Partagez | .
 

 He who brings the Night

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Auteur
Message
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: He who brings the Night   Ven 6 Mai 2016 - 19:21

Ce mec, c'est une bête. Une putain de grosse bête enragée, qui n'a pas envie d'écouter la raison, mon gars. J'le regarde me fixer. Il ressemble à ces connards de rôdeurs dehors, ces monstres à qui il ne reste qu'un seul et unique but : notre mort.
Le coup que j'ai porté m'a permis de me dégager.. mais pas de clouer ce taré au sol. Bordel, j'en ai assommé des cons avec le même geste. Y en a même qui ont bouffés leurs dents. D'autres qui ont eu droit à une visite chez le pédiatre.. Putain, après tout, faut pas emmerder un connard venu d'Irlande comme moi.
Bref.. mes paroles ne l'atteignent pas. Autant parler de fidélité à un Français. J'ai juste droit à la vision de ses belles dents, de ses jolis yeux rouges, et à la certitude de le voir me bondir dessus une fois encore. Mais cette fois mon gars, le pirate est prêt.


" C'est ça, pauvre con.. Viens chercher ta raclée, on discutera quand je r'mettrai l'oeil dans l'orbite..

Et pas plus d'une parole plus tard, j'le vois me charger, comme un taureau qui voit rouge. D'ailleurs j'en suis sûr, il voit vraiment rouge. Il change de tactique, et tente de m'attaquer directement au butin. L'enfoiré.. Mais c'est pas à un malfrat qu'on apprend les coups bas. J'l'ai vu venir, et ça, il va pas aimer..

J'me recule d'un pas, contrant des coups en offrant l'impact de mon pied à ses tibias. Quand l'une de ses attaques s'approche trop près de mes bourses à mon goût , j'y oppose mon bras gauche. Le choc me fait mal, mais j'ai connu pire.. Ce bras, c'est devenu comme mon bouclier, à force d'encaisser les réponses de mecs en rogne.
Mais j'vais t'dire mon gars, j'suis pas venu là pour regarder un glandu se découvrir une passion pour la moulinette. Et alors qu'il s'acharne bêtement, je lui présente cordialement mon poing droit directement au bas de la mâchoire. Un crochet du capitaine, de quoi sonner les cloches de c'type. J'm'en fiche pas mal de son état, il m'a cherché, il m'a trouvé. J'lui balance mon tibias dans l'creux du genou droit, juste pour lui faire perdre l'équilibre. J'lui offre avec bon coeur un deuxième crochet, du gauche cette fois, visant sa mâchoire encore. Lui.. il va bouffer de la panade pendant deux bonnes semaines..
Pour terminer l'assaut, je l'attrape par le col et lui rue mon front dans le nez. Pour finir, j'l'envoie chier dans le décor, en le lançant pas très calmement. Atterrissage non contrôlé, directement dans la p'tite table de nuit qui n'a pas fière allure après avoir reçu son cul en recommandé.

C'est tout c'que t'as ? T'es sérieux ?!

Estimant que le duel est terminé, je dégaine mon sabre, et m'en vais rejoindre mon flingue. Je reviens face à lui immédiatement, lui présentant la pointe d'acier terne. S'il ose bouger, putain j'le fend puis j'le troue. Crachant encore ce sang qui envahit ma bouche, j'me retrouve à jouer les moralisateurs.

Maintenant qu't'es bien au chaud, tu vas p'tête prendre conscience que cette meuf était morte avant que j'lui tire une balle dans la tronche. J'sais pas c'que t'es comme type.. Et j'pense qu'il est bien plus probable qu'elle ait un jour été ta meuf, plutôt que tu t'amuses à t'branler sur son cadavre. Mais mets toi bien ça dans l'crâne, génie. Elle est morte. MORTE. Tout ces enculés dehors qui te foncent dessus pour te bouffer sont MORTS. Alors viens pas m'faire chier si j'offre un putain de repos digne de c'nom à une putain de meuf ! Bordel.


J'sais même pas s'il capte la moitié de ce que j'lui pond. Il a l'air complètement sonné, j'aurai même eu peur de l'avoir buté s'il ne remuait pas les lèvres. Bah.. il s'en remettra sûrement. C'est c'que j'me dis mon gars, parce que j'ai pas capté le merdier qu'il a chopé en détruisant le meuble en volant dessus. La plaie qu'il se tape, c'est pas glorieux.. Mais j'en sais rien, et j'suis pas infirmière, merde.

Putain d'taré.. J'te jure.. "

Un dernier mollard bien rouge à ses pieds, et j'lui tourne le dos, rengainant mon arsenal. J'm'en vais retrouver mes fringues et tout ce que j'avais laissé dans mon coin. J'prend pas la peine d'aller essayer de piquer ce qu'il détient.. Si j'fais ça j'le tue, autant lui loger une balle dans le front directement. Avant de quitter les lieux, j'm'arrête dans l'une des chambres, et j'me regarde dans le miroir brisé. Putain, il m'a pas raté.. Je passe ma lèvre fendue sous ma dent, avant d'envoyer mon poing dans ce qu'il reste de ce miroir. Génial, j'me suis entaillé, manquait plus que ça.

J'embarque tout mon matos, et j'me barre. J'reviendrai pas ici de si tôt.. Retour à la planque. Encore une belle journée à supporter la gueule de l'autre con, qui s'prend pour Dieu l'père. Un d'ces quatre, il va morfler lui aussi..
Revenir en haut Aller en bas
Kaidan E. Hunter
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 24/08/2014
Messages : 299
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: He who brings the Night   Mar 17 Mai 2016 - 23:55

Kaidan chargea sans réfléchir. Son monde s'était étréci comme jamais, ses perspectives se limitaient à tuer ce type. Ou à mourir en essayant. Il crut bien que son coup vers les parties basses allait réussir. Il était déchaîné, et son total manque d'expérience était contrebalancé par sa force physique, sa rage et sa détermination. Il n'avait plus rien à perdre, et cela faisait son fort. Malheureusement, face à un adversaire expérimenté, cela ne suffisait pas. Chaque coup qu'il lançait été contré, et même s'il y mettait toutes ses forces en ignorant sa propre douleur, il ne rencontrait pas le succès escompté. Et cela augmentait d'autant sa rage et sa frustration. Une fois, il ne passa pas bien loin, mais ce ne fut pas suffisant. Son acharnement finit par se retourner contre lui au moment où son adversaire passa à une contre-attaque qui trahissait une maîtrise de ce genre de combats de rue ou de rixe de bar.
Le coup de poing qui le cueillit à la mâchoire le sonna momentanément. Il secoua légèrement la tête, déboussolé, comme un animal qui se noyait et qu'on avait subitement tiré du courant. Tandis que la confusion régnait en maître sous son crâne, et qu'il tentait de faire une mise au point convenable, il sentit qu'on sapait son appui au genou pour le faire tomber, et il ne parvint pas à l'empêcher. Surtout pas lorsqu'un nouveau coup de poing acheva de faire sonner son crâne, et emplit sa bouche d'un goût de sang. Il s'était méchamment mordu, mais il aurait été bien incapable de dire où. Malgré la confusion, il ne s'avouait pas vaincu. S'il avait pu penser de manière rationnelle, il se serait sans doute demandé d'où il tirait cette énergie, ou ce qu'il en restait. Cette volonté, au moins, dirons-nous. Même s'il recommençait à se mouvoir et à rassembler ses forces malgré la confusion, il fut relevé rudement, et un violent coup de boule cueillit son nez. Cette fois, tout se mit à tourner alors que l'explosion de douleur lui faisait voir des points de lumière étranges. Son nez se mit à pisser le sang, et pour finir, il atterrit contre le mur en éclatant au passage une table de nuit et tout ce qui s'y trouvait. La lampe de chevet se brisa, et un éclat s'enfonça dans son flanc, profondément mais sans passer la barrière des côtes. Un hoquet de douleur s'échappa de ses lèvres alors qu'il restait à terre, mou et inerte. Il resta presque sans réaction alors que l'autre lui parlait. À vrai dire, il ne comprit surtout que la fin, le temps de reprendre ses esprits. Il avait l'impression que son corps était brisé, qu'un cheval au galop l'avait piétiné. Qu'il était incapable de faire encore quoi que ce soit. Pourtant, son regard bleu se riva sur son ennemi alors que celui-ci se détournait pour partir, en le laissant comme ça. Un hoquet douloureux lui échappa alors qu'il rassemblait ses forces pour crier comme il le pouvait, d'une voix rauque, la bouche envahie par le sang.


« Tue-moi ! Finis au moins le travail !

Cela n'eut aucun résultat. L'archéologue banda ses muscles. Un éclair de douleur partit de son flanc et le foudroya sur place, tant que sa vue se brouilla et qu'il vit tout en blanc. Ses forces sapées par la douleur et la confusion, il s'écroula à plat ventre. Il fit quelques vagues efforts pour ramper vers la porte, mais son ennemi n'était déjà plus en vue. Soufflant comme un soufflet de forge, le jeune homme hurla à son attention, de toute l'énergie qu'il lui restait.

- Je te hais !!!! »

Il ne savait pas s'il avait été entendu. Ni même si le son avait été assez puissant, s'il avait porté. La tête lui tournait encore, et cela semblait même empiré. Il sentait le sang qui envahissait ses voies respiratoires et qui le faisaient tousser et crachoter. L'univers tournait autour de lui. Soudain, le noir se fit, et il sombra dans l'inconscience.


Alea jacta est
On verra bientôt que d'oser vivre, ce n'est pas la fin du monde. Juste d'un monde.  by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
 

He who brings the Night

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Wednesday Night Raw # 60
» Perfect night ♪
» Snow Night [F, Clan de Glace]
» Monday Night Raw #46 - Carte
» Friday Night Smackdown - 23 Décembre 2011 (Carte)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-