Partagez | .
 

 Coupe court et met la en veilleuse !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Auteur
Message
Axel J. Kennedy
Bras droit | Sanctuary Hills
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 709
Age IRL : 24

MessageSujet: Coupe court et met la en veilleuse !   Lun 1 Fév 2016 - 13:43


    L'ambiance à la maison était quelque peu tendu ; malgré le confort dont nous bénéficions, Jack n'était pas facile à vivre, et j'avais encore en travers de la gorge les mots que Carmen m'avait craché à la figure quelques temps plus tôt. J'avais beau faire tous les efforts du monde pour passer outre et faire comme si de rien n'était, j'en avait littéralement marre de rester cloîtré ici. Alors à bas la neige et le vent, j'avais bien l'intention d'aller prendre l'air. Passant dans le salon près de Jasper et Carmen qui étaient entrain de regarder une carte pour je ne sais quoi, je leur lançais simplement que j'allais faire un tour et sortis de la maison en claquant la porte. Enroulant autour de mon cou la grosse écharpe en laine que j'avais trouvé dans une armoire, je m'en couvris également les oreilles et remontais la tirette de ma veste en cuir jusqu'en haut, avant de grimper sur ma bicyclette qui, par chance, n'avait pas été emportée par le vent.

    Je ne savais pas vraiment où aller et à dire vrai je peinais à avancer avec tout ce vent. Je ne pu m'empêcher de culpabiliser un peu de ne pas être plus proche actuellement de Carmen, surtout maintenant qu'Ana n'était plus là, mais j'étais rancunier et elle le savais ; il y avait certaines choses à ne pas dire, même si elles s'avéraient vraies. C'est dans cette optique que je pris naturellement le chemin du centre de Seattle, ne sachant plus vraiment si je souhaitais croiser ma famille ou si c'était simplement pour y aller une dernière fois avant de tirer un trait sur mes chances de les revoir un jour.

    Je n'étais absolument pas d'humeur à voir qui que ce soit, ou quoi que ce soit, et voir les macchabées s'approcher à l'entente du bruit aiguë de la pédale rouillée du deux roues me rendait encore plus mauvais ; je ne pris toutefois pas la peine de les descendre, gardant cette habitude de les laisser dans leur panade. Ils peinaient d'ailleurs à avancer correctement au vu de la neige qui s'amassait, du verglas. Je faillis moi-même finir dans le décor quelques fois mais par chance j'avais su garder mon équilibre jusqu'à présent.

    Pris dans mes pensées, je ne me rendais même pas bien compte de combien de temps je pédalais, de cette vitesse toujours aussi traînante. Je ne savais toujours pas où me rendre et je n'avais pas non plus la foi d'aller fouiller des bâtiments pour trouver je ne sais quoi, alors je commençais à siffloter pour m'occuper, essayant un peu de penser à autre chose que ces pertes trop récentes et cette ambiance tendue à la maison. S'il n'y avait pas Carmen, je serais certainement déjà partis ; à dire vrai, je n'y serai même jamais allé et ne serai certainement pas venu en aide à Jack. Moi égoïste ? Si peu ; il fallait bien ça pour survivre dans cette masse d'humains.

    En passant devant des boutique, je cru voir une silhouette dans un salon de coiffure. Mon imagination qui me jouait des tours ? Qu'importe, ça n'avait pas d'importance. Je reportais mon attention sur la route.





« Tout le monde dit que la ''survie'' n'est pas facile,
que ce n'est qu'un état second clôturé soit par une renaissance, soit par la mort.
J'ai eu ma renaissance.
»

Revenir en haut Aller en bas
Shawna J. Clarke
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 19/01/2016
Messages : 843
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: Coupe court et met la en veilleuse !   Dim 7 Fév 2016 - 22:07


Depuis combien de temps se trouvait-elle là ? Quelques semaines, un mois peut-être ? Cela commençait à faire long, mais le principal pour Shawna, c’était d’être en sécurité. Le salon de coiffure où elle travaillait d’habitude lui servait à présent de refuge depuis un moment. Elle avait tiré la grille qui protégeait la devanture et l’entrée principale de la boutique. Lorsqu’elle sortait, et ça n’était arrivé que deux ou trois fois depuis qu’elle était là, elle passait par la porte de service qui donnait sur le hall de l’immeuble voisin. Par chance, elle avait eu la bonne idée de garder les clés du salon… A l’intérieur, c’était assez confortable. Elle avait déménagé les banquettes réservées aux clientes jusqu’à la réserve, la seule pièce qu’elle pouvait verrouiller, et l’avait donc aménagé en chambre à coucher. Le salon comportait également une petite cuisine qui lui permettait de préparer à manger. Elle et ses collègues y avaient entreposé pas mal de choses lorsqu’elles travaillaient encore… Ainsi, elle n’avait pas eu à sortir trop souvent pour trouver des provisions… Pour se laver, elle faisait avec les moyens du bord, utilisant les bacs à shampooings pour sa toilette. Elle vivait donc plutôt bien dans cette petite boutique, se faisant la plus discrète possible…

L’extérieur lui faisait peur, la hantait… Des cauchemars ? Elle en faisait presque toutes les nuits. Elle revoyait sa mère se faire dévorer. Des fois, c’était elle que les monstres attaquaient. Les journées étaient longues à l’intérieur mais elle s’occupait comme elle pouvait : relecture incessante des mêmes magazines de mode qui traînaient un peu partout, tressage sur les cheveux des mannequins d’entraînement, dessins au rouge à lèvres sur les miroirs… La poubelle était devenue un panier de basket dans laquelle elle jetait tout ce qui lui passait dans les mains : bigoudis, brosse à cheveux, élastiques… Et parfois même elle utilisait le tabouret à roulettes comme tourniquet… Mais le pire c’était sans aucun doute les conservations qu’elle arrivait à avoir seule. Pas de doute, elle allait finir par devenir folle dans cet endroit…

Souvent elle se disait qu’elle n’aurait pas dû quitter Nathan… Nathan, c’était le type qui l’avait sauvée le jour où elles avaient tenté de fuir avec sa mère, le jour où elle avait été mordue devant ses yeux… Elle l’avait laissé là-bas, étendue par terre… Se faisant dévorer. Nathan avait tiré sur le monstre avant d’entraîner la jeune femme jusqu’à sa voiture puis ils avaient filé. Elle avait vécu avec lui durant une période assez longue, mais l’homme avait fini par partir, espérant rejoindre sa femme restée près de Spokane. Il avait alors laissé Shawna à son salon de coiffure puis avait disparu… Sans lui, elle aurait sûrement fini comme sa mère, morte… Ou même infectée, comme l’un d’eux. D’après Nathan, une morsure suffisait pour se transformer en monstre… Alors, la jeune femme avait pris toutes les précautions, ne sortant que très rarement.

Lors de l’une de ses sorties elle avait eu la bonne surprise de retrouver quelqu’un qui ne lui était pas inconnu. Leroy. Son ? Elle avait mis un certain temps à se poser la question. Ex ? Ou bien petit-ami ? Etant donné qu’ils sortaient ensemble avant l’épidémie… Le second choix semblait être le bon… Néanmoins, l’homme avait disparu et ne semblait pas s’être préoccupé plus que ça d’elle, puisqu’il n’était pas venu la chercher. Etaient-ils toujours ensemble ? Elle ne savait pas vraiment… D’autant plus qu’il était reparti très vite, disant qu’il reviendrait prendre de ses nouvelles quand il pourrait. Mais il n’était jamais repassé…

Depuis quelques temps, elle ne sortait plus. A cause de la neige… S’il y avait bien quelque chose que la métisse détestait, c’était bien ça. Le froid… Très peu pour elle. Sortir et supporter le froid glacial, c’était un coup à finir en glaçon. Le souci, c’était qu’elle commençait à manquer de nourriture. Et… Elle en avait assez d’être là, seule… Plusieurs fois, elle s’était mise en tête de partir pour aller retrouver sa sœur qui vivait dans le sud de ville… Elle n’avait plus eu de nouvelles depuis des mois. Mais elle n’avait pas eu le courage de partir définitivement, finissant toujours par revenir au même point…

« Nan mais quelle pétasse celle-là… En plus d’être refaite entièrement, elle se tape le meilleur ami de son mec. PETASSEEEE ! » Shawna avait réussi à dénicher un vieux magazine people qu’elle n’avait pas encore lu. Elle se donnait donc à cœur joie de critiquer le moindre article… Habillée chaudement, elle était assise dans l’un des fauteuils lorsqu’un bruit étrange l’interpella à l’extérieur. Une sorte de grincement… Elle se leva alors et tira légèrement le rideau pour jeter un œil dehors. Elle scruta les environs un instant, avant d’apercevoir une silhouette… Sur une bicyclette ? Elle fronça les sourcils avant de chuchoter « Mais qu’est-ce qu’il fout là celui-là ? » Cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas vu quelqu’un… A vrai dire, elle laissait tout le temps les rideaux tirés pour ne pas voir les créatures déambuler dans la rue… Mais là, elle n’avait pas de doute à avoir, c’était bien quelqu’un de parfaitement humain… Elle hésita un instant, puis brusquement elle se précipita vers la porte de service, tirant le meuble qui barrait la porte. Elle traversa le hale et en quelques secondes elle fut dehors. Elle se mit alors à marcher en direction de l’homme à la bicyclette, mais elle galéra à cause de ses baskets compensées… D’ailleurs elle manqua de s’étaler par terre et se rattrapa de justesse à un poteau électrique. Essoufflé, elle inspira une grande bouffée d’air avant de crier en direction du type « Hey ! Attends !! »






Revenir en haut Aller en bas
Axel J. Kennedy
Bras droit | Sanctuary Hills
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 709
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Coupe court et met la en veilleuse !   Mar 9 Fév 2016 - 19:06


    Malgré la tempête de neige qui ne semblait pas vouloir cesser et ce vent glacial qu'elle amenait avec elle, j'étais plus apaisé qu'avant, comme soulagé d'être un peu sorti de cette baraque qui représentait certes un bel abri mais où l'ambiance était loin d'être au beau fixe. Et de plus, ayant toujours vécu seul, j'avais le plus grand mal à m'habituer à vivre ainsi les uns sur les autres ; les voir tous les jours, le matin, le soir. Toute la journée. Ça finirait par me rendre fou et je n'avais pas forcément envie que ça arrive, pas envie de traîner Carmen par les cheveux jusqu'à un endroit où il n'y aurait pas tous ces gens que je ne connaissais que depuis peu. Parce-qu'au fond c'était aussi ça le problème, trop de nouvelles personnes étaient entrées du jour au lendemain dans mon espace vital, des gens que je ne connaissais ni d'Eve ni d'Adam et en qui je n'avais pas la moindre confiance. Ça faisait trop d'un coup.

    J'appréciais donc cette petite sortie en solitaire, réfléchir à tout ça, au sens que pouvait réellement avoir le fait de rester tous ensemble. C'est vrai quoi, qu'est-ce qui m'empêchait de m'établir dans la baraque en face ? Elle avait pas l'air plus dangereuse -bien qu'il faudrait sûrement la sécuriser un peu- alors pourquoi fallait-il que j'y reste ? Peut-être simplement parce-que je ne pouvais me résoudre à laisser Carmen seule avec ces gens, nous avions perdu Ana, qui sait ce qui pouvait encore arriver ?

    Je me renfrognais un peu à cette idée, plissant les yeux pour me préserver un peu de la neige que je me prenais malgré ma vitesse relativement lente. Je cru alors entendre un bruit, mais pas un bruit de macchabées, plutôt comme un appel. Ôtant la capuche de mon sweat de ma tête pour mieux entendre, je ralenti encore un peu la cadence pour mieux entendre à travers les couinements de la bicyclette et j'entends plus distinctement que quelqu'un semble m'appeler. Stoppant net, je pose un pied à terre et regarde vivement aux alentours ; croyant distinguer une masse à travers la neige, je plisse les yeux pour y voir un peu plus clair et en effet, c'est bien quelqu'un. Si je n'avais pas cru entendre autre chose que des râles, je me serai vraiment demandé si cette personne n'était pas un cadavre au vu de sa démarche mal assurée. J'hésitais une seconde à continuer mon chemin, étant soudain plus qu'agacé de me retrouver encore une fois face à un être humain alors que j'essayais de m'éloigner un peu de ceux avec qui je vivais. Puis, soupirant bruyamment, j'attendis que la personne arrives jusqu'à moi, une main posée sur le manche du couteau-évideur accroché à ma ceinture.

    Quand la silhouette fut enfin à ma hauteur, je me rendis compte que c'était une femme. Elle semblait essoufflée et avait des cheveux frisés pleins de neige ; regardant ses jambes pour voir si elle n'était pas mordue ou quoi que ce soit, je remarquais ses chaussures absolument pas adaptées à la situation. Décidément, les Hommes n'avaient vraiment pas conscience de ce qui se jouait, s'en était pathétique. Haussant un sourcil en recentrant mon attention sur son visage, j'avais juste envie de reprendre ma route, tranquillement.

« C'est moi que vous avez appelé là ? »

    Question con. Évidemment que c'est moi qu'elle a appelé, il semblait n'y avoir personne d'autre dans tout le quartier à part quelques cadavres qui erraient ci et là. Mais je savais pas quoi dire, j'étais censé faire quoi ? Et qu'est-ce qu'elle voulait d'ailleurs ? Je commençais à sérieusement avoir froid à rester immobile comme ça et ça me tapait sérieusement sur les nerfs. Passant ma main libre sur mes cheveux pour enlever la neige qui en gouttait et me tombait sur le nez, je repris.

« Y a un soucis peut-être ? »

    Je me rendais compte que je devais carrément avoir l'air blasé mais qu'importe, c'était quoi ça d'aborder les gens comme si de rien n'était ? Elle avait intérêt à avoir une bonne excuse et que ça soit pas long, parce-que j'avais pas l'intention de m'attarder ici trois plombes.





« Tout le monde dit que la ''survie'' n'est pas facile,
que ce n'est qu'un état second clôturé soit par une renaissance, soit par la mort.
J'ai eu ma renaissance.
»

Revenir en haut Aller en bas
Shawna J. Clarke
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 19/01/2016
Messages : 843
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: Coupe court et met la en veilleuse !   Mar 9 Fév 2016 - 22:04


Pourquoi était-elle sortie ? Elle-même ne savait pas vraiment ce qu’elle faisait dehors à cet instant. Mais maintenant qu’elle avait manifesté sa présence elle ne pouvait plus faire marche arrière. L’homme avait ralenti sa progression finissant par s’arrêter totalement. Cela voulait dire qu’il avait sûrement entendu son appel, c’était visiblement le cas puisqu’il se retourna vers la jeune femme. S’approchant toujours avec difficulté, Shawna se demanda alors si elle avait bien fait. Et si ce type était dangereux ? La métisse se sentit alors bête de ne pas s’être posée la question plus tôt. L’angoisse la gagna alors, et ce fut la boule au ventre qu’elle arriva enfin près de lui. Elle remarqua rapidement sa posture. Il était sur la défensive à en juger par sa façon de se tenir, main à la ceinture, prêt à attaquer si besoin. Il l’observa alors de la tête au pied durant quelques secondes, ce qui ne plut pas tellement à la coiffeuse… Qu’allait-il faire ?

Heureusement pour Shawna, il se contenta de lui demander si c’était bien lui qu’elle venait d’appeler. La jeune femme bascula légèrement sa tête sur le côté, perplexe. Bien évidemment, que c’était lui ! Il n’y avait qu’eux ici… A son tour, elle le détailla. C’était un homme plutôt jeune, il devait avoir à peu près le même âge qu’elle… Peut-être légèrement plus âgé. Physiquement il était bien plus grand qu’elle… ‘fin ça, ce n’était pas tellement difficile étant donné sa petite taille. Et ce même avec des talons… Oui, cela allait sûrement lui paraître étrange de voir une nana perchée sur des chaussures aussi hautes par le temps qu’il faisait… Et surtout dans un contexte pareil. Mais elle n’avait pas tellement le choix… Les autres chaussures qu’elle avait pu garder étant pour la plupart des escarpins encore bien moins pratiques que cette paire de baskets.

Son regard s’arrêta ensuite sur celui de son vis-à-vis. Ses cheveux et ses yeux étaient ténébreux. A première vue, il ne semblait pas tellement aimable. Gênée, la jeune femme tenta d’esquisser un sourire. Non, il n’avait pas vraiment l’air sympathique, à croire qu’elle l’embêtait plus qu’autre chose. D’ailleurs, ses dires vinrent confirmer ses doutes… Il n’avait pas été très agréable et la métisse ne sut quoi dire. Elle resta plantée devant lui, à chercher ses mots, pour trouver une réponse à sa question. Un problème ? Non, pas vraiment. Elle se sentit bête, incapable de parler.

Puis elle finit par se lancer. « Euh… Non… ‘fin si… Mais, je… » Pitoyable. En plus d’être en train de geler sur place, elle paraissait complètement idiote. Tremblotante, elle détourna les yeux vers le sol durant un instant. Il fallait qu’elle se ressaisisse. Elle toussota alors pour tenter de s’éclaircir la voix, puis elle plongea de nouveau son regard dans celui du type qui était devant elle. « Excuse-moi… Euh. Excusez-moi… J’vous ai aperçu depuis ma boutique, là- bas. » Elle fit mine de pointer son doigt vers la direction du salon de coiffure. « Ça fait un moment que j’suis seule et… Puis, bah… J’vous ai vu… Et… » Du grand n’importe quoi cette histoire. Elle aurait dû réfléchir avant de se précipiter à sa rencontre… Néanmoins, elle semblait ressentir le besoin de parler avec quelqu’un… Cela faisait des jours qu’elle n’avait vu personne… Pas de chance pour cet homme, c’était tombé sur lui. Comment allait-il réagir face à cette jeune femme complètement incapable de tenir un discours cohérent ? Vu son air, il n’allait sûrement pas l’accueillir les bras ouverts, au contraire.

Alors pour tenter de se rattraper… Shawna haussa doucement les épaules avant de lui offrir un sourire, plutôt gêné… Que voulait-elle au juste ? Quelqu’un pour parler ? De l’aide ? Ce n’était pas simple d’entamer une discussion… Elle ouvrit la bouche comme si elle allait se remettre à parler, mais elle ne put prononcer un seul mot… C’était étrange. Elle était tellement bavarde d’habitude, mais là, il y avait quelque chose chez ce type qui la rendait mal à l’aise…






Revenir en haut Aller en bas
Axel J. Kennedy
Bras droit | Sanctuary Hills
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 709
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Coupe court et met la en veilleuse !   Mer 10 Fév 2016 - 16:24


    J'avais vraiment du mal à savoir ce que cette nana me voulait, était-elle seulement consciente de ce qu'il se passait ? La situation n'était absolument pas adéquat à aborder un inconnu de la sorte, surtout pas quand on était une femme apparemment seule ; en tous cas elle avait l'air complètement isolée et perdue. Je me contentais pour le moment de la regarder bêtement, attendant la suite. Elle avait vraiment l'air de venir d'un autre monde, la notion ''de l'autre côté du miroir'' semblait prendre tout son sens parce-que c'est exactement l'impression que j'avais en la regardant. Malgré ses traits tirés par la fatigue -comme la plupart des vivants- on aurait dit qu'elle avait été préservée de tout ça ; ou du moins qu'elle tentait de s'en préserver. Idiotie aveuglante ou réel besoin de vivre une vie normale ? Je ne pouvais le dire. J'aspirais moi-même à mener la vie simple et sans questionnement sur l'avenir, ce dont j'avais toujours rêvé, comme si tout ceci était ''normal'', alors pouvais-je me permettre de la juger ? Il n'empêchait que son allure guindée était légèrement pathétique et décalée.

    Quand elle commença à parler, l'air encore plus perdu, il semblait qu'elle ne sache pas elle-même pour qu'elle raison elle m'avait interpellé. Soupirant légèrement, j'ôtais la main de mon couteau et, portant des mitaines, je rabattis le cache qui y était accroché pour en faire des moufles, avant de fourrer mes deux mains dans les poches de ma veste en cuir qui n'était pas vraiment appropriée pour la saison. Je remarquais qu'elle avait voulu me tutoyer ; soit, je me demandais moi-même pourquoi je gardais l'habitude de vouvoyer les gens que je rencontrais alors que le respect semblait être en voie d'extinction et surtout la dernière préoccupation des gens. Mais c'était comme ça, les habitudes ont la vie dure. Avec le vent qui n'avait de cesse de souffler je peinais à entendre ses mots à cause de la voix mal assurée qu'elle avait mais j'en percevais tout de même le principale. Ainsi donc elle vivais dans cette boutique et elle m'avais vu. Et alors ? J'ai aussi vu des gens, et j'ai pas été les voir pour autant. Décidément j'aurai toujours du mal à comprendre cette grande sociabilité dont pouvait faire preuve mes semblables ; ou peut-être était-ce simplement cette crainte de se retrouver seuls, abandonnés de tous ?

    J'eus des doutes quant à sa situation ; c'était facile pour un groupe d'envoyer une femme en lui disant de faire un air apeuré, et après hein ? Ils déboulaient avec leurs armes lourdes et prenaient tout ce qu'ils pouvaient. Je la fixais quand elle baissa la tête vers ses pieds, semblant ne plus savoir où se mettre. J'imagine qu'elle regrettait de m'avoir interpellé et qu'elle aurait certainement aimé tomber sur quelqu'un de plus agréable. Mais il avait fallut que ce soit moi, pour notre plus grand bonheur à tous les deux. Quand elle releva le visage et que ses yeux croisèrent à nouveau les miens, j'y vis quelque chose de spécial, quelque chose de vrai, mais ce n'était pas le moment de me laisser attendrir ; ce n'était pratiquement jamais arrivé et ça n'avait pas lieu d'être. M'éclaircissant la gorge, je regardais un peu plus loin dans la rue, n'ayant aucune envie de me faire surprendre par un macchabées, puis lançais d'une voix qui se voulait calme mais qui était toujours un peu nonchalante.

« Vous êtes vraiment seule là... ? Ça fait combien de temps que personne est passé par ici ? »

    C'était toujours le même problème, savoir quoi croire. Elle pouvait affirmer être seule pour me tendre un piège, c'était sans arrêt le même bordel quand je tombais sur quelqu'un. Je n'avais cependant pas été pris en embuscade jusqu'à présent alors pourquoi ça devrait arriver là hein ? Mais il suffisait d'une fois. Commençant vraiment à m'impatienter et voyant qu'elle semblait tourner autour du pot, je reposais mon regard sur elle, les sourcils froncés par l'agacement d'attendre ainsi dans le froid.

« Vous voulez quoi au juste ? Parce-que j'ai pas l'intention de rester là des heures. »

    C'était sec, je m'en rendais bien compte, mais je ne pouvais faire autrement. Cette journée, qui devait pourtant apporter un brin d'éclaircie dans ma tête, était finalement un réel fiasco, et je n'avais aucunement l'intention de fixer la métisse dans le blanc des yeux en attendant que quelque chose se passe.





« Tout le monde dit que la ''survie'' n'est pas facile,
que ce n'est qu'un état second clôturé soit par une renaissance, soit par la mort.
J'ai eu ma renaissance.
»

Revenir en haut Aller en bas
Shawna J. Clarke
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 19/01/2016
Messages : 843
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: Coupe court et met la en veilleuse !   Ven 12 Fév 2016 - 11:25


Et voilà qu’elle commençait à regretter d’être sortie. Il faisait froid, elle détestait la neige, elle avait failli se retrouver par terre et en plus de ça, l’homme qu’elle avait devant elle n’était pas franchement aimable. Et pour couronner le tout elle ne savait pas quoi lui dire et avait l’air d’une idiote. Frigorifiée, elle remonta la fermeture de son manteau avant de croiser les bras sur sa poitrine. Il fallait qu’elle rentre, qu’elle fasse demi-tour. Oui, retourner au salon semblait être une idée judicieuse. Mais pourtant, quelque chose la retenait. Elle cherchait un moyen de poursuivre ce semblant de conversation, elle n’avait pas envie qu’il parte.

L’homme lui demanda alors si elle était seule. Bien, ça relançait un peu les choses, elle allait pouvoir lui répondre. Toujours essoufflée, elle prit une grande inspiration avant de se mettre à parler « Oui, je me suis installée dans le salon de coiffure qui est là… Je travaillais là, avant. Ça doit faire presque un mois que je suis là… Un peu plus peut-être… Et à part vous, non, je n’ai pas vu grand monde… Enfin de bien vivant, je veux dire… » A part Leroy et Nathan qui l’avait déposé là, la métisse avait passé le reste du temps, seule. Il y avait eu des jours plus difficiles que d’autres, elle avait d’ailleurs eu des baisses de moral assez impressionnantes… Rester enfermer, ne rien faire, ce n’était pas tellement dans ses habitudes… Alors c’était sûrement pour ça qu’elle avait sauté sur l’occasion en voyant cet homme traverser la rue sur sa bicyclette. Oui, c’était ça… Elle commençait à souffrir de cette solitude.

Après lui avoir expliquer tout ça. Shawna plongea de nouveau son regard dans le sien. Et elle remarqua très vite son impatience. Il n’avait pas l’air très intéressé par ce qu’elle disait, il n’avait pas vraiment l’intention de s’éterniser ici. Il lui fit comprendre alors, prêt à partir. Le ton de sa voix fut plutôt froid et Shawna ne put s’empêcher de froncer les sourcils. Il fallait qu’elle trouve un moyen de le retenir. Tant pis s’il n’était pas très agréable, elle n’avait pas envie de rester seule… C’était sûrement une mauvaise idée mais elle n’était pas du genre à renoncer aussi facilement. Ah ça non… Quand elle avait une idée en tête, c’était compliqué de lui faire changer d’avis. En espérant, que le jeune homme n’allait pas s’agacer davantage. Ce qui était pourtant très probable. Qu’importe, elle se lança… « Vous… Vous ne voulez pas rentrer avec moi ? Il fait très froid et la tempête de neige n’a pas l’air de vouloir se calmer. Il fera un peu plus chaud là-bas. Et j’ai même de quoi faire du thé ou du café… » Elle avait parlé avec précipitation, trahissant ainsi ses intentions. Elle aurait pu continuer… Le supplier de rester… Mais ce n’était pas une très bonne idée. Elle devait paraître très étrange déjà, alors il ne fallait pas trop en faire…

« Je commence à avoir très froid… Vous êtes sûr de ne pas vouloir venir ? Ça ne me dérange vraiment pas… » De nouveau, elle afficha un léger sourire… Appuyant sa demande d’un regard attendrissant. Oui bon, elle en rajoutait sûrement un peu là… C’était un jeu où elle était plutôt douée, fallait l’avouer. Mais tous les moyens étaient bons à cet instant pour le convaincre de rester un peu ici, avec elle… Et si elle n’avait pas de scrupule à jouer les malheureuses, elle se sentait tout de même un peu bête… Surtout que ça ne marcherait peut-être pas avec lui…






Revenir en haut Aller en bas
Axel J. Kennedy
Bras droit | Sanctuary Hills
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 709
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Coupe court et met la en veilleuse !   Dim 14 Fév 2016 - 13:44


    J'appris donc qu'en plus de crécher dans le salon de coiffure derrière, la femme qui me faisait face y travaillait aussi. Une coiffeuse donc, pas étonnant qu'elle s'en tête donc à garder son apparence d'avant la fin du monde, continuant apparemment à se pouponner et s'habiller comme si de rien n'était. Je décidais de passer outre ce besoin de garder une apparence décente, me disant que si elle avait besoin de ça pour continuer à avancer soit. Elle n'avait donc pas vu quelqu'un de bien vivant depuis un temps, ou en tous cas que très rarement ; je l'enviais presque, même si j'étais plus qu'heureux d'avoir retrouvé Carmen, je me souvenais parfaitement ô combien je râlais je tombais sur quelqu'un. Comme aujourd'hui en fait, quand j'avais entendu la métisse me héler. Décidément, j'avais l'impression que parfois le creux que j'avais établi entre moi et les autres se creusaient un peu plus.

    Quand elle me demanda si je ne voulais pas entrer je ne pu m'empêcher de la regarder avec un air légèrement choqué. Elle était donc tellement désespérée qu'elle invitait un inconnu à rentrer chez elle ? Ou alors elle était complètement consciente. Quoi que ça allait de pair avec son apparence qui se voulait soignée ; elle n'était peut-être pas consciente de tout ce que cette situation avait engendré. Haussant un sourcil, je lui répondis d'un ton calme mais sans appel.

« Et qu'est-ce qui arrivera si je suis un pillard ? Ou pire ? »

    Ça n'avait rien de très sympa mais c'était une éventualité qu'elle n'avait pas l'air d'avoir envisagé. A moins qu'elle soit devenue complètement folle et que la mort serait un cadeau bienvenue. A dire vrai je n'en savais rien et je m'en foutais un peu. Par chance pour elle je n'étais ni un pillard, ni un tueur ni quoi que ce soit d'autre ; j'étais peut-être un con des plus asociales, mais ça s'arrêtait là. La jeune femme avait cependant de bons arguments : éviter le froid et... un café ? Dieu savait à quel point ça me manquait depuis que je ne travaillais plus, moi qui avait pour habitude d'en prendre plusieurs par jour ; depuis l'apocalypse c'était devenu assez rare et je profitais de chaque gorgée.

    Je gardais le silence un instant quand elle réitéra sa question, appuyant sur le fait qu'elle était gelée ; peut-être que si elle s'habillait plus chaudement ça ira mieux ? Qu'importe, je commençait à sérieusement avoir froid moi aussi. Je me contentais donc de hausser les épaules et de descendre de ma bicyclette pour la suivre ; je remarquais une nouvelle fois son équilibre médiocre dans la neige. Arrivés à l'arrière du salon je couchais mon vélo dans la neige pour qu'il soit caché ; sait-on jamais que des vivants se traînent pas miracle jusqu'ici, si toutefois il y en avait d'aussi fous pour sortir. En pénétrant dans le petit sas de la porte de sécurité, j'ôtais ma veste, l'accrochant à un porte manteau, et mes chaussures que je déposais sur un tapis un peu plus loin ; l'apocalypse ne m'avait pas fait perdre mes bonnes manière, mais je gardais toutefois mon couteau à la ceinture. Bien qu'il ne serait pas très utile face à un groupe armé, c'était toujours mieux que rien. Prenant une inspiration, j'ôtais mes moufles puis passais nerveusement une main dans mes cheveux trempés avant de m'adresser à la femme.

« Qu'est-ce qui vous a retenu ici ? Pourquoi vous n'êtes pas partie, trouver un endroit plus sûr ? »

    C'était vrai quoi, ce n'était pas la première que je croisais à rester constamment au même endroit, attendant je ne sais quel miracle. En y pensant, j'avais moi-même attendu il y a peu dans le centre de Seattle, errant en attendant le retour de ma famille. Peut-être avait-elle elle aussi une bonne raison de rester là ? Je n'étais pas encore certain qu'entrer à l'intérieur de cet établissement soit une bonne idée, j'épiais donc ses gestes avec insistance, voulant parer la moindre attaque. Je n'étais ni un pilleur ni un tueur mais elle, qu'était-elle exactement ?





« Tout le monde dit que la ''survie'' n'est pas facile,
que ce n'est qu'un état second clôturé soit par une renaissance, soit par la mort.
J'ai eu ma renaissance.
»

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Coupe court et met la en veilleuse !   Aujourd'hui à 3:25

Revenir en haut Aller en bas
 

Coupe court et met la en veilleuse !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Haïti qualifiée pour la Coupe du monde U-17 de football
» BANTAM AA ESTACADES - CHAMPION Coupe Dodge
» event coupe du monde la semaine prochaine
» Qui va gagner la coupe selon vous
» Les Finalistes de la coupe Stanley :D

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-