Partagez | .
 

 I've change my mind.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Auteur
Message
Rose A. Warren
Administratrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 28/03/2014
Messages : 1554
Age IRL : 25

MessageSujet: I've change my mind.    Ven 8 Jan 2016 - 23:37


Rediscuter plus tard, quand elle aurait prit le temps de réfléchir.

Elle avait esquivé poliment Gary depuis ce jour, prenant le temps de se retrouver et savoir dans quelle direction elle voulait sincèrement aller. A défaut de pouvoir s'aérer l'esprit en dehors du stade, rester coincée au bureau qui lui servait d'infirmerie avait eu le don de la faire cogiter, remuer ses sentiments dans tous les sens, pour comprendre ce qu'elle pouvait sincèrement vouloir. Sa relation avec lui n'avait jamais été simple, oscillant parfois de l'amour à la haine. Un mélange de passion, de jalousie, et parfois d'une pointe de douceur quand elle ne s'y attendait pas.
Par chance, ils parvenaient à faire comme si de rien n'était devant Norman. Il était loin d'être stupide, mais au moins, à toujours être collé avec Emily il en oubliait presque l'étrange situation de ses parents qui, d'une dispute violente en venaient à se parler comme des êtres civilisés dès le lendemain, comme si il ne s'était jamais rien passée.

Elle avait beaucoup réfléchi, donc. A se demander ce que ce baiser voulait vraiment dire, se faisant petit à petit une réelle idée de ce qu'elle avait caché depuis un an. A force de s'emmurer dans la froideur et l'amertume, elle en était venue à renier le moindre sentiment à son égard, refusant d'admettre à quel point il avait pu la blesser en ne changeant pas. A quel point elle avait cru mourir de douleur quand elle s'était retrouvée seule dans cet appartement à Seattle, unique fautive de cette situation. Il avait fallût un an, un risque de mort et des retrouvailles pour qu'elle comprenne à quel point ses sentiments n'avaient jamais été estompés, malgré toute sa bonne volonté à le nier. Et voilà ou ils en étaient aujourd'hui. A devoir se retrouver pour discuter, après presque deux semaines à s'éviter habilement. Alors, elle avait décidé d'arrêter de réfléchir et retourner le problème dans tous les sens, pour se jeter dans la mêlée une ultime fois.
Quittant enfin son service, elle put traverser le camp en remarquant que Norman et Emily jouaient tranquillement devant la tente de Hope, qu'elle salua rapidement d'un petit sourire avant de se diriger vers son ancien coin de nuit. La température était glacée et pourtant, elle ne parvenait pas à ressentir le froid, sans doute trop angoissée pour autoriser les fibres de son corps à réagir à quoi que ce soit.
On disait souvent que les gens ne voulaient voir que ce qu'ils voulaient jusqu'à ce que la vérité ne leur saute aux yeux, permettant ainsi de réaliser ses erreurs et tenter de rectifier le tir. A force de se mentir à elle même, elle avait fini par se faire avoir à son propre piège, enfermée dans sa prison dorée à Seattle.

Elle inspira profondément avant de rentrer dans la tête sans même dire bonjour, croisant le regard de son ex mari qui devait bien se demander ce qu'elle pouvait foutre là à cette heure ci alors qu'il ne l'attendait pas. Retirant sa veste qu'elle jeta dans un coin de la pièce, elle ne put s'empêcher de prendre la parole en premier quand elle fût sûre qu'il n'allait pas lui demander avec sa politesse habituelle ce qu'elle voulait.

On peut parler ?

En réalité, elle n'attendit pas vraiment sa réponse, préférant tirer sur la manche de son gilet nerveusement avant de continuer.

Même si tu as tes torts dans notre histoire, je tenais à ce que tu sache que je n'aurais jamais dû quitter Phoenix. J'ai... préféré m'enfuir le plus loin possible, parce que j'avais peur de savoir ce que j'aurais ressenti en restant sur place.

Sans doute qu'en étant séparée et dans la même ville, elle serait morte pour de bon, comme elle le lui avait dit le soir de leur séparation. Sans doute que l'éloignement qui avait fait souffrir sa famille entière avait été purement égoïste pour l'empêcher de se rappeler ce qu'elle pouvait ressentir pour lui en restant dans les parages, que l'hopital de Seattle lui était apparu comme un signe divin, et tout un tas d'autres arguments lui venaient en tête alors qu'elle les faisait se taire. Baissant un instant le regard en mettant son arrogance de côté, elle parvint encore à rajouter.

On se rend compte de la valeur des gens quand on les as perdu je pense. Et c'est ce qui à faillit se passer entre nous, avant qu'on se retrouve dans ce stade. Du coup... J'me suis dis que ce soir, c'était le bon moment pour se parler à coeur ouvert. Sans disputes, ni crises ou hurlements. Juste... S'avouer ce qu'on veut vraiment.


So cold
It's so quiet here
And I feel so cold
This house no longer
Feels like home.

© by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Gary Warren
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/09/2014
Messages : 902
Age IRL : 23

MessageSujet: Re: I've change my mind.    Sam 9 Jan 2016 - 19:17

Deux semaines, c'était long.

Deux semaines à faire comme si de rien n'était devant les autres, ça avait un côté très théâtrale que Gary n'était clairement pas sûr d'apprécier. Y'avait pas grand chose à dire sur le reste, l'homme avait vu passer ces derniers jours comme on regarde un train défiler devant son nez pour le laisser passer, assis sur le bas côté à attendre un miracle qui ne venait pas. Il s'était armé de patience pour ça, d'une patience légendaire et travaillée, qui avait du mal à garder le cap.
Joey n'avait rien remarqué sur son comportement. Sans doute parce que « faire comme si » était finalement plus facile qu'il ne l'imaginait. Sûrement parce qu'il avait eu l'entraînement de cette dernière année, passée en solitaire, à faire comme si tout allait bien alors qu'au fond, il n'était qu'une loque sans repères. Faire comme si vivre loin de sa femme et de son fils était pas si compliqué, quand en fin de compte, il avait plutôt eu envie de se tirer une balle.

Faire comme si tout ça ne l'avait pas affecté, effrayé, alors qu'au fond il n'avait été qu'un gamin livré à lui même dans un monde hostile. Retrouver la solitude qui avait toujours été sa compagne avant de connaître Rose lui avait laissé un goût amer dans la bouche, comme celui de la rouille sur la langue, comme celui du sang dans la gorge. Un goût qu'il ressentait parfois, excepté lorsque Norman et Rose étaient avec lui. L'un ou l'autre, ou les deux à la fois.

Alors oui, deux semaines, ça avait été long, et quand Rose s'était enfin pointée dans sa tente alors qu'il ne faisait rien pour une fois, et qu'il ne courrait pas après Joey et Max pour aider les voisins à monter des machins et des trucs, à jouer avec Norman, à dresser Clint, ou à demander à Candice de garder ses distances, il fut bien content de la voir, même s'il fit comme si de rien.

Elle amorça la discussion sans attendre, et immédiatement, Gary s'arma de son sérieux parce qu'il savait qu'il était arrivé à une embouchure de sa vie où, s'il merdait encore une fois, il perdrait tout et ça, définitivement. Hors de question donc de faire une quelconque connerie, de jouer au crétin fini à la pisse, d'être têtu comme d'habitude. Il s'agissait d'un carrefour décisif, le moment où soit il remportait tout et était le plus génial sur terre, ou soit il se retrouvait tout seul jusqu'à la fin comme un bon connard.

Alors, il écouta. Avec attention, tous les mots de Rose. Ses regrets exprimés à mi-voix, ceux d'avoir quitté Phoenix et d'avoir fuit. Et il devait admettre que même si ça ne lui rendait pas cette année atroce qu'il avait passé, entre la solitude et le sevrage, ça lui faisait un bien fou qu'elle le lui dise en face. Poussant un long soupir de soulagement, il attendit simplement qu'elle se taise pour ne pas lui couper la parole, et souffla d'une voix grave :

Ecoute, c'est du passé, hein.

Putain. A peine eut-il sorti ça qu'il regretta. C'était d'un bateau et d'un con... Bien sûr que c'était du passé, bien entendu qu'il ne le changerait pas, que cette discussion lui rendrait rien de tous ces instants perdus loin de Norman. Mais sur le coup, il trouva rien d'autres à dire d'intelligent, et sans doute que s'il n'avait pas été Gary Warren, le dieu de l'impassibilité, il aurait pu se mettre à rougir de honte :

On va pas l'refaire. On reviendra pas en arrière. T'avais tes raisons sur l'moment, sans doute des très bonnes d'ailleurs, et on fera pas différemment. Il se racla la gorge en essayant de retrouver ses moyens. Les mains enfoncées dans les poches, droit comme un piquet, il reprit simplement d'une voix qui ne laissait aucun doute sur sa sincérité : Ce que je veux à pas changer en un an, Rose. Tu l'sais déjà.




Go tell that long tongue liar. Go and tell that midnight rider. Tell the ramblr, the gambler, the back biter. Tell'em that god's gonna cut'em down. You can run on for a long time, sooner or later, God'll cut you down.
Revenir en haut Aller en bas
Rose A. Warren
Administratrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 28/03/2014
Messages : 1554
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: I've change my mind.    Dim 10 Jan 2016 - 10:51


C'était du passé, avait-il dit. Elle s'était attendue à quelque chose d'un peu plus travaillé après lui avoir ouvert son coeur, mais Gary restait ce qu'il était, et ce n'était pas à 40 ans qu'elle aurait pu le faire devenir un incorrigible bavard. Elle se contenta de rester silencieuse, pinçant légèrement les lèvres tandis qu'il gardait son sérieux, rajoutant que son propre avis n'avait pas changé en un an, ce qui fait baisser la tête de la chirurgienne pour éviter son regard un instant.
Ils avaient eu tous les deux leurs torts dans cette affaire, se faisant plus de mal qu'autre chose au cours de son déménagement. Et malgré ça, il disait ne jamais avoir changé d'avis. Un poids la quitta alors qu'elle restait silencieuse, se rendant compte que pour une fois, ils étaient capable de parler franchement sans hurlements ni contradictions.

Tu sais, j'ai jamais vraiment arrêté de penser à toi à Seattle. C'était plus difficile que tu ne pouvais te l'imaginer. Et je dois avouer que j'ai peut-être passé mes nerfs sur pas mal d'interne pour tenter de t'oublier mais... j'y arrivais pas.

D'autant qu'ils s'étaient retrouvés là-bas. C'était juste stupide de sa part, d'avoir réalisé ses erreurs une fois qu'elle avait manqué de le perdre définitivement. Ramenant une mèche derrière son oreille, elle rajouta encore.

Ca fais un moment que j'ai pris ma décision, et que je sais ce que je veux. Mais je voulais juste m'assurer que cette fois, on reparte sur de bonnes bases.

Elle lui fit un rapide sourire, presque timide alors qu'elle était plus sincère que jamais, se rapprochant légèrement de lui en se sentant vulnérable.

Je me sens prête à ce qu'on ré-essaie tous les deux, vraiment. Parce que tu m'as manqué, et que mes sentiments sont toujours les mêmes...

Elle n'était pas sûre d'être capable de lui dire clairement qu'elle l'aimait encore, de peur de le faire fuir, ou qu'il ne panique. Mais au moins, il savait ce qu'elle pouvait penser, et pouvait lire en elle comme dans un livre. Effleurant son bras du bout des doigts, elle plongea enfin son regard dans le sien.

On aura encore des choses à faire, comme parler à Norman, se mettre d'accord sur pleins de choses, comme la situation du camp ou même de cette histoire de virus... Mais si tu es d'accord pour que tous les deux, on retente notre histoire, j'me sens capable d'affronter tout ça à tes côtés.

Pour la première fois depuis son arrivée au camp, elle n'avait plus peur. Là, dans cet espace confiné et face à lui, elle se sentait enfin capable d'affronter l'avenir. A deux, il y arriveraient, elle en était persuadée.



So cold
It's so quiet here
And I feel so cold
This house no longer
Feels like home.

© by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Gary Warren
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/09/2014
Messages : 902
Age IRL : 23

MessageSujet: Re: I've change my mind.    Dim 10 Jan 2016 - 11:35

Elle n'avait jamais cessé de penser à lui, disait-elle comme une confession. Et Gary était bien content de savoir ça, se sentant tout de suite moins seul. C'était à croire que cette séparation n'avait été qu'un fiasco parfaitement évitable. Évidemment... S'il n'avait pas été lui, têtu comme une mule, et si elle n'avait pas été elle, bornée comme pas possible, ils auraient tout à fait pu concilier, trouver des solutions, essayer autrement. Finalement, il avait fallu ça, de l'éloignement, de la solitude, pour comprendre qu'entre deux maux, le moindre était d'être ensemble.

Il avait fallu une épidémie mortelle pour les rapprocher, et Gary comme Rose étaient bien loin du compte à propos de cette dernière. Pas au point de remercier cette calamité, il devait admettre que ça lui avait fait prendre encore plus de recul sur lui et son ex-femme, ou nouvelle femme, il ne saurait dire. Il savait déjà avant que Norman comme Rose étaient terriblement importants pour lui, mais maintenant qu'il risquait de les perdre à tout jamais, tout prenait un relief cruellement effrayant.

Pour la première fois depuis longtemps, ils étaient d'accord sur quelque chose sans avoir besoin de s'écharper pour ça. Et ils faisaient ces efforts pas seulement pour eux, à priori. Alors oui. Repartir sur de bonnes bases, se parler, communiquer, essayer de faire bien mieux que l'échec d'avant. Ça devrait pas être si dur. Du fond, on ne peut que remonter :

On peut reprendre doucement si tu préfères.

Il haussa les épaules, posant une main sur le bras minuscule dans sa grande paume de sa compagne. Son autre vint se mettre sur sa joue, pour la caresser doucement du bout du pouce, et lui parler comme lorsqu'ils étaient tous les deux, à l'époque, dans leur chambre, à se regarder et à discuter en murmurant comme des gamins se racontant des secrets :

On garde nos places respectives, on se voit à l'occasion, on en parle à Joey et Lara, ainsi que Norman.

Tenter de vivre heureux en vivant cacher. Sans chercher pour autant à vraiment se cacher du monde. Juste de faire en sorte que leur couple soit la maison du bonheur, à leur manière. Que leur famille soit un refuge que rien ne pouvait atteindre. Lui en était les murs, elle le foyer qui réchauffait les pièces. Et Norman, la raison d'être de tout ça :

Comme ça, on va pas trop vite, on prend le temps de faire ça bien.

Il déposa ses lèvres sur le front de la brune, un baiser court mais tendre. Il se recula légèrement pour la regarder dans les yeux, l'air doux qu'il n'avait que lorsque tout allait bien, que lorsqu'il se sentait entier. Gary se racla la gorge pour s'éclaircir la voix, et lâcha doucement :

La dernière fois, tu disais vouloir me parler d'un truc important, t'sais... avant Candice, là. L'évocation du nom de la rouquine n'était pas une très bonne idée, mais Gary se moquait bien de cette gosse. Là, il était curieux de savoir ce qui avait amené Rose jusqu'à lui avant le drame : C'était quoi ?




Go tell that long tongue liar. Go and tell that midnight rider. Tell the ramblr, the gambler, the back biter. Tell'em that god's gonna cut'em down. You can run on for a long time, sooner or later, God'll cut you down.
Revenir en haut Aller en bas
Rose A. Warren
Administratrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 28/03/2014
Messages : 1554
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: I've change my mind.    Dim 10 Jan 2016 - 23:10


Prendre son temps ? Elle n'était pas vraiment sûre de le vouloir. Vivre à Century Link avait eu le don de lui montrer à quel point la vie pouvait se révéler courte, principalement en ces temps troublés. Elle secoua doucement la tête pour montrer son désaccord, avant qu'il ne vienne effleurer sa joue alors que son coeur ratait un battement. Ces gestes de tendresse lui avaient manqué, comme cette façon de murmurer pour discuter, à l'époque ou tout allait encore bien entre eux. Prendre le temps de l'annoncer aux autres, d'accord. Mais sa présence à ses côtés était finalement devenue vitale, et quinze jours loin de lui à réfléchir n'avaient que confirmer ses envies. Elle resta immobile tandis qu'il déposait un baiser sur son front, fermant les yeux en appréciant la douceur du geste, avant qu'il ne la relance sur cette chose dont elle voulait lui parler avant leur dispute mémorable. Elle grimaça légèrement en entendant le nom de Candice à ses oreilles, mais ne répondit pas pour autant. A la place, une lueur mutine naquit dans son regard avant qu'elle ne vienne poser ses lèvres contre les siennes, passant une main le long de sa nuque en appréciant chaque seconde.

C'était tellement plus facile de faire passer son ressenti par des gestes plutôt que des mots au final. Elle resta contre lui un instant avant de finalement se reculer, lui offrant un rapide sourire avant de finalement répondre à sa question.

Honnêtement, je n'y pensais même plus. J'ose espérer que ... Candice, ne s'approche plus trop de mon mari ?

C'était trop simple pour ne pas le lancer. Surtout après ce qu'ils venaient de décider. Un sourire amusé aux lèvres, ce dernier disparu bien vite quand elle rentra dans le vif du sujet.

J'étais venue te voir, pour te dire que j'en avais vu un. De malade. Et ce que j'ai vu ma terrorisée. Une fille qui devait avoir mon âge, la gorge en lambeaux. Elle n'aurait pas dû se relever, sa carotide était complètement arrachée et elle était là, debout, à avancer comme si tout allait bien...

Elle se stoppa un instant en se rappelant de la scène, préférant chasser l'image de la brune de sa mémoire avant de frictionner ses bras, prise d'un frisson.

J'avais tellement peur ce jour là... C'est pour ça que je suis venue te voir. Pour t'en parler, te dire que je te croyais. Et aussi sur le moment j'avoue, te supplier qu'on quitte le campement pour aller n'importe ou ailleurs.

Elle y pensait toujours en vérité. Mais ne le disait jamais à voix haute, par peur des réactions. Et si un jour, le camp tombait ? Elle ne devait pas y penser. Peut-être que sa crise de jalousie concernant l'autre connasse de rousse allait être excusée vu son état psychologique de cette journée, mais elle fit l'impasse sur le sujet, rajoutant.

Avoir peur c'est devenu mon quotidien jusqu'à maintenant. Le fait qu'on parle, qu'on sache ce qu'on veuille vraiment. Ca me rassure sur l'avenir, un peu. Avoua t-elle en déviant le regard, de peur qu'il ne se moque d'elle et de l'éclat de sincérité de ses paroles. Et puis de toute manière, c'est passé. Peut-être que les choses finiront par s'arranger ?

Elle n'y croyait pas une seule seconde. Mais c'était toujours un poids qui s'enlevait de le dire à voix haute.


So cold
It's so quiet here
And I feel so cold
This house no longer
Feels like home.

© by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Gary Warren
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 25/09/2014
Messages : 902
Age IRL : 23

MessageSujet: Re: I've change my mind.    Lun 11 Jan 2016 - 18:43

J'en sais rien.

Elle avait vu un infecté, un des malades du dehors, et Gary afficha grise mine en apprenant la nouvelle. C'était bien qu'elle sache, qu'elle affronte la vérité, mais ça lui faisait du mal qu'elle soit obligée d'en venir là. Que ça l'ait tant travaillé. Lui avait mis des jours à s'y faire. Et les images de Graam dévoré par sa femme ne le quittait plus, même après toutes ces semaines écoulées. Et jamais il ne pourrait les oublier, à dire vrai. Ça resterait, éternellement, gravé dans sa tête, et il pourrait pas s'en défaire avant des années. Restait à savoir s'il survivrait des années, et là, Gary en était pas sûr non plus, pas depuis qu'il avait écumé le dehors.

Alors... Est-ce que les choses allaient s'arranger ? Il comprenait parfaitement pourquoi Rose voulait s'en aller. Mais pour aller ou ? Dans quel endroit ? Y'avait pas d'issues à ce merdier, et c'était pas seulement parce qu'il était fataliste de nature, hein. C'était surtout parce qu'il avait fait Phoenix avant Seattle, et les villes entre, et que ça semblait la même merde absolument partout. Il l'avait dit à Rose, mais il pouvait pas lui décrire vraiment comment c'était. Il ne voulait pas non plus qu'elle puisse le voir...

Ça semble... Mal parti, pour qu'ça s'arrange.

Il souffla ça d'une voix sombre, lourde, déprimée. Ça le faisait chier de dire ça, de devoir dire la vérité, la réalité, telle qu'elle était. Froide et cruelle. Ça le faisait chier de devoir se dire que la civilisation se reconstruirait pas facilement dans ces conditions. Et que son fils allait devoir grandir dans ce beau monde pourri, c'était sans doute le pire de tout. Alors, un camp qui tenait la route, c'était mieux que rien, et partir d'ici, c'était con :

Et y'en a partout, Rose. J'veux dire, même Phoenix est dans cet état. Les rues d'Seattle se portent pas mieux. Il s'arrêta quelques secondes avant de pousser un soupir, se pinçant l'arête du nez entre deux fois. Ça l'agaçait de se sentir si misérable et impuissant. De pas avoir d'endroit sûr qu'il pouvait contrôler pour sa famille... Mais y'avait pas le choix. Fallait qu'il ferme la gueule et qu'il fasse au mieux : Ici au moins, on a des murs. C'p't'être pas la joie, mais on est protégés. Tant que y'a pas de mieux, faut pas qu'on s'éparpille.

Puis trouver mieux, c'était compliqué. Il voyait pas vraiment où se rendre pour ça, dans un endroit où Rose était prête à le suivre. Et tous les autres. Parce que Rose ne partirait pas sans Lara, et Gary ne voulait pas laisser Max ou Joey en arrière non plus. Une place forte, sécurisée, où ils pourraient être tous, c'était pas le plus aisé à trouver, il le savait. Le stade était, par défaut, déjà un bon début.

Puis, t'as un job ici. C'est pas le pied, j'veux bien l'admettre, mais au moins tu fais ce que t'sais faire et tu sers à quelque chose. On s'occupe tous comme on peut pour faire comme si la vie continuait, faut qu'on reste sur c't'optique pour Norman, ok ?

Il lui tint le menton pour saisir son regard, et se pencha le temps de lui voler un court baiser. C'était pas grand chose là non plus, mais toujours mieux que rien.




Go tell that long tongue liar. Go and tell that midnight rider. Tell the ramblr, the gambler, the back biter. Tell'em that god's gonna cut'em down. You can run on for a long time, sooner or later, God'll cut you down.
Revenir en haut Aller en bas
Rose A. Warren
Administratrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 28/03/2014
Messages : 1554
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: I've change my mind.    Mar 12 Jan 2016 - 19:12


Le chaos était partout,  lui disait-il, alors qu'elle le croyait sur paroles en se contentant d'hocher la tête, encaissant la nouvelle comme elle le put. Et tout semblait mal parti pour que ça s'arrange en plus. Ca, elle s'en était un peu doutée dès le départ, au vu de la gueule des militaires qui ne cessait de se décomposer au fur à mesure que les jours passaient.
Elle ne put s'empêcher de faire la moue en l'écoutant dire que le stade n'était pas un si mauvais endroit. Elle avait tout de même connu mieux en matière de confort, et de sécurité. Et pour le coup, apprendre que la situation était la même dans toute les villes lui donnait juste envie de partir quelque part au Tibet, ou au fin fond de l'océan, quelque part entre le Titanic et l'Atlantide.

Mais là ou elle l'observa avec de gros yeux, ce fût quand il annonça que ce n'était pas si mal ici, avec son simili de job.

Un JOB ? Appelle ça de l'esclavage à la limite, mais pas un job ! J'suis même pas payée et -

Le fait qu'il l'empêche de finir sa phrase en l'embrassant apaisa un peu ses tensions alors qu'elle se laissait faire, avant de  pouvoir enfin reprendre la parole à son tour.

Pour Norman. Ok, j'ferais mon maximum. Après, je dis pas qu'ici c'est l'enfer... Miles est un homme bien, et les militaires font de leur mieux mais... Si c'est pareil partout, pourquoi on n'essaie pas juste de... partir loin des villes par exemple ?

L'idée était venue bêtement, alors qu'elle haussait les épaules avant de poursuivre.

Des coins paumés, y'en à pleins... Tu t'rappelle pas de ce coin dans les montagnes ? J'avais fais un caprice pour y aller en vacance, vu qu'on avait pas eu de vraie lune de miel...

Un rire s'échappa de ses lèvres en repensant à cette époque, et du caprice monumental qu'elle avait fait à Gary en passant comme arguments leur mariage improvisé, le fait qu'elle ait porté Norman 9 mois, ou encore que le chalet en question était estimé comme LE lieu à squatter pour les vacances d'hiver si l'ont était branchée et à la mode. Et la semaine avait été un vrai paradis d'ailleurs. Même si elle avait passé le plus clair de son temps au lit plutôt qu'à l'extérieur, épuisée par ses nuits manquées par les pleurs de Norman.

Volant un baiser à son mari, elle rajouta encore.

Si un jour, on décide de s'en aller de là. Que ce soit pour les vacances, ou juste pour un moment en famille, si on parvient à retrouver une vie normale. J'aimerais bien qu'on y retourne. Si t'es d'accord du moins...

Penser à l'avenir était sa manière à elle de se rassurer. A défaut de penser au danger de l'extérieur, elle pouvait au moins s'imaginer sur une colline enneigée à apprécier la chaleur du soleil sur sa peau, même sur une plage à savourer l'odeur des embruns. Elle était capable de s'imaginer partout ailleurs,   si cela pouvait l'empêcher de sombrer dans la panique.

Et si on en à plus jamais l'occasion, parce que la situation ne s'arrange pas... On pourrait toujours essayer d'aller par la-bas nan ?  

Nouveau sourire, moins assuré que le précédent. Elle avait beau tenter de rester forte, elle restait une jeune femme de 30 ans plongée dans un monde dont elle ignorait tout. Elle baissa un instant le regard pour ne pas montrer l'angoisse qui brilla dans ses yeux une seconde, préférant garder ses propres peurs pour elle. Il n'avait pas besoin qu'elle en rajoute encore. Ils savaient tous les deux que la situation était effrayante, sans avoir besoin de mettre des mots dessus après tout.


So cold
It's so quiet here
And I feel so cold
This house no longer
Feels like home.

© by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: I've change my mind.    Aujourd'hui à 10:36

Revenir en haut Aller en bas
 

I've change my mind.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Well it´s been days now And you change your mind again ... feat Amber Helheim
» The self imposed limitations of the underdeveloped mind.
» On ne change pas une equipe qui gagne
» 01. Losing your mind
» Un acte , un destin qui change...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-