Partagez | .
 

 A l'aube d'un nouveau jour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Auteur
Message
Christina Karlson
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/07/2014
Messages : 900
Age IRL : 50

MessageSujet: Re: A l'aube d'un nouveau jour   Dim 31 Jan 2016 - 19:28

Christina ferma un œil, comme si cela pouvait lui permettre de mieux viser. Elle essayait de se rendre compte, de visualiser une vraie cible, dans sa ligne de mire. Elle avait pris pour repère le tronc d'un sapin. Elle n'avait aucune idée de l'endroit qu'elle toucherait si elle pressait maintenant sur la détente et qu'une balle fusait vers l'arbre. Clic. Elle comprenait l'idée, mais il lui semblait qu'elle ne saurait jamais vraiment tirer...

Elle pinça les lèvres quand Alan mentionna les armes blanches, mais hocha la tête doucement. Elle avait repensé à la hache aussi, et à ce que l'homme avait fait subir à la pauvre June. Avait-elle senti la lame trancher son bras, ou la maladie avait déjà volé sa conscience à ce moment là ? Elle posa ses yeux noisette sur son époux, alors qu'il lui reprenait l'arme des mains. Elle devait effacer cette image de sa tête et la remplacer par celle de l'homme qui l'avait tendrement réveillée ce matin...

- Est-ce qu'on ne pourrait pas bricoler quelque chose de plus sûr ? Demanda Christina après les dernières remarques. Ajouter un manche, ou trouver un truc plus pratique ? L'idée qu'ils se retrouvent au corps à corps avec les infectés ne l'enchantait pas du tout. Ils seraient effectivement alors plus vulnérables aux morsures, ce qui était encore à leurs yeux, l'unique mode de transmission de la maladie !

Christina regarda autour d'elle et prit dans ses mains, un des bâtons qui l'avait aidée à marcher jusqu'ici. Elle le brandit et le retourna, en dressant un sourcil.

- Genre quelque chose comme ça ? La pointe était de toute évidence trop courte. Potentiellement pas assez aiguisée non plus. Mais c'était pour l'idée. Après tout, ils pouvaient très bien travailler eux-mêmes une vieille branche pour en faire quelque chose.

Alors bien sûr, le couteau était un instrument dont ils avaient tous plus l'habitude. Surtout la mère de famille, presque reine des fourneaux, qu'était Christy. Mais elle n'était jamais allée jusqu'à ouvrir même un poulet ! Alors enfoncer quoi que ce soit dans la boite crânienne de quelqu'un était dans tous les cas inédit ! Elle prit le bâton dans la main, telle une lance. Elle haussa un sourcil, puis soupira en abaissant les bras, mais aussi les épaules.

- Je me sens ridicule. Je n'arrive pas à croire qu'on soit vraiment en train de parler... de faire ça. Elle avait secoué légèrement la tête, dépitée. Sven passa un bras autour des épaules de sa mère. Il effectua une légère pression avant de s'écarter.
- On n'a pas le choix, maman. Il avait croisé le regard de son père.

Christina posa ses yeux sur Alan, à son tour. Elle les plissait pour palier au trop plein de lumière. Pourtant le ciel s'était encore davantage voilé. Il n'y avait plus de soleil.




- There are far worse things than death in this world -

Where worlds collide, blood divides
When darkness falls, fate calls
Revenir en haut Aller en bas
Alan S. Karlson
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 1635
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: A l'aube d'un nouveau jour   Dim 31 Jan 2016 - 21:57



❝A l'aube d'un nouveau jour❞
Christina & Alan

    Je remarquais bien que Christy n'était pas vraiment rassurée quant à l'idée d'avoir à affronter un Coyote de si près, mais il ne fallait pas mettre de côté l'idée que c'était bien plus discret qu'une arme à feu et c'était pour le moment tout ce que nous avions. Je haussais cependant un sourcil quand ma femme prit pour exemple l'un des bâtons avec lesquels nous étions arrivés ; il est vrai que ce genre de bâtons de ski n'étaient pas vraiment adaptés à cause de leur pointe arrondie, mais il ne serait probablement pas des plus compliqué d'améliorer un tel objet. Je pensais aux piquets qu'avaient les marcheurs, ou même bêtement aux piolets des alpinistes, il devait y en avoir dans le coin. Prenant un air songeur, je répondis à sa question.

« On pourrait en effet travailler un vieux bâton et le rendre plus pratique, ça mettrait en effet plus de distance. Portant le regard sur mon fils, je poursuivis. Pour toi on pourrait peut-être trouver un piolet, il devrait y en avoir dans le coin et ça serait assez maniable je pense. »

    C'était une arme relativement dangereuse et si nous nous retrouvions encerclés elle pourrait vite blesser n'importe qui, mais j'avais confiance en mon fils et savait qu'il ferait attention.

« Super comme idée ! On essayera de trouver ça, et maman on te fabriquera un bâton rien qu'à toi. »

    Son enthousiasme me fit presque bizarre, comment l'être en discutant de cela ? Mais je compris rapidement que c'était principalement l'optique de pouvoir nous défendre et de ne pas être un poids pour nous qui l'animait. Souriant légèrement, quoi qu'un peu coupable d'entraîner ma famille là dedans, le posais une main sur l'épaule de mon fils et y exerça une pression. La remarque de Christy me fit cependant revenir à la réalité et je ne pu m'empêcher de m'en vouloir un peu plus, si ça n'avait tenu qu'à moi je les aurais gardés loin de ce bordel, je les aurais défendus corps et âme et c'était bien mon intention, mais s'il venait à m'arriver quelque chose, j'espérais qu'ils pourraient se défendre eux-même ; je ne souhaitais cependant pas mettre en avant cette éventualité, me doutant qu'elle ne serait pas tolérée par les miens.

« C'est difficile à croire oui... Mais c'est pourtant la triste réalité et tu n'as rien de ridicule, mieux vaut être prêts. »

    Prêt à quoi ? Qui pouvait réellement se préparer à prendre une vie ? Même s'ils n'étaient plus vivants à proprement parler, ils avaient tout d'un humain, ils l'étaient, et c'était cela qui pesait dans la balance. Tout le monde ne pouvait pas réagir de la même manière et si, quand je m'étais retrouvé face à ces Coyotes je n'avais pas hésité à faire ce qu'il devait être fait -malgré ma maladresse-, cet acte ne serait peut-être spontané chez Christina et Sven ; il fallait cependant se faire violence pour s'y préparer au mieux.

    Jetant un regard vers le ciel, je remarquais qu'il commençait à s'assombrir ; il était encore tôt pourtant, ça ne devait pas faire plus d'une heure que nous étions partis de la station. Un léger vent commençait d'ailleurs à se lever et, regardant furtivement aux alentours, je cru voir une silhouette passer derrière un amas de buisson ; ma vue me jouait-elle des tours ? Certainement. Tendant le second couteau à Sven, je l'intimais à se familiariser avec l'arme, bien qu'il y avait moins de choses à maîtriser qu'avec le Berreta.


© Pando



Revenir en haut Aller en bas
Christina Karlson
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/07/2014
Messages : 900
Age IRL : 50

MessageSujet: Re: A l'aube d'un nouveau jour   Lun 1 Fév 2016 - 17:31

La proposition de Christy permit à Alan d’envisager d’autres possibilités, potentiellement meilleures que le couteau de cuisine. Tout était à tester, mais oui probablement que ce serait plus approprié. Sven aimait vraisemblablement l’idée. Il avait l’air content que les choses paraissent bien se goupiller. Encore que tout ceci restait bien théorique. Il demanda ensuite quelques explications à son père, sur la façon dont il devait magner le couteau.

- Comment on peut s’entrainer ? Peut-être en s’affrontant pour de faux, P’pa ?
- Hum…
- Enfin sans le couteau, avec une branche par exemple. Il avait vu la tête de sa mère qui avait immédiatement visualisé l’accident idiot. Il haussa une épaule.

Il alla couper un bout de bois sur un arbre à proximité. La suite accapara les deux hommes. Alan s’improvisait professeur de combat, et son fils s’appliquait pour suivre ses recommandations. Il prenait aussi des initiatives. Christina les regardait en sautillant, commençant à se refroidir. Quelques minutes s’écoulèrent ainsi, avant que l’ombre qu’Alan avait cru deviner parvienne à s’approcher du petit groupe. Pour tout dire, Christy n’aurait peut-être même pas relevé sa présence si l’individu ne s’était pas rétamé comme un con, la tête en plein dans la neige. La femme tourna alors la tête en direction du POUF qui s’était vaguement fait entendre un peu plus loin. Elle plissa les yeux, scrutant les arbres autour d’eux, puis vit une forme se redresser maladroitement. Elle se figea.

- Alan ! Dit-elle d’une voix rauque. Son mari tournait le dos à la chose, et elle pointa l’intrus quand il posa ses yeux sur elle.

Ce dernier avait réussi à complètement se relever. C’était un homme, d’à peu près le même âge que le scandinave. Il portait un bonnet en moumoutte, et un simple K-way. Il avait l’air presque normal… si ce n’était la couleur de sa peau, d’un bleu crémeux étrange, et le vague grognement qui sortait de sa bouche, sans être accompagné par un quelconque souffle chaud. La famille regarda le type progresser vers eux. Celui-ci se cassa de nouveau la gueule, sans avoir même fait deux pas. Il s’enfonçait dans la poudreuse et ne parvenait pas à soulever ses jambes assez haut. Il paraissait grotesque.

- C’en est un ? Demanda Sven, sans en être bien sûr. Son cœur tambourinant violemment dans sa poitrine, Christina attendit la réponse de son mari, sans quitter le bonhomme des yeux. Elle essayait d’enregistrer tous les détails qui trahissaient les symptômes de la maladie. Comment il est arrivé là ?

Ils ne savaient pas. Ils découvriraient plus tard – peut-être – un cabanon abandonné un peu plus en amont. Là où ce pauvre type avait visiblement essayé de se réfugier avant de mourir de froid, tout bonnement. Cela expliquait la couleur étrange de son épiderme. Mais cette théorie, nos survivants étaient incapables de la soumettre !

- Je peux essayer de m’en charger ? Questionna le jeune homme. Il haussa un sourcil à l’intention de son père, pour qu’il le coache et lui redonne le couteau. La situation n’était pas mal, l’infecté était fortement handicapé par les conditions climatiques. D’ailleurs la neige venait doucement de se remettre à tomber. Christy regarda ses hommes.
- Est-ce qu’on est vraiment obligé de faire ça ? Si un remède est trouvé dans les prochaines semaines… Elle avait vraiment du mal à se faire à l’idée. Et si elle commençait petit à petit à accepter le fait de devoir se défendre, celui d’achever un homme qu’ils pouvaient simplement fuir lui paraissait toujours exagéré.
- Maman… qu’est-ce que tu crois ? Regarde la température qu’il fait dehors ! Personne de vivant ne peut survivre dans la montagne par ce temps !

Il avait raison. Et elle le voyait de ses yeux. Pourtant, elle n’était pas prête à l’accepter pleinement. Elle se plierait pourtant aujourd’hui aux désirs de ses deux hommes, mais ils allaient devoir instaurer des règles pour l'avenir. De bienséance.




- There are far worse things than death in this world -

Where worlds collide, blood divides
When darkness falls, fate calls
Revenir en haut Aller en bas
Alan S. Karlson
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 1635
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: A l'aube d'un nouveau jour   Lun 1 Fév 2016 - 21:17



❝A l'aube d'un nouveau jour❞
Christina & Alan

    La demande de Sven quant au fait de s'entraîner ensemble me fit presque sourire ; à force de penser au danger que représentait les macchabées, il semblait presque oublier que cette arme pouvait également blesser les humains. Au vu de la réaction de Christy et de sa précipitation à proposer autre chose, je compris qu'elle était de mon avis ; hochant la tête, je dégotais une branche non loin et fis face à mon fils.

« Viens, fais comme si tu étais eux et avance doucement. »

    Après une seconde d'hésitation pour se mettre dans la peau d'un de ces Coyotes, Sven se mit en avant d'un air pas vraiment assuré, jouant toutefois le jeu ; si tant est qu'on pouvait appeler cela ''un jeu'', nos vies pouvaient en dépendre et il ne fallait pas l'oublier. Alors qu'il s'approchait difficilement à travers la neige, je le repoussais, faisant comprendre à lui comme à Christina qu'un cas isolé pouvait facilement être maîtrisé et qu'ils n'avaient pas la même adresse que nous. Il se retrouva rapidement les fesses dans la neige avec mon bâton en face du front, l'air un peu effaré. Tendant une main, je l'aidais à se relever.

« Vous voyez ? C'est tout aussi simple, rapide. Évidemment... je ne parle pas du côté psychologique de la chose. »

    C'était un point évident à ne pas omettre, même si les mettre à terre et faire ce qui devait être fait était relativement ''simple'', c'était vraiment une autre histoire de prendre une vie ; j'avais moi-même encore du mal à passer outre tout cela. Alors que nous nous apprêtions avec Sven à changer les rôles, la voix paniquée de Christy nous sortie tous les deux de notre concentration et nous fixions l'un comme l'autre l'homme qui s'approchait lentement. Mon sang ne fit qu'un tour.

« C'en est un oui. »

    Je ne pu pas aligner d'autres mots pour le moment, n'arrivant pas à me faire à l'idée que ce foutu fléau arrivait même jusqu'ici. J'avais espéré ne plus avoir à croiser de Coyotes, pour le moment du moins, mais il semblait que les dieux en aient décidé autrement. Je n'entendis pratiquement pas la question de Sven sur la provenance de l'infecté ; est-ce que ça avait réellement une importance ? Il était là et nous n'étions pas à l'abri, c'était tout ce qui importait.

    Ils entamèrent tous les deux une discussion sérieuse sur ce qu'il fallait faire. J'étais moi-même perdu ; devais-je aller simplement lui régler son compte ? Peut-être était-ce l'occasion de mettre à bien notre entraînement et mon fils semblait prêt à y faire face. Je ne pouvais cependant m'empêcher de penser à ce moment au stade où je les avais rejoint et que j'avais trouvé Sven pétrifié devant ces Coyotes qui approchaient... et s'il se reproduisait la même chose ? Ou pire ? Secouant la tête, je répondis à Christina d'un air peut-être un peu trop sans appel.

« S'il y a un autre moyen je suis prêt à l'entendre, mais nous ne pouvons prendre le risque de laisser ce Coyote arriver jusqu'aux nôtres. Soupirant bruyamment, je posais sur ma femme un regard désolé. Je suis derrière toi Sven. »

    Ayant récupéré un des couteaux que j'avais emporté, il s'avança alors lentement vers l'infecté qui s'était difficilement relevé afin de ne pas perdre lui même l'équilibre. Arrivé à sa hauteur, il reproduisit le geste que j'avais effectué quelques instants plus tôt, faisant s'écrouler le mort dans la neige. Malgré cette perte d'équilibre, l'homme gardait une force considérable et Sven peina à repousser ses bras. Après une minute qui sembla une éternité, il parvint enfin à enfoncer le couteau dans le crâne gelé du macchabées.

    Un silence pesant s'installa. Je m'étais approché durant l'affrontement, l'autre couteau fermement tenu. Le ciel s'était encore un peu assombrit et le vent s'était levé. Posant une main légèrement tremblante sur l'épaule de mon fils, j'essayais de trouver mes mots.

« Tout va bien ? »


© Pando



Revenir en haut Aller en bas
Christina Karlson
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/07/2014
Messages : 900
Age IRL : 50

MessageSujet: Re: A l'aube d'un nouveau jour   Mar 2 Fév 2016 - 11:07

Le danger était là oui, pourtant il paraissait gérable. S’ils le voulaient, ils pouvaient prendre leurs jambes à leurs cous. Oh bien sûr, la neige les empêcherait de partir dans un sprint fou, mais l’infecté était vraisemblablement plus ralenti qu’eux dans ces conditions. Puis rien ne disait qu’il prendrait ensuite le chemin de la station. Christina pinça les lèvres, face au ton décidé d’Alan. Elle n’approuvait pas pleinement, si bien qu’elle lui jeta un regard un peu sombre. Les deux garçons décidèrent alors de régler son compte à ce pauvre type, et Sven essaya de mettre en pratique ce que son père venait de lui montrer. En retrait, les dents serrées et les membres tendus, Christy regarda son fils agir. L’action lui parut prendre un temps considérable, et la peur avait pu tranquillement s’échapper par le moindre des pores de sa peau. Finalement, la lame du jeune homme se glissa dans la boite crânienne du malade, et celui-ci cessa subitement tout mouvement. Tombé de rideau.

Il y eut alors comme un blanc, au cours duquel seul le vent qui avait gagné en intensité se faisait entendre. Sven dévisageait le type sous lui, la respiration saccadée et le cœur battant, essayant d’analyser tous les sentiments qui le traversaient. Puis il retira le couteau, avec peine, et son regard alla se poser vers son père.

- Je crois oui. Il tourna davantage le visage pour jeter un coup d’œil en direction de Christina. Elle avait croisés les bras, pour pallier au froid plus mordant et tremblait visiblement.

Il venait d’achever son premier rôdeur. Il avait ressenti la peur et l’urgence, alors qu’il se débattait avec ce dernier, de devoir l’éliminer. Lui ou Moi. Il ne doutait pas une seconde que c’était tout ce qu’ils devaient faire. Il reprit alors ses esprits, s’efforçant de placer cet acte du côté des banalités. Il se releva.

- J’étais comment ? Débriefe de la situation ! Il savait qu’il y avait à redire, mais il ne doutait pas que sa prochaine rencontre serait plus fluide. Il gagnerait au fur et à mesure en confiance. Dans tous les cas, il venait d’achever son initiation.

Le jeune homme parla un peu de son ressenti à ses parents. De ses impressions. Puis Christy fut invitée aussi à s’entrainer un peu. Malgré le temps qui se gâtait, ils ne voulaient pas qu’elle reste sur cette rencontre. Si l’enchainement des évènements ne l’avait pas vraiment motivée, elle savait cependant qu’elle devait faire un effort, et elle accepta ainsi, bon gré mal gré. Elle fit quelques exercices avec Sven, jusqu’à ce qu’ils se retrouvent tous les deux intégralement trempés.

- J’ai froid, dit l’hôtesse de l’air en rajustant ses caches-oreilles. Elle ne sentait presque plus ses extrémités. Puis la neige et le vent avaient encore gagné en puissance. On devrait rentrer et reprendre une autre fois. Elle s'adressait à Alan, l’homme du nord.

Ils ne se doutaient pas encore alors que sur le chemin du retour, le vent redoublerait encore. Que la neige recouvrirait les traces qu’ils avaient laissées à l’aller. Que la visibilité deviendrait nulle…




- There are far worse things than death in this world -

Where worlds collide, blood divides
When darkness falls, fate calls
Revenir en haut Aller en bas
Alan S. Karlson
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 1635
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: A l'aube d'un nouveau jour   Mar 2 Fév 2016 - 17:04



❝A l'aube d'un nouveau jour❞
Christina & Alan

    Sven ne semblait pas vraiment retourné par ce qu'il venait de faire, il ne laissait du moins rien paraître. Je n'avais pu m'empêcher d'avoir peur, tout cela n'avait rien d'un jeu et il aurait suffit d'un simple faux mouvement pour qu'il se retrouve avec la mâchoire de ce Coyote bien fermée autour de son poignet. Le regard empreint de reproches de Christy me conforta dans cette idée que le moment avait peut-être été mal choisi pour faire cela ; mais il fallait se rendre à l'évidence : il serait toujours trop tôt de toute façon, aucun moment n'était plus opportun qu'un autre pour mettre fin au second souffle d'un premier macchabées. C'était fait et il n'y avait plus de retour en arrière possible. Je haussais cependant un sourcil à la demande de Sven, elle sonnait presque à mes oreilles comme s'il avait prit cela pour un jeu, attendant un trophée.

« Tu t'en es bien pris, mais n'oublies pas que tout ça n'a vraiment rien d'un jeu et qu'il suffit parfois d'un millimètre pour que tu deviennes comme eux. »

    Ma remarque n'avait rien de positif et pouvait même montrer une réalité bien trop difficile à entendre, mais ce n'était que la triste vérité. Je posais toutefois une main sur l'épaule de mon fils, lui montrant que malgré la peur que j'avais eu j'étais fier qu'il ait su prendre cette initiative. Passant près de Christina, je posais également une main dans son dos ; j'accepterais ses reproches, ils étaient légitimes, mais je me persuadais qu'il n'y avait pas d'autre choix pour être préparé à ce qui nous attendait que de les affronter directement quand l'occasion se présentait. Je ne dis donc rien à ce sujet à mon épouse, me doutant bien que la conversation serait mise sur le tapis à un moment ou à un autre.

    Ils avaient repris l'entraînement, d'une manière plus légère mais sérieuse à la fois ; il semblait par ailleurs que Sven reste un peu sur la retenue, calculant ses moindres mouvements afin de ne pas blesser sa mère. Je n'avais de cesse de me demander d'où avait bien pu venir ce Coyote isolé, n'en avait-il pas attiré d'autres avec lui ? Mais je perdis rapidement le fil de ma pensée quand Christina m'adressa la parole. D'un air un peu idiot je zieutais les alentours et le ciel, me rendant compte que la neige tombait en de gros flocons et que ma femme et mon fils semblaient trempés jusqu'aux os. Je sentis une nouvelle fois la culpabilité arriver ; si moi j'adorais ce temps et ne ressentais pour le moment pas le froid, ce n'était pas le cas de tout le monde.

« Oui c'est déjà bien pour un premier entraînement. Rentrons. »

    Je les aidais à remettre leurs raquettes avant de chausser mes pieds dans les miennes, et nous nous remîmes en route vers le chalet. J'avais encore du mal à me rendre compte que nous utilisions réellement le terme ''rentrer'', c'était étrange de se dire que nous étions désormais un endroit fixe où loger, où reconstruire quelque chose. Il semblait cependant que le trajet retour serait bien moins agréable qu'à l'aller ; la neige ne cessait de tomber en bourrasque folle, accompagnée d'un vent froid qui s’immisçait dans nos combinaisons.

« Faites attention regardez bien où vous mettez les pieds ! »

    Leur intimant cela, je perdis moi même l'équilibre et me retrouva le nez dans la neige en pestant. J'entendis Sven se retenir de rire derrière moi et m'efforçais de prendre un air de reproches malgré mes yeux rieurs. Ce trajet n'allait pas être de tout repos, c'était certain, mais au moins il nous ferait oublier un peu les cauchemars qui étaient auparavant des hommes.


© Pando



Revenir en haut Aller en bas
Christina Karlson
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/07/2014
Messages : 900
Age IRL : 50

MessageSujet: Re: A l'aube d'un nouveau jour   Mer 3 Fév 2016 - 14:56

Ce fut ainsi qu’ils décidèrent de rentrer au chalet. Le moment semblait opportun, car les conditions météo allaient de mal en pis. Avec tout ça, ils étaient peut-être partis depuis environ deux heures et demie. Ils prirent ainsi le chemin du retour, Alan en tête de file. Il ne fut pas long à se rétamer comme un malpropre. Bien qu’elle fût littéralement frigorifiée, Christina aussi esquissa un sourire. Elle en profita pour regarder autour d’eux.

- Tu te souviens du chemin qu’on a pris à l’aller ? Elle ne reconnaissait pas particulièrement. Rien ne ressemblait plus à des arbres sous la neige, que d’autres arbres sous la neige. Et ils en étaient entourés ! Après bien sûr, il leur suffisait surtout de descendre. Une fois la station en visu, ils retrouveraient leur chemin. Ils n’étaient pas si loin.

Alan, débarrassé de la neige qu’il venait de manger, reprit les commandes. Ils marchèrent ainsi, quelques minutes. Mais le vent leur fouettait les pommettes, et brouillait nettement la visibilité.

- On n’était pas censé avoir une vue sur la station ? Cria Christy au bout d’un moment. Elle était en queue de peloton et aucun de ses garçons ne se retourna pour elle. Pour sûr qu’ils n’avaient absolument rien entendu. Elle beugla comme elle put : SVEEN ! ALAAAN ! SVEEN !

Elle dut s’y prendre à trois fois pour que l’un des deux se retournent, ayant certainement perçu un infime son lointain. Elle se dépêcha pour se rapprocher – ce qu’elle fit avec grandes difficultés ! - et crier de nouveau sa question. Savaient-ils vraiment où ils allaient ? Il ne faudrait pas qu’ils se perdent… Avec ce temps, ils ne seraient pas longs à se transformer en glaçon ambulant, comme ce type-bonnet-moumoute qu’il avait croisé un peu plus haut. D’ailleurs le processus était en cours. La femme ne sentait plus ses orteils, et ses joues la brûlaient.

- Vous reconnaissez les alentours ? Continua-t-elle de hurler pour se faire entendre. La neige lui fouettait le visage, comme si elle descendait à balle une piste noire. Sauf qu’elle était à l’arrêt.

Ses yeux étaient devenus deux fentes. Elle regarda Alan, pleine d’espoir. Elle était à deux doigts de paniquer, là…




- There are far worse things than death in this world -

Where worlds collide, blood divides
When darkness falls, fate calls
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: A l'aube d'un nouveau jour   Aujourd'hui à 1:23

Revenir en haut Aller en bas
 

A l'aube d'un nouveau jour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» À l’aube d’un nouveau monde. — EVENT.
» Mon insomnie cesse à l'aurore [Livre I - Terminé]
» [Une première pour moi dans le monde de la fanfic] : L'aube d'un nouveau jour
» Demain sera toujours un autre jour.
» Un nouveau jour, un nouveau venu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-