Partagez | .
 

 A l'aube d'un nouveau jour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Auteur
Message
Alan S. Karlson
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 1640
Age IRL : 24

MessageSujet: A l'aube d'un nouveau jour   Ven 29 Jan 2016 - 13:46



❝A l'aube d'un nouveau jour❞
Christina & Alan

    Cela faisait une dizaine de jours que nous nous étions tous établis à la station, l'endroit avait peu à peu prit forme et il commençait vraiment à se faire chaleureux ; rien n'arriverait à effacer ce que nous avions vécu et ce que nous avions eut à traverser, mais ça nous avait indéniablement rendus tous plus soudés et j'avais le sentiment que cet endroit ne tarderait pas à prendre l'image de ce qu'on pouvait appeler ''maison''. Les journées se déroulaient sans trop d'accrocs, des tâches étaient définies chaque matin et chacun s'attelait à l'une ou l'autre afin de rendre les lieux meilleurs ; la neige d'ailleurs s'arrêtait pas de tomber et il fallait déneiger les chemins extérieurs assez régulièrement pour ne pas se retrouver embourbés à l'intérieur.

    Je me sentais plus reposé, il fallait bien dire que malgré les tâches à accomplir, nous avions tous pris le temps nécessaire pour récupérer de la longue route qui avait été la notre et le temps semblait passer au ralenti. Les discussions sur ce qu'il s'était passé au stade fusaient encore parfois, mais on pouvait presque venir à se demander si tout cela n'avait pas été qu'un rêve horrible d'une réalité parallèle. Après avoir pris quelques jours pour trouver les mots et savoir ce qu'il fallait dire ou non et nous avions abordé le sujet de notre futur départ du groupe à Sven ; malgré son appréhension à avoir à affronter ces Coyotes, il avait été heureux, presque soulagé, que nous émettions l'idée d'aller chercher son frère. Mais avant cela, nous avions pas mal de choses à faire ; sortir à nouveau sans préparation, retourner en ville, serait totalement inconscient.

    Donc cette journée là j'avais pris la décision d'aller nous balader un peu à l'extérieur, un léger soleil perçait les nuages malgré la fine neige qui tombait encore. Je m'étais arrangé avec les autres pour que nous soyons libres tous les trois afin de pouvoir faire une première sortie. Avant de rejoindre Sven et Christy, j'avais fait un petit tour dans les réserves afin de chercher deux couteaux et un pistolet ; je ne pris cependant pas de balles, mieux valait surveiller nos réserves et il fallait d'abord qu'ils apprennent le maintien de l'arme. Cela fait, je m'étais mis à les chercher ; les ayant prévenu que nous sortions, ils étaient dans notre chambre entrain de se préparer. Rentrant dans la chambre un léger sourire au lèvre, quoi qu'un peu tendu quant à leur réaction, je tenais en bandoulière un petit sac où j'avais mis les armes et deux bouteilles d'eau, au cas où.

« Vous êtes prêts ? »

    Enfilant également un vieux poncho que j'avais trouvé dans une réserve aux alentours, je me mis en route vers l'extérieur. Jetant un regard vers eux, je cherchais les mots adéquat pour définir la journée qui nous attendait, un peu de nervosité dans la voix.

« Le temps est correct et ça nous fera pas de mal d'évoluer un peu dans la neige, j'ai pris de quoi nous entraîner contre ce qui nous attend là dehors. »


© Pando



Revenir en haut Aller en bas
Christina Karlson
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/07/2014
Messages : 906
Age IRL : 50

MessageSujet: Re: A l'aube d'un nouveau jour   Ven 29 Jan 2016 - 17:36

- C’est bon ? Sven venait de pénétrer dans la chambre que ses parents partageait. La pièce était tout en lambris et une petite fenêtre donnait sur la montagne. Elle contenait principalement un lit double qui occupait la quasi-totalité de la surface.

Christina acquiesça, tout en ramassant ses longs cheveux avec un élastique. Elle en fit une boule-chignon rapide, avant d’enfiler un cache-oreilles. La plus belle découverte de cette station de ski ? Le magasin de vêtements, dans la réserve duquel ils avaient trouvé des vêtements chauds pour la montagne. Il y avait tout l’équipement nécessaire là-bas ! Et en dehors des craquelures que la femme avait toujours sur les mains, le souvenir des dix jours passés à l’air libre, dans le froid, commençait doucement à disparaitre. Sur son corps du moins…

- Dépêche, je crois que papa nous attend, dit le garçon.

Il était plutôt motivé par la sortie que son père leur avait prévue. Il avait vraisemblablement à cœur de devenir un chouia plus courageux, se souvenant n’avoir pas brillé par son héroïsme lors de la chute de Centurylink Field. Et pour sûr qu’Alan pourrait l’y aider ! Puis il voulait vraiment que son paternel puisse se reposer sur lui, lorsqu’ils partiraient en expédition, comme ils l’avaient prévu. Christy, elle, était un peu plus sur la réserve.

Ce fut en sachant cela qu’Alan arriva à son tour dans la chambre. Il fallut encore cinq bonnes minutes à son épouse pour finir de se préparer. Elle termina de lasser ses chaussures, puis enfila son blouson.

- Voilà, pardon ! Les deux garçons étaient habitués à devoir l’attendre, si bien qu’ils ne relevèrent pas. Elle n’osa pas demander le détail exact de ce que son mari avait pris avec lui.

Ils quittèrent ainsi tous les trois le chalet, et rappelèrent au passage leur sortie aux compagnons qu’ils croisèrent en chemin. En sortant, ils jetèrent aussi un regard en direction de ceux qui montaient la garde au niveau des balcons. De là-haut, ils voyaient relativement bien une partie du village de station. Et si quoi que ce soit de suspect apparaissait, ils sonneraient l’alarme.

- Vous croyez vraiment que la maladie pourrait arriver jusqu’ici ? Demanda Sven à ses parents. Jusqu’ici, tout avait été parfaitement calme, mais ces dernières semaines leur avaient rappelé une chose : ils ne pouvaient pas être trop prudents !
- Elle a réussi à entrer dans le stade, répondit sa mère, on ne sait jamais.

La façon dont les premiers infectés avaient réussi à pénétrer dans le stade était toujours sujet à débat. Pour certains, il y avait eu une brèche dans le système de sécurité, et des malades avaient réussi à se faufiler à l’intérieur. Pour d’autres, c’était un réfugié ou un militaire qui n’avait pas signalé une morsure, et avait ainsi propagé la maladie. Christina était de cet avis-là.

Ils marchèrent un peu sur le terrain déblayé avant de vouloir s’avancer vers la neige épaisse. Ils chaussèrent ainsi des raquettes, qu’ils avaient récupérées comme tout le reste, dans un des cabanons ou bâtiments proche de leur nouveau logis. L’hôtesse de l’air leva les yeux vers le ciel. Il était chargé, mais laissait entrevoir quelques éclaircies. Pour le moment…




- There are far worse things than death in this world -

Where worlds collide, blood divides
When darkness falls, fate calls
Revenir en haut Aller en bas
Alan S. Karlson
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 1640
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: A l'aube d'un nouveau jour   Ven 29 Jan 2016 - 20:15



❝A l'aube d'un nouveau jour❞
Christina & Alan

    Aucun des deux n'en avait jusqu'à présent demandé plus en avant sur ce que j'avais réellement ou ce que je transportait dans la sacoche en bandoulière ; à dire vrai je n'avais rien prévu de spécial, simplement se baller un peu, se familiariser avec les environs, et avec de la chance croiser un ou deux Coyotes. Je n'avais toutefois pas de grande espérances quant à ce dernier point ; il n'y avait pas beaucoup de vie dans les alentours, si ce n'est un petit village de montagne de l'autre côté du mont mais les routes étaient déjà presque encombrées pour qu'on puisse évoluer correctement, alors pour un macchabée ça devait être un vrai combat. Sven aborda le sujet de cette ''maladie'', il était à la fois enthousiaste à l'idée d'en apprendre plus, et à la fois un peu inquiet que ce qu'il s'était passé au stade se reproduise une nouvelle fois. Suite à la réponse de Christy, je pris également la parole.

« Mieux vaut être prudent et se préparer, juste au cas où. Avec la neige on devrait être tranquille pour un bon moment, si ce n'est un ou deux cas isolés, mais quand viendra le printemps et que les routes seront plus accessibles... »

    Je ne terminais pas ma phrase, ils avaient parfaitement compris ce que la fonte des neiges pouvait engendrer. De plus, jusqu'à preuve du contraire nous n'attendrons probablement pas l'arrivée totale de la belle saison pour nous mettre en route à la recherche de James ; plus nous attendions et plus nos chances de le trouver s'amenuisaient, et que se passerait-il s'il arrivait au stade avant nous et voyait ce qu'il était devenu ? Il nous penserait mort et tout serait définitivement perdu.

    Après avoir récupéré trois paires de raquettes et des piquets pour le maintien, nous nous sommes mis en chemin ; je ne savais pas vraiment où nous pourrions aller mais il était évident que ce n'était pas en restant autour des cabanons que nous trouverons quoi que ce soit. Portant mon regard sur Sven et Christy, je remarquais que malgré la difficulté non négligeable que présentait une telle quantité de neige, ils s'en sortaient relativement bien. Nous avions déjà eut l'occasion de faire une balade en raquettes il y a quelques années mais les conditions n'étaient pas aussi extrêmes ; il semblait toutefois que nous ayons tous trois rapidement repris les mécanismes adéquat à cette avancée.

« On pourrait vraiment presque se croire en vacances hein. »

    J'avais souris sincèrement, appréciant malgré tout ce moment rien qu'avec eux ; évidemment nous n'étions pas ici de notre plein gré, mais en cet instant précis rien d'autre ne comptait que passer du temps auprès des miens. L'apocalypse nous avait appris que chaque seconde était importante. Après une dizaines de minutes de crapahutage dans la poudreuse, nous sommes arrivés à un point où les arbres étaient un peu plus dégagés ; la vue serait meilleur pour un petit entraînement et cela nous permettrait de garder un œil sur ce qui nous entourait. Jetant un œil vers le ciel, je remarquais que ce dernier ce faisait plus gris, il ne restait qu'à espérer que ça ne se gâte pas plus. M'arrêtant, je dégrafais mes pieds  des raquettes, enfonçant les bâtons dans la neige jusqu'à côté.

« On va s'arrêter ici pour le moment. Ouvrant le sac, je repris. J'ai emporté quelques couteaux, et un pistolet aussi. Il n'est pas chargé, on va juste voir le maniement pour le moment. »

    Je les scrutais, attendant leurs avis sur la question ; surtout celui de Christina à dire vrai, Sven lui semblait tout excité à l'idée d'apprendre à se défendre.


© Pando



Revenir en haut Aller en bas
Christina Karlson
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/07/2014
Messages : 906
Age IRL : 50

MessageSujet: Re: A l'aube d'un nouveau jour   Sam 30 Jan 2016 - 13:01

La montagne était très lumineuse, en dépit du temps légèrement nuageux et des flocons qui voletaient autour d'eux. La neige reflétait la moindre lumière et aveuglait quiconque s'y aventurait. Comme notre petite famille. En discutant de tout et de rien, ces derniers progressaient doucement. Ils ne savaient pas exactement où ils allaient. Pas trop loin sûrement, le temps simplement de se perdre un peu dans le paysage qui les entourait depuis une dizaine de jours, et de s'isoler surtout. Concentrée sur son souffle, Christina marchait derrière ses deux garçons, et enfonçait ses bâtons dans la neige pour s'aider à avancer. Elle n'avait jamais été très sportive. Faire du sport pour faire du sport l'ennuyait, mais elle avait su apprendre à apprécier les sorties dans la nature. Inévitable et indispensable lorsque vous êtes mariée à un suédois !

La remarque d'Alan fit se dessiner un sourire sur les visages de sa femme et son fils. Ils se plaisaient à essayer d'oublier l'espace d'un instant ce qui les avait menés jusqu'ici. Peut-être qu'en d'autres temps, ils seraient effectivement venus ici en vacances. Peut-être auraient-ils chaussé ces mêmes raquettes pour aller se balader. Le contenu de leur sac aurait pourtant été bien différent...

Ils s'arrêtèrent enfin, et Alan dévoila ce qu'il avait pris soin d'amener avec lui. Cela les remit instantanément dans l'ambiance ! Christy scotcha de longues secondes sur le pistolet. La première et dernière fois qu'elle en avait tenu un dans ses mains, le monde s'écroulait autour d'eux. Littéralement. Elle se souvenait avoir tiré sur un de ces infectés. Mécaniquement, en panique, sans réellement contrôler ce qu'elle faisait. Elle n'avait alors même pas cherché à viser la tête. Elle releva les yeux vers son mari.

- Ok, dit-elle en faisant un rapide signe de tête. Sven montrait de l'intérêt, et ce fut naturellement que le jeune homme se lança en premier. Il demanda d'ailleurs à son père :
- Je peux ?

Il attrapa alors l'arme. Sa mère le regardait sans rien dire. Elle n'avait jamais été particulièrement contre les armes à feu, et voir son petit dernier avec un Beretta entre les mains ne l'aurait probablement pas plus choquée que ça dans un autre contexte. Mais là...

- Tu avais déjà tiré avec ça, toi papa ? Dit le garçon, en agrippant le pistolet et alors que son père lui montrait comment procéder. Avant le mois dernier, demandait-il. Il voulait savoir si c'était différent de la carabine qu'il utilisait pour chasser.

Ensuite viendrait le tour de Christina.




- There are far worse things than death in this world -

Where worlds collide, blood divides
When darkness falls, fate calls
Revenir en haut Aller en bas
Alan S. Karlson
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 1640
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: A l'aube d'un nouveau jour   Sam 30 Jan 2016 - 18:26



❝A l'aube d'un nouveau jour❞
Christina & Alan

    L'air de Christy se fit un peu plus renfrogné et résigné à la fois, elle comprenait qu'il n'y avait d'autre choix que de passer par cette étape pour affronter à nouveau le monde extérieur et trouver notre aîné. Mais il était évident que tenir à nouveau une arme lui rappelait cette-fois au stade de Seattle ; ce moment que tout le monde voulait oublier et qui semblait faire parti d'un pire cauchemar, mais donc les blessures loin d'être cicatrisées étaient encore béantes.

    Sven se fit relativement moins hésitant et me demanda rapidement s'il pouvait prendre l'arme. Quand nos deux garçons étaient plus jeunes, j'avais récupéré une vieille carabine à air comprimé avec des petites balles de plombs pour leur montrer comment s'en servir, ils avaient toujours su faire attention à ne pas se blesser car même si les balles n'étaient pas mortelles, elles pouvaient toutefois infliger des blessures considérables. Christina ne s'était jamais opposée à cela, étant chasseur je savais parfaitement ce qui était faisable ou non. Et tous les jeunes garçons aiment jouer à la guerre, seulement qui aurait cru à cette époque que nous en serions là aujourd'hui ? Le jeune garçon qui tenait autrefois le fusil à plomb semblait désormais totalement effacé par cette dure réalité auquel il avait eut à faire face. Je me rendis vraiment compte à ce moment précis que Sven n'était plus cet enfant depuis bien longtemps, et que nous ne pouvions plus le protéger de tout.

    Je me contentais de hocher la tête et de lui tendre ; inutile d'ajouter un ''fais attention'' puisque l'arme ne pouvait à l'évidence blesser personne. Me calant à ses côtés, je lui montrais la position adéquat pour se servir de l'arme ; il retenait vite et semblait appliqué dans la tache qui lui était confiée. Je répondis à sa question presque machinalement, regardant au loin ; me remémorant la fois où j'avais dû utiliser cette arme afin de protéger les miens et tout notre groupe.

« Non, ils nous en avait donné un lors de la sortir à l'aéroport mais je n'avais pas été obligé à m'en servir. Le recul est vraiment moindre par rapport à celui du fusil. Là, montre-moi comment tu recharges. »

    Sven repris un air des plus concentrés et regarda l'arme sous toutes ses coutures pour être sûr de ne pas faire de bêtises. Il n'avait pas trop de difficulté à manier le Beretta, peut-être que les nombreux films et jeux de guerres l'avaient aidé dans cette démarche.

« Comme ça ? »

    Je hochais la tête en souriant légèrement. Il avait l'air d'avoir compris le principale et, au premier abord, semblait comprendre l'enjeu de la situation ; bien que personne ne pouvait savoir quelle réaction allait subvenir lorsqu'on se retrouverait face à un Coyote. Sven se tourna vers sa mère et lui tendit l'arme d'un air à la fois assuré et engageant, voulant lui montrer que s'il y arrivait, elle le pourrait aussi. Quand elle saisit l'arme et la braque vers l'avant sur une cible invisible, je me place derrière elle et relève ses mains.

« N'oublies pas que c'est la tête qu'il faut atteindre, c'est le seul moyen... »

    J'avais parlé d'une voix calme, ne pas la brusquer, la laisser ingérer toutes les informations. Ce n'était pas simple de se dire qu'il fallait obligatoirement prendre une vie -même si techniquement parlant ils étaient déjà morts- ; s'ils avaient été humains, une blessure à la jambe les aurait ralentis sans pour autant être mortelle, mais là... il n'y avait d'autre choix que de loger directement la balle dans le cerveau. Ce n'était pas une réalité simple à accepter.

« Ils n'avancent pas très vite, le tout est de bien respirer, rester concentré sur ce qu'il faut faire. »

    La panique ne mènerait à rien, elle était même notre plus grande faiblesse dans cette histoire. Parce que malgré la lenteur des Coyotes, nous sommes plus faibles qu'eux ; nous sommes terrorisés face à ce qu'il nous attend alors qu'eux...  Aucune menace ne nous donnerait l'avantage sur eux, il n'y avait aucune chance de conclure une trêve ou quoi que ce soit. Comment gagner une guerre contre quelqu'un qui ne craint absolument pas l'arme braquée contre lui ?


© Pando



Revenir en haut Aller en bas
Christina Karlson
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/07/2014
Messages : 906
Age IRL : 50

MessageSujet: Re: A l'aube d'un nouveau jour   Sam 30 Jan 2016 - 23:46

Christina avait regardé Sven s'approprier le pistolet en soufflant à l'intérieur de ses mains pour les réchauffer. Il n'était effectivement plus un enfant, c'était certain. C'était une constatation que ses parents s'étaient faits quelques années auparavant déjà. Quand il leur avait ramené une petite copine à la maison, quand il avait demandé à être logé sur le campus de l'université. Mais il était là, tout aussi grand que son père, les cheveux un peu (trop) longs, pointant une cible invisible avec le canon d'un pistolet, et Christy aussi voyait un autre garçon. Un homme. Presque. Elle pensa à James. Il n'était plus un gamin non plus, depuis longtemps. Il n'avait pas le sang d'Alan qui coulait dans ses veines, mais c'était tout comme. Il devait être vivant quelque part...

Au milieu de ses pensées, elle fit un léger sourire à son tour, pour encourager son fils qui se débrouillait plutôt bien. Il finit par lui tendre l'arme, qu'elle prit sans assurance.

- C'est lourd quand même, dit-elle comme pour justifier ses futures maladresses. Elle ne se souvenait pas s'être fait cette réflexion quand Alan lui avait mis entre les mains une arme similaire vingt jours plus tôt. Vues les conditions alors, ce n'était guère surprenant.

La femme tenta de viser quelque chose, les deux mains agrippées à la crosse du Beretta, et son mari vint rapidement la corriger. Il releva notamment ses bras. Christina avait du mal à s'imaginer quelqu'un en face d'elle. Quelqu'un qu'elle pourrait volontairement mettre à terre, définitivement. Elle se mordit la lèvre.

- Je sais... A quelle distance il faut se mettre pour réussir à viser juste, tu crois ?

Ses membres ne tremblaient pas aujourd'hui, mais en situation réelle, ce serait forcément différent ! Puis effectivement, ils ne devaient pas non plus se prendre pour des sur-hommes : viser la tête de quelqu'un, à distance, n'était vraiment pas quelque chose d'aisé ! Christy avait certainement autant de chance de trouer le voisin ! Il faudrait inévitablement s’entraîner un jour avec de vraies balles pour se faire une idée...

- Mais si le bruit les attire vraiment, ce sera toujours risqué d'utiliser une arme à feu, non ? C'est bruyant. Être discret semblait être l'un des maîtres mots. Ils devraient inévitablement jongler avec cette donnée là aussi, quand ils se retrouveraient livrés à eux-mêmes. Comment choisir et définir qu'il faudrait absolument tirer ? A quel moment... Comment on peut décider ou non de l'utiliser ?




- There are far worse things than death in this world -

Where worlds collide, blood divides
When darkness falls, fate calls
Revenir en haut Aller en bas
Alan S. Karlson
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 1640
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: A l'aube d'un nouveau jour   Dim 31 Jan 2016 - 12:46



❝A l'aube d'un nouveau jour❞
Christina & Alan

    Malgré la nervosité palpable de Christina, elle faisait des efforts pour vraiment se concentrer sur ce qu'il fallait faire, comprenant que pour protéger notre famille, il n'y avait pas d'autre choix. J'avais encore du mal à réaliser la situation ; nous étions il y a quelques mois une famille sans soucis, banale, et voilà que maintenant nous étions là en pleine forêt à nous entraîner au maniement des armes. Mais même si ce spectacle n'avait rien de gai, j'étais toutefois heureux de les avoir tous les deux à mes côtés ; si nous avions été séparés je ne sais même pas si j'aurai eu la force nécessaire pour continuer à avancer.

« Papa ? »

    Pris dans mes pensées, je n'avais pas prêté attention au fais que Christina s'était adressé à moi et c'est Sven qui me fit revenir à la réalité. Reportant mon attention sur l'arme que tenait ma femme, je lui répondis d'un air légèrement pensif.

« Plus on est prêt mieux c'est, même s'il n'est qu'à un ou deux mètres de toi c'est faisable et même plus simple, plus précis. A partir d'une dizaine de mètres ça commence à se corser un peu. »

    C'était du moins ce dont je m'étais rendu compte au stade. Je n'avais pas l'habitude tirer avec une arme à feu de ce type, et sans le confort que promettait la lunette fixée à mon fusil, il n'était pas aussi simple de viser parfaitement la tête à une distance trop éloignée avec un Beretta ; à moins d'avoir des années d'expérience, ce que peu de gens avaient. Mais quand bien même nous prenions l'habitude d'utiliser cette arme, rien ne nous garantissait que le stress ne nous ferait pas perdre tous nos moyens. La question suivant de Christy était toute aussi pertinente. Le bruit était un danger réellement présent et rester discret serait notre meilleure chance ; je réfléchis un instant, pesant le pour et le contre, avant de répondre.

« C'est vrai que ça risquerait d'en attirer d'autres, mais parfois il n'y a pas le choix... Tant qu'on peut, l'idéal est de se limiter à une arme blanche, comme... ma hache ou un couteau. »

    J'avais marqué involontairement un moment d'arrêt à l'énoncé de mon arme. Je ne pouvais m'empêcher de me remémorer ce à quoi elle avait servit, quelles horreurs j'avais déjà affronté avec elle, c'était presque comme si elle été un prolongement maladroit de mon bras. Difficile de repenser qu'il n'y a que quelques mois, c'était une arme de collection suspendue dans notre salon, ne servant qu'à l'orner de ces origines qui étaient les miennes. Secouant la tête, je repris doucement le Beretta des mains de Christy pour le remettre dans le sac et sortir les deux couteaux que j'avais emporté ; ils étaient un peu abîmés mais relativement bien aiguisés et pouvaient s'avérer très dangereux.

« Mais... c'est pas trop risqué de s'approcher autant d'eux ? »

    Sven marquait un point. Ce n'était évidement pas la plus grande sécurité, mais c'était parfois la meilleure chose à faire si on ne voulait pas en attirer plus.

« Quand il n'y en a qu'un c'est gérable, ils n'ont pas beaucoup d'équilibre alors il suffit de le repousser un peu. Le tout est de ne pas laisser ses dents approcher, et de bien couvrir les blessures qu'on peut avoir. Regardant l'arme, je repris. Le seul défaut du couteau est que son manche est petit et donc la proximité très élevée, mais c'est mieux que rien. »

    Il faudra que nous pensions lors de notre départ à trouver des armes qui permettraient un peu plus de distance avec les Coyotes ; je ne pouvais cependant pas leur confier ma hache qui était déjà presque trop lourde pour moi.


© Pando



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: A l'aube d'un nouveau jour   Aujourd'hui à 21:07

Revenir en haut Aller en bas
 

A l'aube d'un nouveau jour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» À l’aube d’un nouveau monde. — EVENT.
» Mon insomnie cesse à l'aurore [Livre I - Terminé]
» [Une première pour moi dans le monde de la fanfic] : L'aube d'un nouveau jour
» Demain sera toujours un autre jour.
» Un nouveau jour, un nouveau venu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-