Partagez | .
 

 Let's burn out this frustration

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Auteur
Message
Sally Lockharts
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 11/12/2015
Messages : 448
Age IRL : 29

MessageSujet: Let's burn out this frustration   Jeu 28 Jan 2016 - 1:48

Tous les jours, c'était la même routine qui se déroulait. Il fallait trouver de quoi s'occuper, surtout pour Russell qui réclamait sans cesse de pouvoir jouer dehors, mais malheureusement, ce n'était pas possible. Il était toujours compliqué d'avoir le droit d'être à l'extérieur, car oui, dans le lycée, les réfugiés n'étaient pas libres de faire ou dire tout ce qu'ils voulaient. C'était en tout cas comme ça que Sally voyait cette dictature militaire. Elle avait le sentiment d'être davantage une prisonnière qu'une citoyenne américaine libre, mais peut-être était-ce la meilleure manière d'assurer la sécurité de tous après tout, surtout vu la tournure prise par les événements. Cela n'empêchait pas la brune de s'inquiéter pour sa famille, pour leur bien être, d'autant plus qu'il était également très compliqué de vivre au quotidien sans le luxe auquel ils étaient habitués, de ne plus pouvoir vivre leur vie, d'avoir un chez eux. Ici, il fallait oublier l'intimité, tout était dicté et organisé de façon carrée même les douches qui étaient communes et malgré sa nature perverse, elle n'en était pas moins pudique et gênée de se retrouver dans ce genre de situations. Mais pour leur fils, elle était prête à tous les sacrifices du monde, à supporter l'insupportable tant que Russell se trouvait en sécurité, c'était tout ce qui comptait.

Passant sa main dans les cheveux de son enfant, elle se pencha et lui dit d'une voix calme « Écoute mon cœur, tu vas rester un peu avec papa, je dois m'absenter, mais je reviens vite t'en fais pas. » Elle déposa un baiser sur le front du petit alors qu'il répondit avec un sourire en s'éloignant vers son père. La fin de sa phrase, elle l'adressait à elle car c'était bien Sally qui ne supportait pas d'être trop longtemps éloigné de lui et non l'inverse. Si elle avait décidé de cette petite séparation, c'était dans le but de lui faire une surprise. La brune souhaitait lui trouver un nouveau jouet, elle n'avait pas la moindre idée de l'endroit où en trouver et encore moins si cela était réalisable, mais dans son rôle de mère auquel elle tenait, elle s'était donnée pour mission d'en trouver un et au moins, ça l'occuperait en lui changeant un peu les idées.

Pensant trouver des réponses auprès des militaires présents, Sally s'était naturellement dirigée vers eux mais, il était totalement impossible de compter sur leur aide. Les seules réponses qu'elle avait pouvait entendre étaient du type On ne sait pas Madame pour les plus polies lorsqu'ils daignaient répondre à une simple question. Elle comprenait parfaitement que ce n'était pas leur priorité de gérer ce genre de choses, mais eux-seuls savaient où et comment étaient stockés les différents objets vu que les civils n'avaient pas le droit de s'en occuper.

N'étant pas une femme qui se laisse faire sans réagir, la nature reprit le dessus sur le dernier militaire auquel elle avait posé la question « Non mais vous êtes tous aussi têtus les uns que les autres ou quoi ?! Je ne vous demande pas une faveur en me donnant des vêtements ou une couverture, c'est un simple jouet ! Il doit bien y en avoir non ? » tant pis pour la discrétion, la brune haussait la voix, c'était plus fort qu'elle, mais elle en avait marre de leurs non-réponses constantes. Ce type de réaction était idiot, elle le savait, à part se braquer et la prendre pour une folle, elle n'y gagnerait rien d'autre. D'un voix plus calme et posée cette fois-ci, elle lui dit « Appelez votre chef intendant où je ne sais quoi, j'ai à lui parler, à formuler une requête... S'il vous plaît. » tout en gardant les mains le long du corps afin d'éviter toute gestuelle superflue pouvant contredire ses mots.

L'homme ne fit évidemment rien, à part continuer sa ronde, ce qui l'énerva fortement, mais elle ne devait pas perdre le contrôle et garder une certaine prestance digne d'une Lockharts. Elle se retourna en remettant sa coiffure en place sans prêter la moindre attention aux personnes qui se situaient sur son chemin. Elle percuta une jeune femme et des colosses se précipitèrent aussitôt vers Sally « Oh pardon je suis désolée je ne vous avais pas vu ! Vous n'avez rien ? » lui demanda-t-elle inquiète. Elle s'en voulait d'avoir été si maladroite et cela lui servira de leçon ; toujours regarder où l'on va. C'était pourtant le type de conseil qu'elle donnait à son fils lors de sorties, mais là, elle ne l'avait pas appliqué. Sally regarda la jeune femme et les deux bodyguards. Leurs têtes ne disaient strictement rien à la brune, peut-être étaient-ils arrivés récemment, en même temps, il y avait tellement de monde présent ici qu'il était difficile de retenir tous les visages.



#872F2F
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Let's burn out this frustration   Dim 31 Jan 2016 - 12:53

Pour une fois, la matinée avait bien commencé. Les trois Sanchez avait pu facilement avoir à manger, ce qui, depuis qu'ils étaient arrivé au refuge, n'avait pas été une mince affaire tous les jours. Rien que pour demander une douche, ils avaient mis une journée entière pour qu'on leur dise en fin de journée "Repassez demain". Ah ce n'était certainement pas le meilleur des choix qu'ils avaient fait dans leur vie, venir à Emerald. Oui, Emerald Freedom, voilà comment les survivants surnommaient le lycée dorénavant. Liberté tu parles. Il n'y avait dans ce lieu que la liberté de penser. C'était tout ce que chacune de personnes présentes pouvait se permettre. Parler ouvertement? Hors de question. Mais bon, au moins, il avait de quoi se protéger des zomblards.

Les zomblards, c'était le nom que la jeune femme avait donné à ses infectés. Les z, les zomb', les tordus. Le nom lui était apparus alors qu'elle eut conter leurs aventures post apocalyptique aux quelques intéressés qui étaient venus à leur rencontre. Il n'avaient pas été très nombreux mais ça avait eu le mérite de leur permettre de créer quelques liens dans leur nouvel abri.

Fin bref. Au moins, la journée avait bien commencé. Le seul hic arriva lorsque la métisse décida d'aller squatter une douche vu qu'elle en avait eu l'autorisation. Parce qu'évidemment, Luìs et Marco refusaient catégoriquement de la laisser y aller seule. Vous comprenez? Depuis que la famille avait débarqué, les deux frères se comportaient avec elle comme avec une gamine de 10 ans. Comprenez que cela puisse être insupportable. La suivant n'importe où, où elle allait, lui rétorquant sans cesse de ne pas faire ci ou ça. Et encore et encore. Quand ils s'y mettaient tous les deux, ces hommes pouvaient se comporter comme les pires qui soit. Mais bon qu’espériez vous que la jeune femme puisse dire? Les envoyer bouler? Le simple fait des les avoir encore avec elle la gardait positive dans les bons moments, alors il ne fallait peut être pas trop pousser.

Cela dit, cette fois là avait été la goutte de trop. Tous deux avaient insisté pour accompagner leur jeune sœur aux douches. La colère grondait au creux de son ventre même si elle n'avait encore rien laissé sortir. Personne n'avait prononcé un seul mot. Mais quand ils furent sortis, Eva contracta sa machoire pour s'empêcher d'exploser. La moindre chose qui surviendrait alors, pourrait la faire craquer. Et c'est ce qui arriva. Une jeune femme qui ne regardait visiblement pas devant elle se cogna contre la latino. Les deux hommes se postèrent directement devant elle comme si elle courrait un grave danger. Là ce fut bien trop.

Ignorant carrément la présence de la femme contre qui elle s'était cogné, Eva lâcha ses affaires, arma ses poings et frappa avec force sur les deux têtes de ses frères de sang.

¡Detenganse! ¡Ahora! (Arrêtez ! Maintenant !) J'suis pas une poupée d'porcelaine !
¡EVA !
¡CALLATE ! (Tais toi !) J'en peux plus d'vous et d'vot'surprotection. J'plus 10 ans. Alors c'pas parce qu'une pov nana c'cogne cont'moi qu'il faut qu'vous agissiez comme des foutu garde du corps! Compris ?!

Eva les fusilla du regard un à un, les bouscula alors qu'ils se frottaient la tête et attrapa la femme contre qui elle s'était cogné pour l'emmener un peu plus loin. Eva finit par la lâcher en soupirant profondément et la regarda dans les yeux.

J'suis désolée qu'vous ayez assisté à ça. J'vous ai pas fait mal ?
Revenir en haut Aller en bas
Sally Lockharts
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 11/12/2015
Messages : 448
Age IRL : 29

MessageSujet: Re: Let's burn out this frustration   Dim 31 Jan 2016 - 19:14

La jeune femme que Sally avait percutée n'était pas impressionnée par les deux colosses, bien au contraire. Elle devait très certainement bien les connaître même puisqu'elle n'avait pas à hésiter à les  frapper avec une réelle force ce qui surpris Sally. Elle n'avait pas pour habitude de se retrouver dans ce type de situation et encore moins de voir une femme avoir un tel répondant face à des hommes bien bâtis. Elle prit d'ailleurs sa défense en hurlant sur les deux types, avec certains mots très probablement en espagnol, mais ne le parlant pas, Sally ne pouvait en être sûre.

La possible jeune hispanique avait fait fort impression et l'américaine se disait qu'elle aimerait bien se défendre comme ça, ça pouvait être fort utile ici ou à l'extérieur. Sally ne savait pas tellement se servir d'une arme à feu, elle s'en était acheté une pour tenter de se protéger face à la médiatisation de sa vie, mais elle ne s'en était pas réellement servi en tout cas, pas sur des êtres vivants.

Une fois isolées des deux colosses et son bras droit libre, Sally reprit ses esprits « Non, non, ça va ne vous inquiétez pas. » lui dit-elle en se frottant machinalement le bras. Lui adressant un regard désolé, elle enchaîna « C'est moi qui m'excuse, c'est de ma faute, j'étais énervée et j'ai pas prêté attention aux autres, je vous ai percuté et... nous voilà ici maintenant. Même si j'en doute, je n'vous ai pas fait mal au moins ? » Comme elle l'avait mentionné, il aurait été étonnant que la femme lui faisant face ait ressenti une quelconque douleur, mais elle ne pouvait s'empêcher de le demander quand même.

Curieuse, elle souhaitait en découvrir un peu plus cette personne. Affichant un sourire elle recommença à parler « Je m'appelle Sally et vous ? » Elle remit en place sa mèche qui venait trop sur son œil, elle détestait avoir quelque chose sur cette partie du visage, ça lui rappelait en permanence sa phobie de devenir aveugle.

Cette peur était encore plus forte depuis son arrivée au lycée, elle avait d'ailleurs l'impression de mieux la contrôler avant. Peut-être était-ce à cause de ce nouvel environnement, de cette foule, du danger présent ou bien même du nombre d'inconnus peuplant le lycée, peut-être même était-ce tout ça en même temps, mais il était très compliqué de vivre ici tout en devant faire face à cet handicape. Elle faisait de son mieux, toujours, mais par moment cela pouvait la bloquer complètement.

« Oh et je vous remercie pour votre intervention, j'avais oublié de vous le dire tout à l'heure ! » Comment avait-elle pu manquer à ce point de politesse ? Cela ne lui ressemblait pas, elle devait vraiment être encore perturbée par cette frousse donnée par les deux hommes qui accompagnaient la jeune femme. En la regardant avec plus d'attention, Sally remarqua seulement qu'elle avait un côté garçon manqué flagrant, mais cela ne l'empêchait pas d'avoir un certain charme.



#872F2F
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Let's burn out this frustration   Mar 2 Fév 2016 - 13:47

Non, non. Vous m'avez pas fait d'mal.

La latino ne remarqua qu'après quelques minutes qu'elle avait laissé ces affaires par terre, près de ses frères. L'idée lui vint d'aller les récupérer mais le simple fait de devoir les revoir l'en dissuada bien rapidement. Qu'ils aillent se faire voir, elle n'avait pas envie de les recroiser pour le moment. C'est vrai quoi. Ce qu'il pouvait être chiant quand il s'y mettaient. Mais bon, pour l'heure, la latino préférait les oublier et se concentrer sur la jeune femme qu'elle avait entrainer dans son élan. Apprêtée comme une grande dame, rien n'aurait pu prédire que cette femme faisait partie de ces gens survivants dans un monde austère. Finalement, l'endroit avait un avantage pour certaines. Fallait croire.

Sally qu'elle s'appelait. Jolie prénom. La métisse avait de plus en plus l'impression de parler avec une dame de bonne famille. Sa politesse, ses petites manières. Enfin parler... Il aurait fallu qu'elle lui répondent pour ça, et trop absorber dans ses pensées, la jeune femme en oubliait elle même ses bonnes manières.

Moi c'Eva. Elle soupira. Et eux, Marco et Luìs.

L'avantage avec la latino, c'était qu'elle n'utilisait jamais plus de mot que nécessaire. Avantage ou inconvénient. Ca dépendait des situations, évidemment. Elles s'étaient remises à marcher comme si de rien n'était, ne sachant pas où elle allait ni où elle entrainait Sally. Peut être qu'elle ferait une bonne alliée dans ce nouveau repère. Mais bon, il ne fallait pas aller trop vite. Et c'était loin d'être la personnalité de la mécano. Elle reprit d'ailleurs la parole comme si de rien n'était. C'était qu'elle avait la causante dit donc. Mais bon, ça faisait du bien d'être avec une autre personne que ces foutus frangins.

V'z'avez pas à m'remercier. J'rien fait d'particulier. C'deux couillons s'comportent comme des chiens d'gardes. Ils ont du vous faire peur.

Eva esquissa un sourire. Vrai qu'ils pouvaient paraitre impressionnant. Même si pour elle, ça n'avait rien d'extraordinaire. Métier d'homme, entouré d'hommes. De la pacotille pour la mécano. La métisse releva ses cheveux qu'elle avait détaché pour les laver. Bon, il n'était pas sec mais c'était l'habitude qui voulait ça. Sa pochette à sa ceinture qu'elle n'avait pas voulu laisser dans son sac et un soupir sortir d'entre ses lèvres. Peut être fallait il qu'elle engage la conversation ? Ouais, ce serait bien quand même. Surtout si elle voulait en connaître plus sur le lieu et son fonctionnement.

C'fait longtemps qu'vous êtes ici? J'veux dire... Vous avez rejoint Emerald au début d'ce merdier?

Oui bon, elle n'avait pas le langage le plus soutenu, et alors, hein? Au diable les bonnes manières, surtout pour elle. Éducation à la dure que voulez vous. Mais d'ailleurs, qu'est ce qu'elle pouvait bien faire dans le coin? C'était pas le quartier des militaires par là?

Si j'me trompe pas, c'par là qu'les militaires s'planquent. Vous avez un problème?
Revenir en haut Aller en bas
Sally Lockharts
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 11/12/2015
Messages : 448
Age IRL : 29

MessageSujet: Re: Let's burn out this frustration   Mer 3 Fév 2016 - 19:17

Sally était soulagée de ne pas avoir fait mal à la jeune femme en la heurtant même si elle s'en doutait vu qu'aucune réaction de douleur ne pointa le bout de son nez. Elle lui sourit simplement en guise de réponse, il lui semblait inutile d'ajouter quoi que ce soit, ce serait uniquement du superflu.

La latino avait un langage totalement opposé à celui employé d'ordinaire par Sally, c'était un petit choc pour elle qui n'avait guère l'habitude d'entendre cela. Il lui arrivait, comme tout le monde, de se lâcher et être grossière, mais en cas de grosse contrariété ou de grand énervement, ce n'était pas une chose naturelle pour elle. Pourtant, ce côté spontané d'Eva était plaisant car elle était comme elle était et ne s'embêtait pas avec les apparences, ce qui changeait du monde dans lequel évoluait la quadragénaire fait de beaux sourires ne signifiant pas grand chose. Parmi ceux vus au quotidien, combien étaient sincères ? Même ses propres sourires étaient un automatisme car il fallait garder la tête haute, ne pas montrer une seule faiblesse sous peine de subir d'innombrables attaques de vautours.

« Nous sommes arrivés avec mon époux et notre fils mi-octobre... » dit-elle en soupirant. Le fait de prononcer cette phrase ressemblait à un coup de massue pour Sally car elle n'avait jamais réalisé que cela faisait plus de trois mois qu'ils étaient enfermés dans ce lycée. Cela lui semblait long étant donné qu'au début ils espéraient pouvoir quitter l'endroit rapidement, mais court à la fois puisqu'elle avait l'impression d'être là depuis 6 mois. « Et vous c'est plus récent non ? Je ne crois pas vous avoir déjà vu. »

Les deux femmes continuèrent d'avancer et lorsque Eva fit remarquer l'endroit vers lequel elles se dirigeaient, Sally avala douloureusement sa salive. Tout l'énervement qu'elle avait pu ressentir une plus tôt ressurgit en une fraction de seconde. Elle serra le poing droit au poing qu'elle sentit ses ongles s'enfoncer légèrement dans la paume de sa main. Cette sensation douloureuse et apaisante lui permettait de ne pas craquer une fois de plus. « Hm oui... » l'américaine marqua un temps d'arrêt afin d'assembler de la meilleure façon possible les différents soucis qu'elle avait, en faire le tri et être courte. « Comme beaucoup de personnes, j'ai vraiment du mal avec leur autorité et le fait d'être enfermée ainsi. Mais aujourd'hui le plus gros problème que j'ai, c'est leur incapacité à me répondre à une question simple : est-ce qu'il y a des jouets pour enfant quelque part ? Et si oui, où ? »

Cela pourrait sembler idiot pour Eva, mais cela était important pour Sally qui voulait, se devait même, de trouver quelque chose pour Russell. C'était comme un défi qu'elle s'était lancée et qu'elle souhaitait réussir. Elle regarda alors la métisse avant de continuer « Mais bon, je finirais bien par réussir. Bref, je ne vais pas vous importuner avec ça. Et vous, vous arrivez à vous faire à cette vie dans cet sorte de camp ? » la quadragénaire avait bien forcé sur ce dernier mot pour accentué son ressenti sur ce nouvel environnement.



#872F2F
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Let's burn out this frustration   Dim 7 Fév 2016 - 7:42


Plus la femme parlait, et plus la colère de la métisse se dissipait. Un état plus serein s'empara doucement d'elle. L'écouter parler avait de quoi calmer les nerfs. Surtout qu'elle n'était pas des plus silencieuse. Oh pas que ça dérangeait Eva, loin de là, mais rare était les fois où elle avait pu avoir une vrai conversation avec une dame si... si bien apprêté, fallait le dire. D'ailleurs, alors qu'elle parlait, ses yeux glissaient sur sa silhouette, la détaille sans gêne. Elle avait quelque chose de gracieux dans ce chaos. M'enfin, sur qu'on ne pouvait qu'être gracieuse à côté de la latino.

Un mouvement de tête pour acquiescer à sa première question mais rien de plus. La jeune femme n'était pas friande des mots, encore moins depuis..depuis sa mort. Un soupir inaudible s'échappa de ses lèvres alors qu'elle écoutait parler sa compagne. Tout son baratin sur les militaires, l'organisation ici et tout ce qui s'est suivit passa par une oreille et sortit par l'autre. Elle ne s'en moquait pas, mais c'était bien le genre de chose qu'Eva n'avait pas envie de supporter en ce moment. Du coin de l’œil, elle observa la femme et se rendit compte de sa mâchoire crispée. Ah, elle devait en vouloir au militaire. Il y avait surement de quoi si elle en croyait ses dires. Un enfant ? Quelle idée d'avoir un enfant dans ce lieu. Mais bon, elle supposait qu'elle n'avait pas eu le choix.

Eva boucla son esprit, ses pensées volèrent vers d'autres horizons. Et ce fut après de longues minutes de silence qu'elle percuta que la femme lui avait adressé une question.

Euh, oui, perdon. Vous disiez? Mais avant même qu'elle ne repose sa question, la latino la coupa et se redressa d'un mouvement vif. Vous voulez qu'j'fasse un jouet à vot' gosse? L'a quel age ?

L'idée de la mécano lui était venu comme ça. D'un coup de tête, sans vraiment savoir ni pourquoi ni comment mais c'était venu. Et elle comptait bien en profiter. Après tout, c'était une manière de s'occuper comme une autre. Qui plus est avec les talents de la mécano. S'il n'était pas trop jeune, elle pouvait lui confectionner un machin mécanique dont elle avait le secret.

Eva se souvint de son inattention et passa la mains dans ses cheveux lâchés. Elle allait s'excuser mais à quoi bon. Sa dame de compagnie pouvait bien le comprendre quand même.
Revenir en haut Aller en bas
Sally Lockharts
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 11/12/2015
Messages : 448
Age IRL : 29

MessageSujet: Re: Let's burn out this frustration   Mar 9 Fév 2016 - 2:59

La latino se semblait ne pas avoir écouté le moindre mot prononcé par Sally, ce qui ne faisait jamais vraiment plaisir, mais comment lui en vouloir. Elles ne se connaissaient pas et Eva avait certainement des problèmes bien plus importants que ceux d'une quadra faisant un caprice totalement idiot. Ca n'empêchait cependant pas Sally d'avoir le sentiment d'avoir parlé dans le vide, peut-être que la jeune femme n'était pas très bavarde ou peut-être bien qu'elle se fichait complètement des états d'âmes d'une étrangère. Pourtant, elle avait bien entendu une chose, qui était d'ailleurs la plus importante parmi le flots de paroles prononcés précédemment.

« Ah bah euh... Oui, oui avec plaisir ! » Sally était décontenancée, avait-elle bien entendu la métisse proposer de fabriquer un jouet pour Russell ou était-ce simplement le désir d'en trouver un qui lui provoquait des hallucinations auditives ?! Elle eût sa réponse l'instant d'après après lorsqu'elle lui demanda l'âge de l'enfant. « Il a 5 ans. » Sally n'en revenait pas et perdait presque ses moyens étonnement très facilement pour le coup, elle ne savait pas quoi ajouter ou bien même si c'était nécessaire. Pour un peu Eva partirait dans ses pensées et peu importe ce qu'elle dirait, la latino n'écouterait pas.

C'était pourtant plus fort qu'elle, elle ne pouvait s'empêcher de formuler les questions qu'elle avait en tête tout en espérant ne pas être trop intrusive dans la vie de celle qui lui faisait maintenant face. « Si je puis me permettre, qu'elle est votre profession ? » cela intriguait et elle devait lui demander. Rares étaient les personnes habiles de leurs mains de nos jours, Sally s'incluait évidemment dedans, et les femmes l'étaient encore plus.

Un tas d'images et de questions traversés son esprit durant le court laps de temps qu'il y avait avant la réponse de la jeune femme. Quel métier manuel pouvait-elle bien exercer ? Une liste défila ; ébéniste, plombière, charpentière, carreleuse, peintre, cordonnière, couvreuse, électricienne.. Mais il y en avait un qu'elle visualisait bien mieux, surtout par rapport à l'espèce de masque porté pour se protéger : chaudronnière. Peut-être était-ce lié à sa phobie et le fait d'avoir cette protection quasi idéale ou peut-être était-ce tout bêtement parce qu'elle voyait bien Eva avec ça et une blouse bleue.

Bien qu'elle eut quelques minutes plus tôt un élément de réponse, Sally lui demanda d'un regard intéressé « Et sans vouloir être trop envahissante ou indiscrète, qu'est-ce qui vous a amené à le faire ? » Vu la scène avec ses bodyguards de frères, il était évident qu'elle avait été élevée dans un milieu entouré d'hommes. Tant pis si elle l'envoyait paître, étant curieuse et ayant la conversation assez facile, elle souhaitait en connaître davantage sur la latino.



#872F2F
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Let's burn out this frustration   Aujourd'hui à 5:00

Revenir en haut Aller en bas
 

Let's burn out this frustration

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Will you come find me if I crash and burn? — Siobhán
» Pap Benoît XVI mande afriken ak ayisien pou yo sispann vole lougarou
» presentation d'acid burn
» JEAN ϟ blue jeans, white shirt, walked into the room you know you made my eyes burn.
» Let's Burn... [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-