Partagez | .
 

 Qui vide son verre, vide son coeur [Feather / Juliane]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
Juliane Lyndey
Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 611
Age IRL : 28

MessageSujet: Qui vide son verre, vide son coeur [Feather / Juliane]   Sam 6 Fév 2016 - 18:15




Qui vide son verre, vide son coeur.




Finalement, Juliane avait décidé de passer une nuit supplémentaire ici. Le froid, la fatigue… Elle n’avait pas eu envie de reprendre son sac et de partir. Quelque chose de retenait ici. Et pourtant même si elle avait sauvé la vie de Dwight et qu’elle s’entendait à merveille avec lui, elle n’en restait pas moins une étrangère pour ces gens. Ils l’avaient tout de même tous, plus ou moins accueillis à bras ouvert, voyant sans doute en elle une sorte de sauveuse. Celle qui avait ramener le chef de leur petit groupe. Il n’y en avait qu’une qui était restée distante. La propre sœur de Dwight. Juliane n’avait pas cherché à lui parler, n’étant pas ici pour trouver des éloges ou entendre des remerciements que le norvégien avait déjà dits et redit.

Elle avait mangé en compagnie des jumeaux, discutant peu. Mais une présence s’était toujours réconfortant non ? La petite Margaux lui avait souri avant de partir dormir, et ce petit signe de vie et de joie avait fait chaud au cœur de la jeune femme.  Pour sa part, elle n’avait pas sommeil pour le moment. Mais elle n’avait pas non plus envie de s’enfermer dans la chambre qu’on lui avait si gentiment prêtée. Même si Juliane n’était plus très sociable depuis le début des évènements, elle tentait de se soigner ! De retrouver peu à peu ce qu’elle était avant tout ça. De ranimer un peu plus encore sa flamme de vie.  

La maison était immense ! Et plutôt bien équipée. C’était bien pour ceux qui vivaient ici. Un refuge, un vrai. Un endroit sur où ils pourraient survivre. Surtout un endroit pour se cacher et penser leurs blessures. Qui étaient profondes et encore à vif. La photographe n’avait pas posé de questions, malgré sa curiosité. Parce que ça ne se faisait pas, et parce qu’ils n’avaient certainement pas envie de raconter tout ce qu’ils avaient enduré à une étrangère qui ne resterait pas longtemps entre ces murs. Elle comprenait. Et elle l’acceptait. Pourtant, si ça avait été avant, elle aurait sans doute tout fait pour que ces gens retrouvent le sourire, et vivent à nouveau. Parce que les regards éteints, remplis de tristesse et de peine, c’était douloureux à voir, et à soutenir surtout.

La brunette s’était décidée à passer un peu de temps dans le salon. Marchant en chaussettes épaisses comme elle en avait l’habitude, laissant ses chaussures boueuses dans l’entrée de la maison, elle avait entre les mains son calepin de voyage et un crayon. Le petit notebook qu’elle trainait partout avait une couverture cartonnée délavée par le temps et l’usure. A l’intérieur on pouvait y voir des dessins, fait par ses soins, ainsi que des textes parlant de son voyage. Dernièrement, elle avait consigné sa rencontre avec Robert, puis celle avec Ziggy parlant avec douceur de ces deux hommes qui comptaient beaucoup pour elle. Elle avait également crayonné le bonhomme de neige réalisé avec Margaux la veille. Elle ne pouvait plus faire de photo, sauf si elle utilisait le polaroïd du magicien, ce dont elle n’avait pas envie. Alors elle dessinait.

Lorsqu’elle entra dans le salon silencieusement, il y avait quelques bougies allumées ici et là, ainsi qu’un feu dans la cheminée. Il fallait s’habitué à ces ambiances feutrées, loin des ampoules électriques et des néons aux lumières agressives. Jill s’approcha de la cheminée, trouvant un peu de réconfort dans cette douce chaleur. Mais elle se tourna en direction du canapé en entendant un bruit. Son regard distingua une silhouette, alors qu’elle plissait les yeux. Dwight dormait dans sa chambre, les jumeaux étaient à l’étage également tout comme l’autre femme. Il ne pouvait s’agir que de Feather, la sœur du norvégien. Sans vraiment savoir pourquoi, Juliane se sentait presque mal à l’aise en sa présence, comme si sa douleur était trop grande pour que la jeune photographe puisse l’aider. De plus, la jeune femme n’était pas très douée en relation féminine, bien plus à l’aise dans un univers masculin. Elle ouvrit donc la bouche et désignant la porte, elle dit : « -désolée, je savais pas que tu étais là…  Je… J’te laisse… »    


AVENGEDINCHAINS



Il fut un temps où tu étais sauvage
ne les laisse pas te dompter...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Qui vide son verre, vide son coeur [Feather / Juliane]   Sam 6 Fév 2016 - 18:50

Le cœur à vif. Les pleurs, les maux de têtes. Les phases de vide, de douleurs intenses. Les bouteilles qui s'accumulaient au sol et qui d'un coup, disparaissaient sans que Feather ne sache pourquoi, aussitôt remplacées par de nouvelles. Aussi morte à l'intérieur que les Vaklevoren eux même l'étaient. Voilà ce qui restait de Feather. Les membres engourdis, elle n'avait plus aucune sensations. Parfois, elle entendait les battements d'un coeur qui aurait pu être le sien, mais tout aussi celui de quelqu'un d'autre. Ses pensées n'avaient absolument aucun sens. Parfois, l'armature de la fenêtre semblait onduler, tout comme les étoiles de l'autre côté de la vitre. Parfois, elle entendait des voix l'appeler, mais elle était incapable de se lever. Incapable de tenir sur ses jambes.

Ce jour là, quand Dwight était revenu avec cette inconnue, elle ne s'était pas encore administré sa dose journalière d'alcool. Pourtant, elle savait pertinemment qu'il la lui fallait. Mais tant que son frère n'était pas dans les parages, elle ne voulait pas se laisser aller. Quand elle l'avait vu revenir  ainsi, elle avait béni tous les Dieux et bien plus encore. L'adrénaline l'avait fait tenir debout, mais en cette fin de journée, encore une fois, elle ne tenait plus sur ses jambes. Elle ne pouvait pas dormir, elle ne voulait pas prendre de répit. S'il ne se réveillait pas, s'il devenait comme ces choses, s'il revenait comme Leah était revenue. Elle ne le supporterai pas. Mais elle ne pouvait pas lâcher.

La jeune femme était de nouveau assise sur son canapé, à peine éclairée par de simples bougies, les membres tremblants dû au manque d'alcool. Tout le monde devait déjà dormir, mais elle veillait. Elle ne dormirai que quand elle serait sûre. De quoi, elle était incapable de le dire, mais il le fallait. Depuis que cette jeune femme était sous son toit, elle était quelque peu tranquille. Au moins, il y avait une personne de plus pour s'occuper de son grand frère. Si jamais il lui arrivait quelque chose, elle pourrait probablement compter sur elle. Elle l'avait fait une fois, pourquoi pas deux?

Elle ne lui avait pas adressé la parole, mais suite à sa rencontre avec Fawn, elle ne souhaitait pas redonner une si mauvaise image d'elle à des inconnues. Cette personne qui tenait encore son cœur en vie, ce n'était pas la vraie Feather. La vraie Feather était repliée au fond d'elle même, du moins, ce qu'il en restait. La jeune femme était d'autant plus irritable et malgré sa volonté de se contrôler, elle se faisait violence pour ne pas se ruer sur une bonne vieille bouteille de Rhum brun. Sentir le liquide brûler sa gorge, l’enivrante chaleur se répandre dans ses veines, et la sensation de légèreté l'éprendre. A cette pensée, la jeune femme tressaillit. Il ne fallait pas qu'elle craque. Il fallait qu'elle résiste. Il fallait qu'elle...

De doux pas feutrés se firent entendre et ne prit même pas la peine de se retourner. Après les jours passés dans cette maison, elle savait exactement à qui appartenait chaque pas, et ceux-ci ne faisaient pas partie de ceux de la maisonnée. Elle entendit ensuite la douce voix confuse de leur invitée, et elle souris de ses lèvres, le regard toujours rivé au dehors.

"Non. Ne t'en fais pas. Viens."

Elle se retourna finalement, tapotant la place à ses côtés. Quitte à rester éveillée, autant partager un instant avec quelqu'un qui ne savait pas. Quelqu'un qui apportait le vent de la nouveauté. Ou plutôt... Partager un moment avec quelqu'un, tout simplement...
Revenir en haut Aller en bas
Juliane Lyndey
Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 611
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: Qui vide son verre, vide son coeur [Feather / Juliane]   Dim 7 Fév 2016 - 10:08




Qui vide son verre, vide son coeur.




Parler… Discuter pendant des heures de tout, de rien. La Juliane d’avant en était capable. Ce n’était pas quelqu’un de timide, même si elle ne s’étalait jamais sur sa propre vie. Aller savoir pourquoi, les gens venaient vers elle parfois sans qu’elle n’ait rien demandé. Jill n’avait pas fait d’étude en psychologie, mais elle avait une sorte de don pour comprendre ce que ressentaient les autres, voir les douleurs dissimulées… Jusqu’à présent, elle avait toujours pu se réjouir, car de son côté elle n’avait pas eu une mauvaise vie. Née au beau milieu d’une famille unie et aimante, mise à part des accrochages avec ses grandes sœurs et sa mère vis-à-vis de son comportement et de sa façon de mener sa propre vie, tout avait toujours été rose pour elle.

Aujourd’hui encore, alors que le monde basculait, elle trouvait tout de même une sorte de chance dans son malheur. Elle n’avait personne de proche. Sa famille étant au Texas, Juliane n’avait aucune nouvelle d’eux, et dans le fond de son cœur, elle gardait l’espoir fou qu’ils se portaient tous bien. L’idée était sans doute folle et fausse, mais c’était sa lueur d’espoir à elle. Et puis bien entendu il y avait eu la rencontre avec Robert. Ce géant qui était venu à son secours au moment où elle en avait le plus besoin. Lui qui l’avait fait revivre, qui avait ranimé cette flamme de joie et de vie qui animait la jeune femme d’ordinaire. Aujourd’hui elle était loin de lui, mais elle connaissait l’emplacement du chalet, le point de rendez-vous. Alors lorsqu’elle quitterait Weeping Willow, ses pas la conduirait directement à lui. Leur amitié était forte, et ce n’était pas quelques kilomètres de distance qui changerait quoi que ce soit.

Lorsqu’elle avait posé son regard sur Feather, Juliane s’était directement sentie de trop dans cette pièce. Elles n’avaient jamais trop parlé. Seulement lorsque la blonde lui avait demandé son groupe sanguin afin de venir à nouveau en aide à Dwight. Pas de merci, même si c’était son frère que Juliane avait sauvé. Non pas qu’elle s’attendait à ça, mais c’était ce que les gens normaux auraient fait. Feather semblait morte de l’intérieure. Comme si quelque chose était brisé dans la mécanique de son cœur. Son âme semblait emprise à une torture perpétuelle qui se lisait dans ses prunelles.

Aujourd’hui, Juliane n’était plus cette jeune femme prête à tendre la main au premier venu, prête à écouter durant des heures le récit d’une vie douloureuse. Elle ne savait pas si elle était encore capable d’apporter son aide. Jusqu’à présent, elle en avait toujours reçue. Robert, Ziggy… C’était eux qui l’avait aidé à se remettre sur pieds. Elle n’était qu’une humaine, avec ses faiblesses, sa sensibilité… Sa capacité d’encaissement. En gros, aujourd’hui elle s’occupait d’elle en priorité. Elle se sentait un peu mal vis-à-vis de cette idée, mais… Mais c’était ainsi… A moins que…

Lorsque Feather posa sa main sur le canapé en lui demandant de rester, Juliane eut l’impression qu’elle s’adressait à Skoll et non à elle. L’étrangère n’était pas un chien docile qui allait venir poser sa patte sur la cuisse de la jolie blonde. Enfin jolie… Elle avait dû l’être… Mais les traits de son visage étaient tirés par la fatigue, la douleur, la peine, le remord ? Prenant la direction de la sortie en soufflant : « -je voudrais pas te… » Elle ne voulait pas la déranger… Juliane finit par stopper ses pas, avant de pousser un soupir. Elle ne pouvait pas la laisser ainsi. Les gens qui vivaient ici avaient tous besoin d’aide. Elle avait tendu la main à Dwight, fait sourire Margaux à nouveau… Si Feather lui demandait de rester, elle pouvait bien faire l’effort...

Juliane ne vint pas pour autant s’assoir à côté de la jeune femme. Elles n’étaient pas des amies de longue date, et de plus Juliane avait maintenant ce petit côté animal sauvage qui se méfiait de tout. Elle qui avant partait dans des fous rires incontrôlables avec le premier inconnu croisé dans un bar, elle n’était plus aussi naïve, et pour obtenir sa confiance, il fallait la gagner. Elle vint alors s’assoir dans l’un des fauteuils non loin du canapé. Pff… Comment engager la conversation ? Que dire ? Penchant la tête sur le côté, elle demanda d’une voix presque douce : « -ça va ? » Question qu’elle n’aurait peut-être pas du poser… Même s'il y avait de l'inquiétude dans sa voix.


AVENGEDINCHAINS



Il fut un temps où tu étais sauvage
ne les laisse pas te dompter...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Qui vide son verre, vide son coeur [Feather / Juliane]   Mar 9 Fév 2016 - 16:23

Face à l’hésitation de la jeune femme, la main de la blonde retomba lentement sur ses genoux. Elle n’aurait pas pu garder sa gestuelle plus longtemps : manque de force, d’un tant soit peu de volonté et les membres tremblants. Si elle ne voulait pas rester, elle n’insisterait pas. Elle avait laissé ça dans son passé, aujourd’hui elle n’avait plus de raisons de forcer les gens à faire des choses dont ils n’avaient pas envie. La vie était bien trop fragile et instable pour la contrainte. Et puis elle connaissait à peine, cette Juliane. Quand cette dernière décida de tourner les talons, Feather se replia sur elle-même, les bras autour des genoux. Il n’y avait plus personne pour elle maintenant, de toute façon. Elle leva les yeux vers les étoiles. Le ciel était si clair qu’il n’y avait nul besoin de télescope pour observer en détail la lune. Dernièrement, elle le faisait très souvent, comme pour se recueillir. Après tout, c’est là qu’était Leah à présent. A cette pensée, elle soupira tristement. Elle s’était promis qu’elle irait doucement sur l’alcool, surtout depuis  l’arrivée de Fawn, mais c’était réellement dur de faire face à la réalité. A la solitude.

Juliane vint finalement s’asseoir sur un fauteuil et Feather roula sur le divan pour attraper une bouteille à moitié vide de pina-colada qui traînait à terre. En dévissant le bouchon, elle laissa les doux effluves de coco et d’ananas emplir ses narines. Elle ne prit pas la peine de prendre un verre et prit directement une gorgée au goulot. Juliane la regardait et ça la rendait réellement nerveuse. Elle n’était pas à l’aise, et pourtant, c’était elle qui lui avait demandé de rester. Son choix avait certes été impulsif, mais elle avait fait du salon son territoire, et les autres avaient un tantinet respecté se choix en ne passant que très rarement. Si la nouvelle venue voulait passer au salon et profiter de la lueur des bougies, c’était tout à fait son droit et Feather ne pouvait pas l’en empêcher. Et puis… Ce soir spécifiquement, elle avait besoin de quelqu’un.

La voix de Juliane retentit dans ses oreilles bourdonnantes, et Feather mis quelques secondes avant de comprendre ce qu’elle venait de dire. Elle avala lentement la nouvelle gorgée qu’elle venait de prendre, pinçant les lèvres. Avait-elle réellement envie de se confier ? De dire les choses ? Elle n’avait jamais été à l’aise en présence d’autres femmes, son caractère plutôt rentre dedans n’était jamais réellement passé auprès de la gente féminine. Les hommes étaient, au sens de Feather, beaucoup moins prise de tête. Comme par exemple la fois où une de ses soi-disant amies lui avait pourri la tronche pour une histoire de bonnet. Feather ne supportait que Leah. Mais elle était seule à présent. Avec tout ce qui se passait au dehors de toute façon, qu’est-ce qu’était l’amitié ? L’amour ? Plus rien n’avait de sens pour la norvégienne. Mais… Après tout, ce n’était que parler.
Elle tendit la bouteille à Juliane.

« Je ne sais pas si tu aimes ça, mais au point où on en est, la picole reste de la picole.
»

Elle ricana, et ajouta :

« Tu sais, je pense que tu vois à ma tronche que ça va pas trop trop, mais je te promet que je fais un effort »

Ca faisait longtemps qu’elle n’avait pas aligné autant de mots. Longtemps qu’elle n’avait pas entendu réellement le son de sa voix. Elle se replia à nouveau sur elle-même, et laissa quelques larmes couler, qu’elle essuya rageusement d’un revers de la main. Ce n’était que de l’eau qui coulaient de ses yeux. Rien de plus.
Revenir en haut Aller en bas
Juliane Lyndey
Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 611
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: Qui vide son verre, vide son coeur [Feather / Juliane]   Jeu 11 Fév 2016 - 9:16




Qui vide son verre, vide son coeur.




Mais qu’est-ce qu’on foutait là ? Deux jours qu’elle était dans cette maison, au milieu de ces gens brisés. Deux jours durant lesquels elle s’était peut-être posé mille fois la question. Pourquoi n’était-elle pas encore partie ? A cause de Dwight ? De ce qui s’était passé ? Au cause du temps, de la neige et du froid ? Ou simplement parce qu’elle n’avait pas envie de partir ? Jill n’en savait rien. Et pourquoi est-ce qu’elle venait de décider de s’assoir en face de Feather ? Elle qui n’avait jamais eu une seule amie du même sexe qu’elle, qui avait tendance à ne pas être apprécié des autres femmes… Elle la petite photographe du Texas qui était doué pour remonter le moral des mecs, trouvant les mots facilement pour les faire rire et passer à autres choses. Mais là elle était assise en face d’une jeune femme au regard perdu, brillant de larme de douleur… Qu’est-ce qu’elle allait pouvoir lui dire ?!

D’ailleurs une fois sa question posée, elle eut presque envie de se frapper le front. Pourquoi poser une question lorsqu’on connait déjà la réponse ? Non  Feather n’allait pas bien. Tout en elle exposait sa détresse psychologique. Et pour le moment, Juliane se sentait complètement désarmée face à ça. De plus, elle n’était pas qualifiée en psycho pour gérer ce que ces gens avaient vécu. Elle se pinça les lèvres en posant ses coudes sur ses genoux, le dos penché en avant, suivant du regard les gestes de la blonde. Soit s’était de famille d’avoir un penchant pour la bouteille, soit ils étaient vraiment au fond du gouffre… En matière d’alcool en soirée, Juliane n’était jamais la dernière, mais il y avait une nette différence entre boire pour passer un bon moment, et boire pour oublier. Là, dans le cas de Feather ça ressemblait plus à de l’autodestruction. Et c’était moche…

De toute façon, cela ne servait à rien que Juliane joue les moralisateurs, en plus elle n’en avait franchement pas envie. Tout ça, c’était pas ses histoires. Malgré la sorte d’attachement qu’elle avait pour Dwight, elle ne vivait pas ici, et ne comptait pas porter tous les malheurs du monde sur ses épaules. Alors lorsque Feather lui tendit la bouteille, le regard sombre de la photographe passa de la jeune femme à la bouteille. Une fraction de seconde d’hésitation, puis elle lui adressa un sourire en coin en saisissant la bouteille. En la portant à ses lèvres tout en se déstressant dans le fauteuil, elle grimaça quelque peu à cause de l’odeur. Pina-colada…  C’était ce qu’elle avait l’habitude d’appeler un alcool de femme. Mais après tout, la blonde venait de le dire, pas vraiment le droit à faire la difficile. Alors elle avala une première gorgée, en levant le coude et le menton, avant de grimacer à nouveau à cause de gout : « -on va dire que j’aime ça… » répondit elle en tendant la bouteille à Feather, un sourire sur les lèvres, les yeux plisser à cause du gout qu’elle n’appréciait pas forcement.

Juliane se releva, poussa un peu le fauteuil plus près du canapé, si elle partageait une bouteille, hors de question qu’elle fasse des efforts pour se la passer toutes les trois minutes. Elle reprit place, remontant ses jambes, trouvant dans ce fauteuil one sorte de cocon bien sympa. « - tu fais ce que tu veux… ah mais merde, comment tu peux avaler ça sérieux ? » Changement de ton, et surtout dernière réplique sortie avec une bonne pointe d’humour, destinée à faire apparaitre une sourire su le pâle visage de la jeune femme. Pour Juliane, tous les chemins de soirées menaient généralement au rhum ou la vodka pomme… Pas trop trop son délire l’ananas et la noix de coco…

Un froncement de sourcil pour appuyer sa grimace, avant qu’elle ne se mette à rire. Non fallait trouver autre chose, ou alors elle allait grimacer toute la soirée. Tout en riant, elle sourit à la jeune femme en face d’elle. Et si ce début de discussion était le prémices d’une bonne soirée ? « -j’suis pas d’accord, on peut pas picoler avec n’importe quoi ! » déclara la brunette avec un mélange de sérieux et d’humour. Elle avait envie de voir sourire Feather, juste pour voir ce que ça donnait.



AVENGEDINCHAINS



Il fut un temps où tu étais sauvage
ne les laisse pas te dompter...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Qui vide son verre, vide son coeur [Feather / Juliane]   Mer 17 Fév 2016 - 16:22

Un léger sourire apparu au coin des lèvres de la norvégienne quand elle vit le visage de Juliane se froisser après avoir pris une gorgée. C'est clair que ce truc, c'était franchement dégueulasse, mais bon, elle buvait un peu tout ce qu'elle trouvait et aussi ce que Dwight lui laissait. Elle aurait largement préféré un petit coup de whisky ou bien du rhum, mais ce trou-du-cul siphonnait tout comme pas deux. Le rhum, ouais, c'était carrément plus son truc. Avec les années, les soirées qu'elle avait faite avec son frère et autre, Feather pouvait quasiment tout boire. Même la pina-colada. Surtout en ce moment, un alcool restait un alcool, la seule différence pour elle était la vitesse à laquelle elle finirait ivre, selon le degré de la picole. Et Dieu seul savait à quel point la petite Feather ne tenait pas l'alcool. Il lui était arrivé quelques déboires auparavant, elle savait donc là où étaient ses limites, mais elle était aussi une adepte de la bouteille en cas de coup dur. Les pots de crème glacée king size, ce n'était pas pour elle. C'était trop pour... les filles. Juliane était bien une femme et de par sa remarque, elle semblait avoir horreur de ça. Au moins, elle montait quelque peu dans l'estime de la Norvégienne.

Feather ne comprenait pas vraiment pourquoi cette femme était restée auprès d'eux. Après tout, depuis l'arrivée de Fawn, Feather considérait que les affaires de la maisonnée ne la concernaient plus directement. Monsieur Momsen avait toujours raison après tout. Tellement raison qu’il s’était pris une balle. Elle n’avait pas réellement cherché à comprendre pourquoi, le tout à présent était de le garder en vie et de le remettre sur pattes. Peut-être plus tard elle serait capable de lui tenir tête à nouveau, mais à ce moment même, c'était bien trop tôt pour elle. Elle ne l'admettrait certainement jamais, mais il était clair qu'elle boudait et qu’elle lui en voulait. Mais… Il s'était avéré que Fawn était très utile pour leur groupe, alors pourquoi Juliane ne le serait pas? Un bon journaliste ne révélait jamais ses sources après tout. Et puis... Rien n'indiquait qu'elle resterait ici définitivement. Ce n'était pas à elle d'en juger, ils feraient bien tous ce qu'ils voulaient.

Quand elle lui rendit la bouteille, Feather prit de nouveau une petite gorgée avant de regarder la bouteille. C’était tellement sucré qu’elle se demandait comment elle avait fait pour en boire la moitié. Le seul point positif là-dedans, c’est que ça sentait bon. C’est tout. Quand elle avait encore des « copines », ces nanas qui passaient leur temps à jacasser sur des détails futiles, celles-ci disaient souvent que ça se buvait comme du « petit lait ». Clairement, le sang viking de la jeune femme n’avait fait qu’un tour dans ses veines. Tu parles… Ca filait plus la gerbe qu’autre chose. Rien ne valait la brûlure d’un bon liquide ambré. Elle était sûre que si elle le demandait à Juliane, celle-ci serait très certainement complètement d’accord avec elle.  

« En vrai, je t’avoue que j’en ai pas la moindre idée… C’est dégueulasse… » Dit-elle avec un petit rire.

Elle resta regarder l’autre femme, se retenant de rire de nouveau. Apparemment, son choix avait fait un flop. Mais pas suffisamment pour en rester là ! D’après la mine chiffonnée de la brune, elle avait l’air de s’y connaître un tantinet, du moins suffisamment pour savoir ce qui était buvable. Elle s’installa près de Feather en lançant un débat qui tenait particulièrement à cœur à cette dernière. La norvégienne se leva et s’étira doucement. Elle était encore très faible, elle ne reprenait que peu à peu vie, et tenir sur ses pattes était assez compliqué, surtout après la pina qui commençait à monter. Mais il fallait qu’elle trouve autre chose à boire. Elle ne pouvait pas faire mauvaise impression à son invitée.

« T’as raison, on peut pas picoler tout et n’importe quoi ! On est chez des vikings ici bordel !»

Ce qui était très certainement le plus comique dans tout ça, c’est que la jeune femme s’était exclamée avec vigueur, mais tout en chuchotant pour ne pas éveiller la maisonnée. Elle tremblota sur ses jambes et se retourna rapidement avant de trébucher contre le coin du canapé. Question dignité, c’était du zéro pointé.

« Allez viens, on va chercher de l’alcool pas de meufs ! »
Revenir en haut Aller en bas
Juliane Lyndey
Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 611
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: Qui vide son verre, vide son coeur [Feather / Juliane]   Jeu 18 Fév 2016 - 11:04




Qui vide son verre, vide son coeur.




Faire copine-copine avec une autre fille, ça n’avait jamais été quelque chose d’évident pour la journaliste. Trop de chose dites féminines ne collaient pas avec Juliane. Au diable les robes, les talons hauts, les décotés ravageurs… Ou encore les ongles manucurés badigeonné de vernis, le rouge à lèvre qui laissait des traces, les coiffures impeccables lissées et épinglées. Elle s’était toujours sentit bien plus à l’aise dans un jeans troué ou trop large, les cheveux coiffés à la va vite. De toute façon elle ne savait pas se maquiller et elle n’avait jamais eu envie d’appliquer sur son visage ce genre de chose. Naturelle, c’était vraiment le mot qui collait à la jeune texane, et visiblement ça devait plaire… Puisque ses soit disant charmes avaient encore opéré sur Dwight la veille… Elle n’avait pourtant rien fait pour le séduire. Elle était restée elle-même. La conclusion de tout ça avait été une nuit délicieuse…

Alors pourquoi est-ce qu’elle perdait son temps à parler avec Feather ? Généralement les autres nanas avaient bien du mal à comprendre Juliane, et surtout du mal à l’apprécier. Jalousie maladive parce qu’elle avait une facilité à parler et s’entendre avec les hommes ? Sans doute. Ou alors elle était victime d’un : elle je l’aime pas, je trouverais une explication plus tard. Enfin ça n’avait jamais créer un manque chez elle de ne pas avoir d’amie du même sexe qu’elle. Est-ce que c’était son côté je-veux-que-tout-le-monde-soit-heureux qui l’avait poussé à rester là, et à saisir cette bouteille ? Ou bien simplement parce que son âme sentait que Feather était différente ? Aller savoir…

La seule certitude du moment, c’était que pour Juliane s’était totalement impossible de boire ce truc ! Trop sucré, trop de coco… Trop beurk ! Pointant soit index en direction de Feather, écarquillant les yeux Jill affirma : « -c’est totalement ça ! Dégueulasse ! » Le mot était parfait ! Elle se mit à rire avec Feather, un tantinet heureuse d’entendre ce son sortir de la gorge de la jeune femme blonde. Ça avait été court, léger, mais c’était tout de même un rire. La preuve qu’il y avait encore de la vie en elle. Boire n’était sans doute pas la meilleure des choses pour la jeune femme, mais Juliane n’avait pas envie de la contre dire, encore moins d’agir comme une mère. Feather était grande, et si elle avait envie de ça, et bien Juliane pouvait l’accompagner pour gérer avec elle la crise.

Niveau soirée alcoolisée, Jill ne les comptait plus. Elle supportait assez bien tout ça, et avant une bonne descente. Toujours prête pour faire la fête, rire danser… Même si c’était la merde dehors, pourquoi ne pas passer une bonne soirée. Si cela faisait plaisir à Feather, Jill était partante. Elle se mit à rire en entendant la réplique pleine de vigueur de la jeune femme, avant de se lever pour s’approcher d’elle. L’aider ? Passer un bras autour de sa taille pour qu’elle évite de trop tanguer ? Elles n’étaient pas proche et la jeune photographe ne savait pas trop comment agir. Elle se contenta de sourire joyeusement et de dire : « -j’te suis, je sais pas où est la réserve ! » Elle resta à un pas derrière Feather, prête à la rattraper si jamais il y avait chute. Ça faisait une éternité qu’elle n’avait pas bu. Enfin du moins qu’une soirée n’avait pas prit cette tournure. Parce que là, ce n’était sans doute pas seulement quelques verres qui les attendaient… ça sentait la gueule de bois pour le lendemain… Le mal de tête à supporter sans prendre de cachets, histoire de faire des économies… Mais Juliane n’en avait rien à foutre. Vivre l’instant présent. C’était tout ce qui importait. Sinon à ce rythme-là, ils n’allaient plus jamais vivre.

« -pitié du rhum… » pria Juliane à voix basse comme si c’était un vœu qui allait s’exaucer. Ou une petite vodka, ça irait aussi, même si ça brulait un peu plus. Au moins pas de risque de tomber malade en se désinfectant l’intérieur avec ça.


AVENGEDINCHAINS



Il fut un temps où tu étais sauvage
ne les laisse pas te dompter...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Qui vide son verre, vide son coeur [Feather / Juliane]   Aujourd'hui à 16:59

Revenir en haut Aller en bas
 

Qui vide son verre, vide son coeur [Feather / Juliane]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» On ne se connait pas tant qu’on n’a pas bu ensemble. Qui vide son verre vide son cœur.
» [CLOS] Quand la valse s'emmêle... {Aoi}
» N°1 - Episode : "je te vide ton frigo parce que je t'aime..."
» De l'utilisation des points de vide
» Une bouteille vide [PV Kelen]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Abandonnés-