Partagez | .
 

 The Heaven Squad [pv. Ziggy, Juliane, Bobby, Abigail, Harriet]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Auteur
Message
Bobby Smith
Lost Angels
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 02/11/2015
Messages : 1589
Age IRL : 39

MessageSujet: Re: The Heaven Squad [pv. Ziggy, Juliane, Bobby, Abigail, Harriet]   Dim 31 Jan 2016 - 23:50

Bobby était la proie des engeances démoniaques de la fièvre. Son corps était moite de sueur. Ses cheveux trempés collaient à ses tempes brûlantes. Ses mains immenses pendaient inertes, désarmées. Elles étaient couvertes du sombre rouge du sang séché. Son horrible faciès était exsangue et avait un teint cireux, blafard, guère bien différent de celui qu’affichait les infectés qui trompaient la mort. Des cernes marquaient des poches sombres sous ses yeux. Tout son être semblait être ardemment désiré par l’ultime maitresse de tout un chacun. Les mains griffues et froides de la mort semblaient caresser l’âme si pure et humaine de la bête. Il ne voyait plus les gens dans la pièce avec lui, il n’entendait que des murmures. Des sortes de grattements sur le bois en vérité. La faucheuse descendit graduellement la chaleur corporelle de l’être de cauchemar, aidé par l’expulsion progressive du fluide vital qui circulait dans ses veines. Il ne sentait aucune honte, aucune gêne d’être entourer par deux anges et un homme bon. Bobby n’avait aucune conscience de leur présence. Juste la voix de son amie semblait être encore en mesure de percer le voile qui tombait graduellement sur les yeux bleutés si purs du colosse difformé.  La douleur avait fait place à une léthargie de mauvais augure. Robert jeta ses dernières forces dans la bataille contre l’inconscience, car Juliane lui avait demandé de rester avec elle. La voix rauque et pâteuse de l’homme si souvent brisé et rejeté s’extirpa avec faiblesse de sa gorge.

Robert- Merci Juliane d’être encore là… Euh… Tu peux remercier de ma part Selene, Harry, Ziggy et Abi d’avoir été si gentils avec moi… Euh… On est encore seuls?

Tendant une main tremblante sur le lit, percutant de sa main malhabile et grossière les coffrets de velours installé près de lui, Bobby essaya d’en prendre une.

Robert- Tu peux donner la boite verte à Abi ? Je n’ai pas pu la ramener en Irlande alors j’espère qu’elle va me pardonner… Euh… C'est un ange tu sais? C’est bien un symbole de l’Irlande au moins?

Reprenant sa respiration sifflante et saccadée, comme si le colosse venait de franchir le cordon d’arrivée d’un marathon, Robert se tue un instant. Essayant de ravaler une saline de plus en plus inexistante, Bobby continua dans un murmure. Les coups d'aiguilles d'Harry qui perfora la peau de colosse, tentative de colmater la vie qui s'échappait à gros bouillon de la plaie vicieuse, étaient comparable à des punaises sur le cuir d'un cabot. Dans l'état de faiblesse de l'homme difforme, il ne sursauta pas ni ne fit de grimace de douleur.

Robert- La boite bleue c’est pour Selene… Euh… Pour la remercier de m’avoir fait toucher un bout du paradis avec la musique de son piano et d'être rester avec moi pour me ramener à la maison… Euh… Et les pierres sont comme ses yeux…

Souriant bêtement, un sourire toutefois apaisant et même bienveillant, le colosse rajouta.

Robert- Pour Harry et Ziggy, je vais aller plus tard leur trouver une petite pensée…


Juste avec ces simples, actions, ces simples paroles, le mastodonte venait de prouver aux multitudes d’oreilles indiscrètes et invisibles autour de lui qu’il ne pensait même pas à lui. Il ne songeait qu’au bonheur et à la sécurité de tous. Fermant ses yeux doucement, la respiration de l’homme déformé se fit distante, presque inexistante. Seul indice que le géant au cœur d’or vivait encore fut la barrique qui lui servait de poitrine se soulever régulièrement.  Des roulements sous les paupières de l’être au faciès de cauchemars indiquaient une lutte pour ne pas plonger dans le néant. Lorsqu'il parvint enfin à ouvrir les yeux, une larme unique et scintillante comme du cristal se forma, dévalant sa joue blanchâtre et mal rasée. Un murmure s’échappa alors des lèvres gercer et exsangues du mineur.

Robert- Ils y a trop de méchants qui mordent et des méchantes personnes en ville… Euh… J’aimerais beaucoup que tout le monde puisse être en sécurité dans la montagne… Euh… Le gros chalet que je voulais te faire en surprise. Au nord du notre à environ quarante minutes de marches… Vous serez bien là-bas… Euh… Je peux m’endormir là? J’ai très froid mon amie.  C'est bien la seconde étoile?

Le corps massif de l’être qui avait maintenant la blancheur et la froideur de la neige commençait à osciller vers l'arrière.  Comme si les bras réconfortant et doux de l'inconscience n'attendaient que recueillir l'homme n'ayant connu que souffrance et tristesse...

Colliers des anges:
 



Perdre les gens qu'on aime vous affecte en profondeur. La douleur est ensevelie dans votre corps, votre âme et votre cœur. Et en résulte alors un énorme gouffre de souffrance et de douleur. Ce gouffre peut transformer un être de lumière en ténèbres...
Revenir en haut Aller en bas
Juliane Lyndey
Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 614
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: The Heaven Squad [pv. Ziggy, Juliane, Bobby, Abigail, Harriet]   Lun 1 Fév 2016 - 8:03




The Heaven Squad




Lorsque son regard croisa celui de Harry, Juliane devait avoir l’air bien désespérée. Bob était complètement dans les vapes, racontant pratiquement n’importe quoi. Jill se pinça les lèvres entre elle, les mains tremblantes, elle hocha la tête frénétiquement pour faire comprendre à Harry que oui, elle voulait bien qu’elle le fasse à sa place. Elle la laissa quitter la pièce, son regarda passant du visage cireux de Bob à celui tendu de Ziggy. Elle avait vu son sourire, ce sourire qu’il ne cessait d’employer depuis leur rencontre pour tenter de la rassurer. Mais là, Juliane avait sans doute besoin de plus que ça. Sans compter qu’une colère sourde la rongeait.

D’une voix étranglée par la peur et cette colère dirigée contre Robert Juliane siffla entre ses dents : « -tais-toi j’ten pris garde tes forces. » Tout à fait le mélange un peu absurde qu’elle voulait voir. Qu’il se la ferme et arrête de la gonfler avec ses bijoux destinée à des nanas qu’elle ne connaissait pas, et qu’il s’accroche pour éviter de mourir aujourd’hui. « -c’est pas le moment… » ragea-t-elle en maintenant la pression de ses mains sur la plaie, priant pour qu’Harry fasse vite pour revenir. Lorsqu’elle fut là, Juliane se positionna à son tour pour maintenir Bob au cas où. Mais il était tellement à la masse qu’on avait l’impression qu’il ne ressentait rien. Elle regarda Ziggy tenter de faire de l’humour. Comment faisait-il pour rester fidèle à lui-même malgré tout ça ?! Elle appréciait le fait qu’il tente de rassurer ou de résonner Bob, peut -importait les mots qu’il employait. En fait, Bob était dans son délire et quoi qu’ils disent les uns ou les autres, cela ne changeait rien.

Juliane détourna quelques secondes le regard des mouvements que faisait Harry, prenant sur elle parce qu’il s’agissait de son géant allongé ici à deux doigts d’y passer. Elle n’aurait jamais pu faire médecin. « -oui oui on sait… Et on ira voir demain. » Il l’énervait autant qu’il faisait souffrir son cœur d’être encore une fois trop gentil et de vouloir sauver la terre entière.

Lorsque les points furent terminés, Juliane put détendre son emprise, fixant Harry d’un regard plein de reconnaissance tout en se mordant les lèvres. Maintenant comme l’avait dit Ziggy, dodo. La casse repas ça serait pour plus tard. De toute façon Bob semblait déjà être parti dans le monde des rêves. Juliane vérifia quand même la présence d’un battement de cœur. C’était ok…

Elle se redressa, passant ses cheveux derrières ses oreilles, soufflant un bon coup avec lenteur. Elle prit la couverture qu’elle avait dans son sac, hors de question de ruiner tous les biens du magicien, et elle couvrit Bob du mieux qu’elle le put. « -repose toi… je reviens dans un moment… » Sa main caressa le visage du géant, ses yeux retenant encore et toujours des larmes, ne sachant même pas s'il l'entendait. Reculant de quelques pas, elle se tourna vers Harry et souffla : « -j’te connais pas, mais… Merci. Je considère que j’ten dois une. » Elle aurait pu lui sauter au cou, la prendre dans ses bras… Mais pour le moment, la seule chose que voulait Juliane s’était de se retrouver seule.

Pas besoin de mot pour Ziggy, un simple sourire forcé masquant avec peine son besoin de lâcher les vannes, et elle savait qu’il comprendrait ce que ses yeux voulaient lui dire. Juliane déglutit avec difficulté, avant de dire : « -on a plus qu’à le laisser dormir…" Elle déposa les boites à bijoux sur la table de nuit, Bob s’en chargerait tout seul plus tard. Puis elle ouvrit la porte et sortie à la suite du magicien et badass girl. Sa main frôla celle de Ziggy et elle lui souffla : « -j’reviens dans pas longtemps… » Elle avait besoin d’air, de s’éloigner durant quelques minutes, une petite demi-heure peut-être.  Sans attendre de réponse, elle quitta la pièce, prenant sa veste au passage pour descendre à l’étage inférieur.


AVENGEDINCHAINS



Il fut un temps où tu étais sauvage
ne les laisse pas te dompter...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: The Heaven Squad [pv. Ziggy, Juliane, Bobby, Abigail, Harriet]   Lun 1 Fév 2016 - 13:29

Elle entendit les pas s'approcher derrière elle. Sans bouger, elle laissa la jeune fille s'installer près d'elle. Au fond, elle avait déjà lu dans ses yeux qu'elles se ressemblaient. Toutes deux étaient jeunes, et beaucoup trop innocente pour une vie comme celle-ci. Elle avait vu à l'expression de son visage qu'elle ne comprenait pas, qu'elle était perdue. Abi sentait elle aussi le sol se dérober sous ses pieds. Elle sentait le tourbillon de l'angoisse l'emporter et elle ne pouvait pas lutter. Elle n'en avait pas la force.  

« J’ai perdu mon père, au tout début de l’épidémie. Il s’est fait mordre, est allé à l’hôpital et… je l’ai jamais revu, il n’a jamais pu rentrer. »

Abigail se raidit subitement. Elle se figea, serra un peu plus fort la main de sa sœur dans la sienne et déglutit difficilement. Elle ne savait pas si Selene savait pour la morsure de Kate, mais ses mots résonnaient dans sa tête.

« Ce que je veux dire… c’est que je comprends ce que tu ressens. Si j’avais pu être là et veiller sur mon père, je l’aurais fait… il était ma seule famille... Tu peux le faire. On est pareilles toutes les deux je crois… on a l’air de deux gamines complètement pommées, mais on serait prêtes à tout pour ceux qu’on aime… »

Abi releva le visage vers la jeune fille. Doucement, elle lui sourit tristement, comme pour la remercier d'être à ses côtés, à ce moment précis. Ses yeux se remplissaient à nouveau de larmes et elle avait la sensation qu'un lien les unissait à cet instant. Elles étaient deux enfants. Abi ouvrit la bouche pour lui répondre, pour lui dire merci. Mais Julianne sortit de la pièce où elle était enfermée avec Harriet et Ziggy pour s'occuper de Bob. Elle ne demanda pas à la brune comment il allait. Elle voulait le voir d'elle-même.

« Je... Je vais voir comment va Bobby. » dit-elle simplement à l'attention de Selene. Elle se leva et commença à se diriger vers la chambre où était allongé son ami. Mais elle s'arrêta subitement et se retourna vers la poupée de porcelaine. Doucement, elle s'agenouilla près d'elle.

« Je suis désolée pour ton père. » débuta dans un presque chuchotement Abi. Elle aurait voulu continuer, lui dire que tout irait bien, que tout allait être bientôt terminé. Mais elle n'y arriva pas. « Tu as raison. Je crois qu'on est pareilles et... tu peux compter sur moi. » Elle posa délicatement une main sur l'épaule de Selene, sur laquelle elle exerça une légère pression, pour lui montrer qu'elle était là et que leur ressemblance faisait qu'elle ressentait un lien quasi inexplicable qui pouvait les lier. Elle lui sourit, murmura un « je reviens », se leva, jeta un dernier coup d'oeil à sa sœur avant de se précipiter dans la chambre où Robert était.

Lorsqu'elle le vit allongé sur le lit, blanc comme un linge, elle se stoppa net. La vision de son protecteur dans cet état lui glaçait le sang. Il avait tout donné pour eux. Il était son pilier dans ce nouveau monde de fou. Lentement, elle s'approcha de lui. Elle aurait voulu le laisser dormir, mais l'envie de le toucher fut plus forte. Doucement, elle laisse ses doigts glisser sur la peau abîmée de ses bras. L'épiderme glacé du géant la fit frissonner. Alors, elle s'agenouilla près du lit et posa sa tête blonde sur le torse de Bobby. Boum boum... Boum boum... Boum boum... Les battements de son cœur qu'elle écoutait étaient lents. Mais il était vivant et elle s'en réjouissait. Elle attrapa la main de Robert et la serra. Puis, elle ferma les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: The Heaven Squad [pv. Ziggy, Juliane, Bobby, Abigail, Harriet]   Lun 8 Fév 2016 - 1:33




Alors qu’elle recousait la plaie béante de Bobby, Harriet entendit le grand gars lui demander si elle pourrait recoudre sa veste. Elle eut d’abord envie de lui envoyer une réplique cinglante, puis compris qu’il s’agissait d’humour. Ses compétences sociales étaient décidemment au plus bas. Un sourire fin déchira son visage en deux, et elle eut même un petit rire.

« Pourquoi pas, faudra que tu me montres ça après. »

Pendant qu’elle continuait son ouvrage, elle entendait Bobby déblatérer n’importe quoi à propos de cadeaux à faire à des anges. Il avait clairement un problème d'ordre mystique, ou religieux, enfin un truc du genre. Il délirait probablement, mais d’un coup d’œil elle comprit qu’il voulait vraiment offrir des bijoux aux deux plus jeunes filles du groupe. S’efforçant de ne pas trembler, elle secoua la tête. C’était vraiment pas le moment de faire des cadeaux… Cet altruisme sans bornes allait sûrement l’insupporter rapidement. L’hôte tenta également de rassurer Bobby tandis que Juliane lui disait, en gros, de la fermer. Harry termina rapidement sa tâche, noua le dernier point, coupa  de nouveau le fil. Ses genoux craquèrent bruyamment quand elle se releva, et elle poussa un grognement sourd en redressant son dos.

« C’est bon. C’est fini. C’est pas top mais j’ai fait du mieux que j’ai pu. »

Ils se redressèrent tous les trois tandis que Bobby sombrait dans un sommeil comateux. Lorsque Juliane la remercia, Harry ne sourit pas. Elle se contenta de gratter sa nuque avec sa main gauche, et de hocher la tête en se raclant la gorge. Elle n’était pas équipée pour réagir correctement à ce genre de situation. Plutôt que de rester ici à ne rien faire si ce n’est répandre son awkwardness, la jeune femme préféra sortir rapidement de la pièce et, une fois dehors, en profita pour s’étirer en faisant craquer le maximum de ses os. Puis elle traversa l’appartement, jusqu’à la cuisine, en passant devant le salon où Selene et Abigail avaient manifestement une conversation très profonde et émouvante. Bon, soyons honnêtes, c’était pas vraiment son domaine d’expertise, les adolescentes et leurs états d’âmes, et elle préféra éviter de s’introduire dans ce qui semblait être les prémisces d’une amitié. Aussi, elle s’engouffra dans la cuisine où le poêle contenait un gros faitout rempli d’eau. Elle roula des yeux. Qui, à notre époque, possédait encore un poêle ? Sans déconner ? Personne, tout bonnement personne à part les bûcherons qui vivaient dans les bois, et les hurluberlus qui portaient des vestes en velours et tenaient des boutiques de magie, apparemment. Elle ignorait tout de la disposition de la cuisine, et même si le chapardage et la fouille avaient été son lot quotidien depuis que c’était vraiment le bordel, elle préférait éviter d’avoir recours à ce genre de méthodes avec un autre humain approximativement civilisé. Aussi, sans sourciller, elle sortit de nouveau de la cuisine et se mit à la recherche de Ziggy qu’elle trouva rapidement. Elle s’approcha de lui et toussa discrètement pour attirer son attention.

« Uh… Tu as de l’eau qui bout dans ta cuisine. J’ai préféré éviter de fouiller… Alors voilà je suis venue te prévenir. Mais tu peux me montrer cette fameuse veste sinon. »

Elle balançait le poids de son corps d’un pied sur l’autre en se mordillant l'intérieur de la joue, sans savoir vraiment quoi dire ou faire. Aucun sourire n'éclairait son visage et ses yeux exprimaient quelque chose entre un profond ennui et une certaine curiosité. Ces gens étaient pour la plupart de parfaits inconnus et elle avait fait la connerie de s’embarquer avec eux.
Revenir en haut Aller en bas
Selene Sweetnam
leader | Messiah
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/11/2015
Messages : 1312
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: The Heaven Squad [pv. Ziggy, Juliane, Bobby, Abigail, Harriet]   Lun 8 Fév 2016 - 13:29

Quand Abigail pressa son épaule, ses lèvres se serrèrent. Cette compassion ravivait les souvenirs de son père disparu du jour au lendemain. Emporté par les prémices de la fin du monde. Parce qu’il n’avait pas eu de chance, simplement. Ça aurait pu être elle. Mais elle, fragile, faible, avait survécu. Ses yeux bleus suivirent la blondinette quand elle s’en fût mais ils ne la voyaient pas vraiment. Les images sanglantes de ce qu’elle avait enduré se redessinaient dans le vide. Le flic agonisant qu’elle avait achevé en point d’orgue. Cette vision tonnait comme un cor wagnérien, encore, et encore.

Selene se releva. Il fallait qu’elle finisse les pâtes, l’eau devait bouillir désormais. Seule dans la pièce, elle osa regarder Kate, inconsciente. Celle-ci était d’une blancheur presque cadavérique, elle semblait avoir des sueurs froides et tremblait légèrement, comme en proie à un affreux cauchemar. Pour quelqu’un qui s’était seulement égratigné le genou, elle souffrait beaucoup trop. Elle devait avoir chopé une mauvaise grippe ou…

La musicienne étouffa une exclamation dans sa main. Une tache rouge s’élargissait sur le drap, au niveau d’une cuisse. Après un coup d’œil circulaire pour s’assurer que personne ne venait, elle découvrit la parcelle de peau qu’Abigail s’était appliqué à cacher. Une marque de morsure qui saignait lentement, même pas soignée. Kate pourrait s’inquiéter d’une infection si les conséquences n’étaient pas plus graves encore.

Le cœur de Selene accéléra. Que faire ?! Si elle l’annonçait à tout le monde, nul doute que le débat serait difficile. L’étudiante elle-même était déchirée encore la raison qui lui susurrait d’achever cette pauvre fille et la compassion qui lui interdisait ce geste. Tout en cachant la blessure à son tour, s’assurant que les parties ensanglantées du drap ne soient plus visibles, elle réfléchissait. Le dire à Ziggy ? Elle voulut le faire, jusqu’à ce que sa décision soit vampirisée par la jalousie. Si elle le confiait au magicien, il en parlerait à Juliane et… ça ne serait plus un secret.

- Merde…

Sa main effleura la bosse crée par son couteau dans sa poche. C’était si simple… elle pouvait tout arrêter là, sans le dire à personne. Kate ne souffrirait plus, Abigail ne vivrait pas de déchirant combat intérieur et… et… et elle sombrerait. Pourtant c’était impossible ! Euthanasier le policier, ça avait été facile. Elle avait peur, sa gorge avait été arrachée, il se noyait dans son sang. Là…

- Merde ! souffla à nouveau Selene en quittant la pièce.

Dans la cuisine, elle fouilla un peu pour mettre la main sur les réserves de nouilles dont parlait Ziggy. Rendue maladroite par ses tremblements, elle fit tomber une pile entière, deux fois, les rangea de travers, se brûla encore, et claqua la porte du poêle sans le vouloir en le refermant. Elle n’avait plus faim, elle avait la nausée. Son cœur rebondissait sur son estomac, maltraité par un secret trop lourd. Elle savait ce qui se passerait quand la sœur de l’irlandaise mourrait, elle le soupçonnait fortement du moins, et alors… combien de victimes compteront-ils ?

Se mordant les lèvres, la musicienne quitta la cuisine. Heureusement, elle ne trouva qu’Abigail au chevet de Bobby. Cette dernière tenait la main du géant et s’appuyait contre lui, les yeux clos. Selen regarda dans son dos : personne. Elle avait juste le temps. Accélérant la cadence, elle s’approcha et s’agenouilla prêt de son aînée, une impression de déjà-vu.

- Ta sœur, elle s’est fait mordre, murmura-t-elle sans transition.

Sa voix ne laissait plus transparaître aucune émotion. Elle était une poupée sans âme, aussi glacée qu’elle comprenait la douleur de la blonde. Ses yeux bleus ne s’arrachaient pas des siens, il fallait qu’elle comprenne la gravité de la situation.

- Je suis presque sûre… quand les gens se font mordre, c’est terminé. Ils deviennent comme ces… trucs dehors, continua-t-elle à voix basse. Nouveau coup d’œil par-dessus son épaule, je ne sais pas ce que diront les autres en l’apprenant, alors… il faut s’en occuper. Vite.


Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en bas
Ziggy Haring
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 203
Age IRL : 22

MessageSujet: #E39024   Mer 10 Fév 2016 - 13:50

The Heaven Hope | Pv. Juliane, Selene,
Bobby, Abby & Harriet

En fait, Ziggy avait envie d’envoyer tout le monde se débrouiller. Se débrouiller, mais hors de chez lui. Il resta tout de même patient et maintenu Bobby qui pétait littéralement les neurones qui lui restaient. Ziggy poussa un soupire et roula les yeux dans les orbites en posant un regard blasé sur Juliane avant d’abaisser son regard sur la petite blonde. Celle-ci devait avoir du mal à cerner le magicien. Est-ce qu’elle avait raison ? Oui, sans doute. Elle était sans doute la seule à avoir perçu son extravagance comme une raison de ne pas lui faire entièrement confiance. Ziggy se contenta alors de laisser le corps imposant de Bobby s’allonger dans ses draps, avant de déglutir en voyant tout le sang qui avait tâché les draps.

« Super boulot Miss Daisy ! » S’exclama alors Ziggy en direction d’Harriet, un sourire aux lèvres. Elle ne devait pas être assez familière de ce genre de petites blagues, mais tant pis pour elle. Ziggy voulait simplement que tout le monde soit sur pieds pour déguerpir de chez lui. Il les accompagnerait volontiers mais ne pourrait pas se résoudre à les suivre at vitam aeternam. Juliane quitta alors la pièce. Elle avait besoin de souffler, et Ziggy pouvait tout à fait le comprendre. Bobby n’était pas revenu qu’avec Selene, rien n’avait à voir avec ce qui était prévu, et c’était déstabilisant. Mais le magicien était le plus chamboulé, bien que ses émotions à lui soient complètement perturbées et donc pas si visibles que ça.

N’allez pas croire que Ziggy était insensible au sort des personnes qui l’avait rejoint, bien sûr que non. C’est juste qu’il pensait avant tout à son propre bien-être, à ses biens, parce que c’était tout ce qui lui restait. Ziggy sorti alors de la pièce lorsqu’Abi y entra, assez touchée par le géant qui l’avait probablement protégé. Il y laisserait sa peau, c’était ce à quoi pensait Ziggy en les voyant tous les deux, avant de tourner la tête et d’avancer vers le salon. Si le géant s’amusait à aider tout le monde, les gens profiteraient de sa carrure et de sa naïveté pour survivre à ses dépends. C’était logique.

Quand Ziggy arriva dans le salon, il rencontra alors Harriet qui lui parla directement. Il haussa les sourcils avant de sourire à la jeune fille. « Non mais j’déconnais, ça presse pas. T’as fait du bon boulot miss. » Il tendit le cou vers le canapé sur lequel agonisait étrangement la sœur d’Abi, et reporta son attention sur elle. « Tu sais comment elle s’est blessée ? Parce que si elle s’est fait mordre ou quoi y a pas trente-six solutions. » Sa voix était légèrement plus sèche, plus sérieuse autant que pouvait l’être Ziggy, parce qu’il était catégorique sur ce point. Cela ne lui ferait pas grand-chose d’abattre une personne infectée, parce que tout le monde savait ce que cela voulait dire.

Il se dirigea vers elle et passa sa main sur son front, avant de faire volte-face vers Selene et Harriet. Elle était en sueur et semblait vraiment mal en point. Selene était dans la cuisine et avait un air complètement paniqué sur le visage. Ziggy fronça les sourcils et se leva du canapé pour venir poser sa main sur l’épaule de Selene. « Eh… C’est quoi l’embrouille ? » Il fronça les sourcils avant de pointer d’un geste de la main la jeune femme allongée sur le canapé. Il tourna la tête à gauche et à droite avant de voir où était Juliane. Elle devait être à la boutique, au rez-de-chaussée. « Dis à ta copine de venir dans le salon, j’arrive. » Indiqua-t-il alors à Selene avant de poser les yeux sur elle. Il fit la moue, esquissa tout de même un petit sourire en coin, plus pour la forme qu’autre chose, et descendit quatre à quatre les marches de l’appartement pour rejoindre le magasin. La porte de la remise était ouverte.

« Juliane ? Faut que tu viennes, y a un problème j’crois. » Il serra les poings et les enfonça dans ses poches. « C’était pas sensé se passer comme ça… » Commenta-t-il avant de soupire et de faire un grand sourire pour se donner de la contenance. Enfin, il tendit sa main à la jeune femme pour qu’elle l’accompagne en haut.


"J’aime bien les hyènes. Parce que la hyène c’est un animal dont on parle jamais alors que c’est un animal qui peut être très important ! Parce que moi je trouve qu'être ami avec une hyène souvent c’est plus important qu’être ami avec... avec des vrais amis. C’est... Elle vous protège. Si y’avait du danger et ben « Et ben moi, et... je suis ami avec une hyène » Alors la évidement !"
Revenir en haut Aller en bas
http://fanficamplificatum.blogspot.fr/
Bobby Smith
Lost Angels
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 02/11/2015
Messages : 1589
Age IRL : 39

MessageSujet: Re: The Heaven Squad [pv. Ziggy, Juliane, Bobby, Abigail, Harriet]   Mer 10 Fév 2016 - 14:15

Le colosse ouvrit des yeux ronds d’étonnement. Il venait de voir son corps grossier et affreux tomber vers l’arrière sur un lit. Il y avait trois personnes dans la pièce. Harry avait les mains couvertes de sang, son sang ce que le monstre de foire comprit avec inquiétude, et elle se leva pour sortir. Ziggy suivit le même chemin, l’air soucieux. Mais ce qui mit la hache dans le cœur du mastodonte, récoltant une nouvelle cicatrice au passage, fut de voir Juliane. L’ange à la chevelure cuivrée luttait pour empêcher un déluge de cristaux salés d’inonder son visage sublime. Le colosse ne voulait pas que son amie pleure à cause de sa stupidité. Le mastodonte ressenti la caresse sur son horrible faciès. Non physiquement, car la sensation tactile lui était maintenant interdite, mais comme un baume sur son âme en pleine ascension vers le paradis.

Juliane- Repose toi… je reviens dans un moment…

Il se maudit en voyant la Texane sortir de la chambre de ses douleurs. Bobby se tourmentait en songeant qu’il n’aurait jamais dû sortir de sa cabane dans les bois. Ou mieux qu’il aurait pu trouver le courage une fois dans sa pathétique vie et de mettre fin à ses jours. Comme ça Juliane n’aurait jamais rencontré l’erreur de la nature et elle serait heureuse avec un homme digne d’elle et en sécurité. Car celle qui comptait le plus au cœur parsemé de cicatrices de la bête venait de risquer sa vie pour une de ses folies. Mais bientôt ce sera fini de cette errance terrestre des plus pathétique prendra fin. Car l’esprit désincarné du mineur sentait son corps affreux dégringolé vers la mort. C’était une question de minutes. Quand Juliane passa près de lui, le mastodonte lança une main translucide pour la retenir, pour lui dire qu’elle était la plus belle chose qu’il lui était arrivé dans ce bas monde. Mais l’appendice spectral traversa le corps de la photographe. Seul indice que son geste n’avait pas été vain, Robert crut voir un frisson éclore à la base du cou de la Texane. Et tout d’un coup la porte se referma sur l’esprit qui ne pouvait que contempler son corps recouvert d’une couverture de laine et ne méritant aucune considération de l’ange qui venait de le quitter. Tournant son esprit désincarné vers son immonde faciès monstrueux, Robert remarqua un filin d’argent qui semblait retenir son âme à ce corps torturé. D’instinct il sut que c’était comme une ancre à bateau qui amarrait son esprit à son enveloppe charnelle. L’âme en peine tira sur le cordon pour le faire céder et permettre à tous de ne plus trainer ce boulet que le géant à l’esprit lent était. Mais malgré toute la volonté et la rage que pouvait canaliser l’erreur de la nature, ses efforts furent vains.

Mais la porte s’ouvrit de nouveau et Abigail entra craintivement dans la future chambre mortuaire. Bobby comprenait son hésitation, son appréhension de voir le colosse moribond. Il n’était pas un mannequin lors de son passage sur la terre et maintenant que la faucheuse semblait devenir sa nouvelle compagne, son apparence tombait en décrépitude. Le mastodonte ressemblait maintenant à une aberration qui arpentait le monde en ruine qui se profilait de plus en plus. Un toucher qui fit rêver le monstre de foire fut alors porté par l’ange à la chevelure dorée sur les scarifications que portait son avant-bras découvert. Aucune révulsion de la part de l’Irlandaise qui s’assit sur le lit de souffrance de Robert. L’âme immortelle de l’homme difforme ne croyait aucunement ses yeux désincarnés. Telle une sirène si splendide et au corps parfait, la jeune femme blonde s’échoua sur l’amas rocailleux du torse du golem de chaire. Déposant sa tête au niveau de son cœur labouré par tant de cicatrices, Abi saisit la main de la monstruosité. Sa main douce et si soyeuse disparut complètement dans celle rugueuse et immense du chainon manquant. Tout doucement les fenêtres bleutées donnant un aperçu sur la bonté même de l’être divin se refermèrent.

Tendrement, la main spectrale et translucide de l’esprit du mourant s’avança avec une gêne toute légitime. Robert voulait caresser la chevelure, la cascade soyeuse aux reflets dorés, de l’étudiante. Il ne sut jamais si ce fut son toucher désincarné, un courant d’air ou bien une expiration de son enveloppe mortelle, mais une mèche de cheveux comparable à de l’or en fusion fut déplacée délicatement. S’assoyant à son propre chevet, l’âme pure du monstre de foire se concentra comme il n’avait jamais fait de son existence. Le regard bleuté de Robert vit l’ange ivoirien pénétrer dans la chambre et l’âme merveilleuse de Robert reçut une nouvelle gifle. Sélène souffrait en dessus de son masque impassible. Une souffrance sûrement causée par sa présence épouvantable. Rependant et triste, le golem de chair essaye de parler. Au lieu de sa voix rauque et caverneuse que sa gorge immonde produisait habituellement, une voix spectrale et douce flotta dans le monde des rêves.

Robert- Vous êtes des anges… Euh… Vous devrez vous trouver quelqu’un de mieux que moi, vous savez. Je n’apporte que la tristesse à ceux que j’aime…

Seulement dans le monde physique, un croassement éraillé franchit la barricade de lèvres gercées de la chose monstrueuse. Une légère pression de sa main teintée de rouge accompagna ces quatre mots à peine murmurés.

Robert- Vous êtes des anges…

Une larme solitaire, cristal liquide si précieux, s’échappa de l’embrasure des paupières du colosse. Un mouvement de roulements de ses orbites démontra la lutte que produisait le corps de Robert pour essayer d’émerger. Aucune parole de la musicienne ne s’introduit dans son ouïe mortelle, car une lumière aveuglante venait de surir devant le spectre immense. Une telle clarté que le géant dut porter sa main pour protéger ses pupilles complètement hébétées…



Perdre les gens qu'on aime vous affecte en profondeur. La douleur est ensevelie dans votre corps, votre âme et votre cœur. Et en résulte alors un énorme gouffre de souffrance et de douleur. Ce gouffre peut transformer un être de lumière en ténèbres...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: The Heaven Squad [pv. Ziggy, Juliane, Bobby, Abigail, Harriet]   Aujourd'hui à 5:19

Revenir en haut Aller en bas
 

The Heaven Squad [pv. Ziggy, Juliane, Bobby, Abigail, Harriet]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» HIGHWAY TO HEAVEN ♥ welcome in New Heaven
» Stairway to Heaven
» the falcon squad
» Abigail Williams
» Bobby Ryan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-