Partagez | .
 

 N'oublie jamais les belles choses de la vie, car ce sont elles qui te feront avancer dans les moments difficiles... [PV Ziggy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Auteur
Message
Ziggy Haring
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 203
Age IRL : 22

MessageSujet: #E39024   Lun 28 Déc 2015 - 12:56

Keep calm and never lose hope. | Pv. Juliane Lyndey

Faire diversion pour oublier. C’était la spécialité de Ziggy, depuis toujours. Il n’était pas né dans le plus heureux des foyers. Il avait toujours essayé de passer outre le malheur et de faire comme si tout allait bien. C’est pour ça qu’il s’inventait des histoires, pour ça qu’il avait apprit à faire de la magie, des tours de passe-passe qui faisaient sourire les gens autour de lui, l’espace de quelques secondes. C’était finalement, tout ce qui importait pour lui. Quand, adolescent, il avait rencontré Betty, c’était ce qu’il avait essayé de faire. Il avait essayé de lui apporter de l’amour et de la magie pour qu’elle oublie l’espace d’un instant qu’elle allait perdre totalement la vue et que la mort l’attendait à la fin, de toutes façons. Mais avec la mort de Betty, Ziggy avait apprit que cela ne suffirait jamais à passer outre la réalité de la vie.

Malgré tout, il ne pouvait pas se réduire à devenir l’une de ses personnes pessimistes, parce que ça n’était pas dans sa nature. Ziggy ne savait pas comment appréhender les choses qui lui arrivaient. Comme cette Apocalypse, comme cette infection qui semblait toucher tous les humains qui auraient le malheur de rendre le souffle ou de se faire attaquer. C’était la hantise de Ziggy, alors il devait continuer de faire ses tours, comme il l’avait fait pour Betty. Il était un Trompe la Mort. Du moins, c’est ce qu’il s’imaginait. Pour le moment, cela semblait bien marcher avec Juliane. Elle avait retrouvé le sourire et ne semblait plus aussi traumatisée que quelques minutes auparavant. Cette jolie jeune fille avait tous les droits de se détendre. Elle avait fait preuve de beaucoup de courage, tout comme Selene. Ziggy en restait bouche bée.

« C’est ma boutique ouais. Je l’ai ouverte il y a un an et des bananes, ça marchait plutôt bien, c’est mon bijoux. » Avait-il assuré avec un grand sourire. C’était aussi un souvenir de son premier amour auquel il tenait énormément. Sans les parents de Betty et son compte épargne, il n’aurait jamais pu ouvrir cette boutique, prendre le prêt à la banque avec autant de facilité. Maintenant, ça ne voulait plus rien dire, mais ça n’empêchait pas Ziggy de tenir à sa boutique comme à la prunelle de ses yeux. « Je te remontre, t’es prête ? » Il réalisa de nouveau le tour de magie, toujours en prenant soin de ne jamais révéler les « trucs ».

Il était plutôt fier de lui mais surtout amusé par la réaction de la jeune femme qui profitait de l’instant comme si les infectés n’existaient pas. « J’ai essayé d’annuler le sortilège, mais c’trop tard. » Avoua-t-il avec une fausse mine déçue sur le visage. Evidemment, cette épidémie dépassait les humains, les petits humains insignifiants qu’ils étaient. La journée avait suivit son cours, Juliane et Ziggy avaient tenté de faire connaissance comme ils pouvaient. En plein milieu de l’après-midi, Ziggy était allongé sur le canapé-lit, les jambes en l’air pliées contre le dossier du canapé. Il jonglait avec trois petites balles en mousses, une manie qu’il avait eu à force de faire des spectacles à l’hôpital des enfants de Seattle.

« À ton avis, combien de temps ça va durer tout ça ? » Demanda-t-il à Juliane, avant de se prendre une balle de jonglage dans le visage. « Aïe ! » Il se redressa à l’endroit, en réajustant sa coupe de cheveux, avant de recommencer à jongler en position assise cette fois-ci, beaucoup plus à l’aise. « Je n’avais que le magasin comme attache avant ça. Du coup, on peut dire que c’est ma seule déception. J’me dis que j’ai gaspillé mon temps et mon argent pour du vent… » Commenta Ziggy en regardant autour de lui, avant de reposer ses yeux sur la jolie jeune femme. C’est vrai qu’elle était vraiment jolie, et il se disait que Bob avait bien de la chance d’être tombée sur elle, et vice versa. Il eu un sourire en l’observant et continua de jongler, toujours son petit sourire au coin des lèvres.



"J’aime bien les hyènes. Parce que la hyène c’est un animal dont on parle jamais alors que c’est un animal qui peut être très important ! Parce que moi je trouve qu'être ami avec une hyène souvent c’est plus important qu’être ami avec... avec des vrais amis. C’est... Elle vous protège. Si y’avait du danger et ben « Et ben moi, et... je suis ami avec une hyène » Alors la évidement !"
Revenir en haut Aller en bas
http://fanficamplificatum.blogspot.fr/
Juliane Lyndey
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 610
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: N'oublie jamais les belles choses de la vie, car ce sont elles qui te feront avancer dans les moments difficiles... [PV Ziggy]   Lun 28 Déc 2015 - 22:31




Keep calm... And never lose hope...




  La magie…
Pour Juliane c’était une chose complètement inconnue, mais qui avait la capacité de faire apparaitre des petites étincelles dans ses pupilles, comme celles qu’on peut voir dans les yeux des enfants à Noël. Même si la jeune femme allait bientôt avoir trente ans, elle avait prit soin de ne pas perdre de son âme d’enfant. Elle aimait s’émerveiller de petits rien, comme les magnifiques couleurs d’un arc en ciel, ou encore la danse des épis de blés caressés par le vent lorsque le soleil se couchait. Elle aimait la nature, et la chérissait, ayant grandit à son contacte. Même si elle ne connaissait pas beaucoup Ziggy, elle devinait chez lui une âme tendre et douce. Elle imaginait qu’on ne devenait pas magicien sans vouloir apporter un peu de bonheur et de sourire aux gens. Et c’était ce qu’il était en train de faire avec elle. Il lui permettait de sourire, et de mettre un peu de côté ce monde chaotique dans lequel ils étaient plongés. C’était plaisant. Rassurant. Mais aussi reposant. Peu à peu le stress était retombé, et la joie avait à nouveau fait surface dans le cœur de la jeune photographe. Faire la rencontre de gens comme le jeune homme ravivait en elle cette envie de croire en l’homme, en ce qu’il avait de bon en lui. Bob le lui avait déjà prouvé plus d’une fois. Mais une partie d’elle-même n’avait cessé de se dire qu’elle avait trouvé le seul homme encore bon dans ce monde. Ziggy lui prouvait qu’elle avait tord. « -Lorsqu’ils seront là, Bob va adorer ton magasin ! » Elle en était persuadée !

« -c’est beau que tu es pu garder ta boutique intacte… » Ce n’était pas le cas de tous les magasins de la ville. Enfin du peu qu’elle avait pu voir. « -et ça ne m’étonne pas que ça marchait bien, les gens ont… Enfin avait besoin de ce genre de chose. » Juliane se concentra sur la nouvelle démonstration que lui fit le jeune homme à la chemise orange, fixant avec intensité ses gestes. Mais lorsque la pièce se fut à nouveau volatilisée, une petite moue boudeuse s’afficha sur les lèvres de la jeune femme. « -t’es allé trop vite ! » lança-t-elle comme une sorte d’excuse et de réclamation à la fois, un sourire amusé étirant à nouveau ses lèvres. Juliane récupéra la boite d’allumette, tout en jetant un regard en coin au magicien. « -au moins tu as le mérite d’avoir essayé. » conclue-t-elle avec ironie.

Allongés l’un et l’autre à leurs façons sur le canapé, l’après midi s’écoulait entre discussion et petit silence. Juliane appréciait le fait que Ziggy ne soit pas un moulin à parole ni quelqu’un qui pose trente six questions à la minute sur son passé. Les yeux rivés sur le plafond, les deux mains sous la nuque, Jill réprima un rire au moment du petit aïe en tournant la tête. C’était une bonne question… Elle se déplaça pour être un peu plus proche de lui, laissant sa tête prendre dans le vide. Les cheveux caressant le parquet, elle regarda la pièce qu’elle voyait complètement à l’envers, poussant un long soupire. « -je sais pas… » Oh yeah !! The réponse ! Merci de votre participation Mlle Lyndey ! Mais en même temps quelle réponse pouvait elle donner ? Ça lui était tombé sur la gueule à elle aussi. Un froncement de sourcils avant qu’elle ne tourne la tête pour regarder… Les pieds de Ziggy. « -pourquoi tu dis ça ? Tu regrettes quelque chose ? »

Regardant à nouveau devant elle, Juliane se posa alors la question. Puis elle ajouta : « - tu devrais pas penser comme ça. Même si c’est la merde dehors, et que rien n’est plus comme avant, je pense qu’on continue tout de même d’avancer." Elle sourit pour elle-même avant de dire : « -enfin je te dis ça, mais j’aurais pas tenu un discours pareil avant de rencontrer Robert. En faite, je me dis quand sans tout ça, j’aurais sans doute jamais trouvé un ami tel que lui. J’avais jamais connu une relation d’amitié si forte. C’est limite aussi fort que le lien que j’ai avec mes sœurs. » Ah nouveau elle parlait de Bobby… A nouveau une légère boule se forma au creux de son ventre en pensant à lui. A nouveau elle se demandait s’il allait bien… Juliane se redressa dans un effort d’abdos, et lorsque son visage fut à la hauteur de celui de Ziggy elle ajouta : « - et puis maintenant tu connais Lara Croft ! » ses deux mains dirigées vers elle-même avec un petit sourire en coin. La brunette roula sur le coté, se relevant enfin du canapé qu’elle n’avait pas quitté depuis leur arrivée. Pieds nus, elle traversa le salon d’un pas léger et décontracté  pour prendre la bouteille qu’elle avait dans son sac. Elle en bu une gorgée sa main libre dans ses cheveux. Elle referma la bouteille et dit : « -qu’est ce qui te manque le plus ? » Tout en revenant vers lui, elle ajouta : « -moi c’est la musique ! Même si j’adore le chant des oiseaux, la musique me manque à fond ! J’adorais conduire avec la musique super fort ! » Revenant s’assoir à côté de Ziggy son épaule heurtant la sienne, elle choppa au vol une des balle avec lesquelles il jonglait, et demanda : « -tu va faire quoi quand tu va le revoir ta Selène ? » C’était à son tour d’avoir un petit sourire au coin des lèvres. "-je suis sr que t'es du genre romantique!"  



AVENGEDINCHAINS



Il fut un temps où tu étais sauvage
ne les laisse pas te dompter...
Revenir en haut Aller en bas
Ziggy Haring
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 203
Age IRL : 22

MessageSujet: #E39024   Mar 29 Déc 2015 - 20:02

Keep calm and never lose hope. | Pv. Juliane Lyndey

Cette boutique représentait Ziggy à la perfection. Il l’adorait et ne s’était jamais senti aussi bien que depuis qu’il vivait ici. Il n’avait jamais été aussi épanouie, puisque lorsqu’il habitait chez ses parents, il faisait son maximum pour être loin de la maison. Sa mère l’avait eu très jeune, alors elle se laissait aveuglément guider par son conjoint, plus âgé, que Ziggy avait du mal à considérer comme un père. Son père biologique l’avait abandonné, tout simplement, parce qu’il ne se sentait pas capable d’être un père si jeune. C’était bien dommage, parce qu’à la naissance de Ziggy, ils avaient été partiellement soutenus par leurs familles respectives : Ils n’étaient pas livrés à eux-mêmes avec un bébé.

Ziggy secoua la tête en entendant Juliane rire et lui répondre. Elle ne savait pas. Personne ne savait. Personne n’avait envie d’imaginer le pire : Que cette épidémie ne finisse jamais, que les morts-vivants prennent le dessus sur les survivants, que ce soit sans issus. Ziggy ne savait pas ce qu’il regretterait ou si tout lui était égal. Le magicien jeta un œil à Juliane avec un petit sourire en coin. Elle avait l’air de s’être fait une raison à cette Apocalypse, malgré l’horreur de cette dernière. « Heureusement que la personne qui comptait le plus à mes yeux est partie depuis longtemps. Ca me fait du soucis en moins. » Répondit-il en haussant les épaules, comme si c’était la seule chose qui importait. Betty avait eu de la chance dans le sens où elle était morte en gardant une bonne image du monde qui l’entourait.

Elle avait perdu la vue à cause de la maladie, qui l’avait ensuite emportée. Ziggy aurait aimé qu’il lui arrive la même chose, il aurait été beaucoup plus heureux mort que vivant. Mais il était toujours là, et désormais, le fait de mourir constituait un danger à part entière. Alors il devait vivre, parce que Betty n’aurait pas voulu qu’il gâche tout, lui qui était en bonne santé. Malgré les conditions qui allaient devenir difficiles avec le temps, si l’épidémie durerait, Ziggy serait toujours mieux portant qu’elle. Juliane, Bob, Selene, Dwight et Justin aussi. « On est toujours vivant donc t’as raison va… On verra bien c’qu’on va devenir. » Affirma alors le jeune homme avec un sourire qui s’élargissait encore plus, avant de donner un petit coup de coude complice à Juliane.

Elle lui confia que la musique lui manquait. Ziggy n’avait pas ce problème. Le seul soucis à la rigueur, c’est qu’il était limité dans le choix des albums. Seul son vieux gramophone fonctionnait toujours, et il servait, dans un appartement de la rue adjacente, accessible par l’escalier de service, à éloigner les infectés de sa rue à lui. C’était un procédé assez malin qui diffusait de la musique des années 30 dans un rayon faible, juste assez pour attirer les infectés qui étaient proches de la rue. « Je peux te faire écouter de la musique, je te montrerais ça ce soir. » Promis Ziggy en regardant par la fenêtre du salon après s’être levé, observant un petit groupe d’environ cinq infectés déambuler en direction de la rue dans laquelle se trouvait sa boutique. Il leva les sourcils en souriant à la question de Juliane avant de secouer la tête de gauche à droite.

« J’en sais rien moi. Ca m’a fait bizarre de la revoir. Je n’avais pas pensé à elle avec tout ce remue ménage, mais c’est quand même une sacré coïncidence… » Il se passa une main derrière la tête pour se gratter le cuir chevelu, d’un air mal assuré, ce qui était rare chez notre magicien. « Romantique tu dis ? Ca faisait un moment que j’avais pas eu de copines. » Avoua-t-il avec un petit sourire en coin. Il jouait le charmeur à faire penser qu’il parlait d’elle. Il est vrai que Juliane était une belle jeune femme, qui en plus avait du cran. Elle devait avoir davantage son âge que Selene qui était vraiment plus jeune, mais Ziggy ne savait plus trop y faire. Ca n’était pas comme à l’époque où tout allait bien. La survie donnait une autre vision du sentiment d’attirance. Il aurait pu se montrer plus tactile avec la jeune femme, pour profiter de l’humanité qu’il leur reste, mais Ziggy n’arrivait pas à se montrer si cavalier.

Il se cachait aussi qu’il n’avait jamais eu de véritables relations sérieuses depuis qu’il était jeune adulte, parce qu’il avait connu très tôt la perte de l’être aimé. Il avait enchainé les relations courtes mais plaisantes, et voilà que l’Apocalypse s’était chargée de freiner sa reconstruction sentimentale.


"J’aime bien les hyènes. Parce que la hyène c’est un animal dont on parle jamais alors que c’est un animal qui peut être très important ! Parce que moi je trouve qu'être ami avec une hyène souvent c’est plus important qu’être ami avec... avec des vrais amis. C’est... Elle vous protège. Si y’avait du danger et ben « Et ben moi, et... je suis ami avec une hyène » Alors la évidement !"
Revenir en haut Aller en bas
http://fanficamplificatum.blogspot.fr/
Juliane Lyndey
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 610
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: N'oublie jamais les belles choses de la vie, car ce sont elles qui te feront avancer dans les moments difficiles... [PV Ziggy]   Mer 30 Déc 2015 - 19:28




Keep calm... And never lose hope...




D’un point de vu extérieur, Juliane devait donner l’impression de plutôt pas mal s’adapter à ce qui se passait dehors. Surtout que Ziggy l’avait rencontré en pleine action… S’il l’avait croisé quelques semaines plus tôt, il ne l’aurait surement pas comparé à Lara… En faite, personne ne l’avait vu durant les premiers jours. Elle était restée prostrée en haut de cet arbre. Le regard vide, sursautant à chaque bruit de la forêt. Elle n’avait pas comprit tout de suite… Croyant à une agression. Elle était venue en ville pour rapporter les faits aux flics… Pour dire que la fille avec qui elle avait campé s’était fait… S’était fait dévoré durant la nuit. Lorsqu’elle avait prit la route pour rejoindre Seattle, elle s’était dit qu’ils allaient la prendre pour une folle. Mais elle avait projeté des les amener sur les lieux…

Et puis … Et puis elle avait peu à peu capté que le monde partait en morceau…

Aujourd’hui, elle avait assuré. Mettant de côté le fait qu’elle tuait des êtres humains… Tentant de ne pas penser au fais que cela reviendrait certainement la hanter dans ses cauchemars.  
Elle s’était précipitée au devant du danger dans le seul espoir de retrouver Bob. La rencontre et le lien qui était né entre elle et Robert était à la fois quelque chose de positif et de négatif. C’était lui qui avait peu à peu redonné espoir à la jeune femme. Lui qui l’avait sauvé de la spirale destructrice qui ne cessait de l’entrainer vers le fond. Mais cette amitié serait sans doute capable de les détruire. Elle s’en rendait compte, elle s’était mise en danger pour lui, pour le rejoindre. Il occupait une grande partie de ses pensées, et créait en elle une inquiétude qu’elle n’aurait sans doute pas si elle ne tenait pas autant à lui. Bob était un ami, alors dans quel état serait-elle capable de se mettre si jamais elle avait eu quelqu’un de plus précieux encore à ses yeux. Ziggy avait totalement raison de ce qu’il venait de dire. Ça lui faisait un souci en moins. Même si Juliane trouva ses paroles dures et bien triste… De qui parlait-il ? Elle ne voulu pas poser de question. Inutile de mettre le doigt sur des choses douloureuses. Enfin il se rangea de son côté, et elle lui sourit en retour.

Les yeux de Juliane s’illuminèrent tout en s’élargissant quelque peu à l’annonce de Ziggy. Il était capable de lui faire écouter de la musique ! Elle leva les yeux au plafond avant de lâcher : « -ah oui c’est vrai, tu es magicien ! » Elle claqua des doigts comme si cela avait le pouvoir de faire apparaitre une chaine hifi. « -pour une fois j’ai hâte que la nuit tombe… » Souffla-t-elle avant de parler de Sélène.  

Outch… Il n’avait pas pensé à elle ?! So… So il n’était pas in love en faite… Assise sur le bord du canapé, les deux bras en arrière, appuyée sur ses mains, Juliane fixa le jeune homme durant quelques secondes sans rien dire. Hé bien il lui parlait à cœur ouvert. Ce n’était pas tous les mecs qui avouaient à la première venue que la dernière relation ne datait pas d’hier… « -je me trompe peut-être… » Lança-t-elle avec un haussement d’épaule. Mais elle se plaisait à l’imaginer ainsi. Soucieux du détail, des envies et des désirs de sa compagne. Soucieux de son bien être… Fidèle certainement aussi. Il n’avait pas le profil du connard qui profite et laisse tomber après quelques jours… ça c’était plutôt son rayon à elle…

Juliane se leva, et elle ajouta en se dirigeant vers la porte de la pièce : « -imagine que je suis elle. Elle frappe, passe la porte… » Jill donna trois petit coup contre la cloison, et elle reprit : « -tu fais quoi ? » Elle le dévisagea quelques secondes, avant de dire : « -bon faut y mettre du tien aussi, fait marcher ton imagination. Parce que je dois pas lui ressembler des masses. » Jill n’en savait rien, elle avait vraiment aperçue la jeune femme de loin. Voulant mettre un peu plus Ziggy dans l’imaginaire, elle reprit : « - je sais pas moi… ça fait trois jours que tu ne sais pas si elle est vivante ou non… Tu fais quoi ? Tu dis quoi ? »    

Jill ne savait pas vraiment pourquoi elle cherchait à aider ou à faire réagir Ziggy. Le faire percuter ? Le faire avancer ? Mais dans le fond, le monde actuel pouvait-il offrir un peu de place à un amour naissant ? Tout en pensant à cela, Juliane cala son épaule contre le montant de la porte, le regard soudainement dans le vide. Peut-être qu’en faite, ils étaient condamnés à ne jamais aimer… La jeune photographe se dit qu’elle avait peut-être merder quelques mois plus tôt… Que… Enfin de toute façon, elle avait toujours merder des qu’une relation devenait un peu trop sérieuse…


AVENGEDINCHAINS



Il fut un temps où tu étais sauvage
ne les laisse pas te dompter...
Revenir en haut Aller en bas
Ziggy Haring
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 203
Age IRL : 22

MessageSujet: #E39024   Sam 2 Jan 2016 - 23:35

Keep calm and never lose hope. | Pv. Juliane Lyndey

Ziggy s’éclipserait quelques minutes pour mettre le gramophone en marche. Parce que les infectés s’éloigneraient, et pour faire plaisir à Juliane. Il aimait bien cette petite nana, qui pouvait se montrer vraiment craquante comme aussi sympathique qu’un bon pote avec qui traîner. En y repensant, Ziggy n’avait plus eu de nouvelles de ses fréquentations. Aucunes. Ils étaient peut-être tous perdus finalement, et le magicien n’avait même pas fait attention. Il faut dire qu’il ne faisait que sortir par ci par là, et ne faisait pas trop gaffe à avoir de grands amis. Il n’avait pas fait beaucoup d’études, alors il n’était pas le genre de type qui pouvait se vanter avoir une bande d’amis sur qui il pouvait compter et avec qui il sortait régulièrement.

Ses soirées se passaient dans des clubs, des salles de concert. Alors bien sûr, il avait rencontré des filles, beaucoup de filles, qu’il avait embrassé, avec qui il avait parfois couché, mais toujours dans lendemain. Il se concentrait davantage sur son magasin que sur son avenir relationnel. Parce qu’il n’arrivait pas à aller de l’avant. Mais avant l’Apocalypse, Ziggy était en bonne voie pour commencer à avoir envie d’avancer. Parce que ce magasin l’avait beaucoup aidé psychologiquement. Parce qu’il représentait le souvenir de Betty, cette fille si exceptionnel qu’il avait eu le droit d’aimer pendant une petite année et demie avant que la maladie ne l’emporte. Il savait dans quoi il s’engageait quand il avait décidé de s’attacher à elle, parce qu’il savait très bien qu’elle n’allait pas respirer la santé juste parce qu’elle l’avait rencontré.

Le magasin, c’était elle. Alors il était bien content de la protéger, parce qu’en son sein, avant que l’Apocalypse ne pointe le bout de son nez, il aurait pu accueillir une jolie jeune femme qui pouvait faire un petit bout de chemin avec son cœur à lui. Malheureusement, il n’eu même pas le temps de prévoir quoi que ce soit, puisque cette étrange épidémie était arrivée pour tout saboter. Juliane pensait qu’il était un homme à femmes. « Des histoires d’un soir, ça ne veut pas dire grand-chose. » Ajouta-t-il pour se justifier. Il sourit en la regardant alors se lever et lui expliquer son petit jeu de comédie. Ziggy eu un sourire aux coins des lèvres. C’est vrai qu’elle pouvait passer pour Selene ? Non, ce serait mentir, mais il ne pouvait pas faire comme si elle était repoussante non plus.

« Genre vraiment comme si c’était elle ? » Demanda Ziggy en se redressant, comme s’il devait maintenant rentrer dans la peau de son personnage. Il haussa donc les épaules une fois que Juliane eu tapé à la porte et s’était appuyé contre l’embrasure de la porte. Il acquiesça, se dirigea vers elle d’un pas pressant et la prit dans ses bras, la bousculant légèrement avant de l’embrasser maladroitement. Quel acteur ce magicien ! Il la gardait quelques secondes contre lui, une main dans ses cheveux bien fournis. Puis il recula, la lâcha et se passa une main dans les cheveux. Il haussa de nouveaux les épaules avant d’avoir un petit sourire malicieux sur le visage. « Bah quoi ? Tu m’as dit d’imaginer la scène ! Bon là c’est toi mais c’est pas ça qui va me freiner ! » Il se mit à rire avant de se mordre la lèvre inférieure. Bon d’accord, c’était du rentre dedans et Ziggy était du genre plutôt sûr de lui.

Il se doutait bien que Bob n’essayerai pas de flirter avec Selene, mais est-ce qu’elle était vraiment inquiète de son sort à elle ? Bien sûr qu’il aimerait la revoir. « Ce serait vraiment une chance de la revoir. Une chance qu’elle ait survécu déjà ! » Dit le magicien en se mordant l’intérieur de la joue droite. Tout l’intérêt maintenant était de savoir s’ils étaient tous les deux encore en vie. Encore quelques minutes et Ziggy irait actionner le gramophone. Pour l’instant, il se remettait encore du goût salé des lèvres de son invité.


"J’aime bien les hyènes. Parce que la hyène c’est un animal dont on parle jamais alors que c’est un animal qui peut être très important ! Parce que moi je trouve qu'être ami avec une hyène souvent c’est plus important qu’être ami avec... avec des vrais amis. C’est... Elle vous protège. Si y’avait du danger et ben « Et ben moi, et... je suis ami avec une hyène » Alors la évidement !"
Revenir en haut Aller en bas
http://fanficamplificatum.blogspot.fr/
Juliane Lyndey
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 610
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: N'oublie jamais les belles choses de la vie, car ce sont elles qui te feront avancer dans les moments difficiles... [PV Ziggy]   Dim 3 Jan 2016 - 10:18




Keep calm... And never lose hope...




Techniquement parlant, Juliane ne s’était pas attendue à ça. En faite, elle avait plutôt imaginé que Ziggy allait lui dicter ce qu’il pensait faire, lui expliquer un minimum. Mais pas interpréter les choses ainsi. Même lorsqu’elle l’avait vu s’avancer d’un pas décidé, elle n’avait pas pensé qu’il allait l’embrasser. Qu’il la prenne dans ses bras d’accord, pourquoi pas. Mais lorsqu’il avait déposé ses lèvres sur les siennes, la jeune femme avait été saisit par la surprise du geste. Elle n’avait pas reculé, mais elle ne lui avait pas rendu son baiser pour autant. Elle avait même gardé les yeux ouverts, trop stupéfaite. Lorsqu’il la lâcha enfin, Jill cligna des yeux plusieurs fois, et se passa une main dans les cheveux cherchant quoi dire. Mais en faite, ce fut Ziggy qui désamorça le truc tout seul. Là c’est toi ! Ça voulait dire quoi ça ?! Un sourire s’afficha sur les lèvres de la jeune femme, et elle répliqua : « - ouais ba si tu la prends par surprise comme ça, elle risque vraiment de réagir comme moi. En plus on sent que t’es rouillé niveau baiser. » Il était en train de lui faire du rentre dedans, elle en faisait autant.

Juliane n’avait jamais eut de relations très longues, coupant court lorsque tous devenait trop sérieux et surtout trop parfait. Lorsqu’elle constatait que le mec avec qui elle était, collait trop bien à ses attentes (oui parce que toute femme à des attentes) et bien elle prenait peur et trouvait une excuse pour le virer de sa vie. Peur de quoi ? Ça s’était la bonne question. Sans doute de perdre cette liberté si précieuse qu’elle avait en tant que célibataire. Elle n’avait aucune envie de devoir répondre à des questions du genre : tu étais ou ? Avec qui ? Tu rentres tard… Comme Ziggy l’avait dit, les histoires d’un soir ça ne comptaient pas. Et pourtant… C’était sans aucun doute ce qui allait le mieux à Juliane. Pas d’attache, pas de justification, pas de sentiments forts. Et surtout pas de prise de tête.

« -hop hop hop ! Interdiction de penser ainsi d’accord ? » Lança Juliane en claquant des doigts. S’il pensait que Selene était morte, cela voulait dire que Bob n’était plus de ce monde non plus. Et ça, c’était le truc que Juliane essayait de mettre de côté, tout au fond dans un coin de sa tête. « -pas vraiment envie d’faire une séance déprime ok ? » conclue-t-elle en regardant droit dans les yeux. « -tu va le revoir, faudra juste peaufiner ton approche. » Elle le taquinait et le sourire en coin qui trônait sur ses lèvres le prouvait. « -parce que là… Si tu te jette sur elle comme ça, suivant ce qu’elle a enduré avant, elle va prendre peur, malgré ta belle frimousse. »

Juliane avait toujours eu un bon feeling avec les mecs. C’était la bonne pote, celle qu’on considérait de la bande et à qui on confiait tout. Celle aussi du coup que les autres nanas avaient tendance à ne pas apprécier juste pour ça. Ça lui avait toujours été bien égale, préférant de loin la façon de penser à d’agir masculine que les prises de têtes des filles.
Elle s’éloigna de quelques pas du jeune homme, approchant à son tour de la fenêtre par laquelle on pouvait voir la nuit tomber peu à peu, recouvrant ainsi les rues d’une obscurité inquiétante. En bas, on pouvait voir un petit groupe d’infectés. « -je crois que c’est l’heure de la musique non ? » demanda-t-elle en souriant à Ziggy tout en restant près de la fenêtre.

Il la laissa seule dans l’appartement durant l’espace de quelques minutes. Assise sur le rebord de la fenêtre, les yeux fixant la rue et les rodeurs qui marchaient d’un pas lent, la jeune femme se pinça les lèvres. Puis elle entendit les premières notes s’élever dans l’air et elle se mit à nouveau à sourire. Ce genre de musique collait complètement au personnage du jeune homme qui lui offrait un refuge pour la nuit. Et ces notes de musique donnait envie de à Juliane de vraiment profiter de la soirée, d’oublier les infectés, le monde qui partait en live… Ce n’était pas pour autant qu’elle oubliait Bob… Elle priait intérieurement pour qu’il reste en vie. Mais ce soir, ils n’étaient pas ensemble. Et il voudrait surement qu’elle sourit. La happy thérapie comme il l’appelait.

Ce rythme, ces notes… Juliane avait envie de danser. Elle avait toujours aimé ça. Alors lorsque Ziggy fut de retour dans la pièce, elle se leva, se dirigea vers lui en souriant et tout en saisissant ses mains elle lui demanda : « -tu sais danser ? » Ses doigts  s’entrelacèrent à ceux de Ziggy, son corps se rapprochant du sien pour s’en éloigner quelques secondes plus tard, suivant le rythme de la musique. Même s’il lui répondait qu’il ne savait pas ou qu’il n’aimait pas danser, tant pis pour lui. Juste une petite danse, cela n’allait pas le tuer.        


AVENGEDINCHAINS



Il fut un temps où tu étais sauvage
ne les laisse pas te dompter...
Revenir en haut Aller en bas
Ziggy Haring
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 203
Age IRL : 22

MessageSujet: #E39024   Mar 5 Jan 2016 - 20:49

Keep calm and never lose hope. | Pv. Juliane Lyndey

Un jeu assez facile que de s’approcher d’une fille pour l’embrasser. C’était facile, et amusant. Mais bien sûr, il ne pouvait pas dire que Selene ne lui donnait que cette envie. Il avait flashé sur elle parce qu’elle était venue dans sa boutique, juste pour regarder, juste pour passer le bout de ses doigts sur le comptoir. Ils avaient discuté, elle lui était apparue tellement secrète et mystérieuse qu’il voulait en savoir plus. Le baiser sur le bas de sa porte avait été un petit bonus, une sorte de permission qu’il avait demandé avant d’en espérer plus. Il ne pourrait pas faire quelque chose d’aussi osé avec Selene. C’était juste pour taquiner Juliane, rien de plus. C’est vrai qu’elle était mignonne aussi, mais Ziggy ne pouvait pas s’éparpiller. Il haussa les épaules lorsqu’elle commenta son geste avec un petit sourire en coin.

Elle n’avait peut-être pas tort. Peut-être qu’avec l’Apocalypse, Ziggy n’était plus aussi bon et sûr de lui qu’avant. Pourtant, il ne sentait que peu de différence, si ce n’est la peur de se faire attaquer par ces horribles choses qui avaient été des Hommes autrefois. Il n’avait pas peur de mourir, mais il était hors de question de se faire mordre par ces infectés, ou pire, de se faire dévorer vivant. Là, peut-être pas de résurrection surprise, juste l’idée de son cadavre ouvert des clavicules à la vessie, complètement vidé de sa substance qui aurait servit de repas aux malades. Non, ça ne serait pas pour lui. « Oui bah on verra bien quand je la verrais. » Se justifia-t-il comme un enfant boudeur avant d’opter pour un nouveau sourire espiègle.

Petit compliment de Juliane pour se rattraper, qui suffisait à conserver la bonne humeur habituelle et l’assurance de Ziggy. Il réajusta le col de sa chemise orange en redressant la tête, prêt à espérer qu’ils viennent ici. Selene avait eu l’air de pouvoir se débrouiller, prise d’un courage soudain, alors aidé du géant, elle parviendrait sûrement à revenir ici. « On pourrait former un gang. T’imagines ? Le géant et sa poupée et le magicien et son assistante ! Ce serait un p’tit plus pour éviter de se faire bouffer. » Proposa-t-il mine de rien en se dirigeant vers le placard pour enfiler une paire de chaussure. Des chaussures tout aussi habillée quoi que plus confortables, plus passe-partout.

C’est à ce moment là que Juliane lui proposa d’aller actionner la musique, pour pouvoir passer une nuit tranquille, sans mauvaise surprise. Ziggy n’était pas quelqu’un qui aimait se battre, mais il avait tout de même une certaine rapidité. Alors, se glisser jusqu’à l’immeuble d’en face n’était pas trop compliqué. Il la laissa seule à la boutique en passant par la porte de la ruelle, la seule qui faisait office d’entrée, et de sortie par la même occasion. Il y avait un petit groupe d’infectés qui trainait dans les environs. Ziggy se glissa donc en courant le plus rapidement possible jusqu’à l’escalier de service. Au sommet de celui-ci, à l’abrit de l’embrassure d’une fenêtre, le gramophone. Il actionna la manivelle pendant quelques instants et plaça le bras sur le début du disque. Ziggy eu juste le temps de courir en sens inverse pour retourner à la boutique, au rythme de la chanson I Don’t Want to Set the World on Fire des Ink Spots.

« Taadaa ! » Dit Ziggy essoufflé après avoir grimpé les marches jusqu’à l’appartement, après avoir refermé correctement le grillage de la ruelle et la porte de la réserve. Il toussota un peu, attrapa une bouteille d’eau pour boire quelques gorgées et se remettre de ses émotions. Juliane voulait danser. Ziggy se souvint alors de sa danse avec Betty à l’hôpital, dans les derniers jours où elle était en forme. Mais il accepta la proposition de son invitée en suivant le rythme de la musique. Ziggy se croyait transporter à une époque où la vie devait être plus simple qu’envahie de zombis comme présentement, l’avant-guerre, une période qu’il aurait aimé connaître juste pour sa culture. Il fit tourner Juliane en lui tenant une main, souriant à la vue de son petit corps redevenir celui d’une femme, pas celui d’une survivante d’une épidémie Apocalyptique. Ils pouvaient se permettre ça.

Après quelques minutes, la musique s’arrêta et on entendait plus un bruit. Les infectés étaient de l’autre côté du quartier, et ils pourraient dormir sur leur deux oreilles. Ziggy s’affala sur le canapé lit et se frotta les yeux avec ses poings en déboutonnant un ou deux boutons de sa chemise. « Je m’endormirais volontiers ici… » Dit-il d’une voix pâteuse en clignant plusieurs fois des yeux. Finalement, le sommeil l'emporta en oubliant presque qu’il avait une chambre à lui.



"J’aime bien les hyènes. Parce que la hyène c’est un animal dont on parle jamais alors que c’est un animal qui peut être très important ! Parce que moi je trouve qu'être ami avec une hyène souvent c’est plus important qu’être ami avec... avec des vrais amis. C’est... Elle vous protège. Si y’avait du danger et ben « Et ben moi, et... je suis ami avec une hyène » Alors la évidement !"
Revenir en haut Aller en bas
http://fanficamplificatum.blogspot.fr/
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: N'oublie jamais les belles choses de la vie, car ce sont elles qui te feront avancer dans les moments difficiles... [PV Ziggy]   Aujourd'hui à 16:57

Revenir en haut Aller en bas
 

N'oublie jamais les belles choses de la vie, car ce sont elles qui te feront avancer dans les moments difficiles... [PV Ziggy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

 Sujets similaires

-
» Jude { Un cœur qui aime vraiment n'oublie jamais. »
» N'oublie jamais d'ou tu viens [Mermaid's]
» Parce qu'on oublie jamais ses premières fois •• Seis'
» Oublie ce qui t'a blessé dans le passé, mais n'oublie jamais ce que cela t'a appris. [ Théo ]
» Je n'oublie jamais personne ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-