Partagez | .
 

 N'oublie jamais les belles choses de la vie, car ce sont elles qui te feront avancer dans les moments difficiles... [PV Ziggy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Auteur
Message
Juliane Lyndey
Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 612
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: N'oublie jamais les belles choses de la vie, car ce sont elles qui te feront avancer dans les moments difficiles... [PV Ziggy]   Ven 22 Jan 2016 - 16:08




Keep calm... And never lose hope...




Pourquoi réagissait-elle ainsi ? Elle avait déjà vu plus d’une fois quelqu’un se faire attraper, mordre, déchiqueter… Par ces choses qui n’avaient plus rien d’humain. Et pourtant à chaque fois qu’elle assistait à ce genre de spectacle qu’offrait aujourd’hui la vie, son estomac se soulevait et son cœur était comme broyé. Ce n’était pas dans la logique de la vie. Ce n’était pas normal. Et même si elle tentait du mieux qu’elle le pouvait, pour maintenir une sorte d’image de jeune femme forte face à tous ça, et bien… Là, elle n’avait pas été capable de rester de marbre. Juliane avait toujours été une jeune femme très sensible, même si elle cachait ce trait de caractère sous une carapace de garçon manqué un tontinait jemenfoutiste. Un rien la touchait droit au cœur. Le malheur des gens, la peine, la tristesse… Depuis son adolescence, elle croyait en l’homme, en ce qu’il y avait de bon en lui. Et voilà que tous ce en quoi elle avait foi ? éclataient en milles morceaux.  

Alors non, lorsqu’elle avait apparu cet homme mourir, elle avait été incapable de prendre sur elle. Et si ça avait été Robert ?! Et s’ils attendaient pour rien ? Que Robert et Selene étaient maintenant comme ces choses ?! Jill avait tenté de repousser cette pensée loin d’elle, mais voilà qu’elle revenait telle une vague qui la submergeait. Les dents serrées, le menton tremblant, elle résistait, gardant en elle les larmes qui voulaient couler. Ça ne servait à rien de pleurer. Et elle avait déjà fais ça pendant des heures la nuit dernière. Alors stop !

Lorsque Ziggy la prit dans ses bras, elle eut envie de le repousser. Elle détestait être faible devant quelqu’un. Mais elle n’avait pas d’échappatoire, et elle se laissa faire sans pour autant verser une larme. Lorsqu’il lui demanda de la regarder, elle résista quelques secondes, avant qu’il ne saisisse son menton entre ses doigts et fixe ses yeux dans les siens embués. Avec une petite moue elle souffla un : « t’en sais rien… » lorsqu’il parla de Bob et Selene. Mais il parvint tout de même à la faire sourire timidement et elle ajouta, le visage penché sur le côté, une mèche de cheveux tombant devant ses yeux : « -Houdini ? Vraiment ? » Mais elle détourna le regard, se passant une main sur le visage, reniflant au passage, avant de souffler par la bouche aussi lentement que possible. « -fais pas de promesse que tu pourra pas tenir Ziggy… » Jamais de promesse. C’était une règle qu’elle s’appliquait à suivre. Pas de promesse, pas de déception.

Avec une pointe d’humour elle lâcha alors : « -si jamais Selene passe la porte maintenant, tu va avoir des problèmes… » Un petit rire qui resta coincé dans sa gorge nouée. Enfin, peut-être que cette fille n’était pas jalouse. Et il n’y avait aucune raison de l’être d’ailleurs. C’était seulement une étreinte amicale, une éteinte d’entraide.

Jill cala sa tête contre le mur, et elle leva les yeux sur le plafond. Puis elle souffla : « -j’suis désolée… C’est juste que… » Elle leva sa main gauche qui retomba aussi vite, avant de prendre une grand inspiration et d’ajouter : « -c’est juste que j’suis une chochotte qui à du mal à encaisser les meurtres en direct live… » Elle ne parlait même pas des meurtres qu’elle avait commis elle-même ! Oui d’accord ils étaient morts, il n’y avait plus rien d’humain en eux… Mais une partie d’elle-même ne parvenait pas à s’y faire. « -dois bien y avoir une raison à tout ça non ? » demanda-t-elle en plongeant son regard dans le sien. D’accord, là elle devait ressembler à un chaton.

Une éprouvette qui avait cassé dans un labo ?! Un test terroriste qui avait bien fonctionné ?! Ou alors encore la planète elle-même qui se révoltait ? Est-ce que c’était vraiment la fin ? Est-ce que ça servait à quelque chose de lutter ? « -moi je voulais juste voir du pays… Et prendre des photos… » Souffla-t-elle en fixant un point invisible. Juliane savait que si elle se laissait aller en mode déprime ça allait faire mal. Mais parfois il fallait que ça sorte non ? Est-ce que c’était le bon moment… ça c’était la question. Est-ce que Ziggy en avait quelque chose à foutre, ça sans doute pas. Depuis le début, elle s’empêchait de penser au pire. Elle priait même pour que sa famille soit en sécurité. Elle ne doutait pas d’elle, Juliane connaissait la nature et elle était capable de survivre. Elle doutait seulement de la résistance de son mental face à tout ça. Et surtout du flot de question qui allaient et venaient dans sa tête. Elle pensait peut-être trop…

AVENGEDINCHAINS



Il fut un temps où tu étais sauvage
ne les laisse pas te dompter...
Revenir en haut Aller en bas
Ziggy Haring
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 203
Age IRL : 22

MessageSujet: #E39024   Ven 22 Jan 2016 - 21:36

Keep calm and never lose hope. | Pv. Juliane Lyndey

  Ziggy avait comprit ce que Juliane cachait au plus profond d’elle. C’était une fille indépendante mais qui avait peut-être besoin, comme tout le monde finalement, de repères. De quelque chose de solide à laquelle se raccrocher. Ziggy avait bien réfugié sa peur panique de l’avenir en entretenant cette boutique comme s’il s’agissait d’une personne. Ils avaient tous leurs peur et leurs angoisses, et il arrivait toujours un petit passage à vide pendant lequel ils étaient confrontés à la dure réalité. Il avait réussit à faire sourire Juliane, ce qui était déjà une victoire pour le magicien. Il passa sa main près de ses cheveux, derrière son oreille et fit apparaître une pièce d’un cent de celle-ci. Il la plaça dans la paume de sa main avant de s’asseoir à même le sol, juste en face d’elle.

« J’regardais des cassettes de lui quand j’étais gosse. » Affirma Ziggy avec un grand sourire enthousiaste, se souvenant de cette mauvaise qualité et de sa place de choix à quelques centimètres de l’écran, une mauvaise habitude qui laissait de marbre sa mère, trop occupée à se soucier de son petit nombril. Il se passa une main dans les cheveux pour se recoiffer après l’attaque de Juliane en lui adressant un petit sourire, qui retomba bien vite en voyant Juliane soupire en levant les yeux au plafond. Il fit la grimace. Il disait ça pour lui remonter le moral, certes, mais c’était aussi parce qu’il y croyait. « Eh. » Dit-il d’un ton presque un peu sec. Il ne fallait pas qu’elle mette en doute ce qu’il affirmait. Pas parce qu’il voulait s’imposer type alpha mâle, mais parce qu’il voulait qu’elle regagne espoir aussi.

Alors, Juliane se lamenta, elle affirmait être une pauvre fille fragile, mais Ziggy se contenta de lui donner une pichenette sur le front. Si elle lui rendait la pareille, alors il ne pourrait pas la laisser dire qu’elle est une chochotte. Et quand bien même elle ne se défendait pas, il ne pouvait pas lui laisser débiter une telle ânerie. « T’es mignonne, et assez forte pour t’être sortie de ce pétrin hier. Alors chochotte je pense pas que c’est le terme qui convient. » Rectifia Ziggy en hochant la tête, d’un air convaincu et convainquant, si possible. En fait, tout ce que voulait Juliane c’est mener la vie d’une jeune femme pleine de projets. Elle était photographe ? C’est vrai que Ziggy lui avait beaucoup parlé de son métier, puisqu’il lui pendait sous le nez, mais il n’avait même pas prit la peine de lui demander ce qu’elle faisait dans la vie. Encore une fois, on retrouve l’esprit un peu mégalo du jeune homme.

En s’en rendant compte, il voulut se claquer le baigneur, mais il prit la peine de poser la question. « Une photographe ? OH ATTEND ! J’ai un truc qui pourrait te plaire ! » Mais Juliane le coupa pour demander clairement, l’avis de Ziggy sur la question de cette épidémie. Il cligna plusieurs fois des yeux, freiné dans son élan et tapotât alors soudainement les deux genoux de la jeune femme en lui affichant un grand sourire. « Tu vas voir ! » Il se releva d’un bond, comme à son habitude, et parti en trombe dans sa chambre, la pièce d’à côté, à la porte ouverte. On pouvait entendre du salon des bruits de fouillis, puisqu’il cherchait frénétiquement dans les tiroirs un petit quelque chose qui, il en était sûr, pourrait redonner le sourire à Juliane. « TU SAIS, J’PENSE QUE C’EST JUSTE UNE MALADIE NAZE QU’ON PEUT PAS CONTRÔLER, UN PEU COMME LA PESTE MAIS EN PIRE. » S’exclama-t-il par-dessus le bruit qu’il causait pour répondre à la question du petit chaton.

Il revint en trottinant avec une petite boite entre les mains. « Bon. T’es prête ? Tu peux me l’emprunter. Je l’ai acheté sur un coup de tête en enchère. » Dit-il, tout content de sa trouvaille. C’était un polaroid d’une marque très connu, dans un état quasi impeccable. Au fond de la boite, il y avait plusieurs recharges. Il ignorait de son côté que Juliane avait un appareil photo, alors si elle en ressentait le besoin, il ne voyait pas d’inconvénient à ce qu’elle s’en serve.



"J’aime bien les hyènes. Parce que la hyène c’est un animal dont on parle jamais alors que c’est un animal qui peut être très important ! Parce que moi je trouve qu'être ami avec une hyène souvent c’est plus important qu’être ami avec... avec des vrais amis. C’est... Elle vous protège. Si y’avait du danger et ben « Et ben moi, et... je suis ami avec une hyène » Alors la évidement !"
Revenir en haut Aller en bas
http://fanficamplificatum.blogspot.fr/
Juliane Lyndey
Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 612
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: N'oublie jamais les belles choses de la vie, car ce sont elles qui te feront avancer dans les moments difficiles... [PV Ziggy]   Sam 23 Jan 2016 - 1:03




Keep calm... And never lose hope...




« -aïe ! » s’exclama Juliane en portant une main à son front. Mais qu’est ce qui le prenait de faire ça ?! Elle grimaça et marmonna en se frottant le front : « -je préfère sincèrement les bisous… » Un regard réprobateur. Oui elle s’en était sortie hier, mais simplement parce qu’il l’avait saisit par le bras sans le moindre ménagement afin qu’elle le suive. Elle n’était pas non plus suicidaire ! Elle tenait à sa vie, parce qu’elle ne faisait que commencer ! Et qu’elle n’avait aucune envie de crever maintenant. Alors forcement : instinct de survit oblige ! Y’avait rien de spectaculaire la dedans.

Elle fronça quelque peu les sourcils lorsqu’il s’exclama sur son métier. Oui elle était photographe et alors ? Ah peut-être à qu’à bien y réfléchir elle n’avait pas parlé de ça avec lui. « -hein ? » demanda-t-elle en le voyant se lever tout excité de ce qu’il allait lui chercher. Si elle débordait d’ordinaire d’énergie, Ziggy était du même genre. Et même si pour le moment cela ne se voyait pas, elle appréciait vraiment les efforts qu’il était en train de déployer pour qu’elle cesse de broyer du noir et reprenne confiance. C’était vraiment touchant, surtout quand on prenait en compte le fait qu’elle n’était rien pour lui. Qu’une nana rencontrée au beau milieu d’un bordel monstre… Q’une squatteuse…

En le voyant partir à toute allure, la jeune femme pencha la tête, comme si cela lui permettait de voir à travers le mur et de distinguer ce qu’il était en train de trafiquer. Elle entendait tout un tas de bruits provenant de la chambre du magicien. Avec lenteur, elle baissa les yeux sur la pièce qu’il avait fait apparaitre de derrière son oreille, qui se trouvait toujours au creux de sa main. Un petit sourire étira alors avec lenteur ses lèvres… Jill releva le menton lorsque la voix de Ziggy s’éleva dans l’air. Il était bien plus terre à terre qu’elle. Peut-être qu’il avait raison en faite, qu’il fallait simplement prendre les choses comme elles arrivaient. Qu’il fallait qu’elle cesse de se poser trop de questions. Au final cela lui ruinait le moral, et si jamais elle sortait dehors ainsi, elle se ferait avoir à coup sur. « -peut-être… » Souffla-t-elle plus pour elle-même que pour Ziggy qui ne pouvait pas entendre sa voix de là où il se trouvait.

Juliane décida de se remettre debout. Elle n’allait pas passer sa journée par terre, sur le parquet froid du salon. Elle devait se reprendre, arrêter de penser ainsi. La jeune femme évita de regarder par la fenêtre, ne souhaitant pas croiser l’image de cet homme… Exécutant quelques pas devant le canapé, jouant avec la pièce magique de Ziggy, elle s’immobilisa en le voyant revenir vers elle, une petite boite en main. Les sourcils légèrement froncés, Juliane fit l’échange avec Ziggy, lui redonnant sa pièce contre la boite qu’il lui tendait. Elle l’écouta avant d’ouvrir la dite boite en se posant à nouveau sur le canapé.  Lorsqu’elle vit ce que la boite contenait, un sourire plus que tendre adoucit les traits de son visage. Juliane posa la petite à côté d’elle, prenant l’appareil entre ses mains avec envie et une sorte de fascination. Elle examina le petit objet, avant de regarder Ziggy. Elle lui tendit la main pour l’inviter à venir s’assoir lui aussi. Une fois qu’il fut proche d’elle, la jeune photographe lui sourit avec toujours autant de tendresse, et elle lui dit : « -c’est à peu près avec le même modèle que j’ai fais mes premières photos. C’était ma magie à moi. La photo qui sort instantanément ! » Un petit sourire avant qu’elle ne manipule l’appareil avec ses mains expertes.

Les photos tirées avec ces appareils n’étaient pas d’une grande qualité, et avec le temps l’image passaient en couleurs. Mais cela permettait d’immortaliser un moment unique. Et c’était bien plus précieux que du numérique selon la jeune femme. « -t’es sur que je peux ? » demanda-t-elle ne voulant pas le piquer quoi que se soit qui aurait pu être précieux pour lui. De sa main libre elle l’entraina avec elle pour s’allonger sur le canapé, levant l’appareil au dessus de leurs visages très proches l’un de l’autre. « - fais-moi ta plus belle grimace ! » Elle lui demanda s’il était prêt, et lorsque se fut le cas, elle déclencha le flash, louchant et tirant la langue en même temps. La petite photo carré sortie de l’appareil et Juliane la récupéra avant de reposer l’appareil dans sa boite avec douceur. Il fallait attendre une petite minute pour que l’image apparaisse.      

Dans l’attente, elle se tourna sur le côté, son visage toujours proche de celui du magicien. Elle lui adressa un tendre sourire et elle approcha un peu plus pour déposer un baiser sur sa joue avec lenteur. Reculant à peine, elle souffla : « -merci Ziggy… » Et contre toute attente elle lui décocha à son tour un pichenette sur le front avant de se mettre à rire.


AVENGEDINCHAINS



Il fut un temps où tu étais sauvage
ne les laisse pas te dompter...
Revenir en haut Aller en bas
Ziggy Haring
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 203
Age IRL : 22

MessageSujet: #E39024   Sam 23 Jan 2016 - 13:07

Keep calm and never lose hope. | Pv. Juliane Lyndey

  Le coup de l’appareil photo avait marché. Parce qu’honnêtement, ça ne coûtait rien à Ziggy. Il n’avait rien à perdre en lui confiant cet appareil photo, dont il ne s’était quasiment pas servit finalement. Il avait surtout apprécier que Juliane retrouve ce sourire si particulier. Elle avait de grandes dents et un sourire large, dont tout l’enthousiasme semblait en déborder. C’était un sourire communicatif, les gencives apparentes, quelque chose que Ziggy pouvait qualifier sans problème de charismatique. Et le charisme chez une femme, le savait-il, était beaucoup subtile et complexe à déceler. En bref, il pouvait dire que Juliane avait du chien, ça oui. Elle avait prit l’objet entre ses mains comme s’il s’agissait d’un petit oiseau blessée, apparemment ravi de revoir quelque chose d’aussi familier.

Ils finirent allongés tout les deux sur le canapé. Elle leva l’appareil et lui demanda de faire une grimace. Ziggy rentra sa lèvre inférieur et fit ressortir sa mâchoire, ressemblant ainsi à un monstre de Frankenstein à mi-chemin entre le mignon et l’affreux. Il se mit à rire en plissant ses yeux espiègles alors que Juliane se relevait en secouant doucement la photo qui était sortie de la fente pour que les couleurs apparaissent enfin. Ziggy se releva en même temps qu’elle et ne s’attendit pas à recevoir un léger baiser sur la joue, quelque chose qui transpirait la reconnaissance et la bonne entente. Finalement, cette histoire d’Apocalypse avait du bon. Il eu un petit sourire à son adresse, son nez à quelques centimètres du sien. Il aurait pu l’embrasser, normalement, pas comme la veille, pour la remercier de lui tenir compagnie, mais au moment où il s’était décidé à sauter le pas, le magicien se reçut une pichenette en retour de celle qu’il lui avait attribué quelques minutes auparavant.

« Aïeuh ! » S’exclama-t-il en se frottant le front, abandonnant son élan d’affection. Il fit mine de faire la tête mais ne pu s’empêcher de lui adresser un nouveau sourire complice avant de se lever du canapé. « En fait, cette histoire de zombis c’est un peu comme un jour de neige. » Il haussa les sourcils en se tournant vers la fenêtre, voyant quelques infectés se diriger vers la ruelle. « Tu sais quand y a tellement de neige qu’on peut pas aller bosser. Faut rester enfermer, tuer le temps, attendre que ça passe quoi. » Expliqua Ziggy à Juliane tout en cherchant une paire de chaussure dans un meuble conçu pour les ranger. Il se rassit sur le canapé, les pieds sur la table pour les enfiler avant de passer un mouchoir sur le bord de la table pour ne pas qu’elle s’abime. Le soucis du détail. Il attrapa dans son sac à dos un couteau à mi chemin entre l’outil de boucherie et la machette, un vieux couteau qui lui servait à ouvrir les cartons lors des arrivages de marchandise.

« Deux secondes princesse, je reviens. » Il descendit quatre à quatre les escaliers avant d’enfiler sa veste en velours désormais sèche et d’ouvrir la porte de service. Il regarda à travers le grillage qu’il avait installé pour repérer la victime de tout à l’heure qui déambulait au hasard dans la ruelle de la boutique, apparemment inconscient de ce qui venait de lui arriver. Il avait les boyaux à l’air, ce qui laissa échapper une grimace disgracieuse à notre magicien qui devait éliminer cette chose. Sa hantise ? Qu’un infecté en rameute d’autres. Il ne savait pas bien s’ils pouvaient communiquer, donc dans le doute, il ne voulait pas risquer le pire.

Il ouvrit discrètement la grille en déverrouillant le cadenas qu’il avait installé à l’aide d’une clé qu’il avait dans sa poche, avant de se faufiler jusqu’à cette chose. Dans cérémonie, il planta son long couteau en plein milieu du crâne. L’infecté, pourtant encore vaillant, gigota nerveusement avant de tomber à terre, raide mort cette fois-ci. Ziggy lui attrapa les pieds et le chassa de la ruelle en le trainant comme il pouvait. Il se frotta les mains et se dépêcha de remonter à la boutique et à l’appartement, en prenant bien soin de tout refermer derrière lui. « Voilà ! » Dit-il à Juliane.




"J’aime bien les hyènes. Parce que la hyène c’est un animal dont on parle jamais alors que c’est un animal qui peut être très important ! Parce que moi je trouve qu'être ami avec une hyène souvent c’est plus important qu’être ami avec... avec des vrais amis. C’est... Elle vous protège. Si y’avait du danger et ben « Et ben moi, et... je suis ami avec une hyène » Alors la évidement !"
Revenir en haut Aller en bas
http://fanficamplificatum.blogspot.fr/
Juliane Lyndey
Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 612
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: N'oublie jamais les belles choses de la vie, car ce sont elles qui te feront avancer dans les moments difficiles... [PV Ziggy]   Sam 23 Jan 2016 - 20:56




Keep calm... And never lose hope...




La pichenette… Est-ce qu’elle lui avait donné par pure vengeance, simple geste en retour à celle qu’il lui avait infligé quelques minutes plus tôt… Ou bien sa main avait été poussé dans cette direction parce qu’elle savait très bien qu’ils étaient trop proche l’un de l’autre, et qu’un non respect de ce qu’elle appelait une distance de sécurité, pouvait conduire à faire des conneries. C’était tentant. Elle avait sentit son souffle sur sa peau… Mais elle avait brisé ce petit moment de flottement entre eux. Stop ! La petite voix dans sa tête lui avait fait signe que ce genre de cape ne devait pas être franchit entre elle et lui. Il était pas moche, ils devenaient de plus en plus complice… Mais il y avait Selene… La jeune femme avait préféré rire en le voyant faire mine de bouder, avant de lui donne un petit coup de coude complice.

La photo qui venait d’apparaitre était parfaite ! Ils étaient autant doué l’un que l’autre pour les grimaces. Détournant son regard de cliché, Juliane suivit du regard le magicien qui était parti en direction de la fenêtre. C’était plutôt une belle comparaison… Mais le souci, c’était qu’elle les jours de neige, elle préférait sortir… Toujours la première pour commencer une bataille de boules de neige, ou faire de la luge. Elle répondit d’ailleurs alors qu’il enfilait des chaussures : « -et si on aime pas resté enfermé les jours de neige, c’est quoi la solution ? » Mais il n’avait pas tord, encore une fois. Que pouvaient-ils faire de toute façon ? Elle fit une petite grimace du bout des lèvres avant de fixer à nouveau la photo qu’elle tenait entre ses deux mains.

Lorsqu’elle le vit sortir de la pièce, Juliane n’avait pas tout à fait saisit qu’il allait partir dans la rue, dehors… Sans elle. Sans lui dire en faite. Il lui fallut quelques secondes pour capter que d’un seul coup l’appartement était totalement silencieux. Ça en était presque flippant… A nouveau elle fronça les sourcils, posa la photo sur la boite qui contenait le pola’, et elle se leva du canapé. Il avait décidé de sortir après avoir regardé par la fenêtre… D’un pas lent, Jill s’en approcha à son tour, et elle distingua nettement la grande silhouette de Ziggy près de l’homme qui s’était fait agresser. Sa main gauche se posa sur la vitre, et elle rapprocha son visage de celle-ci par la même occasion. Mais qu’est ce qu’il foutait ?!

La jeune femme ne perdit pas de temps, saisissant son manteau à la va vite. Elle descendit les marches le plus vite possible, mais arrivé en plus milieu de l’escalier sombre, elle rentra en collision avec Ziggy. Le petit voilà qu’il laissa sortir lui fit écarquiller les yeux. Voilà ? Voilà quoi ? Juliane ne réfléchit pas plus longtemps que ça. Elle le saisit par le col de sa veste, étant à sa hauteur grâce à la marche supérieure sur laquelle elle se trouvait. Le regardant droit dans les yeux, son visage à nouveau très proche du celui du jeune homme elle articula : « -autres règles à respecter : jamais plus tu refais ça d’accord ? » Il y avait de l’angoisse et une petite pointe de colère dans le son de sa voix. « -si jamais tu sors, tu préviens !  Et tu dis pourquoi ! » Je reviens princesse ! Non mais sérieux ?!

Et si jamais il lui était arrivé un truc ? Elle n’avait même pas capté tout de suite qu’il était sorti. Un infecté aurait pu se pointer, l’avoir par surprise. Juliane lâcha le col de Ziggy pour entourer le visage du magicien de ses mains et elle ajouta avec sérieux même si cela pouvait faire mélodrame : « -si ça se trouve il me reste plus que toi, alors évite de faire le con d’accord ? » Non mais ça sonnait vraiment drama, mais elle était réaliste et sincère dans ses propos. Même si il allait lui répondre qu’il risquait rien, qu’il avait déjà fait ça plein de fois blablabla… Elle préférait qu’ils soient deux pour faire ce genre de chose. Histoire que y’en ai un qui monte la garde. Dans la pénombre de l’escalier qui menait à l’appartement, Juliane finit par laisser glisser ses mains du visage de Ziggy, le libérant ainsi de son emprise restant tout de même toujours très proche de lui. Limite peut être un peu gênée de lui avoir fait voir cette partie d’elle-même, son regard se détourna trois secondes avant de revenir sur le visage de Ziggy. Oui, elle était sensible, inquiète, paniquée, et ne voulait pas le perdre lui aussi. Elle finit par sourire avant de dire : « -ouais je sais… Je flippe pour rien, t’es un grand garçon… »  

AVENGEDINCHAINS



Il fut un temps où tu étais sauvage
ne les laisse pas te dompter...
Revenir en haut Aller en bas
Ziggy Haring
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 203
Age IRL : 22

MessageSujet: #E39024   Dim 24 Jan 2016 - 14:37

Keep calm and never lose hope. | Pv. Juliane Lyndey

  Ziggy savait s’occuper de lui, mais il avait perdu l’habitude de s’occuper d’une autre personne. Si une autre âme dépendait de lui, il avait tendance à l’oublier. Et c’est ce qu’il avait montrer à Juliane, sans mauvaises intentions et sans s’en rendre compte. Il ne se doutait pas qu’elle ne resterait pas sagement installée dans le canapé du salon, pensant à la rigueur qu’elle profiterait de son absence pour fouiner dans l’appartement. C’est ce qu’il aurait fait à sa place à vrai dire. Au lieu de ça, elle était descendue jusqu'au milieu des escaliers qui menaient à l’appartement. Elle avait même mit sa veste. Ziggy avait un petit sourire en coin, mais fit le grimace quand la jeune femme lui saisit le col de sa veste. Il était désormais un pauvre prunier sur lequel elle passait ses nerfs, parce que la petite excursion de Ziggy, qui pourtant n’avait prit que quelques minutes, l’avait mise hors d’elle.

Juliane semblait sincère. Un brin mélodrame, mais sincère. Quelque chose d’adorable qui lui donnait envie de la prendre dans ses bras. Mais Ziggy se contenta d’approcher son nez à hauteur du sien. Il ne manquait pas grand-chose. Il arqua un sourcil et répondit sur le ton de la plaisanterie : « Oui maman… » Mais quand elle lâcha sa veste, elle lui entoura le visage de ses doigts. Ziggy écarquilla les yeux. Il comprenait alors qu’effectivement, il avait un lien particulier avec elle. Elle avait vraiment eu peur qu’il lui arrive quelque chose. Elle avait peur qu’il ne reste plus que lui. Et si Bobby était vivant et les rejoindrait bientôt, est-ce qu’elle serait aussi attachée à Ziggy ? Il n’en était pas sûr mais ne savait pas bien s’il serait déplacé de poser la question ou non.

« Je sais ce que je fais Juliane. » Se défendit-il en ayant un petit air sérieux avant de se rendre compte qu’en réalité, c’était simplement la peur qui parlait. Ziggy aussi l’aurait de travers s’il arrivait malheur à cette pauvre Juliane, pour qui il commençait à avoir énormément d’affection. « La prochaine fois je te préciserais que je vais tuer un de ces trucs pour garder cet endroit à peu près sûr. » Précisa-t-il avec une petite pointe d’ironie en avançant de nouveau son nez du sien avant d’esquisser un petit sourire tout préparé pour rassurer sa jolie camarade. En fait, Juliane avait presque l’air de regretter d’avoir réagit ainsi. Mais lorsqu’elle l’appela « grand garçon », Ziggy eu un nouveau sourire et monta la marche qui lui permettait d’être à sa hauteur pour la dominer de nouveau et l’enlacer.

« Ça va c’est pas grave. Non en fait ça me fait presque plaisir. » Dit-il, la tête au dessus de son crâne, le menton enfouit dans la chevelure de Juliane. Il se contenta d’un baiser sur le sommet du crâne avant de lui prendre la main pour l’encourager à le suivre en bas, dans la partie boutique de leur nouveau refuge. Il disparut alors en lâchant sa main vers la réserve, dans laquelle s’entassait un contenu impressionnant de livraisons, du matériel, du stock et des commandes prévues pour la boutique, avant que celle-ci ne ferme de force à cause de cette Apocalypse. Il n’avait pas encore prit le temps de fouiner davantage à l’intérieur, essayant d’y trouver du matériel qui pourrait servir à se défendre, à créer des diversions sonores pour les infectés ou quelque ce soit d’autres.

« Viens, viens, tu vas m’filer un coup de main ! » Appela Ziggy accroupi dans un fond de la pièce à rincer son gros couteau dans un seau prévu à cet effet, avant d’ouvrir un premier carton. « Ca s’trouve on trouverait de quoi se défendre ou j’sais pas. J’ai jamais ouvert ces machins. Ca nous occupera… À défaut de vivre un moment d’intense passion. » Il se releva et lança un petit regard à Juliane en pinçant les lèvres. « Ca va je déconne… Enfin… » Il se mit à rire pour ne pas qu’elle s’énerve, par envie d’éviter la pichenette de trop en ouvrant un premier carton.



"J’aime bien les hyènes. Parce que la hyène c’est un animal dont on parle jamais alors que c’est un animal qui peut être très important ! Parce que moi je trouve qu'être ami avec une hyène souvent c’est plus important qu’être ami avec... avec des vrais amis. C’est... Elle vous protège. Si y’avait du danger et ben « Et ben moi, et... je suis ami avec une hyène » Alors la évidement !"
Revenir en haut Aller en bas
http://fanficamplificatum.blogspot.fr/
Juliane Lyndey
Northern Creek
WALKING WITH THE DEADS
Date d'inscription : 01/11/2015
Messages : 612
Age IRL : 28

MessageSujet: Re: N'oublie jamais les belles choses de la vie, car ce sont elles qui te feront avancer dans les moments difficiles... [PV Ziggy]   Dim 24 Jan 2016 - 17:06




Keep calm... And never lose hope...




Juliane aurait plissé les yeux, retroussé son nez pour décocher une sorte de petite grimace à Ziggy lorsqu’il lui souffla un : oui maman. C’était agaçant cette façon de toute prendre à la légère et à la rigolade ! Et en même temps elle trouvait ça adorable aussi. Mais là pour le moment, elle n’avait pas envie de rire. Elle était sérieuse dans ce qu’elle venait de dire, et elle l’était tout autant lorsqu’elle insista sur le fait qu’il ne lui restait peut-être plus que lui. La jeune femme était un électron libre, qui d’ordinaire ne s’accrochait pas aux gens si facilement. Ce qui était en train de se tisser entre elle et le magicien ce n’était pas rien. C’était sincère. Elle l’appréciait vraiment, et dans le monde chaotique d’aujourd’hui, elle ne voulait pas perdre ces personnes qui éclairaient des étincelles dans ses yeux et ravivaient la flamme de l’espoir dans son âme.

Elle avait envie de lui répondre d’arrêter de faire le pitre pour une fois, qu’elle était sérieuse en lui disant tout ça. Que oui, elle lui serait reconnaissante qu’il lui dise la prochaine fois qu’il sortirait. A mesure qu’elle parlait, elle se rendait compte qu’elle en faisait sans doute un peu trop. Si Ziggy était encore là aujourd’hui, c’était qu’il était pas trop mauvais en matière de survit. Jill leva le menton pour le regarder quand il grimpa sur la même marche que lui, et un fin sourire se dessina sur ses lèvres. Le magicien était vraiment quelqu’un qu’elle aurait pu avoir comme ami dans sa vie d’avant. Ce n’était en rien le même lien qu’avec Robert. Mais elle tenait à lui avec tout autant de force.

C’était un peu ambigüe quand même tout ça, ces regards, ces sourires, certains de leurs gestes. C’était frôler la limite qui se dessinait entre l’amitié et le plus que ça. C’était appréciable, drôle et tendre à la fois. Même si elle ne pensait pas qu’il allait la prendre contre lui. En le voyant grimper sur la marche, elle avait plus pensé à une plaisanterie sur leurs différences de taille. Enfin, le menton de Ziggy posé sur sa tête ressemblait un peu ça. Pas de réflexion, elle le laissa juste faire, fermant quelques secondes les paupières.

Sa main prisonnière de celle du magicien, Juliane dévala les dernières marches de l’escalier pour le suivre jusque dans la boutique. La lumière filtrait assez pour qu’elle puisse découvrir un peu plus les lieux. Son regard se posa sur le décor atypique, et elle trouva l’endroit… Magique… Dommage que les ampoules ne recevaient plus de courant électrique, elle aurait adoré voir ce que ça donnait avec un peu plus de vie. Ça ressemblait à une boutique du chemin de Traverse… La jeune femme fit quelques pas le long du comptoir, laissant glisser ses doigts dessus le vieux bois… Ziggy avait du gout… Et elle aimait de plus en plus son monde. Elle tourna la tête lorsqu’il lui demanda de venir l’aider, comme s’il venait de percer la bulle dans laquelle elle avait plongé en découvrant le magasin.

Suivant le son de la voix, elle cala son épaule contre le montant de la porte, heureuse d’avoir enfilé sa veste parce ici il ne faisait pas très très chaud. Elle haussa quelque peu les sourcils en voyant les cartons entreposés ça et là. Wahou… ça se vendait tant que ça la magie en boite ? Juliane regarda Ziggy un peu septique sur le fait de trouver l’arme fatale capable de les défendre contre les rodeurs… Mais bon, elle s’avança tout de même dans sa direction, lui donnant un petit coup de hanche avant de prendre entre ses mains un livre qui se trouvait dans le carton ouvert devant eux. Tout en lisant le titre inscrit sur la couverture, elle lui lança en ouvrant le livre : « -faudrait déjà embrasser un peu mieux pour vivre un moment d’intense passion ! » en insistant sur les mots qu’il avait employé. Petit regard presque provocateur alors qu’elle refermait le livre pour le caler entre les mains de Ziggy. Sourire en coin, à nouveau retour de cette bonne humeur et de cette complicité presque adolescente. Elle fit un petit mouvement de lèvre comme si elle lui envoyait un baiser, avant de se pencher pour ouvrir un second carton. Chacun le sien, pas de jaloux.

Juliane galèrera quelques secondes à décoller le scotch qui fermait le carton, mais la victoire fut sienne. Et ce fut avec une vraie curiosité qu’elle découvrit ce qu’il contenait. Tout en sortant des trucs dont elle ne connaissait pas l’utilité, elle commença : « -tu sais ce qu’il nous faudrait : une cape d’invisibilité ! ça, ça serait super giga géniale ! » Elle leva les yeux sur Ziggy une baguette magique à la main et ajouta d’une voix profonde : « -c’est la baguette qui choisit son sorcier ! », avant de se mettre à sourire, son âme d’enfant remontant à la surface.


AVENGEDINCHAINS



Il fut un temps où tu étais sauvage
ne les laisse pas te dompter...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
WALKING WITH THE DEADS

MessageSujet: Re: N'oublie jamais les belles choses de la vie, car ce sont elles qui te feront avancer dans les moments difficiles... [PV Ziggy]   Aujourd'hui à 3:01

Revenir en haut Aller en bas
 

N'oublie jamais les belles choses de la vie, car ce sont elles qui te feront avancer dans les moments difficiles... [PV Ziggy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

 Sujets similaires

-
» Jude { Un cœur qui aime vraiment n'oublie jamais. »
» N'oublie jamais d'ou tu viens [Mermaid's]
» Parce qu'on oublie jamais ses premières fois •• Seis'
» Oublie ce qui t'a blessé dans le passé, mais n'oublie jamais ce que cela t'a appris. [ Théo ]
» Je n'oublie jamais personne ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-