Partagez | .
 

 Just remember Life's a Bitch

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Auteur
Message
Dwight A. Momsen
Leader | Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 3306
Age IRL : 22

MessageSujet: Just remember Life's a Bitch   Lun 11 Jan 2016 - 16:02


Just remember Life's a Bitch
PV : Juliane Lyndey

La situation ne faisait qu’empirer jour après jour. Leah n’était plus et il ne voulait pas vraiment l’admettre. Il avait préféré se noyer dans l’alcool. Après tout c’est la seule chose qu’il savait faire. Il n’avait jamais été bon ailleurs qu’adossé à un comptoir de bar avec une bière à la main. Il ne savait même pas grâce à quel miracle il était toujours en vie et pas transformé en une chose horrible qui marche sans raison. Il savait au fond de lui qu’il avait des compétences, mais il n’était pas capable de les exploiter vu son état.

Une fois de plus,  il allait me promener dans les environs de sa maison, il n’avait rien pris avec lui si ce n’est sa hache. Il avait pour objectif de couper du bois pour qu’ils puissent se réchauffer. Il avait décidé de laisser tout son matériel important dans la maison, il aurait pu vraiment bien s’équiper et rester en sécurité. Skøll était plutôt heureux de pouvoir gambader dans la forêt, le Norvégien observait son animal avec attention, éprouvant presque un pincement au cœur de le voir aussi heureux. Pour la première fois, il se disait qu’il y avait une lueur d’espoir au bout de ce chemin torturer.

Enfin c’était sans compter la présence d’un autre être vivant dans les parages. Alors qu’il tapait frénétiquement à coup de hache sur l’arbre devant lui, laissant toute sa colère s’exprimer à chaque fois que le métal rencontré le bois. Il ne se rendait pas compte du danger qui le guettait ni même des avertissements que son berger allemand lui fournissait. Un homme l’observait dans les bois depuis un moment. Visiblement, il ne lui voulait pas de mal. Finalement Dwight fit une pose et le remarqua. « Sors de ta cachette du con. » On pouvait rapidement ressentir qu’il ne fallait pas jouer avec lui.

L’homme sorti et avec son arme en joue sur le blond. Évidemment le Norvégien ne bougea pas d’un pouce, il n’avait pas l’avantage. Son chien s’était fait discret depuis un moment et avait disparu de l’endroit. C’est sans se faire repérer qu’il sauta sur les bras de l’homme armé qui visait la tête de son maître. Le coup de feu parti tout de même traversant l’épaule de Dwight. Skøll était abattu et parti à la rescousse de son propriétaire pendant que l’agresseur couru à travers la forêt. Le chien hurla à la mort une première fois et personne ne venait sauver Dwight.

Il se redressait contre un arbre en position assise. Il essaya de touche son dos pour savoir si elle était ressortie ou non. Il avait besoin d’aide. Il ne pourrait pas rentrer seul à la maison. Il posa sa main ensanglantée sur la tête de son berger avant de lui parler du mieux qu’il pouvait. « Va chercher de l’aide, laisse-moi ici. N’importe qui tant que tu as confiance en lui moi aussi. » Skøll lui fit une grosse léchouille sur la joue avant de partir en courant. Il venait de donner une grosse responsabilité à son chien pendant qu’il continuait à perdre du sang.



₪ Crush Your Enemies. See Them Driven Before You ! ₪

Mes AnnexesDwight écrit en #6699cc
Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Juliane Lyndey
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 610
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: Just remember Life's a Bitch   Lun 11 Jan 2016 - 19:47




Just remember Life's a Bitch




Un coup de pied rageur dans le pneu avant gauche de la voiture tout en poussant un juron entre ses dents, avant qu’elle ne danse à cloche pied parce que le coup porté lui avait fait mal à son petit orteil. Non mais heureusement que la route sur laquelle elle se trouvait était complètement déserte. Sinon elle serait encore passée pour une allumée. Il lui avait fait quoi ce pneu ? Hein ?! Et bien il avait le malheur d’appartenir à la voiture qui venait de la lâcher au beau milieu de nowhere ! Non mais sérieux, elle était pas du coin elle !

Enfin en même temps, elle ne savait pas où elle allait. Juliane avait quitté l’appartement du magicien prétextant qu’elle allait devancer le groupe afin de mettre un peu d’ordre au chalet. Mais en réalité elle taillait la route. Trop de chose ne collait pas, et elle n’avait pas eut la sensation d’avoir vraiment sa place au milieu de tout ce petit monde. La photographe s’en voulait tout de même d’avoir mentit à Robert, mais… Mais il comprendrait surement ce qu’elle avait ressentit. Un jour… Lorsqu’elle s’en sentirait le courage, si elle n’avait pas crevé avant, elle retournait le voir. Mais pour le moment, elle avait eu besoin d’être seule, et de mettre de la distance. Ça elle avait eut l’impression qu’il l’avait comprit. A peine avait-elle quitté la ville qu’elle avait coupé la réception du talkie-walkie. Bob avait insisté pour qu’elle le prenne. Avant de partir, elle s’était blottit dans les bras du géant restant de longue seconde contre lui, comme pour lui dire au revoir silencieusement.

Et voilà qu’elle se trouvait au beau milieu de nulle part, la voiture en rade. Jill avait la nette  impression d’être revenue à son point de départ. Seule sur la route avec son sac à dos. La seule petite chose qui avait changé, c’était qu’il y avait une sorte de colère en elle, tout comme une rage de vivre.

Bref… On en était à la danse du petit doigt de pied qui à mal…

La jeune femme serra les dents tout en fusillant de son regard noir le pneu de la voiture. Puis elle balança en boutillant trois seconde, le temps que la douleur passe : « -ok je l’ai cherché ! ». Sa main gauche passant dans ses cheveux alors qu’elle poussait un long soupire. Là son regard se porta au loin, et elle souffla à voix basse : « -je suis pas d’humeur… » Vu la démarche peu assuré de l’homme qui approchait, soit il était complètement bourré, soit s’était un infecté. De toute façon si elle continuait par cette route, elle allait le croiser, alors… Il allait bien falloir qu’elle le fasse… Juliane se pencha dans la voiture, récupéra son sac à dos qui contenait ce qui maintenant était sa vie, et elle le balança sur ses épaules. Vu les vieux nuages qui étaient en train de s’amasser dans le ciel, l’orage n’était pas loin… C’était vraiment ce qu’elle qualifiait de « journée de merde par excellence » !

Mais comme le disait le proverbe : « la vie ce n’est pas attendre que l’orage passe, c’est apprendre à danser sous la pluie ! ». Elle était là, dans la merde ou non, de toute façon râler ou s’énerver plus encore n’arrangerait pas les choses. Il fallait qu’elle retrouve sa positive attitude. Les choses n’arrivaient pas par hasard. Enfin si elle pouvait avoir un petit signe positif, juste un petit truc cool… ça l’aiderait vachement à se sentir un peu plus légère moralement. Juliane prit encore quelques secondes pour regarder à droite et à gauche… Ok pas de signe… Elle ferait sans…

La jeune femme se mit alors en route, poursuivant son chemin à pieds… Lorsqu’elle parvint à la hauteur de l’infecté, elle prit une grande inspiration, et parvint sans trop de mal à lui faire rentrer la lame de son couteau dans le crâne. Après une bonne heure de marche, elle fit une pause histoire de boire un peu, et de manger quelque chose. Un bruit dans les bois qui bordait la route lui fit tourner la tête, sur ses gardes. Mais son regard croisa celui d’un chien… Assise en tailleur sur le bitume, un morceau de viande sécher dans une main, en train d’en mâchonner un petit bout, elle pencha la tête sur le côté sans cesser de fixer l’animal.

Un sourire étira doucement ses lèvres, et elle tendit le morceau de viande au chien qui s’approcha avec empressement. « -toi aussi t’aime bien ça ? » questionna-t-elle comme s’il allait lui répondre, en le voyant dévorer ce qu’elle lui offrait. Elle le trouvait magnifique… Une caresse et elle regarda le collier qu’il portait. Vu son allure, c’était impossible que se soit un animal errant… La vue de son nom la fit à nouveau sourire. « -ton propriétaire aime la bière ? » demanda-t-elle à nouveau en le grattant sous le cou. Un petit regard vers le ciel, il était là son signe…

Skoll attrapa l’une des brettelles du sac de la photographe, tirant dessous en direction de la forêt. Voulait-il jouer ? Juliane lui passa une main sur la tête tout en se levant, alors qu’il venait de chopper le bas de son pantalon entre ses crocs. Jill regard alors le liquide poisseux qui se trouvait maintenant sur ses mains. Merde… C’était du sang… Et il était frais…

La jeune femme jeta un coup d’œil à la route, puis à la forêt… Devait-elle suivre ce chien ? Rien que les petits jappements qu’il produisait lui donnaient déjà la réponse à sa question. Et sans attendre plus longtemps, elle remit son sac sur ses épaules et pénétra dans la forêt. Elle tenta de marcher aussi vite qu’elle le pouvait, mais le bois n’était pas des plus cleen et les ronces présentes étaient comme la forêt d’épine qui protégeait la belle au bois dormant… « - attends-moi ! » souffla-t-elle alors qu’elle faisait un dessus dessous entre les branches et les arbres morts. Elle serra les dents lorsqu’une branche de ronce griffa sa joue. Super maintenant elle devait ressemblait à un indien ! Au bout d’un long moment, le berger s’immobilisa, sa tête faisant des allers et retour entre Juliane et… et quelque chose ou quelqu’un qu’elle ne distinguait pas encore. Avait-elle fait le bon choix ?

On rencontre parfois son destin par des chemins détournés…    

AVENGEDINCHAINS



Il fut un temps où tu étais sauvage
ne les laisse pas te dompter...
Revenir en haut Aller en bas
Dwight A. Momsen
Leader | Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 3306
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Just remember Life's a Bitch   Mar 12 Jan 2016 - 18:29


Just remember Life's a Bitch
PV : Juliane Lyndey

Dwight observait aussi longtemps qu’il le put son chien s’enfuir à travers les fougères. Il ne fallut pas énormément de temps à l’animal pour disparaitre complètement du champ de vision de son maître. Le blond était fier de son animal, il lui avait tout l’amour dont il était capable ainsi qu’une éducation plutôt droite. La nature, lui avait donné le reste notamment une intelligence plutôt démesurée. Il savait qu’il ne devait pas bouger et ne pas faire d’effort. S’il augmentait son rythme cardiaque, c’était la mort assurée. Il avait besoin de l’aide de quelqu’un pour lui faire un bandage de fortune au moins jusqu’à chez lui.

Sa position n’était pas très confortable ce qui l’aidait à rester éveillé. Il ne voulait pas que ses yeux se ferment. S’il s’endormait maintenant, il était tout simplement mort. Il ne faut jamais s’endormir. Il aurait cru que la douleur de la blessure aurait le même rôle. Souvent avoir mal, ça réveille. Cependant, la chaleur de son sang sur sa peau et entre ses vêtements était en train de l’engourdir petit à petit. Il devait se faire violence pour ne pas plonger dans l’inconscience. Sa vision se brouillait de nouveau et sa respiration devenait un peu plus hésitante, il espérait que Skøll revienne vite et de préférence accompagné de quelqu’un de compétant.

Machinalement, il commençait à se gratter la barbe. L’instant suivant, il réalisait qu’une substance bizarre était en contact avec sa peau et que c’était humide. Il regardait ses mains couvertes de sang, avec un peu de désespoir. Voilà, il devait en avoir plein la gueule maintenant. Il voulait les essuyer sur ses vêtements, mais il en était déjà rempli. Il les posa le long de son corps et resta inerte un bon moment, heureusement pour lui aucun rodeur n’était arrivé encore dans le coin ce qui lui permettait d’être un minimum en sécurité.

Enfin il entendit des bruits se rapprocher, il était bien trop régulier pour qu’il s’agisse d’une de ses horreurs. Il se sentait vraiment très rassuré au fond de lui. Il allait pouvoir s’en sortir, avec un peu de chance son berger allemand était en train de revenir avec de la compagnie pour le sauver. Il rassemblait ses forces pour se redresser un peu. Il ne voulait pas paraitre trop abattu. Quelques instants plus tard, le chien apparut dans son champ de vision. Il regardait l’homme puis derrière lui. Il avait réussi, quelqu’un le suivait.

Un sourire rassuré apparut sur le visage du blond toujours adossé contre l’arbre qui lui permettait de se tenir droit. C’est d’une voix forte, la plus assurée possible et un accent impeccable qu’il appela son chien. « Skøll, god hund ! » Il avait beau être blessé, le norvégien n’avait pas de secret pour lui, son cerveau était embrouillé et il le parlait que très peu en temps normal. Cependant, c’était revenu de façon vraiment très naturelle. L’animal c’était mis à remuer la queue et se rapprochait de plus en plus de son propriétaire. Il s’appliquait alors à retirer le sang qu’il avait dans la main gauche à grand coup de langue.

Enfin, la personne qui avait suivi son ami à quatre pattes arriva dans son champ de vision. C’était une jeune femme brune, d’abord il pensait qu’il s’agissait de Leah. Pendant quelques secondes il y crut, elles faisaient la même taille et son cerveau embrumé fit le reste. Il ne put s’empêcher de murmurer son prénom. Il était en train de mourir c’est ça, elle était en train de venir le chercher. Elle s’approchait doucement de lui, comme de peur qu’il s’enfuie. C’est en la voyant de plus près qu’il réalisait que c’était impossible et qu’elles ne se ressemblaient pas du tout. Il s’agissait d’une parfaite inconnue.

Il était un peu inquiet tout en sachant que si Skøll l’avait ramené la, c’est qu’il la sentait plutôt digne de confiance. Ce chien était vraiment une perle. Il prit la parole et fit de son mieux pour parler assez fort et avoir une voix intelligible. « J’ai une blessure par balle à l’épaule. J’ai besoin d’aide pour arrêter l’hémorragie et m’amener jusqu’à chez moi. J’ai un médecin à la maison… » C’était bien la première fois qu’il rencontrait une fille dans ses conditions ce qui n’était pas franchement agréable.

Il préférait largement jouer les Don Juan en offrant une dance ou un coup à boire à la fille qui l’intéresser. Le blond n’aimait pas être en position de faiblesse, mais il n’avait pas vraiment le choix. Il n’allait pas cracher sur son aide sous prétexte que c’était une femme après tout, elle était certainement plus compétente et délicate qu’un de ses homologues masculins. Il laissa échapper un soupire lorsque Skøll lui nettoyait la seconde main de la même façon que la première.

Il détaillait la brune, elle avait de longs cheveux ondulés et des yeux clairs. Elle ne semble pas trop délaissée contrairement à d’autres survivants qu’il avait croisés. « Je m’appelle Dwight Monsen » Il continuait à parler simplement parce qu’il savait que c’était une bonne façon de rester éveillé. « Ne t’inquiète pas, je ne suis pas armé, et je ne te tends pas un piège foireux. » Il ne sait pas pourquoi, il pensait à ça maintenant. C’était important pour lui de la mettre en confiance alors autant ouvrir la bouche. Il était détendu comme lorsqu’il avait un peu trop bu, mais simplement parce qu’il avait mal et que ça pouvait servir d’excuse.



₪ Crush Your Enemies. See Them Driven Before You ! ₪

Mes AnnexesDwight écrit en #6699cc
Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Juliane Lyndey
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 610
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: Just remember Life's a Bitch   Mar 12 Jan 2016 - 22:39




Just remember Life's a Bitch




Dans quoi est ce qu’elle venait de s’embarquer encore ??!!
Juliane avait toujours eu un don prononcé pour se lancer dans des aventures bancales. Ça avait commencé très tôt ! Lorsqu’elle avait décidé d’adopter toute une famille de souris des champs… Elle se souvenait encore du hurlement qu’avait poussé sa mère en voyant ces petites bêtes sous le lit de l’enfant qu’elle était. Heureusement papa était là pour tempérer le truc. Bien entendu, Jill ne s’était pas arrêtée là. Elle avait sauté du toit de la grange, parce qu’elle voulait faire comme l’aigle et voler dans le ciel bleu. Merci la meule de foin pour avoir amorti l’atterrissage, ou plutôt le crash. Enfin… La jeune photographe pouvait sans doute écrire des livres avec les histoires folles qui étaient sortie de sa tête. Elle avait bien entendu poursuivit sur ce chemin là en étant ados, et en commençant sa vie de jeune femme. Bonjour les histoires d’un soir… Bonjour les soirées folles…

Mais aujourd’hui, au milieu de ce monde complètement bancal, n’avait-elle pas sa dose d’adrénaline suffisante ? Pourquoi s’était elle lancée à travers ces bois en suivant ce chien ? Parce qu’il avait du sang sur le crâne ? En faite, si elle prenait le temps d’y réfléchir trois secondes alors qu’elle pestait contre les ronces qui freinaient son avancée, et bien en réalité c’était son côté mère Theresa qui parlait. Si quelqu’un était en danger, alors elle devait faire ce qui était en son pouvoir pour l’aider. La jeune texane avait grandit au milieu des animaux, et elle savait que ce chien ne l’avait pas choisi par hasard. Il n’y a pas de hasard dans la vie. Et puis de toute façon, qu’est ce qu’elle avait de mieux à faire ?!

D’instinct, elle ralentit son allure, et s’arrêta même d’avancer lorsqu’elle distingua un homme adossé à un arbre. Juliane resta planter quelques secondes, les bras le long du corps. Elle se pinça les lèvres entre elles, hésitante. Comme à chaque fois qu’elle croisait un humain, il y avait cette appréhension, cette forme d’angoisse de tomber sur quelqu’un de mauvais. Elle avait déjà vu à plusieurs reprises ce qu’était capable de faire les hommes depuis que le monde partait en live. Mais en voyant le lien d’amour que portait l’animal à son maitre, la jeune femme se dit que ce mec pouvait pas être un con. Elle avança alors dans sa direction comblant peu à peu la distance qui les séparait.

Juliane s’agenouilla près de l’homme blessé, détaillant son visage. Il était livide… Ses yeux glissèrent sur son corps. Il avait perdu beaucoup de sang… Elle claqua des doigts devant ses yeux pour qu’il le regarde. Allo allo y’avait encore quelqu’un là-haut ? Rien qu’au son de sa voix, on distinguait nettement qu’il était dans le pâté. Une balle ? Juliane jeta un rapide coup d’œil à l’épaule de l’homme, avant qu’elle ne se décide à retirer son sac de ses épaules avec rapidité. Elle posa l’une de ses mains sur le torse de mec, et elle dit : « -taisez-vous… » On sentait un ordre dans sa voix. Cela ne servait à rien qu’il perdre des forces inutilement.

Heureusement qu’il était à moitié dans les vapes. Ça lui évitait surement de voir dans les yeux de la jeune femme cette petite flamme de panique qui venait de l’envahir. Une balle ?! Non mais comment elle allait faire ? Elle, son taf s’était de faire clic clic et d’immortaliser des moments. Elle n’était pas infirmière et encore moins docteur ! Elle avait quelques petites bases, et puis il y avait aussi un peu la médecine indienne mais bon… Ok… Ok… On reste zen et on fait un petit smile parce qu’il était en train de te regarder. Juliane lui adressa un petit sourire crispé, avant de regarder la plaie. « -elle est pas ressortie… » Souffla-t-elle surtout pour elle-même.

Jill ouvrit son sac, en sortie une bouteille d’eau et fouilla encore quelques secondes. Avec quoi allait-elle pouvoir faire un bandage ? Ses mains s’immobilisèrent, et elle regarda l’étranger. « -cool, moi c’est Juliane… "Répliqua-t-elle d’une manière extrêmement aimable. Elle ne savait pas quoi penser. Parce que le coup de j’ai bobo, ramène moi chez moi… c’était un peu étrange non ? Enfin en même temps il s’était pas tiré dessus tout seul… Franchement pour le moment, elle s’en tapait de la politesse, et de connaitre son prénom. A nouveau elle approcha ses mains de l’épaule de l’étranger, et elle souffla : « -c’est pas ça qui m’inquiète pour le moment. » Elle réalisa qu’il était peut-être mieux pour lui qu’il parle, ou qu’elle lui fasse la convers’… Mais on dit quoi dans ces cas là ? Si tu vois une grosse lumière blanche surtout tu va pas vers elle ?! « -c’est loin ? Chez toi ? » Demanda-t-elle avec empressement, tout en retirant sa chemise à carreaux. Fait chier, elle adorait cette chemise… Mais elle avait rien d’autre sous la main… « -ok mon chat, va falloir serrer les dents… » Mon chat… Elle avait tendance à appeler comme ça les mecs qui étaient passé dans sa vie. Aller savoir pourquoi c’était sortie maintenant.

Jill fit couler un peu d’eau sur la plaie, histoire de voir un peu l’ampleur des dégâts, puis elle fit de son mieux pour faire une sorte de pansement compressif de fortune. Derrière elle, Skoll chouinnait, inquiet pour son maitre. « -je fais de mon mieux mon beau… » Lui souffla-t-elle en précisant pour le grand blond : «-que ça soit clair, je parle à ton chien… ». Mais soudainement, l’ambiance sembla changer. Le berger venait de se figer tout en se mettant à grogner. Oh merde manquait plus que ça… Juliane prit la main de Dwight, vu que c’était son petit nom, et elle le regarda droit dans les yeux : « -essaie d’appuyer fort, même si tu douilles… » Elle passa l’une de ses mains sur le front puis sur le joue du blond mal en point, avant de se redresser. Deux rodeurs arrivaient…          


AVENGEDINCHAINS



Il fut un temps où tu étais sauvage
ne les laisse pas te dompter...
Revenir en haut Aller en bas
Dwight A. Momsen
Leader | Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 3306
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Just remember Life's a Bitch   Mer 13 Jan 2016 - 19:27


Just remember Life's a Bitch
PV : Juliane Lyndey

Elle voulait que Dwight se taise, facile quand on a qu’une envie c’est crié sa douleur. Il avait aussi envie de boire des litres de tequila, mais bon c’était une autre histoire et il s’avait que ce n’était pas vraiment une solution. Cela pourrait fluidifier son sang et causer sa perte. La brune semblait en peu sur la défensive. Il ne pouvait que la comprendre, trouver un mec dans la merde adossé contre un arbre et du sang qui lui coulait le long du corps n’était certainement pas une des meilleures façons de faire les présentations.

En me contorsionnant dans tous les sens le blond avait fini par arriver à la conclusion que la balle était toujours à l’intérieure de mon corps et qu’il faudrait la retirer. Il avait palie un peu à cette idée, surtout qu’il y avait deux possibilités, soit elle s’en chargée, soit c’est Dean qui devrait le faire. Il savait que les ondes transmises dans le corps étaient bien plus graves que les dégâts causés par la trajectoire de la balle. Enfin il se consolait en pensant que s’il avait dû mourir, il serait déjà dans les vapes dans un monde meilleur. « T’en fais pas pour moi, j’étais arrivé à la conclusion qu’elle était dedans… Surtout après avoir retiré mon manteau. »

Il avait bien remarqué qu’il n’avait pas de sang à l’intérieur au niveau du dos. N’importe qui avait un minimum de jugeote serait arrivé à la même conclusion. « Je sais ce que cela implique… » Il ne voulait pas qu’elle se sente obligée de lui dire avec un ton mélodramatique et les larmes aux yeux qu’il faudrait l’opéré et que ce serait douloureux. Pour le moment, il avait juste besoin d’arrêter de se vider de son sang, ce qui serait déjà un grand pas en avant en soi. Enfin, elle lui donna son prénom, Juliane. Il aimait bien, il avait dû déjà en rencontrer une ou deux, mais il ne se rappeler de pas grand-chose les concernant.

Il la regardait s’agiter dans tous les sens, visiblement, elle devait s’inquiéter. Il ne pouvait même pas voir correctement l’état de son épaule. C’était peut-être pire que ce qu’il imaginait. Il n’allait pas mourir tout de même. Pas aussi bêtement, pas parce qu’un con a eu peur et c’est enfuit. « Dritt… Je suis inquiet aussi, c’est juste pour pas que tu évites de partir en courant. » Il avait tout à perdre, restait ici seul n’était certainement pas la meilleure des options s’il voulait s’en sortir. Il n’avait jamais été méchant avec les autres êtres humains, enfin si avec Justin, mais voilà.

Il continuait d’espérer, avec un peu de chance, il pourrait très prochainement se retrouver chez lui. Bien qu’elle semblait un peu septique à cette idée. Il pouvait comprendre que ce ne soit pas très rassurant pour elle. « Entre un et deux kilomètres. J’étais venu couper du bois. » D’un coup d’œil, il regardait le travail qu’il avait fait, un tronc était bien entaillé. Il avait fait le plus gros du travail. Il ne restait que quelques centimètres à couper avant de pouvoir le faire tomber. Il espérait pouvoir venir finir le travail plus tard, quand il serait guéri et qu’il soit capable de tracter l’arbre jusqu’ à la maison.

La brune était en train de lui faire une compresse de fortune. « T’n’inquiètes pas pour moi, j’ai connu pire… » Bon ce n’était pas vrai, mais elle ne pouvait pas le deviner. L’homme c’était volontairement fait souffrir à plusieurs reprises, mais la douleur n’était rien comparer à une blessure par balle. Alors qu’elle serait le plus fort qu’elle put, Dwight fit son maximum pour ne laisser sortir aucun son de sa bouche. Il ne voulait pas risquer d’attirer l’attention sur lui. Les rodeurs étaient certainement partout autour d’eux à cause du coup de feu qui avait été tiré.

Malgré la douleur qui lui transpercer l’épaule, l’humour de la brune lui arracha un léger sourire. Il se doutait bien qu’elle ne lui parlait pas à lui, après tout, qui trouverait beau un mec couvert de sang, avec des cheveux qui poussent on ne sait comment, une barbe qu’il garde depuis plus d’une semaine, une odeur d’alcool à en faire pâlir un pilier de bar et des poches sous les yeux pratiquement violacées. Même lui ne s’aimait plus depuis un long moment déjà. « Au moins, tu trouves beau mon chien, c’est déjà un sur deux. » Il fallait bien se remonter le moral vu ce qui était en train de se produire ici.

Il avait remarqué que la tête de Juliane s’était redressée. Il comprenait le mauvais présage. Lui aussi avait senti Skøll se raidir un peu et cela ne présentait rien de bon. Des rodeurs étaient en train d’affluer dans le coin. « Je devrais pouvoir marcher, mes jambes n’ont rien. » Il avait juste perdu beaucoup d’énergie ce qui s’expliquait très bien vu la perte du sang qu’il avait subi. Il partait vers le nord en direction de la maison. Il faisait de son mieux pour ne pas trop tituber tout en s’appuyant le minimum possible sur Juliane.

Il avait une dignité d’homme à garder. « J’essaye d’avancer le plus vite possible si on peut les éviter ça sera mieux. » Il n’était pas en état de combattre et il ne voulait surtout pas être un poids. Il s’aidait des branches sur son passage tout en évitant de trop bouger son bras blessé. Les rodeurs ne nous avaient pas encore repéré ce qui était une bonne chose.



₪ Crush Your Enemies. See Them Driven Before You ! ₪

Mes AnnexesDwight écrit en #6699cc
Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Juliane Lyndey
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 610
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: Just remember Life's a Bitch   Mer 13 Jan 2016 - 22:47




Just remember Life's a Bitch




       Ne pas s’en faire pour lui ? Mais pour qui alors ?! Parce que si on faisait un petit tour d’horizon, il était le seul mec blessé dans les parages, et surtout le seul vers qui ce chien l’avait conduit à travers toutes ces foutues ronces. Le pauvre, c’était pas son jour, et en il fallait que ça arrive un jour où Juliane était pas vraiment de super bonne humeur. Enfin en même temps, si elle avait été joyeuse, sincèrement elle aurait sans doute réagit de la même façon. Panique à bord !!!

Oui panique totale ! Une balle ! Et vu qu’elle avait décidé de resté bien au chaud dans la chaire de monsieur, il allait falloir trouver un moyen de l’en déloger. Il avait peut-être un médecin sous la main à la maison, mais fallait-il encore parvenir à la retrouver sa maison ! Et franchement, là vu la quantité de sang qu’il avait perdu, elle était pas super certaine que bouger était la meilleure option. Parce que Ziggy avait surnommé Juliane Lara Croft, pas Rambo ! Hors de question qu’elle le porte ! Non mais oh depuis quand les rôles princes charmants et princesses étaient inversés ?! Bon ok… Elle aimait pas les princesses… Bref…

Juliane adressa un léger sourire à son blessé. Non, elle allait pas partir en courant. Il pouvait dire merci aux ronces et à son chien ! Non sérieusement, il était dans un sal état, elle pouvait pas le laisser comme ça, c’était pas dans sa nature. Même si le monde avait complètement basculé, elle était toujours du genre à aider son prochain. Merci les conseils de papa ! Malgré l’haleine de chacal alcoolisé, elle aurait pu tomber sur pire que ça.

Un ou deux kilomètres. C’était peut-être faisable. Chaud tenu du… mais faisable. Enfin y’avait intérêt que son médecin soit dans le coin lorsqu’ils débarqueraient sinon, il allait crever. Et s’il était dispo, elle espérait qu’il y aurait quelqu’un de compatible pour une transfusion… Enfin, elle parlerait des groupes sanguins plus tard. Pour le moment, elle lui répliqua : « -ah bon ? Parce que t’es coutumier des balles dans l’épaules ? » Les sourcils haussée, elle le regarda quelques micro secondes presque avec ironie. « -pas la peine de la jouer gros bras, les hommes sont tous des bébés. » conclue-t-elle avant de le prévenir que ça allait faire mal. De plus, elle n’avait pas vraiment envie qu’il rendre son dernier souffle maintenant, alors qu’elle se trouvait tout près de lui. Pas vraiment envie de se faire bouffer parce qu’elle avait été trop gentille.

La jeune femme s’était éloignée de quelques pas, mais lorsqu’elle le vit se lever, elle ne put s’empêcher de penser que s’était un crétin… Elle le regarda quelques secondes tenter de se relever comme un grand, puis elle leva les yeux au ciel. Jill récupéra son sac à dos en quatrième vitesse et vint au secours de Dwight, passant son épaule sous son bras valide pour le soutenir. Serrant les dents, elle siffla Skoll, hors de question qu’il s’éloigne d’eux. « - Montre-moi le chemin mon beau… » Un regard au blond dont le visage était bien trop proche du sien, un sourire en coin. Oui, elle souriait malgré la merde dans laquelle ils se trouvaient. « -si tu tournes de l’œil préviens s’te plais… » Histoire qu’elle puisse amortir le truc du mieux qu’elle le pouvait.

Ils étaient trop lent… Même si les infectés l’étaient aussi, il suffisait qu’il tombe sur un petit groupe pour qu’ils se retrouvent… Et bien pire que dans la merde. Si c’était encore chose possible. Le compagnon à quatre pattes de Dwight se remit à grogner, s’immobilisant fixant quelque chose droit devant lui. Juliane regarda à nouveau celui qui était encore un étranger et elle lui dit : « -y’en a deux devant… On va pas pouvoir passer comme ça. Alors tu restes là, je reviens… » En disant cela, elle l’aida à sa caller le dos contre un arbre au large tronc. Avant de s’éloigner, elle lui saisit le menton et lui demanda : « -ça va aller ? Tiens le coup ok… Tu cris si y’a un problème. »

La jeune femme s’éloigna en faisant trois pas en reculant, regardant toujours l’homme blond. Puis son couteau dans la main gauche, elle se dirigea vers les deux infectés qui ne cessaient de progresser. Skoll était toujours là, les crocs en évidence. Juliane élimina le premier sans trop de difficulté. A force cela devenait presque une sorte d’habitude. Et c’était le plus effrayant… Le second lui donna un peu plus de fils à retordre, sans compter l’aide merveilleuse d’une branche qui la fit trébucher et tomber les fesses dans les feuilles mortes. Elle planta son couteau par chance en dessous du menton de l’être immonde, alors qu’il venait de lui tomber dessous. Jill s’était crispée, fermant les yeux lorsque le sang noirâtre avait inondé son cou. Le souffle court, elle vira le corps sans vie, et elle resta allonger ainsi jusqu’à ce que Skoll vienne voir si elle était encore vivante. Il avait raison, elle n’avait pas le temps de reprendre ses esprits plus que ça.


AVENGEDINCHAINS



Il fut un temps où tu étais sauvage
ne les laisse pas te dompter...
Revenir en haut Aller en bas
Dwight A. Momsen
Leader | Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 3306
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Just remember Life's a Bitch   Jeu 14 Jan 2016 - 18:04


Just remember Life's a Bitch
PV : Juliane Lyndey

Il avait pratiquement envie de dire à Juliane de le laisser ici, de prendre Skøll avec elle et de retourner vivre sa vie. Il se sentait comme une merde. Son intérêt dans ce monde diminuait au fur et à mesure que du sang coulait le long de sa blessure. Oui ces forces étaient en train de doucement le quitter et si des rodeurs affluaient en trop grand nombre, il ne serait qu’un poids pour permettre à la jeune femme de partir. Il serait les dents et faisait de son mieux pour paraître l’homme fort qu’il a toujours était obligé d’être. On ne lui a jamais appris qu’un homme pouvait aussi avoir des émotions.

Il avait l’impression de sentir une pointe d’humour dans les paroles de la brune. C’est vrai qu’avec son petit train de vie bien tranquille c’était la première fois qu’on l’avait menacé avec un flingue. « J’avoue que les balles dans l’épaule c’est une première… » Il grinçait des dents et fit de son mieux pour reprendre sa phrase là où il l’avait coupé. « J’ai cependant supporté, les membres cassés, les batailles d’ivrognes et les accidents de scie ou de hache. »  Quand on travaille le bois, des dérapages peuvent vite arriver.

Il se rappelait alors de ce qui c’était passé dans un magasin il y a quelques mots de cela. C’est vrai qu’il faisait souvent de belles conneries. « Je suis aussi du genre à faire un maximum de bruit pour attirer tout un tas de zombies et balancer un cocktail Molotov dans le tas. Bon je suis sûr que tu ne me croiras pas, mais y avais des témoins. » Les témoins, ils étaient au moins deux, un certain Justin Jones qu’il avait simplement envie de couper en deux, et un magicien avec un nom tellement étrange qu’il l’avait oublié. Il ne savait pas vraiment pourquoi il avait besoin de raconter ça maintenant. Peut-être pour contre balancer avec le faite qu’il était maintenant en train de se faire sauver la vie par une fille.

Dwight avait du mal à cerner la psychologie de cette fille. Elle semblait si différente de toute celle qu’il avait croisée par le passé. Elle avait l’air de détester tout ce qu’il représentait. Le stéréotype du mec plus ou moins parfait, qui aime les bières, les matchs de foot et les grosses voitures. Le blond sera les dents avant de répondre le plus normalement possible. « Je n’ai pas appris à faire autre chose, je ne vais pas pouvoir répondre à ta requête. » Il avait une balle dans l’épaule et il voyait le tout avec humour. Bientôt, il va peut-être se mettre à délirer et voir son père ? Cet homme qui n’est qu’un affreux connard et qu’il déteste au plus haut point.

Sans Juliane, l’homme serait toujours assis par terre contre son arme. Il avait du mal à l’avouer, mais il était dépendant d’elle. Son égo était en train d’en prendre un gros coup. Alors qu’elle parlait à son chien, Dwight était en train de se dire que la réplique qu’elle venait de dire pourrait être mal interprétée. Voilà qu’il avait des pensées scabreuses alors qu’il était sur le point de mourir. Cela signifiait-il que la fin était proche ? Il se désespérait lui-même tout en jetant un coup d’œil sur Juliane. Elle lui rappelait vaguement quelqu’un qu’il avait croisé par le passé. Il espérait que ce n’était pas une de ses anciennes conquêtes et qu’elle l’avait reconnue contrairement à lui.

Marcher c’était dur. Surtout avec le chemin inégal devant lui. Cependant, il fallait continuer encore et toujours s’il voulait s’en sortir. Il devait penser à sa sœur qui avait besoin de lui, mais la mort serait tellement plus simple. Il pourrait rejoindre toute sa famille qui l’a quitté, oublier les zombies et tout le reste. Alors qu’il se sentait un peu faiblir, la remarque de Juliane le ramena rapidement à la réalité, lui permettant de reprendre le contrôle de son corps. « Promis, j’éviterais de t’écraser. Mais dans l’idéal, si je pouvais ne pas tomber dans les pommes, ça serait l’idéal. » Il se rendait bien compte que trainer un poids mort de sa taille n’était pas envisageable. Ce n’était pas un géant, mais c’était quand même un beau bébé le Dwight.

Des zombies influaient encore devant cette fois. Les grognements de Skøll étaient reconnaissables entre milles, surtout pour l’oreille aguerrie de l’homme. Que pouvait-il faire de son côté, attendre ? Il ne voulait pas être laissé pour compte contre un arbre. Il voulait se battre et prouver sa valeur et finir au Valhalla… Enfin, bon ce n’était pas un grand guerrier, mais tout de même. Il avait toujours son couteau à sa ceinture qu’il entreprit de prendre avec sa main valide. Juliane semblait être aux prises avec deux rodeurs, cependant Dwight en repéra un troisième plus loin.

Il fit un premier pas, puis un second. Il était décollé de l’arbre et sentait le sol trembler sous ses pieds. Il devait continuer sinon, il aurait fait tous ses efforts en vain. Il reprise son chemin, difficilement, tout en chancelant. Finalement, le blond arrivait à la hauteur du rodeur. Il leva son bras en l’air et s’écroula sur sa victime plantant le couteau dans la tête du truc devant lui. Il avait tué un monstre de plus sans la moindre hésitation. Il reconnaissait alors le ruisseau qui apparaissait devant lui. C’est celui qui alimentait le lac de leur maison. Ils étaient plus près de la maison que ce qu’il pensait.

Il remarqua alors Juliane à terre avec Skøll devant elle. Il fit de son mieux pour se redresser en prenant appui sur un second arbre avant de l’appeler. « Juliane, tu n’as rien ? » Il laissa passer un peu de temps avant de rouvrir la bouche. « On est plus près de chez moi que ce que je croyais. J’ai vu un ruisseau. Bon il traverse la forêt, mais c’est plutôt positif » Il attendait maintenant qu’elle se relève avant de reprendre la route.



₪ Crush Your Enemies. See Them Driven Before You ! ₪

Mes AnnexesDwight écrit en #6699cc
Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Just remember Life's a Bitch   Aujourd'hui à 19:34

Revenir en haut Aller en bas
 

Just remember Life's a Bitch

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» — bring me to life
» Life in UCLA
» 06. My life would suck without you (part II)
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn
» "Life is a ticket to the greatest show on earth."

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-