Partagez | .
 

 Event de Janvier - Sujet commun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 14 ... 25, 26, 27, 28  Suivant
Auteur
Message
Alan S. Karlson
Modératrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 1637
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Event de Janvier - Sujet commun   Lun 18 Jan 2016 - 23:02


    J'avais toujours ma tête prise dans mes mains, n'osant relever le visage pour regarder les miens et y voir une nouvelle fois cette peur que je semblait leur inspirer. A dire vrai je me faisais moi-même peur, qu'est-ce qui avait bien pu me passer par la tête pour que fasse tout cela ? La seule réponse qui me vint à l'esprit me semblait évidente, j'avais toujours affirmé à Christy que je serais prêt à tout pour les protéger, et c'est ce que j'avais fait, sans penser une seule seconde à ce que ça pouvait impliquer. Je n'avais à ce moment qu'une seule envie : partir d'ici, m'éloigner de toute cette horde de Coyotes qui ne semblait pas désamplifier malgré nos efforts, je voulais me réveiller de ce foutu cauchemar et reprendre une vie normale où la mort et où ces affreuses créatures n'étaient qu'un concept parmi tant d'autre. Dans une autre vie, si nous avions été ainsi tous ensemble, nous aurions sûrement pus en rire mais là, qui pouvait ne serait-ce que mettre en avant l'ironie de tout cela ? Je n'étais pour ma part pas apte à plaisanter sur le sujet.

   J'entendais des personnes qui s’agitaient autour de moi ; j'entendais Nara, Sven qui semblait discuter avec le jeune de son âge qui venait de l'extérieur. Je voyais à travers mes doigts Rebecca qui sortait de ses songes, l'ombre de Christy à côté de moi, toujours aussi immobile qu'à mon arrivée. Et puis j'entendais les quelques personnes restées dehors qui criaient, quelques coups de feu, et au dessus de tout ce brouhaha, il me sembla entendre la voix de Rose ; bien, elle était en vie, tous ceux qui comptaient était en vie, c'était le principale. Sortant peu à peu de la brume qui s'était amassée autour de mon esprit, je remarquais derrière les pleurs d'un bambin qu'un chien couinais légèrement non loin de moi -en face, pour être exact-. Il devait lui aussi être apeuré par tout ce qui venait de se passer et semblait blessé à une patte qu'il n'arrêtait pas de lécher. Me penchant légèrement en avant, je tendis la main pour la poser sur la tête de l'animal, le caressant calmement pour l'apaiser un peu. En me redressant, je m'adossais contre le mur et y cala ma tête puis, après un instant de réflexion, posais  une main sur la main qui Christina qui était crispée sur son genou. D'une voix encore étranglée par tout ce qui s'était passé et par tout ce que je m'apprêtais à encaisser, je lui dis :

« Parles moi. S'il te plaît, dis quelque chose... »

    Je ne me rendais pas encore bien compte de ce qu'il s'était passé, moi qui pensais mourir ici au vu du nombre bien trop important de macchabées, je ne réalisais pour le moment en rien l'atrocité des actes que chacun avait commis en ce début de matinée. J'étais juste heureux d'être en vie, à leurs côtés. Je ne pus cependant m'empêcher de penser à James ; si le fléau s'était à ce point répandu ici, qu'en était-il se San Francisco ?

    C'est à ce moment là que le véhicule fut pris de soubresauts. M'agrippant à la caisse devant moi, je rouvris les yeux en regardant sur ma droite. Les tentes qui avaient été nos refuges pendant ces quelques mois s'éloignaient, ou plutôt nous nous éloignions ; mettant par la même occasion une distance plus raisonnable entre nous tous et les cadavres -qu'ils soient étendus sur le sol ou encore entrain d'errer-. Le deuxième camion s’aligna au notre et je pu voir dans l'habitacle l'ombre de Tamara et certainement Dante à ses côtés. Ma vue se brouillait, je ne sais si j'étais prêt à encaisser tout ça, à faire tout ça, mais je n'avais d'autre choix à présent que de vivre avec. Détournant la tête de ce qui représentait à la fois notre délivrance et l'horreur que nous venions de vivre, je plantais mon regard dans le vide, déglutissant péniblement pour refouler cette boule dans ma gorge qui ne cessait de m'oppresser. L'épaule de Christy contre la mienne et la voix de fond de Sven m’empêchaient d'exploser, de devenir fou, car si je ne me rendais pas encore bien compte de tout ce qui était arrivé, les avoir auprès de moi, en vie, était tout ce qui importait.



Revenir en haut Aller en bas
Tamara C. Kroeger
Tam Capone
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 832
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Event de Janvier - Sujet commun   Lun 18 Jan 2016 - 23:52

J’étais grimpé à l’avant du camion. C’était plutôt agréable en fait, j’avais pour la première fois un volant de cette taille dans les mains. La cabine était super grande, j’avais l’impression d’avoir un espace vital trois fois plus grand que nos tentes dans le stade. J’étais bien heureuse de voir Dante arriver. J’avais l’impression que l’histoire était en train de se réécrire. Nous voilà tout deux, avec le monde devant nous sans savoir pour autant où la route va nous mener. Notre départ de Toronto, c’était lui qui avait le volant, aujourd’hui c’était un peu différent.

- Dis, tu me racontes ce qui s’est passé quand je n’étais pas là.

On se retrouvait tous les deux sans personne autour pour la première fois depuis le début de cette révolution. J’avais envie de tout comprendre de ce qui lui était arrivé pendant que moi je donnais des ordres à droite et à gauche. Je n’aurais jamais cru avoir autant de gens prêts à suivre mes idées et mes ordres. C’était peut-être mes tatouages qui me donnait un look de mafieux, enfin on ne pouvait pratiquement pas les voir excepter ceux que j’ai sur la tempe et les mains. J’avais sauvé des vies, mais beaucoup étaient morts aussi.

- Je n’aurais jamais cru que tant de gens m’obéirai et pourquoi on m’a écouté moi. Je suis encore plus paumé que la plupart des gens ici.

Quand on y réfléchit, ma vie était un long parcours plutôt chaotique. J’avais fait des erreurs et j’ai pris des chemins pas forcément très nets. En tout cas, je ne regrette rien et je suis fière de ce que j’avais fait aujourd’hui. Arthur annonçait alors le départ. Je fis de mon mieux pour passer la première vitesse et rapidement la seconde, déplacer un camion c’est tout un art dont je n’avais pas toutes les connaissances, mais j’en avais une bonne partie grâce à la théorie et les simulateurs de conduite de camion.

- On tourne une nouvelle fois la page, j’ai bien l’impression. Dommage que je n’ai pas un petit CD d’AC/DC sous la main ça aurait fait une bonne ambiance en fond sonore.

Je souriais à Diabo, j’étais épuisé et à bout de nerfs, mais il était à côté de moi et mes batteries était en train de se recharger petit à petit. Je retrouvais ma bonne humeur d’avant que tout ça commence. Ma vie avait certainement changé pas mal, mais j’étais contente de voir la route qu’elle prenait. J’avais pour dicton de vivre à fond. Alors tout en suivant Arthur et en roulant également sur des mobs. Je sentais presque leurs crânes exploser sous la pression des roues. Je commençais alors à chanter le refrain d’une de mes chansons préférées du groupe australo-britannique dont je parlais quelques secondes plus tôt.

It's a long way to the top if you wanna rock 'n' roll
If you think it's easy doin' one night stands
Try playin' in a rock roll band




★ The Heart Is An Organ Of Fire ★

Mes AnnexesJ'écris en #ccff99

Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t6813-listing-des-comptes
Kurtis Frost
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 58
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: Event de Janvier - Sujet commun   Mar 19 Jan 2016 - 3:28

CenturyLink : « l’abri le plus sécurisé de toute la côte Ouest » qu’ils disaient à la radio. Il le savait, depuis son arrivée dans l’enceinte du stade il savait qu’il s’agissait d’une forteresse de papier. Il avait un peu décidé de s’’y rendre par manque de choix et ses inquiétudes s’étaient révélées exactes au final. Alors que certains soufflaient des soupirs de soulagements, que d’autres se remettaient peu à peu du choc qui les avait secoués, Kurtis lui ne pouvait détacher son regard de la femme inconsciente au bras coupé. Tôt ou tard elle finirait par poser problème…

« Vous devriez l’abattre maintenant... Si vous la moindre sympathie pour elle. lâcha-t-il sèchement.

Conscient qu’avec ce genre de déclaration il y avait de fortes chances qu’il s’attire les foudres de quelques personnes parmi les rescapés présents il se devait néanmoins assurer ces arrières en prenant soin de savoir si les personnes avec qui il allait jouer sa vie au moins pour les jours à venir avaient les pieds sur terre et surtout si elles étaient prêtes à faire les sacrifices les plus difficiles pour survivre.

Sérieusement même si elle survit ce que j’espère aussi hein, il lui faudra un médecin mais également des antibiotiques, du matériel de secours supplémentaires et encore d’autres choses et… on a quelques réserves mais les utiliser pour une seule personne n’est-il pas un peu irraisonnable ? Et encore… ça c’est si elle survit jusque-là. Sa plaie est encore à vif et je suppose que vous l’avez remarqué mais ces choses sont excitées à l’odeur du sang… Si nous sommes amenés à sortir du camion elle sera un appât parfait et signera notre arrêt de mort pour sûr… Et en plus de tout ça elle va souffrir un mal de chien à son réveil et sans parler du syndrome du membre fantôme !
Bref, pas besoin que je m’étendes sur le sujet vous avez compris et je suis sûr qu’au fond de vous vous le savez tous, je prends juste les devants.


Il fixa son regard sur le visage de la blonde à ses côtés, plus que probable que ses propos l’aient abasourdie mais peu importait. Surtout après ce qu’ils venaient de vivre les sentiments n’avaient et ne devaient plus jouer aucun rôle dans les décisions à prendre prochainement. Là il fit rouler dans sa direction un des piquets de tente, son arme de fortune trouvée sur le terrain et accessoirement seul souvenir du célèbre stade de Seattle.

Kassandra c’est bien ça ? Je sais que tu es son amie et c’est pour ça que je te le demande à toi.

Es-tu prête à la voir souffrir ? Pourras-tu supporter d'entendre son agonie lorsqu’elle te suppliera de mettre fin à sa douleur ?

Le début de l’épidémie a déjà chamboulé sa vie et maintenant elle perd un membre. Tu as l’opportunité de d’y mettre un terme en lui épargnant la lente agonie et la transformation si elle décède ou les interminables heures de torture qui lui pendent au nez. Le choix t’appartient…
»

Réaliste, Frost n’avait absolument rien contre la jeune femme il tentait simplement de prévenir le moindre danger tout en tentant de réveiller les endormis qui croyaient encore aux miracles.




Revenir en haut Aller en bas
Kassandra Fletcher
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 414
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: Event de Janvier - Sujet commun   Mar 19 Jan 2016 - 9:39

Elle aurait le temps de lui demander son nom plus tard, lui qui avait porté sa meilleure amie au camion, en sécurité. Le corps ensanglanté de June contre elle, depuis leur départ elle n'avait pas arrêté de lui caresser les cheveux comme si ça avait eu un quelconque effet bénéfique. Kassandra n'avait plus fait attention aux autres après que le véhicule ait démarré et que Dante se soit installé au côté de Tamara. Ils étaient tous là. Presque tous. Son corps bougeait au rythme du véhicule, qui parfois butait sur elle ne savait quoi. Quelle importance ? Elle ne se sentait pas encore tout à fait en sécurité, et elle n'avait de cesse que de repenser à tout ce qu'elle venait de laisser là-bas. Au-delà de tout ce qui était matériel, elle avait perdu autre chose, un brin d'espoir peut être, une chose peut être qui lui aurait été essentiel là tout de suite. À regarder le corps pâle de son amie, le sang spongieux qui collait à ses cheveux bruns si magnifiques avant. À quoi ressemblaient-elles toutes les deux ? Des loques dépareillées.

« Ah ah... C'pas maintenant qu'on va aller causer devant la caméra pour parler de nos dernières créations hein... ? » Un sifflement imperceptible pour ceux éloignés d'elle. Elle se sentait pâlir aussi, sûrement la chute de tension, l'inactivité totale de son corps alors que dix minutes plus tôt, ils couraient tous pour leur vie. ce n'est pas encore terminé, on n'est pas sorti. Et après, où allaient-ils ? Qui suivre ?

« Qu'est-ce que t'en penses toi ? » Murmura-t-elle en penchant son visage vers celui-ci figée de son amie. Elle avait l'air de dormir, presque profondément. Qu'en serait-il au réveil ? June regretterait-elle la perte de ce bras ? Ce bras qui ne porterait plus rien, qui manquerait à l'appel, qui lui manquerait sans doute... June serait-elle prise de folie en voyant ce carnage ? Ou... Est-ce qu'elle se réveillerait avec tout ce sang qui continuait de couler malgré le tissu qui serrait son bras. Kassandra n'avait pas suffisamment de connaissances en médecine pour pouvoir trouver quoi faire. Impuissante, elle ne faisait que regarder, observer, détailler. Elle espérait sans vraiment espérer. Cela avait-il un sens ?

La cacophonie ambiante était un fond sonore dont elle ne s'y intéressait plus.

« On est en sécurité ma belle... » Elle voulait bien le croire. Enfermer dans ce camion, à filer du stade à toute allure alors que Tam murmurait des paroles qui semblaient apaiser et détendre le corps de June. « Faut que... tu t'accroches... » Continua t-elle à murmurer. Elle se répétait, avec l'infime espérance qu'elle aurait juste, cette fois. Mais elle avait laissé l'espoir là-bas, aux lueurs premières de l'aube.

Puis, perçant dans sa fragile carapace, alors qu'elle s'était emballée dans un tissu invisible, son sang se glaça en entendant les propos d'un homme qu'elle ne connaissait ni d'Eve ni d'Adam. En premier, elle ne leva même pas le visage vers lui. Pas qu'elle ne le considérait pas, mais plutôt qu'elle encaissait chacun de ses mots, ses vérités, ce que son fort intérieur savait déjà alors que la pâleur alarmante du corps de son ami lui faisait peur. Elle ne peut pas mourir. Et pourquoi ça ? Parce qu'elle n'a pas le droit. Pas le droit de t'abandonner lâchement ? Dans les faits, elle était tout ce qui lui restait, la seule personne qui connaissait vraiment sa vie, qui savait quoi dire lorsqu'elle était énervée, en pleure. La seule qui savait comment l'agacer en deux secondes aussi, la seule à l'emmener n'importe où sans qu'elle n'ose refuser. June. June. June. Es-tu là ?

C'est vrai ça, la sublime June, la magnifique, comment vivrait-elle sans son bras ? Elle essayait en vain de se projeter, mais un mur se dressait devant elle. Elle ne savait pas, elle ne voulait pas savoir, elle voulait juste que June ouvre les yeux, lui parle, lui dise qu'elle avait vraiment voulu le faire, pour ne pas abandonner simplement la vie. Elles avaient été jusqu'au stade sans problème, elles avaient  un brin de chemin ensemble, elles avaient vécu trop de chose ensemble pour qu'elle accepte qu'elle s'en aille. C'était égoïste ?

C'est alors qu'elle daigne lever les yeux vers cette voix grave qui osait croire une seule seconde qu'il avait le droit de lui dire ces choses-là à elle. De la bouche de Tam ou Dante, ça aurait été d'une tout autre nature. Elle l'aurait pris autrement, son coeur n'aurait pas manqué un battement, son souffle ne se serait pas tari à ce point. Le mec voulait l'aider à comprendre. Ah ah.

« Tu l'espères aussi ? Sérieusement ?! Te fou pas de ma gueule ! T'as l'air de l'avoir déjà enterré ! » Lâcha-t-elle, la voix écaillée par une colère sourdre qui venait faire trembler sa main posée contre son amie. Elle ne savait pas d'où venait cette hargne soudaine, mais l'assurance de l'homme qu'elle aurait peut-être apprécié à un autre moment la perturbait. Et, il faisait un parfait punching ball pour taire sa colère et cette peur profonde qui s'amenuiser en elle.

« TU ne décides pas de ce que JE ferais, et TU n'influenceras en rien MES actions. Occupe-toi de ton cul et arrête de faire semblant de compatir à son malheur. »

Toi. Toi. Toi. Ou toi ? Les mots, les vrais, sont tellement difficiles à entendre. Elle le savait, que si sa meilleure amie n'ouvrait pas les yeux, jamais, qu'il faudrait faire quelque chose. Elle n'espérait plus, même si elle voulait y croire. C'était fatigant de croire, d'espérer que la vie puisse continuer après ça. Kassandra ne quitta pas l'homme des yeux, plantant un regard noir dans son regard. Qu'en pensaient les autres alors qu'elle calait avec rage l'arme dans sa main, et qu'elle lâchait en voyant l'homme glisser le piquet de tente dans sa direction :

« Si tu fais un seul truc bizarre et que tu l'as vise, je te descend. » À savoir si elle le ferait vraiment, elle ne se posait pas la question. Mais la peur encore bien présente et l'état de son amie la mettaient dans tous ses états. Ses émotions n'étaient pas claires, et elle était tout bonnement incapable d'accepter que ce mec lui dise quoi faire. même si c'était la vérité, la vraie. comme si elle allait y arriver, elle se cala encore davantage dans le coin du camion, tirant son amie vers elle du mieux qu'elle pouvait.


Revenir en haut Aller en bas
Gary Warren
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/09/2014
Messages : 902
Age IRL : 23

MessageSujet: Re: Event de Janvier - Sujet commun   Mar 19 Jan 2016 - 11:22

Gary ressentit une vive douleur à l'arrière du crâne avant de ne plus rien sentir du tout.

Le reste fut vaguement un enchaînement d'images très floues pour lui, des instants figés qu'il ne comprenait pas, dont il se foutait. Car même inconscient, son esprit restait braqué sur l'absence de Rose et Norman à ses côtés, et le fait que ses plus proches amis étaient en train de le traîner jusqu'à un camion dans lequel il ne voulait pas monter ; pas seul.

Quand il émergea, quelques minutes plus tard, le mal était déjà fait. Il fixa pendant bien une minute le plafond du camion, se sentant ballotter de tous les côtés, à chaque virage un peu serré, à chaque mouvement d'évitement d'obstacle sur la route. Mais surtout, Gary se sentait vide. Vidé de ses forces, vidés de ses sentiments, et à la place, remplit d'un néant angoissant qu'il avait connu, un an auparavant. Un néant qu'il ne voulait plus jamais revoir de sa vie. Sauf que là, on lui avait rempli le crâne avec sans qu'il ne puisse rien faire, on lui avait refermé la tête, et plus jamais ce truc ne pourrait sortir de lui.

Rose était morte. Norman était mort. Et il était tout seul.

Et le pire dans tout ça, c'est qu'il avait pas le choix que de réaliser. Pour l'instant, l'homme était bien incapable de comprendre ce que ça signifiait. Qu'est-ce que ça voulait dire, morts ? Il savait ce que c'était que perdre quelqu'un, mais là... Il s'agissait d'une partie de lui alors, honnêtement, il voyait pas. Il comprenait pas. C'était trop bizarre, tout ça. Puis y'avait des bruits de fond, des conversations, que Gary pouvait pas percevoir parce qu'il devait avaler un morceau trop gros pour lui. Quand il le réaliserait, ça serait horrible. Joey, à côté de lui, voyant son ami se redressait, était le premier à s'en rendre compte. Mais il ne pipa mot. Il chercha juste à savoir si ça allait. Si la bosse énorme qu'il avait à l'arrière du crâne lui faisait pas trop mal.

Si, un mal de chien. Il avait envie de ressombrer quelques heures, histoire de. Histoire de se dire qu'il rêvait, que tout ça était pas vrai, qu'y'avait pas eu tout ce bordel. Qu'il était pas dans un camion, que y'avait pas de rôdeurs, et que Rose allait être à côté de lui, à un moment où un autre. Mais la douleur l'en empêcha, et réaliser c'était trop pour lui.

Alors là, Gary était juste vide, et il avait rien à dire à tous ces gens qu'il connaissait pas et avec qui il était coincé. De toute façon, articuler un truc, c'était bien trop compliqué. Ses pensées étaient diffuses, ses paroles n'auraient aucun sens. Tout ça, là, tout ce bordel, ça n'avait aucun sens.

C'était la merde.
Et ça faisait mal.




Go tell that long tongue liar. Go and tell that midnight rider. Tell the ramblr, the gambler, the back biter. Tell'em that god's gonna cut'em down. You can run on for a long time, sooner or later, God'll cut you down.
Revenir en haut Aller en bas
Hope S. Arlington
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 16/12/2014
Messages : 632
Age IRL : 23

MessageSujet: Re: Event de Janvier - Sujet commun   Mar 19 Jan 2016 - 13:15

ATTENDEZ ! PARTEZ PAS SANS NOUS ! Hurla Hope en voyant les camions les doubler. REVENEZ !

Ils ne l'avaient pas vu. Ils ne l'avaient pas entendu. Elle s'en était déchirée la gorge et tout ça n'avait servi à rien du tout.

MERDE ! pesta Hope en sentant la haine et la peur lui étreindre le cou puis la main de Joshua sur son épaule.
Faut qu'on se tire, on reste pas, souffla-t-il.

Ils avaient mis beaucoup de distance entre eux et les infectés du couloir. Beaucoup, mais il en fallait beaucoup plus pour les fuir vraiment. Hope n'en pouvait plus. Elle se sentait à bout de force, et l'idée de devoir continuer encore longtemps lui pesait sur l'estomac. Elle avait faim, soif, elle était fatiguée, elle voulait abandonner mais elle ne le pouvait. La mère de Josh arriva à leur niveau, fatiguée aussi de courir, pâle comme pas deux, tenant contre elle ses mains.

Joshua, je-
Maman, après d'accord ? Il faut partir maintenant. coupa-t-il sans écouter.
Bien, fit-elle avec l'air déçu.
Dès qu'on sera posé...

Son fils lui donna un petit sourire, bien que pas encore rassuré par la tournure que prenait les choses. La vieille femme le lui rendit pour lui donner du courage avant de se tourner vers Hope. Quelque chose n'allait pas, mais la cadette des Cooper n'aurait su dire quoi.

On va où ?!
Peu importe, tant que c'est loin.
Je reste. La voix de Sally était ferme et résolue.
Sally, c'est bon, tu peux le fai-
Maman ? S'inquièta alors la petite fille.
Non, pas de négociation. On a pas le temps pour ça. Je vais fermer derrière vous et m'assurer qu'ils ne vous suivront pas dehors, ça vous donnera de l'avance.

Elle déglutit péniblement, se tournant vers Emily avec un sourire qui se voulait tendre :

Je veux juste parler à ma fille, seule à seule.
Tu as une minute, pas plus.

C'était tout ce qu'ils avaient à offrir à la mère de famille. Après ça, ils perdraient leur avance et devraient s'en aller. Sally s'installa à genoux pour être au  niveau de sa fille. Elle la regarda dans les yeux en sentant les larmes lui monter, mais les ravala vite fait pour ne pas que l'enfant ne s'inquiète.

Ecoute moi bien Emily.
Maman, qu'est-ce qu'il se passe ?
Maman a eu des problèmes tout à l'heure, elle a été mordu par une de ses choses, la petite renifla bruyamment. Ne pleure pas, sois forte et écoute moi. Je ne peux pas venir parce que je suis malade. Quand ils vous mordent, on devient malade, et on change comme eux. Si je change, je vais te faire du mal ma puce, et il n'en est pas question. La blonde esquissa un sourire triste. Alors tu vas être avec papa et tati, et tu vas être très forte et les suivre coûte que coûte. Tu vas être la plus forte petite fille de la terre. N'oublie jamais que je t'aime, que je fais ça pour te protéger. La voix de Sally s'étrangla dans sa gorge, alors que l'enfant commençait à pleurer à chaudes larmes. Elle perdait sa mère. Elle sanglotait. Et Hope en l'entendant avait du mal à rester totalement sereine. Elle se mordit la lèvre pour garder son calme, bien qu'elle savait qu'ils allaient au devant de moment très compliqué. Mais tu vas devoir grandir, très vite, trop vite et je suis désolée de ça. J'aurais voulu que tu ais la même enfance que moi, la même vie, sauf que c'est différent maintenant et il va falloir que tu t'y fasses... Je t'aime Emily. Je t'aime plus que tout au monde.
Moi aussi je t'aime, mais je veux pas-
Maintenant va voir Papa et... Non, ne pleure pas ma puce. Souris moi, je préfère voir ça.
Mais maman...
Souris moi juste pour cette fois.

Emily se força. Reniflant bruyamment, elle se força a faire un sourire avant de fondre dans les bras de sa mère en se refusant à la lâcher. Hope dut venir aider Sally à s'en défaire, en sentant qu'elle faisait quelque chose d'atroce, tandis que l'adulte luttait pour ne pas retenir sa fille plus longtemps.

Merci ma chérie. Je pars avec la plus belle image de toi.
Maman, je veux pas te laisser ! Maman je veux rester avec toi ! Hurla Emily d'une petite voix aigue.
Allez y, implorant Sally.

Hope hocha la tête alors que l'enfant se débattait dans ses bras. Elle vit son frère essuyer ses larmes d'un revers de manche avant de tourner les talons. Le reste de la troupe en fit autant tandis qu'Emily luttait comme un diable pour se libérer de l'emprise de sa tante. Cette dernière resserra sa prise autour d'elle pour la tenir un peu plus, la serrer si fort dans ses bras qu'elle pourrait l'étouffer. Elle se haïssait de devoir faire ça. Mais Daryl  n'y arrivait pas non plus. Joshua et Kate étaient trop occupés à autre chose. Les autres n'étaient pas concernés par ça. Alors, Hope souffla dans l'oreille d'Emily :

Arrête de lutter, s'il te plait. Arrête, ça fera moins mal... Il faut y aller Emily. On doit vraiment la laisser.

Sur ses mots, ils se remirent à courir vers la sortie, Emily cessant brièvement de se débattre. Surtout quand elle vit, les yeux grands ouverts et brouiller par les larmes, sa mère se faire attraper par la vingtaine de rôdeurs sur leurs talons, et absorber par cette masse cauchemardesque.




No it isn't
Please understand, this isn't just goodbye... This is I can't stand you, this is where the road crashed into the ocean, it rises all around me and now we're barely breathing a thousand faces we'll choose to ignore ©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Kate J. Moore
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 14/12/2015
Messages : 38
Age IRL : 21

MessageSujet: Re: Event de Janvier - Sujet commun   Mar 19 Jan 2016 - 18:02

Si je devais compter toutes les prétendues fins du monde auxquelles j'ai survécu, je devrais me considérer comme une survivante du tonnerre. Enfin, quand je dis moi, je parle également de toutes les personnes qui ont connu le passage à l'an 2000 et 2012. Ces rumeurs qui disaient que d'après je ne sais quel devin, on aurait dû tous mourir et le monde aurait dû renaître ou je ne sais quoi. Certaines personnes craignaient ces événements comme si ça allait réellement se passer. En un sens je les comprends, comment ne pas être inquiété de voir tout ce que l'on connaît se faire détruire comme un vulgaire nuage de poussière balayé par le vent? C'est une peur qui vous prend aux tripes et qui vous empêche de fermer l'oeil la nuit. Je connais ce sentiment. Tout le monde ici le connaît. Tout le monde ici le vit en ce moment même. Parce que jamais, au grand jamais, on aurait pu imaginer que les choses se passent de cette manière. D'ailleurs je crois que si je survis et qu'on me demande comment les choses se sont passées, comment on a fait pour en arriver là... Je ne saurais absolument pas quoi répondre. Mais pour ça, il faudrait déjà survivre. Je me dis pour l'instant que je pars avec un avantage. Je sais tirer, certes pas avec toutes les armes, mais au moins je me débrouille vraiment pas mal avec le Beretta de mon père. Je n'irais pas jusqu'à dire que je pourrais descendre ces trucs les yeux fermés non plus. Mais je me débrouille bien quoi. Et puis sans que je ne sache trop pourquoi, je ne suis pas tétanisée de peur devant eux. Je suis plutôt du genre à foncer dans le tas pour essayer d'aider les autres plutôt que me retrancher ailleurs en laissant quelqu'un se battre à ma place. C'est certainement une question de caractère. Allez savoir.

Après avoir rejoint Hope et les autres, on s'était retrouvés à de nouveau aider quelqu'un. Ce quelqu'un c'était Rose. J'étais cependant restée relativement en retrait quand Hope tenta de la raisonner et de la forcer à oublier l'idée de retourner vers le stade pour chercher son cher et tendre. Elle avait son fils et elle n'était pas mordue. C'était déjà ça. Enfin, ce n'est pas le moment de laisser place au jugement. Elle fait ce qu'elle veut. Le souci, c'est que personne ne semble d'accord de la laisser aller risquer sa peau là-bas. Et certainement pas Hope. Du coup, si ma meilleure amie se précipite avec la latina, je ne pourrai pas m'empêcher de les suivre également. Et il en sera certainement de même pour Daryl et Joshua. Qui seront suivis par Sally, Emily et la mère de Josh. En bref, on serait tous morts. Alors que je m'apprêtais à forcer Rose à nous suivre, l'aîné Cooper me devança et attrapa la jeune femme par la taille pour l'entraîner dans la même direction que nous. On devait se dépêcher, quitter cet endroit, tenter de monter dans des camions et nous échapper en même temps que les autres survivants. Malheureusement, en arrivant près de la porte Nord du stade, tout ce qu'il nous restait c'était nos yeux. Pourquoi je dis ça? Non pas qu'on se soit fait attaquer au point de ne plus rien avoir de notre corps à part ça. Je dis ça au sens où il ne nous restait plus qu'à observer les camions qui partaient à toute vitesse, emportant avec eux nos derniers espoirs de quitter cet endroit plus ou moins sereinement. Hors d'haleine, je lâchais cependant une bonne paire de jurons avant de me concentrer sur autre chose. On avait réussi à semer les rôdeurs. Pour l'instant. Je vis Josh et Hope discuter, puis la conversation s'orienta par la suite sur Sally. Certainement à cause de sa morsure. Si elle n'est pas réellement aussi stupide qu'elle sait l'être par moment, et oui je dis ça parce que je ne la porte pas particulièrement dans mon coeur, elle s'est rendue compte que pour elle la route s'achève ici. Après tout, peut-être que c'est le cas pour nous tous. Peut-être qu'aucun de nous ne va sortir vivant de cet endroit, qu'on deviendra tous ces machins dignes d'un mauvais scénario de film d'horreur.

« On va réussir à s'en sortir. Vous en faites pas. Même si on doit vous prendre sur notre dos tour à tour, on le fera, d'accord? »

Sans réellement savoir pourquoi, j'avais décidé de m'adresser à la mère de Joshua qui était toujours à côté de moi et qui reprenait son souffle. Elle était à bout de forces, ça se voyait, et malgré moi je voulais la rassurer. On peut dire de moi que je suis une personne sans coeur, mais il m'arrive d'avoir de la compassion. Enfin, disons que je cache bien mon jeu. Enfin bref, ce n'est absolument pas le sujet pour l'instant. Je voyais du coin de l'oeil ce qui était en train de se passer entre la famille Cooper, et les sanglots de la petite ne faisaient que confirmer ce que je pensais. Du revers de la manche de mon haut, je venais essuyer tant bien que mal le sang que j'avais sur le visage. Disons que ce n'est pas la meilleure des sensations, que celle d'avoir du sang coagulé sur la peau. Surtout quand ce n'est pas le vôtre. Une fois cela fait, je sortais quelques balles de la boîte de munitions que j'avais dans le sac récupéré à l'armurerie pour recharger mon arme. C'est à ce moment là que je vis tout le monde se remettre à courir dès que Hope avait récupéré la fille de son frère dans ses bras. Je rangeais mon arme après avoir terminé de la recharger tout en courant, la glissant à nouveau entre mon dos et ma ceinture. Les rôdeurs étaient à nouveau là. On devait s'enfuir et plus vite que ça. J'attrapais le bras de la mère de Joshua pour l'entraîner avec moi et éviter de la laisser en arrière. Parce que je l'avoue, je n'ai pas envie qu'elle finisse de la même façon que Sally qui venait de se faire dévorer par une bonne vingtaine de rôdeurs affamés. Je pense sincèrement que ça doit être l'une des pires morts qui existent.

« J'crois qu'on a plus trop le choix, alors c'est parti! »

La latina venait de dire quelque chose, je n'avais compris que quelques mots mais le sens était là. De toute façon, on n'avait plus vraiment le choix. Il fallait qu'on quitte ce stade par nos propres moyens, piétinant les corps de tous ceux qui n'avaient pas eu la chance de s'en sortir. Mais s'apitoyer sur leur sort ne nous fera pas faire autre chose que les rejoindre. C'est donc sans prendre le temps de reprendre réellement mon souffle que je me forçais à donner tout ce que j'avais pour ne pas flancher et ne pas arrêter de courir. Merci l'adrénaline. Quoi qu'il en soit, à présent on était seul. Certes, on formait un petit groupe. Mais il n'y avait plus rien. Plus que nous. Et eux. Et une fois sortis du stade... La vraie survie commencera. Chacun de nous est mort ce soir. Notre ancienne vie a été dévorée par ces rôdeurs. Et tout ce qu'il nous reste à faire, c'est de recommencer une nouvelle vie en oubliant tout ce que l'on a connu. En fait... on a beau être différents, on ne vaut pas beaucoup mieux que ces malades. Ces monstres. Car quel que soit le côté duquel nous nous trouvons, chacun de nous démarre une nouvelle vie aujourd'hui.



KILL OR BE KILLED

© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Event de Janvier - Sujet commun   Aujourd'hui à 11:36

Revenir en haut Aller en bas
 

Event de Janvier - Sujet commun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 26 sur 28Aller à la page : Précédent  1 ... 14 ... 25, 26, 27, 28  Suivant

 Sujets similaires

-
» Comment se perdre en 1 leçon [Sujet Commun N°1]
» Sujet-commun : Intrigue 1
» SUJET COMMUN // joyeuse Saint-Valentin !
» LE BAL DE LA SAINT-VALENTIN - sujet commun (l'arrivée des invités)
» On ne vous oubliera jamais... [Sujet Commun]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Event-