Partagez | .
 

 Letdown.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Auteur
Message
Levia T. Isaakovitch
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 04/03/2014
Messages : 1178
Age IRL : 23

MessageSujet: Letdown.   Sam 9 Jan 2016 - 19:17

En sortant, elle avait glissé dans une énorme flaque de sang. Ce n'était que maintenant qu'elle était posée au calme qu'elle s'en rendit compte. La morsure du froid sur la tâche rouge et encore humide sur ses fringues n'avait pas attiré son attention jusqu'ici, c'était à croire que son champ de vision s'était inexorablement réduit pour ne se concentrer que sur ce qui était important : fuir. Mais maintenant qu'elle croisait son reflet dans un miroir poussiéreux, qu'elle voyait son jean usé et crasseux imbibé presque totalement d’hémoglobine, sa chemise qui avait également épongé, et ses manches n'ayant pas échappé au carnage, Levia se rendit compte de tout ce qu'elle avait probablement manqué et de l'état dans lequel elle se trouvait.

Sa respiration ne cessait pas, ne se calmait pas, ne s'arrêtait pas. Elle sentait son cœur battre dans sa cage thoracique la chamade. Elle se sentait trembler comme une feuille, sans savoir si c'était à cause du froid, de la fatigue, de la faim ou simplement de la peur monstrueuse qui lui agitait l'estomac. Elle avait envie de vomir. Une nausée violente, des spasmes au ventre qu'elle retenait bon gré mal gré en restant planter au milieu de ce salon vidé de toute vie.

La jeune fille eut envie de pleurer aussi, après tout ce que ses yeux avaient vu, sans qu'elle puisse seulement le réaliser. La scène de la synagogue, et le fait qu'enfin, là, dans cet appartement qu'elle ne connaissait pas, qu'elle n'avait jamais visité, qui n'était même pas chez elle et dans lequel elle s'était réfugiée en passant par l'issu de secours, en cherchant désespérément un endroit où s'installer pour se reposer, elle puisse arrêter de courir et de sentir cette odeur de mort à plein nez, la forçait à réaliser le charnier qu'elle avait traversé pour survivre.
Son estomac fit un bruit sourd : un grognement furieux qui la fit sursauter. Elle était affamée. Et pourtant, ses jambes étaient comme de la mousse qui refusait de bouger. Par quoi devait-elle commencer ? Manger ? Se changer ? Dormir ? Boire ? Elle ne savait même pas ce qu'il y avait ici, ni si quelqu'un reviendrait pour s'y installer. La poussière sur les meubles lui disaient que non, qu'elle serait seule au moins un temps. Sans les grognements furieux de ces cadavres du dehors...

Mais tout était trouble. Un courant froid la fit se réveiller, elle se retourna pour aller fermer la fenêtre. En dépassant une commode, elle vit la photo d'une jeune femme serrant dans ses bras un autre homme qui lui ressemblait étrangement. Par réflexe, elle attrapa le cadre pour mieux le regarder, pour croire les yeux de cette jeune femme qui lui offrait un toit. Puis, elle posa la photo face contre la surface, pour ne plus avoir à la voir. Elle se sentait tellement coupable, là. Elle était l'abominable squatteuse couverte de sang qui allait s'improviser voleuse de surcroît. Se défaisant de sa chemise qu'elle balança dans un coin de la pièce, elle fit ce qu'elle devait faire...

Au bout d'une heure, elle avait pris un pull et un jean un poil trop grand pour elle, une ceinture pour tenir le tout, avait même eu l'occasion de grignoter des cacahuètes et de boire une partie de la bouteille de jus d'orange laissée dans un placard. Et pendant tous ça, tous ces mouvements dans cet appartement Levia, celui qui la soulagea le plus fut quand elle s'effondra de tout son long sur ce lit confortable. Bien loin du sol de ce placard, trop petit pour elle, trop dur pour son dos, trop froid pour ses vêtements.

Là, elle se blottit comme une enfant à l'intérieur de la couette, attendit quelques minutes de se réchauffer, car malgré les murs pour la protéger, il y faisait frais. Et quand elle sentit une chaleur bienheureuse l'envahir, Levia se mit à pleurer en silence. Elle ne voulait plus rien voir, plus rien entendre, plus rien savoir. Le monde était devenu insupportable. La vie également. Et elle était totalement impuissante, incertaine, hésitante, sur les nerfs,...

Elle pleura sans s'arrêter. Jusqu'à réussir à s'endormir d'épuisement.




Who, who are you really? And where, where are you going? I've got nothing left to prove cause I've got nothing left to lose. See me bare my teeth for you... Who, who are you?
Revenir en haut Aller en bas
Noah A. Thompson
Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 02/12/2015
Messages : 69
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Letdown.   Dim 10 Jan 2016 - 23:28


Serena !

A peine était-il descendu du véhicule qu'il avait monté les étages en urgence, cherchant avec désespoir le visage de sa soeur sans grand succès. Le coind e la rue était vide, les étages tout autant, et il fût bien étonné de ne pas l'entendre répondre. Il lui avait dis de rester confiné chez elle, et de ne sortir sous aucun prétexte le temps qu'il arrivait. Mais encore une fois, la brune avait dû trouver que ne pas écouter son frère était une idée excellente, et que sortir dehors était une super idée.

Putain de merde.

Il fût tout aussi étonné quand il parvint enfin à rentrer avec le double des clés, découvrant un appartement silencieux, vide. Ca ne ressemblait pas à sa soeur qui avait eu le don de l'exaspérer toute son enfance avec ses cris et ses explosions de sentiments. Là... On aurait dit qu'elle n'avait pas mis un pied dans cet appartement depuis une éternité. Alors que le paléontologue effleurait une commode du bout des doigts en ravalant la boule d'angoisse au fond de sa gorge, il repéra le cadre ou il posait avec elle. Il s'en rappelait de cette photo. Elle avait été prise peu de temps avant qu'il ne parte sur un chantier de fouille, à l'occasion des 25 ans de Serena. Alors que son regard s'attardait sur le reste de l'appartement, un frisson glacé parcourut son échine en voyant une chemise imbibé de sang. Ca ne ressemblait pas aux vêtements de sa soeur. Ce qui ne l'empêcha pas de répéter son nom à voix basse, avec pour unique réponse un silence de mort. A défaut de posséder une arme, il sortit de sa poche son couteau suisse, le braquant devant lui en continuant d'avancer jusqu'à la chambre, ou il nota une silhouette endormie sous les draps. Au début, il crût sincèrement qu'il s'agissait de sa soeur, sauf que sa ne collait pas. La silhouette était différente. Plus petite, plus svelte sans doute. Serena avait toujours aimé arborer ses formes du haut de son mètre 70. Ce qui ne l'empêcha pas d'envoyer la prudence se faire foutre, alors qu'il se collait pile devant la jeune endormie, l'attrapant par l'épaule pour la secouer violemment. Rien à foutre du bordel à l'extérieur, ou de qui elle était. C'était pas son putain de problème tout ça.

Oh !

Il lui laissa a peine le temps d'émerger qu'il enchaîna immédiatement sans un bonjour.

Ma soeur. Il indiqua le sourire de la jeune femme imprimé sur la photo. Elle devrait être ici, c'est son appart. Tu l'as vu ?

Peut-être qu'il s'agissait d'une de ses amies et qu'elle saurait l'aguiller ? Il pouvait toujours espérer après tout...


Revenir en haut Aller en bas
Levia T. Isaakovitch
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 04/03/2014
Messages : 1178
Age IRL : 23

MessageSujet: Re: Letdown.   Lun 11 Jan 2016 - 17:58

Levia fut extirpée de son sommeil avec tant de violence qu'elle en sursauta à moitié. Elle sentit la morsure du froid, comme si on la plongeait dans un bain d'eau glacé. Sa petite sieste sans rêves ne fut pas très réparatrice en contre partie, surtout au vu de la manière dont elle était traitée présentement. La jeune fille ne sut comment prendre la chose, en sentant les mains d'un inconnu sur ses épaules. Sur le moment, elle se crut pris à la gorge avant de se rendre compte que c'était surtout une terreur sourde qui luisait dans ses yeux et l'empêchait d'écouter ce qu'on lui voulait. Elle s'était retrouvée tiré de son sommeil bien trop vide pour comprendre ce qu'on lui demandait, de toute façon. Et après tout ce qu'elle avait vécu à la synagogue, elle ne voyait même plus comment réfléchir plus de cinq secondes.

Sans réaliser, sans pouvoir entendre, elle sentit juste l'intégralité de ses muscles se crisper sous la violence, sous la peur, une peur puissante lui donnant presque envie de pleurer. Au fond, elle n'était qu'une gamine qui faisait tout pour ne pas craquer, mais le monde s'acharnait comme elle, et elle avait encore l'impression de sentir le sang sur ses vêtements, collant à sa peau nue en dessous, et d'avoir à faire à l'un de ses monstres dehors. Et ce type, là, ce grand brun à l'air froid qui lui hurlait après comme un diable, il avait beau agiter un cadre sous son nez en lui demandant des explications, la juive n'y comprenait absolument rien.. De toute façon, elle avait toujours été du genre à agir avant de réfléchir, même à parler avant de penser, et c'était sans doute pour ça qu'elle réussissait aussi bien ses études en langues.

Lâche moi, lâche moi ! Fit-elle en arabe avant de se reprendre pour le répéter une dernière fois en anglais : Lâche moi !

Sauf que pour le coup, elle n'avait pas qu'étudier du vocabulaire ces dernières années, et ses réflexes de self-defense prirent le dessus pour lui permettre de survivre. Il était question de survivre, n'est-ce pas ? Parce qu'elle se sentait en danger, parce qu'elle avait la sensation terrifiante qu'il pourrait lui faire du mal, et qu'elle était sourde à toutes ses demandes. Elle murmura quelques mots en hébreu pour se remettre d'aplomb, se donner beaucoup de courage parce qu'elle savait au fond qu'elle s'apprêtait à faire une bêtise, et la seconde d'après, elle libéra son épaule droite et envoya son poing fermé se planter pile dans la gorge de son agresseur.

Ça eut heureusement l'effet escompté, et il n'était pas question de rester ici maintenant qu'elle s'était faite un ennemi juré à jamais. L'homme eut un peu de mal à reprendre sa respiration, sous la surprise, le choc et la douleur, mais eut tout à fait le temps de voir la jeune femme rouler sur le lit, passer de l'autre côté, et se diriger à toutes jambes jusqu'à la porte de la chambre pour s'enfuir. L'autre devait désormais sentir chaque respiration lui broyer la gorge, ça ne l'empêcha pas de toute façon à la talonner de près pour soit lui casser la tête, soit obtenir d'autres réponses.

Sauf qu'elle n'en avait aucune, et vu la manière dont on l'avait traité dans un premier temps, même si elle avait eu, elle n'était pas sûre de les donner. Puis de toute façon, là, elle avait surtout très envie de décamper, et vu la manière dont elle traversa le salon jusqu'à la porte d'entrée à toute vitesse, fit un pas vers le fauteuil où elle attrapa sa veste et ses bottes posées au pied, elle se précipita ensuite vers la poignée qu'elle chercha à attraper. Sauf que son détour lui avait fait perdre du temps, et le regagner allait s'avérer compliqué.




Who, who are you really? And where, where are you going? I've got nothing left to prove cause I've got nothing left to lose. See me bare my teeth for you... Who, who are you?
Revenir en haut Aller en bas
Noah A. Thompson
Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 02/12/2015
Messages : 69
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Letdown.   Jeu 21 Jan 2016 - 14:21


Noah s'était attendu à ce que la jeune femme ne réagisse pas calmement en répondant à toutes ses questions. Pas vu la manière dnt il l'avait tiré de son sommeil profond. En revanche, il ne s'était pas vraiment attendu à ce que la frêle jeune femme ne se transforme en Bruce Lee, et qu'elle ne l'envoie au tapis en lui coupant la respiration alors qu'elle s'extirpait du lit. Des étoiles passèrent dans son regard alors qu'il crût mourir la tout de suite, mais après quelques secondes, sa respiration sembla accepter de revenir timidement, lui brûlant la trachée.

Oh.la.conne... S'étrangla t-il à moitié en murmurant sa rage, alors qu'il se relevait tant bien que mal pour se jeter à sa poursuite.

Courir, respirer et tenter de rester conscient relevaient de l'effort surhumain, mais le besoin d'avoir une réponse à ses questions était vital, et seule cette fille semblait capable de pouvoir y répondre.
Courant du mieux qu'il put, il parvint tout juste à attraper l'inconnue par la taille alors qu'elle posait la main contre la poignée de porte, la soulevant à moitié du sol pour tenter de reprendre le dessus, la faisant tomber au sol avec lui pour lui bloquer les poignets.

MAIS CA VA PAS NON ? Hurla t-il de sa voix cassée, avant de poursuivre. J'vais pas te violer, ou t'attacher dans un coin j'veux juste des putains de réponses !

La sensation que sa gorge ne se remettrait jamais du coup qu'elle y avait porté restait ancrée dans son esprit, mais il devait se concentrer sur le reste; Des réponses, seulement des réponses.

Ma soeur vit ici, j'ai besoin de la retrouver. Une grande brune, les yeux bleus. Tu l'as vue ?

Si seulement elle la connaissait. Si seulement elle pouvait lui donner un simple indice d'ou elle aurait pu aller dans cet enfer, c'était tout ce qu'il demandait. Un indice, une réponse positive aux milles questions qui tournaient dans son crâne.

J'vais pas te faire de mal. Promit-il, se forçant à se calmer. Je veux juste m'assurer qu'elle est en vie, et en sécurité. S'il te plaît...

Il prit un peu plus le temps de la détailler, alors qu'il la maintenait à peu près au sol. Mais d'aussi loin qu'il se rappelle, il ne se rappelait pas avoir croisé une amie comme ça aux côtés de Serena, jamais. Peut-être s'agissait-il d'une de ses collègues ? Serena lui parlait souvent d'une copine qui s'appelait Stacy, avec qui elle aimait sortir une fois le boulot terminé... Doucement, il finit par lâcher les poignets de la jeune femme pour lui montrer qu'il ne l'agresserait pas plus, se relevant pour lui laisser la possibilité de respirer. Si elle se pensait en danger, il ne risquait pas d'obtenir quoi que ce soit comme réponse en dehors d'une nouvelle insulte dans une langue qu'il ne connaissait pas...
Revenir en haut Aller en bas
Levia T. Isaakovitch
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 04/03/2014
Messages : 1178
Age IRL : 23

MessageSujet: Re: Letdown.   Jeu 21 Jan 2016 - 20:50

Levia se sentit entraînée au sol violemment. Elle ne réussit même pas à se retenir à quoique ce soit, chutant de tout son poids à même le parquet avant de sentir l'autre la maintenir à nouveau. Elle avait perdu trop de temps. Mais sortir par cette température en petit pull et en chaussettes, ça ressemblait vraiment à une très mauvaise idée. Peut-être arriverait-elle à se créer une autre ouverture ? Tout du moins, se fut ce qu'elle espéra alors que son arrière train épousa le sol et qu'elle se débattait pour survivre encore. Il fallut que lui se mette à hurler plus fort qu'elle pour qu'il obtienne enfin les réponses qu'il désirait tant :

NON ! NON JE L'AI PAS VU ! Fit-elle en couvrant son ténor.

Enfin, il la lâchait, enfin, il lui promit de ne pas lui faire du mal, et enfin, il obtint tout ce qu'il était venu chercher : la vérité.

Je la connais pas, je sais pas chez qui je suis !

La petite brune se redressa sur ses coudes, le souffle toujours court à cause de l'exercice qu'ils avaient fait à deux. C'était terrible à dire, hein... Mais elle ne pouvait rien pour lui, et peut-être que si les choses avaient été faite de manière plus agréable, ni lui ni elle n'en seraient arrivés à ces extrémités.

Serena. Elle s'appelait Serena, et c'était le nom qu'il avait hurlé en arrivant dans la maison. Elle s'en souvint maintenant. Et c'était sa sœur. Levia baissa timidement les yeux vers le sol, comme pour essayer de se faire toute petite. C'était stupide comme tout, vraiment. Mais elle se sentait coupable pour le coup de l'avoir fait lutter autant pour finalement rien du tout. Depuis combien de jours était-il dehors à tenter de rejoindre cet appartement, pour finalement ne rien avoir du tout ?

Je voulais juste un abri, se justifia-t-elle ensuite. Un endroit où dormir et me poser parce que, enfin, dehors... J'ai réussi à forcer la fenêtre de l'issue de secours et c'est tout...

Elle esquiva comme elle le put ses explications. Elle tenta quand même de lui donner une raison à sa présence ici, c'était le mieux qu'elle puisse faire pour le moment. Elle se remit sur son arrière train, meurtrie par la chute. La brune eut du mal à cacher la grimace de douleur quand elle se posa dessus, ne manquant pas de se passer une main pour essayer de calmer tout ça. Il ne l'avait pas ménagé, ce gros crétin.

J'en sais juste rien.

C'était nul. Non, vraiment.
Elle pouvait pas l'encadrer parce qu'il l'avait tiré de son lit un peu trop brutalement, mais peut-être devoir lutter pour retrouver sa famille, elle connaissait. Ça faisait des mois qu'elle avait pas de nouvelles de Gavriel. Elle devait juste pas partir de Seattle pour être sûr de le retrouver s'il faisait bien la route jusqu'ici. Elle savait, mieux que personne, ce que ça faisait d'attendre après la survie d'un proche.

Désolée...




Who, who are you really? And where, where are you going? I've got nothing left to prove cause I've got nothing left to lose. See me bare my teeth for you... Who, who are you?
Revenir en haut Aller en bas
Noah A. Thompson
Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 02/12/2015
Messages : 69
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Letdown.   Mar 16 Fév 2016 - 22:09


Elle ne l'avait pas vue. Elle n'avait pas vu Serena, et cherchait juste un abri ou rester quelques temps, d'ou le fait qu'elle dormait dans le lit de sa soeur quand il était arrivé.
Pour le coup, le paléontologue eut l'impression de se prendre un nouveau coup de poing en plein thorax, alors que le peu d'espoir qu'il avait eu à retrouver Serena en pleine forme dans son appartement s'effaçait d'un coup.

Je vois...

Il la lâcha enfin, lui laissant le loisir de se redresser alors qu'il s'éloignait, observant la pièce sans réellement la voir. Presque hagard, alors qu'il désespérait de retrouver un quelconque membre de sa famille un jour.
Désolée, lança t-elle presque timidement alors qu'il tournait doucement le regard vers elle, sans pour autant la rassurer d'un sourire. La sociabilité, c'était pas son truc, encore moins dans ce genre de circonstances. Pas pour rien qu'il était parti à l'autre bout de la planète tout le long de sa vie.

Il se contenta d'hausser les épaules sans grande convictions, ayant l'impression d'avoir vécu 100 ans. Sa gorge le tirait douloureusement, et son rythme cardiaque commençait enfin à s'apaiser un peu après la course poursuite qu'il avait dû essuyer pour l'empêcher de s'enfuir.
Il était en colère contre lui même, la planète entière, et voilà qu'il se retrouvait en plus avec une parfaite inconnu qui avait manqué de le tuer avec son coup bien placé.
Noah soupira un instant, passant une main contre sa nuque avant de se retourner vers elle. Qu'est-ce qu'il pouvait bien lui dire après tout ?

Ok. On se connaît pas, et tu règle la question de savoir ou pourrait être ma soeur. Si tu veux rester ici un temps pour t'en sortir, grand bien t'en fasse. J'vais... Fouiller un peu, voir si je peux trouver des choses utiles. On partagera si tu veux. Et après je disparais de ce coin. C'est dangereux dehors, et je préfère largement m'éloigner de la ville que de rester dans le coin.

Rester avec des gens, très peu pour lui. En dehors de Serena du moins. Peut-être qu'elle avait trouvé le moyen de se cacher au musée, et qu'il pourrait essayer de al trouver ?
Tournant le dos à l'inconnue, il ouvrit brièvement les placards de la cuisine pour y trouver quelques paquets de biscuits et céréales entassées. A croire que Serena n'était jamais rentrée chez elle, et avait été bloquée ailleurs. Fouillant rapidement les tiroirs, il ne trouva pas l'arme qu'elle gardait toujours avec elle, le rassurant un peu. Il se contenta de mettre de côté l'énorme couteau de cuisine qui pouvait toujours s'avérer utile, avant de se tourner à nouveau vers la jeune femme.

Tu sors d'ou ?

Autant tenter un minimum de conversation, avant de reprendre la route. Ce serait toujours mieux que rien, et peut-être que ça éviterait une nouvelle dispute monumentale...



Revenir en haut Aller en bas
Levia T. Isaakovitch
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 04/03/2014
Messages : 1178
Age IRL : 23

MessageSujet: Re: Letdown.   Jeu 18 Fév 2016 - 21:35

Elle resta au sol, ramenant ses jambes contre elle, n'osant pas se relever. Comme s'il lui fallait désormais l'autorisation pour exister ou respirer. La tête baissée, elle ne le regarda pas trop, préférant s'éviter ça. Tout ce qu'elle savait, c'était qu'il était brun, au regard lourd, sentant la sueur de celui qui avait lutté pour venir jusqu'ici, lutté pour rien en définitive. Elle n'était pas responsable de ça, et elle ne se sentait pas tellement coupable non plus. Mais son « abri » n'en était plus vraiment un puisque tout le monde pouvait y rentrer comme dans un moulin.

Levia ne se sentait pas à sa place. Et elle n'était plus sûre d'un jour trouver un endroit où elle pourrait se sentir chez elle. Pas sans Gavriel en tout cas. Et ça faisait plusieurs mois déjà qu'elle attendait après sa promesse, après son arrivée à Seattle. Combien de temps pourrait-elle tenir s'il ne pointait pas le bout de son nez, au juste ?

Puis, il suffit que l'autre en face parle vite fait pour que Levia sente ses cheveux se dresser sur sa tête. Au début, il causait juste du fait de fouiller l'endroit pour trouver de quoi manger, se restaurer, bref, ce qu'elle avait fait en déboulant ici et en se servant généreusement. Mais alors qu'il disait qu'elle pouvait rester et que lui bougerait ensuite, elle manqua de s'étrangler en trouvant tout ça complètement et purement fou :

Tu veux retourner dehors !? T'es dingue ! S'agita-t-elle soudainement, semblant comprendre le pire dans ce que disait cet homme. Etait-il complètement taré ou seulement fini à la pisse ? Pourquoi vouloir partir du seul endroit qui semblait sauf, hein ? Suicidaire à ce point ? Elle reprit péniblement son souffle, ravalant es larmes amères de terreur à peine cachée, puis reprendre : C'est... J'veux juste pas-

C'était terrible. A cette simple idée, Lévia s'était mise à trembler comme une feuille. Il ne parlait même pas du fait de l'y amener, elle. Elle était libre de ses choix. Mais elle avait du mal à envisager pouvoir un jour remettre le nez dehors, là, en l'état. Pas après la synagogue. Essuyant ses larmes en tentant de rester fière, elle releva le regard vers lui pour se calmer. Elle ne craquerait pas. Même si sa nuit avait été courte, même si sa rencontre avec ce type avait été intense, elle ne montrerait pas à quel point tout ça la remuait.

Fière donc. Comme elle l'avait toujours été. S'abaisser à craquer devant un inconnu, c'était nul. Alors, hors de question de se laisser aller.

T'éloigner de la ville ? Souffla-t-elle simplement sur le ton de la conversation : Y'a un endroit où c'est vraiment sûr, en dehors de Seattle ? Ou pas loin ? Je veux dire... Je dois rester prêt d'ici, pour trouver quelqu'un mais... Enfin, on s'en fout.

S'il y avait un endroit sûr loin de Seattle, elle devrait attendre Gabriel avant de s'y rendre. Ou alors trouver un moyen de transmettre le mot à son petit frère. Elle se redressa, mais ses jambes semblaient en mousse après l'effort fourni. Son cœur ne s'arrêtait pas non plus de tambourinait dans sa poitrine. Nerveuse, elle se contenta de repasser à autre chose, comme si le fait d'avoir une conversation « normale » pouvait aider...

Y'a plus grand chose, fit-elle en désignant les placards. Ta sœur avait pas prévu de faire les courses avant de partir.

Se passant une main tremblante dans les cheveux, elle poussa un soupir simplement :

J'habite dans le sud de la ville, j'étais avec un groupe mais... Il y a eu quelques problèmes. Inutile de s’appesantir. Passer à autre chose. Et être mal-aimable, pour changer. Tu viens de loin, hein ?

Ça se sentait.
A l'odeur.




Who, who are you really? And where, where are you going? I've got nothing left to prove cause I've got nothing left to lose. See me bare my teeth for you... Who, who are you?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Letdown.   Aujourd'hui à 3:03

Revenir en haut Aller en bas
 

Letdown.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Rapunzel, Rapunzel, let down your hair.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-