Partagez | .
 

 Nos jours heureux et nos tintements de cailloux. Pv Buzz

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
Auteur
Message
Nara S. Turner
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 335
Age IRL : 22

MessageSujet: Nos jours heureux et nos tintements de cailloux. Pv Buzz   Dim 14 Fév 2016 - 14:26



   
   
   


Nos jours heureux et
nos tintements de cailloux. | Pv. Bruce Detweiler
 
On entendait les bruits de pas des enfants qui courraient dans les escaliers pour descendre quémander de quoi grignoter. On entendait des rires émaner d’une chambre dont la porte était ouverte. On entendait Tamriel râlait une fois de plus au rez-de-chaussée en même temps que le fracas de casseroles qui étaient tombées sur le parquet du chalet. Partout, on entendait la vie fuser de part et d’autres de cet endroit qui marquait une pause sereine dans la vie de survivant. Depuis la soirée Monopoly au chalet, il y avait eu un regain d’énergie dans les cœurs de ces personnes qui apprenaient, petit à petit à vivre en communauté.

Nara n’avait pas de problème avec ça. Elle appréciait la plupart des habitants du chalet, et tentait même de faire leur connaissance lorsqu’elle en avait l’occasion. Elle était aussi surtout heureuse de se sentir chez elle. Pour de vrai. Le temps était encore difficile à l’extérieur, alors Nara avait l’impression que les journées cocooning se multipliaient. Et ça n’était pas désagréable, surtout depuis qu’elle avait ouvert ses bras et son cœur à Buzz, quelques jours après leur arrivée dans cet endroit.

Justement, la jeune femme profitait de ces jours de quiétude pour réfléchir. Pas réfléchir à sa vie actuelle, parce qu’elle n’arrivait pas à prévoir l’avenir, mais elle réfléchissait à la survie qui serait ici bien différente qu’à Century Field. Ce nouvel endroit était un nouveau départ. Qui dit nouveau départ, dit nouveaux besoins. Nara avait hâte que les beaux jours reviennent pour pouvoir vraiment découvrir les alentours du chalet. Elle ne se rappelait que de la route difficile, en pente, où les camions avaient peiné pour arriver jusqu’ici. En fait, elle n’avait même pas pu voir autour d’elle. Elle avait bien essayé de décrocher quelques informations auprès de Justin pour pouvoir savoir où est-ce qu’ils se trouvaient, puis qu’il avait été chercher les fameux skis aux côtés de Coleen et Tam.

Mais pour le moment, elle était remontée dans sa chambre, plus précisément sur un tabouret en bois à trois pieds, assez abimé, qu’elle avait placé à l’entrée de la chambre. Le dos appuyé contre la porte, la jeune chercheuse en paléoanthropologie regardait, par terre, un carnet dans lequel elle avait noté tout ce dont elle se rappelait des livres qu’elle n’avait pas pu apporter. Il y avait aussi tout un tas de croquis de silex et de tailles. Une sorte de tutoriel personnel. Entre ses jambes, le galet aménagé qu’elle avait monté en une lance.

Elle retira le lacet tout détrempé et sale qu’il avait servi à accrocher ce dernier au morceau de bois. Les mains poisseuses, Nara fit une grimace mais secoua la tête. Ses cheveux étaient attachés avec un crayon à papier en un fouillis élégant, qui lui dégageait le visage hormis quelques mèches folles, ce qui lui permettait de se mouvoir sans trop de soucis. Nara rajusta les bretelles du débardeur qu’elle portait sous la chemise à carreau en pilou qu’elle avait piqué à Buzz, dont les manches étaient retroussées jusqu’aux coudes, les pans de la chemise tombant sur son jean serré.

« Bon… Du coup voilà… » Elle parlait toute seule, concentrée sur sa besogne. Le but était bien de créer un véritable biface qui serait fixé de plus fortement sur ce morceau de bois qu’elle devrait aussi entailler pour insérer le fameux biface. Le sien n’était pas encore parfait, elle devrait faire quelques retouches et préférait travailler à l’entrée de leur chambre plutôt que de salir l’intérieur de celle-ci, puisqu’elle n’était déjà pas bien rangée. Buzz et Nara n’étaient pas des adeptes du ménage.

Premier coup de pierre qui fit lâcher un soupire de contentement à la jeune femme. Un son qui la rassurait parce qu’elle se sentait proche des origines de l’humanité. Une passion qui lui permettait de tenir le choc, le choc de l’Apocalypse qu’elle avait eu du mal à assimiler au début de tout cela. Le tintement des pierres, cognant l’une contre l’autre résonnait bientôt dans le premier étage. Il arrivait même qu’une tête ou deux se glisse pour jeter un œil dans le couloir. Un bruit presque musical qui ne s’amplifiait pas spécialement, qui durerait juste quelques temps, le temps pour Nara d’affuter cette arme qui lui avait permis de survivre. Elle se cogna une fois le pouce, lâchant un juron presque enfantin, de trop bonne humeur pour perdre patience en tête à tête avec ses cailloux.  


"Si la pierre coupée coupe la main,
elle doit pouvoir aussi couper autre chose."


   
   
   
Revenir en haut Aller en bas
http://fanficamplificatum.blogspot.fr/
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Nos jours heureux et nos tintements de cailloux. Pv Buzz   Lun 15 Fév 2016 - 9:59




Nos jours heureux et nos tintements de cailloux





Au stade la vie avait été compliqué. Il avait fallu s’adapter, prendre sur soi. Pour Buzz c’était certainement ce qui avait été le plus difficile. Faire le dos rond, serrer les dents, ne pas répondre… Il l’avait su à peine entrer, juste après la fouille au corps qu’ils avaient dû subir. Il ne collait pas au décor. Il n’avait jamais apprécié l’autorité, son casier judiciaire en témoignait, alors devoir se soumettre sans rien dire à règles établis par les militaires, ça avait été compliqué pour lui. Sans compter le délit de sa gueule… Mais aller faire comprendre aux gens que ce n’était pas ce que votre corps portait des tatouages que vous étiez forcement quelqu’un de mauvais. Il avait dû faire l’effort deux jours, peut-être trois. Puis Buzz était redevenu fidèle à lui-même, emmerdant profondément ceux qui n’était pas ravi de sa présence dans ce stade.

Ici c’était différent. Les choses avaient changé. Les gens s’étaient unis, soudé pour survivre. Ils partageaient maintenant un passé, des souffrances, des souvenirs horribles… Et ce genre d’épreuve permet à l’homme d’être un peu moins con. Peu à peu, Buzz avait l’impression de trouver sa place au sein du groupe, en tout cas il ne s’y sentait pas mal à l’aise. Parfois il avait la sensation d’agacer certaines personnes du groupe. Mais ce n’était qu’entière satisfaction pour lui. Cela lui prouvait qu’il n’était pas mort, que le bon vieux Buzz d’avant était toujours là.

De l’extérieur, il ne montrait rien. Faisait comme si cette sorte de fin du monde était des vacances ou une sorte de grand jeu. Il ne laissait rien paraitre parce qu’il y avait Nara, et qu’il s’était promis d’être fort pour deux. Pourtant lui aussi parfois la nuit il se réveillait à cause d’un cauchemar. Il était heureux que Nara ne l’ait jamais vu ainsi en pleine nuit. Gardant ainsi son statut de protecteur intacte. Mais tout ce qui s’était passé au stade avait laissé des traces, comme des cicatrices que seul le temps pourrait soigner. Alors pour dissimuler tout ça, Buzz prenait la vie actuelle à la légère, comme il l’avait toujours fait dans sa vie d’avant. Lorsqu’il déambulait dans les rues de Seattle, il s’était souvent dit que les gens avaient besoin de sourire. Alors aujourd’hui plus que jamais, il tentait de faire naitre tout ça. Même si c’était difficile et parfois bien fatiguant.

Son tour de garde venait de toucher à sa fin, et le jeune homme en était plus qu’heureux. Le froid et la neige était un suprême mélange qu’il appréciait moyennement. Il trouvait le paysage magnifique, ça c’était son âme d’artiste. Mais devoir piétiner encore et encore pour que vos doigts de pieds ne tombent pas… Enfin ce fut vraiment avec plaisir qu’il pénétra dans le chalet, appréciant la chaleur bienfaisante qui y régnait. Buzz passa quelques longues minutes près d’un des feux qui brulait dans une cheminée, tentant de récupérer un peu de sa circulation sanguine et de redonner de la couleur à ses doigts. Les doigts de pieds au pire, il s’en foutait, mais ses mains… Hors de question qu’un jour il ne puisse plus tenir un crayon.  

Le grand tatoué leva le visage, détournant son regard des flammes qui dansaient, charmeuse devant lui. Il chercha des yeux quelques secondes celle qu’il désirait voir… Mais Nara ne semblait pas faire partie du décor. Un léger froncement de sourcil. Même s’ils étaient à l’abri ici, il n’aimait jamais trop être loin d’elle. Il savait bien que c’était con, et qu’il se la jouait sans doute un peu trop protecteur, que Nara était une grande fille qui savait très bien se débrouiller toute seule. Mais il n’y pouvait rien, c’était ainsi.

Il la trouverait certainement dans leur chambre. Cet espace ni trop grand ni trop petit où ils s’étaient installé en tant qu’amis, et qui avait vu leur relation évoluer. C’était la fin du monde et Buzz était un putain de chanceux d’avoir près de lui celle qui faisait battre son cœur plus vite que toutes les autres. Est-ce que laisser libre court aux sentiments qu’ils éprouvaient l’un pour l’autre était une bonne ou une mauvaise chose… Il n’en savait rien. Mais vu que rien n’était plus sûr, que demain restait un mystère, autant profiter de ce qu’ils avaient à s’offrir. Autant l’aimer librement…

Une fois dans le couloir qui venait à leur chambre, Buzz eut sa réponse. Nara n’était pas loin. Il n’avait qu’à suivre les bruits des pierres… L’artiste se plaça devant la porte, celle où il avait dessiné quelques mots qui disaient : Désolé pour le désordre mais nous vivons ici, Buzz et Nara. Oui pour le moment s’était le seul endroit où il avait laissé s’exprimer sa créativité. Si on ne comptait pas les gribouillis sur un carnet et quelques feuilles à dessin. Sa main se posa sur la poignée mais il sentit une résistance lorsqu’il voulut ouvrir la porte pour pénétrer dans la chambre. Un soupir tout en levant le visage vers le plafond avant de dire : « -Nara ! Pousse ton p’tit cul de derrière la porte ! » Il cala son coude sur l’encadrement de la dite porte et ajouta avec ironie quelques secondes plus tard : « -s’il te plait mon amour des caverne,  mon cœur de pierre, mon petit canari du néandertalien … » Il en faisait trop. Comme toujours.


AVENGEDINCHAINS

Revenir en haut Aller en bas
Nara S. Turner
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 335
Age IRL : 22

MessageSujet: #BF6274   Lun 15 Fév 2016 - 13:47








Nos jours heureux et
nos tintements de cailloux. | Pv. Bruce Detweiler
 
Pourquoi ne pas s’installer confortablement au rez-de-chaussée pour faire son affaire ? Parce que Nara avait besoin, parfois, de retrouver le calme de son intimité, dans cette chambre qu’elle partageait avec Buzz. Elle n’était pas la chambre de Nara qui la partageait avec Buzz, mais bien la chambre de Nara et Buzz. Et cette simple formalité suffisait à rassurer la jeune femme et surtout se rappeler qu’elle aurait toujours un endroit sûr où se cacher lorsque ça n’irait plus. Mais pour l’instant, Nara était de bonne humeur, d’un self control exemplaire. Elle était en paix avec elle-même, même si ça ne serait pendant un temps, étant donné que parfois, les vieux démons venaient lui rendre visite le soir dans son lit, lorsque le sommeil est le plus profond.

Le tintement des pierres avait un rythme régulier pendant près d’une ou deux minutes, le temps qu’elle dégage les éclats déjà taillé pour les rendre plus tranchant. Ce serait son arme de survie, elle l’avait décidé, avec une pointe d’utopie. Finalement, il s’était avéré que son désir de se rapprocher de ses ancêtres lui avait sauvé la vie. La sienne et celle des autres. Elle avait tué, pour de vrai, avec cette lance. Nara observa la pointe, puis le manche en bois.

Alors qu’elle approchait son visage du manche pour inspecter toutes les petites aspérités du bois, elle sentie qu’on essayait d’ouvrir la porte. Et elle le sentit bien puisqu’à cause du mouvement de recul du tabouret, elle se prit le manche en bois dans le visage, entre les deux yeux. « HEY ! » Lâcha-t-elle fort, les sourcils froncés, avant de porter sa main au visage pour se frictionner là où elle s’était fait mal. Buzz voulait ouvrir la porte. Bon d’accord, c’était de sa faute, elle aurait pu se mettre autre part, mais c’était ici que la lumière lui permettait de travailler correctement. Elle s’était bien calée contre la porte, mais elle devait se lever pour le laisser entrer.

Nara leva les yeux au ciel avec un léger sourire en l’entendant déblatérer ce genre de surnoms idiots qui la faisait rire malgré tout. Elle ouvrit la porte pour que Buzz fasse face à elle, qui arborait désormais une petite égratignure rouge entre les deux yeux. Elle avait l’air bêtement, mais elle aurait pu se faire bien plus mal. Une petite goutte de sang perla de la blessure d’à peine un centimètre, alors elle passa sa main dessus en faisant la moue. « C’est moi que t’appelles Néandertal ? À cause de toi j’suis défigurée ! » Plaisanta-t-elle en s’approchant de lui, sans le laisser entrer dans la pièce, avant de se mettre sur la pointe des pieds pour lui bécoter les lèvres. En cherchant à l’aveugle sa main pour la lui prendre, elle constata qu’il avait encore le bout des doigts froids. Nouvelle grimace.

Elle se poussa et le laissa enfin rentrer. Nara avait sentie qu’il venait de dehors. Elle se souvint alors du tour de garde et secoua la tête, se sentant bête de l’avoir oublié l’espace d’un instant. Cela faisait longtemps qu’elle ne s’était pas accordée un moment rien qu’à elle, un tête à tête avec ses cailloux. « T’es gelé love. Ca a été dehors ? » S’inquiéta-t-elle alors en se tournant vers lui, appuyant son épaule sur l’armoire qui se trouvait à côté de la porte, croisant les bras en faisant une petite moue tout en posant ses yeux sur Buzz qui pouvait profiter enfin de la chaleur rassurante du chalet. Elle se mordit la lèvre inférieure en ne le quittant pas des yeux.

Nara avait conscience que le monde dans lequel ils vivaient était incertain, alors elle profitait de chaque instants pour pouvoir le regarder tant qu’ils étaient ici, relativement tranquille. Ils ne savaient pas combien de temps cela durerait. Elle profitait du Buzz’s Show tant qu’il était encore à l’affiche. Alors, elle sourit finalement et s’approcha de lui pour poser ses mains sur ses joues qui étaient réchauffées grâce aux foyers du rez-de-chaussée. Nara fit ensuite volte-face en le laissant se dépatouiller des multicouches de vêtements qui l’avait protégé du froid, en ramassant sa lance, inspectant de nouveau le manche avant de passer la paume de sa main sur son front qui ne saignait déjà presque plus. « Mouais… Dans l’idéal il m’en faudrait une autre mais ça fera l’affaire. » Commenta Nara en inspectant ce galet aménagé encore un peu rudimentaire qui pour les non-initiés pourtant, devait sembler assez bien réalisé. 


"Si la pierre coupée coupe la main,
elle doit pouvoir aussi couper autre chose."


   
   
   
Revenir en haut Aller en bas
http://fanficamplificatum.blogspot.fr/
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Nos jours heureux et nos tintements de cailloux. Pv Buzz   Mar 16 Fév 2016 - 19:57




Nos jours heureux et nos tintements de cailloux





Le coude posé nonchalamment contre le montant de la porte, sa main calant sa tête, Buzz adressa à Nara un sourire en coin dont lui seul avait le secret, lorsqu’elle voulut bien lui ouvrir la porte. Il savait très bien ce qu’elle était en train de fabriquer, les bruits des pierres qui s’entrechoque qui s’élevait dans tout le couloir… Pas besoin d’être devin pour deviner. Enfin, il fallait peut-être connaitre un minimum la petite brune pour comprendre en fait, si… Bref, avec ce petit sourire qui la faisait craquer à coup sûr, il observa celle à qui il tenait tant. Il fronça un sourcil, et lâcha : « -ba qu’est-ce que t’as foutu ? » Délicatesse incarnée de Buzz, ce n’était pas parce qu’ils étaient maintenant en couple qu’il avait changé quoi que ce soit à son comportement. Après tout c’était le Buzz de tous les jours qui avait fait succomber Nara. Aller savoir comment et pourquoi…

« -hum… Exachagère pas… » souffla-t-il alors qu’elle venait de poser ses lèvres sur les siennes. Il adorait ça. Quand il se mettait sur la pointe des pieds pour venir jusqu’à lui. Ça le confortait et l’aidait à oublier les doutes qui persistait à le hanter. Le contraste entre ses doigts et ceux de sa petite amie était saisissant, même s’il avait tenté de faire revenir un peu de chaleur en restant au près du feu. Mais les températures de dehors étaient bien rudes, et il n’était pas mécontent d’avoir empiler plusieurs couches de pull et surtout des chaussettes !  Alors qu’elle le laissait entrer, il lui adressa un sourire tendre. Il était heureux de la retrouver. Même si elle venait de l’accuser de l’avoir blessé. Il sembla d’ailleurs réaliser la chose et s’exclama en fronçant les sourcils bougeant ses index devant son visage : « -en quoi c’est ma faute au fait ? » Il avait sans doute le cerveau encore trop gelé pour réfléchir convenablement. Ou alors il aimait surtout embêter la jeune femme qui venait de caler son épaule contre l’armoire. Un sourire en coin, et il déposa ses lèvres sur le front de Nara. Hop un bisou guérit tout!

Comme si c’était complètement secondaire et que ça lui était sorti de la tête, Buzz bloqua sur le visage de Nara, écarquilla les yeux comme si cela allait l’aider à capter comme il le fallait. Il finit par dire en se dirigeant de son côté du lit : « -ouais ouais… Pas de problème. » Sinon il ne serait pas là… Il avait passé sa garde avec un type pas vraiment bavard… Alors ça avait été long… Lorsqu’il était en compagnie d’Arthur ou d’Alan, ils parvenaient toujours à trouver un sujet de conversation. Ça venait même naturellement. Là, Buzz avait eu du mal. Sans compte qu’il avait mal dormi cette nuit… Enfin de toute façon, son tour était passé, il pouvait à présent se détendre tranquillement. Tournant le dos à Nara, il commença à retirer un pull, puis le second, avant de retirer son t-shirt et de dire une fois torse nu : « -t’as qu’à venir me réchauffer… » Il avait lâcher ça tout en retirant la ceinture qui lui permettant de faire tenir son pantalon, et d’éviter qu’il ne lui tombe sur les genoux.

« -Nara Turner, vos regards sur mon corps me gênent ! » déclara-t-il en se tournant enfin vers elle, un regard offusqué. Il se remit bien vite à sourire et en levant un sourcil : « -d’accord d’accord… ça arrive… » Il se tourna à nouveau, presser malgré ses conneries de quitter son pantalon. Il plaisantait bien entendu, il ne comptait rien faire pour le moment. Il devait vérifier si ses extrémités étaient encore toute là ! Mais faire sourire Nara, voir entendre son si joli rire, il s’apprétait à lui faire un petit striptease. Elle le cassa dans son élan lorsqu’elle déclara dans un soupire qu’il lui en faudrait une autre. Buzz grimaça et tout en se retournant en caleçon cette fois-ci il déclara : « -ça va pas la tête ou quoi ?! Malgré le froid elle est toujours fonctionnelle ! » Il montra des mains son entre-jambe tout en fixant Nara, sachant très bien qu’elle ne parlait pas de la même chose que lui.  



AVENGEDINCHAINS

Revenir en haut Aller en bas
Nara S. Turner
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 335
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Nos jours heureux et nos tintements de cailloux. Pv Buzz   Mar 16 Fév 2016 - 23:04



   
   
   


Nos jours heureux et
nos tintements de cailloux. | Pv. Bruce Detweiler
 
Les yeux levés vers le ciel et surtout, avant tout, une tentative désespérée de frapper Buzz avec ses petits poings. Bien sûr qu’elle ne voulait pas lui faire mal, mais elle avait l’habitude de faire remonter à la surface, grâce à Buzz, l’ancienne Nara qui sommeillait en elle. Cette espèce de petite rebelle avec plein de questions dans sa tête qui avait réussi à trouver la paix aux côtés de cette espèce de grand tatoué qui revenait de loin. Voilà où ils en étaient désormais, Monsieur et Madame Nous-Sommes-Dans-La-Merde-Mais-Avec-Amour. Cette égratignure n’était rien du tout, mais Buzz aurait pu faire un effort pour s’en inquiéter un peu plus, le goujat, pensa Nara.

Elle manqua sa cible mais au lieu de lui courir après, préféra rester contre l’armoire en croisant les bras comme si elle faisait la tête. Même si secrètement, elle ne pouvait pas s’empêcher de le fixer du regard. Si elle avait un appareil photo, elle l’aurait capturé à cet instant précis, pendant qu’il la pointait du doigt d’un air taquin. Mais c’était impossible. Alors Nara se contentait de graver son visage dans sa mémoire et dans son cœur, histoire de se rassurer un peu plus. Elle fit la grimace avant de se frotter son front écorché, avant que Buzz ne s’avance vers elle pour lui attribuer un bisous-magique. Elle ferma les yeux avec force, comme une enfant essayant d’y croire un instant. Bon, il fallait l’admettre, ça n’avait pas marché. L’égratignure lui piquait toujours la peau, mais elle fit semblant de ressentir les bienfaits de son baiser en esquissa un sourire.

« T’es vraiment le plus fort tu le sais ça ? » Dit-elle mine de rien en le regardant s’éloigner vers le lit pour commencer à se déshabiller. Il lui fallait des vêtements chauds, pas ces choses qu’il portait, qui n’avait pas réussi à se réchauffer malgré la chaleur des foyers. En se déshabillant, Buzz envoyait comme un message subliminal à Nara, même s’il se débattait sans forcément beaucoup de grâce avec ses affaires. Elle ne put s’empêcher d’arquer un sourcil en montrant clairement son intérêt pour la plastique du jeune homme. Après tout, il était à elle, alors elle avait bien le droit de se rincer l’œil.

Sa remarque la fit rire. Elle avait commencé à s’approcher doucement alors qu’il s’exclama à l’adresse de Nara qu’il était gêné par la situation. Elle moufta et vint enlacer Buzz, sa peau nue contre la chaleur de la propre chemise de Buzz qu’elle portait, les manches retroussées jusqu’aux coudes. « Tais-toi Homo Sapiens. Laisse-moi profiter un peu. » Dit-elle en le regardant, un sourire presque narquois sur le visage, avant de devenir beaucoup plus douce, calant sa joue contre sa clavicule nue. Elle remonta son visage jusqu’à atteindre les lèvres du tatoué qu’elle captura sans trop de mal. Se reculant légèrement, elle le laissa à ses affaires sans trop en faire. Ça n’était pas vraiment le moment pour ça, mais une petite étreinte, ça ne coûte rien pas vrai ?

Cependant, Buzz ne semblait pas vraiment jouer le jeu et ne résista pas à l’envie d’en rajouter une couche en faisant une blague graveleuse concernant son engin. Nara ne put s’empêcher de rire de bon cœur, trahissant son faux air sérieux qu’elle avait sur le visage. « Viens là au lieu de dire des conneries. » S’exclama-t-elle en refoulant une crise de rire, s’asseyant sur le bord du lit l’invitant à l’y rejoindre. « Ça va me regarde pas comme ça, j’vais pas t’manger. » Elle lui tendit les mains pour attraper l’une des siennes. Elle la frictionna contre les siennes pour le réchauffer, régulant par la même occasion sa circulation sanguine.

« C’est mieux ? » Demanda Nara en esquissant un petit sourire. Cette fille avait la capacité d’être tantôt la bonne copine, tantôt la fiancée aimante. Elle avait toujours été comme ça. Même si adolescente, elle avait été une petite rebelle, grande gueule, n’hésitant pas à jouer de ses poings malgré sa petite taille, Nara n’avait jamais été méchante. Au contraire, elle était de ceux qui aidait l’opprimé, et ce depuis l’enfance. Au final, même si elle était souvent la plus petite de ses classes, elle était celle à qui on ne cherchait pas de noises. Et au contraire, lorsqu’elle était entrée dans ce lycée de Seattle où elle ne connaissait personne, Nara inspirait presque la crainte. Elle ne passait pas pour une psychopathe, loin de là, mais elle semblait en dehors de la peuplade de lycéens décérébrés de cette ville. Elle ne jouait pas dans la même cour qu’eux parce qu’elle avait eu des responsabilités très tôt.

« Je disais donc que j’dois améliorer ce truc. J’ai tout noté, la technique de taille que j’avais étudié au Burke’, il me manque plus que de l’entraînement. J’me demande si je pourrais pas fabriquer des propulseurs mais il me faudrait de l'os... » Dit-elle alors pour faire la conversation pendant qu’elle frottait les mains de Buzz en faisant naviguer son regard de son poste de travail aux visages de son petit ami. Elle ne put s’empêcher d’esquisser un nouveau sourire en tracant de petits cercles concentriques avec ses doigts sur la paume de sa main qui était de nouveau chaude. « Beaucoup mieux. » Déclara-t-elle, avant de le quitter pour retirer sa chemise en tissus épais. « Mets là, elle est toute chaude je la porte depuis ce matin. » Elle fit alors volte-face et se pencha pour attraper dans ses affaires un sweat à capuche qu’elle enfila sans le zipper, dévoilant son débardeur noir serré.
 


"Si la pierre coupée coupe la main,
elle doit pouvoir aussi couper autre chose."


   
   
   
Revenir en haut Aller en bas
http://fanficamplificatum.blogspot.fr/
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Nos jours heureux et nos tintements de cailloux. Pv Buzz   Mar 16 Fév 2016 - 23:42




Nos jours heureux et nos tintements de cailloux




Il l’aimait. Il l’aimait comme un fou depuis déjà un bon bout de temps ! Aujourd’hui il pouvait exprimer cela ouvertement, et pourtant il restait sensiblement le même qu’avant. Toujours fidèle à lui-même. Buzz savait que Nara n’était pas une petite chose fragile, et c’était pour cela qu’il ne prêtait pas plus d’attention à ce petit bobo. Un clin d’œil complice après qu’il ait déposé ce baiser sur le front de sa petite amie boudeuse, et il lâcha avant de s’éloigner bien vite : « -ouais je sais… t’es pas la première à me le dire… » Un petit rire pour sa blague de base étage avant qu’il ne commence à se débarrasser de ses affaires humides.

Torse nu, il réceptionna Nara contre son corps, un peu surprit. Il ne pensait pas qu’elle viendrait se blottir ainsi contre lui. A croire qu’il lui manquait autant qu’elle lui manquait lorsqu’ils étaient séparés l’un de de l’autre. La chaleur du petit corps de sa petite amie contre son torse froid lui fit du bien. Buzz entoura Nara de ses bras, savourant cette étreinte tout en s’exécutant, ne plaçant pas un seul mot. Elle avait raison… Profiter des petits moments précieux comme celui-ci… Quand il pensait aux années qu’il avait gâchées en se cloisonnant dans cette case de meilleur ami.  Encore une fois il avait été trop con. L’artiste adressa un sourire tendre à la petite brunette, avant de déposer ses lèvres dans ses cheveux. Lorsqu’elle chercha ses lèvres, il lui tendit sans la moindre résistance. Il adorait ça. Il aimait le gout des lèvres fines tout comme leur douceur.

Bon le niveau des paroles qui suivirent n’était pas très élevé, mais Buzz n’avait pas changé. Et c’était peut-être là toute la beauté du couple qu’ils formaient aujourd’hui. Ils se parlaient comme deux meilleurs amis, s’aimait comme des amants, se comprenaient comme des frères et sœurs… Une parfaite alchimie. Buzz tendit ses lèvres en avant, faisant bouger sa tête de gauche à droite, comme s’il hésitait à approcher de la jeune femme. Mais un sourire en coin réapparu très vite, et il vint s’assoir à côté de Nara, en caleçon- chaussette. Triple chaussettes même ! Le truc le plus sexy du monde ! « -dommage… » souffla-t-il dans un joli sous-entendu alors qu’il lui donnait ses mains.

Peu à peu, grâce aux caresses de Nara, Buzz retrouvait un peu plus de sensibilité dans le bout de ses doigts. Les coudes posés sur les genoux, il ne cessait de la regarder. Cette petite frimousse… Il adorait la regarder… A la lueur de la bougie lorsqu’elle dormait blottit contre lui… Ou encore là, alors qu’elle lui prouvait dans un simple petit geste qu’elle lui avait bel et bien donné son cœur. A lui… Ce qui prouvait qu’elle avait un grain bien entendu… Il dodelina de la tête pour dire que c’était mieux mais pas non plus le top. Histoire qu’elle continu un peu encore… Parce qu’il aimait être proche d’elle. Qu’il adorait ce moment d’intimité où ils n’étaient que tous les deux.

« -hum… » répondit Buzz sans vraiment écouté ce qu’elle racontait, bien plus absorbé par le mouvement de ses lèvres que par les mots qui en sortaient. Il était fatigué… Mais il finit par lâcher sans avoir quitté Nara de son regard amoureux : « -t’es tellement sexy quand tu parles de ça… » Il y avait de l’ironie là-dedans bien entendu… Il cligna néanmoins plusieurs fois des yeux en la voyant se lever et quitter sa chemise. Enfin sa chemise à lui ! Une mimique sur le visage voulant lui dire : je t’en prie poursuis… Un brin de déception lorsqu’elle lui donna la chemise, un peu plus encore lorsqu’elle enfila un pull par-dessus son débardeur.

Prenant donc les choses en mains, il vint se coller dans son dos, entoura sa taille de ses bras et l’entraina avec lui sur le lit. Il s’allongea se blottissant dans son dos, son corps de moulant au sien, nichant son visage dans son cou. « -tu m’as manqué… » soufflât-t-il complètement sérieux cette fois-ci… Un léger silence les entoura, durant lequel il ferma les yeux pour profiter de ce moment de tranquillité. Il ajouta ensuite sans pour autant bouger : « -tu va y arriver… Juste de l’entrainement… ça va le faire… » Il croyait en elle, en ses capacités. Elle lui avait prouvé durant toutes ses années d’amitié qu’elle était quelqu’un de têtue, mais surtout une femme pleine de ressources. Alors ce n’était pas un caillou qui allait lui poser problème.


AVENGEDINCHAINS

Revenir en haut Aller en bas
Nara S. Turner
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 335
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Nos jours heureux et nos tintements de cailloux. Pv Buzz   Mer 17 Fév 2016 - 8:52



   
   
   


Nos jours heureux et
nos tintements de cailloux. | Pv. Bruce Detweiler
 
Elle ne pouvait s’empêcher d’afficher un petit sourire satisfait quand elle vit qu’en fait, tout le temps où elle parlait, Buzz ne l’avait pas quitté des yeux. C’est vrai qu’ils avaient du mal à profiter de moments comme ceux-là, à part le soir dans leur lit. En dehors de ça, Nara faisait son possible pour se rendre utile, discutait avec tout le monde. Buzz quant à lui prêtait main forte à qui en avait besoin, prenant sur lui pour se fondre dans la masse. Pourtant, et Nara le savait, cela lui demandait un gros effort. Alors un moment comme celui-là privilégier avec son petit ami, elle ne l’échangerait pour rien au monde.

Sa remarque, elle ne savait pas comment le prendre. Est-ce qu’il avait écouté ne serait-ce qu’une seconde ce qu’elle venait de dire ? Dans le doute, elle leva les yeux au ciel quant à la remarque. Sexy ? Elle ? Elle en doutait fortement mais dans le doute, Nara ne voudrait pas contredire le beau tatoué. Elle se débattait à réajuster la capuche de son sweat quand elle sentit le corps de Buzz se coller contre le sien. La jeune femme ne put s’empêcher de rougir. C’était comme un jeu, mais en même temps comme un sortilège. Malgré la tentative de paraître détachée et complètement détendue à la vue de son petit ami qui lui avait manqué devant elle, Nara et Buzz étaient attirés l’un par l’autre, sans pouvoir rien faire contre cela.

Le souffle chaud de la respiration de Buzz fit frissonner Nara. Elle haussa les sourcils, un peu surprise par le ton de la voix de Buzz. Il semblait vraiment sérieux, pas de blagues à l’horizon, pas de remarques déplacées pour rire. « Buzz… » Ne put-elle s’empêcher de murmurer d’une voix douce en se retournant pour lui faire face, toujours aussi serrée contre lui. Elle frotta ses pieds contre les longues chaussettes de Buzz en grimpant un peu plus près de lui pour venir l’embrasser dans le cou. « Je suis pas bien loin. J’m’éloignerais plus jamais, tu te rappelles dans l’atelier de papa ? » Demanda-t-elle avec un petit sourire complice. Elle se souvenait bien évidemment de sa crise de panique et de sa course folle pour tenter de retrouver Jeff, sans succès. Tout ce qu’elle avait réussi à faire, c’était faire peur à Buzz qui avait eu peur de la perdre.

Elle prit son visage entre ses petites mains et caressa ses joues en rythme d’un geste des pouces. « Ça va ? » Elle ne s’inquiétait pas spécialement pour lui, mais elle savait qu’il était fatigué par sa garde, mais surtout, elle savait qu’il n’arrivait pas à récupérer de ses nuits agitées. Nara avait pu le comprendre en fixant son regard cerné. Les nuits pouvaient parfois être ponctuées de cauchemars, cela arrivait souvent aux habitants du chalet. Buzz n’était pas une exception. Nara se contenta alors d’un sourire profitant alors de l’étreinte qui l’avait emporté sur le lit. Buzz aurait pu s’endormir ici, avec Nara au creux de ses bras, mais il n’était pas somnolent. Il se contentait simplement d’encourager la chercheuse, persuadé qu’elle pouvait réussir.

Parce que Buzz comprenait. Nara avait gardé les yeux ouverts, blottie contre son petit ami avec une mine soudainement déterminée. Il est vrai que Nara, depuis bien des années, était habitée par une sorte de frustration des temps moderne. Elle aurait donné n’importe quoi pour rencontrer ne serait-ce qu’une fois dans sa vie, un australopithèque, n’importe lequel de ses ancêtres, ces pré-hommes qui avaient survécu avec panache, permettant aux Hommes d’aujourd’hui d’avoir l’intelligence nécessaire pour survivre en Post-Apocalypsia. Cette frustration qu’elle avait déjà confié à Buzz, s’était accompagnée depuis le début des évènements d’une rage intérieure qui concernait cette épidémie. C’était à cause de l’Homme Moderne que les morts s’étaient relevés pour se venger des mauvais traitements infligés à la planète. Nara en était persuadée.

« Tu viendras avec moi ? » Demanda-t-elle en éloignant un instant son visage du creux du cou de Buzz, pour pouvoir le regarder. « Quand il fera beau, j’essayerais d’aller chasser. Ce sera vraiment bien. » Elle n’était pas vraiment pour le massacre d’animaux qui n’avaient rien demandé à personne, mais la chaîne alimentaire étant revenu au même stade qu’il y a des millions d’années. « C’est pas pour tout de suite. » Rectifia-t-elle avant de se blottir de nouveau contre lui. Elle ne pu s’empêcher de parcourir son torse de ses mains en affichant un petit sourire satisfait. Buzz et Nara, Nara et Buzz. Rien que cette vérité arrivait à la faire sourire. « Mmmh je t’aime toi. » Ne put-elle s’empêcher de lâcher en se cachant le visage au creux de son cou pour aller y rougir.
 


"Si la pierre coupée coupe la main,
elle doit pouvoir aussi couper autre chose."


   
   
   
Revenir en haut Aller en bas
http://fanficamplificatum.blogspot.fr/
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Nos jours heureux et nos tintements de cailloux. Pv Buzz   Aujourd'hui à 23:11

Revenir en haut Aller en bas
 

Nos jours heureux et nos tintements de cailloux. Pv Buzz

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» BLACK Ϟ ruines des jours heureux
» Wouyyyyyyy Le premier ministre Bellerive ''heureux'' de l'issue des élections
» Les 100 premiers jours du gouvernement vus par...
» Les 100 premiers jours du president Preval vus par les media
» Pourquoi les hommes sont-ils heureux ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-