Partagez | .
 

 Event de Février - Sujet Commun - Le gymnase

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 12 ... 21, 22, 23, 24  Suivant
Auteur
Message
Thalia M. Caldwell
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/12/2014
Messages : 375
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Event de Février - Sujet Commun - Le gymnase   Sam 20 Fév 2016 - 11:15

Thalia avait pas mal angoissé au sujet de la naissance prochaine de son bébé, pour des raisons variées. L'épidémie, les conditions de vie... Mais maintenant, c'était pire encore. Elle n'avait jamais envisagé d'être mère seule, sans Morgan pour assurer son rôle de père. Intérieurement, elle pestait contre ses contractions. C'était tellement cruel... il avait fallu attendre que son mari meure pour que l'accouchement se déclenche enfin. À moins que le choc ne soit à imputer à cet événement ? C'était plus que probable. La peur tordait le ventre de la jeune femme plus sûrement que les contractions, qui restaient pour l'heure largement supportables. À peine étaient-elles plus fortes que ce qu'elle avait ressenti pendant le reste de sa grossesse. Sa gorge était tellement serrée qu'elle s'en sentait nauséeuse. Pourtant, malgré le drame, les autres n'hésitèrent pas à lui tendre une main secourable, à se montrer prévenants avec elle. Un brin hébétée, elle prit tout de même le temps de rassurer Daniel et Lysbeth, qui la soutenaient chacun à leur manière.

« Ca va... Les contractions ne sont pas encore fortes. Je... Il y aura sans doute encore quelques heures à attendre. Mon médecin disait que c'était souvent long pour un premier bébé.

Si la zoologiste n'avait pas été aussi anéantie et terrifiée, sans doute aurait-elle rit aux réactions de Lysbeth. Elles étaient... énergiques, comme souvent. Extrêmes, aurait-on presque pu dire. Elle observa ceux qui l'entouraient. On aurait presque dit que cette naissance prochaine les emplissait... de quoi ? D'une petite lueur d'espoir ? Après tout, c'était ce que son bébé pourrait incarner. La vie après toute cette mort... Elle aurait aimé partager leur point de vue. Car les événements qui venaient de bouleverser leur vie avaient jeté à bas tout ce qu'elle croyait, et tout remis en question. Elle désigna finalement son flanc à Daniel, d'un geste qui se voulait calme.

- Toi, tu devrais faire soigner ça, avant que ça devienne pire.

C'était plus urgent que de la prendre en charge. Pour l'heure, elle avait encore du temps, elle le savait. Elle le sentait. Et elle fut satisfaite de voir qu'il commençait à s'en occuper. Thalia ferma doucement les yeux et posa ses mains sur son ventre. Elle avait la sensation de ne plus être prête du tout. Et pire... de ne plus vouloir de cette naissance. Elle était trop perdue, trop anéantie. De nouvelles larmes apparurent, se mettant à couler sur ses joues, alors qu'elle aurait cru ne plus rien avoir à verser. Les prémices d'un mal de crâne commençaient à se faire sentir dans sa tête, pulsant de manière sournoise. La faute au trop-plein d'émotions...

- Le bébé va naître et Morgan... Il n'est même plus là. »

Elle avait soufflé ça d'une petite voix, le désespoir s'y sentant très nettement. Elle allait enfin faire la connaissance de leur enfant, savoir s'il s'agissait d'un garçon ou d'une fille, lui donner le prénom qu'ils auraient choisi ensemble... Mais elle ferait tout ça seule. Et c'était beaucoup trop douloureux à porter. Le destin avait choisi de l'accabler d'un deuil inacceptable, d'une culpabilité trop lourde, et d'une épreuve où elle devrait obligatoirement se montrer à la hauteur. Et que dire des risques inhérents à un accouchement naturel, avec peu de moyens ? Morgan ne connaîtrait jamais leur enfant, alors qu'ils l'avaient tant désiré... et c'était par sa faute. Cette réalité la frappa avec la violence d'une masse de plomb. Une réalité trop dure pour qu'elle puisse l'accepter.


Never go back
L'espoir, c'est vouloir quelque chose. La foi, c'est croire en quelque chose. Le courage, c'est faire quelque chose.  by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Event de Février - Sujet Commun - Le gymnase   Sam 20 Fév 2016 - 12:23

L'empressement prend vite fin. Thalia nous annonce que c'est pas vraiment pour tout d'suite. Mais.. MAIS ! J'ai entendu elle VA accoucher ! Me sentant un peu bête de m'emporter de cette façon, je laisse mes bras retomber le long de mon corps, regardant Thalia la bouche bée, hochant légèrement de la tête. Entre soulagement et honte.. Même si on ne peut pas vraiment distinguer le rose sur mes joues, sous la saleté du combat.

" Ah euh.. LAISSEZ TOMBER POUR LE TRUC À RETOURNER !

Soupirant finalement, j'appuie ma tête si lourde contre l'obstacle. Ma respiration se calme, suivant le rythme de mon coeur qui redevient enfin régulier. Je les regarde revenir, nos assaillants victorieux. Quel choc cela doit être pour eux.. Revenir du combat et voir un tel carnage, chez les innocents, chez les inoffensifs. J'imagine leur haine qui serait capable de leur faire prendre les armes à nouveau, leur peur qui gèle leur sang à l'idée effroyable de devoir identifier le corps d'un de leur proche. J'imagine combien cette bataille a dû être difficile pour eux aussi. Peut être prendront ils le courage de nous faire part de leur histoire, ou garderont ils le silence..

Puis, je pose les yeux sur mon bandage, rouge et humide de mon sang. C'est vraiment la merde.. J'en ai trop fait. La raison me fait comprendre que j'ai eu tort d'ignorer la gravité de cette entaille. De ne pas prendre en compte les consignes d'Anna..
Mais si j'étais sagement restée dans mon coin, à attendre qu'on vienne me servir la vie sauve sur un plateau, combien seraient encore morts ? Si je n'avais pas pris ce fusil pour protéger celles et ceux qui sont un peu ma famille, aujourd'hui .. ? Je lève les yeux sur le blondinet. Peut être que ma folie a oeuvré pour que Maxine soit dans ses bras. Peut être ai je été réellement utile, pour une fois dans ma vie. Même au prix de mon innocence, même au prix de mon âme.


Hey.. Si tu le trouve, dis lui qu'il faudra aussi s'occuper de ma cuisse, si tu veux..
En plus, ça devrait lui plaire..


Je m'adresse à Jaden, murmurant les derniers mots bien plus pour moi même. J'ai du mal à retenir un petit rire, d'ailleurs, à l'idée de voir l'homme maladroit et timide essayer de me soigner.. Mon dieu, j'suis VRAIMENT dans la merde.

Je tourne ensuite la tête vers Thalia. Quelques heures de répit, pour elle. Pour nous tous. Cette naissance sera une bénédiction, oui. Cet enfant sera un peu le notre, aussi. Chacun, sans doute, lui donnera un peu de chaleur et de tendresse, pour combler l'absence de son père. Moi la première, j'y compte bien.. Émue par ses dernières paroles, je me rapproche d'elle, et pose sa tête sur mon épaule, même si elle est toujours douloureuse. Ma main tapote doucement ses cheveux.


C'est pas grand chose.. Mais moi j'suis là. Puis eux aussi ils sont là..

Toujours aucune larme, même si j'ai envie de pleurer, comme le montre mon menton qui se tord légèrement. Je ne nie pas avoir les yeux humides encore, mais j'en ai assez de fondre en larmes. J'vais continuer à jouer la forte. Ca a l'air bien, d'être forte !
Revenir en haut Aller en bas
Kendale J. Barnett
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 194
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: Event de Février - Sujet Commun - Le gymnase   Sam 20 Fév 2016 - 13:14


Les derniers coups de feu retentissent dans l’enceinte du Lycée. C’est terminé. Un léger moment de flottement s’empare de moi, avons-nous vraiment réussi ? C’est seulement en voyant Moore capturé que je réalise que c’est le cas. Néanmoins, je ne peux m’empêcher de regarder autour de moi, n’arrivant pas à détacher mes yeux de ces visions d’horreur. Des corps, par dizaine, jonchent le sol. Du sang, partout… Des frères et des sœurs d’armes tombés pour la liberté. Notre liberté à tous… Je prends le temps de souffler, essuyant mon visage couvert de sueur et de sang du revers de la main. Durant un instant, je suis incapable de bouger, adossé à un mur… Ayant du mal à croire que nous l’avons fait… Puis mes pensées se tournent une nouvelle fois vers le gymnase. Emerson, Kaycee… Toutes les personnes restées à l’arrière… Il est temps d’aller les rejoindre. Je me redresse, prenant le temps de vérifier si je n’ai pas été blessé dans l’assaut final. Il n’en est rien… Visiblement, la chance était avec moi aujourd’hui…

Une fois dehors, l’air froid me fait un bien fou. Nous avons réussi et l’impatience commence à se faire sentir, d’aller annoncer la bonne nouvelle aux autres. L’enthousiasme de la victoire est sûrement trop fort car je suis loin d’imaginer ce qu’il s’est passé là-bas. Ce n’est qu’en arrivant aux abords de l’entrée du complexe sportif que je découvre avec stupeur et effroi que les portes ont été détruites… Je m’arrête subitement, de nouveau mon cœur se met à battre fortement dans ma poitrine et les frissons reviennent parcourir mon corps entier. Autour de moi, c’est la peur qui nous envahis tous à nouveau. Nous sommes plusieurs à nous mettre à courir en direction des portes qui ont sauté.

Je crois que jamais je n’ai couru aussi vite… Non… Ce n’est pas possible. Que s’est-il passé là-bas ? Lorsque que je parviens à l’intérieur, ma course est stoppée nette par l’épouvantable tableau qui se dessine devant moi. Ce qui me frappe en premier c’est tout ce rouge repeignant le sol du gymnase, puis les corps entassés les uns sur les autres. Au milieu de tout cet amas de cadavres, je reconnais des visages… Des hommes, des femmes, des enfants… Mon regard se pose sur le visage de Jesse, un p’tit gars qui jouait de temps en temps avec Kaycee, âgé d’une dizaine d’année. Les corps de ses parents sont à côté de lui… Inertes. Ma main vient de poser sur ma bouche, je déglutis difficilement. Puis je finis par m’avancer, enjambant des corps. C’est là que j’aperçois une longue chevelure blonde par terre. Non… Je me précipite, faisant basculer doucement le corps sur le dos mais ce n’est pas l’une d’elle… Je suis en train de perdre pied, sentant la colère et la peur revenir. Alors je finis par appeler « Emy ? » Je cherche de tous les côtés mais je ne les trouve pas. Où sont-elles, bon sang ? « Kaycee ? » J’ai dû mal à parler…

Elles ne sont pas là… Je continue à chercher mais toujours rien… Alors j’explose… « EMY ?! KAYCEE ?! » J’ai envie d’aller envoyer mon poing dans le mur le plus proche. Non. Elles sont bien là, quelque part ? Puis, je finis par entendre dans mon dos « PAPA ! » Je fais brusquement volteface découvrant ma fille, les vêtements tâchés de sang. Je me précipite vers elle pour la prendre dans mes bras. « Kaycee ! J’ai eu tellement peur que… Tu vas bien ? Tu n’es pas blessé ? » Puis je remarque l’absence, d’Emy… « Où est ta mère, Kaycee ? Elle va bien ?! » - « Oui… Oui… Je… Vais bien… Calme toi, papa. Elle est dans la tente là, ça va… »





Revenir en haut Aller en bas
Daniel F. Gallow
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/12/2015
Messages : 142
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Event de Février - Sujet Commun - Le gymnase   Sam 20 Fév 2016 - 13:15


If you fuck with us, we'll fuck you right back
with a cherry on top ! | Pv. Emerald Freedom


   
   
   



 Daniel n’était pas vraiment sûr de lui. Il avait eu deux enfants certes, mais jamais de sa vie il n’avait eu à gérer une naissance. Pour ses deux enfants, il n’avait eu qu’à conduire sa femme jusqu’à l’hôpital qui avait fait son boulot d’hôpital. Là, la situation était légèrement plus inquiétante : Compte tenu des circonstances, de l’endroit, de ce qui venait de se produire. Thalia venait de perdre son mari, et c’était cette idée qui tournait en boucle dans l’esprit du disquaire. Qu’est-ce qu’elle allait devenir ? Etant donné son âge, étant donné sa situation, Daniel se voyait mal passer à côté de cela, la laisser se débrouiller toute seule.

Pourquoi ? Parce que Daniel n’était pas un mauvais bougre. C’était un homme qui avait eu la vie la plus ennuyeuse jusqu’à un certain point, celui de non-retour, où il avait complètement craqué. Quand sa femme l’avait trompé et que sa vie s’était confirmée merdique, Daniel s’était promit de ne plus jamais avoir une vie banale. Il en avait oublié ses enfants et s’en était voulu lorsqu’il avait compris que dans lui, son ex-femme ne parvenait pas à s’occuper de ces enfants, qui n’avaient pas un caractère prioritaire à ses yeux. Pourtant, malgré le nouveau tempérament de Daniel, celui-ci avait toujours pris soin de ses enfants. Et cette fois-ci, c’était un enfant à naître qui allait avoir besoin d’aide.

Lysbeth qui était venue vers eux, blessée à la jambe, était surexcitée. Daniel cligna des yeux à plusieurs reprises, légèrement impressionné par l’enthousiasme déplacé de la jeune femme. Elle semblait avoir toujours en elle une sorte d’étincelle d’espoir. Est-ce qu’elle avait raison ? Daniel pensait que oui, mais il avait fait des choses trop horribles de son côté pour pouvoir réagir comme elle. « Nous devrions partir d’ici… Je suis désolé, je n’ai pas l’impression que nous soyons sécurité… » Annonça alors le père de Daniel en essuyant le verre de ses lunettes avec un pan de son gilet. Daniel fit la moue en jetant un instant un œil au couple Preston qui s’étaient retrouvé. Est-ce que Thalia était en mesure de se déplacer. Est-ce que David avait raison de s’inquiéter ?

Thalia, la voix étonnement calme, pointa la blessure de Daniel en lui conseillant de s’en occuper. Il secoua la tête, catégorique. Une jeune femme comme elle, enceinte jusqu’aux os et complètement anéantie était prioritaire. Les vies des survivants n’avaient pas la même valeur, Daniel n’avait aucun mal à l’admettre. « Thalia, on va pouvoir gérer ça. On est toujours vivants, alors on va gérer tout ça. Tu n’es pas toute seule. » Promit alors Daniel, étonnement sérieux, même s’il avait esquissé un sourire en coin pour rassurer la jeune femme. Il pensait ce qu’il venait de dire. Malgré tout, cela n’empêchait pas son fils de le regarder avec un regard dur, un regard coupable.

Malgré tout, Daniel n’était pas médecin et Ian, blessé, avait bien du mal à pouvoir être sur tous les fronts. Tout le monde avait besoin d’attention. Alors ce ne serait pas lui l’homme de la situation pour cette fois. Peut-être que Daniel pouvait l’être, mais il ne se risquerait certainement pas à examiner le ventre de Thalia à l’aveugle. Il était préférable de partir, David avait sûrement raison. « Est-ce que tu crois que tu peux te lever ? Si on te soutient tous, ça ira très bien… » Daniel leva les yeux vers Lysbeth, un sourire encourageant sur le visage. Elle avait la jambe assez amochée, mais peut-être serait-elle encore capable de soutenir son amie.

Daniel lança un regard inquiet à sa fille, qui continuait de pleurer silencieusement, la tête haute pour montrer à quel point elle était courageuse. Phil était déjà positionné à côté de Thalia prêt à aider malgré ses dix ans.



   
   
   


J'ai volé mon âme à un clown, un cloclo mécanique, du rock & roll cartoon.

Revenir en haut Aller en bas
http://fanficamplificatum.blogspot.fr/
Maxine Preston
Fondatrice à la retraite
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 10/11/2013
Messages : 6189
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: Event de Février - Sujet Commun - Le gymnase   Sam 20 Fév 2016 - 14:24

Ils revenaient. Elle pouvait voir la salle se remplir par dessus l'épaule de Jaden. Et tous ne s'attendaient pas à voir une telle scène en retrouvant le gymnase. Mais égoïstement, Maxine ne se préoccupait pas d'eux, elle le ferait plus tard parce que là, maintenant, elle restait focalisé sur le plus important : Sa famille. Les yeux fixés sur le lèvre coupée de son mari, elle sentit son cœur se fendre. Ce qui était assez bête pour une si petite plaie. Elle savait très bien qu'il avait connu pire, que les cicatrices qu'il avait sur le torse provenaient de blessures bien plus graves, mais le fait de le voir blessé, de réaliser dans quel état il avait bien pu être avant leur rencontre, était tout bonnement insupportable. D'après lui, un peu de désinfectant et quelques points suffiraient. Maxine hocha la tête avec un sourire désolée avant de prendre une forte inspiration entrecoupée par les sanglots qu'elle tentait de contenir.

Elle se laissa guider, le bras de Jay autour de ses épaules. Il voulait que la coupure qu'elle avait à la main soit soignée. « Non.. » Coupa doucement Maxine en arrêtant de marcher. « Ça peut attendre. » Elle quitta son mari des yeux pour observer la salle puis, elle lui désigna les autres du menton. « C'est plus urgent pour eux. » Tout les corps étendus au sol lui brouillait l'esprit, elle n'arrivait pas à réfléchir correctement. Des flashs lui revenaient sans cesse, des cris, des hurlements de douleurs et les gémissements des mourants. Hésitante, elle se lança quand même. « Il faudrait peut-être regrouper tous les blessés dans une pièce, quelque part, pas ici. » Elle secoua la tête. « Il faut qu'on sorte d'ici. » Dit elle en hochant la tête doucement en se mordant la lèvres, le suppliant presque de la sortir de là. Ce qu'elle disait, les autres pouvaient l'entendre mais ce qu'elle s'apprêtait à dire, devait être dit discrètement. Elle se rapprocha donc de Jaden pour lui murmurer. « Et tous ceux qui sont morts ? Qu'est ce qu'on doit f- ? »

Elle fut coupée par l'arrivée de Fitzgerald mais surtout par celle de Moore. Fermement tenu aux poignets et à l'aide des serflex, lui aussi semblait avoir passé un sale quart d'heure. D'un coup de pied derrière la jambe, le Caporal fit basculer Moore pour qu'il se foute à genoux. L'institutrice fut incapable de prononcer un mot et de décrocher le regard de cet homme. Son arrivée plongea le gymnase dans un effroyable silence, tous les regards tournés vers lui, vers le responsable de ce massacre en attendant qu'il parle. Est ce qu'ils voulaient des excuses ? Non. Même si Moore passait le reste de sa vie à s'excuser, ça ne suffirait pas pour pardonner tous les corps allongés sur le sol, baignant dans leur sang. Puisqu'elle le dévisageait, Maxine put assister à la naissance d'un léger sourire sur le visage du militaire. Un sourire accompagné d'un rire progressif pour finalement devenir sonore. « Vous êtes qu'une bande de cons. » Il continua de rire avant de se reprendre. « Vous allez tous crever. Tous. Les uns après les autres comme des chiens. »

Alors que le Général continuait de leur expliquer que si ils avaient survécu jusqu'ici c'était grâce à eux et que maintenant ils allaient tous crever et que cela le réjouissait au plus haut point, Maxine elle, s'adressa à son mari sans même tourner la tête. Elle ne voulait pas quitter le militaire du regard, la rage qui lui brûlait les entrailles ne lui donnait qu'une seule envie, celle de le voir mort. « Tue le. » Il lui avait fait la promesse qu'il leur ferait payer.

Moore était le dernier à devoir passer à la caisse.



- But I can't compete with the she-wolf,
What do you see in those yellow eyes ? -
Revenir en haut Aller en bas
Jaden Preston
Administrateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 08/09/2014
Messages : 1384
Age IRL : 29

MessageSujet: Re: Event de Février - Sujet Commun - Le gymnase   Sam 20 Fév 2016 - 15:10


Jaden hocha la tête en direction de la rouquine pour lui confirmer qu'on s'occuperait de sa vilaine blessure le plus vite possible. Le garrot qu'on lui avait fait à la cuisse l'avait certainement empêchée de se vider de son sang mais ce n'était qu'une solution provisoire. Combien d'autres étaient dans le cas de Lysbeth ? Le plus possible, espéra-t-il, rationnel. Le plus possible, parce que malgré l'état de leur blessures, ils étaient encore en vie, ils avaient des chances d'être soigné et de s'en remettre, ce qui était bien plus que d'autres ici, comme Morgan, auquel il ne pourrait finalement pas présenter d'excuses.

Maxine le stoppa rapidement. Sa main pouvait attendre disait-elle, se montrant tout aussi rationnel que son époux. Les lèvres de l'ancien marines se pincèrent. Au fond de lui, il savait qu'elle avait raison. Les nerfs n'étaient visiblement pas touché et une fois les quelques morceaux de verres retirés, un peu d'antiseptique, de la gaze, un bandage et elle serait comme neuve. Vouloir la faire soigner immédiatement était peut-être égoïste mais pouvait-on le blâmer pour autant ? Tous ceux qui en avaient encore la possibilité auraient certainement souhaité la même chose que lui. Qu'on lui dise le contraire l'aurait fait sourire. Sa blessure pouvait attendre et elle avait raison. Sur ça, comme sur le reste. Même si l'espace qu'offrait le gymnase aurait été sacrément pratique pour apporter les soins nécessaires, ce qui s'était passé ici et ce qu'ils devraient faire dans très peu de temps rendaient l'utilisation de ce bâtiment-là impossible. Ils devaient sortir les blessés de là, les amener dans le bâtiment principal, reconvertir les quelques salles de classe autour de l'infirmerie et les soigner. Cette journée était loin, très loin, d'être finie.

Preston n'eut pas besoin de suivre le regard de sa compagne pour comprendre pourquoi elle s'était interrompue. Fitzgerald traînait Moore dans le gymnase. Le général affichait le même sourire satisfait qu'une poignée de minutes plus tôt, lorsque Jay l'avait sorti du lycée et que lui avait compris ce que ces hommes avaient fait. Son rire retentit. Le blond serra les dents, regrettant immédiatement de ne pas lui avoir brisé la mâchoire, de ne pas avoir appuyé son genou sur sa gorge si fort qu'il lui aurait fait péter les cordes vocales. Voilà qu'il mettait ces dernières à profit. Insultant, il leur rappelait à quel point eux, les civils, auraient dû leur être redevables, à quel point ils n'étaient rien sans eux. Et dans tout ce déversement de haine et de colère, il entendit la voix de Maxine.

"Tue le."

Jaden fit quelques pas et dégaina le Five-seveN encore attaché à sa cuisse. Le visage impassible, le regard dur, il s'avança jusqu'à ne se trouver qu'à quelques mètres du captif et pointa le canon vers le  général. Froidement, il appuya sur la gâchette une fois. Une seule. Le coup de tonnerre retentit dans le gymnase stoppant net les paroles de Moore. La balle qui lui avait perforé le crâne. Preston resta planté là à le regarder jusqu'à ce que le corps sans vie de l'homme s'écroule comme une vulgaire marionnette sans ses fils. Sans s'attarder une seconde de plus sur son cadavre, il rengaina son arme et retourna auprès de sa femme.


You handle your own when you become a man

And become a man when you handle your own
Ain't much I can do but I'll do what I can
But what can I do if I do till it's gone...
Revenir en haut Aller en bas
Ayden W. Forestier
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 02/11/2015
Messages : 201
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Event de Février - Sujet Commun - Le gymnase   Sam 20 Fév 2016 - 15:34

Après quelques minutes, c'est Seth qui vint éclater la bulle d'Ayden, venant doucement tomber à genoux auprès de lui. L'aîné, qui savait que son cadet vivait très mal les séparations ou les décès, eut le réflexe d'enlacer les trois corps pour les câliner avec toute la force qu'il pu. L'ancien soldat voulait garder la tête haute pour soutenir au mieux le muet. L'illustrateur posa son regard bleu sur celui de son frangin, lui laissant voir les sillons tracés sur la crasse des joues pleines de sang, de poussières. Les français s'observèrent un instant, chacun pleurant finalement la perte de ces gens qu'ils considéraient comme faisant parti de la famille. Ils avaient été incapable de prévoir leur perte. Finalement, ce fut l'informaticien qui rompit le silence de sa voix brisée.

- Va t'assurer que tes amis vont bien, Ayden.

L'artiste avala difficilement sa salive tandis que son frère sortit une lame au clair, l'enfonçant dans le crâne de Sam, en premier lieu avant de l'allonger avec délicatesse. Il l'embrassa sur le front puis se tourna vers Ayden, attendant qu'il accepte de lui remettre l'enfant. Le jeune français inspira douloureusement, le menton tremblant tant il se retenait de pleurer à nouveau, puis tendit le petit corps qui, comme sa mère fini avec l'arrière de la tête transpercée. Un regard à l'autre Forestier et il accepta, d'un mouvement de tête, de s'en aller. Seth avait besoin de pleurer tout son saoul car il perdait son filleul et la famille de son filleul. Le muet s'éloigna petit à petit, recommençant à voir le reste de monde, les décédés comme les vivants. Ici et là, certains retrouvaient leurs familles ou les pleuraient. Le français n'avait qu'une famille et il respirait encore, c'était une chance.

Faisant le tour, l'homme aida les gens, ici et là, les ramenant au plus proche de ceux qui pouvaient encore aider et finalement se stoppa en voyant une bande de survivants. Parmi eux, son amie Bernadette. Un léger s'étira sur les lèvres du muet et il s'empressa de la rejoindre pour la serrer contre lui, heureux de savoir qu'une des personnes qui comptait pour lui respirait encore. Après l'étreinte forcée, il lui caressa les joues pour voir à quelle point elle n'était pas non plus en merveilleuse état. Il n'avait jamais été tactile avec l'avocate, mais là, le soulagement commandait ses gestes. Et puis, au moment où il voulait se retourner pour voir qui d'autres vivaient, il entendit une voix qui lui glaça d'abord le sang avant de sentir la colère gronder en lui. Moore riait aux éclats et semblait heureux puis tout s'arrêta quand un coup de feu éclata. Faisant fi de la douleur, Ayden serra les dents et quitta les autres pour rejoindre le cadavre du général. Le sang coulant à nouveau dans sa bouche, il regrettait de ne pas être celui qui l'avait achevé ou même de l'avoir fait souffrir alors, il se contenta simplement de lui cracher dessus son hémoglobine.


You & I ? Why not ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Event de Février - Sujet Commun - Le gymnase   Aujourd'hui à 2:52

Revenir en haut Aller en bas
 

Event de Février - Sujet Commun - Le gymnase

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 22 sur 24Aller à la page : Précédent  1 ... 12 ... 21, 22, 23, 24  Suivant

 Sujets similaires

-
» Comment se perdre en 1 leçon [Sujet Commun N°1]
» Sujet-commun : Intrigue 1
» SUJET COMMUN // joyeuse Saint-Valentin !
» LE BAL DE LA SAINT-VALENTIN - sujet commun (l'arrivée des invités)
» On ne vous oubliera jamais... [Sujet Commun]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Event-