Partagez | .
 

 It's a wonderful life[Edwin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message
Lilou Black
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 234
Age IRL : 27

MessageSujet: It's a wonderful life[Edwin]   Dim 27 Déc 2015 - 0:24

La chanson ici


Être en vie...

Lilou était là depuis plusieurs jours, à voir famille et amis se regrouper au même endroit. Une masse de gens, plus perdus les uns que les autres, se serrant les coudes dans l'attente que l'épidémie se résout grâce aux autorités. Un sentiment de sécurité accentué par la présence environnante de l'armée, d'une structure plus civilisé qu'à l'extérieur du stade. Lilou était venue seule dans ce refuge avec un simple sac de voyage et sa guitare à la main, sans étui, ni enveloppe pour la protéger. Vétuste d'une époque lointaine de son adolescence, le bois avait vécu et les quelques rayures et écorchures témoignent du manque de soin que Lilou portait à ses affaires, même les plus précieuses. Même encore maintenant, Lilou avait malmenée ce pauvre instrument et cassé la dernière petite corde de sa guitare. Condamné à jouer dans les notes les plus graves, se contentant des accords les plus simples ou les plus souvent jouer. Avec le temps, Lilou avait rencontrer beaucoup de monde, discuter avec plusieurs familles, s'était intéresser comme les autres, à ce qu'il se passait dehors, témoignait de sa propre expérience avec l'épidémie. Elle ne s'était pourtant lier qu'avec qu'une seule personne depuis toute ces semaines. Bien des noms étaient entré dans sa tête mais l'envie de partager un moment avec eux n'était pas encore là. Peut-être le fait qu'ils avaient des proches avec eux, par conséquent, elle ne se sentait pas en adéquation avec eux. Tamara était peut-être une exception parmi tant d'autre. Pas vraiment seule, son indépendance face à son partenaire mettait à l'aise Lilou, qui n'aimait pas être présenter de force à des gens si elle n'en avait pas envie. Tamara ne la jugeait pas sur ses petites mauvaises habitudes concernant la drogue, elle participait même d'ailleurs à ces moments privilégiés ou d'habitude, Lilou s'isoler dans un coin pour planer en silence et s'éloigner de toute cette folie.

Mais hélas, les plaisirs synthétiques ont l'affreux défaut d'être temporaire et d'être une ressource qui s'amenuise avec le temps. Il fallait de rationner, comme cette nourriture que les militaires ne donnent plus aussi volontiers qu'avant. Les journées pouvaient être affreusement longues quand on ne sait pas quoi faire. Emprunter un livre ou deux ne change pas le faite, que chaque jour se ressemble et que la possibilité des activités étaient restreint par ce qu'il y avait en dehors des frontières militaires. Lilou n'avait pas envie de s'y aventurer, elle préférait rester cacher derrière ces murs et ne plus sentir ce nœud qui dévore son estomac à chaque fois qu'elle entend un bruit étrange la nuit.

Un peu à l'écart, là où elle peut encore espérer un peu de solitude sans vraiment se fermer au reste du monde et surtout ne pas échapper à la vigilance des militaires, Lilou s'était mise à jouer les premiers accords. La musique avait fait se retourner les plus près de son périmètre sans pour autant qu'il s'approche. Elle les observe une seconde puis les ignore tant bien que mal. Il fallait qu'elle s'y fasse à être vu et ne plus avoir le confort de sa chambre. La chanson est toute simple et pourtant, bien ironique compte tenu de la situation. Peut-être voulait-elle vexer les plus susceptible. Wonderful Life. Là ou quand tout semble perdu, une dernière provocation de la part de la Californienne qui ne s'était jamais faite à l'idée d'être un vulgaire mouton. Voulant tant se dissocier d'un groupe par des petits gestes, tant en voulant être accepté pour ce qu'elle est. Tout ce qui faisait de Lilou un être pleine de contradictions... Ça en énervait certains, en amusait d'autre. Ian n'aura jamais le luxe de le découvrir. Alors qu'elle jouait et s'était mise à chanter les paroles sans y réfléchir, elle s'était encore demander si il y avait une chance qu'il ait survécu. Elle l'aimait bien, c'était un garçon gentil et différent des mecs qu'elle avait pu rencontrer ces derniers mois... Sans doute sa décennie d'avance sur ceux de son âge. La maturité a toujours été quelque chose de très séduisant pour Lilou, depuis très longtemps.

La chanson se termine et elle remarque évidemment cet homme qui s'approche d'elle en remontant les gradins. Elle le fixe sans montrer quelconque sentiment, juste de la curiosité. Il la regardait ou alors peut-être observait-il derrière elle et il voulait rejoindre peu importe la personne qui s'y trouvait. D'abord elle se retourne pour en être sûre, mais personne et il l'a rejoint, un sourire léger sur les lèvres. Elle arque un sourcil. Un sourire maladroit, une moue un peu perdue sans doute. « Salut ? » Elle n'était pas étrangère à ce type d'approche alors qu'elle venait de jouer de la guitare. D'ailleurs, c'était souvent des jeunes adolescents ou des enfants. Moins engourdis par tout un tas de code de politesse et de bienséances.


Il est naturel d'avoir peur, de là, né le courage.Kery James
Revenir en haut Aller en bas
Edwin I. Cross
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 02/11/2015
Messages : 136
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: It's a wonderful life[Edwin]   Dim 3 Jan 2016 - 19:06

La journée débutait et comme à son habitude, Edwin partait récupérer son rapace au chenil aménagé exprès pour les animaux du groupe. Si l'idée aurait pu être tentante, le fauconnier, lui, s'était promis de n'y laisser son rapace que le soir, quand il dormait. Il ignorait totalement si les gens s'occupant de cette section étaient compétents alors hors de question de laisser Sora avec eux, surtout pour un si jeune faucon qui n'était pas totalement dressé. Après quelques heures, justement, à dresser son animal, Ed se rendit à l'évidence. Il était épuisé et son esprit était totalement ailleurs, de plus, le majestueux chasseur à plumes s'impatientait et fatiguait aussi. Après l'avoir nourrit, l'homme se rendit à l'évidence. Pour cette fois, il ne passerait pas toute la journée avec son pigeon.

Après avoir ramené l'oiseau au chenil, Ed sentit l'ennui le prendre rapidement. Il sentait le manque. Le manque de liberté. Ici, il n'y avait pas vraiment d'endroit pour courir, crier, balancer des leurres et envoyer Sora les récupérer, pour l'entrainer. Tout ce qu'il pouvait faire, c'était agiter un leurre et lui faire parcourir de courtes distances, ce qui n'aiderait certainement pas son instinct de chasseur à se développer correctement. Puis finalement, il avait trouvé une personne ou deux à qui parler avant qu'elles ne vaquent à leurs occupations.

Finalement, il s'était contenté de retourné à l'autel de la veillée de Noël. C'est là qu'il avait posé toutes les photos qu'il possédait de sa famille. Instinctivement, il entra la main dans la poche et caressa lentement Jonah, le fameux ornithorynque porte-clés, offert par son fils. Tandis qu'il commençait à aller à la mélancolie, Edwin entendit deux gamins discuter près de lui, les deux cherchant à déterminer si oui ou non ils devaient aller voir la " jolie blonde qui joue de la guitare et chante" sur les gradins, plus loin. Intrigué par cette annonce, le brun se leva en se dirigea dans la direction alors que les gamins ne se décidaient pas. Trouvant l'individu en question, l'homme s'approcha avec un petit sourire en coin, les paroles de la chanson choisie ne seraient probablement pas au gout de tous. Cela n'empêcha pourtant pas le fauconnier de monter les marches pour venir s'asseoir sur celle au niveau au dessous de la musicienne après les salutations qu'elle lui présentait.

- Salut. Si j'ai bien entendu, la chanson dit "Je voudrai avoir un ami" ou quelque chose dans le genre. Alors... Me voilà.

Petite blagounette pour commencer la discussion, done. Restait plus qu'à voir comment allait se dérouler le reste de la conversation. Dans tous les cas, soit ça se passait bien, soit il passait pour un psychopathe.
Revenir en haut Aller en bas
Lilou Black
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 234
Age IRL : 27

MessageSujet: Re: It's a wonderful life[Edwin]   Sam 6 Fév 2016 - 23:34

D'un œil intrigué, elle détaille silencieusement l'homme qui était venu à sa rencontre alors qu'elle déposait délicatement l'instrument sur le gradin. Cherchant instinctivement à sonder ses intentions, elle ne détecte rien d'hostile sur son visage. Sa voix est accueillante et chaude. Ça suffit à mettre Lilou à l'aise et délasser ses épaules qui s'étaient contractés sous le froid. C'est instinctif, Lilou s'arme d'une illusion de confiance et répond à ce sourire qui lui offre et marque une belle capacité d'adaptation dans ces circonstances.

-Et donc c'est toi qui va me rendre heureuse ?

La conversation débute alors qu'il vient s'installer près d'elle. L'échange est banale. Les présentations, elle découvre alors qu'il s'appelle Edwin et pour le moment c'est un bon début. Ils parlent évidemment de la musique et de sa guitare. Sans en dévoiler trop, Lilou confie aisément qu'il s'agit là de sa première guitare et qu'elle ne s'était pas résolu à la laisser derrière elle. Elle détourne aussi le sujet pour ne pas rentrer en profondeur sur le sujet. Surtout, éviter le sujet de sa mère, encore sensible à toute évocation de la plus grande douleur qu'elle ait jamais ressentie. Alors elle cherche à en savoir plus sur ce nouvel ami. Qui est-il, que faisait-il avant d'être cloîtré dans cet immense stade, loin du confort et de la tranquillité. Fauconnier. Le mot semble aussi étrange qu'il attise la curiosité de la jeune fille.

« Attend, tu possède un faucon ? Ici ? J'y crois pas. Je savais qu'ils acceptaient les animaux de compagnie, mais t'as certainement du étonné les militaires avec le tiens ! »

Ce jour-là, Lilou passe un moment agréable en sa compagnie. De leur gradin, ils se déplacent, là ou ça leur était permis. Elle avait délaisser sa guitare après l'avoir ranger avec le reste de ses affaires et raconter l'histoire de son arrivée au camp. Rien de violent, rien d'extraordinaire. Elle lui avoua même la peur que lui évoquait les contaminés. Parler d'eux ébranlé un peu plus son âme. Plus elle se familiarisait avec les gens du camp, plus elle réalisait que le retour à la normal s'éloignait de plus en plus. Revoir Ian était désormais un souhait bien inutile. Si il avait survécu, il était sûrement très loin d'ici. Elle n'était pas très pieuse, mais elle avait tout de même prié pour sa survie ainsi que celle de son fils.

Lilou n'est pas mécontente d'avoir rencontrer Edwin, il est assez facile d'approche, elle se sent assez à l'aise pour discuter de divers sujet, mais elle essaye de rester le plus vague possible sur les plus sensible. Encore fragile, sa voix vacillait à chaque fois que l'émotion la prenait. Et après plusieurs heures en sa compagnie, qui parurent de simples minutes, Lilou se fit alpaguer par Tam. La jolie brune, haute en couleur, coupa court à leurs bavardages pour l'emmener ailleurs, fumer un des derniers qui lui restait. La récréation de la soirée...

…..................................................

Les esprits s'échauffent dans la foule, la nourriture se fait de plus en plus précieuse. Lilou a même finit ses réserves d'herbes et tout ce qui lui reste pour passer le temps, sont les taches qu'on pouvait lui confier et le plaisir de jouer de sa guitare. Bien que ces derniers temps, elle ne jouait que pour faire plaisir à Edwin lors de ses visites amicales. Ce jour-là, Lilou s'était porté volontaire pour distribuer les repas avec quelques autres survivants en plus des militaires pour supervisés les distributions. La majorité des troupes étaient appeler à la sécurité aux abords du stade, ainsi qu'à la recherche d'autre survivants. Si Lilou n'était pas vraiment le genre altruiste par nature, son ennui la poussait à s'occuper comme elle pouvait.

Une dispute éclate dans la queue que faisait les gens pour avoir leurs assiettes. Deux hommes, certainement à bout de nerf, elle les connaît de vue mais ne pourrait pas se rappeler de leurs noms même si elle les avaient déjà entendu auparavant. Il se plaigne, accuse les militaires de mentir, ils commencent à mettre le doute dans la tête de plus influençable et il y a les autres, ceux qui prennent leurs défenses et qui s'énervent tout autant. Bien sur, les militaires sur place tente d'apaiser la situation par le dialogue mais l'un des hommes en viennent au main et sans savoir comment, Lilou se retrouve au milieu d'une bagarre générale dont la raison lui échappait. Dans la foule, elle tente d'attraper une vieille homme qui n'avait rien à faire là et c'est là qu'elle sent le coup, non destiné à son visage pourtant, lui brûler la pommette avant de s'écrouler dans un noir complet. Elle se réveille dans la loge présidentielle qu'ils avaient emménager comme infirmerie. Elle grimace, le côté droit de son visage amoché, la peau légèrement entaillé, elle effleure sa blessure par réflexe et c'est si douloureux qu'elle se stoppe dans son geste. Elle ne se souvient pas d'avoir un jour été frappé aussi violemment. Ça lui faisait un drôle d'effet. Elle n'imaginait pas ça aussi désagréable. La douleur pulsait dans son crâne. L'infirmier en tenue de militaire, un pistolet à la ceinture, lui explique que la situation a été maîtriser et qu'elle n'avait rien de grave. La formalité voulait qu'elle reste sous observation pendant les prochaines heures pour être sûre qu'elle n'ait rien de plus grave qu'un gros bleu qui la dévisage. Puis il la laisse seule sur le brancard, s'occuper d'autre blesser dans la cohue. Tam qui savait ce qu'était partie faire Lilou, s'était vite dépêcher de venir la voir pour savoir si elle allait bien, mais elle était dans les vapes et n'avait pas pu la rassurer avant qu'elle parte. Alors quand Edwin débarqua presque essoufflé devant elle, elle le dévisagea, surprise. Il semblait si inquiet, qu'elle en fut touché. Elle lui adresse un sourire tendre.

-T'en fais une tête ! T'as croisé un fantôme c'est ça ?


Il est naturel d'avoir peur, de là, né le courage.Kery James
Revenir en haut Aller en bas
Edwin I. Cross
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 02/11/2015
Messages : 136
Age IRL : 22

MessageSujet: Re: It's a wonderful life[Edwin]   Jeu 3 Mar 2016 - 22:36

Nul doute qu'aller voir la blonde fut une très bonne idée de la part du fauconnier. La jeune femme, au début un peu réservée, finissait par voir Edwin comme un ami. Mieux, de fil en aiguille, sans pour autant trop en dire l'un et l'autre sur leur vie, vinrent à bien s'entendre, passant pas mal de temps ensemble. A mesure que le temps passait, l'homme rencontrait souvent la femme, même qu'il lui arrivait d'avoir des séances musicales, écoutant son amie lui jouer quelques morceaux à la guitare. Toujours en discutant, devenant un peu plus proche à chaque fois, il apprit que Lilou était californienne et surtout, son métier, laborantine. Ed n'avait pas manqué l'occasion de la taquiner en lui demandant si son boulot était de fabriquer du savon arôme raisin.

Pourtant, un jour alors qu'il entraînait tant bien que mal son faucon, aussi loin des regards que possible, pour que l'oiseau ne soit pas effrayé, Ed entendit du grabuge venant de l'opposée de sa position. Observant les lieux, il fut partagé entre le fait d'aller voir ou rester sur place. La raison eut raison de lui. Rester dans son coin était la meilleure solution puisqu'il avait avec lui sa boule de plume. Aussi, il reprit simplement l'entraînement jusqu'aux environs de quinze heures. Après l'avoir ramener au chenil improvisé par les forces armées, le fauconnier se laissa aller à se promener, passant du temps avec chaque personne qu'il connaissait et tentant même de faire connaissance avec d'autres. Valait mieux être un minimum entouré pour ne pas se sentir trop seul au monde, surtout que le monde n'était plus aussi accueillant. En bref, il s'occupait. Et finalement, ce fut une amie à Lilou qui vint à sa rencontre poour lui annoncer qu'elle se retrouvait à l'infirmerie après s'être pris un violent coup durant la bagarre. Remerciant la jeune femme, il se mit à courir aussi vite que possible pour rejoindre la californienne.

Entrant en trombe dans la pièce, c'est à bout de souffle qu'il observa la jeune femme fraîchement réveillée. Elle lui posa une question, presque amusée par la situation. Ne prenant la peine de répondre, l'homme s'approcha du visage féminin pour observer l'hématome sur sa figure. Lentement il leva la main comme pour le toucher et retint son geste de justesse, conscient de la douleur que ça pourrait engendré. Soupirant enfin il tapota gentiment la joue de Lilou avec un sourire soulagé.

- Comment tu t'es démerdée pour finir en pleine baston ? Regarde moi ça, Californie, tu es défigurée !

Le michiganais décida qu'il resterait auprès de la blonde jusqu'à ce que le médecin donne l'autorisation à la jeune femme de s'en aller. Bien que cela ait prit quelques heures, l'employé de zoo ne manqua pas de tenir compagnie à la laborantine, allant même jusqu'à la raccompagner à sa tente. Avant de la laisser filer, il passa encore du temps avec elle, cherchant à s'assurer qu'elle ne craignait plus rien et qu'aucun maux ne viendraient perturber son rétablissement. Suite à cela, il promit, en riant, qu'il serait toujours là pour s'occuper de son amie, quoiqu'il arrive. Avant de s'en aller, il lui avoua être ravis de la connaître puis il se retira, la saluant une dernière fois. Jamais il ne se serait douté qu'ils frôleraient la mort, des semaines plus tard. Mais au moins, il aurait tenu sa promesse, il veillait sur Lilou et l'avait même sauvé.


Arrivage de Futur Papa
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: It's a wonderful life[Edwin]   Aujourd'hui à 3:26

Revenir en haut Aller en bas
 

It's a wonderful life[Edwin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» wonderful, wonderful, wonderful life ~ 14/05, 14h00
» [Stinger's Story n°13] It's a wonderful life !
» ∆ Wonderful life.
» Liam O'Leary - Wonderful Life as they say...
» — bring me to life

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-