Partagez | .
 

 Wild Hunt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Auteur
Message
Ethan J. Walker
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/12/2013
Messages : 744
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Wild Hunt   Sam 24 Sep 2016 - 11:18

Ethan sentait le froid le gagner, commençant par ramper depuis le dessous de son corps, et plus particulièrement le long de ses jambes. Celle qui était blessée, surtout, lui semblait peu à peu se changer en glace. En plus de la douleur, il sentait une sorte de froid intérieur qui grimpait jusqu'à son genou, gagnant peu à peu du terrain. Un effet de la douleur, et une étrange réaction du corps humain à une blessure. Des frissons s'insinuaient sur sa peau. Curieusement, il avait la sensation que sa blessure était chaude, presque bouillante. Peut-être à cause du sang, qui maculait peu à peu son bandage de fortune. Il ne savait pas combien de temps celui-ci tiendrait s'il devait marcher ou courir.
Le jeune homme ressentait le besoin de bouger, de faire circuler le sang dans ses membres qui s'engourdissaient alors qu'il était assis sur cette branche. Mais évidemment, c'était impossible. Le froid se faisait de plus en plus mordant. Il se frictionna les bras à travers son manteau, cacha quelques instants sa bouche et son nez dans son écharpe tout en humectant ses lèvres. Il avait l'impression de ne plus sentir son nez ni ses oreilles. Alors qu'il était en train d'observer l'ours qui se balançait d'avant en arrière d'un air impatient, Gary lui demanda comment allait sa jambe et s'il serait capable de marcher.


« Je vais essayer. De toute façon, il faudra bien qu'on s'en aille à un moment ou à un autre.

L'agent fédéral jeta un œil à son bandage teinté de rouge. À vrai dire, il ne savait pas ce que cela donnerait s'il tentait de marcher. Pour l'heure, la douleur était sourde, insidieuse, rampante, comme si un serpent de feu louvoyait à travers sa jambe. S'il sollicitait le muscle, il y avait fort à parier que la douleur se réveillerait et qu'elle frapperait avec la férocité d'un piège à ours. D'ailleurs, en parlant de cela... Ethan n'avait jamais été pour ce genre de pratiques, mais dans l'urgence dans laquelle ils se trouvaient, cela les aurait bien aidés. Quoi qu'il en soit, au moment de mettre les voiles, il ferait de son mieux, il supporterait la douleur. Parce qu'il n'était pas question de baisser les bras. Ce qui ne l'empêchait pas de ressentir une certaine appréhension à cette idée. Courir dans la neige épaisse pour semer un ours et de potentiels rôdeurs, le tout avec une jambe déchiquetée... Il avait connu des tableaux plus encourageants.
Alors qu'il réfléchissait à ses capacités d'endurance dans ces conditions, Gary déclara qu'il allait attirer des rôdeurs, malgré les risques que cela présentait. Ethan voulut d'abord lui dire de ne pas faire ça, mais il se ravisa avant même d'ouvrir les lèvres. Ils n'avaient pas beaucoup d'options devant eux, et le temps passait. Même sans être convaincu, il hocha finalement la tête.


- Fais comme tu le sens. J'espère qu'il n'y en a pas trop qui traînent dans le coin. Et qu'ils ne suivront pas nos traces si je perds encore du sang.

Les morts-vivants n'avaient pas énormément de capacités. En revanche, ils réagissaient à l'odeur du sang, et ils étaient capables de la suivre tant qu'ils la sentaient. Avec la neige, ils seraient considérablement ralentis... mais ils restaient inépuisables. Il était tout à fait réaliste d'envisager qu'ils puissent suivre les traces jusqu'au camp, et même au-delà si cela s'avérait nécessaire. L'agent fédéral espérait bien que le froid et la neige aient suffisamment engourdi les créatures pour que cela ne devienne pas un problème.
Le jeune homme se retourna lentement sur son perchoir, histoire de se mettre dans une position qui lui permettrait de descendre sans attendre lorsque la voie serait libre. Il tâcha toutefois de garder une prise suffisante sur l'arbre pour ne pas dégringoler si d'aventure l'ours décidait de secouer à nouveau le tronc pour les faire tomber comme des fruits mûrs. Une fois installé, il prit une inspiration avant de s'adresser à Gary.


- Tu peux y aller quand tu es prêt. Je vais suivre le rythme.

Il était déterminé à le faire. Et puis, le chasseur avait raison : ils ne pouvaient pas rester là éternellement. Au bout d'un moment, il leur fallait faire un choix entre les différentes perspectives de mort qui s'offraient à eux... s'ils n'arrivaient pas à se débrouiller pour survivre. En bas de l'arbre, l'ours avait remarqué le mouvement, et comme s'il se doutait que quelques chose se préparait, il se remit à faire le tour de leur perchoir de son pas lourd, sa grosse tête dodelinant de droite et de gauche. De la fumée s'échappait de son mufle à chaque expiration. Ethan avait cru qu'un prédateur ne perdrait pas son temps ainsi avec des proies hors de portée. Après tout, l'économie de temps et d'énergie était fondamentale dans le monde animal. Celui-ci faisait exception, pour une raison qui lui échappait. De même s'il pensait que le plantigrade aurait dû dormir à cette époque de l'année... Les rôdeurs déréglaient définitivement tout. Aucun doute qu'ils avaient perturbé son sommeil, pour le plus grand malheur des deux survivants.

- Tu comptes t'y prendre comment ? Tu as un plan ? »

Après tout, l'agent fédéral n'avait aucune idée sur la question. Ce ne serait sans doute pas si mal d'avoir quelques informations supplémentaires, histoire de se tenir prêt à réagir et de ne pas se laisser surprendre. Il fallait mettre les meilleures chances de leur côté.


Welcome Hell
Il en a toujours été ainsi. Pour atteindre le Paradis, il faut connaître l'Enfer.  by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Gary Warren
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/09/2014
Messages : 902
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Wild Hunt   Sam 24 Sep 2016 - 12:37

Bon, Ethan était prête, c'était déjà ça. Puis commençait sérieusement à peler, alors ça l'arrangeait pas mal qu'il se décide à se sortir les doigts du cul. Pas qu'il faisait vraiment preuve de si mauvaise volonté, mais la patience de Gary était usé depuis un moment et puis pour tout dire, il avait sacrément envie de se barrer d'ici. Regardant l'ours allait et venir, mais jamais vraiment s'éloigner, et tenant compte du fait que la neige allait forcément les ralentir... Tenter une percée sans distraction était du suicide. Alors, Ethan avait pas vraiment le choix sur le reste, attirer des rôdeurs était leur seule chance de salut, si ça ne devenait pas au passage leur perte. Toute façon, le leader d'Evergreen Ridge avait plus grand chose à perdre dans son esprit, et ça lui faisait pas bien peur de crever. P't'être que comme ça, il serait avec Rose et Norman. Que tout ça serait bien plus chouette qu'un monde hostile où il se pelait sévèrement les couilles.

Le seul truc pour lequel ça l'emmerdait, c'était pour Clint, son chien. Laisser ce sale cabot lui pinçait le cœur, mais à côté de ça, il savait que Joey ferait de son mieux pour l'élever, et s'en occuper, parce qu'il y tenait aussi à cette boule de poil. Clint avait été jusqu'ici un compagnon plus humain que pas mal d'hommes sur cette foutue planète alors... Alors il méritait sa place sur un trône et qu'il soit heureux le reste de sa chienne de vie. « J'vais leurs chanter une chanson. » Déclara Gary en regardant Ethan avec une mine impassible et très sérieuse. Monsieur FBI allait avoir droit à admirer ses prouesses vocales en la matière. Puis de ce côté, Gary était pas à plaindre. Pas de niveau d'Arthur, hein, mais son timbre était pas dégueulasse, et puis avec la bonne chanson, ça passait toujours bien.

Du coup, il choisit avec soin la dite chanson. Il se sentait proche des mots de Johnny Cash, et sa décision se porta naturellement sur Hurts. Parce que ça reflétait sa mentalité, la vision qu'il avait de son monde, p't'être même le fait qu'il vivait sur un tas de merde et que du coup bah c'était de circonstances. Se raclant la gorge, l'homme testa son coffre pour être sûr que ça portait assez loin. Il eut droit à son écho, un peu surpris par la manœuvre, mais pas mécontent du tout. Lui manquait p't'être bien qu'une guitare mais il allait pas la pondre ici. « I hurt myself today, to see if I still feel. I focus on the pain, the only thing that's real. » Chantonna-t-il avec force, fixant l'ours en dessous qui en faisant autant avec lui. Les paroles se déroulèrent doucement, couvert par le ténor de Gary, et un accapela tout personnel. Battant la mesure avec son pied sur la branche, il vit l'ours s'asseoir sur son cul en regardant vers eux, comme lassé et attentif à la fois. Gary eut un petit rire amusé par la situation. Au moins, il avait un auditoire.

« What have I become, my sweetest friend. Everyone I know goes away in the end. » Refrain entamé, il ferma les yeux en s'adossant au tronc un peu mieux. Le froid le faisait trembler, mais il ne se découragea pas. Malgré des années à fumer clopes sur clopes, Gary avait du souffle, de l’endurance. Il était taillé pour ce monde. Et se geler les couilles, même si c'était pas agréable, ça lui faisait absolument pas peur dans les faits. « And you could have it all, my empire of dirt. I will let you down. I will make you hurt. » Et voilà qu'il se laissait aller à des hmmm profonds. Comme s'il était tout seul, ou comme s'il n'y avait que Rose pour l'écouter. « If I could start again. A million miles away. I would keep myself. I would find a way. »

Un grognement. Chanson finie, et voilà que ça avait attiré un autre public. Gary aurait pu s'applaudir lui-même, hein, mais il était pas si orgueilleux. « Oh salut Sunshine ! » Lança-t-il à la morte qui traînait le pas vers eux. D'abord un regard vide et morne vers eux, puis vers le très gros ours. « Merci d'te joindre à nous. » Fit-il avec une pointe de sarcasme. Ses yeux bleus se portèrent sur l'animal, qui se releva finalement en grognant à son tour. Un autre râle dans la forêt. Et un autre. Hinhin. « Tu ferais bien d'te casser mon gros. » Conseilla-t-il avec une mine avisée et si l'ours se sentit chaud sur l'instant pour aller bouffer du mort, l'odeur le fit renoncer surtout quand la morte en question n'avait pas l'air décidé d'en avoir quelque chose à foutre de perdre un bras ou deux.

L'ours hésita, avant de renoncer avec raison. Mais la morte, elle, ne sut sur qui se concentrer... Alors bon. C'était toujours mieux une morte et quelques autres, qu'un ours. Gary lança un petit regard à Ethan. Il y allait. Il allait défoncer un crâne ou deux, récupérer son arbalète, et il serait temps de se barrer.




Go tell that long tongue liar. Go and tell that midnight rider. Tell the ramblr, the gambler, the back biter. Tell'em that god's gonna cut'em down. You can run on for a long time, sooner or later, God'll cut you down.
Revenir en haut Aller en bas
Ethan J. Walker
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/12/2013
Messages : 744
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Wild Hunt   Sam 24 Sep 2016 - 23:26

Ethan s'était attendu à beaucoup de choses, mais certainement pas à ce que Gary se mette à pousser la chansonnette pour attirer un groupe de rôdeurs. Sur le coup de la surprise, il l'observa en haussant les sourcils, les yeux légèrement ronds. Il n'avait pas vraiment cru qu'il allait le faire. Mais bon, c'était une façon de faire comme une autre, et après tout cela leur éviterait de gâcher des balles. Il garda le silence, écoutant la mélodie que chantait le chasseur. En toute honnêteté, il avait une voix plus que correcte. De toute façon, les morts-vivants n'étaient pas mélomanes. Une corne de brume aurait eu le même effet. Mais une chanson était bien plus agréable pour des oreilles humaines.
Dans un premier temps, il ne se passa rien. Mis à part l'ours qui les observait sans ciller de ses petits yeux noirs et brillants, il n'y avait personne d'autre pour profiter de la mélopée. Un nouveau frisson causé par le froid grimpa le long de la colonne de l'agent fédéral. Il ouvrit et ferma plusieurs fois les doigts pour tâcher de faire circuler le sang, et pour lutter contre l'engourdissement. C'était surprenant à quel point les gants devenaient insuffisants lors d'une exposition prolongée au froid. Un léger tremblement s'emparait de ses membres. Pour le moment, l'ours était toujours là, à les observer, comme s'il jouait à une étrange épreuve de patience.

Et puis, à peu près à la fin de la chanson de Gary, un rôdeur fit son apparition. De sexe féminin apparemment, légèrement vêtue avec une simple nuisette tachée de sang et d'humeurs répugnantes. La créature se mouvait avec gaucherie et lourdeur, pataugeant dans la neige avec difficulté, mais avançant malgré tout inexorablement. C'était cela qui les caractérisait. Cette soif inépuisable de chair qui les faisait se mouvoir sans jamais se fatiguer. Alors que le chasseur narguait la nouvelle venue, celle-ci leur adressa un regard vide avant de s'intéresser à l'ours. Celui-ci adopta immédiatement un comportement agressif, se redressant de toute sa taille pour faire face au danger et déployer ses manœuvres d'intimidation. L'arrivée de nouveaux rôdeurs coupa court à cette tentative. Le plantigrade considéra que le jeu n'en valait pas la chandelle. Il aurait sans doute pu envoyer valser les morts-vivants et s'en débarrasser, mais cela voulait dire qu'il devait prendre un risque. Et un bon prédateur savait faire le calcul de la prise de risque et des chances qu'il avait d'en tirer un bénéfice.
Au moment où l'ours abandonna la partie, tournant les talons pour s'enfoncer dans les bois enneigé, trois rôdeurs l'avaient remplacé au pied de l'arbre. Ils marquèrent un temps d'hésitation, avant de renoncer à suivre l'animal. Il fallait maintenant que les survivants composent avec leur présence, et s'en défassent pour pouvoir descendre et fuir. Gary ne perdit pas de temps. Après un simple regard échangé avec l'agent fédéral, il entreprit de descendre pour s'occuper des créatures. Ethan le regarda faire, avant d'entreprendre lui aussi la descente.

L'adrénaline en moins, l'engourdissement dû au froid en plus, l'entreprise fut bien plus complexe que le fait de se hisser sur les branches. Tout d'abord, le jeune homme devait parvenir à descendre sans prendre appui sur sa jambe blessée. S'il le faisait et que la douleur le submergeait, il risquait de lâcher. Et il voulait limiter les risques de chute. Il tâcha de prendre appui sur les branches, de s'assurer au mieux au tronc. Il dérapa une fois ou deux, se rattrapant à la dernière seconde. Malgré le froid, il sentait la sueur couler sur son front en raison des efforts qu'il déployait.
Son dernier dérapage fut le dernier. Cette fois, Ethan ne put retrouver de prise à laquelle se raccrocher, et il fit une courte chute avant de s'étaler dans la neige. En atterrissant sur sa jambe blessée, il ne put retenir un cri de douleur, se crispant machinalement en se repliant vers sa blessure. Il dut se reprendre sans attendre, conscient du fait que tout cela allait attirer un rôdeur vers lui, au moins. Il se retourna laborieusement, parvenant à se mettre à genoux, le souffle un peu court. Lorsqu'il voulut se mettre debout, en revanche, sa jambe refusa de le porter.

L'un des macchabées s'était effectivement intéressé à lui. Alors qu'il se débattait pour parvenir à se lever malgré la douleur, l'agent fédéral se trouva nez à nez avec la créature glacée et décomposée qui tendant les bras vers lui en râlant. Il eut un mouvement de recul qui eut pour effet de le faire s'étaler le dos dans la neige, se retrouvant bientôt avec le corps putride sur lui, cherchant à le mordre. Une poussée d'adrénaline l'envahit, en même temps qu'une furieuse envie de vivre et de se battre. Il repoussa la chose avec un bras en travers de sa poitrine, luttant pour éviter la morsure, alors que son autre main tâtonnait pour attraper son couteau. Il finit enfin par mettre la main dessus, alors que son bras tremblait sous la pression du corps qui le harcelait. Il parvint à dégager sa lame et à la planter dans la tempe du rôdeur, qui s'effondra sur lui. Pendant un instant, il n'eut plus la force de bouger. Il sentait l'humidité de la neige imprégner peu à peu ses vêtements, diffusant le froid. Il savait qu'il devait se relever, s'assurer qu'il n'y avait pas d'autres créatures dans le coin, donner un coup de main à Gary. Mais là, l'espace de quelques instants, il se sentait juste épuisé, vidé. La tête lui tournait, et il était incapable de bouger. Il lui fallait juste deux minutes de repos, de quoi se ressaisir...


Welcome Hell
Il en a toujours été ainsi. Pour atteindre le Paradis, il faut connaître l'Enfer.  by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Gary Warren
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/09/2014
Messages : 902
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Wild Hunt   Dim 25 Sep 2016 - 1:47

« On continue en chanson ! » Lança Gary en tombant souplement dans la neige. Pas le temps d'attraper son arbalète pourtant à quelques mètres qu'un rôdeur était déjà sur lui. Ils commençaient progressivement à se rassembler autour d'eux, se rapprochant inexorablement de leurs positions. Rien d'ingérable selon lui, tant qu'il se laissait pas aller. Gants en main, l'homme prit les devants pour se charger du mort en face de lui. Ni une ni deux, il choppa le cadavre par le cou pour le balancer quelques mètres plus loin. Destabilisé, et pas bien vif, il n'eut même pas le temps de lui attraper le bras encore moins de mordre. « Mama take this badge from me ! » Il glissa bêtement et se rétama avant que Gary n'en profite pour venir se mettre sur lui. Les deux pieds au niveau des bras qu'il immobilisa, il se baissa juste pour chopper la tête à deux mains et l'éclater contre la glace qui recouvrait le sol.

Vite, la neige se teinta d'un rouge sombre et odorant, et l'homme passa à autre chose. Il fit la distance jusqu'à son arbalète, mais sans pouvoir la charger et l'armer, il envoya la crosse dans le nez d'un mort trop proche de lui, répétant l'opération à plusieurs reprises : « I can't use it anymore, It's getting dark too dark to see, Feels like I'm knockin' on heaven's door! » Le crâne éclata finalement, et là Gary eut la chance d'armer sa flèche pour la planter dans l'oeil d'un troisième s'approchant de trop près d'Ethan. « Knock-knock-knockin' on heaven's door ! » L'agent du FBI ne semblait pas du tout au moins de sa forme, et pas besoin d'être un expert pour le remarquer. Si d'autres approchaient de leurs positions, il allait être temps pour eux de décamper rapidement d'ici.

« Allons princesse, c'est pas le moment de se reposer ! » Fit l'homme, un poil sarcastique en s'approchant de lui. Il l'attrapa par le bras pour le remettre sur ses jambes, avant de comprendre qu'il était trop faible, et peut-être en état de choc, pour pouvoir avancer. Merde. Merde, merde, merde. Bon. L'essentiel était de pouvoir au moins trois secondes le faire tenir sur ses jambes. Gary réfléchit vite, aidant l'agent du FBI a tenir sur ses pieds malgré la douleur. Il lui colla l'arbalète entre les bras en exigeant qu'il la tienne bien, et...

Il se baissa d'un coup pour passer un bras entre les jambes de l'homme, et le souleva avec le pouvoir magique de l'adrénaline pour le mettre sur ses épaules. Son autre bras passa près de l'épaule de Ethan pour pouvoir le tenir contre sa nuque. La position était pas super idéale, mais pour décamper très vite. En tout cas, Gary ne se fit pas prier pour partir rapidement. Même s'il portait le poids de deux hommes, il réussit à mettre de la distance assez vite avec les rôdeurs. Ça laissa le temps à Ethan de reprendre ses esprits...

Mais il devait bien admettre une chose : Putain, Monsieur FBI, il faisait son poids. Allez savoir si c'était les desserts de Brooke ou les muscles qui rajoutaient du kilos, mais Gary en menait clairement pas large. Et si pour l'instant il marchait comme un sportif olympique russe piqué au béton grace à l'adrénaline, il était pas certain de pouvoir faire long feu plus longtemps dans cet état. Il glissa à moitié dans la neige en dévalant une pente, ça allait plus vite, il gardait un équilibre précaire mais qui tenait le coup, et en arrivant en bas du dénivelé, il se stoppa et se planta derrière un arbre pour y déposer son passager.

En tout cas, dès qu'il fut libre de ses mouvements, Gary tomba le cul dans la neige et se fit pas prier pour se plaindre : « J'vais pas faire ça jusqu'au campement, va falloir t'reprendre. »




Go tell that long tongue liar. Go and tell that midnight rider. Tell the ramblr, the gambler, the back biter. Tell'em that god's gonna cut'em down. You can run on for a long time, sooner or later, God'll cut you down.
Revenir en haut Aller en bas
Ethan J. Walker
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/12/2013
Messages : 744
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Wild Hunt   Dim 25 Sep 2016 - 23:40

Ethan sentait l'air froid lui piquer les voies respiratoires alors qu'il inspirait et expirait bruyamment sous le coup de la douleur. Il mobilisa ses forces et passa ses bras sous le cadavre qui l'écrasait à demi. Il parvint à repousser le poids mort en le faisant rouler sur le côté. Cela eut le mérite de libérer son abdomen de la pression, et de faciliter sa respiration. Durant tout ce temps, Gary avait réglé le problème des autres créatures, et il s'approchait à présent de lui. Le jeune homme le fixa du regard, tâchant de ramasser par sa volonté les bribes de ses forces. Il n'aurait pas cru que cette blessure allait autant lui saper ses réserves. Là haut, dans l'arbre, tout cela lui avait semblé bien moins terrible. Douloureux, certes, mais surmontable. Le fait est qu'il était incapable de prendre convenablement appui sur sa jambe.
En réponse à la tirade du chasseur, il lui fit une ombre de sourire crispé. Alors qu'il tâchait de se relever, Gary lui attrapa le bras pour l'aider à se remettre sur pieds. La tâche fut malaisée et complexe. Dès qu'elle avait à supporter le poids du blessé, sa jambe se mettait à trembler avant de lâcher. Il serait tombé à nouveau s'il n'avait bénéficié d'une aide et d'un appui. Intérieurement, il enrageait devant son incapacité à avancer. Il ne pouvait se permettre de rester là, faible et impuissant.

La question ne se posa pas plus longtemps, puisque Gary lui colla son arbalète entre les mains avant de le hisser en travers de ses épaules, comme un berger des temps anciens avec un agneau... ou alors comme un sac de pommes de terre encombrant. Si tout en l'agent fédéral se rebella devant ce geste, car il se refusait à être un fardeau, il dut admettre que pour l'heure il n'avait pas le choix. Cela le gênait horriblement, il aurait voulu pouvoir aller de l'avant, se montrer utile, mais les coups furieux qui le lançaient dans sa blessure l'en dissuadaient aussitôt. Il tâcha donc de se faire le moins lourd possible, si tant est que ce fusse envisageable. L'essentiel pour l'heure, c'était de s'en tirer, et donc de mettre un maximum de distance entre les rôdeurs et eux.
Dans cette position, Ethan n'avait pas tous ses repères, et il ne sut dire au juste la distance qui fut parcourue dans ces conditions. Jusqu'au moment où le chasseur dérapa dans une pente, avant de déposer son fardeau derrière un arbre en parvenant en bas. L'agent fédéral profita de la présence du tronc pour s'y accrocher et maintenir autant que possible une position verticale. S'il s'asseyait, il savait qu'il aurait les plus grandes peines du monde à se relever. Il baissa ensuite les yeux vers Gary, qui était assis dans la neige en l'exhortant à continuer par lui-même. Hochant la tête, il le remercia.


« Merci...

En relevant le regard, le jeune homme eut une idée. Il lui faudrait un appui pour avancer et compenser celui que sa jambe ne pouvait lui donner. Heureusement, ils étaient dans une forêt, et ils pourraient compenser avec les moyens du bord. Se mettant à clopiner maladroitement, parfois à cloche-pied dans la poudreuse, il se mit en quête d'un bâton suffisamment grand et solide pour faire office de béquille. N'ayant pas les outils adéquats pour couper une branche basse, il prit le parti de farfouiller au pied des arbres, en espérant y trouver des chutes. C'était souvent facile à dénicher.
De fait, il ne tarda pas à trouver son bonheur dans un amoncellement neigeux entre des buissons de ronces. Ramasser la branche lui demanda quelques acrobaties pour réussir à se pencher sans perdre l'équilibre, et il dut jouer avec la présence du tronc d'arbre pour y parvenir. Au final, il se retrouva avec le bâton qu'il lui fallait, suffisamment grand et solide pour faire son affaire. Il le cala maladroitement sous son bras et tenta de faire quelques pas. Ce n'était pas aussi confortable qu'une béquille, mais cela remplissait son office. Dans la poudreuse, la fatigue allait jouer, mais au moins il serait mobile, et ils pouvaient rentrer au camp. Il revint auprès de Gary, tapotant de sa main libre le morceau de bois qu'il tenait contre lui.


- Je pense que ça devrait faire l'affaire. On n'a pas mieux, mais au moins ça me soutiendra. Je vais tenir le coup jusqu'au camp. »

Ethan jeta un regard circulaire autour d'eux. Il espérait sincèrement qu'ils n'étaient pas suivis à la trace par des rôdeurs. Son bandage s'était humidifié lorsqu'il était tombé dans la neige, puis raidi en gelant. La morsure du froid sur sa blessure était douloureuse. Mais surtout, il continuait à perdre du sang, en petites quantités fort heureusement. De petites gouttes vermeilles parsemaient parfois la neige lorsqu'elles tombaient du bandage imprégné. Un simple morceau de tissu déchiré et noué ne faisait après tout pas l'affaire sur une plaie profonde qui nécessitait la pose de points de suture...


Welcome Hell
Il en a toujours été ainsi. Pour atteindre le Paradis, il faut connaître l'Enfer.  by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Gary Warren
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/09/2014
Messages : 902
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Wild Hunt   Lun 26 Sep 2016 - 0:07

Merci. Hochement de tête. Gary avait pas grand chose à rajouter, tout ça l'avait un peu épuisé fallait dire. Puis, il râlait un peu de la tournure qu'avait pris les choses, un peu comme si Ethan était une sorte de porte-poisse. Il y retournerait seul la prochaine fois, surtout parce qu'au moins y'avait pas de soucis quand on comptait que sur soi même. Puis... Gary avait pris l'habitude de se morfondre dans sa déprime presque utile lors de ses parties de chasse, et devoir être interrompu par un type qu'il pouvait pas encadrer, mais qu'il était obligé de ramener vivant, c'était pas foufou.

Ethan fit ce qu'il devait faire pour continuer à avancer. Le leader le vit fouiller dans un buisson pour en tirer une grande branche morte qui ferait l'affaire pour lui faire un appui. Fallait maintenant continuer à avancer au mieux. Juste le temps pour l'homme de reprendre son souffle pour de bon et se remettre d'aplomb. T'façon, il leur faudrait repartir assez vite, vu que les rôdeurs termineraient par les retrouver. A l'odeur du sang que monsieur FBI laissait derrière lui. Pas cool.

Il se releva finalement en serrant la machoire. Hissant son arbalète sur son dos, la partie de chasse avait été largement compromise, et ils rentraient les mains vides, avec un blessé de surcroit. Brooke allait p't'être pas lui faire une tête au carré, mais nul doute qu'elle serait pas très contente de l'état dans lequel son mari revenait. Pour peu qu'elle pense en plus de ça que c'était de sa faute... Alors que merde ! Il lui avait chanté deux chansons quand même ! C'était vachement sympa de sa part... Et il était bien le seul à pouvoir se vanter de ça ici, à Evergreen Ridge.

Et ils mirent du temps à retrouver le campement. Heureusement que Gary était très bon en orientation, qu'il était capable de remonter une piste, de se repérer, tout ça. Ethan était pas fameux dans ça, parce qu'il avait pas encore l'habitude... Mais fallait dire que, quand tout gamin, papa te balance dans la forêt avec une arbalète et rien d'autre pour survivre, t'as plutôt tout intérêt à savoir compter tes doigts et à trouver ton nord tout seul.

Finalement, ils regagnèrent le campement après quinze pauses, un temps à rallonge, et une brève discussion pour pas se décourager. Et après s'être fait faire les gros yeux par la brune d'Ethan, par Tam qui le voyait revenir sans bouffe, par à peu près tout le monde peut-être sauf Clint, Gary gagna sa chambre et s'effondra sur son lit.

Et pour la première fois depuis des semaines, l'homme dormit pour de vrai.

FIN




Go tell that long tongue liar. Go and tell that midnight rider. Tell the ramblr, the gambler, the back biter. Tell'em that god's gonna cut'em down. You can run on for a long time, sooner or later, God'll cut you down.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Wild Hunt   Aujourd'hui à 2:49

Revenir en haut Aller en bas
 

Wild Hunt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

 Sujets similaires

-
» The Hunt for Gollum
» Baptême de Wild Cloud
» Sarah Wild
» alignement wild du minnesota saison 10
» The Hunt for Gollum

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-