Partagez | .
 

 Snow globe P.V. Flann

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Auteur
Message
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Snow globe P.V. Flann   Sam 27 Fév 2016 - 20:44

J'avais toujours su qu'il ne fallait pas s'arrêter à l'apparence de quelque chose ou de quelqu'un, mais à ce moment précis tout ce bousculait dans mon esprit. Lorsque le géant de fer avait prit la parole en s'adressant à ma petite personne, j'aurais crus qu'un petit garçon se trouvait devant moi. Un enfant de très grande taille et à la carrure loin d'être rassurante et ce fut sans doute se petit détail qui m'empêchais de le prendre dans mes bras pour lui faire comprendre que sa petite erreur n'avait pas eus de conséquence dramatique et lui faire promettre de ne jamais recommencer, mais j'avais la crainte de voir mes os se briser surtout s'il venait à me rendre mon geste d'affection. En tout cas, je ne ressentais plus la moindre colère envers le géant de fer.

Je savais que je ne le connaissais pas du tout puisque je venais de le rencontrer, mais il y avait une fragilité qui se dégageait de lui que j'avais toujours un peu de mal à concevoir malgré le fait que je le détectais. Un petit quelque chose d'attendrissant serait sans doute la meilleure manière de décrire cela. Il me proposa aussi de partir avec l'ensemble de la nourriture qui se trouvait rassemblée sur le comptoir, mais je n'avais pas l'intention de partir comme cela en le laissant se débrouiller bien que j'en avais envie. Je le regardais pendant qu'il se mouvait avec lourdeur dans la boutique tout en souriant. Je ne savais pas pourquoi ce rictus se trouvait sur son visage brutal, mais j'espérais que ce n'était pas parce que je commençais à le prendre dans une sorte de compassion que je ne savais pas trop identifier avec exactitude.

Je lui rendis son sourire tout en prenant soin de rester sur mes gardes pour ne pas me faire avoir si cela s'avérait être un piège. Je reculais de quelques pas avant de me tourner vers l'endroit où se trouvait la nourriture avant de partager en deux. Il y avait quelques boite de conserve contenant des légumes et cela me fis hésiter à toutes les prendre, mais j'en pris que deux avant de laisser les deux autres au géant de fer. J'allais avoir assez de nourriture pour trois ou quatre jours avec ce que j'avais dans les mains. Ayant laissé le sac sur le sol non loin du géant, je dû y retourner pour les y ranger. Une fois que cette action fut faite, je me redressais pour me trouver au plus haut par rapport au géant avant de prendre la parole :


- Ne comptez pas sur moi pour tout embarquer surtout que je ne me suis pas fatiguée à rassembler ces quelques boites. J'ai pris ma part et je vous ai laissée la votre sur le comptoir. Pour ce qui est du conseille de vos amis, je trouve qu'il est assez judicieux surtout que vous ne semblez pas à l'aise avec la prudence.

Il est vrai que de mon côté, j'aidais les autres aussi souvent que possible depuis que je me suis retrouvée seule et sur la route, mais je reste tout de même prudence en laissant se débrouiller toutes les personnes pouvant se débrouiller seul face au danger. Je sais que parfois cela est plus dangereux qu'autre chose, mais je ne voulais pas m'endormir ou me réveiller avec l'idée que le fait que je n'ai pas intervenue est la cause de la mort d'une personne. Le monde était assez pourris comme cela. Il faut dire que les Malades étaient de plus en plus nombreux à se balader sur les routes. Je n'avais plus vraiment peur de l'individu de grande taille qui se trouvait être ma compagnie du moment et il allait le rester encore un peu.

En effet, des bruits de Malade se firent entendre dans la rue quelques secondes avant que des coups soit frappé avec force. Je ne savais pas pas vraiment s'il était produit par un corps saint ou non, mais les râlements étaient trop nombreux pour prendre le risque de vérifier. Maintenant que le géant avait permis le nettoyage de la petite réserve, il allait nous permettre de nous cacher des Malades qui commençaient à s'accoler aux vitrines de la boutique. Je savais que si nous ne faisions pas de bruit, il y avait une grande possibilité qu'ils partent par le même chemin que celui qu'ils avaient pris pour nous atteindre ou continuer tout simplement leur route. Je m'approchais du géant de fer avant de prendre la parole en chuchotant le plus bas possible :


- Allons nous abriter dans la pièce ou se trouvait les Malades.

Je ne pris pas la peine d'attendre de voir si le géant allait me suivre ou non pour commencer à avancer vers le lieu que je venais d'indiquer à l'homme de grande taille. Je ne fermais pas la porte en y entrant, car la fermer deux fois de suite pourrait être une source importante de bruit. Mais à cet instant, une crainte grandit en moi. Je me demandais assez fortement si le géant de pierre n'avait pas l'intention de m'enfermer dans la pièce sans issue.
Revenir en haut Aller en bas
Bobby Smith
Lost Angels
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 02/11/2015
Messages : 1589
Age IRL : 39

MessageSujet: Re: Snow globe P.V. Flann   Lun 29 Fév 2016 - 21:07

Dame- Ne comptez pas sur moi pour tout embarquer surtout que je ne me suis pas fatiguée à rassembler ces quelques boites. J'ai pris ma part et je vous ai laissée la votre sur le comptoir. Pour ce qui est du conseille de vos amis, je trouve qu'il est assez judicieux surtout que vous ne semblez pas à l'aise avec la prudence.

Le monstre de foire ramassa alors les conserves qu’ils restaient bien en évidence sur le comptoir. La honte chutait sur les épaules massives de l’homme à un point tel que les puissants muscles semblaient incapables de soutenir la culpabilité. La tête basse, un air abattu sur l’horrible faciès qui lui servait de visage, Robert farfouillant de ses grandes mains rugueuses les cartons éventrer sur les tablettes. Aucune conviction ne menait réellement les recherches disons aléatoires de la bête. Il mit toutefois la main sur des chandelles et une lampe de poche frontale, trouvailles qui pourraient apporter un peu de lumière sur ce monde de ténèbres. Des cognements répétitifs commencèrent à se produire à l’extérieur. Le mastodonte releva la tête, une lueur d’angoisse et surtout de colère traversa le bleu si pur des yeux du colosse. Les méchants qui mordent les avaient retrouvés. Comme pour confirmer les soupçons du géant difforme, un chœur de gémissements et de râles affamés agressa l’ouïe de l’erreur de la nature. Toutefois une voix agréable, un chuchotement des plus furtifs dans le tintamarre des phalanges acérées qui cherchaient une faille dans les parois du bâtiment, procura un apaisement ainsi qu’une chance de rédemption inespérée.

Dame- Allons nous abriter dans la pièce ou se trouvait les Malades.


La silhouette gracile se décala alors vers la réserve. La dame avait le pied sur et surtout une agilité sidérante. Deux compétences complètement hors de portées du colosse que chacun des pas faisait grincer le parquet. Bientôt les deux êtres vivants furent dans l’entrepôt du magasin. Robert ferma la porte et le maelstrom chaotique des goules fut réduit à un murmure distant.  Mais seule la lampe de poche de Robert, mince faisceau de lumière blanchâtre combattant vaillamment une obscurité totale, procurait au duo mal assorti un semblant de lumière. Un étouffement, un malaise d’inconfort flottèrent quelques instants dans le cœur rapiécé du golem de chair. Mais la longue habitude de travailler au fond d’une mine redonna l’assurance voulue au chainon manquant.  Un chuchotement très peu discret, ayant la résonance de deux pierres qui s’entrechoque allégrement.

Robert – Euh… Madame vous avez de la lumière? Je viens de trouver une lampe de front vous la voulez?

Baissant un peu vers le sol son immense poitrail pour fouiller de sa main malhabile dans la poche de son pantalon, les yeux du colosse s’agrandirent sous la gifle d’une vision peu ragoutante. La forme en putréfaction avancée d’un croisement entre un homme et une momie desséchée et ensanglantée rampait péniblement sur le sol cimenté de l’entrepôt. La goule presque entièrement dévorée se pouvait que de se servir qu’une main pour essayer d’apporter une maigre pitance à un organisme de digestion totalement absent. Les ergots effilés d’os de la main de la goule s’approchèrent alors de la botte de la dame en face de l’homme difforme. La jeune femme pouvait remarquer à cet instant un changement dans l’attitude de u mineur. Une résolution et une confiance nouvelle s’imprimèrent de force sur les traits atypiques de la bête de cirque. Partit l’être gêné, parti l’humain en quelque sorte. Le protecteur était aux commandes de cette machine phénoménale et il l’utiliserait au maximum de sa capacité. Tout ceci pour ne protéger qu’une personne projetée dans cet enfer. Poussant avec fermeté, mais douceur, la jeune beauté au regard cuivré fut poussée hors de la trajectoire de l’attaque désordonnée de la créature d’outre-tombe. Un petit regard d’excuse de la part du géant et celui-ci se plaça entre la mort et la gracile dame.

Dès que la douce dame fut éloignée de la menace, Robert se dirigea alors vers la monstruosité qui essayait de se relever. Prenant l’aberration par le collet de sa chemise à moitié déchiré, Bobby plaça sa mâchoire au niveau du rebord métallique de la lourde étagère. Aussitôt il se redressa et avec son talon démesuré, il frappa à l’arrière du crâne de la goule. Le premier coup fit disloquer la mâchoire, casser les mandibules et faire pénétrer le métal dans la cavité buccale du mort-vivant. Voyant que la pathétique parodie de vie bougeait encore, le colosse refit la même attaque dévastatrice. Mais cette fois l’étagère métallique s’enfonça profondément dans le crâne de l’âme en peine. Se tournant vers la dame qui le regardait, Robert fit un petit sourire à la fois triste et mélancolique. Une peine s’inscrit alors dans son regard bleuté et il parla avec les accents de la vérité et d’une innocence encore intactes.

Robert- Je n’aime pas me battre… Euh… Mais je ne veux pas que les gentilles personnes soient blessées, madame… Euh…  Moi c’est Bobby ou Robert. Excusez-moi de vous avoir aidé…Euh... Je ne voulais pas que le méchant vous fais mal.


Tendant timidement la lampe frontale, Robert regarda la salle avec des yeux neufs. Des cartons intacts de nourritures et d’équipements étaient posés sur les étagères métalliques. Des vêtements et des produits divers que les morts-vivants n’avaient pas utilisés vu leur état cadavérique. Une porte dans le fond avec de l’entrepôt était même surmonté d’une inscription « Sortie de secours ». Un sourire tout à fait joyeux, un brin espiègle, se dessina alors sur les lèvres exsangues de Bobby.

Robert- Euh… On fait quoi maintenant? On fouille un peu ou bien on part? Les méchants qui mordent font surement défoncer la vitrine bientôt non?



Perdre les gens qu'on aime vous affecte en profondeur. La douleur est ensevelie dans votre corps, votre âme et votre cœur. Et en résulte alors un énorme gouffre de souffrance et de douleur. Ce gouffre peut transformer un être de lumière en ténèbres...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Snow globe P.V. Flann   Mer 2 Mar 2016 - 18:00

Je n'avais pas de lampe torche quelle soit normale ou non, mais je ne pouvais pas aisément la lui prendre sachant que s'était lui qui l'avait trouvé. Je ne savais pas non plus si cet objet était déjà prononcé par le géant de fer. Je ne savais donc pas ce qui convenait de faire en cette instant alors je me contentais de le regarder en silence pendant une bonne vingtaine de petite secondes qui pouvaient facilement paraitre bien plus long. Je regardais autour de moi maintenant que je me trouvais dans la réserve que je convoitais depuis que j'avais mis les pieds dans la boutique.

Des cartons étaient présents en grande quantité sur les étagères. Certain était hors de porté enfin pour moi, car il ne faisait pas le moindre doute que le géant de fer avait la taille pour les attraper. Pourtant, je ne savais pas grand chose de lui en dehors du fait qu'il ressemblait à un très grand garçon loin de l'âge adulte. Cela me rappelais un film que j'avais vu il y a des années de cela. Il s'agissait d'un enfant vieillissant trop rapidement et qui se retrouve à l'école avec le physique d'un homme. Il me semble que le titre était le prénom de l'enfant, mais ce monde était lointain et je n'avais pas particulièrement envie d'y repenser.

Je m'approchais d'un carton avant de me tourner brusquement vers le géant, car je venais de me rendre compte que je ne lui avait pas répondu. Je le fixais tranquillement avec de la bienveillance dans le regard avant de prendre la parole :


- Je n'ai pas cet outil lumineux dans mon sac ...

En prononçant le dernier mot, je me suis rendu compte que j'avais laissé mon sac dans la boutique en me rendant dans la réserve de la boutique. Je ne pouvais pas partir de là sans le récupérer. Je me moquais bien de la majorité de son contenue, mais il y avait en son sein un objet personnel que je ne voulais pas perdre. Pour le moment, j'allais pouvoir le récupérer sans dommage alors je pris deux seconde pour terminé la phrase que j'avais commencer et répondre à la nouvelle réplique du géant de fer.

- Je ne suis pas contre le fait de récupérer celui que vous avez trouvé, Robert, mais seulement si vous me confirmé que vous en avez déjà une en votre possession. Moi, je me nomme Flann.

Une fois ma réponse formulée, je me dirigeais vers la porte pour retourner dans la boutique chercher mon sac à dos. Je fus stoppé net par un bruit puissant m'indiquant que les Malades venait de mettre les pieds dans la place. Je savais que cela ne serait pas simple, mais je voulais récupérer mon sac coute que coute. En tout cas, pour le moment le danger était trop important alors je fermais la porte pour ne pas être repérée plus rapidement que prévue. Je regardais le géant qui venait de prendre la parole pour me demander se qui était prévue. Je regardais autour de moi pour chercher une sortie. Je fini par poser les yeux sur la sortie de secours. Je me tournais de nouveau vers Robert avant de chuchoter :

- Il y a une sortie de secours donc je pense que vous allez pouvoir sortir par là. Moi, je ne peux pas partir maintenant puisque mes affaires se trouve encore dans la boutique.

Je savais que retourner dedans était insensé et pouvais être un suicide digne de ce nom, mais je ne pouvais pas laisser mon sac là bas. J'avais donc conseillée à Robert de sortir pour ne pas le mettre en danger inutilement. Je pouvais concevoir ma propre mort, mais je ne voulais pas choisir pour une personne que je ne connaissais pas. Maintenant, il allait falloir que je trouve quelque chose pour faire diversion pour éloigner les Malades de mon chemin alors je me mis à fouiller les carton se trouvant là et dont la majorité était totalement vide ou en partie sans savoir ce que Robert allait faire.
Revenir en haut Aller en bas
Bobby Smith
Lost Angels
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 02/11/2015
Messages : 1589
Age IRL : 39

MessageSujet: Re: Snow globe P.V. Flann   Ven 4 Mar 2016 - 16:24

Flann- Je ne suis pas contre le fait de récupérer celui que vous avez trouvé, Robert, mais seulement si vous me confirmez que vous en avez déjà une en votre possession. Moi, je me nomme Flann.

Pendant que la dame retourna vers la porte, enfreignant ses propres règles pour la sécurité. L’esprit confus de l’homme ne savait plus quoi pensé. La jeune femme venait de lui dire qu’il était insouciant et quelques minutes après elle voulait retourner vers l’avant-boutique.  Portant sa main à sa mâchoire carrée et virile, le monstre de foire remarqua enfin qu’il avait éteint sans le savoir la lampe de poche agrippée au revers de sa poche de chemise. D’un mouvement de son gros index, Bobby enclencha l’interrupteur et le mince faisceau blanchâtre dévoila de nouveau les contours des trésors placés un peu partout.  Gardant la lampe de poche frontale dans le creux d’une main immense, l’autre occupé à se gratter le menton en signe d’une profonde réflexion, un fracas fit sortir à la seconde l’immense golem de chaire de son état lunatique. Froissant ses sourcils d’une blondeur presque invisible, l’horrible faciès de l’homme afficha la surprise et aussi une parcelle d’angoisse.  Du verre fracassé, des lattes de bois tordu et ensuite cassé en brindilles et des gémissements de plus en plus forts annonçaient l’arrivée d’amateur de chair à l’appétit monstrueux. La silhouette gracile de la jeune brunette se dessina dans la lueur de la lumière artificielle. Un peu comme une ombre chinoise, une vision de perfection pour le regard bleuté de la bête immonde. La voix de la femme sortit tout à coup le sosie de Frankenstein de son état de contemplation. Un murmure à peine audible dans le chœur de grognements assourdissants

Flann- Il y a une sortie de secours donc je pense que vous allez pouvoir sortir par là. Moi, je ne peux pas partir maintenant puisque mes affaires se trouvent encore dans la boutique.


Le visage de l’homme difforme devient triste à fendre les pierres. Robert ne voulait pas que Flann aille seule dans la boutique avec tous les méchants qui mordent. Laissant son instinct de protecteur le guider,  l’immense silhouette disproportionnée se plaça tout près de la jeune femme qui fouillait dans les cartons pour essayer de dénicher Dieu sait quoi. Dans son esprit lent à souhait deux voix  bataillait ferme pour essayer d’entendre raison au colosse un peu à la dérive.  Les voix si merveilleuses de ses anges, Juliane et Selene, lui dictaient de partir sur-le-champ et de laisser le sac à dos de la femme où il est. Que des possessions matérielles ne valaient guère une vie humaine et que ce sera idiot de risquer des morsures ou des blessures sérieuses pour une étrangère. Mais les voix mélodieuses d’ Abigail et Sandra se rangèrent vers la jeune femme. Elles firent penser au géant la douceur et le souci que Flann semblait porter envers l’erreur de la nature.  Que si Robert avait oublié son sac à dos avec tous ses souvenirs, il aurait foncé dans le tas putride pour en extraire les dernières parcelles de son passé. Et dernier point que la voix désincarnée que sa nièce adorée apporte fit pencher la balance vers la gracile brunette fut le remord. Si Bobby avait bien identifié le râle caractéristique des zombies, il n’aurait pas ouvert la boite de Pandore et la douce dame n’aurait pas été dans le pétrin à cause de ses actions irréfléchies et stupides comme aider les gens. Tendant la lampe frontale à la jeune femme, le doux rocailleux, mais doux de Bobby s’éleva alors dans l’air saturé par les gémissements de frustrations des goules en quête de repas.

Robert- Tenez Flinn ça va aller mis pour voir… Euh… C’est ça ? Sinon désolé j’ai de la misère avec les noms. J’ai ma lampe. Je ne veux pas partir et vous laisser avec les méchants qui mordent… Euh… C’est à cause de moi et de ma stupidité que vous avez perdu vos choses… Euh… J’ai une idée… Euh… Vous sortez et je compte juste à 5. Ensuite je les attire ici et je fais du bruit avant de sortir… Euh… Je tiens la porte fermée pendant que vous aller votre sac en faisant le tour…

Bobby prit une grande respiration et rajouta tout simplement à l’attention de la jeune femme, son horrible faciès ayant la dureté d’une détermination des plus solides.

Robert- Désolé encore d’être si con. J’essaie juste d’aider… Euh… Je vais fouiller dans les boites pendant que vous pensez, car vous êtes meilleure que moi dans ça je suis sur.

Ramassant alors une boite hors de porter de la majorité des gens en tendant ses bras démesurés, le géant au cœur torturé de cicatrices le plaça sur une tablette vide près de lui. Ouvrant le carton, il découvrit des épices, des minuteurs de cuisine, des conserves de mets exotiques, du chocolat fin et même des ustensiles de cuisson. Enlevant chaque trouvaille de la boite, Bobby enfouit les épices et les conserves dans son sac à dos qu’il avait déposé à ses pieds.  Laissant la lumière de sa lampe se balader sur d’autres trouvailles potentielles, le colosse se dirige alors avec une démarche peu gracieuse vers le prochain carton à fouiller. Robert marcha lourdement, traînant un peu les pieds comme un ours traîne les pattes. Ses bras eux, sans osciller, pendaient ballants à ses côtés comme ceux d'un gorille. La hache de bucheron était dans la grosse poigne rugueuse de l’homme et naturellement, il avait remis son fardeau aux couleurs typiquement féminin, sac à dos qu’il avait acheté à Sandra, sur une de ses épaules massives.



Perdre les gens qu'on aime vous affecte en profondeur. La douleur est ensevelie dans votre corps, votre âme et votre cœur. Et en résulte alors un énorme gouffre de souffrance et de douleur. Ce gouffre peut transformer un être de lumière en ténèbres...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Snow globe P.V. Flann   Ven 11 Mar 2016 - 16:57

Robert venait de me faire part de son plan et bien que cela pouvait me permettre de récupérer mon sac ainsi que les trésors qui se trouvaient en son sein, je ne pouvais pas accepter de mettre sa vie en très grand danger. Il allait falloir trouver autre chose pour réussi à éloigner les Malades de notre chemin. Je regardais dans un carton, mais il n'y avait rien d'autre que des bouteilles vides. Je me demandais si lancer des bouteilles seraient suffisant pour les éloigner, mais j'en doutais fortement, car les râlements qu'ils poussaient sans arrêt allait être bien plus fort.

Je soupirais en mettant cette boite de côté avant de passer à la suivante. Dans cette dernière se trouvait des petites voitures jouets que les enfants devaient pousser pour les faire rouler. Cela pouvait être utile dans le plan qui commençait à germer dans mon esprit. J'avais entendu toutes les paroles prononcées par le géant de fer, mais pour le moment, je devais garder la tête concentrée. Je finis par me tourner vers le géant avant de remarquer ce qu'il tenait à la main. Un sourire venait de se dessiner sur mon visage. Il ne manquait plus qu'un petit élément que je ne tarda pas à trouver, du sparadrap.

Je m'approchais du géant de fer qui ne me faisais plus peur maintenant que je commençais à le connaitre avant de prendre, enfin, la parole :


- Il est hors de question que tu te mettes en danger mortel pour m'aider. Je veux bien ton coup de main, mais pas de cette façon. En passant, sache que tu es loin d'être aussi con que tu le pense. Si tu as plusieurs minuteurs de cuisine, est ce que tu peux me les apporter près de la sortie de secours?

Je ne voulais pas retourner dans la boutique sans être certaine que je ne risquais rien et maintenant que Robert faisait équipe avec moi, il fallait que je veille sur lui alors il était hors de question que lui aussi se mette en danger. J'avais donc en tête de les faire sortir de la boutique et le son produit par les minuteurs allaient me servir. Je me mis à genoux avant de poser quelques voitures pour enfant devant moi ainsi que le rouleau de sparadrap juste à côté. J'allais attacher un minuteurs sur chaque voiture avant de passer par la sortie de secours pour les éloignée en faisant en sorte que les voitures aient le plus loin possible tout en restant assez prêt pour que le son produit soit assez forte.

En attendant que le géant de fer fasse quelques chose, je repris la parole envers lui :


- Une fois que ce que j'ai en tête sera fait, nous allons rester coincé ici un petit moment alors si tu veux partir, je peux comprendre. J'accepte aussi ta lampe torche avec grand plaisir.

Je ne voulais pas obliger Robert à rester surtout que rien ne le retenais ici et que tout pouvais partir en catastrophe. Je n'aimais pas cela, mais tout était possible dans le monde actuelle.
Revenir en haut Aller en bas
Bobby Smith
Lost Angels
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 02/11/2015
Messages : 1589
Age IRL : 39

MessageSujet: Re: Snow globe P.V. Flann   Dim 13 Mar 2016 - 14:10

Le colosse ne comprenait pas aucunement la réaction de la jeune femme au regard cuivrée. C’était comme si elle voulait protéger la chose pathétique des dangers sans le réellement le connaître. Une incertitude traversa un instant les traits atypiques de l’homme difforme. Personne à part Juliane et sa famille n’avait réellement voulu le défendre. Les autres personnes qui avaient commis cet acte de charité ne voulaient qu’utiliser la force démesurée de la créature de foire à leur avantage. Une lueur inquisitrice traversa brièvement le regard bleuté si pur et débordant de joie. Mais elle s’éteignit aussitôt, remplacer par une sollicitude et surtout soulagement quand les dernières paroles de l’être au mouvement si gracile lui laissèrent le choix de partir ou de rester. Ne comprenant aucunement ce que Flann voulait faire exactement, il s’agenouilla près d’elle pour éclairer ses mains exquises et démontrant une grande agilité à réaliser un genre de bricolage. Bobby avait apporté les quelques minuteurs trouvés dans la boite, petit objet perdu dans l’étendue de sa main recouverte de cicatrices. Voyant la brulure sur la main de la brunette, le mastodonte resta silencieux et sourit tendrement. Sa voix rauque, mais si douce et tendre caressa l’ouïe de la jeune femme.

Robert- Vous êtes une bonne personne Flann… C’est ça votre prénom ?

Une confiance et un bien-être semblèrent alors émerger de l’être aux muscles disproportionné. Une sorte d’aura d’apaisement et surtout de franchise. Un peu comme si un enfant déciderait de se confier à un adulte. Pointant son dos massif, laissant entrevoir le sac à dos aux couleurs typiquement féminin, le monstre de foire murmura avec une telle douceur que même les amants auraient aimé parler de la sorte à leurs maitresses du moment.

Robert- Euh… Moi non plus je ne veux pas perdre mon sac à dos… Trop important pour moi… Euh… C’est les dernières choses qui me rappellent ma sœur et ma nièce…

Une chape de plomb tomba brusquement sur les épaules massives du géant, celles-ci ployèrent sous l’effet de cette lourde charge imaginaire. Une tristesse et une détresse presque inhumaine s’inscrivirent sur les traits grossiers du faciès monstrueux de Bobby. Des images de la découverte des corps sans vie de ses anges s’imposèrent à son esprit déchiré par la souffrance. Du sang partout, des os mis à nu, les traits habituellement des êtres célestes qui avaient accepté la présence d’un monstre tordu dans un masque d’éternelle souffrance. Quelques longues secondes furent nécessaires à l’homme maintes fois brisé de se retrouver une contenance et relever les yeux pour croiser ceux troublants et si beaux de la jeune femme. Avalant sa salive pour permettre à sa gorge asséchée de parler de nouveau, Bobby reprit avec beaucoup d’hésitation.

Robert- Je voudrais rester avec vous si c’est possible… Euh… Vous aidez… Je ne comprends pas trop votre plan, mais quand on va sortir, il va avoir de la neige… Très glissant.

Sortant une tablette de chocolat découvert un peu avant, le mastodonte ouvrit l’emballage et sépara le délice chocolaté en deux. Tendant timidement la part de chocolat, un morceau plus que conséquent, la voix remplie de sollicitude de l’être abject résonna faiblement dans le tumulte du chœur de gémissements de frustrations des goules.

Robert- Tenez pour de l’énergie… Euh… Si on veut se cacher après le sac et laisser les méchants qui mordent loin derrière, il y a des maisons en arrière du magasin. Suffit de passer la petite clôture. Euh… je peux vous demander une chose ?


La rougeur monta brièvement sur le visage aux traits sculpté grossièrement dans le granite, un peu comme les gargouilles sur les cathédrales. Pointa son regard au sol par la honte de cette effroyable interrogation, le monstre de foire respira un bon coup avant de se lancer à l’eau.

Robert- On peut se dire tu… Euh… Je ne suis pas habituer qu’on me dit vous…


Attendant le verdict de la sublime beauté, le colosse pruit une bouchée de son chocolat...



Perdre les gens qu'on aime vous affecte en profondeur. La douleur est ensevelie dans votre corps, votre âme et votre cœur. Et en résulte alors un énorme gouffre de souffrance et de douleur. Ce gouffre peut transformer un être de lumière en ténèbres...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Snow globe P.V. Flann   Mer 16 Mar 2016 - 13:51

J'avais la sensation que les minutes passaient rapidement pendant que j'étais en train de jouer les MacGyver et lorsque Robert parla de la neige, je me sentis totalement ridicule. J'avais oublier la couche parfois épaisse qui recouvrait les rues de la ville. Je me releva assez brutalement pour tenter de trouver autre chose, car je n'avais pas la moindre chance de pouvoir faire rouler les petites voitures.

De plus, cela me permettais de fuir facilement le regard que le géant de fer avait lancer sur ma main. Je n'arrivais pas à comprendre comment on pouvait fixer une personne que l'on ne connaissait ni d'Eve ni d'Adams simplement parce qu'elle était différente. Je n'avais pas regarder les marques visibles sur le corps du géant de fer depuis que j'étais sortie de la peine ombre alors que lui ne semblait pas s'en familiariser.

Je n'aimais pas parler de cette histoire avec les étrangers et même avec les gens que je connaissais depuis longtemps j'avais du mal à aborder le sujet. Mais pour l'instant, cette conversation n'allait pas être obligatoire. Je regarda un peu partout autour de ma personne avant de revenir vers le géant de fer et de prendre la parole :


- J'avais totalement oubliée la blancheur des rues et pourtant, je me ballade dedans depuis plusieurs jours. Les voitures ne fonctionneront pas, il nous faudra les lancer.

Lancer les voitures allaient nous mettre un peu plus en danger, car nous allions devoir nous avancer un peu plus de l'entrer de la boutique. Je n'étais pas du tout fan de cette idée, mais je ne voyais pas d'outil permettant de lancer un objet. J'aurais vraiment aimée mettre la main sur un lance pierre, mais il y en avait pas dans les cartons. Je posa mon regard dans les yeux attendrissant du géant de fer avant de reprendre la parole :

- Ce n'est pas vraiment le sac que je veux récupérer, mais plutôt ce qu'il renferme. Oui, ceci est bien mon prénom pourquoi?

Il faut dire que Aori se trouvait sur la photo familiale qui se trouvait dans mes affaires et que s'était la seule manière que j'avais de ne pas oublier les visages des personnes disparues de mon entourage et il y en avait beaucoup. Je ne voulais pas perdre plus et j'étais prêt à donner ma vie pour être certaine que Aori se porte bien, mais pour le moment, je n'avais pas du tout de nouvelle de sa part. Je restais pourtant certaine que la demoiselle se trouvait en ville.

Lorsque le géant de fer parla de sa nièce et de sa soeur, j'eus la sensation de le voir se ratatiner et devenir quelqu'un de ma taille. Un fin sourire se dessina sur mon visage pendant l'espace de trois secondes avant de s'envoler tout aussi vite. Je le regardais un instant avant de prendre de nouveau la parole :


- Malheureusement, les pertes sont monnaies courantes dans le monde que nous connaissons actuellement.

Je n'avais pas vraiment envie de parler des pertes qui étaient les miennes depuis que tout avait commencé, mais je savais que cela était quotidien et que les gens pouvaient se sentir proche de cette manière. Il me demanda s'il serait possible de se tutoyer. J'eus une petite hésitation avant de prendre de nouveau la parole :

- Nous ne nous connaissons pas vraiment, Robert, mais je suis d'accord pour que nous nous disions tu. Merci.

Je m'empara du morceau de chocolat que le géant de fer me tendis avant de le manger. Je n'en avait pas eus dans la bouche depuis longtemps, mais je me souviens toujours de la chaleur que cela dégageait en moi dés que je croquais un morceau. Une fois finis de manger, je ramassais les minuteurs qui se trouvait sur le sol avant de m'approcher de la porte servant de sortie de secours. Il allait être temps de mettre un plan en action si nous ne voulions pas passer le reste de notre vie dans cet espace.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Snow globe P.V. Flann   Aujourd'hui à 10:01

Revenir en haut Aller en bas
 

Snow globe P.V. Flann

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

 Sujets similaires

-
» Dessin de Snow'
» Présentation de Dark'Snow Day
» Snow Night [F, Clan de Glace]
» Let the snow fall down [ J. Céleste ]
» Ann Snow

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-