Partagez | .
 

 Hello World

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Auteur
Message
Thalia M. Caldwell
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/12/2014
Messages : 371
Age IRL : 25

MessageSujet: Hello World   Mer 24 Fév 2016 - 10:22

Les contractions duraient déjà depuis la fin des combats, la veille au soir. Les toutes premières avaient duré longtemps, à un rythme régulier, jusqu'aux environs de huit heures le lendemain matin. Puis, les choses s'étaient peu à peu corsées, après une sorte d'accalmie qui avait duré quelques peu. Ce moment de latence passé, les choses sérieuses avaient démarré. Durant les quatre heures qui avaient suivi, les contractions s'étaient faites bien plus longues et douloureuses. Plus rapprochées aussi, et gérer la douleur était devenu compliqué. Mais qu'y avait-il d'autre à faire ? Thalia avait encore pu bouger et se déplacer durant les premières contractions, les moins douloureuses. Elle avait dormi malgré tout, cédant à l'épuisement et à la détresse. Malheureusement pour elle, rien de tout cela n'était un cauchemar. En se réveillant, elle avait constaté que Morgan n'était pas à ses côtés. Il gisait toujours quelque part, froid, destiné à ne plus jamais être près d'elle. Avec cette constatation, son cœur se brisa une fois de plus. Elle n'était même plus capable de donner une quantité approximative de larmes qu'elle avait pu verser. Il lui semblait que son corps ne pourrait bientôt plus faire face. Croiser son reflet dans un miroir l'avait laissée indifférente, mais elle n'avait pu rater son air désespéré, son teint pâle, ses yeux rougis. Un triste spectacle.
En proie à la douleur des contractions qui s'étaient renforcées, elle dut rester au repos, et tâcher de contrôler son mal. Et son désespoir. Plus l'échéance se rapprochait, plus elle était certaine de ne pas vouloir accoucher. Elle ne pouvait pas, c'était impossible. Avec son mari, les choses auraient été différentes. Mais comment pourrait-elle faire face à cette maternité, seule ? Comment pourrait-elle supporter de regarder son bébé et d'y voir les traits de Morgan, tout en gardant dans un coin de son esprit que la seule raison qui avait privé cet enfant de son père, c'était sa propre faute ? La culpabilité était bien trop lourde à porter pour elle, cumulée au deuil. Un deuil qui serait terriblement long à faire. Et si elle donnait le jour à un garçon ? Son mari aurait été aux anges, mais il ne serait même plus là pour le voir. Il n'aurait plus l'occasion d'être fier de ce petit être qui verrait le jour. Non, décidément, elle ne pouvait pas accoucher. Et pourtant... avait-elle le choix ? Dans ses entrailles tordues par la douleur, qui se faisait de plus en plus cuisante, son bébé se frayait un chemin vers la sortie. Il voulait naître, et rien de ce qu'elle ne pourrait dire ou faire ne l'empêcherait d'atteindre ce but. Elle serait assujettie à un instinct millénaire, et ne pourrait rien faire d'autre que de l'aider à voir le jour, même si elle pensait devenir folle d'angoisse à cette pensée. Et les douleurs dans lesquelles elle était plongée n'étaient qu'un avant-goût de ce qu'elle subirait bientôt.

Finalement, vers midi, la zoologiste perdit les eaux. Cela se manifesta comme une soudaine sensation de sentir quelque chose craquer en elle. Puis, le liquide s'était déversé, inondant son pantalon, détrempant ses cuisses. Les choses sérieuses avaient commencé, et il était temps de se mettre au travail. Le souffle coupé par la violence d'une contraction, elle ne put que se résoudre à rejoindre l'infirmerie. Jessie, qui ne s'était guère éloignée d'elle, la soutint, l'aidant à marcher jusqu'au lieu dit sans faillir. Depuis que le pire était survenu, la jeune fille s'était révélée dans tout son courage. Elle avait déjà manifesté un grand potentiel en faisant face lorsque son petit ami avait disparu pour ne plus jamais revenir. Mais la rouquine était définitivement quelqu'un de fort. La future mère aurait eu bien du mal à s'en tirer sans elle, depuis que tout s'était effondré. Elle avait également reçu l'aide bienveillante d'un certain nombre d'autres réfugiés... à tous, elle leur était redevable. Infiniment.
Non sans mal, elles parvinrent à rejoindre l'infirmerie. Comme dit, comme Morgan l'avait souhaité, Ian était celui qui devait procéder à l'accouchement. C'était sans doute bête, mais c'était important pour Thalia. En se tournant vers quelqu'un d'autre, elle aurait eu l'impression de trahir une fois encore son mari défunt. Pourtant, nul doute que Bateson ou d'autres auraient été compétents pour l'assister. En mettant finalement la main sur l'urgentiste, il n'y eut pas besoin de grands discours pour faire comprendre que le moment était venu. La jeune femme parvint toutefois à articuler une phrase un brin tendue.


« J'ai perdu les eaux. Ca va être pour bientôt. »

Au moins, elle était au clair sur ce qui l'attendait. Elle en aurait pour quelques heures encore, avant la délivrance. Même si, pour le coup, cette dénomination ne lui semblait plus vraiment appropriée... Toute la hâte qu'elle avait pu ressentir à faire enfin la connaissance de son bébé s'était évaporée depuis la veille, pour laisser place à une terreur sourde qui détruisait tout sur son passage. Néanmoins, elle se laissa conduire jusqu'à la pièce où tout allait se dérouler. Elle prit place presque docilement sur la table médicale, se calant dans le dossier relevé. Les dernières heures seraient les plus intenses... et elle aurait besoin d'énergie et de courage. Son regard croisa celui de Jessie, qui n'avait pas l'intention de s'écarter d'elle. Heureusement pour elle, elle ne serait pas seule.


Never go back
L'espoir, c'est vouloir quelque chose. La foi, c'est croire en quelque chose. Le courage, c'est faire quelque chose.  by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Ian F. Lennon
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 21/11/2015
Messages : 847
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Hello World   Mer 24 Fév 2016 - 17:17


Hello World
PV : Thalia M. Caldwell
Ce n’était pas le boulot qui manquait ses derniers temps. L’assaut de la rébellion avait fait beaucoup de blessés. Certains étaient dans un état vraiment critique. Si bien qu’il avait oublié la signification du mot dormir. Heureusement, il avait trouvé du café ce qui permettait de le maintenir éveillé. Il aurait bien aimé trouver une blouse blanche de médecin, mais il n’y en avait pas parmi le matériel médical. Il c’était contenté de surveiller les malades et refaire les bandages de chacun. Lorsqu’il n’avait rien à faire, il se posait dans un coin et regardait sa jambe blessée avec une sorte de dégout.

Il s’en voulait d’avoir sa jambe dans un sale état, il en avait pour trois bons mois de convalescence. Vu comment il maltraitait sa jambe, il devrait certainement attendre encore un long moment. Cependant, il n’en avait rien à faire de lui. Maintenant, qu’il avait une béquille, et qu’il pouvait se promener presque comme il voulait son but était simple soigner et sauver toutes les personnes présentes dans l’infirmerie. Il ne pouvait pas admettre un échec. Il avait ordonné à Jared d’aller se coucher pendant que lui continuait à veiller au grand dans son infirmerie. Bateson était présent lui aussi, heureusement c’était un bon médecin. Il n’était pas aussi corrompu par les militaires que ce que l’urgentiste pensait. Il n’avait pas vraiment eu l’occasion d’avoir de discussion avec lui, mais maintenant qu’ils travaillaient ensemble aux rétablissements des survivants il en était autrement.

Ils avaient fait de leur mieux pour qu’il ait toujours quelqu’un de présent et d'éveillé dans l’infirmerie. La première nuit avait été longue. Il avait finalement pu dormir un peu entre quatre et dix heures du matin. Le sommeil avait été compliqué à trouver, il repensait sans cesse aux gens qu’il avait tués avec son arme à feu dans la soirée. Il s’en voulait tellement, il devait trouver Rosie pour en discuter avec elle. Il se sentait si sale, mais c’était une question de vie ou de mort, il recommencerait sans hésiter une seule seconde s’il avait le choix. Rien n’était trop beau pour elle, même s’il devait tuer des gens. Son cœur était lourd, c’était la première fois qu’il avait le temps de repenser à ça, avec toute la tension autour des blessés, il n’avait pas eu le temps de penser à lui et c’était mieux ainsi.

Il avait pu manger un morceau et se laver un peu avant de retourner sur le front, enfin c’était une guerre bien différente que celle avec les armes à feu. Elle était plus complexe, il s’agissait de réparer un maximum de dégât. Il avait entendu la veille que Thalia avait quelque contraction, bien plus nombreuse qu’avant lorsqu’il lui avait nettoyé le bras. La blessure était superficielle et n’avait même pas nécessité un point. Il ne s’était pourtant pas attendu à la voir arrivée en compagnie de Jessie après avoir perdu les eaux. L’accouchement était donc plus proche que ce qu’il avait pensé.

Il n’avait pas fallu beaucoup de temps à Ian pour émerger et prendre les choses en main. Il avait accompagné la femme jusqu’à un lit et l’avait fait s’installer. « Bon déjà Thalia, ne vous inquiétez pas, tout va bien se passer. Alors, détendez-vous et écoutez-moi. On va faire de notre mieux Jessie et moi pour que tout se passe le mieux possible pour vous et le bébé. Maintenant vous allez vous installer le mieux que vous pouvez sur ce lit et attendre. » Il avait pris l’habitude de vouvoyer ses patients, il avait beau connaitre la jeune femme, il continuait c’était une façon de prendre de la distance, mais aussi de la rassurer. Pour le moment, il savait que le col n’était pas assez ouvert et qu’il devrait attendre un moment. Il préparait déjà tout ce dont il avait besoin pour prendre soin du bébé et le nettoyer. Il y avait une table juste à côté du lit et elle serait certainement très utile.



☩ Walking Down On The Road So Far ☩

Mes AnnexesIan écrit en #990000

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Thalia M. Caldwell
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/12/2014
Messages : 371
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Hello World   Mer 24 Fév 2016 - 21:06

Visiblement, Ian avait pris les choses en main sans tarder, et sans trop douter de lui. Après tout, il le lui avait dit il y a un certain temps déjà : il avait plus d'un accouchement à son actif, depuis qu'il travaillait aux urgences. Sans doute bien plus que les médecins militaires, si on y pensait... En somme, Thalia était dans les meilleures mains possibles. Et pourtant... la peur continuait à la tenailler, à la taillader à vif. Elle ne put s'empêcher de sombrer dans une crise d'angoisse, durant les heures qui suivirent son installation. Elle eut d'ailleurs tout le temps d'en profiter. Jusqu'à ce que son col soit suffisamment dilaté pour laisser passer le bébé, il se passa encore trois bonnes heures. Les contractions s'intensifièrent encore, devenant à la limite du supportable. La jeune femme avait clairement l'impression qu'elles s'enchaînaient désormais sans plus lui laisser le temps de souffler. Elle ne pouvait faire autre chose que de patienter en serrant les dents, entre les visites du médecin qui venait vérifier l'avancée de son état. Jessie restait près d'elle, comme une infirmière attentionnée, une sentinelle dévouée. Elle lui apportait à boire, l'aidait à aller aux toilettes en cas de besoin, lui épongeait le front en prenant ainsi le relais de Lysbeth, qui s'en était vaillamment acquittée la veille...
La zoologiste se sentait mal, tant moralement que physiquement. Elle était couverte de sueur en raison de la douleur et de l'effort déjà demandé à son corps, mais dans le même temps elle frissonnait, et elle avait les mains et les pieds glacés. Elle était l'image même de la détresse, totalement perdue, apeurée, sans plus de confiance en elle. Perdue dans son deuil. Le jour qui aurait pu être le plus beau de sa vie s'était mué en véritable cauchemar... et elle pensait sérieusement qu'elle en était la seule responsable. Alors que son col ne tarderait plus à être prêt pour les choses sérieuses, la jeune femme se laissa aller à pousser un petit gémissement plaintif, sous le coup d'une contraction particulièrement douloureuse. Jessie réagit en s'approchant d'elle.


« Je n'y arriverais jamais...

Déjà battue avant de combattre. Cela ne lui ressemblait guère. Pourtant, ce n'était pas si étonnant dans une telle situation. Face à une douleur difficile à appréhender, il était normal de baisser les bras... Thalia ferma les yeux alors qu'ils s'étaient remplis de larmes. Elle sentit le linge humide que la jeune fille lui passa sur le front, le visage, la gorge. En rouvrant les paupières, elle découvrit le visage ferme de la rouquine. Elle semblait résolue, et croyait bien plus en l'avenir qu'elle-même. Un instant, la future mère ressentit une bouffée de honte. Son amie sortait à peine de l'adolescence, elle avait déjà tout perdu dans cette épidémie : parents, petit ami... Et pourtant. Elle se montrait terriblement adulte, faisant face avec un courage étonnant.

- Bien sûr que si. T'es une battante, tu me l'as montré depuis que je t'ai connue. Ca va bien se passer.

La zoologiste n'eut pas le cran de répliquer. C'était plaisant à entendre, mais elle ne se sentait pas à la hauteur de la tâche pour autant. Mais tout cela ne cesserait qu'au moment où son bébé serait né. Quelle que soit l'issue de l'accouchement, par ailleurs... Elle avait l'impression de le sentir pour de bon se frayer un chemin vers la sortie. Comme si un poids conséquent s'était déjà déplacé en elle, ce qui était indéniablement le cas. Dans le même temps, une contraction encore plus violente que les autres la traversa, et elle ressentit d'instinct une forte envie de pousser. Elle ne put faire autrement qu'y répondre, y mettant déjà ses premières forces. Difficile de ne pas s'en rendre compte, et Jessie s'écarta d'un pas pour l'observer. L'espace d'un instant, la jeune femme put voir quelque chose passer sur le visage de celle qui la soutenait depuis le début. Un brin d'angoisse et de peur face aux choses qui se précipitaient. Cela rappela immédiatement l'âge qu'elle avait. Mais ce ne fut qu'un instant, le temps que contraction et poussée s'estompent. Dès que la future mère poussa un long soupir en expirant, elle se rapprocha pour lui essuyer à nouveau le visage.

- Ca y est ? Ca... ça commence ?

Thalia opina, les mâchoires scellées par l'approche d'une nouvelle contraction. La dernière étape venait de commencer. C'était maintenant que tout allait se jouer. Les choses sérieuses étaient là pour de bon, et il allait falloir faire face. Ce qui frappa le plus la jeune femme, ce fut l'intensité de la douleur qui lui coupait le souffle à chaque fois. Elle ne pouvait qu'espérer que la fin du travail serait bref. Il était déjà quinze heures passées, et cela faisait déjà dix-neuf heures que les premières contractions étaient apparues. Elle sentait d'instinct qu'elle n'était pas au bout de ses peines. Jessie l'abandonna subitement, pour aller chercher Ian et le prévenir qu'on aurait désormais besoin de lui sans plus de pause. Le cœur battant et une lueur un peu paniquée dans le regard, la rouquine ne perdit pas de temps en arrivant près de lui.

- Ian je... je crois que ça y est. Y a quelque chose qui a changé. »

Elle se mordit les lèvres, hésitant à le tirer par la manche pour qu'il la suive. Puis, elle renonça, sachant qu'il viendrait sans tarder, et elle fila à nouveau auprès de la future mère. Même si elle redoutait un peu ce qui allait se passer, la jeune fille ne se sentait pas capable de la laisser seule.


Never go back
L'espoir, c'est vouloir quelque chose. La foi, c'est croire en quelque chose. Le courage, c'est faire quelque chose.  by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Ian F. Lennon
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 21/11/2015
Messages : 847
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Hello World   Jeu 25 Fév 2016 - 13:47


Hello World
PV : Thalia M. Caldwell
Ian continuait de faire la navette entre Thalia et les autres patients. La première partie de l’accouchement avait commencé depuis quelques heures maintenant. Le col de l’utérus était en train de se dilater pour laisser la place au bébé de sortir. Il ne pouvait rien faire pour le moment, si ce n’est attendre. Il avait fait de son mieux pour rassurer la femme enceinte, mais il n’était vraiment pas doué pour ça. Jessie était à son chevet. Il lui avait donné quelques instructions entre deux patients. Ses mains seraient sans doute très utiles, puisqu’il boitait toujours avec sa jambe cassée. Il ne pouvait pas se déplacer comme il voulait.

Il faisait de son mieux pour être présent pour chacun de ses patients, mais il savait qu’il devrait tout lâcher lorsque le travail s’intensifierait et que les deux femmes auront besoin de son soutien. Il n’était pas sorti de l’infirmerie pour le moment et savait très bien qu’il n’aurait pas de repos tout de suite. Une fois encore, il prit une tasse de café à l’intérieur d’un thermos, il était tiède et absolument immonde, mais il n’avait rien de mieux à boire. Il savait que c’était indispensable s’il voulait être en pleine possession de ses moyens pendant l’accouchement.

Jessie le tira de sa torpeur alors qu’il buvait sans rien dire le contenu de sa tasse. Visiblement, la seconde partie de l’accouchement avait commencé. Elle ne semblait pas vraiment sûre d’elle, mais en même temps, il pouvait la comprendre, elle n’y connaissait rien. « J’arrive une seconde. » Il ne se le ferait pas répéter deux fois, il avala sans réfléchir le reste du café d’une traite, heureusement qu’il n’était plus très chaud. Attrapa sa béquille et jeta la tasse dans l’évier plus loin. Il la nettoierait plus tard. Pour le moment il y avait une urgence de taille.

C’est presque en sautant à cloche-pied qu’il arriva à côté de Thalia. Elle semblait au bout de sa vie. Il ne pourrait jamais comprendre la douleur d’un accouchement, mais tout ce qu’il avait appris en théorie sur cette période semblait une fois de plus justifier. Ne pouvant pas rester stable en équilibre sur un pied. Il s’installa comme il le put le plus près possible de la brune. Il posa une main sur son ventre et sentit l’instant d’après une première contraction. « Jessie restait près d’elle, jusqu’à présent vous avez fait un travail formidable, je compte sur vous pour continuer. Thalia, vous allez pousser quand je vous le dirais. En attendant, il va falloir respirer le plus profondément possible. » Il fallait que le bébé descende le long du vagin de la brune, c’était la partie la plus longue de l’accouchement.

Il savait qu’il en avait pour plus d’une demi-heure de travail. Lorsqu’il sentait le ventre de la Thalia durcir sous sa main il lui indiquait qu’il fallait pousser à ce moment précis. Il ne savait pas du tout quelle taille ferait le bébé, mais il espérait qu’il ne serait pas trop gros et qu’une épisiotomie ne serait pas nécessaire. La brune avait déjà beaucoup de soucis à se faire. S’il pouvait lui éviter ça, ce serait déjà bien. Il déplaçait sa seconde main pour surveiller l’avancée du bébé. Il sentait l’épuisement se faire sentir chez la femme enceinte. Lors de chaque contraction, le sommet du crâne commençait un peu plus à se rapprocher de la sortie.

Il faisait de son mieux pour être encouragent. Il n’avait jamais porté autant de casquettes qu’aujourd’hui en même temps. Lui qui d’habitude ne parlait pas faisait de son mieux pour transmettre le maximum d’information. « Je vois le sommet de son crâne, normalement dans quatre ou cinq contractions la tête sera sortie. C’est le plus dure après, il ne faudra plus que quelques minutes pour dégager son corps. » C’est le moment le plus difficile et douloureux qui attendait la zoologiste. Il n’avait pas envie de lui dire, mais il se doutait qu’elle l’avait compris toute seule. La prochaine contraction était pour bientôt, il se tenait prêt.



☩ Walking Down On The Road So Far ☩

Mes AnnexesIan écrit en #990000

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Thalia M. Caldwell
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/12/2014
Messages : 371
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Hello World   Ven 26 Fév 2016 - 23:08

Ian arriva juste à temps pour prendre en main les choses sérieuses qui avaient commencé. Thalia avait l'impression que son corps entier était déjà au bout de tout ce qu'il était possible d'éprouver... et pourtant, son bébé était encore loin d'être né ! Le plus dur restait à faire, et cette pensée la vidait définitivement de toute forme de courage. Et pourtant, elle répondait d'instinct lorsque sa volonté de pousser se manifestait. L'arrivée de l'urgentiste, ramené par Jessie, tomba à point nommé. Il prit place auprès d'elle sans tarder pour mieux avoir un aperçu de la situation. Tremblante mais en même temps le corps couvert de sueur, la jeune femme le sentit poser une main sur son ventre torturé. Elle le savait dur comme la pierre, alors même qu'elle sentait que son bébé avait nettement progressé en elle. Lorsqu'il lui annonça qu'il lui donnerait le signal du moment de pousser, elle acquiesça doucement. Jessie s'approcha avec un verre d'eau pour la faire boire un peu, et la future mère en profita pour le vider d'un trait avant de lui adresser un regard reconnaissant.
L'instant de répit fut bref. Bientôt, un signal de la part de Ian accompagna une contraction bien sentie, profonde et particulièrement douloureuse. Avec un grognement de souffrance, la zoologiste mit de la force dans une poussée. La douleur explosa comme des paillettes dans son champ de vision, l'éblouissant aussi sûrement que si elle avait regardé en plein dans le soleil. Elle avait l'impression que sa tête allait éclater. Par ailleurs, ses entrailles étaient au supplice. Elle aurait même juré avoir senti son bébé se déplacer encore avec cette poussée.

Elle eut encore à se battre durant un bon bout de temps. Pour une première naissance, le processus était long. Près de deux heures passèrent, rythmées par les instructions de l'urgentiste et les efforts de Thalia pour aider son bébé à progresser vers la sortie. Mais plus le temps passait, plus elle s'épuisait. Elle avait l'impression que jamais elle ne parviendrait au bout de cet accouchement. La douleur était constante, lancinante. Le bas de son corps était presque engourdi, tout en la faisant souffrir à la fois, dans un paradoxe des plus étranges. Sa respiration était hachée, et elle tâchait de son mieux de procéder aux petits halètements qu'on lui avait enseignés lors de ses quelques cours de préparation à l'accouchement. Par moments, le désespoir la submergeait à nouveau. La mort de Morgan l'anéantissait, la cueillait au creux de l'estomac comme un coup de poing sournois. Des larmes coulaient sur son visage, sans qu'il soit possible de savoir si elles étaient causées par ses souffrances physiques, par ses tourments psychologiques, ou par l'épuisement. Lorsqu'elle voyait Jessie près d'elle, elle avait du mal à ne pas penser que son mari aurait dû se trouver là à sa place, dans l'ordre logique des choses.
Deux bonnes heures s'écoulèrent. Il était un peu plus de dix-sept heures. La zoologiste tremblait, lorsque la voix de Ian s'éleva à nouveau, pour lui annoncer que tout serait bientôt terminé. Il voyait la tête du bébé apparaître. La future mère comprit également autre chose. Si la douleur l'avait harcelée depuis des heures déjà, c'était loin d'être fini car le pire était à venir. Au moment de la délivrance, elle avait toutes les chances du monde d'avoir une belle déchirure, et le passage du petits corps allait être atrocement douloureux. Le pire, c'était sans doute qu'elle se sentait vidée de toutes ses forces. Cela durait depuis bien trop longtemps. Les traits tirés, marqués par la souffrance, la tristesse et la fatigue, elle était pâle et couverte de sueur. Des mèches de ses cheveux sombres et en désordre collaient à sa peau moite. Ses yeux étaient rougis et cernés. Elle avait la nette impression de se retrouver à mi-chemin d'une montagne trop haute à escalader, sans plus aucune possibilité de faire marche arrière, mais sans être pour autant capable de grimper ce qui lui restait à faire. Elle avait sans doute trop présumé de ses capacités... Dans le monde tel qu'il était avant l'épidémie, elle s'en serait sans doute sortie, mais là...


« Je n'y arriverai pas. Je... je n'en peux plus. C'est trop dur. » articula-t-elle dans un sanglot.

Sa bouche était sèche et pâteuse. Thalia sanglotait, sans que des larmes ne perlent à ses yeux. À croire qu'elle avait déjà versé tout ce qu'il était humainement possible de faire. Et pourtant, son corps répondit d'instinct à une contraction par une poussée qui la fit se redresser sur ses coudes, alors que la douleur la traversa comme une subite décharge électrique. Elle sentait nettement la tête de son bébé s'engager pour de bon vers la sortie, être tout près de la délivrance... Mais dès la fin de la contraction, elle se laissa retomber en arrière, haletante. Elle ferma les paupières sur des yeux brûlants, comme lorsqu'elle était sous le coup d'une bonne fièvre. Elle n'en était même pas à déblatérer toutes ces choses rageuses que certaines femmes lâchaient dans sa situation. Que si elles avaient su, jamais elles ne seraient tombées enceintes. Que c'était la dernière fois qu'elles couchaient avec quelqu'un... Non, la zoologiste n'avait même pas la force ni la volonté de se rebiffer de la sorte. Jessie lui parla, mais elle n'entendit pas. C'était comme d'avoir la tête dans un aquarium. Son monde se limitait à la douleur et aux contractions. Malgré ses dires, elle poussa lorsque arriva la suivante, puis celle d'après, et d'encore après... A chaque nouvelle tentative, elle avait de plus en plus l'impression de se vider de son énergie vitale. Et pourtant.
Elle sentit finalement la tête sortir pour de bon. Plusieurs nouvelles poussées furent nécessaires pour dégager les épaules, point culminant et souffrance ultime de cette délivrance. La jeune femme avait vaguement conscience qu'on l'encourageait. Ses oreilles bourdonnaient, et elle n'entendait pas. Elle avait l'impression de se tenir debout au bord d'un précipice, et de s'apprêter à sauter. Une toute dernière fois, puisant dans les ultimes forces qui lui restaient, elle poussa, tout son corps se tendant et s’arquant sous l'effort. Et, soudain, tout se termina. Elle sentit un poids quitter son corps pour de bon, dans cette ultime poussée accompagné d'un hurlement de pure douleur. Des larmes perlèrent au coin de ses yeux, et elle se laissa retomber sur la table médicale, haletante, fermant les yeux alors que la tête lui tournait. Dans la pièce résonnèrent soudain des cris. Les pleurs de son bébé, plein de vigueur, qui prenait son tout premier bol d'air.


Never go back
L'espoir, c'est vouloir quelque chose. La foi, c'est croire en quelque chose. Le courage, c'est faire quelque chose.  by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Ian F. Lennon
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 21/11/2015
Messages : 847
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Hello World   Sam 27 Fév 2016 - 13:38


Hello World
PV : Thalia M. Caldwell
Il faisait de son mieux pour rester le plus serein possible. Il sentait par moment le regard de Jessie pesait sur lui. Il se rendait bien compte qu’elle avait un rôle tout aussi important que le sien dans cet accouchement. Elle était là pour soutenir la pauvre Thalia. Ian se rendait bien compte que c’était tout simplement horrible pour la femme de mettre au monde un bébé qui avait perdu son père la veille. Elle devait être simplement détruite psychologiquement. Physiquement ça ne devait pas non plus être la joie puisque son corps était en train de se tordre de douleur. Il ne pouvait rien faire de plus protéger son corps de la douleur.

Ian avait de la peine pour sa patiente qui était en train de craquer psychologiquement. Il compatissait à sa douleur, mais ne pouvait rien faire, il écoutait les encouragements de Jessie, cette fille à du cran et elle sait y faire. Il devrait certainement lui proposer de lui donner un coup de main à l’infirmerie. Ce qu’elle était en train de faire aujourd’hui était tout simplement fantastique. Il se sentait obligé de rajouter quelque chose, mais ses mots sonneraient certainement creux en comparaison des siens. Il ne savait même pas si la brune était capable d’entendre ce qu’il lui disait. Elle était en transe, sa peau était toute transpirante et son corps tremblait. Rien n’était anormal, l’effort qu’elle était en train de fournir était simplement colossal.

Il sentait doucement l’enfant se déplacer à l’intérieur du ventre de la future mère et il ne manquait plus grand-chose pour que le bébé puisse enfin voir le jour. « Mais si ! Il ne faut pas baisser les bras. En tout cas, je sais que vous y arriverez. » De toute façon, elle n’avait pas vraiment le choix. Son corps faisait tout le travail tout seul sans que vraiment elle puisse agir à son encontre. Cependant, le mental c’était vraiment important, elle devait être convaincue que c’était dans ses cordes. Il savait bien que ce n’était pas facile et qu’il n’y a pas douleur plus horrible que celle d’un accouchement. Même les blessures par balle qu’il avait soignées toute la journée hier étaient de la rigolade en comparaison.

L’urgentiste l’avait prévenue que les futures contractions seraient les pires. Faire sortir la tête du bébé n’était pas une mince à faire. De son côté, il ne pouvait pas faire grand-chose pour l’aider. Il fallait que la nature fasse son œuvre et ce n’est pas toujours évident. Il hésitait à lui faire une jolie entaille pour faciliter la sortie du bébé, mais visiblement, il n’y en avait pas besoin, la tête semblait sortir sans trop de problèmes. Pour le moment impossible de dire, s’il s’agissait d’un garçon ou d’une fille, mais il ne faudrait plus attendre longtemps pour le découvrir. Chacune des contractions suivantes semblait détruire un peu plus les espoirs de Thalia, il avait remarqué que toute volonté était en train de la quitter doucement, malgré tous les efforts de Jessie.

Finalement, la tête était sortie, il ne fallait plus que quelques efforts afin que les bébés sortent définitivement. La dernière ligne droite était arrivée, il s’était emparé d’une des couvertures qu’il avait posées non loin pour envelopper le bébé dedans. Encore une contraction et les épaules de l’enfant étaient sorties c’était certainement le plus douloureux pour la jeune maman. L’effort de la brune n’était pas vain, elle venait de mettre au monde une petite fille. « Jessie prend les ciseaux derrière toi et coupe le cordon. Laisse quelques centimètres quand même. » C’était toujours compliqué la première respiration chez le nouveau-né. Cependant, les cris de l’enfant ne tardèrent pas à se faire entendre, preuve qu’il était en pleine santé.

Ils avaient réussi tous les trois. Non pas qu’il doutait que ce bébé vienne au monde, ou qu’il avait peur, mais il savait que ce ne serait pas simple pour tout le monde. « Vous êtes maman d’une charmante petite fille. Vous avez déjà des idées pour le prénom. » Il finissait de nettoyer la gamine avant de la poser délicatement sur le ventre de Thalia. Il n’avait pas envie de cacher le moment en parlant du placenta qu’il devrait retirer dans une trentaine de minutes grâce à de nouvelle contraction. Alors il préférait ne rien dire et reculer un peu.



☩ Walking Down On The Road So Far ☩

Mes AnnexesIan écrit en #990000

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Thalia M. Caldwell
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/12/2014
Messages : 371
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Hello World   Dim 28 Fév 2016 - 1:30

La douleur s'estompait doucement. Un peu trop lentement, mais suffisamment pour que Thalia comprenne la signification du mot « délivrance ». Tout son corps tremblait d'épuisement. Elle avait à la fois chaud et froid. Pire que tout, elle se sentait... perdue. Vidée, dans tous les sens du terme. Jessie lui essuyait le visage en murmurant fébrilement des choses qu'elle ne comprenait pas. Selon toute logique, elle aurait dû se sentir... soulagée. Heureuse. Son bébé vivait, et de toute évidence il était en forme, même si elle ne l'avait pas encore vu. Et pourtant... elle avait la sensation de se noyer. C'était sans doute l'explication la plus proche de son ressenti actuel.
Ian s'occupait du bébé, après avoir demandé à la rouquine de couper le cordon. Un geste qui aurait dû revenir à Morgan. La gorge de la jeune maman se serra violemment, presque au point de lui donner la nausée. Aussitôt après, la jeune fille revint près d'elle pour s'en occuper avec dévotion. Les paupières toujours closes, la zoologiste sentit ses mains qui tremblaient en tenant le linge. Trop d'émotions. Comme sortie de nulle part, la voix de l'urgentiste se fit entendre. Une fille. Son bébé était une petite fille. Les choses se compliquèrent quand elle sentit qu'on la posait sur son ventre. Cela la força à ouvrir les yeux, en même temps qu'elle se figeait, comme paralysée.

Sa fille pleurait toujours, réclamant sa mère à grands cris. Elle était enveloppée dans une couverture et gigotait un peu. Sa peau n'était même pas tout à fait sèche. Son crâne était recouvert de fins cheveux bruns. Quant à ses yeux... impossible de savoir quelle était leur couleur, car la petite les gardait résolument fermés. Thalia crut que son cœur allait arrêter de battre. Submergée par l'émotion, elle n'osait plus esquisser le moindre mouvement. Elle avait tellement attendu. Neuf longs mois, et tellement d'épreuves qui avaient été surmontées pour en arriver là ! Ce bébé avait été tellement désiré... et maintenant...
La jeune femme aurait dû prendre sa fille dans ses bras, contre elle. Cette toute petite chose soudainement arrachée à la douce chaleur de son ventre pour être propulsée dans un monde froid et dangereux. Son bébé. Sa petite Evelynn. Et malgré tout cela, elle se sentait tout bonnement incapable d'agir. Sa gorge se serra plus que jamais, et ses yeux se remplirent de larmes. Pas des larmes de joie, comme on aurait pu s'y attendre... Perdue, elle leva les yeux vers Jessie, avant de les poser sur Ian qui s'était mis en retrait. Puis, son regard revint vers le nouveau-né.


« Evelynn...

Sa lèvre inférieure trembla, et ses mots s'étranglèrent dans sa gorge. Cette fois, les larmes se mirent à couler pour de bon, en quantité. Elle fut envahie par une foule de sentiments. La mort de Morgan, la veille, la frappa à nouveau de plein fouet. Et elle se rendit compte d'une chose : elle était totalement incapable d'élever leur fille seule. En temps normal, cela aurait déjà été compliqué, mais là... Elle n'en aurait pas la force. Entre son deuil et le terrible monde dans lequel ils vivaient désormais... Tous les jours, elle pourrait constater l'absence de son mari en voyant ses traits sur le visage de la petite. Elle ne se sentait pas de taille à affronter une telle épreuve. Par ailleurs, elle n'avait aucune expérience dans le domaine. Apprendre avec Morgan aurait été facile, mais toute seule ce n'était pas possible.
En larmes, la jeune femme se détourna. Elle ne prêtait même pas attention aux contractions plus légères qui avaient repris, préparant son corps à éjecter le placenta. Les pleurs du bébé retentissaient toujours, alors que la petite appelait en vain sa mère. Celle-ci secoua la tête, désespérée mais résolue. À la manière des femmes qui décidaient de confier leur bébé à la naissance à un orphelinat, elle rejetait totalement sa fille. Quelqu'un d'autre pourrait sûrement s'en charger. Un sanglot déchirant la secoua. Elle avait envie de se rouler en boule dans un coin et de se laisser aller à sa fatigue, son désespoir et son chagrin. Avec toutes les difficultés du monde, elle parvint à articuler une phrase d'une voix hachée.


- Non... Je ne veux pas. Je ne peux pas... »

Jessie posa sur elle un regard horrifié, de totale incompréhension. Thalia qui se faisait une telle joie de voir naître son bébé seulement quelques jours ou semaines auparavant, la voilà qui rejetait totalement sa fille ! Nul besoin d'être psy pour comprendre qu'elle sombrait purement et simplement dans une dépression... et il était difficile de ne pas la comprendre. Seulement, son bébé était là. La petite Evelynn, qui vivait ses premiers instants dans le monde, et qui se voyait refuser l'amour et la présence de sa mère. Elle n'avait pourtant rien demandé, et surtout pas à venir au monde. La décision de la jeune maman semblait toutefois irrévocable...


Never go back
L'espoir, c'est vouloir quelque chose. La foi, c'est croire en quelque chose. Le courage, c'est faire quelque chose.  by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Hello World   Aujourd'hui à 10:32

Revenir en haut Aller en bas
 

Hello World

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» CNN: Food prices rising across the world
» Vente Elysien Forge World (GI)
» Rock My World
» Forge World
» Nouveauté Forge World

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-