Partagez | .
 

 Up is down

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Auteur
Message
Jasper McCarthy
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 1913
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: Up is down    Mer 3 Fév 2016 - 22:55

Il ressentait clairement une pointe de jalousie, et de l'agacement en vue de la situation. Les retrouvailles n'allaient pas forcément dans son sens vu le regard que l'autre lui lançait. D'ailleurs, c'est certainement lui qui choisit de détourner en premier la tête dans une autre direction pour mettre fin à la pression de ce regard. Un commentaire ? Il aurait pu sans problème en faire s'il n'était pas dans une situation déjà grotesque avec la brune aux bouclettes...

De loin, il préférait se concentrer sur cette jalousie, pour en comprendre l'origine évidente. Il n'avait plus Mary lui, et même si sa perte était encore lourde et bien présente dans son esprit, il n'en montrait pas grand chose. Ana avait essayé de lui en parler brièvement quelques jours plus tôt, mais il avait préféré ne même pas aborder le sujet. En parler lui aurait permis d'évacuer les fantômes qui hantaient son esprit, mais il n'en avait clairement pas envie. Il était toujours dans l'idée qu'il pourrait un jour devoir virer de bord et s'éloigner de ce petit groupe... Jasper retint un soupire lorsqu'elle glissa un regard dans sa direction à l'énonciation de la voiture détruite. Ça allait le poursuivre, et elle lâcherait forcément le morceau à son très cher meilleur ami. Il attendait de voir comment ça allait se passer mais s'y préparait déjà clairement, il était déjà sur la défensive comme Axel de toute façon. Avant que les épaules se détendent, il allait se passer de temps...

« Ok... »

Il marmonnait tout en reprenant la fouille des véhicules, glissant quelques rares choses utiles dans sa sacoche. Chaque recoins, il les passait au peigne fin. Peut être trouverait-il enfin une arme... Les deux seuls que son ancien couple avaient... c'étaient retrouvé dans l'endroit  ou sa main avait lâché une dernière fois celle de la rousse... Machinalement il passa sa main dans son cou tout en continuant à chercher dans la boite à gant, les portières, le coffre. C'était mécanique, machinale, et il se fichait de ce qui pouvait bien se dire dans son dos quelques mètres plus loin.

Elle ne risquait pas de parler de ses écarts tout de suite... Mais ça viendrait. Par vulgaire politesse, elle préférait éviter de mettre le feu aux poudres de suite.

« Les pauvres... »

Les humains et leurs émotions. Il passait à la deuxième voiture dont la vitre était brisée, par une balle vu l'éclat. Jasper n'y porta qu'une brève attention mais n'espéra pas y trouver une arme. Après quelques secondes supplémentaires de fouilles, il trouva un paquet de cigarettes presque vide dans la boite à gants. Il ne fumait pas et n'avait jamais été intéressé par la chose, mais s'il n'avait pas fourré son nez dans le dit paquet, il n'aurait pas remarqué ce petit sachet transparent dont le contenu était parfaitement identifiable. L'odeur parfaitement identifiable lorsqu'il l'ouvrit lui rappela des souvenirs vraiment très lointain. Il n'était pas un très grand fumeur de résine de cannabis, ou plus communément appeler du shit.

Après avoir fouillé le reste du véhicule sans y trouver autre chose de concluant, il sortit du véhicule pour se rapprocher des deux autres en pensant après avoir fourré la drogue dans sa poche de pantalons Y a un quelqu'un qui a oublié sa petite réserve...

Pourquoi se sentait-il fier d'avoir trouver des déchets pareils sérieux ? Mais il était hors de question qui laisse cette magie sur place...


“L’endroit le plus sombre est juste sous la bougie.” p. korean
Le silence qui suit un grand désastre est le son le plus paisible qu'on peut entendre à la surface de cette terre. Elif Shafak.

Revenir en haut Aller en bas
Axel J. Kennedy
Bras droit | Sanctuary Hills
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 718
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Up is down    Jeu 4 Fév 2016 - 18:26


    Souriant toujours en regardant Carmen, mon visage se crispa soudain à sa question ; j'étais heureux de savoir qu'elles m'avaient cherché et n'avaient pas simplement fait comme si de rien n'était, mais est-ce que j'étais avec ma famille ? Si seulement... plus j'y pensais et plus je regrettais de ne pas être moi-même allé les rejoindre, ç'aurait été tellement plus sûr et cela m'aurait été d'avoir à attendre bêtement en ville alors que la situation là-bas ne faisait qu'empirer. Secouant la tête, je baissais les yeux.

« Je sais pas où ils sont... ils m'ont dit de les attendre dans le centre, c'est pour ça que j'ai pas encore complètement quitté la ville. »

    Dit à voix haute, ça me semblait presque absurde ; ça faisait maintenant trois mois que le monde avait commencé à sombrer, et ils n'étaient toujours pas là. Mais je préférais ne pas m'encombrer de telles pensées et me contentais de poser mes yeux sur Carmen ; au moins je l'avais retrouvée elle, c'était tout ce qui comptait pour le moment. Me laissant traîner par le bras, j'écoutais ce qu'elle avait à dire sans quitter Jasper des yeux ; je faisais mon possible pour être discret et ne pas le fixer comme un malpropre venu d'un autre monde, mais je préférais rester méfiant. Ce gars, je le connais absolument pas, et Carmen semblait le connaître depuis peu, qui sait qui il était réellement ? Et pourtant, elles logeaient chez lui...

    Ouvrant la portière d'une voiture pour mettre moi aussi la main à la pâte, je remarquais un peu tard un macchabée encore bien ''vivant'' au volant, il était attaché et ne pouvait pas vraiment bouger, il n'était tout du moins pas dangereux. Décidément y en a vraiment partout. Soupirant sans même m'en rendre compte, je fis le tour de la voiture afin d'ouvrir la portière côté passager. Dans la boîte à gant il n'y avait pas grand chose, si ce n'est une carte de Seattle et une boîte de bonbons à la lavande ; haussant les épaules, je la glissais dans la poche de ma veste. Le cadavre à côté essayait sans résultat de m'atteindre et je me contentais de lui lancé un regard inquisiteur, presque blasé ; fallait pas être con pensais-je, tu te doutais bien que l'autoroute serait bouchée nan ? Crétin. Ressortant j'ouvrais également le coffre mais il n'y avait rien d'autre qu'un chiffon plein de graisse de moteur. La question de Carmen me fit relever la tête ; évidemment que je voulais rester avec mais... si ma famille arrivait ? Je ne pouvais cependant me résigner à laisser mon amie une seconde fois ; rien ne m'empêcherait de retourner en ville plus tard pour laisser un mot.

« Bien sûr que je viens, j'ai plus l'intention de te lâcher maintenant ! »

    Je lui fis un petit clin d’œil, lui faisant bien comprendre qu'elle m'aurait sur le dos le restant de ses jours. J'omis cependant de lui dire que je n'avais aucunement l'intention de les laisser, elle et Ana, seules avec ce gars. C'est en refermant le coffre que je le vis arriver, un sourire un peu con sur les lèvres. Haussant un sourcil, je lance d'une voix morne.

« Alors, y avait des trucs intéressants ? »

    Il fallait croire que nous n'étions pas les seuls à passer par ici ; les réserves se faisaient maigres. Mais il y avait encore assez de voiture plus loin pour faire le plein, c'était du moins ce que nous pouvions espérer. Gardant toujours mes yeux sur le brun, je lançais, plus à Carmen qu'à lui :

« Vous êtes que tous les trois dans ce motel ou y a quelqu'un d'autre ? »

    Parce que je déteste les mauvaises surprises, et trop de gens que je connais pas ça fait pas bon ménage, surtout pas en temps d'apocalypse.





« Tout le monde dit que la ''survie'' n'est pas facile,
que ce n'est qu'un état second clôturé soit par une renaissance, soit par la mort.
J'ai eu ma renaissance.
»

Revenir en haut Aller en bas
Carmen L. Mendoza
leader | Sanctuary Hills
Administratrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 14/06/2015
Messages : 733
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Up is down    Mar 9 Fév 2016 - 18:02


Elle avait faillit dire quelque chose quand Axel annonça ne pas avoir retrouvé sa famille, mais préféra finalement se taire, scellant ses lèvres, le regard grave. Il y avait peu de chance pour qu'il puisse un jour les retrouver, à son humble avis. Ana avait désespérément essayé de joindre son petit ami, sans succès. Et ce n'était pas faute d'avoir été à son appartement, d'avoir essayé de le joindre sur son portable ou encore, d'avoir scruté tous les endroits ou il aurait été susceptible de se trouver. Des fois que Kenny aurait été assez con pour aller se cacher dans un bar de strip teaseuse par exemple...

A défaut de errer dans le centre ville... Tu seras toujours mieux au motel après tout. Dit-elle avec douceur à son meilleur ami, lui offrant un de ses rares sourires avant qu'ils ne se remettent tous au travail. Elle n'avait pas pu s'empêcher de rire légèrement en écoutant Axel jouer de nouveau les chaperons de la famille Mendoza, alors qu'elle se concentrait à nouveau sur la fouille des voitures. Et malgré toute sa bonne volonté, elle ne parvint à retirer de la voiture que quelques outils de mécanique, sagement cachés dans le coffre, ainsi que des munitions de 10mm, inutiles sans l'automatique qui allait avec. Néanmoins, elle les rangea dans la poche de son sac, relevant la tête alors qu'Axel cherchait à en savoir plus sur leurs trouvailles. Haussant les épaules, elle fit un signe sur son sac.

Deux conserves, des munitions. Mais pas de flingue, ou d'armes qui pourraient s'avérer utiles, en dehors d'une clé anglaise et d'un tournevis.

Ca, c'était la bonne question. La seconde en revanche, la refroidit légèrement. Les habitants du motel. Une seconde, Carmen observa la silhouette de Jasper, hésitant sur la réponse à donner avant de finalement répondre à demi mots;

On étaient 4 au début. La petite amie de Jasper. Elle est plus de ce monde.

Pas besoin de faire un dessin sur pourquoi elle était partie rejoindre le côté des morts.

Jasper les rejoint rapidement alors que l'ex gérante faisait signe à Axel de ne pas relever. Mais étrangement, l'ambiance sembla alors s'alourdir, sans qu'elle ne parvienne à expliquer pourquoi. Sans doute du fait qu'Axel et Jasper ne semblaient pas avoir eu un coup de coeur réciproque, mais qu'importait. Ils finiraient bien par s'y faire après tout, un jour.
Elle n'eut pas vraiment le loisir de tenter de relancer la conversation, qu'un infime bruit leur fit relever la tête à tous les trois, alors qu'elle récupérait la batte de base ball entre ses mains, prête à voir d'ou venait le bruit. Pui rapidement, le silence à nouveau. En soi, il n'aurait pas dû être inquiétait mais au vu de l'endroit ou ils se trouvaient, elle préférait largement plonger dans la paranoïa que de prendre le risque de tomber dans un piège.

Abandonnant un instant Jasper et Axel à la fouille des voitures, elle ne put s'empêcher de s'avancer vers les autres carcasses abandonnées qu'ils avaient fouillés un peu plus tôt, remontant le long de l'autoroute abandonnée d'une bonne vingtaine de mètre avant de comprendre d'ou venait le bruit. Et si la vue lui glaça le sang, l'idée d'imaginer le spectacle qu'elle avait sous les yeux pile à l'endroit ou elle fouillait avec Axel et Jasper lui glaça littéralement le sang.
Des wendigos, comme les avaient renommés Ana. Une dizaine, avançant de leur démarche entrecoupée dans leur directions. Hommes, femmes, enfants confondus, leurs yeux d'un blanc laiteux fixant l'horizon sans le voir réellement. Pour la plupart, ils portaient de simples vêtements parfois tacheté d'un sang noir, leurs membres blessés ne semblant nullement les gêner dans leur avancée.
Accroupie entre les voitures, Carmen eut l'impression d'être restée des heures à les observer, alors qu'à peine quelques secondes venaient de défiler.

Prévenir les autres, tout de suite. Elle se répétait l'information en boucle, restant accroupie entre les cadavres de véhicules pour ne pas se faire voir, faisant le moins de bruit possible. C'était Ana la pisteuse, elle qui avait passé des vacances entières dans la réserve de grand mère Ama, pas elle. Et pour le coup, elle regretta amèrement de ne pas connaître autant de capacité à être furtive que sa petite soeur. Mais au moins parvint-elle à rejoindre les deux hommes sans se faire remarquer des malades, faisant signe à Jasper de se taire alors qu'elle plaquait sa main contre la bouche d'Axel, dos à elle, pour l'inciter à se taire.

Ils sont là. Ne put-elle s'empêcher de lâcher d'une voix blanche.

Ils devaient se cacher. En espérant qu'ils passent sans les voir, et qu'ensuite ils puissent reprendre la route.

Sous les voitures. Lança t-elle à demi mot en jetant son propre sac au sol, conservant néanmoins sa batte de base ball à ses côtés alors qu'elle se glissait sous la fiat noire, rapidement rejointe par Jasper. Et contre tout attente, à cause du manque d'entretien, elle put rapidement sentir l'huile de moteur suiter contre ses vêtements, réprimant une grimace de dégout.

Y'a plus qu'à prier pour qu'ils ne nous croisent pas... Murmura t-elle à Jasper, cherchant du regard Axel pour s'assurer qu'il s'était mis en sécurité




HELP, I'M ALIVE
My heart keeps beating like a hammer,
Hard to be soft, Tough to be tender. If we're still alive, My regrets are few If my life is mine, What shouldn't I do? Come take my pulse the pace is on a runaway train (⚡) june.
Revenir en haut Aller en bas
Jasper McCarthy
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 1913
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: Up is down    Lun 7 Mar 2016 - 23:19

Faire semblant de ne rien entendre de leur conversation, mais les épier en passant pas loin d'eux était un peu une de ses spécialités. De toute façon, si c'était pour croiser le regard charmeur d'Axel, il valait mieux faire que passer. Puis, pour être franche, Jasper n'était pas prêt d'écouter leurs larmoyants discours sur leurs émouvantes retrouvailles. Ça l'énervait... Peut-être parce qu'il y avait un peu de jalousie là-dedans... Et que les moments de joie avaient tendance à le remettre dans ce bain d'horreur qu'il avait vécue un mois plus tôt... Si ce n'était pas plus. En fouillant dans les carcasses alentour, où il n'avait pas découvert grand-chose d'utile, il faisait de son mieux pour chasser les images de cauchemar qui prenait possession de son esprit.

Par moments, lorsqu'il sentait des regards dans sa direction, il tentait de sourire, comme pour dire qu'il était toujours là. Bah oui, il pouvait très bien profiter de ce moment pour prendre la fuite. Mais quel intérêt ? À part se mettre dans la merde davantage. Il avait bien vu les avantages de vivre en groupe, et même s'il n'était pas prêt à dire qu'il ferait absolument tout pour la survie des autres, c'était beaucoup plus facile comme ça...

« À ce train-là, on n'est pas près de ramener du poulet à la maison... » Avait-il grommelé plus pour lui-même que pour les deux tourtereaux qui fouillaient plus loin. Et pour ce qu'il trouvait dans les carcasses de voitures, il fallait avouer que ce n'était pas une très grande réussite pour le moment... S'ils ramenaient rien au motel, la faim allait vraiment finir par les pousser à bouger beaucoup plus loin... Perdu dans ses pensées, alors qu'il fouillait dans sa mémoire les villages alentour où ils pourraient aller, c'est l'air apeuré de la brune qui l'alerta. Il n'avait même pas remarqué son déplacement entre les carcasses, elle avait repéré quelque chose... Des choses. Et à peine un regard sur la gauche alerta tous ses sens. Merde. Non. Pas ça. Son pouls s'était déjà accéléré et il mourait d'envie de courir. C'était possible ça, de ne rien avoir perçu avant. Qu'aucun de ces gens morts ne se trouvait dans les véhicules. Qu'ils arrivent tous en masse comme ça. Pile au moment où ils fouillaient les carcasses et que leur véhicule était à l'arrêt plus loin.

Mécaniquement, il s'était brusquement baissé, les sons étaient devenus comme des bourdonnements et il n'arrivait plus vraiment à entendre les ordres de la jeune femme. Se cacher... Sous les véhicules ? Et courir ? C'était une option ? Il allait vraiment devoir retenir leur respiration au passage des marcheurs ? Toutes ces questions étaient en train de clairement obscurcir son jugement même s'il s'était déjà baissé pour essayer de suivre la brune sous une voiture à portée de main.

« T'es carrément folle... » Se permit-il de murmurer en même temps qu'il passait en dessous près d'elle.

« Se planquer sous des voitures... L'idée du siècle... » Avait-il dit dans sa barbe avant de finir par se taire tout simplement. Ça le terrifiait d'être coincé là-dessous. Il n'y avait aucune manoeuvre. Si un marcheur s'arrêtait... c'était fichu...
Ce n'était vraiment pas le bon plan de parler maintenant... Mais le stress, et la peur de voir les pas trainant des marcheurs sous le véhicule le mettait hors de lui. C'est comme ça qu'il allait mourir. Sérieusement ? Le temps était en train de s'arrêter, et l'attente devenait déjà insoutenable. Son regard se tourna vers Carmen à coté de lui, puis en direction de son meilleur ami qui avait trouvé refuge sous le véhicule un peu plus loin. Le béton était désagréable sous ses doigts, et il essaya de se concentrer sur les cailloux qui étaient en train de marquer sa peau plutôt que les pas trainants qui glissaient dans leur direction. Un coup d'oeil vers l'avant du véhicule lui indiqua clairement que les morts approchaient... En voyant ce début de spectacle, il ne put s'empêcher de se crisper davantage et de baisser les yeux vers le sol pour calmer sa respiration. Il n'avait pas remarqué l'odeur de l'huile de moteur qui était en train d'imbiber leurs vêtements et surtout ceux de Carmen. D'ailleurs, c'est qu'après avoir tourné son attention vers elle une seconde fois qu'il capta qu'il avait empoigné légèrement son bras avec son autre main. Automatiquement, il lâcha prise, surpris, mais s'efforça de ne pas faire plus de geste lorsqu'il entendit des chaussures faire crisser le béton à quelques mètres à peine... Ils étaient là...


“L’endroit le plus sombre est juste sous la bougie.” p. korean
Le silence qui suit un grand désastre est le son le plus paisible qu'on peut entendre à la surface de cette terre. Elif Shafak.

Revenir en haut Aller en bas
Axel J. Kennedy
Bras droit | Sanctuary Hills
Modérateur
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 718
Age IRL : 24

MessageSujet: Re: Up is down    Ven 11 Mar 2016 - 19:24


    Carmen semblait bien soulagée que j'accepte sa proposition de m'installer avec eux, de toute façon, comment aurais-je pu refuser ? J'avais suffisamment risqué ma vie à attendre dans le centre ville, un peu de recul me ferait le plus grand bien et, il fallait bien être lucide, elle était la seule famille avérée encore en vie qu'il me restait pour le moment. Je pourrais toujours retourner dans le centre laisser un mot pour quand mes parents et mes frères arriveront, ou même y faire quelques trajets de temps en temps pour m'assurer qu'ils n'y soient pas.

    Quand la brune répondis à ma question concernant le nombre qu'ils étaient à ce motel, je fronçais les sourcils à sa réponse ; ''la petite amie de Jasper'' ? Et c'était censé me rassurer ? Le mec avait pas été foutu de défendre sa nana et j'étais censé croire qu'ils étaient en sécurité là-bas ? M'apprêtant à ouvrir la bouche, je la referme en voyant l'air interdit de Carmen et reporte mon attention sur la voiture que je fouille en secouant la tête. Ouvrant la boîte à gant, je trouve une boîte de chewing-gum à la menthe et une carte de la région que je fourre dans mon sac. La remarque de Jasper me sort de mes pensées et je lève les yeux vers lui d'un air distrait ; du poulet ? Il s'attendait vraiment à trouver du poulet ? Ou peut-être qu'il pensait trouver une basse cours pour qu'on puisse avoir un poulet tout frais ? Je me retiens de rire en imaginant la situation, me disant que ça devait pas être aussi simple de nourrir trois personnes que de se nourrir seul.

« Faudrait trouver une épicerie, devrait y avoir plus de trucs que dans les bagnoles. »

    Je n'étais cependant pas certain de ce que j'avançais ; si en ville tous les commerces avaient été depuis le temps pillés et vidés de leurs réserves, rien ne me disait que ce n'était pas aussi le cas en dehors. J'avais eu jusqu'à présent la chance de toujours trouver un petit quelque chose à me mettre sous la dent, mais il était évident que plus le temps passait et plus cela se faisait compliqué. Il faudrait peut-être se mettre à chasser, ou même à faire des plantations... Je souris légèrement, me disant qu'après avoir tenté de fuir la vie à la ferme dont me destinaient mes parents, j'allais peut-être me retrouver à faire le même métier qu'eux. Si on pouvait parler d'un ''métier'' dans notre cas, c'était plutôt ce qui nous permettrait de ne pas mourir de faim.

    Un bruit me fit me redresser mais il semblait que ce n'était rien d'important ; peut-être un animal qui avait fait tomber je ne sais quoi en déguerpissant. Je ne me rendis compte que Carmen s'était un peu éloignée que quand elle revint derrière moi, plaquant la main sur ma bouche, et que je voyais le visage de Jasper se décomposer. Ce que me souffla la brune ne m'inquiéta pas vraiment sur le coup, c'est ce qu'elle lança ensuite qui me fit ouvrir grand les yeux. ''Sous les voitures'' ? Elle était vraiment sérieuse ? C'était un coup à se retrouver bloqués en dessous et encerclés. Le plus judicieux serait de partir d'ici.

« Faut qu'on parte. »

    Mais il semblait que la panique ait fait perdre la tête à la brune qui était déjà entrain de se fourrer sous une bagnole, suivie de son acolyte du moment. Je crois que j'avais pas trop le choix, je me voyais mal partir et m'éloigner une nouvelle fois d'elle. Soupirant bruyamment, j'ôte mon sac et ma guitare que je glisse sous la voiture que je fouillais avant de m'y caler aussi ; elle est juste en face de celle où mes deux semblables sont ce qui me permet de garder un œil sur eux et m'assurer qu'il n'arrive rien à Carmen. Baissant le regard vers mon pantalon, je vérifie que ma machette n'est pas trop compliquée à attraper, juste au cas où. Et maintenant rester là et attendre, prier pour que les macchabées passent sans encombre.

    Leurs râles se font de plus en plus persistants, s'approchant de plus en plus. Le temps semble s'égrener au ralenti et pourtant leurs pas traînants arrivent jusqu'à nous. Il est désormais impossible de faire marche arrière ; si l'un d'eux chute, on pourrait signer nos arrêts de mort. Jetant un regard sous la voiture en face, ma vision est entrecoupée par les pieds abîmés des cadavres qui claudiquent tant bien que mal sur des chaussures abîmées et dans jambes chancelantes. Est-ce qu'ils ont senti notre présence ou est-ce qu'ils avancent seulement dans l'espoir de trouver quelque chose à se mettre sous la dent ? Je sens le stress monter à l'idée que ce moment sera peut-être le dernier, après tous ces mois à éviter les ennuis et profiter de cette nouvelle vie. Et par dessus tout, je n'avais aucune envie de devenir comme l'un d'eux. Quelle ironie ça serait de se retrouver bouffé par ces morts qui reflètent bien la nature de l'Homme.





« Tout le monde dit que la ''survie'' n'est pas facile,
que ce n'est qu'un état second clôturé soit par une renaissance, soit par la mort.
J'ai eu ma renaissance.
»

Revenir en haut Aller en bas
Carmen L. Mendoza
leader | Sanctuary Hills
Administratrice
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 14/06/2015
Messages : 733
Age IRL : 25

MessageSujet: Re: Up is down    Sam 12 Mar 2016 - 11:06


Tais toi et passe sous cette foutue voiture. Se contenta t-elle de grogner à Jasper alors qu'il disait qu'elle était folle.

Avaient-ils seulement eu un autre choix ? Prendre le risque de partir en courant et de se faire happer par la masse quand ils n'auraient plus eu de souffle ? Ou mieux encore, que l'un d'entre eux panique en parte en courant ? Non. Très peu pour elle. La technique de la voiture était toute neuve pour elle, mais sans doute que les carcasses de fer leur apporterait un semblant de camouflage le temps que le plus gros de la masse ne disparaisse de leur sillage...
Alors qu'elle s'était allongée, elle avait tourné la tête vers Axel pour s'assurer qu'il avait pu trouver lui aussi un refuge de dernière minute, lui lançant un regard rassuré alors que les pas se rapprochaient. Elle ne put s'empêcher de grimacer en sentant l'huile du véhicule imbiber d'avantage ses affaires, tout en s'assurant que peut-être le liquide aurait un effet camouflage sur eux.
Un infime pressement au bras la fit légèrement tourner la tête alors que les premiers Wendigos s'approchaient de leur voiture, remarquant que Jasper annula finalement son geste. Sans doute sur le coup de la peur. Mais sur le moment, malgré toute son assurance, elle était loin de faire la fière. Et c'est presque dans le même mouvement qu'elle vint serrer sa main dans la sienne, autant pour se rassurer que le rassurer.

Carmen se força à expirer profondément alors que les jambes décharnées des premiers monstres les dépassaient, et que les paroles d'Ana Lucia sur les wendigo lui revenaient, ne faisant pas vraiment descendre son rythme cardiaque.
D'anciennes êtres humains recourant au cannibalisme, immobilisant leur proie pour les dévorer vivant. Peut-être que dans un sens, Ana n'avait pas tort. Peut-être aussi que commencer à penser à la définition des wendigo là tout de suite, n'était pas une excellente idée.
Elle ne put s'empêcher de jeter un oeil vers les pas macabres des malades, alors qu'ils semblaient de tout âge et de tout genre, au vu des vêtements abîmés et de leur démarche hésitante. L'instant lui sembla durer une éternité, il lui sembla même à un instant avoir manqué de faire mal à son voisin d'infortune alors que ses muscles se contractaient, jusqu'à ce qu'enfin, la petite meute sembla diminuer pour ne laisser que quelques pas hésitants, lui permettant de jeter à nouveau un coup d'oeil vers Axel qui était sain et sauf, lui retirant un poids de l'estomac.

Enfin, après de longues minutes de supplice, elle put enfin relâcher sa respiration, alors que les râles des wendigo s'éloignaient eux aussi, leur laissant enfin champ libre. Un rapide regard vers lui confirma qu'ils pouvaient commencer à sortir, quand la petite bande déambulante finit par atteindre la ligne d'horizon.

C'est bon. Murmura t-elle à Jasper On va pouvoir sortir, et foncer jusqu'à la voiture. En silence, et -

Et rien du tout, étant donné qu'un visage particulièrement hideux était venu la cueillir à peine au moment ou elle avait passé une moitié de son corps à l'extérieur du véhicule, ses mains décharnées tentant de la happer. Pourquoi y'avait-il toujours un foutu retardataire sérieusement Par un réflexe innatendu alors qu'elle avait frôlé la crise cardiaque, l'ex gérante parvint néanmoins à retourner sous la carcasse poussant Jasper vers la voie libre.

La voiture. Cours jusqu'à la voiture, et récupère Axel au passage!

Il lui sembla bien en se tournant vers la sortie libre que sa veste se déchira alors qu'elle ressentait une douleur au niveau du flanc sans y prêter attention. Plus tard, si le monstre ne finissait pas par la dévorer vivante alors qu'elle sortait enfin de la voiture, et que ce con la suivait en dessous, lui laissant le loisir d'observer deux autres wendigo non loin d'eux dont pourraient largement se charger Axel et Jasper. Par chance, sa batte à portée de main, elle n'eut qu'à attendre que l'ex avocat - au vu de sa tenue abîmée, mais de bonne facture-, ne passe la tête en dehors de la voiture pour lui asséner un premier coup, un second, et ce jusqu'à ce que sa tête ne finisse par ne plus se relever et qu'elle put enfin reculer en observant d'un air dégoûté son jean éclaboussé de sang.

Voilà... Une vraie promenade de santé cette autoroute, articula t-elle en lâchant sa batte quasi inutilisable, posant une main contre sa hanche avant de la retirer pour la découvrir écarlate. Et merde...

Pourquoi était-ce seulement maintenant que la douleur ressortait, nettement plus forte que sous la voiture ? Maudissant cette foutue pièce abîmée en priant pour qu'elle n'ait pas été rouillée, elle parvint néanmoins à rejoindre les deux hommes, prenant appui sur un des capots de voiture abandonnées.

On devrait peut-être pas tarder à y aller ...



HELP, I'M ALIVE
My heart keeps beating like a hammer,
Hard to be soft, Tough to be tender. If we're still alive, My regrets are few If my life is mine, What shouldn't I do? Come take my pulse the pace is on a runaway train (⚡) june.
Revenir en haut Aller en bas
Jasper McCarthy
Sanctuary Hills
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 1913
Age IRL : 26

MessageSujet: Re: Up is down    Jeu 24 Mar 2016 - 13:47

La main de la jeune femme ne l'avait pas réellement aidé à mieux gérer son angoisse intérieur. Mais cela l'avait au moins obligé à se concentrer sur autre chose, elle. Les pas des marcheurs commençaient à les encadrer. Traînant, ils prenaient le temps qu'il fallait pour traverser l'autoroute. Cela durait longtemps, trop à son goût. A tel point qu'il en oubliait de respirer. A maintes reprises, il dû reprendre sa respiration. Non sans manquer de respirer trop fort. La chose qu'il voulait éviter, c'était d'ameuter ce charnier sur eux... Car, pour le moment, tout semblait se passer selon les plans hâtifs de la jeune femme. Il n'y avait pas de complication, le problème semblait passer près d'eux sans remarquer leur présence.

Vite. Les derniers pas trainants passaient dans leur champ de vision et les sons disparaissaient peu à peu. Tout redevenait calme, et son cœur reprenait petit à petit un battement normal. Pas vraiment à l'affût, il attendait presque docilement l'ordre de bouger de la part des autres. Attendre des heures avant de sortir ne le dérangeait pas... Jasper voulait être certain de ne pas avoir à tomber sur ces mâchoires claquantes. Après que Carmen ait desserrée son emprise sur sa main, elle lui donna enfin ce top départ qu'il attendait.

C'est bon. Ils étaient en vie. Et il se promettait qu'en rentrant, même si les recherches n'avaient pas été aussi fructueuses que désirées, il fumerait ce qu'il avait trouvé dans son avant dernier véhicule. Jasper se fichait pas mal de devoir mesurer les dangers de consommer de la drogue après avoir sentie la mort le frôler. Un soupire de soulagement avait franchi la barrière de ses lèvres alors qu'il s'apprêtait à quitter leurs cachettes respectives. Soupire lâché trop tôt alors que la brunette se retrouvait face à un marcheur qui avait un putain d'esprit de contradiction. Pourquoi s'était-il égaré là ? Pourquoi n'avait-il pas simplement suivi le mouvement ? Le hasard. Ou alors un instinct primaire enfuit au fin fond de cette cervelle éteinte qui lui avait envoyé un signal. Stop.

Brusquement, alors qu'il voyait la jeune femme revenir vers lui à une vitesse étonnante, il en fit de même et sortit le plus vite possible de cette cachette. Il la laisserait faire. Hors de question qu'il utilise ce couteau à sa taille. Il le raterait pour sûr. Elle s'en chargerait très bien... Hors de question qu'il aille chercher Axel. Lui, il se chargerait très bien de lui... Il aidait la brune. C'était ce genre de personne, à aller secourir ses proches, à se démener pour eux. Pas lui. Et il préférait rejoindre l'extérieur le plus vite possible, puis le véhicule dans l'idéal.

L'air extérieur lui paraissait encore plus étouffant que jamais, et il mit un petit moment avant de se redresser furtivement et de se tourner vers la scène. Au même moment Carmen administrait des coups bien précis pour achever le marcheur. Le corps finit par s'immobiliser.

Ce n'est qu'après qu'elle mette en évidence cette blessure qu'il la remarqua. Il constata aussi qu'il avait pris énormément de distance par rapport à la scène. S'il était prêt à fuir ? Sans doute. Même pour un marcheur. Elle le lui avait dit, de s'en aller. Il n'avait pas vraiment hésité. Ses jambes avaient réfléchi à sa place. Mais lorsque la menace avait été écarté, il avait fini par s'avancer de nouveau vers elle en jetant des regards autour de lui. Encore un ? un autre ? Et cette blessure, allait-elle s'infecter ? Peu probable.

« Oui... Il faut que tu consultes Ana au plus vite... »

Sans attendre. Rien que pour s'éloigner de l'autoroute en premier lieu, et de ces souvenirs et de ce stress intense qui avait fait transpirer son corps. Il se promettait de ne plus jamais se retrouver là dessous...

« Je peux prendre le volant... »

Pour peu qu'Axel le lui refuse l'accès... Vu la confiance qu'il lui attribuait. Mais rouler l'aiderait peut être à se vider la tête.


“L’endroit le plus sombre est juste sous la bougie.” p. korean
Le silence qui suit un grand désastre est le son le plus paisible qu'on peut entendre à la surface de cette terre. Elif Shafak.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: Up is down    Aujourd'hui à 19:26

Revenir en haut Aller en bas
 

Up is down

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-