… inutile ou capitale ?
1 ou 2 : tu retournes un carton tombé par terre au pied d’une des fenêtres du hall. Ses bords contiennent du scotch. Il y ait écrit au gros feutre bleu et dans une écriture maladroite : « DANGER ! N’ENTREZ PAS !! ».

3 ou 4 : sur le comptoir, tu trouves une note. Quelques mots, gribouillés à la va-vite sur une feuille volante. Difficile de déchiffrer : « C’est f… En une sec…, ils sont … … des fous et plus personne n'… d… La plupart sont … … j’en ai … … autres … l’armur… J’… … mord… à la che…, il n’y a plus d’esp… Signé: Raul V…quez »

5 ou 6 : par bête curiosité, tu regardes le badge que le rôdeur à terre porte à la ceinture. Il s'appelait Raul Vasquez, il avait une petite quarantaine et d'après la photo, il était bel homme.
Revenir en haut Aller en bas
Gary Warren
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/09/2014
Messages : 902
Age IRL : 23

MessageSujet: Re: Evergreen Ridge - Mission #2   Lun 14 Mar 2016 - 18:59

Ils approchèrent tous les trois du commissariat, se plantant devant l'entrée après avoir regardé à l'intérieur. Ils avaient de la compagnie visiblement, mais pour l'instant pas énormément. Ce qu'il fallait, s'était s'en défaire vite avant qu'il n'en attire d'autre, si d'autre il y avait. Gary poussa un long soupir. S'il avait été tout seul, il aurait sans doute forcé la fenêtre pour se faire un passage et pour s'occuper de ce claqueur à la mord moi le zob coincé comme un con à l'intérieur. Mais fallait profiter du fait que justement, il ne l'était pas, qu'il avait de la main d'oeuvre avec lui, et que y'avait sans doute moyen d'en tirer avantage.

A ce propos, il se tourna vers son équipe et les regarda les uns après les autres. Deux fenêtres, longeant la porte. Il tira sur la poignée sans que ça s'ouvre, évidemment. Fallait pas s'attendre à autre chose. Serrant la mâchoire, il grogna un coup avant de revenir vers son équipe. Forcer la porte pourrait amener d'autres dans le coin, surtout s'il faisait du bruit. Sa spécialité, c'était bizarrement pas de forcer les serrures, mais surtout de les défoncer. Et comme tous étaient d'accord avec le fait que la discrétion, c'était le mieux, c'était pas le moment de faire tout l'inverse de ce qu'on voulait.

Lilou, distrais-le, ordonna l'homme en lui indiquant une des fenêtres plus loin. Il lui mima un tapotement, qu'elle pouvait faire contre la vitre, pour l'attirer et le garder concentrer sur elle.

C'était déjà un début. La petite avait de toute façon pas l'air spécialement motivé pour faire autre chose, et il se voyait pas l'envoyer dans la gueule du loup alors qu'elle rechignait à y mettre les mains. Ç'aurait été moche, semblait. Et comme à son teint pâle et ses yeux affolés, mêlé à son air pas du tout confiant, il se doutait qu'elle aurait pas envie d'être toute seule face à ce machin mort léchant la vitre où elle se trouvait, il lança simplement à l'agent du FBI :

Ethan, reste avec elle.

Histoire d'être sûr... Que si jamais elle faisait une crise d'angoisse, se barrait en courant, ils aient toujours une autre distraction pour pouvoir rentrer sans se faire mordre les fesses par le méchant de l'histoire. L'agent de la paix mort-vivant allait devoir se contenter d'un appat sous glace, alors que Gary se tournait vers le militaire qui restait en lui désignant une fenêtre à peine plus éloignée, qu'il fallait maintenant ouvrir :

Tu sais t'charger d'ça j'suppose, fit Gary à Arthur.

Sûrement que dans l'armée, y'avait sûrement un cours sur le comment s'introduire dans une maison pour zigouiller du méchant sans faire trop de bruit. En tout cas, Gary y comptait très fort.




Go tell that long tongue liar. Go and tell that midnight rider. Tell the ramblr, the gambler, the back biter. Tell'em that god's gonna cut'em down. You can run on for a long time, sooner or later, God'll cut you down.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Evergreen Ridge - Mission #2   Aujourd'hui à 23:19

Revenir en haut Aller en bas
 

Evergreen Ridge - Mission #2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» EVERGREEN RIDGE
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» Première mission
» Une mission pour changer la face d'Haïti !
» Libellé de la lettre officielle de démission du Commissaire Claudy Gassant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Abandonnés-