Partagez | .
 

 Ruined Xmas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Auteur
Message
Rosaleen A. Glanmor
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/12/2015
Messages : 507
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Ruined Xmas   Sam 12 Mar 2016 - 15:43


Ruined Xmas
ft. Sally




Rosaleen était touchée par l'intérêt avec lequel Sally écoutait ce qu'elle avait à dire, à croire que cela intéressait vraiment la mère de famille et la rousse ne doutait pas une seconde que c'était le cas. Si elle avait eut des à priori sur sa personne à leur rencontre, elle avait appris que l'américaine n'était pas aussi superficielle que le laissait croire sa condition et qu'elle était au contraire une femme relativement terre à terre et consciente de la réalité des choses. La galloise sourit à la question de son amie, haussant légèrement les épaules.

« Mes parents pourraient être apparentés à des ''hippies'', Rosaleen avait fait un signe de guillemets avec ses doigts en riant légèrement, la culture celte est très présente pour eux aussi mais ils n'ont pas les mêmes pratiques que ma grand-mère et moi. »

Elle souriait toujours, repensant à la compréhension dont avaient toujours fait preuve ses parents concernant sa personne, même quand elle était partie en vrille quelques années plus tôt ils lui avait pardonné et l'avaient attendue les bras ouverts. Même quand elle leur avait annoncé qu'elle allait quitter le pays pour tenir une boutique à l'autre bout du monde ; ils n'avaient jamais posé un quelconque jugement négligeant la concernant. Elle avait cette chance et considérait ses parents comme les meilleurs qui soient, les meilleurs pour elle.

La conversation ne pouvait cependant s'éterniser sur ces points positifs et il était évident qu'elle avaient l'une comme l'autre besoin de mettre à plat cette pression militaire qui les tourmentait depuis des mois, et de cette goutte d'eau qui avait fait déborder le vase. Elle réfléchit un instant à la nouvelle question de la brune, replaçant une mèche de cheveux derrière son oreille. Comment faisait-elle pour être aussi positive ? Elle même ne le savait pas, on lui avait seulement inculqué cette façon de voir les choses et c'était devenu totalement naturel pour elle, et il semblait qu'elle avait désormais besoin de cela pour continuer.

« J'imagine que si je ne m'accrochais pas au positif j'aurai déjà perdu pied depuis longtemps. Ce n'est pas toujours simple mais c'est le mieux que je puisse faire. »

La rousse s'en voulait un peu de ne pas pouvoir donner plus d'espoir à son amie mais elle ne pouvais clairement mettre des mots sur ce qui la poussait à être sans arrêt positive, elle se disait simplement que si quelque chose n'allait pas c'était pour une bonne raison, et qu'elle avait encore assez de vies devant elle pour mettre de côté le négatif. Mais comment expliquer cela sans passer pour une illuminée ? Pas qu'elle pensait que Sally la considérerait comme telle, simplement qu'il y avait des croyances à garder pour soi et qu'il y avait des problèmes plus grave en cet instant que ce que Rosaleen pensait de la vie. Elle se mit d'ailleurs à réfléchir à la raison qui avait pu pousser les militaire à agir de la sorte en gâchant leur réveillon. La rousse hocha la tête les sourcils légèrement froncés avant de prendre la parole.

« Même si l'absence de leurs proches est la raison de cet égoïsme, à quoi bon aller aussi loin ? Cette fête aurait mit du baume au cœur à tout le monde, y comprit à eux s'ils avaient daigné s'éloigner un instant de cette crainte constante de ce qu'il y a dehors. »

Parce-que c'était aussi de ça qu'il s'agissait, protéger les civils de ces ''malades'', s'assurer qu'ils n'entrent pas ici. Alors oui, peut-être que quelques minutes d'inattention auraient pu leur être fatal à tous, mais leur acte ce soir là n'avait-il pas été pire que ce qu'il y avait la dehors ? C'était du moins ce que la rousse se disait, persuadée que ce dont on lui disait de se méfier ne pouvait être pire que le reste.

« Comment se porte Russell ? Il doit être un peu secoué... »

La jeune femme se rappelait du visage déconfit de l'enfant, comme si tout son monde s'était écroulé à ce moment précis, et de l'air à la fois désolé et en colère de ses parents. Ils n'avaient rien pu faire, aucun d'entre eux, et c'était bien cette impuissance qui était la source de la colère qu'ils ressentaient tous.

copyright acidbrain


Revenir en haut Aller en bas
Sally Lockharts
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 11/12/2015
Messages : 448
Age IRL : 29

MessageSujet: Re: Ruined Xmas   Jeu 28 Avr 2016 - 15:02

Peut-être que dans son ancienne vie, Sally aurait trouvé Rosaleen et sa famille très étrange, bien loin de ce à quoi elle était habituée. Cela pouvait presque s'apparenter à de la sorcellerie au final et en plus ses parents étaient des sortes de hippies. Pourtant, aucune idée ou réaction de ce type ne lui avait traversé l'esprit c'était même une rafale de question qui lui parvenait que ce soit par rapport à son enfance, comment les gens la percevaient, était-ce quelque chose d'accepté dans la société galloise ou était-ce plutôt caché ? Plus la brune parlait avec son amie et plus elle avait envie d'en découvrir encore plus. Il faut dire que les deux femmes était à la base bien opposée sur des points dans leur vie, peut-être même qu'elles ne se seraient jamais parlées.

Il était évident que Rosaleen et Sally ne fréquentaient pas les même genres de restaurants ou bars, alors comment auraient-elles pu se rencontrer ? S'il y avait bien un avantage à tous ces changements, car il fallait bien en trouver,  c'était au niveau des personnes présentes. Parmi toutes celles présentes dans l'enceinte sportive, à part deux ou trois qui auraient pu attirer l'attention de la brune dans son mode de vie et deux ou trois autres dont la rousse, mais là, pour d'autres motifs, plus personnels et intimes, toutes les autres personnes vivant ici seraient passées inaperçues.

Sally afficha un large sourire à son amie. Elle avait raison, il était nécessaire de s'accrocher au positif et pour cela, rien de bien compliqué pour la quadragénaire, il lui suffisait de penser aux personnes avec qui elle était venue à Emerald ; son mari et son fils. C'était une chance que beaucoup n'avaient pas, elle le savait, il fallait simplement maintenant qu'elle en prenne pleinement conscience et que leur présence soit une force pouvant la faire avancer ou en tout cas pas sombrer comme elle était lentement entrain de le faire. « C'est fou comme malgré ton jeune âge tu es pleine de sagesse. Même si ce que t'as dit peut sembler dérisoire, je peux t'assurer que ce n'est pas le cas. » lui dit-elle en serrant sa main dans les siennes avant de la relâcher.

« Pour la crainte de ces créatures à l'extérieur je peux comprendre, vraiment, mais effectivement cela aurait fait un bien fou à chacun de nous, y compris à eux. Ils auraient pu se relayer dans leurs rondes et venir participer à ce petit réveillon. » C'est vrai après tout, ils ne sont pas non tous plus vingt-quatre heures sur vingt-quatre entrain de surveiller, il y a un roulement et en s'organisant un tant soit peu mieux, la majorité des militaires auraient pu venir quelques instants avec les civils pour partager ce moment, mais non, au lieu de ça, ils ont préféré tout gâcher et se mettre encore plus à dos les gens qu'ils sont sensés protéger.

Dès qu'il était sujet de son fils, Sally sentait des forces venir en elle. Comme toute mère, elle était prête à tout, à donner sa vie s'il le fallait pour son fils, comme pour son époux d'ailleurs. L'expression de son visage changea et un air plus sérieux s'afficha. « Ça va mieux, il a évidemment été plus que chamboulé par ça, mais avec Wade, nous avons essayé de l'occuper, de prendre ça comme une sorte de jeu pour faire passer la chose, mais il a l'air d'avoir compris malgré tout que quelque chose clochait. » La voix de la brune commençait à trembler, elle toussota pour prendre le dessus avant de reprendre « Je me suis promis que ce serait l'unique réveillon qui se passerait de la sorte. Et même si je n'ai aucune idée de la situation dans laquelle nous serons l'année prochaine, je ne veux pas qu'il revive ça. Peu importe si ce n'est pas un Noël comme il a pu en vivre, mais plus jamais un comme celui-ci, ça c'est sûr tu peux me croire ! »

Sally avait beau employer un ton sûr, car c'était ce qu'elle pensait, rien ne lui garantissait qu'il y aurait en premier lieu un autre Noël, mais surtout qu'il ne se déroulerait pas de la même manière. Pourtant, rien ne pourrait lui enlever la conviction qu'elle éprouvait à cet instant, peu importait les épreuves qu'ils devront vivre, elle ferait tout pour que ce désastreux réveillon soit le seul. Ce n'était pas uniquement pour son fils, elle pensait aux autres enfants présents également, mais aussi aux adultes car il s'agissait d'une fête particulière permettant à chacun d'oublier un instant la situation dans laquelle ils devaient vivre.



#872F2F
Revenir en haut Aller en bas
Rosaleen A. Glanmor
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/12/2015
Messages : 507
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Ruined Xmas   Mar 10 Mai 2016 - 14:02


Ruined Xmas
ft. Sally




Exerçant une légère pression sur les mains de son amie qui tenaient la sienne, Rosaleen souriait à Sally alors qu'elle la rassurait quant à ses propos qui pouvaient avoir l'air parfois complètement idylliques. La rousse savait que tout le monde ne partageait pas son point de vue quant au monde et à l'issue de ce dernier, beaucoup semblaient s'être accommodés à l'idée que celui-ci ''ne s'arrangerait pas'', mais la galloise réfutait cette possibilité, se raccrochant fermement à ses croyances et les pensées positives qu'elles pouvaient avoir. Ensembles il y arriveraient, tant qu'ils s'aideraient les uns les autres tout était possible, même s'il fallait pour cela rester sous la coupe des militaires. Elle était touchée par les mots de l'américaine et s'était contenté de hocher la tête en souriant toujours, remerciant silencieusement son amie de la soutenir ainsi.

Son regard se rembruni légèrement au moment d'aborder une nouvelle fois ce qu'avaient fait les militaires. Rosaleen faisait de son mieux pour accepter, essayer de comprendre, mais elle ne pouvait nier que leur réaction avait été simplement injustifiée ; leur situation à tous n'était déjà pas des plus simples et eux en avaient encore rajouté une couche, gâchant ainsi l'une des plus belles fêtes de l'année, celle qui aurait pu donner du baume au cœur à tout le monde et l'envie d'avancer. Les habitants, notamment Maxine et les enfants, avaient passé un temps fou à tout préparer, s'appliquant soigneusement pour faire de ce moment un instant de partage et de joie, et eux avaient réussit à tout gâcher en à peine quelques secondes.

« Je crois qu'on ne saura jamais ce qui leur a prit de faire ça... Peut-être un ordre supérieur ? Ou peut-être simplement que le fardeau de nous protéger leur tape trop sur le système. »

Comment pourraient-ils avoir une réponse claire à leur question ? Les militaires étaient bien trop distants avec eux pour daigner leur répondre et, comme ils diraient sûrement, ils n'avaient aucun comptes à leur rendre. A croire que leur travail difficile et toutes les responsabilités qu'il engendraient leurs avaient complètement fait oublier qu'ils étaient humains avant tout.

Et si Rosaleen étaient grandement touchée par ce qui était arriver, elle n'osait imaginer à quel point Russell devait vivre la chose. Les enfants étaient indéniablement les plus malheureux dans cette histoire, ils n'avaient pas encore l'âge pour relativiser, ni le bagage adéquat pour passer à autre chose, tout ce qu'ils pouvaient faire était se rattacher à ce qu'ils avaient avant. Mais ils n'étaient pas idiots, et comme l'avait souligné Sally, son fils s'était bien évidemment rendu compte que quelque chose ne tournait pas rond, que sa vie au lycée ne ressemblait en rien à celle qu'il avait avant. Il avait aussi dû se rendre compte que les adultes parlaient beaucoup, et cette ambiance relativement tendue des derniers temps n'arrangeait rien.

« C'est une bonne chose que vous soyez présents pour lui. Ne t'en fais pas trop, même si les choses ont changé, tant que le pilier familial que vous formez restera en place, tout ira bien. »

La rousse avait adressé un nouveau sourire à son amie, faisant de son maximum pour apaiser un peu ses craintes et cette amertume. Certes, ce qu'elle disait était une maigre consolation par rapport à la vie qu'ils menaient tous avant, mais c'était le plus important. Tout les enfants n'avaient pas la chance d'être ici avec leurs deux parents, ni même avec un parents éloigné, alors la galloise était certaine que tant qu'ils resteraient soudés, le petit Russell irait bien ; elle ne niait pas cependant qu'ils y aurait forcément des phases difficiles à passer. L'américaine parla rapidement de la promesse qu'elle s'était faite quant au Noël suivant et la rousse posa une main légère sur son bras après l'avoir écouté calmement ; elle ressentait bien les difficultés qu'avait la mère de famille a encaisser tout cela, voir son enfant aussi malheureux et désemparé devait être la pire chose dans la vie d'un parent.

« Je suis certaine que le prochain réveillon sera bien mieux que celui-ci, il faut y croire. Et tu sais, les enfants se relèvent souvent mieux des épreuves difficiles que les adultes. »

Ça pouvait paraître idiot dit comme ça, dans le style ''phrase toute faite'', mais la galloise y croyait dur comme fer. Parce-que oui, même si ce genre d'épreuves forgent les caractères et laissent des traces, les enfants ont encore cette volonté pure d'avancer dans la vie, de ne pas se laisser abattre et ne retenir qu'en grande partie les meilleurs moments ; c'est comme s'ils n'avaient pas encore été trop déçue par la vie, pas encore trop blessés. La rousse admirait cette force chez les plus jeunes, elle se rendait compte que c'est également grâce à ses parents et grands-parents qu'elle avait su garder cette part de naïveté ainsi que cette remarquable positivité. Peut-être qu'un jour cela la mènerait à une erreur, mais pour l'instant elle ne se formalisait pas sur cette éventualité, préférant voir le bien en chaque personne. Reportant son attention sur la brune alors qu'elle était momentanément partie dans les nuages, la galloise reprit.

« J'espère que quand le printemps arrivera ils nous laisseront l'accès à la cour. Ça ferait le plus grand bien à tout le monde, et les enfants seraient heureux de pouvoir jouer à l'extérieur. »

Parce-que ça aussi c'était un problème non négligeable : ils étaient littéralement enfermés dans le lycée et à part quelques exceptions, aucun d'eux ne pouvaient réellement s'aventurer à l'extérieur. Rosaleen n'était pas certaine de vouloir réellement sortir, pas en dehors de l'enceinte du lycée en tous cas. Elle imaginait cependant aisément les plus jeunes, ou même les plus âgés, faire des parties de baskets sur le terrain dehors, ou même simplement faire des dessins à la craie sur le sol.
copyright acidbrain


Revenir en haut Aller en bas
Sally Lockharts
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 11/12/2015
Messages : 448
Age IRL : 29

MessageSujet: Re: Ruined Xmas   Mer 18 Mai 2016 - 22:23

Les mots de son amie étaient tout à fait juste, aucun habitant n'aurait ne serait-ce qu'un élément de réponse aux raisons de ce fiasco car tous étaient tenus à l'écart et qu'aucune discussion n'était possible entre les militaires et les civils. Ce n'était pas faute d'avoir essayé à d’innombrables reprises de la part de ces derniers, mais à part vider son sac et se prendre des remarques désobligeantes par moment, cela n'avait aucun intérêt. « Ce n'est pas impossible en effet. » portant sa main sur son visage, Sally commençait à tapoter son index et son majeur sur sa joue. Il était vrai qu'être à la place des simples soldats ne devaient pas être une chose facile pour eux, ils avaient l'obligation de suivre et de respecter les ordres reçus, qu'importait s'ils pouvaient les trouver stupides vu qu'ils étaient au bas de l'échelle.

Ce genre de choses, la quadragénaire était à même de les comprendre en comparant l'armée à celle d'une entreprise. Étant donné qu'elle dirigeait une agence de communication, lorsqu'une décision avait été prise par un petit nombre, le reste des équipes et donc des employés se devaient d'agir et d'appliquer ses indications, pouvant ressembler à des ordres. Ils n'étaient que des exécutants pour schématiser grossièrement, mais dans l'agence de Sally régnait une atmosphère positive, une ambiance seine et ce n'était en rien une sorte de dictature comme les réfugiés présent dans le lycée pouvaient vivre au quotidien.

S'arrêtant d'agiter ses doigts, Sally reprit « Tu sais, ce qui me dérange avec eux, dit-elle en faisant un signe de la tête vers l'un des hommes armés effectuant sa ronde, c'est qu'ils ne se rendent pas compte que beaucoup d'entre nous pourraient être utiles à la vie du camp. » Il y avait par exemple des médecins, des personnes du bâtiment, des mécaniciens, des animateurs et un tas de métiers ou connaissances pouvant aider les civils. Ils pourraient faciliter leurs vies, améliorer leurs quotidiens et même ceux des militaires, mais malheureusement pour eux, comme pour les réfugiés, ils n'avaient pas conscience de ça et avaient l'air de s'en fiche pas mal.

Les gestes et mimiques faites par Rosaleen avaient le don d'apaiser la brune. Elle qui était très terre-à-terre auparavant, commençait à voir les choses de façon différente au contact de la jeune femme. C'était aussi dû aux événements, Sally devait mettre de l'eau dans son vin bien que ce ne soit pas une chose aisée pour elle, mais elle essayait et vu qu'elle avait toujours été une personne sociable, petit à petit, elle trouvait qu'un enrichissement personnel était possible en côtoyant ces personnes de tous horizons. « J'espère oui, en tout cas, nous ferons en sorte d'être toujours ensemble tous les trois. » lui dit-elle avec un sourire.

Sally n'avait pas envie de trop s'étaler sur le sujet, non pas par peur ou gêne, mais plutôt parce qu'elle se sentait mal vis-à-vis de son amie car elle n'avait pas cette chance là de pouvoir être ici avec au moins l'un de ses proches, contrairement aux Lockharts. La brune craignait d'amener des pensées mélancoliques et tristes dans l'esprit de la rousse bien qu'elle soit une femme forte et positive. Il y avait également le fait que la quadragénaire souhaitait elle aussi réussir à devenir plus positive et ce n'était pas en bloquant sur les choses négatives qu'elle y parviendrait, d'autant plus qu'elle était bien plus chanceuse que de nombreuses personnes.

« Tu as raison et on fera en sorte que le prochain réveillon en soit un véritable ! Pour nous tous, cette fête en sera une. » lui affirma-t-elle pleine de conviction. Sally y mettrait du sien, elle s'imaginait déjà à quoi pourrait ressembler ce prochain Noël, comment faire encore plus de choses malgré des moyens pouvant être plus limités, que ce soit au niveau de la décoration comme du repas. Le principal étant que l'esprit de Noël soit présent en chacun des réfugiés et l'imagination de tous fortifierait cela, elle en était sûre.

« Ils ont plutôt intérêt ! Parce que là je veux bien vu le temps, bien que ce soit idiot, mais s'ils pensent pouvoir nous tenir enfermés éternellement comme du vulgaire bétail, il se mette le doigt dans l'oeil jusqu'au coude. » De la tolérance, tout comme de la compréhension pour des raisons X ou Y ne pouvaient nullement justifier un tel cloisonnement des civils. Les militaires n'y gagneraient strictement rien de bon. « Pouvoir sentir de l'air frais, plus ou moins, sentir le soleil nous caresser, la verdure, les rires des enfants, tout comme des adultes. » A ces pensées, le visage de Sally rayonna et elle ne pût s'empêcher de fermer les yeux pour imaginer la scène. Mieux, de la ressentir, de la vivre comme si celle-ci était d'actualité.

Puis, elle rouvrit les yeux et se redressa soudainement. La brune fixa son amie et lui posa une question « Qu'est-ce qui te manque le plus par rapport à avant ? » Elle se doutait que ce ne serait pas forcément quelque chose de matériel, mais même s'il s'agissait d'une chose minime, cela aurait de l'importance et peut-être qu'un jour Rosaleen arriverait à combler ce manque. C'était tout le bien que son amie lui souhaitait intérieurement.



#872F2F
Revenir en haut Aller en bas
Rosaleen A. Glanmor
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/12/2015
Messages : 507
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Ruined Xmas   Sam 21 Mai 2016 - 12:05


Ruined Xmas
ft. Sally




La galloise était soulagée de voir qu'au fur et à mesure de leur discussion, son amie paraissait un peu plus apaisée. Certes, les mots ne suffiraient pas à lui ôter totalement cette peine et cette colère qui découlait du fiasco qu'avait été la fête de Noël et l'état dans lequel s'était retrouvé Russell, mais il était évident que discuter aussi librement était bénéfique pour l'une comme pour l'autre. Elle faisaient évidemment attention qu'aucun militaire ne les écoute mais après tout, pourquoi n'auraient-elles pas le droit de dire ce qu'elles avaient sur le cœur ? Ce n'était pas une dictature ici, pas vrai... ?

La brune avait fait un geste du menton vers l'extérieur, désignant un des hommes armés qui faisait sa ronde ; il n'avait prêté aucune attention à ce qu'il se trouvait derrière la fenêtre, comme si un monde les séparait. Son visage était tiré par la fatigue et une certaine lassitude ; oui, ils ne devaient pas non plus avoir leur mot à dire, mais la rousse préféra ne pas se focalisé sur ce visage qui ne respirait aucune joie de vivre. Elle hocha la tête aux mots de Sally, en total accord avec ce qu'elle avançait.

« Tu as raison, probablement que si nous pouvions nous rendre utile tout se passerait mieux pour tout le monde. »

La jeune femme était consciente de ne pas être aussi utile que certains autres, elle ne pourrait porter une quelconque arme, ni même assurer les rondes ou les sortes, mais elle s'occuperait volontiers d'autres choses ; elle pourrait pas exemple aider à l'infirmerie, même si beaucoup doutait de ses aptitudes et la montrait même parfois du doigts, elle était sûre d'elle même.

Quand elles abordèrent le sujet du printemps et de potentiellement pouvoir sortir un peu, la rousse ne pu s'empêcher de rire légèrement devant l'air familier de Sally ; elle venait de toucher un autre point sensible bien qu'un peu plus léger que celui qu'elles avaient abordé au départ. Elle posa ses coudes sur la table et cala son menton dans ses mains en regardant la neige tomber dehors. Rosaleen n'avait jamais rien eut contre l'hiver, au contraire, mais elle ne pouvait nier que l'hiver en ville donnait une apparence triste à tout ce qui les entourait, tout comme les gens se faisaient d'humeur plus maussade. Elle se remémorait ces hivers passés chez elle, où la neige n'avait rien de triste, mais était un étendu blanc aux milles promesses et rêves.

« Qui sait, peut-être que les militaires seront moins moroses aussi. »

Elle se doutait pertinemment que ce ne serait pas un simple rayon de soleil qui allait changer la donne, que le bonheur des civils ne faisait apparemment pas celui des corps armés, mais elle ne trouva pas autre chose à dire et rêver un peu n'avait jamais fait de mal à personne.

Quand l'américaine reprit la parole, demandant ce qu'il lui manquait le plus, la galloise se perdit un peu plus dans ce voile blanc qui couvrait la cour et tout ce qu'il y avait derrière. Son air se fit un peu plus triste, nostalgique, même si un sourire rêveur était toujours peint sur son visage. Tellement de choses lui manquait ; son chez-elle, sa famille évidemment, l'extérieur. Elle porta machinalement une main à la pierre qu'elle portait autour du coup et la prit entre ses doigts, comme à chaque fois qu'elle ressentait le besoin de se recentrer, de ne pas perdre pied. Et elle prit une profonde inspiration, suivant des yeux un flocon plus gros que les autres qui s'approchait du rebord de la fenêtre.

« Ça va peut-être te sembler idiot, mais c'est tous les échanges avec les autres que j'avais à la boutique qui me manquent le plus. »

Elle marqua un temps d'arrêt, posant un doigt sur la vitre comme pour toucher le flocon désormais à moitié fondu qui s'était accroché à la vitre, puis reporta son attention sur son amie.

« Ça me manque d'aider les autres, de me rendre utile pour les aider à avancer. Je pratique toujours un peu mais sur moi ce n'est pas la même chose, et quand je vois tous ces gens ici qui auraient tellement besoin d'aide... »

La jeune femme haussa les épaules d'un air résigné et déçu. Elle savait qu'elle ne pouvait forcer personne, et que ce que certains qualifiaient de don, ou de sorcellerie pour d'autres, était vraiment la dernière chose dont ils avaient besoin ; c'était du moins ce à quoi ils se persuadaient. Elle ne pouvait pas leur en vouloir et savait qu'elle devait se faire une raison, elle avait simplement hâte de pouvoir reprendre le cours de sa vie et son activité. Retrouver tout ce qu'elle avait perdu. Souriant légèrement, elle pencha un peu la tête sur le côté.

« Et toi alors ? »

Il y a quelques mois, Rosaleen ne se serait prit la peine de poser la question que par politesse, parce-qu'elle aurait supposé d'avance que la réponse allait être l'argent, ou le caviar, ou n'importe quelle chose de riches. Mais ce n'était plus le cas désormais, elle avait apprit à connaître Sally et avait mit de côté tous ses à priori sur les gens de sa classe sociale, réellement intéressée à présent par la réponse de son amie.
copyright acidbrain


Revenir en haut Aller en bas
Sally Lockharts
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 11/12/2015
Messages : 448
Age IRL : 29

MessageSujet: Re: Ruined Xmas   Dim 12 Juin 2016 - 16:28

Se sentant mieux, la brune ne souhaitait pas trop reparler des militaires bien qu'il s'agissait du sujet principal de cette conversation, mais Sally n'avait pas envie d'y repenser encore plus et préférait parler d'autres choses. De toute façon, ce n'était pas comme si l'armée allait s'éclipser et abandonner le lycée durant ce bavardage, à peine elles sortiront de cette pièce que la réalité les rattrapera. Cela ne n'empêchait pas l'américaine de répondre à son amie « Espérons, on dit bien que l'hiver la population est davantage déprimée alors peut-être qu'avec les beaux jours, eux aussi retrouverons un minimum le sourire ! » lui dit-elle sans vraiment trop y croire. Car même en supposant que ce serait le cas, Sally ne s'imaginait pas un instant que les militaires leur laisseraient plus de liberté, que les réfugiés retrouveraient un statut d'habitant.

La réponse de la Galloise ne surprît pas tant que cela son amie. Cela se voyait à des kilomètres que la jeune femme aimait discuter et échanger avec les autres, ce n'était peut-être pas pour rien que cette dernière était souvent entourée d'enfants dans le camp. Un large sourire sincère était présent et persisté sur son visage, cela devait lui faire le plus grand bien. Lorsque Rosaleen évoqua ses dons, Sally trouvait dommage que les gens ne fassent pas davantage preuve d'ouverture d'esprit. Que risquaient-ils à présent à se laisser tenter par ça ? La rousse n'allait pas les tuer ou les hypnotiser en leur demandant de se prendre pour un animal.

Auparavant, la quadragénaire n'était pas respective à toutes ces chose, vraiment pas. Ce n'était pas par mépris, simplement elle n'y voyait pas un intérêt quelconque pour la vie qu'elle menait, en plus d'être totalement ignorante sur le sujet. Mais en côtoyant Rosaleen, son esprit s'ouvrît, Sally était plus respective à cela et au fil des discussions avec son amie, elle était bien obligée de reconnaître que si des personnes allaient la voir, ce n'était pas pour rien, la rousse avait très certainement un réel don qu'elle utilisait afin d'aider les autres. Jusqu'à présent, et malgré de longues conversations, Sally n'avait jamais demandé à la jeune femme si elle souhaitait exercer sur elle, alors en fermant ses mains autour de la main droite de celle-ci, elle lui demanda avec un petit sourire « Tu sais, je crois qu'il ait grand temps que tu pratiques tes dons sur moi. Ça me fera certainement le plus grand bien. »

Il fallait être ouvert et réceptif à cet univers pour qu'il y ait un bénéfice, Sally le savait et elle se sentait prête à essayer. Elle avait entièrement confiance en Rosaleen et ses capacités, et même si cela pouvait aider la brune ne serait-ce qu'un instant, c'était toujours ça de prit. Cela permettrait peut-être aussi à la rousse de ne pas tout perdre, bien que Sally doutait qu'une perte soit possible étant donné qu'il s'agissait d'une chose encrée dans la jeune femme depuis toujours. « Par contre pas aujourd'hui, mais plus tard dans la semaine, si ça te va, car j'ai promis à Russell qu'on jouerait ensemble. » argumenta-t-elle.

Quand la question fût retournée, Sally repensa automatiquement à sa vie d'avant. Pourtant, c'était elle qui l'avait posée et elle aurait dû s'attendre à ce que la galloise lui demande également. L'argent, son appartement, sa voiture, les soirées, les conquêtes.. Sally lista un peu tout ce dont elle avait, mais comme une évidence une chose lui vint à l'esprit « La tranquillité. » dit-elle. Ce n'était en rien matériel, ce qui l'étonna elle-même, et ce n'était pas dans le sens d'être chez elle tranquille, au calme, non c'était différent.

« Dans le sens où tout était simple, aucun nuage gris et menaçant au-dessus de nous. » levant la tête vers le plafond, la brune reprît « Notre vie était paisible, nous pouvions faire ce dont on avait envie et quand on en avait envie, sans penser au lendemain. Nous n'avions aucun souci à nous faire, pour quoi que ce soit. Les seules inquiétudes que nous pouvions avoir concernées Russell et son éducation, mais ça, c'est propre à chaque parent je pense. » Oui, c'était bien ça qui lui manquait. Se pinçant les lèvres elle acquiesça elle-même à ce qu'elle venait de dire, puis, posant son regard sur Rosaleen elle lui dit « J'aimerais vraiment que la vie de chacun soit plus tranquille, qu'il n'y ait plus toute cette pression militaire, que nous puissions tous vivre et faire ce que l'on souhaite, même si c'est simplement aller marcher dans la cours. » Ça sonnait un peu comme un discours effectué lors d'un concours de Miss, mais c'était bien le cas.



#872F2F
Revenir en haut Aller en bas
Rosaleen A. Glanmor
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 07/12/2015
Messages : 507
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Ruined Xmas   Lun 13 Juin 2016 - 12:18


Ruined Xmas
ft. Sally




Les deux femmes s'étaient au fur et à mesure éloignées du sujet de discussion qui les avaient unies au départ, elles avaient lentement orienté leur conversation sur leurs vies d'avant et leurs souhaits ; ce n'était pas réellement un sujet plus léger, mais il n'était en tous cas plus question des militaires qui les oppressaient quotidiennement. Le sourire de la galloise s'élargit un peu plus quand Sally posa ses mains sur la sienne ; leurs maux semblaient s'être un peu apaisés, et même si ça ne durerait qu'un instant, c'était bon à prendre. La plus jeune ne s'était cependant pas attendue aux paroles de son amie et n'avait pu contenir une expression de surprise, restant un instant muette ; elle regardait Sally, les yeux grands ouverts d'étonnement, avant qu'un sourire radieux se dessine sur son visage. Plaçant sa main libre sur celles de la brune, elle sembla retrouver ses esprits.

« Oh Sally ! Tu ne sais pas à quel point ça me fait plaisir que tu me propose ça ! »

Il en fallait peu pour redonner du baume au cœur de la galloise, mais ce ''peu'' signifiait tellement pour elle, c'était tout ce dont elle avait besoin pour se sentir bien. Aider ceux qui comptaient, ne serait-ce que les écouter ou leur montrer comment apaiser leurs esprits tourmentés en méditant. C'était dans cet environnement que la rousse avait besoin d'être pour avancer, et le fait que la brune lui propose l'idée d'elle-même la ravissait  au plus haut point. Elle n'avait pas pensé un seul instant à lui demander auparavant malgré la confiance et leur bonne entente, ni à qui que ce soit d'autre, parce-qu'elle ne souhaitait pas forcer qui que ce soit, et quelqu'un de fermé à ses pratiques serait forcément moins réceptif. Rosaleen hocha la tête aux paroles de la brune en souriant toujours.

« On a suffisamment de temps devant nous. Et gare à ceux qui rompent leurs promesses ! »

La jeune femme avait légèrement rit de ses propres paroles qui sonnaient comme une menace idiote d'on ne sait quelle punition. Elle appréciait vraiment Sally, et haut delà de tout cela, elle avait un grand respect pour elle, car malgré tout ce qui était arrivé, la pression dans l'enceinte du lycée et toute l'adaptation dont ils ont dû faire preuve, la mère de famille prenait toujours soin de ne pas laisser entrevoir à son fils l'horreur de la situation. Il y avait certes des moments de doutes où l'enfant devait bien ressentir que quelque chose clochait, mais les Lockharts étaient toujours resté soudés jusqu'à présent.

La plus âgée se mit à réfléchir quand Rosaleen lui retourna la question qu'elle lui avait posé. Ils avaient tous eut à laisser tellement de choses derrière eux que c'était parfaitement normal, et la réponse de l'américaine n'avait rien d'étranger. Qui ne rêvait pas de retrouver son quotidien calme, sans menace constante qui planerait au dessus ? La rousse ne pouvait qu'imaginer ce que devait ressentir un parent face à cette situation, démuni devant ce que devait vivre son enfant. Elle lui adressa un sourire compréhensif.

« Je comprend, tout a été chamboulé si vite, et cette situation ne nous permet pas de rester constamment sereins. Mais Russell a beaucoup de chance d'avoir des parents comme vous. La famille c'est la plus grande richesse que vous pouvez avoir. »

Elle souriait en repensant également aux siens, espérant que même si elle était loin d'eux, ils étaient tous ensemble et se soutenait. Quand elle les reverrait, ils pourraient partager tout ce qu'ils avaient vécu et parler d'avenir. En réponse au souhait de la brune, Rosaleen reprit d'un air rassurant.

« Il ne faut pas perdre espoir, je suis certaine que tout va finira par s'arranger, il nous faut juste être patient et malheureusement coopérer. »

Malgré la résignation, un léger voile de colère passa à nouveau dans son regard, elle commençait à ne plus supporter cette oppression constante, mais que pouvaient-ils bien y faire ? Les corps armés assuraient leur sécurité, alors bien que la wiccan doutait du réel danger des malades dont on parlait, elle ne pouvait pas se permettre de n'en faire qu'à sa tête et éveiller la colère des militaires.

Les deux amies continuèrent à parler de choses à d'autres pendant un petit temps encore, jusqu'à ce que l'heure du déjeuner arrive. Elles avaient marché ensemble jusqu'au réfectoire pour finalement se séparer, Sally allant rejoindre son fils et son mari, tandis que Rosaleen s'installa à la table de Daniel et sa famille.

copyright acidbrain


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Ruined Xmas   Aujourd'hui à 6:45

Revenir en haut Aller en bas
 

Ruined Xmas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Yoann ♣ « Spanning years and continents. Lives ruined, bloodshed. Epic. »
» Video games ruined my life. Good thing i have two more.(James)
» Grande Salle ⊱ Xmas Ball.
» [EVENT XMAS] "Je veux parler au capitaine Gordon"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-