Partagez | .
 

 Love me like you do [Feather]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
Cody Harrison
Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 96
Age IRL : 27

MessageSujet: Love me like you do [Feather]   Lun 8 Fév 2016 - 23:00

Dans la cuisine, le silence inonde la pièce me laissant une sombre impression. Contant les boites de conserves restantes, comme un bon petit comptable, je ne trouvais que cette manie inutile pour occuper mon esprit et laisser la journée s'écouler, encore une autre. Je sais que Margaux est saine et sauve dans la chambre d'à côté, avec sa cousine. J'ai mis du temps à lui faire comprendre qu'on était en sécurité et qu'on ne craignait rien. Mais malgré ces murs, malgré notre groupe, malgré la tranquillité des lieux. J'ai eu l'impression de lui mentir la première fois que je lui ai dis ça. Les autres, ont suffit à me convaincre moi-même. Et malgré tout, Leah est morte, Dwight blesser, je ne peux que réaliser l'impuissance dont je fais preuve. Je me demande si je suis si utile que ça dans ce nouveau monde. Si j'avais su, il y a 20 ans de cela, que je me dirigeais vers la plus mauvaise carrière qui existe, j'aurai peut-être réfléchi à deux fois, avant de quitter les sciences. Dean est mille fois plus précieux de ces conditions que je ne le suis. Mais en même temps, je ne peux m'empêcher de m'accrocher indéniablement à la vie... J'ai peur de mourir, j'ai peur de ce qui m'attends là-bas, j'ai encore envie de vivre...

Je ne m'étais pas rendu compte, qu'une fois encore, je m'étais mis à fixer la fenêtre, le regard absent. Je vois l'extérieur sans vraiment discerner avec exactitude leurs traits. Les lunettes sont sur le nez de Cody, qui s'occupe des filles, ou de Dwight ou encore de Fawn... Je ne sais plus, j'ai l'impression de ne plus vraiment comprendre comment fonctionne le temps désormais. L'esprit ne se met en route que sur demande, qu'en présence de mon frère. Comme si, Dean me complétait. J'ai besoin de lui, plus que jamais. Sans lui, je ne vis pas vraiment, je sens que je m'éteins un peu plus.

Fait irruption, la petite blonde qui me sert de nouvelle colocataire. Son regard réussi à me ramener sur place. Sa compagnie est facile et agréable. Elle était là à mon arrivée dans la maison. Je crois bien que si elle n'était pas là, jamais Dwight nous aurait accepter parmi eux. Je venais de perdre ma femme, j'étais effrayé, effondré et la seul chose qui me maintenait encore sur mes deux jambes, c'était l'espoir d'un abri ou garder les filles et mon frère en vie... Elle était là première de cette nouvelle ère, à me tendre la main. Depuis, je ne cesse de me sentir aspirer par son attraction. Je n'arrive pas à ignorer sa présence dans la pièce, ni même à faire semblant. Quand elle me sourit, je sens les traits de mon visage qui lui réponde sans même que j'y réfléchisse. Elle agite sa main devant mes yeux et le voile de mes yeux se lève pour que je puisse la voir plus en détail.

-Humm ?

Ce n'est pas la première fois qu'elle me trouve à cette endroit de la pièce à fixer le vide. Cette maison est si grande, que peut importe ou je regarde, il semble que l'extérieur est ce qui m'inquiète toujours le plus.

-Ils nous restent encore beaucoup de conserve, ton frère n'aura pas besoin de sortir avant qu'il ne soit complètement guéri.

Je regarde derrière elle, en direction du couloir. Un sourire narquois se forme, je cherche une certaine complicité avec elle.

-Il ne te suit pas j'espère ?

Si Dwight a du mal avec moi, c'était sans doute à cause de notre rencontre. Mais je l'estime et que sa présence dans la maison me rassure, je sais qu'il préférait je sois ailleurs qu'entre ces murs. Un sentiment, une impression, mais je ne suis pas idiote, je sens quand les gens se tendent quand je suis autour. Ironique que j'apprécie autant sa sœur, elle me mets autant à l'aise qu'il me rend nerveux. Je distingue quelque chose d'inhabituelle dans les cheveux de Feather. Je plisse le regard. C'est plus fort que moi. Je tends la main, frôle sa joue. Sa peau est si chaude qu'elle irradie la mienne à sa proximité. Une brindille... Je ne cache pas ma perplexité et ma désapprobation.

-Tu es sortie dehors ? Seule ?



Eventually, everything goes away
Allegiant ⊹Depuis tout petit, je sais une chose: que la vie nous abîme tous. On n'y échappe pas. Mais je suis en train d'en découvrir une autre : qu'on peut se réparer. On se répare les uns les autres. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Love me like you do [Feather]   Mer 10 Fév 2016 - 0:07

Encore un après-midi dans la neige qui avait épuisé la jeune norvégienne. Elle venait de terminer un immense bonhomme de neige avec Margaux et Ann, et elle était gelée. Les petites n'étaient pas prêtes à rentrer, elles avaient l'air de bien trop s'amuser. C'était rare qu'elle entende les petites rire autant et la jeune femme ne comptait absolument pas leur gâcher le plaisir. Elle leur avait uniquement intimé de ne pas rester non plus des heures pour ne pas attraper froid. Ce n'était pas le moment de chopper une pneumonie. Dans le pire des cas, si elle ne les voyaient pas rentrer, elle leur demanderai de venir au chaud plus tard. Mais pour le moment, tout ce qu'elle voulait, c'était un bon vieux thé à la menthe.

Dès qu'elle passa le pas de la porte, elle se retira immédiatement ses boots et souffla sur ses mains. De la buée s'était formée sur ses lunettes de soleil et elle ne voyait plus rien. Dès qu'elle les retira, elle eu un mouvement de recul quand elle vit Cody, tel un spectre, la tête dans le garde manger. Elle éclata de rire et celui -ci semblait totalement décontenancé. Le pauvre homme semblait perdu, mais il fallait avouer que Feather l'aimait bien. Malgré son mal-être apparent, la jeune femme appréciait réellement sa compagnie.

"Alors Coco, il y a encore suffisamment de pédoncules?"

Elle aimait bien se moquer de lui, leur complicité était réelle. Elle se sentait bien avec lui, il était beaucoup plus agréable que son jumeaux. Une vraie peau de vache celui-là. Elle avait beau vraiment vouloir faire des efforts avec lui, il était toujours très froid et distant. Ca la démoralisait parfois car elle ne comprenait pas toujours pourquoi les gens ne l'aimaient pas, mais elle essayait de faire au mieux pour ne pas insister. Cette fois-ci, elle n'eut pas de réaction réelle de la part de l'homme. Le corps était là et le sourire aussi, mais l'esprit était ailleurs Il semblait trop absorbé. Elle se rapprocha de lui pour agiter sa main devant ses yeux et ses prunelles retrouvèrent directement leur petite lueur d'intelligence. La jeune femme sourit de nouveau. Il n'était pas croyable cet homme. Il lui répondit encore des banalités. Feather avait remarqué que chez lui, c'était pour se donner contenance quand il était mal à l'aise. Peut-être se trompait-elle, après tout, elle n'était pas médium.

Elle explosa de rire quand il la taquina sur son frère. C'est vrai qu'il était un peu toujours sur le dos de Cody, particulièrement depuis son accident. C'est là qu'eux deux avaient appris à se connaître un peu mieux, et même convalescent, le blond était toujours derrière eux. Pas moyen de rester très longtemps seuls, à croire qu'il s'imaginait quelque chose.

"Roooh, tu crois vraiment qu'il m'a suivit dehors avec ce froid de canard? Arrête!"

Elle pinça doucement la joue de l'homme. Il était tellement attachant. Quand il passa une main dans ses cheveux, la jeune femme frissonna et baissa le regard. Ce geste la mettait incroyablement mal à l'aise. Pourquoi, elle n'en avait pas la moindre idée. Elle ne comprenait pas pourquoi il s’inquiétait.

"Nous étions dans le jardin, il n'y a pas de quoi s'inquiéter! Les filles sont encore dehors, juste devant la maison, regarde!" Elle ouvrit la fenêtre et fit un signe de la main aux petites qui lui répondirent tout de suite. "Il ne faut pas stresser pour rien papa poule, on fait attention à vos progénitures!"

Elle commença à préparer son thé, et avait dans la tête un air de Nightwish. Ses doigts la démangeaient, il fallait qu'elle joue de la harpe. Généralement, elle ne rejetait jamais l'appel de la musique, et cette fois ne ferait pas exception à la règle. Ca faisait des semaines qu'elle n'avait pas touché à l'instrument, et c'était si rare qu'elle ne joue pas. Elle leva les yeux vers Cody avec un petit sourire. C'était une part d'elle qu'il ne connaissait pas, ce serait l'occasion de lui faire découvrir quelque chose qui lui tenait à coeur. Elle lui tendit la main :

"Viens, je vais te montrer quelque chose!"
Revenir en haut Aller en bas
Cody Harrison
Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 96
Age IRL : 27

MessageSujet: Re: Love me like you do [Feather]   Jeu 11 Fév 2016 - 22:30

Coco... Voilà un surnom dont Cody n'était pas franchement fan. Mais il s'était habitué à l'entendre de la part de la jeune femme. Il soupire, se résigne à la laisser faire comme ça lui chanter. Il le lui avait déjà dit, si elle continuait, c'était sûrement pour le taquiner. Néanmoins, le rire de Feather était un baume pour son cœur, lui procurant un réel sentiment d'apaisement. Une sensation qui lui permettait de mettre un voile sur les images qui l'empêche encore de dormir la nuit. Et comme il s'en doutait, la jeune femme était bien dehors, il commence à sentir sa nuque se raidir. Non il était loin d'un l'un des ces nerveux colériques, mais c'était plus fort que lui, ça lui déplaisait réellement. Et dire qu'il était le plus courageux des deux jumeaux, on ne connaîtrait pas Dean, on jurerait qu'il s'agit d'une blague. « Nous étions dans le jardin... » Alors qu'il était en train de ranger ce qui traînait sur la table pour qu'il puisse faire ses comptes. Il la dévisage un instant. Qui était nous... Les filles... Son visage passe du rose aux joues, au livide complet.

« Quoi ? »

Quand elle ouvre la fenêtre, Cody se précipite dans l'encadrement et voit sa fille et sa cousine à jouer dans la neige. L'inquiétude lui tord l'estomac. Mais force est de constaté que Feather avait peut être raison de leurs changer les idées au lieux de les inquiéter à les séquestrer pour les garder en sécurité. Alors il sert les dents, esquisse un sourire difforme et secoue légèrement sa main aux gamines. Oui il était un peu étouffant. Mais cette remarque l'irrita un instant. Il était pourtant assez conscient, que ces différentes perspectives, venaient en majorité de leur différence d'age et d'expérience. Il se mord la langue, chose qu'il faisait plusieurs fois maintenant avant de parler. Majoritairement, il le faisait avec Dwight, pour éviter les conflits, il les fuyait comme la peste. Mais c'était dingue la colère qu'il pouvait cogiter dans son coin depuis la mort de son fils, Jace. Profitant de l'eau encore chaude, Cody sorti deux tasses en plus et des sachets de tisanes qu'il avait repérer un peu plus tôt. Non sans être tenté par l'invitation mystérieuse de Feather, s'il devait quitter la pièce et donc perdre de vue les filles, il ne pouvait pas les laisser sans surveillance.

« Attends. »

Il prépare les tasses, comme un chasseur ferait son leurre. Fumant à travers la fraîcheur des lieux. « Margaux, Ann, rentrez maintenant, je vous ai préparer quelque chose à boire... » Si autrefois Margaux était du genre à discuter avant d'obéir, c'était un problème réglé avec le traumatisme de son ancienne maison. Elle abandonne son bonhomme de neige, et tire le poignée de Ann sans réaliser le côté un peu dictateur de ce geste. Mais Ann se laisse aisément guider par ces initiatives, l'ombre d'elle-même depuis la perte de sa sœur jumelle. Cody ne pouvait que compatir en espérant n'avoir jamais à comprendre la douleur qu'elle traversait. Il n'y survivrait certainement pas. « C'est du chocolat chaud ? » Demande Margaux, Ann dans son sillage, plus discrète, plus effacée. « Non ma puce, on a plus vraiment de lait et pas de cacao en poudre de toute manière, mais j'ai des tisanes, comme celle que... » Il allait dire maman. Mais prononcer le mot lui arrache le cœur. « tu aimes . Tu veux bien en boire une tasse et rester ici au chaud avec ta cousine ? » Elle secoue la tête à l'affirmatif. « On pourra retourner dehors ensuite ? » Il fait la moue. « Hmm il va faire bientôt nuit, demain peut-être. Mais ne poussons pas le destin d'accord. Et toi Ann, ça te va ? » Ann s’assoit à côté de Margaux, hausse les épaules. Si elle avait offert un sourire à Feather, Cody était moins chanceux. Il temps les tasses et les morceaux de sucres. « Je reviens, je suis avec Feather, si jamais ya quoique ce soit, vous pouvez nous rejoindre. »

Voilà, le papa poule était enfin rassurer et la conscience en paix. Il remarque bien le visage réprobateur de Feather et comme un enfant qui aurait fait une bêtise il hausse les épaules et lève ses mains au ciel. « Quoiiii ? Tu n'as pas d'enfant, tu comprendrais sinon... C'est déjà beau que Dean ait laisser les filles sortir avec toi, même dans le jardin... Alors si ya personne avec elle et personne pour les voir... »

Il rejoint Feather qui était sorti pratiquement de la pièce et se retourne sur les petites une dernières fois. « Ah oui, si vous cherchez Dean, il est à la bibliothèque... » « On sait. Il n'en sort que pour soigner Dwight... » Lâche avec une impression d'agacement Ann. Cody fronce les sourcils un instant. Mais il ne peut rien faire, ce n'était pas son rôle d'agir. Il savait de quoi allait parler sa future conversation avec son jumeau, dès qu'il le verrait. « Soyez sage. »

Il attrape enfin cette main qu'elle ne tendait pourtant plus. Assez à l'aise pour se montrer tactile avec elle, il presse ses doigts sans se montrer envahissant pourtant. « Alors, qu'est-ce que tu voulais me montrer ? » Il rejoigne le salon. Encore perplexe, il se passe la main machinalement dans les cheveux, ses boucles se faisant un peu trop longue. Il songeait à demander à Feather de les lui couper. Comme sa femme en avait l'habitude avant. Dean était pas très doué avec la symétrie et c'était pour Cody quelque chose d'assez obsédant quand il se regardait dans le miroir. Le regard se perdant dans l'immensité de la pièce. Un salon ? Plutôt une salle de réception oui. Si la vie des jumeaux étaient loin d'être pauvre, elle était certainement plus modeste que cette maison, secondaire qui plus est...



Eventually, everything goes away
Allegiant ⊹Depuis tout petit, je sais une chose: que la vie nous abîme tous. On n'y échappe pas. Mais je suis en train d'en découvrir une autre : qu'on peut se réparer. On se répare les uns les autres. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Love me like you do [Feather]   Mer 17 Fév 2016 - 13:14

Quand elle vit que l'homme ne la suivait pas, le sourire de la jeune femme se crispa, suivit d'une boule au ventre. Avait-elle fait quelque chose de mal? Elle avait très peu conscience de ses actions, quitte à toujours avoir tendance à aller trop vite, à brusquer les gens. Quand elle vit les yeux de Cody s'assombrir, elle regretta ses mots, bien qu'elle ne sache pas exactement lesquels. C'était frustrant de savoir que même depuis la fin de tout et quasiment enfermée dans une maison depuis des mois, il fallait qu'elle fasse attention à ses faits et gestes. Décidément, les traumatismes avaient été servis à la louche ces derniers temps. Elle n'avait jamais eu l'impression de devoir marcher sur des œufs avec Cody, généralement, c'est lui qui menait la danse. Il la faisait rire et la divertissait. Mais de plus en plus, l'air lui semblait lourd dans cette maison. Devoir restée enfermée lui pesait, et voir Cody faire rentrer les enfants comme des chiens la fit se crisper. Quand elle avait pris la décision de faire sortir les filles, cela faisait des mois qu'aucune des deux n'avaient mis le pied dehors. La jeune femme les avaient vues s’assombrir pendant des jours, presque autant de leurs pères qui n'étaient très certainement plus que l'ombre des hommes qu’ils avaient dû être, et les voir ainsi la rendait... Folle. Oui, c’est cela, folle. Avec Dewi qui rageait de plus en plus d'être contraint au repos forcé à en devenir réellement désagréable, Fawn qui était si discrète et les jumeaux qui étaient plus bruyant que deux limaces qui se racontaient des potins, sans compter les petites qui dépérissaient chaque jour un peu plus, Feather avait réellement besoin d’air.

Elle crispa la mâchoire et laissa sa main retomber sur le comptoir. Elle qui aimait le grand air pur, le laisser emplir ses poumons, elle avait décidé de partager ce moment avec les petites. Les entendre rire gaiement, ce qui n'était pas arrivé depuis des mois, les voir se rouler dans la neige, presque apaisées, avait été un vrai baume pour le cœur de Feather. Le bonheur et la joie, c'est réellement ce qui manquait dans cette maison. Il avait laissé le goût amer des regrets, les tensions insupportable et la jeune femme autrefois si douce n’était plus qu’une boule de nerfs. Elle recule pour s’adosser au chambranle de la porte, avant de pousser un soupir. C’était clair et net, il l’exaspérait au plus haut point. Qu’est-ce que ça aurait changé que les filles passent cinq minutes de plus sous les flocons ? Il était à peine quinze heures et les journées étaient très longue ces temps-ci. Il faisait peut-être nuit tôt, mais quand on avait rien à faire... Déjà que l’homme ne jurait que par son frère jumeaux, manquait cruellement de distinction par rapport à Dean, alors le peu de temps qu’ils pouvaient avoir sans que celui-ci ne trouve autre chose à faire était le bienvenu… et avait totalement été gâché. Elle aurait mieux fait de se taire. Sa réaction était peut-être totalement égoïste, mais elle faisait tout son possible pour mettre tout le monde à l’aise et l’homme venait de réduire à néant ses efforts.

Quand celui-ci se retourna après cette démonstration de paternité, Feather avait posé sa tête avec un regard vide contre le chambranle. Elle était déçue. A voir la tête d’Ann, puis celle de Margaux, l’épisode de bonheur et de joie avait totalement été mouché. Elle fronça les sourcils et serra les dents quand il lui reprocha de ne pas avoir d’enfant. Non, en effet, elle n’avait pas pu en avoir par le passé. Mais sa réflexion était totalement déplacée, ce qui la mit totalement en rogne. Elle garda le silence plus longtemps, et tressaillit quand l’homme la rejoignit. Elle n’avait qu’une envie, le laisser là où il était. C’était ridicule, le salon donnait sur l’endroit où était les filles avant que le papa poule ne les fasse rejoindre le poulailler, et ils auraient eu totalement vue sur eux. Mais ça, Cody semblait l’avoir oublié. Elle le laissait lui prendre la main, c’était inutile de lui faire une scène devant les filles. Elle n’avait peut-être pas eu d’enfant, certes non, mais elle savait comment prendre soin d’eux un tantinet. Et les mots de Cody avaient laissé un goût amer au creux de sa gorge. La prise de sa main sur la sienne la répugnait presque, elle aurait voulu la retirer. Et lui-même ne se rendait pas compte qu’elle bouillonnait de l’intérieur. Il avait l’air une fois de plus perdu dans ses pensées.

Arrivés au salon, elle retira sa main avec force et s’écarta de lui.

- Pourquoi t’as fait ça ? T’as pas vu le sourire sur leurs lèvres ? C’est quoi ton but ? Les faire tomber en dépression infantile ? C’est pas parce que  t’as fini traumatisé que tu dois le faire pour les filles !

Elle était réellement en colère. Réellement. Il avait gâché ce moment, et bien qu’elle n’avait que peu échangé avec les petites, elle savait ce qui leur manquait le plus. Margaux lui avait dit. Elles avaient fait en sorte d’éviter de parler de leur maman, mais me fait d’avoir Feather leur remontait un peu le moral. Les jeux leur manquait, il n’y en avait pas dans la maison. A mesure que les jours passaient, Feather avait appris à connaître les petites, Ann lui souriait de plus en plus souvent, malgré la difficulté du geste. Et c’est le père d’une des deux qui se permettaient de lui faire la leçon alors qu’il passait son temps à compter des boîtes, et le second restait dans ses bouquins. Et qui gérait les filles ?

- Tu ne t’étais même pas inquiété de savoir où elle était avant en plus...
Revenir en haut Aller en bas
Cody Harrison
Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 96
Age IRL : 27

MessageSujet: Re: Love me like you do [Feather]   Mer 24 Fév 2016 - 5:17

Qu'il était facile de vivre quand les plus dure des décisions dans l'éducation de ses enfants étaient faites par Amélia. Il endossait alors pleinement le rôle de papa gâteau qui disait oui plus facilement. Mais plus il découvrait cette nouvelle air, rempli de violence et d'atrocité, plus la peur au ventre de perdre les êtres chers le réveillait la nuit. L'inquiétude de sa femme, sa façon de les surprotéger, de les gronder quand ils dépassaient le couvre feu, même de dix minutes, sa façon de se démener à aller les chercher à l'école, même avec son travail qui comptait sur elle. Oui, il n'avait jamais autant compris sa défunte femme que depuis qu'elle était morte. Il marchait dans ses souliers à chaque instant, la terreur qu'on lui arrache ses dernières raisons de vivre.

Alors quand il a vu sa fille et sa nièce dehors, seules, même dans le jardin, encouragé à vivre leurs vies de petite fille par Fea', il ne pouvait décemment pas lui en vouloir. Il avait été cet homme là autrefois. Complice et aimant, impliquer dans les activités des enfants après son travail. Il pouvait passer des heures avec ses enfants, des jours entier en famille avec Dean et ses enfants. S'amuser de leur jumélité pour perturber les enfants avant qu'ils ne soient assez mature pour les reconnaître et faire la différence. Cody se laisse assez distraire par les souvenirs pour ne pas remarquer le changement d'humeur de la jeune suédoise. Attentif pourtant, les yeux de Feather avait sa manière de garder secret ce qu'elle ressentait. Il mettait parfois beaucoup de temps à la déchiffrer avant qu'elle ne lâche le morceau et il n'insistait jamais, de peur d'offenser ou d’agacer. Il compris seulement que quelque chose clocha quand elle arracha sa main de la sienne. Le geste fut si soudain, le visage si amer, que Cody sursauta presque de surprise et la dévisagea, perdu. Il ne comprenait réellement rien à ce revirement de situation alors qu'il avait pris soin de ne pas l'insulter dans ses mots.

Première question... « Fait quoi ? » Deuxième phrase « ..Atte.. » Troisième, « Mais... » Quatrième puis cinquième. L'impression d'avoir une porte qui se claque juste devant son nez. Il avait essayé d'en placer une, mais elle ne l'avait pas laissé faire. Et l'injustice qu'il ressentait faisait ressortir tout le ressentiment qu'il avait vis à vis de cette différence d'état d'esprit. Leah était morte, elle aurait du se sentir autant concernée... Il serra les poings qu'il avait pris soin de fourré dans ses poches pour cacher le geste. Un soupire, il essaye de laisser couler. Les femmes... Là ce n'était pas sa femme qu'il voyait, mais sa sœur. Il mit sa colère sur le compte des hormones et mit sa rancoeur de côté, il ne voulait vraiment pas monter au créneau contre elle. Il ne voulait pas qu'elle le déteste autant que Dwight le faisait déjà. Ne pas être aimé des autres, voilà bien quelque chose difficile à vivre pour Cody, qui n'était pas construit pour la popularité ou les grandes rassemblement. Travaillant seul dans son petit bureau, à longueur de journée, il n'allait jamais boire un coup après le boulot avec ses collègues, jamais il ne se montrait en famille aux repas de Noël organiser par le siège de sa boite. Et avant que le monde collapse, il envisageait même de se mettre à son compte. Seul la recherche de client était un frein pour lui, qui n'était pas très à l'aise avec les inconnus.

- Tu ne t’étais même pas inquiété de savoir où elle était avant en plus...

La phrase éclate comme un ballon dans sa tête. Un reproche qu'il se sent immédiatement visé, tapant là ou cela faisait mal. Là où il s'en voulait le plus. Comme une chaudière, les voyants se mettent tous au rouge. Et l'habituel doux et gentil Cody fit monter le ton de sa voix pour la première fois depuis son arrivée dans la maison.

-Tu ne sais rien Feather !  Ce ne sont pas TES enfants ! Et visiblement tu n'es pas assez mature pour le comprendre ça aussi...

Il se sentit si blessé par cette dernière remarque, qu'il laissa échapper des mots qu'il ne pensa pas réellement. Pas tous, du moins. Mais ce qu'il avait vécu avant de venir ici, l'avait traumatisé mais aussi détruit. Il ne voulait pas se justifier devant elle... Il n'avait pas à le faire. Bon sang, même Amélia ne lui avait jamais reproché ce jour-là d'avoir manqué de vigilance sur les enfants. Pourtant, il s'en sentait terriblement responsable, qu'il avait l'impression qu'elle le mettait au bûcher. Les souvenirs le submergèrent comme un raz de marrée. Si bien que n'importe qui dans la maison aurait pu l'entendre, et très certainement les filles.

-Tu n'étais pas là ! Tu n'étais pas là quand Jace s'est enfui pour aller jouer DEHORS, tu n'étais pas là, quand il a mordu sa propre mère tellement violemment qu'elle en est morte... Sa voix se brisa ensuite et ses épaules s'effondra. « Tu n'étais pas là quand j'ai du passer un objet au travers de son crâne juste pour séparer sa mâchoire, du bras de sa tante... »

Le sang envahissait sa mémoire et il ne voyait maintenant plus que ça. Le regard qui fusillait Feather s'était perdu, voilé par le passé. Trop récent pour être apaisé, trop violent pour être surmonter. Il avance d'un pas face à la jeune femme. Agitant ses mains pour ajouter de l'ampleur à ses mots et ses convictions. La mâchoire serrer, les traits tendus. Il n'avait jamais aussi paru en colère qu'à ce moment. « Alors oui, elles s'ennuient, elles sont tristes... Mais au moins, elles sont en vie ! »

HRP : J'ai mis suédoise au lieu de Norvégienne, mais vu l'heure, j'ai la flemme de chercher où !



Eventually, everything goes away
Allegiant ⊹Depuis tout petit, je sais une chose: que la vie nous abîme tous. On n'y échappe pas. Mais je suis en train d'en découvrir une autre : qu'on peut se réparer. On se répare les uns les autres. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Love me like you do [Feather]   Aujourd'hui à 11:38

Revenir en haut Aller en bas
 

Love me like you do [Feather]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» 02. all you need is love... (or courage).
» Mangas-Love RPG ♥

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Abandonnés-