Partagez | .
 

 The Heaven Squad [pv. Ziggy, Juliane, Bobby, Abigail, Harriet]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Auteur
Message
Ziggy Haring
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 203
Age IRL : 22

MessageSujet: #E39024   Mer 27 Jan 2016 - 20:58

The Heaven Hope | Pv. Juliane, Selene,
Bobby, Abby & Harriet

La boutique de Ziggy et son appartement semblaient désormais rempli de vie. Cela faisait vraiment bizarre, d’entendre des pas, qu’on se précipitait jusqu’à la chambre, qu’on venait fouiner dans des affaires en s’accroupissant près du parquet laissé brut par Ziggy. Le magicien passa sa main dans ses cheveux alors que Juliane venait l’interpeler en lui frôlant le bras. Il repensait à leur baiser mais secoua la tête avant de la presser en la poussant d’une douce main dans le dos. « Ouais pas de problème ! Amène le dans ma chambre ! » Il avait un ton toujours aussi complice, avant de lui adresser un petit sourire. Il n’avait pas eu le temps de dire ouf qu’une blonde, la sœur de la jeune femme blessée vint vers lui pour le serrer dans ses bras. Ziggy écarta les bras comme s’il était victime d’une fouille au corps, avant d’avoir un sourire un peu maladroit. Le jeune homme n’était pas quelqu’un de gêné, mais dans cette situation, il ne s’attendait pas à recevoir tant d’attention.

« Ta sœur, comment elle s’est fait ça ? » Demanda néanmoins Ziggy en reculant après cette étreinte soudaine. Il ne voulait pas paraître impoli, mais il n’avait vraiment pas envie de salir les meubles avec de jus d’infecté. Ziggy haussa les sourcils en faisant une petite grimace pour qu’elle comprenne que ça n’était pas une agression. Elles pouvaient rester si Bobby leur faisait confiance. Mais à y réfléchir davantage, Bobby avait l’air de faire confiance à tout le monde. « C’est pas contre toi hein. » Ajouta-t-il en s’adressant à la sœur blessée qui s’appelait Kathelyn. Ziggy se dirigea alors de nouveau vers la chambre où Juliane et Bobby se trouvaient pour prendre des draps dans son placard encastré dans le mur.

Rabattant la porte coulissante, il fit un petit sourire à Juliane avant d’installer le draps sur le canapé du salon. « C’est au cas où le sang coulerait… Pour pas saloper partout… » Se justifia-t-il auprès des autres filles restées dans le salon avant de l’étendre. Il se frotta les mains et alla chercher du désinfectant et ce qu’il avait de disponible dans la salle de bain. Ca n’était pas grand-chose, mais cela suffirait peut-être pour les aider. Selene s’approcha alors du magicien, avant de baisser les yeux vers ses chaussures. Ziggy eu un sourire en coin et s’approcha de son oreille pour lui murmurer « T’en as mit du temps pour me retrouver. », avant de relever la tête, un sourcil arqué pour détendre l’atmosphère.

En fait, il se souvenait d’elle lors de leur retrouvailles dans le supermarché. Elle avait été finalement plutôt courageuse, entreprenante, mettant les conséquences et le traumatisme de côté. Selene avait pourtant, tout au fond d’elle, encore l’âme de cette jeune étudiante avec qui Ziggy avait bu un chocolat chaud. Il l’avait embrassé, synonyme pour lui qu’ils seraient amenés à se revoir. Mais ni elle ni lui ne savaient qu’ils ne se reverraient que dans de pareil circonstances. Ziggy poussa alors un petit soupire, plutôt pas à l’aise avec la situation dans laquelle il se trouvait. À la base, il devait survivre tout seul, à errer au hasard, se réfugiant dans sa boutique en cas de besoin. Mais dans ce cas-ci, il se retrouvait en groupe. Dans son esprit, Ziggy était encore dans l’optique de ne jamais les revoir et de devoir survivre seul avec Juliane. Encore une fois, ce second plan venait de partir en fumée.

« On va p’t’être faire un truc à manger. J’ai un p’tit stock de nouilles chinoises, ça devrait vous requinquer ça. » Ziggy passa son bras par-dessus l’épaule de Selene et l’amena vers elle jusqu’au coin cuisine, son petit corps cognant contre le sien, hanche contre hanche. Il baissa la tête vers elle et esquissa un sourire en s’éloignant d’elle avant de remplir une casserole d’eau. « Tiens, tu veux bien la mettre dans le poêle à charbon ? Fais attention de ne pas te brûler. Je vais voir comment s’en sort Jilly avec le colosse ! » Ziggy passa sa main dans le dos de Selene avant de s’éloigner vers la chambre. Passant sa main pour toquer dans le mur à l’intérieur de la chambre, Ziggy éleva un peu la voix : « Ca va là l’dans ? »




"J’aime bien les hyènes. Parce que la hyène c’est un animal dont on parle jamais alors que c’est un animal qui peut être très important ! Parce que moi je trouve qu'être ami avec une hyène souvent c’est plus important qu’être ami avec... avec des vrais amis. C’est... Elle vous protège. Si y’avait du danger et ben « Et ben moi, et... je suis ami avec une hyène » Alors la évidement !"
Revenir en haut Aller en bas
http://fanficamplificatum.blogspot.fr/
Bobby Smith
Messiah
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 02/11/2015
Messages : 1585
Age IRL : 39

MessageSujet: Re: The Heaven Squad [pv. Ziggy, Juliane, Bobby, Abigail, Harriet]   Mer 27 Jan 2016 - 22:29

Le déchet d’humanité se laissa guider vers la chambre de Ziggy avec la docilité du veau que le boucher dirige vers l’abattoir. Son esprit lent et lunatique s’était envolé loin de ce monde de souffrance. Une caresse ayant la subtilité et la légèreté d’un ange ramena temporairement l’esprit vagabond de la chose dans son corps torturé de tant de sévices. Un touché si apaisant qu’il ferma ses yeux pour en apprécier toute la chaleur et la tendresse. Mais Juliane ne pouvait que ressentir la froideur de la mort qui semblait s’acharner sur le corps de l’homme déformé. Adieu la chaleur bienfaitrice de l’être du mastodonte.  Un mince sourire niais et stupide à souhait s’était déposé sur les lèvres exsangues et gercées de Robert. Le contour des yeux du golem de chair s’était noirci et son regard bleuté si pur semblait vaciller doucement. La voix si belle et remplie d’une gentillesse que Bobby ne croyait aucunement méritée caressa son oreille. Dans l’état léthargique qu’il se trouvait,  la chose qui essayait d’être un homme enlevé son manteau. Entendant le bruit dans sa poche droite, l’instinct de bonté qui gérait les actes du monstre fit mouvoir sa main pour en pêcher trois petits coffrets de velours noir. Enlevant, avec l’aide de l’ange à la chevelure cuivrée, sa chemise gorgée de sang poisseux, cette dernière put enfin voir pour la première fois les dégâts causés par la stupidité humaine. Les cicatrices qui couraient sur les mains et les avant-bras du géant n’étaient que le sommet de l’iceberg de sa honte. Un aperçu de l’armure de chair peu ragoutante de l’homme si souvent diminué par ses semblables. Des cicatrices, causées par d’innombrables combats improvisés et d’accidents de chantier, lézardaient une grande superficie de ce corps aux muscles saillants. Juliane put même deviner un point d’entrée d’un projectile d’arme à feu au niveau du cœur immense du mastodonte. Blessure qu’il lui a été presque fatale à l’époque. Le ruban gris du pansement de fortune que Robert avait concocté s’était décollé et pendait lamentablement comme un pavillon qui capitulait. La voix faible, un murmure en fait, de Robert s’éleva dans les airs. Le ton était encore caverneuse, mais on sentait les relents pâteux de la déshydrations que la perte de sang avait causé chez l’homme difforme.

Robert- J’ai pas mal Jill… Euh… Juste froid. Un monsieur doit avoir pensé que j’étais un monstre et il m’a tiré dessus… Euh… Au moins, tu vas bien. Aussi les autres vont bien… Euh… C’est ce qui est important… J’ai eu peur de ne pas te revoir avant de…

Dans ce bref monologue pathétique, Robert venait encore de prouver hors de tout doute qu’il ne pensait qu’aux autres avant lui-même. Il minimisait sa blessure pour ne pas inquiéter son entourage. Le monstre de foire ne voulait que les autres s’en tirent. Lui s’il devait mourir, il pourrait se reposer au pays imaginaire avec ses anges. Les gens n’avaient pas réellement besoin de lui. Il ne servait à rien en comparaison de l’intelligence et de la beauté des autres.  Prenant une des boites de velours à ses côtés, le regard de l’homme se fit tendre et ses traits atypiques devinrent sereins. Comme si lui seul savait ce que l’avenir lui proposait. Tendant doucement le contenant, il parla de nouveau, la voix encore plus hésitante et maladroite qu’à l'accoutumée.

Robert- Tiens j’ai trouvé des petites pensées pour mes anges… Euh… Il y a une boite pour Abi et pour Sélène aussi, mais je ne connaissais pas Harry… Euh… j’espère qu’elle ne sera pas fâchée.

Ouvrant avec difficulté le rebat, Juliane put voir ce bijou. Les paroles presque éteintes du sosie de Frankenstein s’échappèrent avec difficulté du barrage de ses lèvres minces.

Robert- Les pierres ressemblent aux étoiles qu’on regardait toujours… Euh… Et les fers sont peut-être ceux de Tonnerre… Euh… Je veux que tu sois heureuse mon amie…

L’inconscience semblait jouer au yoyo avec l’esprit lent de la chose immonde. Mais l’aura du colosse se fit apaisante et son humanité semblait plus brillante que jamais. Seulement sa formidable constitution et sa volonté permettait au géant de se rattacher à la vie. Robert se devait de donner les autres boites avant de chuter vers un autre monde…



Perdre les gens qu'on aime vous affecte en profondeur. La douleur est ensevelie dans votre corps, votre âme et votre cœur. Et en résulte alors un énorme gouffre de souffrance et de douleur. Ce gouffre peut transformer un être de lumière en ténèbres...
Revenir en haut Aller en bas
Juliane Lyndey
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 610
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: The Heaven Squad [pv. Ziggy, Juliane, Bobby, Abigail, Harriet]   Mer 27 Jan 2016 - 23:54




The Heaven Squad





La priorité de Juliane, c’était Bob. Elle n’accorda même pas un regard aux deux sœurs. C’était pas en lui gueulant dessus comme ça qu’elle allait desserrer les dents et faire un sourire. Et ce qui l’énervait un peu plus encore c’était que toutes ces nanas avaient débarqué ici grâce à Robert, et une fois en présence d’un canapé, elles le zappaient complètement. Bref…

Un léger sourire pour Ziggy lorsqu’il lui donna l’autorisation d’utiliser sa chambre, dont elle claqua la porte d’un revers de pieds en voyant le magicien écarter les bras comme si on venait de l’agresser. Elle avait la nette impression qu’il y avait trop de monde pour lui dans son petit appartement. Et elle pouvait comprendre ça. Complètement concentré sur l’état de santé de Bob, Juliane trouvait tout de même du réconfort en la présence de Ziggy. Heureuse qu’il ne soit pas loin.

Une fois le géant allongé, Juliane l’aida à retirer sa chemise, ne portant aucune importance aux cicatrices du passé. Ce qu’elle voulait voir, c’était la plaie la plus récente. Celle qui était en train de laisser s’enfuir la vie de Robert peu à peu. La jeune femme se pencha pour regarder les dégâts. La balle était dehors. C’était nette et propre. Tant mieux c’était déjà un bon point. « -ferme là Bob ! » elle n’avait aucune envie de l’entendre dire qu’il allait mourir. Parce que c’était tout simplement hors de question !

Avec rapidité et les mains un peu tremblante, elle renversa le contenu de son sac à dos qu’elle avait emporté au passage. Elle fouilla au milieu du foutoir et trouvant enfin le désinfectant, elle se précipita pour en renverser sur la plaie ouverte. Elle évitait soigneusement de regarder le visage de Robert, parce qu’elle ne voulait pas le voir pâlir plus encore. « -tu va pas mourir tu m’entends ?! » lâcha-t-elle en appuyant sur la plaie qui saignait abondement, maintenant qu’elle avait retiré le pseudo pansement.  
Ce fut ce moment-là qu’il choisit pour lui sortir le bijou devant les yeux. Se mordant les lèvres, la jeune femme déglutit avec difficulté. « -Bob… » souffla-t-elle simplement en le regardant droit dans les yeux. Elle n’avait même pas entendu qu’il lui avait précisé qu’il en avait pour les autres. « -il est magnifique… ». Un peu de sensibilité quand même… Avant qu’elle ne se reprenne et ajoute : « -mais c’’est pas vraiment le moment… Pour le moment tu penses à rien d’autre qu’à ma voix, et tu restes avec moi d’accord ? »

Il lui fallait un coup de main, elle y arriverait pas en solo. Bob commençait à perdre conscience, ce fut ce moment là qu’elle choisit pour lâcher son point de compression pour rejoindre la porte, se passant une main sur le front, y mettant du sang au passage. Elle se retrouva nez à nez avec Ziggy qui entrait à l’instant. Leurs visages à nouveau à quelques centimètres, Juliane souffla d’une voix rauque quelque peu bloquer par la tension et la peur : « -aide moi Ziggy… » Elle ne savait pas s’il avait des compétences en blessure par balle mais il lui fallait d’autres mains. Et il n’y avait qu’en lui qu’elle avait confiance ici. Son regard se porta pourtant sur la jeune femme arrivée avec sa batte de baseball et elle s’avança d’un pas décidé vers elle le regard suppliant et la voix ferme : « -Bob a besoin d’aide. » Ils ne seraient pas trop de trois. Elle lui saisit la main et ni une ni deux, l’entraina avec elle dans la chambre en refermant la porte. Elle connaissait Bob, il lui en voudrait si jamais toutes les filles du groupe avait vu son corps qu’il trouvait immonde.  

« -ok… J’ai désinfecté… La plaie est belle. Mais si jamais il bouge ou quoi quand je fais les points… » Elle s’imaginait surtout un mouvement de peur de la part du géant, un bras ou une main qui partait sans le vouloir. Et si elle se retrouvait sonnée et au sol, elle ne servirait plus à grand-chose. « -Ziggy tu peux le tenir ? » un regard qui voulait dire du mieux que tu peux. Le magicien n’était qu’un poids plume à côté du colosse qu’était Robert. Elle leva les yeux sur la blonde et dit : « -ton prénom c’est quoi ? Il faudrait que tu tiennes là et là, pour que je puisse bien… » oh god rien qu’à penser qu’elle allait devoir passer une aiguille dans la peau de Bob, là comme ça à vif, elle en avait la nausée. Ça avait jamais été son truc ça, les bobs, le sang… Mais c’était Bob, et elle ne voulait pas qu’il meurt… Elle voulait le sauver, alors elle saisit l’aiguille, passa le fils d’une main tremblante, et approcha le tout de la plaie. Son geste resta pourtant en suspens… Sa respiration rapide elle hésitait… Elle releva alors les yeux sur la jeune femme, cherchant en elle un peu de courage.  

AVENGEDINCHAINS



Il fut un temps où tu étais sauvage
ne les laisse pas te dompter...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: The Heaven Squad [pv. Ziggy, Juliane, Bobby, Abigail, Harriet]   Jeu 28 Jan 2016 - 9:48

Abigail s'installa près de sa sœur. Lentement, elle déchira le jean amoché jusqu'au dessus de son genou. La plaie n'était pas profonde. Peut-être un peu de désinfectant et un bandage. Ce qui l'inquiétait, c'était si il y avait fracture ou genou cassé. Elle soupira doucement. Elle se sentait déjà plus à l'aise que Juliane ne soit plus dans la même pièce. Elle sentait sa colère envers elle et elle ne comprenait pas. Cependant, elle était soulagée qu'elle prenne Bobby en main. Abi n'aurait jamais pu le guérir, il fallait se rendre à l'évidence. Elle était complètement perdue. La jeune femme porta l'attention sur le visage de sa sœur. Pâle, cernées, elle semblait avoir soudain des sueurs. Son état s'empirait. Abigail attrapa son sac. Il y avait de quoi désinfecter la plaie et la bander. C'était ce qu'elle avait pris dans la pharmacie avec Robert.

« Ca va sûrement piquer un peu. » dit-elle d'une voix faible à l'intention de sa sœur. Cette dernière hocha légèrement la tête, son visage se tordant en une grimace.  

Abi appliqua le produit, puis banda le genou de Kate. C'est seulement lorsqu'elle eut terminé que son regard se porta sur une tache rouge, sur le côté de la cuisse de Kathelyn, sur son autre jambe. Elle fronça légèrement les sourcils, avant de pivoter de quelques centimètres le corps de sa sœur. La stupeur la prit de court. L'angoisse le coupa le souffle, lui serra la gorge comme si une main invisible l'avait empoigné. Elle écarquilla les yeux avant de porter une nouvelle fois son regard dans celui de sa sœur.

« Kate... » souffla Abi, terrifiée. Elle ignorait ce qu'une morsure pouvait faire exactement. Mais d'après les rumeurs lorsque tout cela a commencé, une morsure pouvait vous transformer en monstre. En ces choses qui dévorent les chaires à l'extérieur. Abi frissonna. Elle tenta de cacher la morsure du mieux qu'elle pouvait. Ses mains tremblaient et ses yeux se remplissaient doucement de larmes.

« Pourquoi tu ne m'as rien dit ? » demanda la jeune femme à Kathelyn en chuchotant pour qu'on ne l'entende pas. Elle ne voulait pas que les autres sachent. Elle ne les connaissait pas. Elle ne savait pas comment ils allaient réagir. « Putain, Kate. On peut pas rester ici. Je les connais pas ces types, ils peuvent te faire du mal. Je veux pas. T'es tout ce qui me reste. Y'a plus rien, nul part. C'est horrible... » Et elle se mit à pleurer doucement. Kate caressa de sa main faible les cheveux sales de sa cadette. « Shhhhh » souffla-t-elle, de plus en plus pâle. Elle lui sourit tendrement et ferma les yeux. « Laisse moi me reposer, s'il te plait. »

Abigail se mordit la lèvre, toujours tremblante. Alors elle s'assit au sol, prenant dans sa main frêle celle de sa sœur qui s'endormit presque aussitôt. Abi déglutit avec difficulté. Il lui semblait qu'elle perdait pied, qu'elle était sur le point de perdre les seules personnes qui comptaient le plus pour elle. Elle pensa à Bobby. Elle voulait le voir et qu'il la prenne dans ses bras. Elle voulait qu'il lui chante une chanson. Elle voulait qu'il aille bien, qu'il lui sourit encore et qu'il la fasse rire. Elle voulait le sauver, elle aussi. Mais elle resta là. Déjà parce qu'elle savait qu'elle en était incapable, et parce qu'elle se disait qu'il était entre de bonnes mains. Du moins, elle espérait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: The Heaven Squad [pv. Ziggy, Juliane, Bobby, Abigail, Harriet]   Dim 31 Jan 2016 - 0:08


Alors qu’Harry était toujours isolée dans le couloir, elle entendait que ça s’agitait un peu partout autour d’elle. Selene et le mec chez qui ils étaient visiblement étaient en train d’avoir une conversation apparemment embarrassante et marquée d’hésitations. Alors qu’elle songeait une fois de plus à partir sans que personne s’en aperçoive, l’autre fille brune, aux cheveux ondulés, sortit en trombe de la chambre où elle était avec Robert. Harry se leva d’un bond, comme si elle croyait qu’on pouvait lire dans ses pensées et qu’elle se voyait déjà accusée de traitrise. Mais non, aucune accusation ne résonna à ses oreilles. Elle soupira intérieurement mais se rembrunit devant l’air grave de la fille.

« Bob a besoin d’aide. »

Harry allait répondre qu’elle ne voyait pas en quoi elle pouvait être d’une quelconque utilité, mais on lui saisissait déjà la main, ce qui eut pour effet d’abord un mouvement de résistance. Le contact d’une peau humaine lui avait toujours donné un étrange sentiment de vide. La main chaude de Juliane refermée sur la sienne lui donnait plutôt envie de s’enfuir et d’aller s’enterrer dans un trou en attendant d’être rongée par la fièvre. Mais encore une fois, l’idée de laisser Bob faire n’importe quoi pour n’importe qui ne lui plaisait pas du tout. Elle se laissa donc docilement conduire dans la chambre, oubliant au passage sa batte et son sac. Il ne lui restait pour se défendre en cas de danger que le khukukri qui pendait à sa ceinture. Arrivée dans la chambre, elle se trouva également en compagnie du grand type maigre au prénom bizarre. La brunette prononça son nom. Oui, il était vraiment bizarre. On aurait dit un alias de David Bowie ou un truc du genre. Elle fronça les sourcils l’espace d’un instant alors qu’on lui demandait de tenir Bob, et retint un rictus. Comment était elle censée tenir à elle toute seule, ou avec l’aide dérisoire d’un mec qui devait peser quarante kilos tout mouillé, un mastodonte pareil ? Voyant que la fille était encore plus pâle qu’auparavant, et répugnait sûrement à l’idée de recoudre son ami, elle eut un soupir, et prononça une phrase qu’elle allait sûrement rapidement regretter.

« Hey, euh… je fais de la couture, enfin, j’en faisais, avant tout ce bordel. Le DIY tout ça c’est mon truc quoi… Donc si tu veux, je peux couturer sa plaie. Si tu me donnes cinq minutes pour aller me laver les mains. »

Sans attendre de réponse, elle sortir de la chambre et se dirigea, hésitante, vers la salle de bain. Elle lava ses mains, jusqu’aux coudes, avec précaution, et attrapa au passage dans son sac le tissus qu’elle avait lavé dans l’appartement chic quelques heures plus tôt.
Elle rentra dans la chambre, se saisit de l’aiguille et du fil qu’on lui tendait, et passa le fil dans le chas.

« Bon, tenez le. Il a l’air un peu dans les vapes, alors espérons que ça va pas lui faire trop mal. Je m’y mets. »

Elle s’approcha de la plaie en essayant de garder un visage neutre, et observa la profondeur de la plaie. On voyait les tissus adipeux à quelques millimètres de la surface de la peau. Elle avait lu qu’il fallait toujours suturer les couches internes d’abord mais ça lui paraissait impossible de faire ça sans le matériel adéquat. Il fallait qu’elle réfléchisse vite. Elle décida alors de coudre gros. Elle prit une grande inspiration, pinça les bords de la plaie ensemble d’une main, et se mit à coudre à petits points, faisant un nœud et coupant le fil à chaque point. Elle se mordait la lèvre pour ne pas trembler, consciente que les conditions n’était pas vraiment adéquates pour faire une suture d’urgence.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Selene Sweetnam
leader | Messiah
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/11/2015
Messages : 1262
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: The Heaven Squad [pv. Ziggy, Juliane, Bobby, Abigail, Harriet]   Dim 31 Jan 2016 - 17:03

« Jilly ». C’était ce qui lui restait quand Ziggy l’abandonna dans la cuisine : ce surnom et un goût amer. Oh oui, elle avait aimé qu’il la prenne dans ses bras, qu’il effleure subrepticement son dos, qu’il lui sourit. Pourtant, il n’avait pas caché sa proximité nouvelle avec la photographe. Outre la jalousie, Selene commençait à ressentir quelque chose qui ressemblait à de l’injustice. C’était elle qui avait bravé l’extérieur, elle qui avait tué une dizaine de rôdeurs de ses propres mains, elle qui avait sauvé Bobby certaines fois, elle qui avait affronté le froid cruel de cet hiver apocalyptique. C’était elle qui méritait toute l’attention, pas Juliane.

Alors qu’elle s’affairait à préparer le poêle à charbon, et qu’elle se brûla – bien comme ne lui avait pas recommandé son aîné – la musicienne ruminait des pensées venimeuses. Le magicien lui avait-il une seule fois demandé comment elle allait ? Avait-il essayé de savoir ce qu’ils avaient traversé ? S’était-il assurée qu’elle n’était pas blessée ou malade ? Non. Et le géant n’était pas une excuse. Car, par exemple, au lieu de la bazarder aux fourneaux pour retourner voir « Jilly », il aurait pu choisir ce moment d’intimité pour lui parler. Ou lui poser rien qu’une question : Selene, comment tu vas ?

L’eau était dans le poêle. L’étudiante plongea ses yeux bleus dans l’âtre rougeoyant, poussant un long soupir. A quoi bon ? La mort rongeait ses sentiments de toute façon. Chaque minute qui passait, son âme se tournait un peu plus vers la folie. Mieux valait y sombrer seule. Ses lèvres se pincèrent, décolorées, et passa une main dans ses cheveux sales en quittant la pièce.

Dans la chambre surpeuplée, le dispensaire improvisé ferait pâlir un inspecteur sanitaire. Kathelyn dans les vappes, Bobby… aussi ? Leur groupe ne semblait pas préparé à bouger prochainement. Pourtant, il le faudrait. Selene ne tenait pas à amener le sujet dans l’instant, mais ils devraient se faire à l’idée. Tous. Plus longtemps ils restaient dans Seattle, plus leurs chances de survie s’amenuisaient. Bientôt ce serait sans espoir. Les montres les encercleraient, jusqu’à l’asphyxie.

La musicienne s’était approchée d’Abigail, toujours au chevet de sa sœur. Elle la regarda un instant, impassible, statue de craie trop éprouvée pour son âge. Finalement, elle s’assit à ses côtés. L’arme dans sa ceinture lui faisait mal au dos, mais il était hors de question de s’en séparer désormais. Même si elle était une piètre tireuse, le glock 17 lui insufflait une illusion de sécurité parfaitement bienvenue. Ignorant le petit groupe autour de Bobby, l’étudiante murmura à la blonde :

- J’ai perdu mon père, au tout début de l’épidémie. Il s’est fait mordre, est allé à l’hôpital et… je l’ai jamais revu, il n’a jamais pu rentrer.

Une boule se formait dans sa gorge. Bloquant presque sa respiration. Selene n’avait aucune façon de connaître la véritable portée de ses paroles, elle pensait bien faire. Voir l’amie de Robert tenir désespérément la main de son ainée alitée lui faisait mal. Son empathie n’était pas encore gangrénée, ni sa compassion. La douleur d’Abigail la heurtait de plein fouet.

- Ce que je veux dire… c’est que je comprends ce que tu ressens. Si j’avais pu être là et veiller sur mon père, je l’aurais fait… il était ma seule famille, un sourire triste fendit ses traits alors qu’elle marquait une pause, tu peux le faire. On est pareilles toutes les deux je crois… on a l’air de deux gamines complètement pommées, mais on serait prêtes à tout pour ceux qu’on aime…

La jeune femme n’était pas certaine de mesurer la portée de ses paroles. Ou en tout cas, elle en avait peur. Car savoir ce qu’elle était prête à accomplir pour préserver les siens la ferait basculer. Hors de son corps, hors l’espèce humaine. Un monstre.


Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en bas
Ziggy Haring
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 203
Age IRL : 22

MessageSujet: #E39024   Dim 31 Jan 2016 - 23:36

The Heaven Hope | Pv. Juliane, Selene,
Bobby, Abby & Harriet

Est-ce que le moment était celui des grandes paroles ? Pas vraiment. Est-ce qu’il était temps de faire des farces, d’exprimer ses sentiments ou même de ne penser qu’à soi ? Non plus. Ziggy prenait sur lui pour garder son calme et pour pouvoir faire face à cette vague de victimes de l’Apocalypse dans son appartement. Qu’est-ce qu’il lui avait prit de faire venir tout ce petit monde ici. Pour sa défense, il ignorait que Selene et Bobby allaient s’ameuter avec trois nouvelles âmes à leur côté.

« Hein quoi ? » Avait balbutié Ziggy en se laissant entraîné à l’intérieur de sa propre chambre. Vu la corpulence de Bobby, le magicien faisait la grimace en priant pour que son lit ne casse pas. Mais Juliane affichait une mine tellement paniquée que Ziggy secoua la tête pour se ressaisir. « Dégueulasse… » Commenta-t-il en constatant la blessure du géant, approchant ses doigts sans effleurer la zone, juste pour bien se rendre compte. Harriet, la jolie blonde au regard de paumée fût happée dans la pièce par Juliane avant même qu’elle ait eu le temps de dire ouf, pour finalement admettre qu’elle s’y connaissait assez pour tenter le coup. Elle connaissait moins Bobby et selon Ziggy, c’était une raison suffisante pour la laisser faire.

Ziggy déboutonna alors les boutons de ses manches pour retrousser ces dernières jusqu’aux coudes, en jetant un regard appuyé à Juliane. « Eh dude, ça va ? Bon écoute. » Il avait grimpé sur le lit, à côté de Bob, en lui saisissant tout doucement le bras. « Ca risque de piquer un peu. Mais t’es un grand garçon hein, ça devrait aller ! Ensuite tu prendras un bon repas, un p’tit médicament et au dodo… On fait comme ça ? » Il s’adressait à lui comme à un enfant parce qu’il ne savait pas exactement si Bob était simplement un campagnard innocent ou s’il souffrait réellement d’un quelconque retard. Dans les deux cas, il avait choisit ses mots avec soin, surtout pour le rassurer. Le magicien leva les yeux vers Juliane et tenta un léger sourire aux coins des lèvres qui parviendrait peut-être à la rassurer aussi.

Lorsque la jeune fille revint dans la pièce, après s’être lavé les mains, Ziggy se tint près, appuyé sur les genoux sur le matelas, prêt à maintenir de son possible Bob. Il paraissait tellement immense, davantage étant donné qu’il était tout recourbé par la douleur. De là où il était, Ziggy pouvait voir les veines de ses bras ressortir à cause de la pression et de la douleur qu’il devait sans doute ressentir. À cet instant, le magicien se sentait privilégier d’être resté ici avec Juliane à refaire le monde, pendant qu’eux en avaient bavé à l’extérieur. Une raison de plus de tenir le siège. « Quelle merde… » Glissa Ziggy en pestant, les dents serrés pendant qu’il tenait Bobby.

« J’ai un accro sur ma veste en velours, tu pourrais y jeter un œil ? » Lâcha Ziggy à Harriet avec un petit sourire. Ben quoi ? Il essayait de détendre l’atmosphère comme il pouvait en essayant au passage de mettre à l’aise à la jeune fille qui n’avait pas décroché un sourire depuis qu’elle était arrivée ici. « On y est presque grand machin, ça va aller. » Répéta alors Ziggy à l’adresse de Bob en espérant qu’il ne sombre pas totalement dans le coma, en lui donnant une énorme tape dans le dos pour le réveiller un peu.

Et encore, Ziggy ne savait pas encore se qui se tramait dans la pièce d’à côté.



"J’aime bien les hyènes. Parce que la hyène c’est un animal dont on parle jamais alors que c’est un animal qui peut être très important ! Parce que moi je trouve qu'être ami avec une hyène souvent c’est plus important qu’être ami avec... avec des vrais amis. C’est... Elle vous protège. Si y’avait du danger et ben « Et ben moi, et... je suis ami avec une hyène » Alors la évidement !"
Revenir en haut Aller en bas
http://fanficamplificatum.blogspot.fr/
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: The Heaven Squad [pv. Ziggy, Juliane, Bobby, Abigail, Harriet]   Aujourd'hui à 19:35

Revenir en haut Aller en bas
 

The Heaven Squad [pv. Ziggy, Juliane, Bobby, Abigail, Harriet]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» HIGHWAY TO HEAVEN ♥ welcome in New Heaven
» Stairway to Heaven
» the falcon squad
» Abigail Williams
» Bobby Ryan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-