Partagez | .
 

 Coupe court et met la en veilleuse !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Auteur
Message
Shawna J. Clarke
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 19/01/2016
Messages : 847
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: Coupe court et met la en veilleuse !   Dim 14 Fév 2016 - 22:42


Un pillard ? Voilà qu’il lui demandait ce qu’il allait se passer s’il était un pillard. Sérieusement ? La métisse l’avait regardé avec les yeux ronds, surprise de l’entendre dire une telle chose. Une légère boule s’était formée dans son ventre, sa nature froussarde reprenant subitement le dessus. Néanmoins, si ce type était réellement quelqu’un de malintentionnée, il lui aurait déjà fait du mal non ? Après un temps de réflexion, la belle s’était contentée d’hausser les épaules, lui faisant bien comprendre qu’il n’avait franchement pas l’air de quelqu’un de mauvais. Certes, il était loin d’être sympathique et la regardait d’un air froid et désagréable mais il n’avait pas l’air méchant. Si Shawna n’avait pas été aussi décontenancée par sa question sûrement lui aurait-elle répondu en riant que… Les pillards… Elle n’en avait jamais vu aucun se déplacer à bicyclette. Elle avait hésité à lui dire ça durant un moment mais elle s’était retenue… Elle avait envie d’un peu de compagnie et user de moqueries, même gentilles, ne plairait pas au caractère difficile que Monsieur semblait avoir… Non mais franchement, pourquoi une bicyclette ? Et sous un temps pareil en plus…

Finalement, il finit par la suivre jusqu’au salon. Le retour jusqu’à la boutique fut aussi périlleux qu’à l’aller pour la jeune femme, galérant toujours autant à progresser sur le sol gelé. L’homme prit le temps de dissimuler son vélo sous la neige. Par peur qu’il soit volé, certainement. Là encore Shawna faillit lui adresser une nouvelle remarque mais elle se tut… Ils entrèrent alors tous les deux dans le hall de l’immeuble, puis ils passèrent la porte donnant dans le salon. La coiffeuse fut étonnée de le voir ôter ses chaussures. Encore un détail qui confirmait le fait qu’il n’était pas un voleur… A moins que ce soit fait exprès, pour la tromper… Qu’importe, cette intention fit plaisir à la jeune femme. « Oh… Ne vous embêtez pas, vous auriez pu garder vos chaussures… Ce n’est vraiment pas un problème. » Bon… Shawna avait toujours été du genre maniaque… Et forcément, il y aurait eu de l’eau partout. Mais pour l’heure, le ménage ne faisait plus vraiment partie de ses priorités.

Il lui demanda alors pourquoi elle avait choisi de rester là… De ne pas s’être réfugiée dans un endroit plus sûr. Shawna tiqua alors. Un endroit plus sûr ? Où voulait-il en venir ? Elle avait toujours cru être à l’abri ici. Tant qu’elle se faisait discrète et qu’elle ne se montrait pas… Pour sûr, c’était loupé aujourd’hui. Mais bon… Elle était contente de voir quelqu’un, ici… Néanmoins... Elle ne savait pas tellement quoi lui répondre. A vrai dire, elle n’aimait pas tellement parler de ce qu’elle avait vécu jusque-là… Enfin, elle n’en avait jamais parlé à personne à vrai dire… « Je… Je reviens. Je vais préparer du café… » Ou comment trouver un moyen d’esquiver la question. Pour avoir le temps de réfléchir quelques minutes… « Installez-vous… Où… Vous voulez. » Le laissant dans la partie principale de la boutique, la jeune femme se dirigea jusqu’au petit coin cuisine qui se trouvait près de la réserve. Là, elle prit une casserole et la remplit d’eau. Une fois cela fait, elle la posa sur un des feux de la cuisinière avant de faire craquer une allumette pour allumer le gaz. Elle prépara ensuite deux tasses et sortit une boîte de café soluble.

Il n’y avait plus qu’à attendre que l’eau bout. Elle revint alors dans la pièce principale, là, elle lui répondit enfin. « Ça doit faire un mois que je vis ici… Peut-être plus… Je n’ai croisé qu’une autre personne il y a quelques temps mais elle n’est pas restée… » Et Shawna ne l’avait pas suivi. Leroy avait dit qu’il reviendrait prendre de ses nouvelles. Pour l’instant, elle attendait toujours un signe de lui. Etait-ce ça qui la retenait ici ? Comme une excuse pour ne pas sortir à chercher sa sœur… Affronter le monde extérieur ? Elle n’en savait rien… « Au… Au départ… J’étais chez moi avec ma mère et… » Elle se rendit compte que c’était la première fois depuis… Que… Evoquer ça… Non… Elle sentit sa voix se mettre à trembler « On… On voulait rejoindre ma sœur et mon neveu dans le sud de la ville mais… Elle… Elle est m… » Elle ne voulait pas le dire. Elle détourna le regard, sentant une boule se former dans sa gorge… « Je voulais rejoindre ma sœur du coup… J’ai essayé plusieurs fois de partir mais… Je n’arrive pas à quitter cet endroit… Ma… Ma sœur était enceinte de six mois quand ça a commencé… Du coup… Je… Je ne sais pas si… » Et si Sherill était morte elle aussi ? Elle soupira… « Excusez-moi… J’dois vous embêtez avec tout ça… » Voilà qu’il était au courant de presque toute l’histoire… Cependant, elle se sentit bien mieux après avoir dit tout ça. Malgré ses yeux brillants...






Revenir en haut Aller en bas
Axel J. Kennedy
Bras droit | Sanctuary Hills
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 719
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Coupe court et met la en veilleuse !   Dim 14 Fév 2016 - 23:44


    J'avais remarqué son petit air étonné mais à la fois agréablement surpris lorsque j'avais ôté mes chaussures ; elle avait signalé que ce n'était pas indispensable mais au vu de l'état relativement propre des lieux j'en vint à la conclusion qu'elle avait plutôt dit cela par ''réflexe'' que par réelle affirmation. Je faillis rire en me disant que je devais paraître ridicule ; la métisse continuait peut-être à se pomponner comme avant, mais moi j'avais gardé mes habitudes de la vieille école, le vouvoiement et la politesse d'enlever mes chaussures en étaient des preuves acceptables. Et la vieille bicyclette alors, ça faisait aussi vieux jeu ? Je faillis pouffer en pensant à cela, me disant que quand je parcourrais ainsi les rues je devais vraiment avoir un air ''guindé'' comme disait Carmen.

    Ma question sur le pourquoi était-elle restée ici n'était apparemment pas la bienvenue au vu de la manière dont la coiffeuse l'avait contournée ; elle était partie faire le café et je ne pu m'empêcher de rêvasser un peu en pensant à ce goût que j'aimais tant. Me dirigeant vers une pile de magasine, je fis la grimace en me rendant compte que ce n'était que de la lecture destinée aux femme ; que pouvait-il y avoir d'autre dans un salon de coiffure ? Ça et les pinces et serviettes, très utile pour l'apocalypse ! En abaissant mon regard, j'aperçus des bigoudis dans la poubelle et ne pu m'empêcher de pouffer en en cherchant une ; ma meilleure amie serait indéniablement superbe avec ça ! Souriant bêtement, content de ma trouvaille pourtant des plus normales dans un tel endroit, je fourrais l'objet rose dans la poche de ma veste.

    Quand la métisse revint derrière moi je faillis sursauter et ne pu m'empêcher de me passer une main sur la nuque, comme si j'avais été pris sur le fait ; quel fait d'ailleurs ? Le vol d'un bigoudi. Mais où allait le monde. Je la fixais et, alors que je m'apprêtais à dire quelque chose, elle prit la parole finalement décidés à répondre à la question que j'avais posé lorsque nous étions arrivés ici. Au fur et à mesure de ses mots son visage se décomposait, et ses yeux se firent encore plus perdus et peinés. J'avais toujours ce doute quant au fait de croire les dire d'une personne ou pas ; sa mère était apparemment morte et sa sœur – qui devait avoir accouché depuis, si toutefois elle avait survécu- quelque part dans le sud de la ville. C'était une situation délicate mais, une fois de plus, j'eus du mal à partager la douleur de ce qui m'était raconté. Elle avait donc tellement peur de l'extérieur qu'elle n'osait pas sortir d'ici ? Mais il fallait bien qu'elle prenne sur elle un jour, ne serait-ce que pour chercher à manger. Quand elle eut finit de parler, je plongeait mon regard dans le sien, ses yeux brillaient d'une peine sans nom, peut-être qu'elle n'avait pas encore pu mettre de réels mots sur tout ça.

« Si ça se trouve votre sœur... Marquant une pause, je repris : Peut-être qu'elle viendra vous chercher ici. »

    J'avais voulu lui dire qu'elle était certainement morte si elle n'était pas encore arrivée jusqu'ici, qu'il n'y avait pas vraiment d'autre solution possible au vu de son état, mais j'avais repensé à ma famille qui elle non plus n'était toujours pas arrivée, aux mots de Carmen pour me faire avaler la pilule de leur très potentielle mort ; et j'avais été incapable de cracher de tels mots à la figure de cette pauvre femme. Secouant la tête, je m'excusais rapidement pour sa perte, avant de relever un instant le visage vers elle après m'être installé dans un des fauteuils confortables en face des miroirs.

« C'est quoi, votre nom ? Moi c'est Axel. »

    Je n'avais pas pour habitude de me présenter, ni de chercher à en savoir plus sur une personne, mais il y avait un je ne sais quoi chez cette femme qui me poussait à rester un peu. Ses frisettes aplaties par la neige peut-être ? Ou ses chaussures compensées totalement décalées ? Ou peut-être simplement le fait qu'elle avait elle aussi quelque chose à encaisser, accepter les pertes, tout comme moi.





« Tout le monde dit que la ''survie'' n'est pas facile,
que ce n'est qu'un état second clôturé soit par une renaissance, soit par la mort.
J'ai eu ma renaissance.
»

Revenir en haut Aller en bas
Shawna J. Clarke
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 19/01/2016
Messages : 847
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: Coupe court et met la en veilleuse !   Sam 20 Fév 2016 - 22:52


Elle n’avait plus de famille. Plus personne. Elle avait vu sa mère crever devant elle, elle avait dû la laisser, son corps… Bailey et Janessa étaient sûrement bloquées à plusieurs centaines de kilomètres, Shawna avait gardé espoir qu’elles aient eu le temps de revenir du côté de Seattle avant que la situation ne devienne critique. Mais elle n’avait pas eu de nouvelles depuis des semaines et elle avait arrêté de se faire des illusions. Néanmoins pour ce qui était de Sherill et de son neveu Tyrese, il y avait un peu plus de chance. Malheureusement plus les jours passaient et plus la métisse commençait à se faire à l’idée qu’elle n’avait pas survécu. Tout d’abord, il y avait eu cet appel terrifiant de sa sœur au début de l’épidémie, la dernière fois qu’elle avait entendu la voix de sa sœur. Des cris, même. Puis, plus rien, la communication avait été coupé brutalement. Et forcément, le fait d’être enceinte n’arrangeait pas les choses. Peut-être que son mari avait pu la rejoindre ? Mais ce dernier était en voyage d’affaire lorsque ça avait commencé et… C’était peine perdue. Et Shawna commençait à prendre conscience de tout ça… Maintenant qu’elle avait la possibilité d’exprimer tout cela à quelqu’un.

L’homme plongea alors son regard sombre dans celui de Shawna. Il l’avait écouté, il l’avait laissé parler. Il tenta une maigre tentative pour la rassurer. Sherill ? Venir chercher sa sœur ? Subitement, les sourcils de la coiffeuse se froncèrent. Mais ? Elle venait de lui dire que sa sœur était enceinte, comment pourrait-elle se déplacer jusqu’au salon ? Qu’elle soit enceinte ou avec un nourrisson… C’était impossible, sans compter le p’tit Tyrese à gérer. Ce qu’il venait de dire était stupide. D’ailleurs la lionne tiqua, complètement submergée par ses émotions « Ouais, c’est ça… Une femme enceinte seule avec un gamin de quatre ans… Et peut-être avec un bébé maintenant… C’est sûr que c’est super pratique pour se déplacer ! » Et voilà que son côté mauvaise langue reprenait le dessus. Faut dire, c’était évident qu’elle ne pouvait pas revenir jusqu’ici… « Et un accouchement… Avec les hôpitaux sûrement vides depuis longtemps… » Elle haussa les épaules avant de lever les yeux au ciel. Le ton de sa voix n’était pas des plus agréables mais elle s’en fichait. A vrai dire elle était complètement bouleversée par tout ça… C’en était trop… Puis, il fallait dire qu’il n’était pas franchement sympathique non plus lui. Avec son air froid et ses remarques déplaisantes. Et pourtant, elle n’avait pas envie qu’il parte.

Le regard vide, elle se pinça les lèvres. Il n’y avait plus d’espoir… A quoi bon rester ici ? Sherill ne viendrait pas la chercher ici. Et même avec beaucoup d’effort et de volonté, elle n’aurait pas réussi, elle en était incapable… Alors Shawna sentit de nouveau une boule se former dans sa gorge. Elle avait envie de pleurer mais elle se retenait à cause de cet homme devant elle.

Lorsqu’il changea de place, allant s’installer dans un des fauteuils de la boutique, la jeune femme releva les yeux. De nouveau, leurs regards se croisèrent. Là, il se présenta. Surprise qu’il agisse ainsi, surtout après avoir été peu agréable avec lui, sa bouche dessina un minuscule « o ». Durant un instant, elle ne sut quoi dire. Ce qu’elle devait sembler idiote aux yeux de ce type. Elle si sûre d’elle d’habitude… Elle hésita quelques secondes avant de lui répondre « Shawna. »

« Je vais chercher le café… » Une fois de plus elle disparut, retournant jusqu’à la petite cuisine. Et là, d’un coup elle s’en voulut presque d’avoir été comme ça avec lui. De lui avoir répondu aussi sèchement. Elle ne savait pas pourquoi mais il y avait chez lui quelque chose de… Elle ne savait pas quoi, elle ne pouvait pas l’exprimer. Mais malgré sa façon d’être terriblement agaçant, il y avait un truc qui la troublait chez le dénommé Axel, comme si elle avait envie d’en savoir plus sur lui. Elle soupira avant de servir deux tasses. Une fois cela fait, elle retourna dans la pièce principale.

« Voilà. Faites attention, c’est chaud. » Le visage toujours fermé, elle lui donna une tasse avant de se poster face à lui. Se calant contre le poste de coiffage, le dos tourné vers le miroir rempli de petits mots écrits au rouge à lèvres, elle souffla doucement sur sa tasse. Un silence s’installa alors entre les deux inconnus. Shawna fut alors la première à reprendre la parole… « Et toi ? Qu’est-ce que tu fais dehors par un temps pareil ? C’est pas compliqué de rouler sur ton truc là avec toute cette neige ? » Voilà qu’elle venait de le tutoyer sans vraiment s’en rendre compte. C’était dans ses habitudes et elle ne percuta qu’une fois les mots sortis de sa bouche. Tant pis… Après tout ce n’était pas quelqu’un d’âgé, et puis franchement le vouvoiement c’était pas du tout son truc…






Revenir en haut Aller en bas
Axel J. Kennedy
Bras droit | Sanctuary Hills
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 719
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Coupe court et met la en veilleuse !   Mar 23 Fév 2016 - 22:56


    J'étais resté pantois tant la réponse de la coiffeuse avait été sèche. Elle était sérieuse là ? Elle se permettait de se foutre ouvertement de ma gueule alors qu'elle m'avait presque supplié quelques instants plus tôt de l'accompagner ici lui tenir tenir compagnie. Pour une fois que j'essayais d'être sympa et voilà que ça me retombait dessus, pour pas changer. Fronçant les sourcil, je ne pu m'empêcher de lui répondre du tac au tac ne prenant pas la peine de choisir mes mots.

« C'est vrai ouais, y a plus d'espoir. »

    Je soutins le regard noir qu'elle me lança, plongeant mon regard où perçait à peine la colère dans le sien, empreint d'une part d'étonnement difficilement dissimulée. Quand elle me dit son nom d'un air légèrement acerbe avant de s'en aller chercher le café, je m'étais contenté de soupirer d'agacement. Shawna hein ? Ça lui allait pas trop mal, avec un air de pauvre petite chose sans défense qui semblait cacher une vraie lionne. Je faillis pouffer par cette vision, me disant que ses cheveux représentaient parfaitement l'animal. L'entendant revenir, je fis mon possible pour reprendre un air sérieux et impassible, ma raclant légèrement la gorge.

    La coiffeuse semblait s'être calmée un peu en me tendant le café, m'intimant de faire attention à ne pas me brûler. Nan sans dec?, je bossais dans un café avant, j'avais pas besoin qu'on me dise ça comme si j'étais né de la dernière pluie. Et me voilà à nouveau énervé, c'était quoi ça ? Soit je deviens de moins en moins tolérant avec mes semblables, soit c'est elle le problème. Je me contentais de la remercier d'un signe de tête. Quand elle s'appuya contre le poste de coiffage, je ne pu m'empêcher de me demander si elle n'allait pas prendre une paire de ciseaux et me menacer avec pour se venger de mes mots et me prendre mes affaires ; quoi que je n'avais pas grand chose, le plus important était à la maison. Mais elle n'en fit rien en engagea à nouveau la conversation comme si de rien n'était. Arquant un sourcil je lui répondis un léger sourire en coin.

« Mon truc est bien plus pratique sur la neige que tes talonnettes. »

    C'était pas sympa, mais tellement vrai ; comment espérait-elle seulement survivre quelques jours avec ces baskets compensées ? Pas étonnant qu'elle était toujours là à attendre Dieu sait quel miracle. Devais-je par ailleurs lui dire ce qui m'avait amené jusqu'ici ? Je n'en étais pas encore bien sûr et de toute façon je n'avais aucune raison de le faire. Tenant la tasse de café de mes deux mains pour les réchauffer, je pris une gorgée de ce breuvage dont je me passais difficilement.

« Disons que j'avais besoin de prendre l'air. Marquant un temps de pause, j'ajoutais : C'est vraiment pas le bon moment c'est clair mais parfois quand faut sortir y a pas le choix. »

    Détournant mon regard pour tenter de voir quelque chose à travers le rideau de fer, j'avais l'impression que le temps n'allait pas en s'améliorant. Fermant un instant les yeux, je fis la prière silencieuse de pouvoir rentrer convenablement et de ne pas avoir à passer la nuit je ne sais où. Reportant mon attention sur le salon, je remarquais qu'il était relativement bien entretenu et qu'elle avait l'air de ne pas trop mal y vivre ; outre le fait que certaines choses ne semblaient pas à leurs place et qu'il avait semblé qu'elle occupait son temps comme elle le pouvait. Mes yeux croisèrent un instant ceux de la dénommée Shawna et je ne pu m'empêcher de me demander comment elle était avant tout ça ; est-ce qu'elle avait ces mêmes traits angoissés ? Ou peut-être était-elle pleine de vie ? Je ne le saurais certainement jamais et de toute façon ça ne changerait en rien ma vie. Secouant la tête pour m'ôter des images de la tête, je repris la parole en regardant dans le vide vers l'endroit où nous étions entrés.

« Bon alors, si t'attends plus rien de cet endroit, pourquoi t'essayes pas de trouver mieux ailleurs ? »

    J'aurai pu lui demander clairement pourquoi elle s'obstinait à rester là si de toute façon sa sœur n'avait pas survécu, était-ce la peur ou l'espérance ? J ne jugeais cependant pas opportun d'amener le sujet ainsi ; le tout était d'essayer de garder un ton calme, un ton de discussion, bien qu'en réalité je pouvait tout autant prendre la porte et poursuivre ma route. Mais il y avait quelque chose qui me poussait à ne pas partir tout de suite, j'étais cependant incapable de déceler quoi et ne pouvait m'empêcher d'en être intrigué ; c'était peut-être pour ça que j'étais encore là à attendre que ça se passe.





« Tout le monde dit que la ''survie'' n'est pas facile,
que ce n'est qu'un état second clôturé soit par une renaissance, soit par la mort.
J'ai eu ma renaissance.
»

Revenir en haut Aller en bas
Shawna J. Clarke
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 19/01/2016
Messages : 847
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: Coupe court et met la en veilleuse !   Dim 6 Mar 2016 - 1:08


Elle n’avait vraiment pas de chance… De toutes les personnes qu’elle aurait pu croiser ici, elle était tombée sur un type au caractère aussi merdique que le sien. Alors évidemment, ça avait fini par clasher. Elle s’était montrée désagréable et forcément ça n’avait pas plu au dénommé Axel. Bien sûr qu’elle l’avait entendue soupirer en quittant la pièce mais elle s’était contenté de l’ignorer. Dans d’autres circonstances, elle l’aurait mal pris et le brun aurait certainement subi ses foudres. Quitter la pièce avait aidé la métisse à se calmer et elle était revenue quelques minutes plus tard comme si de rien n’était. Elle aurait pu s’excuser… Mais elle ne l’avait pas fait. Après tout, lui aussi n’avait pas été très sympa avec elle. Bref. C’était mal parti entre eux.

Toujours adossée contre le poste de coiffage, la tasse de café entre les mains, l’homme répondit à sa question. Et autant dire qu’elle ne put s’empêcher de froncer de nouveau les sourcils. Il  le faisait exprès ! Non, mais… Il était en train de la chercher, encore une fois. Elle, qui avait un effort pour ne pas se montrer méchante en tentant de trouver un sujet de conversation. Mais sans doute que parler du vélo n’était pas une bonne idée. Franchement, c’était quoi son délire là, se promener sur une bicyclette par un temps pareil ?! Fallait qu’il lui explique. Visiblement, ça n’avait pas l’air de le déranger… Qu’importe, elle n’avait pas du tout aimé sa réflexion sur ses chaussures. Oui, bon d’accord, ce n’était pas facile de se déplacer avec ça aux pieds… Mais avait-il une idée du prix qu’avait dû débourser la jeune femme pour se les acheter ?! Evidemment que non… Elle se contenta de lui adresser une mine boudeuse, grimaçant légèrement, mais elle ne lui répondit pas. Elle aurait pu lui balancer le contenu de sa tasse en pleine figure aussi. Heureusement pour lui, elle voulait vraiment faire un effort. Alors elle se tut et continua de l’écouter.

Il lui expliqua alors qu’il avait eu besoin de prendre l’air. Shawna ne put s’empêcher de l’interroger du regard, cherchant à savoir ses raisons… Décidément, même dans cette situation, elle arrivait à se montrer curieuse. Mais encore une fois, elle ne dit rien. Vu le caractère de son « invité », ce n’était pas le moment de poser trop de question. Surtout si c’était pour se prendre encore une remarque vexante dans la tronche.

Puis, Axel finit par lui demander pourquoi elle était toujours ici. Trouver quelque chose de mieux ? Oui, ça existait sûrement. Mais où ? C’était bien ça le problème. Depuis que Nathan était parti elle n’avait pas trouvé mieux que son salon de coiffure. Elle avait toujours été en sécurité ici. Cet endroit avait quelque chose de rassurant, elle s’était toujours sentie bien ici, malgré la solitude… Et c’était bien ça qui commençait à la déranger depuis quelques temps. Rester seule… Elle allait certainement finir par devenir folle à rester ici… Il avait raison.

Elle aurait voulu lui dire de se mêler de ses affaires, qu’elle était très bien ici… Mais d’un autre côté, Axel n’avait pas tort. Pour la première fois depuis longtemps, elle se rendait compte qu’elle ne pourrait pas vivre éternellement ici. Elle baissa la tête, scrutant le sol des yeux. Elle posa sa tasse près du miroir, derrière elle. Puis tout en relevant les yeux vers Axel, elle lui répondit, complètement perdue « Je… Je n’ai nulle part où aller… J’ai… J’ai perdu tout ce que j’avais. Je suis seule, complètement seule… Où veux-tu que j’aille… Ici… C’est tout ce qui me reste… Je… Je peux pas partir… C’est… C’est trop difficile… » Elle fit tout son possible pour ne pas craquer mais déjà les larmes étaient revenues remplir ses yeux. Sans le vouloir, Axel venait d’évoquer un point sensible… Elle ne pouvait plus rester ici… Mais où pouvait-elle aller ?  






Revenir en haut Aller en bas
Axel J. Kennedy
Bras droit | Sanctuary Hills
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 719
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Coupe court et met la en veilleuse !   Mar 8 Mar 2016 - 11:41


    Mon sourire empreint de sarcasme s'était agrandi au vu de la mine vexée de la coiffeuse quant à ma remarque sur ses chaussures ; décidément les Hommes étaient tous étranges. Leur monde s'effondrait et ils se bornaient à se rattacher à des futilités, croit-elle que tout ça va s'arranger un jour ? Qu'elle pourra à nouveau se balader en pleine rue en faisant la belle comme si de rien n'était ? Si c'était ce à quoi elle voulait croire qu'elle se rassure, les cadavres devaient la trouver parfaitement à leur goût ; nous étions tous à leur goût à dire vrai. Je vis par ailleurs que la jeune femme se retenait de m'envoyer paître, il m'était encore délicat d'en savoir la raison exacte étant donné qu'elle n'avait aucun compte à me rendre mais qu'importe, ça m'était assez égal.

    Quand j'avais abordé le sujet de ma sortie, je fis mine de ne pas voir son air interrogateur. Pourquoi je devrais me justifier hein ? Je me voyais mal lui dire que je supportais mal ma nouvelle vie en communauté, et que ma meilleure amie m'avait bourré le crâne en me disant qu'il ne servait plus à rien d'attendre ma famille. Repensant rapidement à ce fait, je faillis demander à la jeune femme qui me faisait face si elle ne les avait pas aperçu, mais elle m'avait assuré qu'elle était rester seule et je n'avais pas l'impression qu'elle était du style à mentir ; bien que j'avais cette habitude de toujours rester sur mes gardes, qui sait ce qu'il pouvait arriver et ce qu'elle cachait ?

    Ma question la fit changer du tout au tout, et voilà que Shawna avait de nouveau reprit cet air perdu qu'elle semblait avoir à chaque fois qu'elle pensait à sa situation. Je fronçais machinalement les sourcil, cherchant à comprendre la raison de ce revirement d'humeur ; comment pouvait-elle passer de l'agacement non masqué, à une tristesse aussi profonde ? La réponse arriva bien vite, il semblait qu'elle était vraiment plus bavarde que moi et qu'elle était surtout prête à tout dire pour qu'on lui vienne en aide. Ses yeux s'étaient à nouveau remplis de larmes et sa voix se brisait au fur et à mesure ; j'avais toujours trouvé pathétique ces attitudes que pouvaient avoir les gens. Tu n'as plus rien ? Bats-toi pour trouver mieux. Enfin, je dis ça maintenant, mais je ne pouvais nier cette époque où j'étais moi-même complètement perdu, ne sachant plus du tout quoi faire de ma vie ; mais ça c'était avant.

    En réalité je ne savais pas vraiment quoi dire, devais-je la laisser dans son bordel et continuer ma route ? Ou la déposer dans un de ces camps de réfugiés ? Venir en aide aux gens c'était pas mon fort, trouver des solutions pour les autres non plus, mais il me semblait évident que je n'allais pas l'amener à la maison ; parce-que je ne suis pas aussi pacifiste que Carmen, ou Jack, et qu'il y a déjà suffisamment d'inconnus autour de moi. Réfléchissant un instant, je tapotais mes doigts sur la tasse avant de prendre la parole.

« En repartant j'irai vers l'Ouest, un petit crochet et on pourra être à l'un de ces camps de réfugiés, au stade. Je t'y déposerais, ça sera toujours mieux que rester seule ici. »

    Je n'étais pas totalement certain que l'idée soit bonne, ni que la métisse allait accepter, mais c'était ça ou rien. Au moins là-bas elle serait entourée de gens comme elle, ceux qui ne connaissent pas grand chose à l'extérieur et qui en sont préservés. Elle pourra reprendre ses marques et repartir de zéro, ou au moins essayer.

« Par contre, comme tu l'as si bien remarqué, je n'ai pas une bagnole de compet. Prends le minimum nécessaire, vaut mieux éviter de trop s'encombrer. »

    Si elle refusait tant pis pour elle, au moins j'aurai proposé, et il fallait se dépêcher pour que je soi rentré avant la nuit. Mais sérieusement, qui ne serait pas tenté par une balade en bicyclette couineuse sous une tempête de neige ?





« Tout le monde dit que la ''survie'' n'est pas facile,
que ce n'est qu'un état second clôturé soit par une renaissance, soit par la mort.
J'ai eu ma renaissance.
»

Revenir en haut Aller en bas
Shawna J. Clarke
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 19/01/2016
Messages : 847
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: Coupe court et met la en veilleuse !   Sam 19 Mar 2016 - 23:27


Elle était en train de réaliser qu’elle n’avait plus rien à attendre de cet endroit. Bien évidemment, elle y avait vécu beaucoup de bons moments durant toutes ces années passées à travailler ici. Ses collègues étaient devenues ses amies les plus chères et ça avait toujours été un réel plaisir de venir bosser au salon. Elle avait également su fidéliser ses clientes et clients et avait entretenu d’excellentes relations avec eux. Des années de bonheur en somme, balayées par le chaos qui régnait à présent dans la ville de Seattle. Pourquoi s’obstiner ? Pourquoi vouloir rester ici ? A cause de ces souvenirs, sûrement. Mais cela valait-il vraiment le coup ? Après tout, elle avait tout perdu. Tenter de reconstruire quelque chose ailleurs était peut-être la seule solution qui lui était offerte à présent…

Son regard humide fixait toujours l’homme en face d’elle. A quoi pouvait-il penser en la voyant ainsi, à pleurnicher ? Elle scruta longuement les yeux sombres d’Axel, mais elle n’arriva pas à percevoir quoi que ce soit. Après les piques qu’ils s’étaient lancés, il ne devait pas avoir grand-chose à faire d’elle. Il n’avait pas l’air d’être le genre de type à éprouver de la peine ou de la compassion pour une personne comme elle. Mais après tout, pourquoi lui en vouloir pour ça ? Il ne la connaissait pas. Et pourtant, cela ne l’avait pas empêché de la suivre jusqu’ici. Et même s’il n’était pas très agréable avec elle, ça avait fait énormément de bien à la belle de parler…

Et maintenant ? Il allait sûrement s’en aller, retrouver sa bicyclette et partir loin d’ici, la laissant de nouveau avec sa solitude. A cette pensée, elle ne put s’empêcher de soupirer doucement. Puis, lorsqu’il se remit à parler, elle haussa un sourcil. Venait-il de lui proposer son aide ? Ses lèvres prirent la forme d’un minuscule « o ». Un camp de réfugié ? Elle en avait déjà entendu parler. Nathan, quelques mois plus tôt, lui avait déjà proposé de la déposer là-bas. Mais elle avait préféré venir ici dans l’espoir de revoir l’une de ses amies ou sa sœur, le salon était plus proche de son appartement. Mais maintenant, en repensant à toutes ces semaines à rester seule ici, cela avait peut-être été un mauvais choix de sa part. Rejoindre un camp plus sécurisé était une opportunité à envisager.

Il lui fait remarquer qu’elle ne pouvait pas prendre beaucoup de choses. Encore une fois son ton n’était pas tellement agréable mais cette fois elle n’y fit pas attention. Perdue dans ses pensées, elle ne savait pas quoi faire. Elle avait envie de partir, oui, mais l’extérieur lui faisait tellement peur… Et si ça se passait mal sur le chemin du stade ? Non, elle devait arrêter de penser au pire, elle devait arrêter d’avoir peur. Elle était bien sortie en voyant Axel passer devant la boutique non ?

Elle posa sa tasse de café à côté d’elle avant de tirer sur le bas de son manteau comme pour tenter de le remettre correctement, signe qu’elle était contrariée par la décision qu’elle allait devoir prendre. Que devait-elle faire ? Si cela n’avait tenu qu’à elle, Shawna aurait sûrement pris le temps de peser le pour et le contre… De réfléchir longuement à ce qui était le mieux pour elle. Mais là, elle se doutait bien qu’Axel n’allait pas attendre que Madame daigne faire son choix. Restant plantée devant lui, elle le fixa plusieurs minutes, l’air perplexe. Puis elle finit par lui répondre, non sans mal. « Je… Bon. Ok. Je… Je vais aller chercher quelques affaires. Laisse-moi cinq, euh dix minutes… Je me dépêche. » Etait-ce une bonne idée ? Elle n’en savait rien. Tout ce qu’elle ressentait à cet instant, c’était la peur qui la tiraillait de l’intérieur. Brusquement, l’air était venu à manquer, l’angoisse prenant doucement le dessus. Mais elle tenta de garder son calme, faisant tout son possible pour ne pas laisser la panique l’emporter.

Farfouillant dans un coin du salon de coiffure, elle trouva un vieux sac à dos qui avait appartenu à l’une de ses collègues. Si elle n’avait pas été tendue et stressée, elle se serait sûrement fait la réflexion que ce vulgaire bagage était bien trop petit pour contenir ses affaires. Malheureusement, Axel lui avait bien mentionné qu’elle ne pouvait pas emporter trop de choses. Se rendant jusqu’à la réserve, elle se mit alors à attraper tout ce qui pouvait être utile et le fourra dans le sac. Une tenue de rechange, quelques provisions, sa petite trousse de toilette… Puis machinalement, elle saisit un de ses escarpins rouge… Mais elle le relâcha rapidement. Non. Elle n’avait pas besoin de ça. Et même si ça lui brisait le cœur de laisser une aussi belle paire de chaussures ici, elle n’avait pas le choix. Retournant ensuite jusqu’à la pièce principale, elle jeta un coup d’œil vers Axel, lui faisant comprendre qu’elle avait presque fini. Elle se dirigea vers l’un des miroirs et prit sa trousse de coiffure, celle qu’elle attachait à sa ceinture lorsqu’elle travaillait. Elle la rangea aussi dans son sac puis elle fit volte-face vers Axel. « C’est bon. Je crois… » Elle resta devant lui quelques secondes « Non ! Attends ! », puis subitement elle se dirigea de nouveau jusqu’à la réserve. Elle fouilla dans les tiroirs de la petite cuisine finissant par trouver ce qu’elle cherchait, un petit couteau, pour se défendre… Encore fallait-il qu’elle sache le faire… Qu’importe, ça serait certainement utile un jour ou l’autre… Elle le mit dans son sac avec le reste puis avant de rejoindre l’homme qui se trouvait dans la pièce d’à côté, elle prit le temps d’attraper son sac à main. Elle sortit un petit porte-carte et le glissa également dans le sac, il contenait plusieurs photos de sa famille. Sa mère, ses sœurs, son neveu… Des souvenirs…

« Voilà. » Elle s’avança de nouveau vers Axel tout en fermant son sac et le glissant sur son dos. Elle attrapa une écharpe qu’elle enroula autour de son cou puis elle jeta un dernier coup d’œil autour d’elle avant de détourner de nouveau son regard vers celui de l’homme. Elle passa sa main dans ses cheveux, puis elle prononça doucement « Merci… » Elle ne dit rien de plus. C’était sincère, même après les paroles désagréables qu’ils avaient pu se lancer quelques minutes plus tôt.






Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Coupe court et met la en veilleuse !   Aujourd'hui à 5:18

Revenir en haut Aller en bas
 

Coupe court et met la en veilleuse !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Haïti qualifiée pour la Coupe du monde U-17 de football
» BANTAM AA ESTACADES - CHAMPION Coupe Dodge
» event coupe du monde la semaine prochaine
» Qui va gagner la coupe selon vous
» Les Finalistes de la coupe Stanley :D

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-